Version classiqueVersion mobile

La Reconstruction en Normandie et en Basse-Saxe après la seconde guerre mondiale

 | 
Corinne Bouillot

Quatrième partie. Mémoires et patrimoines

Chapitre 20. La réception de l’architecture de la reconstruction dans le Hanovre d’aujourd’hui

Stephanie Springer
Traduction de Corinne Bouillot

Résumé

Hanovre fait partie des villes allemandes marquées durablement par l’architecture moderne d’après-guerre. Même si de nombreux bâtiments ont déjà été démolis et si d’autres sont négligés ou menacés, cette architecture est généralement classée au titre de la protection des monuments historiques depuis les années 1980. Le rapport actuel à ce patrimoine dépend d’une mosaïque de facteurs parmi lesquels on compte l’objet lui-même et son rayonnement, le jeu des acteurs et les conditions juridiques de sa conservation. Dans un contexte marqué par la concomitance entre reconnaissance de l’architecture de l’après-guerre par la génération des « petits-enfants » et reconstruction historicisante de châteaux et d’églises, les enjeux de la mise en patrimoine résident dans une réflexion sur la manière dont on peut prolonger l’héritage, mais aussi dans des conflits déterminés par d’autres intérêts, en particulier économiques et commerciaux. Lorsqu’on se penche sur les aspects juridiques relatifs au classement des monuments historiques et sur le droit de la propriété artistique, on en constate rapidement les faiblesses, en particulier lorsque les pouvoirs publics sont propriétaires ou quand de grands investisseurs sont impliqués. Décisive reste alors l’attitude des citoyens et des citoyennes dans la protection de leur propre patrimoine.

Texte intégral

  • 1 « Hillebrecht. Das Wunder von Hannover », Der Spiegel, 3 juin 1959, p. 56-69.
  • 2 Le guide touristique électronique de la ville Hannovers schönste Seiten ne compte, parmi le « top (...)

1 Sous le titre du « miracle de Hanovre1 », l’hebdomadaire Der Spiegel avait en juin 1959 catapulté la reconstruction de Hanovre, orchestrée par l’urbaniste en chef Rudolf Hillebrecht, au sommet de l’architecture et de l’urbanisme de l’après-guerre en Allemagne fédérale. Un demi-siècle plus tard, il ne reste plus grand-chose, à Hanovre, de la fierté suscitée par la conception architecturale cohérente qui avait sous-tendu la reconstruction de la ville. Dans ses stratégies d’autopromotion touristique, la ville passe littéralement sous silence ce style marquant qui saute pourtant aussitôt aux yeux du visiteur. Dans ses guides touristiques, la « capitale des foires » se donne à voir comme la ville des jardins princiers de Herrenhausen, de l’opéra construit par Georg Laves, du nouvel hôtel de ville édifié dans un style wilhelminien, des quartiers de la fin du XIXe siècle et de l’Art nouveau, et se glorifie de sa trentaine de maisons à colombages - sur les 1 600 qu'elle comptait avant les bombardements - comme si la guerre n’avait jamais eu lieu. On passe alors sans transition à la Gehry-Tower sur la place Steintor et au bâtiment moderne construit sur la place de l’Aegidientor pour abriter la Banque régionale d’Allemagne du Nord (Nord-LB), deux édifices du XXIe siècle2.

  • 3 Voir Alexander Mitscherlich, Die Unwirtlichkeit unserer Städte, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1 (...)
  • 4 Voir Friedrich Lindau, Wiederaufbau und Zerstorung, Hanovre, Schlüter, 2000.
  • 5 Voir Werner Durth, Deutsche Architekten. Biographische Verflechtungen 1900-1970, Brunswick, Wiesba (...)
  • 6 NDT : Le droit allemand ne fait pas la distinction, dans ce qui relève de la « protection des monu (...)

2Néanmoins, on observe aussi un nouveau changement de perspectives après une phase de rejet. À partir des années 1970, la génération des « parricides » avait sévèrement critiqué la modernité « inhospitalière » de l’après-guerre3 ; on avait aussi dénoncé la « seconde destruction4 » que représentait la démolition de bâtiments du XIXe siècle qui avaient traversé la guerre sans dommage ; et on avait mis en lumière la compromission des architectes d’après-guerre avec le régime nazi5. Mais dans le contexte de l’élargissement du concept de patrimoine historique et culturel après l’Année européenne du patrimoine architectural de 1975, on a de plus en plus classé/inscrit6 au titre des monuments historiques des édifices modernes de l’après-guerre, qui, pour certains d’entre eux, ont même suscité des actions publiques de sauvegarde. Il faut toutefois noter que par ailleurs, de nombreux bâtiments des années 1950 et 1960 ont déjà été démolis et que d’autres sont menacés et la plupart banalisés.

3La question à la fois délicate et décisive qui consiste à se demander quel rapport le Hanovre contemporain entretient avec la protection de l’architecture d’après-guerre relève d’une mosaïque de facteurs et de perspectives variés : parmi ceux-ci, on compte les acteurs (propriétaires, administration du bâtiment et service des monuments historiques, responsables politiques, architectes, opinion publique et médias), les circonstances économiques et politiques, les conditions juridiques et bien sûr aussi l’objet lui-même, son rayonnement et ses particularités locales, qui se reflètent dans les raisons invoquées pour sa conservation. Il faut ajouter que la réappropriation de l’architecture d’après-guerre reste souvent l’affaire des intellectuels. Sauf pour les « perles » architecturales, il manque bien souvent à la population la capacité d’appréhender la valeur patrimoniale d’innovations techniques et de performances réalisées par des ingénieurs, ou encore l’importance sociale, économique et politique de l’objet indépendamment de sa valeur esthétique.

  • 7 Pour une réflexion, à travers l’exemple du Hanovre de l’après-guerre, sur ce qui constitue la vale (...)
  • 8 Voir Michael Braum et Christian Welzbacher (dir.), Nachkriegsmoderne in Deutschland. Eine Epoche w (...)

4On peut voir comment se focalise à Hanovre la concomitance observable actuellement dans toute l’Allemagne entre la reconstruction historicisante de châteaux et d’églises et la reconnaissance de l’architecture d’après-guerre7. Avec, d’un côté, la réédification du château de Herrenhausen détruit pendant la seconde guerre mondiale, certes pourvu d’une façade classique de Georg Laves mais dont la qualité d’ensemble n’était pas exceptionnelle ; et, de l’autre, un regain d’intérêt pour les années 1950 qui commence aussi à toucher la conscience publique par le biais du design, de la mode et de l’art. Le langage formel de cette architecture avec ses façades à claustras, ses contours transparents et gracieux, ses lignes incurvées et ses éléments décoratifs est entre temps accueilli sans préjugés par la génération des « petits-enfants », au moins dans le cas des joyaux architecturaux. La critique débouche désormais sur des discussions constructives : comment par exemple les grands axes souvent très larges de l’urbanisme routier doivent-ils être rompus dans une perspective piétonnière ? comment les espaces « aérés » et divisés selon leurs fonctions peuvent-ils être concentrés et imbriqués ? ou bien encore, comment peut-on rendre plus « agréables à vivre » certaines formes de lotissements8 ?

5C’est à partir des conflits qu’il faut étudier l’enjeu décisif de la conservation de l’architecture de l’après-guerre : à quelle vitesse les acteurs sont-ils prêts à renoncer à cette protection du patrimoine au profit d’autres intérêts ? quelle arme le droit peut-il fournir pour empêcher cette évolution ? En regardant les dispositions juridiques relatives au classement des monuments historiques et à la propriété artistique, on en constate rapidement les faiblesses, en particulier lorsque les pouvoirs publics sont propriétaires ou quand de grands investisseurs sont impliqués, qui se réfèrent à des intérêts publics majeurs. En particulier dans les derniers cas évoqués, le droit existant n’offre pas de garantie efficace pour empêcher une destruction ou une altération, parce que la mise en balance des aspects juridiques avec d’autres intérêts impératifs fait souvent apparaître la protection au titre des monuments historiques comme un luxe. Des procédures décisionnelles démocratiques établies ne garantissent pas toujours la légitimité politique nécessaire, pour laquelle de nouveaux instruments et de nouvelles procédures doivent être créés. En outre, le strict respect de règlements de protection des monuments historiques tels qu’ils ont été appliqués à de modestes lotissements de l’après-guerre, comme les lotissements Constructa à Hanovre, ont peu de chances de susciter la compréhension des propriétaires concernés et de garantir une qualité d’habitat adaptée aux nouvelles conditions énergétiques. Des aménagements appropriés sont ici nécessaires.

6La protection patrimoniale ne se laisse édicter que de façon limitée. La modernité de l’après-guerre ne pourra en fin de compte être protégée de manière effective que si la population accepte cette période architecturale comme son propre patrimoine et défend activement celui-ci.

État des lieux

  • 9 Que Jorg Maass, conservateur du patrimoine, soit ici remercié pour les renseignements qu’il m’a ai (...)
  • 10 Wolfgang Ness, Ilse Rüttgerodt-Riechmann et Georg Weiss (dir.), Baudenhnale in Niedersachsen : Sta (...)

7Il n’y a pas, à Hanovre, de données statistiques sur le nombre total de bâtiments d’après-guerre classés/inscrits. Le service régional des monuments historiques tient certes un registre des objets concernés au titre du premier alinéa de l’article 4 du code bas-saxon de protection des monuments (Niedersächsisches Denkmalschutzgesetz), mais il est difficile d’avoir une vue d’ensemble. Selon les estimations du service local des monuments historiques de la ville de Hanovre9, on compte au maximum 200 à 300 édifices de l’après-guerre sur un total d’environ 5 500 objets protégés. Cela semble bien peu lorsque l’on considère le fait que 80 % du centre-ville de Hanovre est constitué d’un bâti ultérieur à la guerre. Dans la « topographie des monuments10 », on trouve toutefois des protections qui ont été effectives assez tôt. Des édifices majeurs de qualité de l’architecture hanovrienne d’après-guerre, ceux conçus notamment par Erich Zinsser, Friedrich Lindau ou Dieter Oesterlen, sont classés. S’y ajoutent les lotissements comme Constructa dans le sud de la ville et à Mittelfeld ou encore le quartier Rübezahl à Mittelfeld, protégés au titre de l’expérimentation de nouveaux matériaux et de nouvelles techniques.

La confrontation aux principes urbanistiques généraux de l’après-guerre

8La confrontation aux principes urbanistiques généraux de la modernité est encore plus complexe que le rapport aux édifices considérés séparément. Il s’agit ici de la division en secteurs fonctionnels, des larges voies de circulation qui scindent et enclavent des quartiers de la ville, ainsi que l’aménagement de places inhospitalières et hostiles aux piétons comme le Steintor, le Friedrichswall, la place de l’Aegidientor, la place de Königsworth, le Klagesmarkt ou encore les quais de la Leine.

  • 11 Sur les résultats de ce concours, voir le site officiel de Hannover City 2020+, http://www.hannove (...)

9L’administration municipale du bâtiment travaille ici depuis des années à l’élaboration de concepts qui permettraient de corriger et de faire évoluer ces situations. La ville de Hanovre a lancé, de 2007 à 2010, un concours d’idées d’urbanisme et de paysagisme intitulé Hannover City 2020+, qui doit permettre d’envisager l’avenir de l’aménagement urbain en améliorant sur le plan fonctionnel et esthétique l’ensemble du système des espaces publics. Ce concours a été engagé à partir de l’automne 2008, puis a été accompagné par des discussions et des manifestations publiques destinées à encourager la participation des citoyens et des citoyennes. Dans le cadre du concours non ouvert au public, 28 équipes internationales et interdisciplinaires ont, lors d’une première phase qui s’est terminée en mars 2010, présenté leurs idées pour un concept d’aménagement des quartiers et des espaces inoccupés dans les secteurs nord-ouest, ouest, sud-ouest et sud du centre-ville. Au cours d’une deuxième phase, 15 équipes ont approfondi le projet d’aménagement de quatre secteurs identifiés comme prioritaires. Ce travail devait permettre une réflexion à la fois critique et constructive sur l’architecture d’après-guerre qui a marqué Hanovre. En juin 2010, les lauréats ont été primés par le jury11.

10On a identifié, comme espaces d’intervention essentiels, les secteurs Klagesmarkt, Marstall, Kobelinger Markt/Friedrichswall/Trammplatz – à savoir de vastes espaces libres ou occupés par des parkings-, ainsi que les quais de la Leine (Hohes Ufer/Leibnizufer) avec leurs flots de circulation et leurs rares bâtiments. On a choisi, comme solutions possibles, des réalignements plus fluides, une mixité des fonctions et un aménagement des espaces publics, pour renforcer la qualité des quartiers, relier des secteurs coupés les uns des autres (nouvel hôtel de ville et vieille ville, vieille ville et ville nouvelle) et animer certains sites (Trammplatz). Au centre-ville, de nouvelles perspectives doivent être élaborées, pour créer de nouveaux quartiers urbains plus mêlés avec zones d’habitation, petits commerces et équipements culturels.

  • 12 Landeshauptstadt Hannover, Hannover City 2020+ Die Vortràge, e-book, 76 p.; Hannover City 2020+ (...)

11La ville a rendu compte des différentes phases et des contenus du projet dans une publication en quatre volumes intitulés Les exposés, L’évolution de la ville, Le concours et Le concept12. La réalisation doit commencer en 2011 et tenir compte aussi bien des résultats du concours que de l’étape d’élaboration du projet qui les a précédés.

  • 13 Voir la contribution de Sid Auffarth.

12Le concours a certes pour objectif de corriger, parmi les plans de Rudolf Hillebrecht, ceux qui ont déchiré le tissu urbain. Mais dans le même temps, on reconnaît en soi la valeur de l’architecture d’après-guerre et son impact sur le paysage urbain de Hanovre ; et il ne doit pas y avoir de démolitions de bâtiments. En outre, le procédé utilisé par l’ancien urbaniste en chef reste le modèle : celui-ci consistait à organiser des concours et à encourager la participation démocratique de toutes les personnes concernées et de l’opinion publique de manière à obtenir le plus large consensus possible13. Dans cette continuité, l’urbanisme de Hanovre reste fidèle à lui-même, dans le meilleur sens du terme.

La confrontation aux édifices de l’après-guerre

13Le rapport à l’architecture hanovrienne de la reconstruction est marqué par une grande disparité. De manière générale, on peut distinguer trois variantes.

  • 14 Voir la page consacrée à l’architecture de cet édifice sur le site du ministère (Niedersächsisches (...)

14– Les bâtiments-phares d’une qualité architecturale indéniable ont été restaurés à grands frais ou maintenus dans leur état d’origine, et sont utilisés de manière adaptée. Sont représentatifs, à cet égard, le bâtiment administratif de l’entreprise Continental construit par Erich Zinsser et utilisé depuis 1993 par l’université de Hanovre, dans lequel on a pu récemment reconstituer le hall d’accueil d’origine avec son escalier en spirale dans le bâtiment d’entrée transversal ; la maison des Syndicats de Friedrich Lindau sur le Klagesmarkt ; le siège administratif de l’entreprise Preussag conçu en 1952 d’après les plans de Gerhard Graubner sur le quai Leibniz et qui abrite depuis 1989 le ministère de la Science et de la Culture de Basse-Saxe14 ; ou encore l’immeuble d’habitation Stichweh de 1952-1953, la seule œuvre de Walter Gropius à Hanovre. Jusqu’à aujourd’hui, ces édifices imposent leur élégance, leur fonctionnalité et leur authenticité humaine et ils ont, comme les halles du marché lorsqu’il fait beau, presque quelque chose de méditerranéen.

Figure no 98 – L’ancien siège administratif de l’entreprise Continental reconverti aujourd’hui en bâtiment universitaire.

Figure no 99 –La maison des Syndicats de l’architecte Friedrich Lindau.

Figure no 100 – Les halles du marché (Markthalle).

  • 15 La station-service avait été construite par l’entreprise Gasolin-Nitag AG, dont le siège était à H (...)

15– Un deuxième groupe d’édifices pourtant classés a en revanche été démoli, pour faire place à des bâtiments plus grands ou plus modernes. Ni la sympathie de la population, ni les noms célèbres de leurs architectes n’ont pu les sauver. Ceci concerne par exemple des bâtiments d’exposition de Friedrich Lindau comme le pavillon de la poste, le café Kropcke de Dieter Oesterlen, ou bien la petite station-service en forme de feuille de trèfle située sur le Friedrichswall et utilisée en dernier lieu comme galerie d’art, qui a dû céder la place, à la fin du XXe siècle, à la construction monumentale de la banque Nord-LB15. La poste principale construite en 1950 près de la gare centrale n’a été démolie qu’en 2006, au profit du centre commercial Ernst-August-Galerie (EEC). L’immeuble d’habitation Grosshein à Hanovre-Kleefeld construit en 1959 par l’architecte Zinsser, classé et récompensé par un prix d’architecture, a été lui aussi rayé en 2001 de la liste des monuments historiques et remplacé par un nouveau bâtiment. Le Parlement régional de Basse-Saxe est menacé du même sort, notamment parce qu’il souffre d’un énorme retard en matière de réparation, comme on le verra plus loin.

Figure no 101 – Un exemple de bâtiment emblématique de la reconstruction qui a pourtant été démoli : le café Kropcke (au fond, l’opéra de Hanovre).

  • 16 L’urbaniste en chef désignait ainsi, par exemple, les petites sculptures destinées à égayer le pay (...)

16– Font partie du troisième groupe, sans doute le plus important, les bâtiments d’après-guerre de qualité très variable négligés jusqu’au délabrement, tout simplement banalisés ou défigurés par de nouvelles constructions. Au-delà de la Basse-Saxe, on retrouve des exemples similaires dans les discussions fédérales, comme pour les grandes halles de Francfort construites dans l’entre-deux-guerres par Martin Elsaesser et mutilées par la reconstruction de la Banque centrale européenne. À Hanovre, la superstructure du siège du syndicat des mines, de la chimie et de l’énergie sur la place de Konigsworth rejette à l’arrière plan le bâtiment d’origine. L’absence de protection du premier bâtiment de la reconstruction à Hanovre après la seconde guerre mondiale, la maison de l’Europe (Europahaus) érigée sur la place du Kropcke en 1949, est quant à elle totalement incompréhensible. Les anciennes assurances de Magdebourg – aujourd’hui la Caisse d’épargne – sur le rond-point de l’Aegidientor ont en revanche subi un sort relativement plus enviable : leur façade classique à claustras a été conservée dans un bon état, mais elle est toutefois à peine reconnaissable car elle disparaît derrière de grands arbres et le « mobilier de rue » (Straβenmöblierung) moderne – pour reprendre un des concepts favoris de Rudolf Hillebrecht16.

Figure no 102 – La maison de l’Europe peu après sa construction en 1949.

17Ces exemples montrent que l’appartenance d’un bâtiment de l’après-guerre à l’un ou l’autre des trois groupes ne dépend pas nécessairement de sa qualité ou de la réputation de son architecte, mais plutôt d’autres facteurs qui peuvent être le fruit du hasard et relèvent surtout de conditions économiques : attitude de son propriétaire, état dans lequel il se trouve, utilisation actuelle ou envisagée, attractivité de son emplacement, ou encore degré de mobilisation potentielle de la conscience publique. Le fait que son propriétaire soit public ou privé ne joue en revanche aucun rôle.

Le classement protège-t-il le patrimoine ? L’exemple du Parlement régional de Basse-Saxe

18L’exemple du Landtag de Basse-Saxe, qui doit être rénové ou démoli pour céder la place à un nouveau bâtiment, constitue un bon test pour apprécier la valeur accordée à l’architecture protégée de la reconstruction. Il s’agit en effet d’un édifice de qualité conçu par un des architectes les plus connus de Hanovre, et qui revêt une grande importance symbolique ; mais surtout, le terrain appartient et va continuer d’appartenir aux pouvoirs publics, de telle sorte que des intérêts économiques externes n’influencent pas la situation, si l’on fait abstraction de ceux afférents à la construction d’un nouveau bâtiment.

  • 17 « Meilensteine der Demokratie. Über den Umgang mit jungen Denkmalen », Monumente online (magazine (...)

19Rudolf Hillebrecht avait résolument préconisé que le Parlement régional de Basse-Saxe prenne place, en tant que témoignage de la démocratie, dans l’ancien château sur la Leine, la résidence des rois du Hanovre construit par Laves. Avec le nouvel hôtel de ville sur le Friedrichswall et les ministères alignés comme les perles d’un collier le long du quai Leibniz, l’axe urbain qui s’étend jusqu’à la place de Waterloo constitue le quartier gouvernemental. La reconstruction du château sévèrement détruit pendant la seconde guerre mondiale a eu lieu assez tardivement, dans les années 1957 à 1962, entre autres à cause des dispositions légales relatives à la protection des monuments historiques. Elle s’est faite sous l’égide de l’architecte hanovrien reputé Dieter Oesterlen, qui avait déjà réédifié des édifices symboliques comme l’église du Marché (Marktkirche) ou l’opéra et en avait construit de nouveaux comme le café Krôpcke sur la place du même nom. Le Landtag de Basse-Saxe était toutefois le premier parlement nouveau de l’après-guerre en Allemagne et constituait donc un « jalon pour la formulation d’une architecture démocratique en Allemagne17 ».

  • 18 Parmi ces partisans, on compte le comité directeur de la Chambre des architectes allemands, voir h (...)

20Outre la restauration du bâti historique subsistant, Oesterlen avait conçu une extension (à l’emplacement d’une aile du château envisagée mais jamais réalisée) destinée à abriter la salle plénière. Cette extension respecte très largement les proportions, les formes et les matériaux du château classique et constitue ainsi un exemple précoce de prolongement respectueux du bâti historique par des procédés stylistiques résolument contemporains. C’est cette importance en matière d’histoire de l’art et de politique sociétale qui a motivé le classement de l’édifice en 1983, ce que soulignent les partisans d’un réaménagement attentif18.

Figure no 103 – L’extension du château de Hanovre conçue par Dieter Oesterlen pour abriter la salle plénière du Parlement régional de Basse-Saxe.

  • 19 « Meilensteine der Demokratie... », op. cit., p. 1.

21Deux aspects expliquent que ce bâtiment soit remis en question. D’une part, un gros retard a été pris pour sa rénovation et sa modernisation – on demande des améliorations techniques et plus d’espace pour des bureaux et des parkings –, ce qui aggrave l’impression d’une perte définitive d’efficience. Mais c’est surtout un autre argument qui est décisif : Oesterlen avait conçu une salle plénière volontairement dépourvue de fenêtres pour permettre une concentration maximale, ce qui la fait apparaître comme un cube hermétique de béton apparent, traversé seulement de minces bandes de verre verticales – un concept diamétralement opposé à la tendance actuelle privilégiant la transparence maximale pour les bâtiments publics19. Ce sont moins les citoyens et citoyennes que les député(e)s qui rejettent cette atmosphère de clôture ; parmi ces derniers, une majorité s’est vite dessinée en faveur d’un nouveau bâtiment prestigieux.

  • 20 Voir Hannoversche Allgemeine Zeitung, 17 mars 2010.
  • 21 Voir le site de cette initiative citoyenne : http://www.buergerbeteiligung-landtag.de.

22Un premier concours pour le réaménagement du Landtag organisé en 2002 prévoyait encore la sauvegarde du bâtiment conçu par Oesterlen. La majorité parlementaire de l’époque n’a toutefois pas passé commande auprès du bureau d’architectes Koch-Panse, lauréat du concours, de sorte que c’est au nouveau Landtag qu’est échue la décision lorsque la législature en cours s’est terminée. Celui-ci a lancé un nouveau concours, qui permettait désormais d’envisager aussi la démolition du bâtiment d’origine. C’est le bureau de l’architecte de Cologne Eun Young Yi qui en fut le lauréat, avec son projet de « temple de verre » transparent20. C’est en faveur de ce projet, donc pour une démolition, que le Landtag s’est majoritairement prononcé le 16 mars 2010 avec 91 voix sur 152. Les groupes parlementaires de l’Union chrétienne-démocrate (CDU) et du parti libéral (FDP) ont voté pour en majorité – y compris le président du Landtag, alors que le ministre-président s’est abstenu –, tandis que les Verts, le Parti de gauche et une grande partie des sociaux-démocrates (SPD) ont voté contre. Dans la population, une résistance certes tardive mais d’autant plus virulente s’est formée contre la démolition ; elle est soutenue par les conservateurs du patrimoine et les associations d’architectes. S’est même créée une initiative citoyenne qui lutte pour la sauvegarde de l’édifice par le biais de manifestations et de pétitions21. Sans oublier le soutien massif du quotidien local Hannoversche Allgemeine Zeitung, qui couvrait depuis des décennies la question des transformations du paysage urbain sans s’être jusqu’ici prononcé explicitement en faveur de l’architecture d’après-guerre. Son rédacteur en chef Ulrich Neufert s’est exprimé à ce propos dans l’édition du 16 mars 2010 :

  • 22 Le cheval est l’emblème du Land. Une représentation stylisée orne la salle plénière.
  • 23 Ulrich Neufert, « Beschämend », Hannoversche Allgemeine Zeitung, 16 mars 2010.

Hanovre ne sombrera pas si la poire de démolition pulvérise les plaques de granit du bâtiment d’Oesterlen, et le Land ne subira pas de dommages si le cheval de Basse-Saxe22 est réduit en poussière. Pourtant, le procédé a quelque chose de troublant. Ce sont les bombes des Alliés qui ont ravi son visage au vieux Hanovre et qui ont fait sombrer la ville des rois et des maisons à colombages dans un tourbillon de feu. Le nouveau Hanovre s’est constitué une autre identité, et beaucoup de Hanovriens aujourd’hui âgés ressentent encore la joie qui saluait l’achèvement de chaque nouvelle maison qui sortait de terre dans les années cinquante et soixante. Quels seront les monuments architecturaux qui nous permettront de témoigner plus tard de cette renaissance de notre ville ? Si même l’œuvre d’Oesterlen a le droit d’être effacée, peu d’entre eux subsisteront. Le déni d’histoire conduit au déni d’identité. C’est une honte de constater que Hanovre n’a toujours pas appris cette leçon23.

23Les arguments avancés contre la démolition du Parlement régional sont variés : faiblesse artistique du nouveau projet, qui se manifeste dans le langage formel considéré désormais comme banal de la transparence totale ; qualité décrite précédemment du bâtiment d’Oesterlen ; rentabilité minime d’un nouveau bâtiment pour 30 séances parlementaires par an ; critique adressée au Landtag en tant que législateur, auquel on reproche de mépriser, par « ignorance du pouvoir », l’opinion des citoyens et la législation sur la protection du patrimoine qu’il a élaborée lui-même, alors que l’on « dicterait » leur conduite aux propriétaires privés de monuments historiques.

  • 24 « CDU rückt vom Landtagsabriss in Hannover ab », Hannoversche Allgemeine Zeitung, 1er février 2011

24Mais en fin de compte, il faut constater que ce sont moins les considérations relatives à l’histoire de l’art ou à la protection du patrimoine que les aspects financiers qui, conjugués à la résistance citoyenne, aux protestations des spécialistes et au soutien de la presse, ont permis d’exercer une pression suffisante sur la majorité gouvernementale du Land. La construction d’un nouveau bâtiment estimé aujourd’hui à 45 millions d’euros ne semble plus pouvoir être imposée à l’heure actuelle. Ainsi, il a été décidé en mars 2011 de surseoir à la démolition en arguant qu’un nouvel examen des coûts était nécessaire24. Il faut malheureusement émettre l’hypothèse que cet ajournement ne constitue pas seulement une élégante reculade, mais que les projets de construction seront repris dès que l’occasion se présentera.

  • 25 Dans une interview accordée au quotidien allemand Taz, l’architecte Christoph Ingenhoven a qualifi (...)

25L’initiative décrite fait partie d’une série de mouvements citoyens qui se forment à l’heure actuelle pour protéger des édifices d’après-guerre et obtiennent satisfaction dans d’autres villes allemandes. À Cologne, la résistance contre la démolition de l’opéra et du théâtre construits respectivement en 1957 et 1962 par l’architecte Wilhelm Riphahn a déjà été couronnée de succès, de même que celle, à Bonn, contre la disparition de la Beethovenhalle de Siegfried Wolske (1959). D’ailleurs, dans le mouvement de protestation contre la construction d’une nouvelle gare à Stuttgart (Stuttgart 21), il s’agissait aussi de sauvegarder la gare conçue dans l’entre-deux-guerres par Paul Bonatz et Friedrich Eugen Scholer25. On doit la réussite de l’entreprise à une discussion publique sur des formes nouvelles, orientées vers la médiation, de participation citoyenne à ce type de grands projets.

Figure no 104 – Affiche du groupe parlementaire des Verts contre la démolition du Landtag, 2009 : « Visitez le Landtag pendant qu’il est encore debout ! »

La protection patrimoniale : une arme émoussée

26L’ajournement d’une démolition du Landtag péniblement imposé par la pression de l’opinion publique et officiellement motivé par des questions de financement montre les insuffisances des lois bas-saxonne et allemande sur la protection patrimoniale. Se pose alors la question suivante : pour quelles raisons la protection au titre des monuments historiques ne permet-elle pas de sauvegarder un édifice public lorsque celui-ci ne semble pas correspondre à première vue à l’air du temps ou lorsque des considérations économiques servent à justifier la construction d’un nouveau bâtiment ?

  • 26 § 3, Niedersachsisches Denkmalschutzgesetz.
  • 27 § 6, Absatz 1, Niedersachsisches Denkmalschutzgesetz.
  • 28 § 6, Absatz 2, Niedersachsisches Denkmalschutzgesetz.
  • 29 § 7, Absatz 4, Niedersachsisches Denkmalschutzgesetz.
  • 30 Voir par exemple Oberverwaltungsgericht (tribunal administratif régional) Berlin-Brandenburg, arrê (...)

27En Allemagne, la protection patrimoniale relève de la compétence législative des Länder, dans la mesure où elle est partie intégrante des affaires culturelles. Même si les différentes lois participent de divers systèmes de protection, le résultat des réglementations est finalement très semblable. Les points névralgiques sont le domaine d’application, l’exécution effective de la protection, les possibilités de dispense et les sanctions en cas de violation du droit. Les deux premiers critères ne posent pas de problèmes, ce qui n’est pas le cas des deux derniers. Sont considérés comme monuments à protéger les édifices architecturaux, ou bien des parties de ces édifices, ainsi que des espaces verts dont la sauvegarde présente un intérêt public en raison de leur importance historique, artistique, scientifique ou urbanistique26. Leur propriétaire est dans l’obligation de les maintenir ou de les remettre en état et de les protéger d’éventuels dangers27. Il est interdit de détruire, de porter atteinte à la valeur du monument ou de l’altérer28. Des interventions sur les monuments sont assujetties à une autorisation et impliquent premièrement qu’elles relèvent de raisons scientifiques prises dans l’intérêt public, ou deuxièmement qu’un intérêt public prépondérant d’une autre nature exige l’intervention de manière urgente, ou bien troisièmement que le maintien en l’état sans modification constitue une charge économique qui ne peut être exigée du propriétaire. Ce dernier critère joue sans doute le rôle le plus important dans le domaine privé. Toutefois, un retard dans la remise en état ne peut être retenu à ce titre, et les pouvoirs publics ne peuvent en aucun cas se référer à cette clause lorsqu’ils sont propriétaires29. Par conséquent, la démolition du Landtag pourrait être motivée exclusivement par un intérêt public impératif d’une autre nature. Cette formulation ouverte constitue sans nul doute un cheval de Troie pour des intérêts économiques déguisés ou pour le prestige urbain d’un édifice moderne, quand les administrations publiques soutiennent cette orientation. Le talon d’Achille du droit bas-saxon sur la protection du patrimoine réside dans le fait que les citoyens et citoyennes concernés ne serait-ce que pour des raisons « esthétiques » ne peuvent pas, fondamentalement, entreprendre de démarches juridiques contre le non-respect de la protection de bâtiments appartenant à autrui. La seule exception concerne les propriétaires de monuments qui seraient altérés par la transformation d’édifices voisins30. Dans le cas du Parlement régional de Basse-Saxe s’ajoute une autre faiblesse juridique : lorsqu’ils veulent intervenir sur leur propre patrimoine protégé, les pouvoirs publics n’ont pas besoin d’une autorisation spéciale délivrée par les services compétents, qui n’émettent qu’un avis indicatif. Les conséquences en sont fatales, comme on a pu le constater. On peut alors invoquer, comme c’est le cas pour Hanovre, le droit de propriété artistique de l’architecte devant les tribunaux civils, mais ce droit doit être soumis lui aussi à une mise en balance des intérêts antinomiques (Interessenabwägung). La veuve de Dieter Oesterlen a annoncé qu'elle y aurait recours en cas de démolition imminente.

28Une participation adaptée des citoyens et citoyennes à la protection du patrimoine contribuerait à une identification souhaitable de la population avec ses biens culturels au moins publics et permettrait d’exercer un contrôle démocratique moderne sur l’action de l’État, au-delà du cadre formel du droit immobilier. De nouvelles structures participatives seraient à développer dans ce but, qu’il faudrait accompagner le cas échéant d’un droit de recours associatif tel qu’il existe déjà en matière de droit de l’environnement et de la consommation.

Notes

1 « Hillebrecht. Das Wunder von Hannover », Der Spiegel, 3 juin 1959, p. 56-69.

2 Le guide touristique électronique de la ville Hannovers schönste Seiten ne compte, parmi le « top 30 » des sites architecturaux à découvrir, pas un seul édifice de l’après-guerre. Voir http://www.hannover.de/de/tourismus/info_angebote/tourist/downloads/index.html.

3 Voir Alexander Mitscherlich, Die Unwirtlichkeit unserer Städte, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1965 ; Jane Jacobs, The Death and Life of great Americain Cities, New York, Random House, 1993 (1re éd.: 1961); Wolf Jobst Siedler, Elisabeth Niggemeyer et Gina Angress, Die gemordete Stadt, Berlin, Herbig, 1964.

4 Voir Friedrich Lindau, Wiederaufbau und Zerstorung, Hanovre, Schlüter, 2000.

5 Voir Werner Durth, Deutsche Architekten. Biographische Verflechtungen 1900-1970, Brunswick, Wiesbaden, Vieweg, 1986.

6 NDT : Le droit allemand ne fait pas la distinction, dans ce qui relève de la « protection des monuments historiques » (Denkmalschutz), entre inscription et classement, ce qui pose parfois un problème de traduction.

7 Pour une réflexion, à travers l’exemple du Hanovre de l’après-guerre, sur ce qui constitue la valeur patrimoniale d’un bâtiment, voir « Das sollen Denkmale sein ? Die Debatte um den Landtag zeigt : Schlichte Nachkriegsbauten können durchaus unter Schutz gestellt werden. Eine kleine Denkmalskunde », Hannoversche Allgemeine Zeitung, 22 mars 2010.

8 Voir Michael Braum et Christian Welzbacher (dir.), Nachkriegsmoderne in Deutschland. Eine Epoche weiterdenken, Bâle, Birkhäuser, 2009 ; Deutsches Nationalkommitee für Denkmalschutz (dir.), 1960 plus ein ausgeschlagenes Erbe ?, Baden-Baden, 2008. Sur les principes d’urbanisme qui ont prévalu pendant la reconstruction de Hanovre, voir la contribution de Sid Auffarth dans cet ouvrage.

9 Que Jorg Maass, conservateur du patrimoine, soit ici remercié pour les renseignements qu’il m’a aimablement fournis.

10 Wolfgang Ness, Ilse Rüttgerodt-Riechmann et Georg Weiss (dir.), Baudenhnale in Niedersachsen : Stadt Hannover, 1re partie « Denkmaltopographie Bundesrepublik Deutschland », vol. 10.1, Hamelin, Vieweg, 1983 ; c’est sur cette publication que repose la liste des monuments historiques de Hanovre, consultable à l’adresse suivante : http://de.wikipedia.org/wiki/Liste der Baudenkmale in Hannover.

11 Sur les résultats de ce concours, voir le site officiel de Hannover City 2020+, http://www.hannover.de/han2020/wettbew/index.html.

12 Landeshauptstadt Hannover, Hannover City 2020+ Die Vortràge, e-book, 76 p.; Hannover City 2020+ Die Entwicklung der Stadt, e-book, 28 p. ; Hannover City 2020+ Der Wettbe werb, e-book, 77 p. ; Hannover City 2020+ Das Konzept, e-book, 72 p. ; téléchargeables sur le site indiqué dans la note précédente.

13 Voir la contribution de Sid Auffarth.

14 Voir la page consacrée à l’architecture de cet édifice sur le site du ministère (Niedersächsisches Ministeriumfür Wissenschaft und Kultur) : http://www.mwk.niedersachsen.de/portal/live.php?navigation_id=6276&article_id=18126&_psmand=19.

15 La station-service avait été construite par l’entreprise Gasolin-Nitag AG, dont le siège était à Hanovre, ce qui explique pourquoi elle était en forme de trèfle, un des motifs du blason de la ville. Elle a été rayée de la liste des monuments historiques au motif que le propriétaire de la galerie avait, en installant des fenêtres tout autour de la station, tellement défiguré l’architecture – digne en soi de protection – qu’un classement n’était plus possible. Étrange hasard que l’on n’ait pas fait ce constat au moment de la transformation de la station-service en galerie, mais seulement bien plus tard, alors que la Nord-LB avait déjà déposé sa demande de permis de construire.

16 L’urbaniste en chef désignait ainsi, par exemple, les petites sculptures destinées à égayer le paysage urbain.

17 « Meilensteine der Demokratie. Über den Umgang mit jungen Denkmalen », Monumente online (magazine de la Fondation allemande de la protection du patrimoine), août 2009, http://www.m0numente-0nline.de/09/04/s0nderthema/architektur_5oer_jahre_design_beethovenhalle_bonn_landtag_hannover.php, p. 2.

18 Parmi ces partisans, on compte le comité directeur de la Chambre des architectes allemands, voir http://www.baunetz.de/meldungen/Meldungen-Kammer_gegen_Abriss_von_Oesterlen-Bau_in_Hannover_684476.html ; la Ligue des architectes allemands (BDA), qui s’est prononcée pour la sauvegarde de l’édifice dans une résolution du 13 mars 2009 ; ce texte est reproduit intégralement et accompagné d’une présentation détaillée de la construction du bâtiment sur le site du BDA, voir Anne Schmedding, « Rettet den hannoveraner Landtag ! », Der Architekt, magazine en ligne du BDA, http://www.bdada.de/2-2009_02.htm.

19 « Meilensteine der Demokratie... », op. cit., p. 1.

20 Voir Hannoversche Allgemeine Zeitung, 17 mars 2010.

21 Voir le site de cette initiative citoyenne : http://www.buergerbeteiligung-landtag.de.

22 Le cheval est l’emblème du Land. Une représentation stylisée orne la salle plénière.

23 Ulrich Neufert, « Beschämend », Hannoversche Allgemeine Zeitung, 16 mars 2010.

24 « CDU rückt vom Landtagsabriss in Hannover ab », Hannoversche Allgemeine Zeitung, 1er février 2011.

25 Dans une interview accordée au quotidien allemand Taz, l’architecte Christoph Ingenhoven a qualifié les manifestants de « génération âgée rétive au changement », Taz, 15 octobre 2010.

26 § 3, Niedersachsisches Denkmalschutzgesetz.

27 § 6, Absatz 1, Niedersachsisches Denkmalschutzgesetz.

28 § 6, Absatz 2, Niedersachsisches Denkmalschutzgesetz.

29 § 7, Absatz 4, Niedersachsisches Denkmalschutzgesetz.

30 Voir par exemple Oberverwaltungsgericht (tribunal administratif régional) Berlin-Brandenburg, arrêt du 25 avril 2008, 2 S 120/07, cité d’après Juris, das Rechtsportal.

Table des illustrations

Légende Figure no 98 – L’ancien siège administratif de l’entreprise Continental reconverti aujourd’hui en bâtiment universitaire.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5357/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende Figure no 99 –La maison des Syndicats de l’architecte Friedrich Lindau.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5357/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende Figure no 100 – Les halles du marché (Markthalle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5357/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Figure no 101 – Un exemple de bâtiment emblématique de la reconstruction qui a pourtant été démoli : le café Kropcke (au fond, l’opéra de Hanovre).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5357/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Figure no 102 – La maison de l’Europe peu après sa construction en 1949.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5357/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Légende Figure no 103 – L’extension du château de Hanovre conçue par Dieter Oesterlen pour abriter la salle plénière du Parlement régional de Basse-Saxe.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5357/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Légende Figure no 104 – Affiche du groupe parlementaire des Verts contre la démolition du Landtag, 2009 : « Visitez le Landtag pendant qu’il est encore debout ! »
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5357/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 181k

Auteur

Docteure en droit, est juge à la cour d’appel de Celle (Basse-Saxe) dont elle est l’attachée de presse depuis 2007. Particulièrement intéressée par l’histoire de la justice en Allemagne, elle a participé en 2011 à l’élaboration d’une exposition et d’un ouvrage présentés dans le cadre du 300e anniversaire de cette cour d’appel. À cette même occasion, elle a publié : « Die 225-Jahr-Feier des Oberlandesgerichts Celle am 14. Oktober 1936 », Celler Chronik, no 18. Beitrage zum 300-jahrigen Jubiläum des Oberlandesgerichts Celle, Museumsverein Celle, 2011, p. 165-191. Ancienne étudiante Erasmus en droit à l’université de Rouen et Hanovrienne soucieuse de la défense du patrimoine de la reconstruction, elle a été coauteure, avec Cécile-Anne Sibout, de l’exposition bilingue « Rouen-Hanovre : la Reconstruction », soutenue par la Communauté d’agglomération rouennaise, la ville de Hanovre et son agglomération et présentée au public français et allemand en 2008.

Corinne Bouillot (Traducteur)

Maître de conférences en études germaniques à l’université de Rouen, est agrégée d’allemand et auteure d’une thèse de doctorat d’histoire contemporaine intitulée De la genèse du mouvement des femmes est-allemandes à l’encadrement des femmes par le pouvoir. De l’occupation soviétique à l’État socialiste 1945-1952 (Lille, Septentrion, 1996). Ses domaines de recherche ont d’abord été les études de genre dans l’Allemagne de l’après seconde guerre mondiale, et elle a publié, en collaboration avec Paul Pasteur, Femmes, féminismes et socialismes dans l’espace germanophone depuis 1945 (Paris, Belin, 2005). Ses recherches et publications plus récentes portent sur les mémoires et politiques mémorielles en Allemagne (immédiat après-guerre, RDA) et les représentations, en France et en Allemagne, des destructions et des reconstructions. À paraître en allemand sur le sujet du présent ouvrage : « Wiederaufbau-Regionen in Europa : Normandie und Nierdersachsen im Vergleich », dans G. WagnerKyora (dir.), Wiederaufbau der Stadte : Europa seit 1945 / Rebuilding European Cities : Reconstruction-policy since 1945, Stuttgart, Franz Steiner, « Beiträge zur Stadtgeschichte und Urbanisierungsforschung », 2013.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search