Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Reconstruction en Normandie et en Basse-Saxe après la seconde guerre mondiale

 | 
Corinne Bouillot

Quatrième partie. Mémoires et patrimoines

Chapitre 19. « En 1948, tout était encore en ruines ! ».

Le musée d’histoire culturelle d’Osnabrück comme forum d’histoire contemporaine : travail avec des témoins sur la représentation de la reconstruction et de l’évolution de la société après 1945

Thorsten Heese
Traduction de Corinne Bouillot

Résumé

La culture et l’éducation historico-politiques sont des besoins fondamentaux dans les sociétés démocratiques. Les musées historiques, en tant que partie intégrante de ces sociétés, ne sont pas seulement des lieux de présentation visuelle et sensorielle de l’histoire. Ils doivent être compris aussi comme des lieux de communication, où peuvent se rencontrer différents groupes sociaux. De tels forums constituent un espace de dialogue sociétal et politique. Dans la dialectique entre le visuel et la communication se développe une compétence muséographique qui confère au public une autonomie critique qui dépasse le cadre du musée. Il s’agit d’expliquer ici, à travers l’exemple de son cercle de travail sur l’histoire contemporaine, comment le musée d’histoire culturelle de la ville d’Osnabrück met en œuvre cette conception. La présente étude, qui laisse une large place aux extraits d’entretiens réalisés dans le cadre décrit, s’appuie sur les quatre séances de travail consacrées à la ville d’Osnabrück entre 1945 et 1965 autour des sujets suivants : « Reconstruction d’une ville détruite », « Société après la guerre et le nazisme » et « Guerre froide et conscience ».

Texte intégral

Figure no 88 – Plus d’une décennie après la guerre, la place du Marché d’Osnabrück conserve encore les traces des destructions, 1957 ou 1958.

La situation de départ : le musée comme forum pour apprendre l’histoire

1Pour l’identité d’une société, l’ancrage historique de celles et ceux qui la constituent est une nécessité, et le musée revêt ici une grande importance symbolique. Dans ce lieu de collecte et de conservation de l’héritage culturel matériel d’une communauté, l’histoire se reflète à travers des objets de manière visuelle et sensorielle. Les musées historiques sont toutefois bien plus que des réservoirs de témoignages matériels. L’histoire contemporaine se construisant quotidiennement, elle peut et doit être l’objet de débats de politique sociétale constamment renouvelés. Des forums adaptés sont nécessaires à ces débats. Le musée historique constitue l’un d’entre eux. Sa réputation particulière à l’intérieur de la société lui confère non seulement un impact potentiel élevé, mais en fait aussi un lieu de rencontre et d’apprentissage pour tous. Au sein du musée, les sociétés peuvent, face aux traces historiques visibles et tangibles laissées dans le présent, mener une réflexion sur l’avenir qui prend en compte la conscience historique. Transparence et ouverture sont des conditions nécessaires à cette réflexion. En tant que forum, le musée encourage la capacité critique et la faculté de jugement, des compétences nécessaires à la conscience historique, mais aussi, de façon générale, au fonctionnement d’une société démocratique.

2Le musée d’histoire culturelle d’Osnabrück se conçoit comme un tel forum. Il a développé différentes formes de travail grâce auxquelles plusieurs générations peuvent se confronter à l’histoire en général et à l’histoire personnelle en particulier. Le point de départ est la situation particulière de cet ensemble muséographique, qui permet de relier idéalement topographie historique et muséale. La villa Schlikker, qui a servi entre 1932 et 1945 de siège au NSDAP d’Osnabrück, est aujourd’hui partie intégrante du musée d’histoire culturelle et se situe à côté de la maison Felix-Nussbaum, autre point central de la topographie muséale qui s’organise le long des anciens remparts de la ville. La maison Felix-Nussbaum, caractérisée par l’architecture « parlante » de Daniel Fibeskind, expose la collection de tableaux du peintre d’Osnabrück assassiné à Auschwitz en 1944. Tandis qu’en ce lieu, la confrontation à la dictature nazie se fait à travers l’histoire de l’art, la villa Schlikker présente le quotidien sous le nazisme ainsi que ses répercussions. L’exposition permanente sur la culture du quotidien au XXe siècle vue à travers l’histoire de la ville sert de cadre à des rencontres intergénérationnelles et constitue en même temps un forum ouvert où des témoins de la période nazie, accompagnés scientifiquement, se confrontent régulièrement à l’histoire qu’ils ont vécue. Il s’agit d’un « forum de la mémoire ».

  • 1 Voir le concept de « sémiophores » chez Krysztof Pomian, Der Ursprung des Museums. Vom Sammeln, nou (...)

3L’avantage d’un musée conçu comme forum et lieu de rencontre est de présenter différents narratifs historiques. À côté des récits muséaux traditionnels qu’offrent la didactique d’exposition, la transmission personnelle par le biais de la visite guidée ou encore les supports techniques, on trouve les narrations des différents groupes sources et groupes cibles. Ceux-ci peuvent être intégrés de diverses manières dans le musée. Les témoins offrent de très bons points d’appui pour des narrations complémentaires. Comme les objets de musée, ils ont une fonction de pont entre le passé et le présent. De même que les objets sont porteurs de signes1 pour une période déterminée, les témoins sont marqués par leur vécu. Ils peuvent relater l’histoire contemporaine et complètent par leurs expériences subjectives le discours historique présenté par le musée. La transmission de connaissances historiques par le vecteur des objets exposés est ainsi associée à l’histoire orale. Les cercles de travail avec des témoins (ateliers historiques, cafés-mémoire entre autres, mais aussi ateliers d’écriture) mettent l’accent sur le récit, indispensable au processus de transmission historique.

  • 2 Concept de Hans-Jürgen Pandel, professeur de didactique de l’histoire.

4Pourquoi le travail avec des témoins au sein du musée semble-t-il aussi prometteur ? La « force de preuve » directement intelligible que possèdent les acteurs et actrices permet d’établir rapidement une relation entre le présent et le passé. Leur témoignage, leur propre vécu authentique font de la personne une source. En tant que « véritables sources », ils peuvent fournir à de jeunes gens un accès à des époques qui leur sont inconnues. Ces époques se rapprochent parce que les personnes qui en font le récit existent dans le présent des destinataires de ce récit. Par leur propre implication, les témoins ne disposent pas toujours de la distance nécessaire à l’égard de leur vécu. Mais d’une part, la « concurrence d’interprétation2 » disparaît lorsque plusieurs témoins travaillent ensemble et que leurs récits se côtoient. D’autre part, elle est un élément productif, car elle permet de rendre visible la nécessité d’une approche critique des sources de toute nature. Toutes les sources doivent être considérées, analysées et interprétées en fonction de leur contexte historique. De même, les souvenirs subjectifs doivent être soumis à une vérification. D’autres témoins ou d’autres sources, comme les objets du musée, doivent être sollicités dans une perspective comparatiste. Ce processus n’est pas seulement riche d’enseignement pour les élèves qui, par exemple, rencontrent des témoins et travaillent avec eux. Ces projets offrent aussi aux témoins, dans un certain sens, une possibilité de s’émanciper eux-mêmes et de poursuivre leur évolution personnelle. Dans la coexistence des interprétations, la réflexion sur soi devient directement l’enjeu. Ainsi, le musée devient aussi un lieu d’« apprentissage de toute une vie ».

Figure no 89 – Le « cercle de travail histoire contemporaine » dans la villa Schlikker au cours du projet mémoire « Osnabrück 1945-1965 », 15 septembre 2010. À l’arrière-plan, le serveur sur lequel les visiteurs peuvent écouter les interviews réalisées en 2005.

5Le travail avec des témoins constitue une bonne opportunité d’éduquer le sens du discours, de la critique et du jugement, car nous avons affaire ici à une simultanéité productive de proximité et de distance. L’histoire récente telle que la représentent les témoins correspond au propre horizon historique du public. La distance est produite par la confrontation à d’autres regards portés sur le récit subjectif : perspectives subjectives d’autres témoins, narration muséographique et objets qu’elle expose, ou encore conférences, expositions tournantes, etc. Nous avons donc là un espace d’apprentissage aux multiples facettes. Avec des témoins, l’histoire contemporaine devient histoire à débattre.

  • 3 Voir aussi Gottfried Fliedl, « Museumspädagogik als Interaktion », dans Kirsten Fast (dir.), Handbu (...)

6C’est ce que confirment les manifestations du musée d’histoire culturelle d’Osnabrück, qui donnent toujours lieu à de vives controverses. Au sein du forum que constitue le musée, le débat est ainsi perçu et enseigné comme forme de communication et de négociation sociétale. Le potentiel d’apprentissage évolue dans un triangle d’interaction objet-personne-groupe et peut être exploité méthodologiquement par un travail de groupe, des discussions ou des processus de concertation. Dans une confrontation collective régulière au vécu individuel, on n’échange pas simplement des souvenirs, on s’exerce aussi à développer des méthodes et des compétences sociétales démocratiques et discursives. On peut facilement associer expériences individuelles et expériences de groupe. Fréquenter le musée devient ainsi un acte sociétal, et le musée devient à travers cet acte une « mémoire sociale3 ».

  • 4 http://www.osnabrueck.de/kriegsenkel (consulté le 10 mars 2011).
  • 5 http://www.osnabrueck.de/migrationsgeschichte (consulté le 10 mars 2011).
  • 6 http://www.osnabrueck.de/zeitzeugen (consulté le 10 mars 2011).

7Le musée d’histoire culturelle d’Osnabrück propose d’autres espaces de rencontre ouverts de cette nature. Par exemple le « forum enfants et petits-enfants de la guerre4 ». Ce cercle se consacre depuis mai 2010 aux répercussions de la seconde guerre mondiale sur la vie des différentes générations de la société allemande d’après-guerre. Le « forum migration5 » traite de l’histoire des déplacements de population au XXe et au début du XXIe siècle. La décision d’introduire ces deux ateliers dans le travail du musée repose sur les expériences positives faites au cours des années passées avec le « cercle de travail “Histoire contemporaine. Des témoins se souviennent6” ». Ce forum avait été créé en 2004 à l’occasion d’une exposition sur la fin de la seconde guerre mondiale et avait continué son activité en 2005 sous le nom de « cercle de travail “Osnabrück 1945” ». Des interviews sur des personnes individuelles ou des thématiques particulières sont réalisées en concertation, les résultats sont débattus et étayés par de la documentation. Les entretiens sont exploités puis rendus accessibles au public sous forme de médias disponibles dans la section « témoins » de l’exposition permanente.

  • 7 Der Heldenbegriff im Wandel aus Sicht von Zeitzeugen, Vorgelegt von den Klassen 5a und 8b der Gesam (...)

8Des membres du cercle de travail participent en outre aux programmes pédagogiques du musée. Leur perspective élargit le travail entre école et musée. En complément de l’exposition permanente, les élèves appréhendent ici l’histoire contemporaine par le biais d’« histoire(s) de vie » associées par exemple à tel ou tel objet exposé ou témoignage matériel. La rencontre avec des témoins ne répond pas seulement au souhait d’authenticité. Elle utilise aussi sa fonction particulière de pont avec l’histoire passée. Le concept favorise la discursivité – celle des élèves comme celle des témoins – et offre un espace pour renforcer l’esprit critique et le sens du jugement chez les élèves. Une telle coopération entre école, musée et témoins a par exemple eu lieu en 2009 dans le cadre du concours historique « Héros. Honorés, ignorés, oubliés » lancé par le président fédéral allemand, et auquel ont participé une classe de CM 2 et une classe de quatrième de l’école générale Schinkel à Osnabrück. Dans le musée, les élèves ont discuté avec des témoins sur les « héros » et l’« héroïsme » à partir d’objets historiques7.

L’exemple : Osnabrück entre 1945 et 1965 – Des témoins se souviennent

  • 8 Je voudrais ici remercier expressément les témoins impliqués pour leur ouverture et la confiance do (...)
  • 9 Les citations utilisées respectent au maximum le texte original. Pour une meilleure compréhension, (...)

9Il s’agit ici de présenter, à travers l’exemple d’une session consacrée à l’histoire d’Osnabrück dans l’après-guerre, comment le cercle de travail d’histoire contemporaine du musée d’histoire culturelle met en œuvre le concept précédemment décrit8. La session « Osnabrück 1945-1965 » a été constituée de trois séances de travail sur les thématiques « Reconstruction d’une ville détruite », « Société après la guerre et le nazisme » et « Guerre froide et conscience ». Une quatrième séance a permis de réfléchir aux trois précédentes, de compléter les témoignages ou de reposer des questions. Dans le développement qui suit, on présentera rapidement l’éventail des souvenirs des personnes interrogées sur les trois thématiques. Pour mieux illustrer le travail avec le cercle des témoins, on développera plus précisément, à titre d’exemples, quelques uns des sujets abordés9.

« Reconstruction d’une ville détruite »

10L’image dominante de l’état de la ville juste à la fin de la guerre, marquée à Osnabrück par l’arrivée des troupes d’occupation début avril 1945, est celle du « désert de ruines ». Cette impression a perduré longtemps. Un expulsé des territoires de l’Est de l’Allemagne décrit ses impressions à son arrivée dans la ville :

  • 10 Kulturgeschichtliches Museum Osnabrück, Forum Erinnern (KMO-FE), interviews de témoins « Osnabrück (...)

Je suis arrivé à Osnabrück fin mai 1946 et je n’oublierai jamais ce moment : à la gare, des destructions partout. [...] On arrivait alors sur le parvis de la gare et on pouvait monter dans le tramway. [...] Mon oncle habitait au Lenzweg ; nous voulions aller chez lui. Alors on a pris le tram de la gare centrale jusqu’au Nikolaiort. Rien que des montagnes de ruines, rien que des montagnes de ruines ! Mais ce qui était intéressant aussi : il y avait de la fumée qui montait des ruines. Donc il y avait des gens qui habitaient là dans des conditions déplorables. Jusqu’au Nikolaiort, absolument que des tas de ruines à droite et à gauche. Puis apparaissaient quelques immeubles isolés, et plus on montait vers le Lieneschweg, alors là ça allait mieux. Des destructions, partout. Toutes les maisons étaient endommagées. Mais il y en avait un peu moins quand on allait du centre vers l’extérieur. Mais c’était tout simplement oppressant : rien que des ruines, et il y avait encore des gens qui créchaient là. C’était ma première impression d’Osnabrück en mai 194610.

11À la représentation d’une ville très largement détruite, en particulier dans son centre, est associée l’impression d’une situation de non droit marquée par les pillages, le marché noir, le vol de charbon et les déplacements à la campagne pour se procurer de la nourriture. Comme la plupart des témoins n’étaient encore que des enfants à cette époque, les ruines sont en même temps un « terrain d’aventures ». Lorsqu’au cours de leurs jeux, il arrive que des enfants trouvent la mort parce qu’ils sont tombés sur un obus ou sont victimes d’un autre accident, ceci n’interrompt pas la normalité de cet univers de jeu, qui constitue une réalité acceptée, parce que vécue ainsi dans les faits. La vie continue au milieu des décombres. Les gens essaient de s’installer aussi vite et aussi bien que possible dans les ruines.

  • 11 Voir la contribution de Corinne Bouillot dans cet ouvrage.

12Une autre impression de cette époque restée dans la mémoire des témoins est celle des troupes d’occupation britanniques qui, aussitôt après leur arrivée, commencent à rétablir les infrastructures, avec des unités de pionniers maintenues sur place spécialement pour cette mission alors que le front continue à avancer. On évoque aussi les grands blindés affectés au dégagement des principaux axes de circulation. Les petits « trains des décombres », qui ont leur gare centrale sur la place Hoffmeyer, marquent l’étape suivante du dégagement des ruines. On se souvient également des commandos de déblaiement, qui, en raison de leur activité particulièrement épuisante, obtiennent le complément alimentaire prévu pour les travailleurs de force. Le concept de Trümmerfrau11 (femme déblayant les décombres) est abordé concrètement à travers la précision que contrairement aux commandos masculins, les femmes étaient « seulement » affectées au travail de nettoyage des briques potentiellement recyclables. Quelques unes des participantes se souviennent que le personnel des entreprises devait d’abord reconstruire les sites de production et les bâtiments administratifs avant que l’on puisse reprendre de manière régulière la production et la vente.

Figure no 90 – Marché noir à Osnabrück, près de l’église Saint-Jean (Johannis-kirche), 1945.

13La reconstruction des structures administratives participe aussi de la normalisation de la vie publique. Pour le quotidien, cela signifie, outre la remise en état des infrastructures (eau et électricité, entre autre), l’attribution de logements. Chaque personne doit disposer de 10 mètres carrés d’espace habitable. Pour les sinistrés ainsi que pour les réfugiés et expulsés des territoires de l’Est auxquels on attribue un logement, c’est le sentiment d’étroitesse qui marque les esprits :

  • 12 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965. Reconstruction d’une ville détruite », 20 janv (...)

Comme nous étions réfugiés, on a organisé notre relogement. Je viens de Celle. Dans ces années-là, Celle n’était pas détruite, elle s’était livrée, elle était « ville ouverte » – c’est bien ça qu’on dit ? Ils n’avaient pas connu de combats, pas non plus de bombardements. Et pourtant, il y avait une opération menée par le bureau du logement qui disait qu’une personne ne devait pas habiter dans plus de 10 m2. Ce qui veut dire qu’avec moi, leur enfant unique (donc une famille de trois personnes), mes parents étaient plutôt bien servis avec une grande pièce de 24 m2. C’était la règle12.

  • 13 Ibid., piste 3, 14 : 07, Walter Herzog, né en 1935.

14A posteriori, les choses sont formulées de la manière suivante : « À l’époque, il fallait vraiment que les gens se serrent, d’une manière qu’on peut à peine imaginer aujourd’hui13 » Lorsqu’on interroge les témoins sur leur perception de différentes phases, on distingue trois grandes étapes : l’image du paysage de ruines, le début d’une reconstruction plus large, puis la normalisation des conditions de vie et d’habitat. Ce n’est qu’à partir de 1948 au plus tôt, avec l’introduction de la nouvelle monnaie, le Deutsche Mark, qu’on peut progressivement parler d’un changement perçu de façon manifeste au cours de la première période :

  • 14 Ibid., piste 2,15 : 39, Lisa Schwarznecker, née en 1924.

En 1948, tout était encore en ruines. À l’époque, nous avons eu la chance de trouver tout de suite un logement, par l’avance de fonds sur les frais de construction. Ça existait, à l’époque, quand on pouvait se le permettre. C’était comme ça, après la monnaie. D’un coup, tout était là, alors qu’avant, il n’y avait rien14.

  • 15 Ibid., piste 5, 06 : 50, NN.

15Dans la quinzaine d’années qui suit, la reconstruction fait alors suffisamment de progrès pour que l’on ressente de nouveau une certaine normalité quant à l’image de la ville : « Dans les années 1960, les choses sont redevenues un petit peu plus normales15. » Cette représentation s’est glissée dans le récit des visites que proposait une guide-conférencière :

  • 16 Ibid., piste 2,15 : 39, Lisa Schwarznecker, née en 1924.

J’ai d’abord vécu rue Buerschen, puis pendant 25 ans le long des remparts. Et depuis les remparts, en 1953, j’ai vu le centre-ville se reconstruire, sur chacun des terrains en ruines. Tout à fait progressivement, la ville est devenue de plus en plus belle. Ensuite, pendant trente ans, j’ai fait des visites guidées dans notre ville, et j’ai pu alors raconter aux touristes à quoi ça ressemblait avant. Car nos touristes étaient toujours enthousiasmés par la beauté de notre ville. Mais ils ne pouvaient pas s’imaginer que la vieille ville avait été détruite à 90 %. L’ensemble de la ville à 60 %, mais la vieille ville à 90 %16.

Figure no 91 – Le Nouveau Marché (Neumarkt) de la fin de la guerre aux années 1960.

  • 17 Der Westfalische Frieden in Osnabrück. Gedächtnisausstellung zu seiner dreihundertjàhrigen Wiederke (...)

16Il est intéressant de constater ici à quel point les représentations historiques subjectives divergent de la perception publique. Parmi les personnes interrogées, aucune n’évoque la reconstruction de l’hôtel de ville détruit, devant lequel la paix de Westphalie avait été proclamée en 1648. Pour la ville, il s’agit d’un événement marquant, qui s’est accompagné de gros efforts financiers. À l’occasion du 300e anniversaire de la paix de Westphalie en 1948, l’hôtel de ville avait été l’un des tout premiers bâtiments publics à être reconstruit, pour produire un symbole de paix par rapport à l’histoire récente. Une exposition avait aussi accompagné l’événement17 Le souvenir subjectif, manifestement plus marqué par le quotidien, contraste ici avec la politique symbolique de reconstruction menée par l’administration municipale.

Figure no 92 – L’hôtel de ville d’Osnabrück après sa reconstruction entre 1948 et 1957. Au premier plan, l’ombre des façades des maisons détruites.

  • 18 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965. Reconstruction d’une ville détruite », 20 janv (...)

17En revanche, le groupe se souvient très bien de la réforme monétaire. À la « monnaie » du 13 juin 1948, décrite comme ligne de frontière par rapport à la pénurie, les témoins associent de manière générale l’amélioration des conditions de vie : « Oui, la réforme monétaire a été une césure importante, avant, il n’y avait rien, et après, il y a eu tout d’un seul coup. Nous ne pouvions bien sûr pas nous expliquer pourquoi18. » Mais la nouvelle monnaie a aussi des répercussions négatives. Avec l’introduction du Deutsche Mark, non seulement le prix de nombreuses marchandises augmente, mais la main d’œuvre elle aussi doit être rémunérée dans une monnaie nouvelle et encore rare. Des formes de partage solidaire du travail destinées à maintenir des emplois sont décrites par les témoins, comme dans le cas d’une employée fraîchement qualifiée :

  • 19 Ibid., 14 avril 2010, piste 1, 59 : 18, Gisela Macke, née en 1928.

J’ai terminé mon apprentissage en mars 1948 et je touchais pour la première fois un vrai salaire. Mais au bout de deux mois, quand la monnaie est arrivée, mon chef m’a dit : « Oui, je ne peux pas payer autant d’employés », avec l’argent qui manquait aussi dans les entreprises. Alors pendant quelques mois, nous avons dû faire du job-sharing, comme on dit aujourd’hui. Donc nous avons travaillé seulement à mi-temps, en faisant un roulement avec mes collègues. [...] J’avais une collègue avec qui je me concertais pour savoir qui ferait le matin et qui ferait l’après-midi19

18Dans cette séance, il a été question aussi des réparations et du plan Marshall (European Recovery Program, ERP). Dans ce domaine, on trouve peu de souvenirs personnels. Les impressions sont plutôt marquées par des jugements rétrospectifs. Les réparations, c’est-à-dire en particulier le démontage de machines et de sites industriels auquel on a procédé dans les zones occidentales elles aussi, du moins au début, sont considérées comme une chance pour l’économie ouest-allemande, car la reconstruction et la modernisation « forcées » des sites de production ont créé, comme on le sait a posteriori, une meilleure situation de départ que dans d’autres pays européens. Le plan Marshall a apporté les moyens financiers nécessaires. Les témoins soulignent que les conditions économiques ont été plus mauvaises en zone d’occupation soviétique parce que les démontages y ont été bien plus massifs et que l’Allemagne de l’Est n’a pu, en raison de la formation des blocs politiques de la guerre froide, profiter du plan Marshall.

Société après la guerre et le nazisme

  • 20 Ibid., 20 janvier 2010, piste 2,15 : 39, Lisa Schwarznecker, née en 1934.

19La discussion sur l’évolution de la société dans l’après-guerre a été beaucoup plus émotionnelle. On se remémore ici différents aspects. Ce qui a marqué les premières années, c’est par exemple la confrontation à la culture des puissances d’occupation occidentales, en particulier américaine. On note tout d’abord des préjugés marqués par les connotations négatives de l’idéologie nazie, mais qui cèdent ensuite la place à un rapprochement prudent. Ici, il n’y a pas que le chocolate, le chewing-gum, les cigarettes occidentales convoitées comme monnaie d’échange, ainsi que le jazz ou plus tard le rock’n roll, mais en particulier aussi la rencontre avec des personnes de couleur : « Alors, début avril 1945, les Anglais sont arrivés. Nous étions dans la cour et avons couru jusqu’au portail et nous avons vu pour la première fois des Noirs. Pour nous c’était, comment dire... qu’est-ce ça pouvait bien être, et en plus ils étaient noirs20 » Ces « Noirs » se révélèrent ensuite être des gens tout à fait normaux.

20Rétrospectivement, les témoins s’amusent presque de leurs souvenirs du « temps du maïs ». Pour assurer l’approvisionnement en denrées alimentaires au cours des premiers mois de l’occupation, on avait importé du maïs, manifestement en raison d’un malentendu :

  • 21 Ibid., piste 5, 04 : 28, NN.

Il y avait une commission de l’alimentation. Elle siégeait à Minden et le président était le grand Schöningh, un agriculteur ou un grand propriétaire terrien du nord de l’Allemagne. Et alors, les Anglais ont posé la question suivante : « Vous avez besoin de quoi ? » Et là, il a répondu : « Nous avons besoin de grain (Korn) », parce qu’ici, dans tout le Nord de l’Allemagne, le seigle se dit Korn. Mais corn, en anglais, ça veut dire « maïs ». Alors les Anglais, ils se sont certes gratté la tête et ils ont dit : « Qu’est-ce qu’ils veulent en faire du maïs ? Mais bon, s’ils le disent [...] » Alors le maïs est arrivé. Et pendant presque six mois, nous avons mangé du pain de maïs, des petits pains au maïs, du gâteau de maïs. On mettait du maïs dans la soupe de pois pour l’épaissir. Ça faisait bien jaune. Le pain aussi était comme ça. Tout juste sorti du four, ça se laissait avaler. Mais au bout de trois jours, c’était tellement granuleux et dur qu’on ne pouvait plus le manger. Mais nous y avons survécu, au temps du maïs21

21La confrontation aux personnes déplacées (Displaced Persons, DP’s) dans l’immédiat après-guerre constitue un exemple adapté pour décrire plus en détails le déroulement du travail réalisé avec les témoins. À Osnabrück, les DP’s sont surtout d’anciens prisonniers de guerre soviétiques et yougoslaves ainsi que d’anciens travailleurs forcés soviétiques et polonais. Historiquement, ce phénomène joue un rôle important, en particulier à la fin des années 1940. Tantôt leur retour dans leurs pays d’origine fut organisé de manière ciblée, tantôt des personnes isolées émigrèrent vers d’autres États. Peu d’entre eux restèrent à Osnabrück. Selon les observations faites, la plupart des DP’s semblent avoir quitté Osnabrück avant 1960. Un témoin fait le récit suivant :

  • 22 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965. Société après la guerre et le nazisme », 10 fé (...)

À Osnabrück, nous avions à vrai dire installé pas mal de prisonniers de guerre, qui ont dû aussi faire du travail forcé. Quand les Anglais sont arrivés [...], on les a rassemblés et hébergés dans l’ancienne caserne Winkelhausen à Haste. C’est là qu’étaient les Russes. [...] Mais ces travailleurs forcés ou ces prisonniers de guerre, on les a reconduits chez eux assez rapidement [...], car il y a des commissions russes qui sont arrivées. Les Russes voulaient récupérer les leurs. En plus, nous avions ici tout un tas de Yougoslaves. [...] Une partie des Yougoslaves, ceux qui sympathisaient avec le communisme, sont partis relativement vite. Tandis que d’autres, qui se disaient royalistes – [...] un grand camp de prisonniers de guerre [avec] des officiers yougoslaves à Eversburg –, ceux-là sont tous restés ici et certains avaient des petites amies allemandes etc. Parmi eux, beaucoup ont émigré au fil du temps, en Australie. Je connais aussi quelqu’un qui s’est marié ici. Ils en avaient la possibilité et ils l’ont saisie. Donc ils ont passé des tas d’années ici en Allemagne. C’est surtout les officiers qui sont partis en fait relativement vite, ils sont allés en Amérique et en Australie. Et le peuple normal – j’ai une cousine qui était copine avec un d’entre eux –, ça a duré des années, et puis ils ont fini aussi par partir22.

22Pour la phase initiale, il y a tout d’abord la représentation selon laquelle les travailleurs forcés se sont transformés après 1945 en des « vainqueurs » qui s’arrogeaient « leur droit ». C’est autour de la question des Polonais que le débat s’engage avec une forte charge émotionnelle. On commence par décrire, en particulier à travers l’exemple des anciens travailleurs et des anciennes travailleuses forcé(e)s polonais(es), un scénario où on les voit piller et parfois même tuer. Selon les témoins, le calme n’est revenu que lorsque les forces de l’ordre britanniques sont massivement intervenues, ont rassemblé les personnes dans des quartiers d’habitation particuliers, ont instauré des couvre-feux le soir et autorisé l’usage des armes à feu. On ressent une certaine gratitude à l’égard des troupes britanniques, celles-ci s’étant occupé de rétablir l’ordre très rapidement. Une femme du groupe de témoins se souvient de Polonais

  • 23 Ibid., piste 2, 35 : 30, Lisa Schwarznecker, née en 1924.

qui se sont vraiment vengés des Allemands, parce qu’à l’époque où ils travaillaient ici, ils avaient été très mal traités. Ça s’est vraiment tellement étendu qu’ils se sont attroupés pour attaquer les fermes la nuit. Il est parfois arrivé aussi, dans notre village, que des paysans soient abattus parce qu’ils ne voulaient pas abouler tout ce que les autres réclamaient23

Figure no 93 – Femmes soviétiques faisant la lessive à la caserne Winkelhausen, où sont rassemblées les « personnes déplacées », Osnabrück, 18 avril 1945.

23Un autre témoin dépeint ce qui s’est passé dans son quartier du sud de la ville de la manière suivante :

  • 24 Ibid., piste 2, 27 :  49, Horst Jung, né en 1927.

On avait ici aussi toute une série de Polonais, des travailleurs étrangers, aussi bien des hommes que des femmes. Et alors ils ont été rassemblés par les Anglais sur la colline de Berning, et les habitants d’origine qui habitaient là [ont été] déplacés. C’était toutes des maisons de lotissement, elles ont été évacuées, et les Polonais s’y sont installés. Et bien sûr ils pensaient que maintenant ils pouvaient faire ce qu’ils voulaient, et la nuit ils sont partis en expédition pour voler. Mais ça n’a duré que très peu de temps. La police militaire s’en est occupée, et alors la nuit, sur la colline de Berning [...], il y a eu des sentinelles qui montaient la garde. Et pour autant que je sache, ils avaient même l’autorisation de tirer sans sommation. [Après] environ deux ans deux ans et demi, ils ont tous redisparu progressivement, direction la Pologne. Ce qui est intéressant, c’est ce qu’on a alors trouvé dans les maisons : quand les habitants d’origine sont revenus, il [leur] a fallu remonter tout ce qui était en bois. Les autres, ils avaient tout brûlé. Les escaliers, les lambris, et n’importe quoi, tout ce qu’il y avait comme bois, au cours de cet hiver froid – il faut dire que c’était en 1946 – tout était passé en bois de chauffe24.

Figure no 94 – Un soldat britannique contrôle un passant qui transporte des feuilles de tabac, 5 avril 1945 (débuts de l’occupation).

24Des observations faites par d’autres témoins relativisent ces déclarations. Ainsi, une femme arrivée comme réfugiée à Osnabrück rapporte que la coexistence avec d’anciens travailleurs forcés soviétiques était pacifique :

  • 25 Ibid., piste 2, 22 : 00, Gisela Knoff, née en 1938.

Nous sommes arrivés ici à Osnabrück – je ne sais plus très bien quand c’était, en 1947 je crois – dans un camp où avaient habité auparavant sans doute des travailleurs forcés ou autres ; là haut, au panorama. Et donc quelques uns étaient restés, ils étaient tout simplement restés là et vivaient avec nous, les réfugiés. Ce qu’ils sont devenus, je n’en sais rien. Il y avait deux femmes et quelques hommes, qui ont alors continué à travailler ici dans l’industrie. [...] Donc il y en avait quelques uns qui sont restés là, qui avaient peur de retourner en Russie ou en Pologne25.

25Concernant le vol de bois dans les logements, il ne s’agissait pas, selon les dires d’un autre témoin, d’un phénomène spécifiquement « polonais » :

  • 26 Ibid., piste 2, 29 : 48, NN.

À propos de ce que vous disiez sur le fait que les Polonais brûlaient tout ce qui était en bois, je me souviens qu’on racontait que dans le domaine d’Ostenwalde près de Buer, où Montgomery avait son quartier général, les Anglais aussi avaient tout brûlé. Ils ont arraché les boiseries [...], parce qu’apparemment il faisait vraiment trop froid. Il semble bien que ce n’était pas quelque chose de spécifique aux Polonais26.

26Le même témoin confirme toutefois une atmosphère de peur qui semble avoir régné vis-à-vis des Polonais. Cette peur résultait manifestement aussi bien d’incidents réels que de rumeurs entretenues sans que les gens aient fait nécessairement eux-mêmes de mauvaises expériences. Le témoin alors âgé de cinq ans explicite ce phénomène à partir de ses propres réactions face aux Britanniques d’un côté et aux Polonais de l’autre :

  • 27 Ibid., piste 2, 29 : 48, NN [Wilhem Groneick, né en 1943 ?]

Quand on voyait des soldats anglais, on courait après eux ou vers eux et on quémandait du chocolat ou des friandises. Et souvent, on réussissait effectivement à avoir quelque chose. Et alors on nous a raconté – il y avait des gens en uniforme, qui avaient un blouson en cuir noir – que c’était des Polonais, et devant ceux-là, on a pris la poudre d’escampette. [...] Mais personnellement, je n’ai jamais vécu quelque chose de désagréable avec eux. Mais ce que vous avez dit avant moi, c’est sans doute une rumeur qui s’est répandue d’une manière ou d’une autre. En tout cas, le mot d’ordre, quand les Polonais arrivaient, c’était : déguerpir ! Alors on s’est cachés sur les terrains en ruines. Et quand c’était des Anglais qui venaient, alors oui, il y avait quelque chose à récupérer, en tout cas souvent27.

27Un autre membre du cercle de travail confirme la peur que les enfants allemands avaient des Polonais :

  • 28 NDT : Bund Deutscher Mädel, la branche féminine des Jeunesses hitlériennes.

Les Polonais étaient craints. C’est vrai. Mais on les craignait déjà aussi pendant la guerre, quand ils étaient ici comme travailleurs civils ou forcés. Je m’en souviens encore : à l’époque, j’étais encore aux Jeunesses hitlériennes et souvent, des filles du BDM28, les plus petites, m’interpellaient pour que je les raccompagne chez elles à cause des Polonais ; quand il faisait nuit.

28Et pour l’après-guerre, le même témoin se souvient :

  • 29 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965. Société après la guerre et le nazisme », 10 fé (...)

À Bünde [...] étaient hébergés beaucoup de Polonais. Des quartiers entiers étaient clos avec des barbelés. Un jour, je suis allé là-bas pour chercher de la nourriture à la campagne. C’est pourquoi j’ai vu ça moi-même. Il y avait vraiment une administration polonaise. Ils [...] voulaient en fait rester là et ils ont pensé : on est sur un territoire d’État polonais. Mais un jour ou l’autre, les Anglais ont quand même fini par les renvoyer chez eux. Et le bloc de l’Est voulait vraiment récupérer ses gens, c’est les Russes qui pilotaient ça. Donc ils ont presque tous disparu, à temps. Dieu soit loué, on pourrait peut-être dire. Bon, c’est vrai que ça fait un peu raciste. Mais ils étaient craints29.

29Des déclarations comme celles-ci révèlent-elles éventuellement des traces d’une empreinte idéologique de l’époque nazie – d’un côté le « bon Allemand », de l’autre le « sous-homme slave » – qui perdurerait encore aujourd’hui ? Manifestement, c’est un sentiment équivoque qui est décrit, né dans une période de bouleversement et de transition et qui donne lieu aujourd’hui, avec le recul, à une réflexion personnelle. Les deux niveaux temporels – le ressenti de l’époque et la perspective rétrospective actuelle – se rencontrent et créent une ambivalence momentanée qui pourrait constituer une source pour la formation de la conscience historique. J’en reviens aux déclarations d’autres témoins qui relativisent ou corrigent l’image négative. Une des participantes tente d’expliquer le comportement des Polonais après 1945 de la manière suivante :

  • 30 Ibid., piste 2, 32 : 22, Helga Lipski, née en 1936.

Je pense qu’il y avait aussi beaucoup de colère refoulée chez les Polonais, car ils n’ont pas vraiment non plus été traités avec bienveillance. Et qu’à un moment ou à un autre, quand ils ont été libres, ils ont dû et voulu exprimer cette colère. Qui pourrait ne pas comprendre qu’ils aient fait ça30 ?

30D’autres participant(e)s ont en outre fait des expériences positives avec des Polonais. Car certains protégeaient par exemple leurs anciens « employeurs » allemands dans le cas où ceux-ci les avaient bien traités auparavant. Un exemple à ce propos :

  • 31 Ibid., piste 2, 32 : 50, Lisa Schwarznecker, née en 1924.

J’aimerais rompre une lance en faveur des Polonais : à l’époque, nous vivions dans notre ferme et nous avions des prisonniers de guerre polonais. D’abord, ils étaient dans un camp. Puis ensuite, on les a dirigés vers les familles et ils ont pu aussi habiter chez nous. Et ces deux prisonniers de guerre nous ont protégés après la guerre, quand tout a été ici en ébullition. Ils nous ont vraiment protégés jusqu’à ce que les choses s’apaisent ici, jusqu’à ce que la situation se normalise, et alors ils sont retournés en Pologne31.

31Un autre témoin fait lui aussi un récit positif similaire :

Nous avions été évacués, ici dans les collines de la région de la Weser, chez des grands propriétaires terriens. Eux aussi avaient des valets et des servantes [...] venus de Pologne. C’était des Polonais et des Russes. Et en particulier les femmes, la Polonaise et aussi la Russe, elles aimaient bien les enfants, je m’en souviens parfaitement. Elles ont [...] vraiment essayé de se procurer d’une manière ou d’une autre ce que nous ne pouvions pas avoir. Et alors elles nous le repassaient à nous, les enfants, j’ai toujours trouvé ça très très beau. C’est pourquoi je dois préciser que je ne peux pas dire des choses négatives sur les Polonais, et pas non plus sur les Russes.

32De manière rétrospective, la même personne essaie aussi de donner une explication au comportement observé par les autres témoins :

  • 32 Ibid., piste 2, 33 : 38, Klaus Koulen, né en 1938.

Il faudrait quand même penser avant toute chose, après la guerre aussi, que [les] Polonais ont été très persécutés par les Allemands. De manière atroce. Et avant toute chose, il faudrait penser au fait que c’est quand même nous les Allemands qui avons commencé la guerre contre les Polonais. Nous ne devrions pas l’oublier32

33Quelles conclusions doit-on tirer d’une telle discussion ? Les souvenirs divergents mettent en évidence le fait que les stéréotypes idéologiques comme celui du « mauvais slave » ou du « bon Allemand », tels qu’ils ont été inculqués aux participants du cercle de travail dans leur enfance et leur jeunesse, n’ont manifestement jamais été réalité. En mettant en commun leurs souvenirs, les témoins apprennent bien plutôt, ensemble, qu’il y a eu certes à l’époque de bonnes et de mauvaises expériences, mais que leur vécu ne peut confirmer les stéréotypes. Ils ont ainsi la possibilité, à travers l’échange, de vérifier et de relativiser le cas échéant leurs propres souvenirs à l’aide des expériences faites par les autres.

34Les témoins du cercle de travail d’Osnabrück s’efforcent visiblement de se souvenir correctement et de ne pas généraliser leurs propres expériences. Ainsi, un participant réagit à certaines déclarations et s’exprime de nouveau sur le sujet, en précisant qu’il n’avait voulu décrire que des faits, sans porter de jugement :

  • 33 Ibid., piste 2, 35 : 00, Wilhelm Groneick, né en 1943.

Ce que j’ai dit des Polonais n’a rien à voir avec le fait que j’aie pu vouloir en dire du mal. Il est évident pour moi qu’ils [...] ont subi des choses terribles. A posteriori, je comprends parfaitement. [...] Nous avions peur, tout simplement, et nous avons pris la poudre d’escampette. Mais jamais aucun d’eux ne m’a fait du mal. Je dois le dire33.

35Au cours de débats de ce genre, très chargés d’émotion, s’offrent aux témoins des opportunités de percevoir comment ils ont été marqués idéologiquement par la période nazie et de s’y confronter de manière critique. Parfois, ils y parviennent. Toutefois, à d’autres moments, on constate que beaucoup de choses n’ont pas donné lieu, jusqu’à aujourd’hui, à une remise en question. C’est là qu’on voit à quel point la propagande peut laisser des traces profondes. Il est par exemple frappant de constater que personne, parmi les témoins, n’utilise les désignations historiquement correctes de citoyens soviétiques, soldats de l’Armée rouge, Russes, Russes blancs ou Ukrainiens, mais parlent presque sans exception des « Russes », de manière générale. Et ceci ne vaut pas seulement pour les réfugiés ou expulsés des territoires de l’Est, chez lesquels on pourrait peut-être s’attendre à un manque de distance résultant des expériences négatives comme les viols, la violence ou la perte du pays natal. Ainsi, le travail entrepris pour faire progresser la conscience historique des membres du groupe est long et difficile, mais il est loin d’être inutile. En témoigne la gratitude régulièrement exprimée par les témoins, et ceci quel que soit l’effort manifeste qu’exige d’eux la confrontation à un sujet donné.

  • 34 Voir la contribution de Jochen Oltmer dans cet ouvrage.

36La question de l’intégration des réfugiés et expulsés allemands des territoires de l’Est dans la population vivant déjà sur place constitue une autre thématique centrale34. Ceux-ci représentaient environ un quart de la population d’Osnabrück et étaient considérés par les « autochtones », qui devaient les accueillir chez eux ou qui étaient eux-mêmes sinistrés, comme des concurrents dans la recherche d’un logement et de denrées alimentaires. Une des femmes du groupe dit à ce propos :

  • 35 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965. Reconstruction d’une ville détruite », 20 janv (...)

Je sais par expérience qu’il y avait très peu d’espace habitable. Les gens se sont serrés, ils se sont accommodés de leur situation. Et c’est là qu’est arrivé l’énorme flux des réfugiés, et alors pour notre ville [...], c’était très très dur de les héberger, et l’intégration aussi, ça s’est clair35.

Figure no 95 –Du logement provisoire à la construction de lotissements.

37Les conflits entre les différents groupes sont ici clairement formulés :

  • 36 Ibid., Lisa Schwarznecker, née en 1924.

Pour la région d’Osnabrück, c’était un gros problème après la guerre, quand tous ces réfugiés sont arrivés ; les expulsés, c’est comme ça qu’on les appelait. C’était comme ça : je vivais encore dans la ferme de mes parents. Nous étions pleins de sinistrés, jusque dans les greniers, et en plus, il y avait encore les réfugiés qui arrivaient. Alors on les a hébergés dans tous les gourbis possibles, et même dans les étables. Parfois, ce n’était vraiment plus du tout décent. Mais nous étions un peu hostiles à ça, je le dis maintenant avec un esprit critique. Nous nous sommes toujours beaucoup fermés face aux réfugiés36.

38Les récits des enfants de réfugiés montrent quels effets pouvait avoir ce rejet, et comment ceux-ci y ont fait face avec la plus grande souplesse d’adaptation possible :

  • 37 Ibid., piste 3,15 : 33, Ursula Herzog, née en 1945.

À l’époque, on vivait à Hollage près de la briqueterie, parce les hommes y avaient trouvé du travail, les pères. C’était tellement étroit : une famille entière par chambre, et dans toute la maison sept huit familles. Alors il y avait tout le temps des disputes et du grabuge, entre les enfants, entre les adultes. C’était tellement négatif, quand on disait qu’on vivait dans cette maison comme fille de réfugiés. C’était terrible. Je sais que j’ai toujours pensé : il faut quand même que tu montres que tu es une petite fille bien, raisonnable ; et dans la rue, toujours faire une jolie petite courbette, pour que les gens ne disent pas tant de mal de nous les réfugiés. Et nous n’avions rien du tout, pas non plus d’ustensiles de ménage. Nous n’avions rien, nous étions complètement catalogués. C’était absolument affreux37.

  • 38 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965. Société après la guerre et le nazisme », 10 fé (...)

39Le rejet des nouveaux arrivants se superpose très souvent à des conflits religieux ou confessionnels qui creusent encore le fossé. Les programmes d’aide ou de dédommagement suscitent la jalousie sociale. Les témoins rapportent des dictons d’exclusion courants comme : « De l’Est arrivé, aussitôt casé » ou encore « Ces sales bêtes ne partiront jamais38 ! » Mais on reste plutôt entre soi, les réfugiés aussi parce qu’ils ont honte de devoir vivre dans du mobilier provisoire. Il y a toutefois aussi des migrants qui, de manière divergente, racontent qu’ils ont été bien accueillis :

  • 39 Ibid., piste 2, 02 : 24, Christa Exner, née en 1940.

Notre arrivée et notre accueil se sont très bien passés. Nous avons à peine senti que nous étions des réfugiés. On ne nous a pas insultés, on ne nous a pas discriminés. Nous avons été totalement intégrés, tout de suite. Nous sommes allés là-bas à l’école, j’y ai fait aussi mon apprentissage, et je dois dire : je me suis sentie très bien et j’avais aussi des copines parmi les gens du coin. Nous étions là de plain-pied39.

40Cette expérience différente tient peut-être au fait que dans le lieu en question, Bad Iburg au sud d’Osnabrück, la pénurie de logements était bien moins importante que dans la ville très sévèrement détruite. En outre, les échanges semblent avoir été un peu plus faciles entre les jeunes, car moins marqués par les préjugés. À ce propos, un autre témoin rapporte :

  • 40 Ibid., piste 3, 17 : 40, Peter Niebaum, né en 1942.

Lorsque je suis entré à l’école, [...] je suis arrivé dans une très grande classe - environ 50 enfants, parmi lesquels il y avait d’après moi à peu près un enfant de réfugiés sur cinq. Pour autant que je me souvienne, il n’y avait pas du tout de problème, au contraire : j’ai eu relativement vite un copain très proche qui venait d’une famille qui [...] avait fui la Silésie ou qui en avait été chassée40.

  • 41 Ibid.
  • 42 Ibid., piste 2, 08 : 21, Wilhelm Groneick, né en 1943.
  • 43 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965. Reconstruction d’une ville détruite », 20 janv (...)
  • 44 Ibid.

41Le même témoin dit, à propos de l’intégration des réfugiés et expulsés : « Je pense rétrospectivement que dans l’ensemble, ce problème d’intégration de si nombreux réfugiés a été relativement bien réglé et je crois que le meilleur indice, c’est qu’on pouvait s’exprimer, ne serait-ce que par des chansons de carnaval, qu’on pouvait en parler41. » Selon les observations faites par les témoins, il n’y a pas eu de rapprochement sensible entre les groupes sociaux des « réfugiés et expulsés » et des « autochtones » avant 1955-1960. Un témoin rapporte ainsi les expériences faites par sa femme arrivée de Prusse orientale dans la région de Diepholz : « Je crois que ça a duré entre 10 et 15 ans jusqu’à ce qu’ils soient intégrés. Mais après, ils sont vraiment devenus des gens de Diepholz, reconnus par tous. Mais c’est sûr que ça a mis du temps, sans doute une décennie42. » Un signe manifeste de rapprochement est le mariage par-delà les barrières sociales : « Il a fallu très longtemps pour que l’on se rapproche, pour qu’alors se nouent les premières relations et qu’un garçon d’une famille de réfugiés épouse une fille d’ici. Et tout à fait progressivement, il y a eu une évolution, et les réfugiés ont fini par s’implanter, pour ainsi dire43. » Rétrospectivement, les témoins « autochtones » expriment beaucoup de compréhension quant à la situation de départ difficile des migrants de l’époque : « Mais après coup, je crois que pour eux, c’était terriblement dur de quitter leur région natale et de se sentir bien ici44. »

42Un autre aspect central qui a marqué la société d’après-guerre est la question de la « dénazification ». Dans l’ensemble, la dénazification très teintée de pragmatisme menée à Osnabrück par l’occupant britannique est présentée comme une caractéristique particulière. L’approche initiale a vite cédé la place à une retenue manifeste, car comme on avait besoin de main-d’oeuvre qualifiée, on pensait ne pas pouvoir renoncer même à des personnes au passé politique trouble. À moyen terme, on troqua l’idée d’un renouveau profond de la société contre une stabilisation plus rapide de la situation, entre autre économique, dans le contexte de la confrontation croissante entre l’Est et l’Ouest et donc de la « guerre froide » qui s’amplifiait. Un témoin se souvient des « mesures disciplinaires » spontanées prises au cours des premières semaines :

  • 45 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965. Société après la guerre et le nazisme », 10 fé (...)

Donc après la guerre, dans toute l’Allemagne, les plus ou moins gros nazis ont aussitôt été arrêtés ou mis au travail. Personnellement, je connaissais quelqu’un, mon ancien recteur, il a d’abord été à la caserne de Winkelhausen où il devait nettoyer les waters, et puis après [...], il a dû pelleter des décombres, faire du déblaiement. [...] des gens aussi qui étaient fonctionnaires ou qui étaient dans la SS45.

43Un autre témoin raconte comment les Britanniques ont procédé à partir de 1945 :

  • 46 Ibid., piste 3,11 : 50, Horst Jung, né en 1927.

Aux chemins de fer, ça s’est passé comme ça : on est très vite allé rechercher le directeur d’atelier, qui était nazi. On lui avait donné comme mission de ramener tous ceux qui avaient travaillé dans l’atelier de réparation. Car autour d’Osnabrück, il y avait environ 60 000 wagons de marchandises inutilisables parce qu’ils avaient subi des destructions de guerre mais dont on avait un besoin urgent pour transporter du charbon. Et ça s’est passé comme ça aussi pour le bureau d’enregistrement de la population. Tout d’abord, on a laissé en place les gens qui s’y connaissaient jusqu’à ce qu’on trouve des remplaçants. Et puis ensuite, je dirais au moins un an après, on s’est demandé comment organiser cette dénazification. L’Anglais ne voulait pas s’en occuper lui-même. [Donc] il a fallu créer des comités de dénazification. Ceux-là aussi, on les a formés, et alors on a commencé tout doucement à y voir plus clair : qui donc était encore concerné ? Les gros poissons, ils avaient tous disparu. Mais après, on s’est rendu compte qu’il y avait encore beaucoup de suivistes. Alors on n’en a plus beaucoup parlé [...] il n’y avait presque personne qui n’avait pas eu de contact avec les nazis. Tout le monde avait toujours plus ou moins des contacts, et ils avaient tous peur d’avoir des problèmes avec ça plus tard. Mais après [...], on a traité ça de manière relativement souple, toute cette histoire. Je n’[ai] pas connaissance qu’il se soit passé ici des choses importantes comme le procès de Nuremberg. [...] Ça a duré en tout trois ou quatre ans, toute cette dénazification, et alors la réinsertion était pratiquement achevée46.

44Cette manière de procéder est confirmée par d’autres témoignages :

  • 47 Ibid., piste 3, 04 : 55, Heinrich Ahlert, né en 1931.

[Je connaissais] quelqu’un qui travaillait à l’agence pour l’emploi. On l’a fichu dehors. Les fonctionnaires, on les a d’abord tous congédiés. Ceux pour qui ils pouvaient prouver qu’ils étaient nazis. Mais ça n’a duré que relativement peu de temps, car les puissances d’occupation [...] se sont rendu compte que sans ces nazis qui avaient occupé en leur temps des postes de direction, elles ne pourraient pas continuer la reconstruction ou faire marcher l’économie. Alors ils ont tous été assez vite dénazifiés puis réembauchés. C’est un fait établi. Et les choses se sont passées comme ça aussi à Osnabrück. [...] Personnellement, j’en connaissais plusieurs, puisque je fais partie de cette génération de la guerre qui a quand même perçu des choses consciemment. [...] Ces gens, les Kolkmeyer etc., ils ont été [...] en partie internés, les nazis un peu plus gros. Ceux qui étaient un peu plus petits, ils ont recommencé assez vite à travailler dans leur ancien métier47.

45En conséquence, les mesures de « dénazification » sont jugées de manière critique. Un témoin déclare à ce propos :

  • 48 NDT : jeu de mot difficilement traduisible sur entnazifizieren et entlausen (épouiller), deux verbe (...)
  • 49 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965. Société après la guerre et le nazisme », 10 fé (...)

Trois petites remarques si vous permettez. Premièrement : déjà, le terme de denazification [en anglais dans le texte] ou Entnazifizierung est extrêmement traître. On peut déparasiter quelqu’un qui a des parasites48, mais quelqu’un qui est un nazi véritablement brun jusqu’à la moelle, on ne peut pas le dénazifier. C’est une absurdité. Ce n’est pas possible. Deuxième remarque : tout à fait au début de l’après-guerre, Eugen Kogon observait [...] : la dénazification échouera parce qu’elle est beaucoup trop large. On avait cinq groupes : les innocents, ceux qui étaient moyennement impliqués, puis les trois groupes de coupables plus importants. À l’époque, on a proposé de ne s’occuper que des coupables majeurs. Et qu’alors on aurait de meilleurs résultats. Mais malheureusement, ça ne s’est pas passé comme ça. [...] Et troisièmement, pour donner un exemple d’ici : Hans Calmeyer, il a refusé, quand les Britanniques lui ont proposé d’être président d’une de ces chambres d’accusation, parce qu’il avait exactement prévu cette chienlit. Qui s’est en effet passée comme ça, avec des certificats de bonne conduite [Persilscheine], des dérobades, des balivernes et ainsi de suite49.

46On considère globalement que la dénazification a plutôt échoué. Dans le même esprit, une des participantes évoque les continuités avec le nazisme pendant l’ère Adenauer, où d’anciens nazis ont pu retrouver des positions dominantes :

  • 50 Ibid., piste 3, 21 : 18, Lisa Schwarznecker, née en 1924.

Je voulais juste encore rappeler que dans notre premier gouvernement, sous Adenauer, il y avait aussi de gros nazis. On ne l’a su que plus tard. [...] C’était comme ça, les petits qu’on trouvait sur place, on a pu rapidement les mettre au placard. Mais les gros, ils avaient toujours des possibilités de continuer à vivre à leur manière50.

47Pour expliquer les déficits dans la confrontation au passé nazi, on évoque le silence et l’absence de communication ainsi qu’une manière de traiter le national-socialisme en tant que phénomène singulier, concernant des coupables et des crimes isolés :

  • 51 Ibid., piste 3,17 : 40, Peter Niebaum, né en 1942.

Tout à l’heure, M. Heese disait que la société nazie s’était effondrée. Ça me fait un peu penser au mythe de l’« heure zéro ». [...] Cette société, elle a continué à exister sous le manteau, et ça a été un très gros problème. De manière générale, on a fait silence là-dessus, c’était tabou. Je pense à ce film de 1946 du réalisateur très réputé Wolfgang Staudte et devenu célèbre, Les Assassins sont parmi nous. Si j’avais vu ce film à l’époque, je ne l’aurais pas du tout compris, c’est complètement exclu. Ce n’est qu’a posteriori, avec beaucoup de distance, que je l’ai compris. Et je pense que ça a été pareil pour beaucoup d’autres gens à l’époque, pas seulement pour les enfants. On ne pouvait pas parler de certaines choses, parce qu’elles étaient complètement taboues. À part Hitler et sa clique rapprochée, il n’y avait pas eu de nazis, pendant toute cette période. « Grand-père n’était pas un nazi », etc. etc. Personne ne l’était, personne n’avait rien fait. Mais le film avait raison : les assassins étaient parmi nous et ils le sont restés encore très longtemps. Au moins jusque dans les années 1960. Nous le savons : aujourd’hui encore, on fait les derniers procès de nazis contre des individus entre temps très âgés. Mais je crois que c’est un problème très grave ; pour moi, c’est après coup toujours plus ou moins incompréhensible. Il y avait eu des crimes singuliers. Les gens avaient, qu’ils le veuillent ou non, servi un État criminel, ou bien ils en avaient fait partie ou ils l’avaient au moins supporté. Et d’un seul coup, plus rien ne s’était passé, en fait. [...] Certaines organisations – les anciens membres de la Waffen-SS – continuaient à exister. Et ils avaient encore leurs relations de camaraderie, etc. Tout sous le voile, sans que ce ne soit exprimé, sauf en interne. Et donc c’était caractéristique des premières années, peut-être des premières décennies de cette société. Le choc avait comme pétrifié les gens, et dans cet état, on préférait ne rien dire du passé. Et puis il y a eu une fièvre de la reconstruction, et puis il y a eu l’anesthésie du miracle économique, et tout cela a favorisé le silence et voilé les choses. Et c’est, je crois, un des défauts de naissance de cette République fédérale que d’avoir masqué ou escamoté le passé51.

48Concernant Osnabrück, les témoins nomment surtout, pour l’élite nationale-socialiste de l’époque, l’horloger Erwin Kolkmeyer (1899-1961). Kolkmeyer étaient l’un des nazis les plus activistes de la ville. Il faisait partie du NSDAP depuis 1929, a été membre de la SA jusqu’en 1931 et, pendant une partie de l’année 1932 aussi de la SS. De 1934 à 1945, il a dirigé la section locale d’Osnabrück-vieille-ville et en 1937, il a été conseiller municipal. Kolkmeyer tire entre autre sa triste réputation du fait qu’il faisait photographier les habitants d’Osnabrück qui achetaient dans des magasins juifs. Le lendemain, il exposait les photos au vu de tous dans la vitrine de son horlogerie de la rue Georg. En 1945, au moment de l’effondrement du régime, Kolkmeyer a réussi à prendre la fuite avant même l’arrivée des troupes alliées, mais il a été repris en 1947 à Heilbronn. En raison de ses activités politiques, il a été condamné à Recklinghausen et à Osnabrück à plusieurs peines de prison. Une participante du groupe fait ce récit très chargé d’émotion :

  • 52 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965. Guerre froide et conscience », 10 mars 2010, p (...)

Erwin Kolkmeyer, une des plus grosses crapules d’Osnabrück, qui a traqué les antifascistes dans toute la ville, qui était aux premières loges au moment de la destruction de la synagogue. Tout de suite après la guerre, la colère était si vive dans la population, ils l’auraient pendu au plus proche lampadaire s’ils l’avaient chopé. Il avait pris la fuite, il s’était caché dans une ferme52.

  • 53 Ibid.

49La condamnation de Kolkmeyer est considérée comme beaucoup trop indulgente, et cette critique vient à l’appui des autres observations : « Tout le monde sait peut-être comment s’est passé le procès, comment on a minimisé les choses. Il s’en est tiré avec quelques mois de prison53. » On attribue en quelque sorte à Kolkmeyer le rôle de représentant des activistes nazis à Osnabrück. Des participants du cercle de témoins reconnaissent tout à fait qu’il est problématique de faire comme s’il n’y avait eu qu’un groupe de nazis, et puis les « autres Allemands ». Un témoin pose par exemple la question suivante :

  • 54 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965. Société après la guerre et le nazisme », 10 fé (...)

Qui étaient en fait les dirigeants nazis à Osnabrück ? C’est toujours le nom de Kolkmeyer qui revient. Et bien sûr, c’est faux. C’est totalement absurde. Évidemment, il y avait ici des SA, des SS, et je ne sais quoi encore. C’est tout simplement absurde de dire ça. Nous répétons l’erreur que nous faisions déjà dans les premiers temps de l’après-guerre : le nazisme, c’était Hitler et quelques autres. C’est totalement faux. Totalement faux54.

50Certains témoins parlent des implications de leur propre famille. L’un d’entre eux décrit la dénazification de son père en 1946-1947. Il vivait à l’époque à Gelsenkirchen :

  • 55 Ibid., piste 3,16 : 41, Hans-Dieter Moller, né en 1931.

J’ai donc vécu la dénazification de mon père. [...] Il avait du travail dans une entreprise, et il était affecté comme ingénieur à la reconstruction de cette entreprise. Mais le résultat de la procédure devant la chambre d’accusation, c’est qu’il devait être aussitôt licencié. Il était membre du parti, très vraisemblablement, je dois dire, à partir de 1932, peut-être même plus tôt. Je ne sais pas si c’était la raison invoquée. Je sais seulement que ma famille – donc ma mère et nous, les six enfants –, on a bien compris à l’époque que mon père avait perdu son travail et ses ressources. Alors à partir de là, il n’a eu le droit de travailler que comme manœuvre [...] Ça s’est très vite arrangé, parce que – et là, les vieilles relations ont recommencé à fonctionner – des camarades de mon père, d’anciens compagnons d’études, ont fait en sorte qu’il trouve un emploi dans une sablière [...] ici dans la région d’Oldenbourg. Et à partir de la réforme monétaire, il a été réembauché. Et là, donc, cette peine était purgée55.

51Les déclarations des témoins qui évoquent les conflits personnels et les tensions sociales à propos de la confrontation au traitement du passé nazi sont révélatrices, comme celles de la fille d’un juriste qui participait aux procédures de dénazification :

  • 56 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965 », 14 avril 2010, piste 1, 00 : 50 et 01 : 54, (...)

Mon père était avocat à Osnabrück, et il a dû procéder à la dénazification pour le gouvernement militaire. Avec Me Bollert, un autre avocat [...] Mon père n’en a jamais parlé, et je ne sais pas du tout comment ça s’est passé. J’ai seulement tous les papiers qui disent qu’il devait procéder à la dénazification. Noir, gris, blanc, n’est-ce pas ? Vous voyez ce que je veux dire : Qui était noir ? Qui était blanc ? Qui était gris ? Et ça ne lui a pas vraiment plu, mais il devait le faire. [...] Je sais seulement qu’il n’aimait pas du tout aller à Hanovre où était le gouvernement militaire [...] Il a juste dit que ça le chiffonnait complètement de [...] les répartir en plusieurs catégories. Et c’est vrai que ce n’est pas facile56.

  • 57 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965. Société après la guerre et le nazisme », 10 fé (...)

52Un autre témoin se réfère à la problématique difficile du retour d’anciens nazis sur le marché du travail après la guerre : « C’était bien sûr encore toute une affaire, qui a de nouveau pas mal écœuré les antinazis - on va les appeler comme ça. Car à l’époque, il y avait du chômage. On ne pouvait pas affecter tout le monde à la reconstruction57. » D’autres récits indiquent que d’anciens nazis ont continué consciemment, bien que prudemment, à se réclamer du national-socialisme. Une des participantes raconte :

  • 58 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965. Guerre froide et conscience », 10 mars 2010, p (...)

[il y avait] quelqu’un, dans une grande entreprise industrielle d’Osnabrück, qui était à la SA. [...] Alors il a été embauché par le PDG qui dirigeait à l’époque cette grande firme industrielle. Ça n’était pas possible officiellement, parce qu’ils avaient aussi un gros comité d’entreprise [...] après la guerre. Cet homme qui était à la SA, il avait un bureau, car il était copain avec le PDG [...] ; cet homme était assis à son bureau et il avait une armoire derrière lui. Et [...] la porte de l’armoire était ouverte quand il savait qu’il avait devant lui un camarade politique. Et elle était fermée quand c’était d’autres gens, neutres. Et dedans, il y avait son uniforme de SA, et c’était après 194558.

  • 59 Ibid., piste 1, 34 : 58, Uwe Grofie-Cosmann, né en 1936.

53Un autre témoin parle de son enseignant : « Je me souviens d’un professeur, en 1951 au lycée, un professeur d’histoire de chez nous, qui se baladait avec un accoutrement de nazi, avec des cheveux tondus bien court, des pantalons de bridge. Et il portait encore l’insigne du NSDAP sous le revers de sa veste59. » L’impression d’une dénazification manquée correspond aussi à ce que disent les témoins de personnes ou de groupuscules marqués politiquement « à gauche » qui, dans la société d’après-guerre, ont - de nouveau - tendance à être mal vus. Tandis qu’au départ, les « personnes persécutées par le régime » sont rapidement dédommagées et mobilisées prioritairement pour la réorganisation de la vie politique, il est de plus en plus difficile pour les gens « de gauche et d’extrême gauche » d’avoir une action publique dans le contexte du retour manifeste de l’anticommunisme pendant la guerre froide. Ils sont vite suspectés de communisme et sont de nouveau surveillés. Ici aussi, les continuités sont visibles, personnifiées par exemple à travers l’histoire d’une femme du milieu communiste qui, dans l’après-guerre, se retrouve devant le même juge que son père persécuté pendant la période nazie. Un témoin raconte :

  • 60 NDT : Freie Deutsche Jugend, organisation de jeunesse de la zone d’occupation soviétique puis de la (...)
  • 61 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965. Guerre froide et conscience », 10 mars 2010, p (...)

Le père de Marianne Semnet était député communiste ; il a été l’un des premiers à atterrir dans le camp de concentration de Esterwegen ; et son frère, député social-démocrate, lui aussi. Marianne Semnet a travaillé après 1945 dans les jeunesses communistes, et elle a aussi été à la FDJ60. Et c’est pour cette raison qu'elle a été condamnée à Celle à un an de prison ; et même de pénitencier. Et le même juge qui l’a condamnée dans les années 1950, il avait déjà envoyé son père en camp de concentration. Il avait retrouvé son poste61

54Une autre participante parle de son père :

  • 62 Ibid., piste 1, 24 : 42, Ingrid Neumann, née en 1934.

Je peux simplement dire que mon père avait été en camp de concentration, donc c’était une victime politique ; après la guerre en 1945, il a dirigé ici la commission d’aide spéciale aux [...] victimes raciales, en tant que chef de service auprès du président de région, donc comme victime politique. Peu de temps après, je dirais en 1948-1949, ce n’était déjà plus du tout opportun de déclarer qu’on était contre l’hitlérisme. Ce n’était plus opportun de dire, pour moi qui étais une jeune fille, une élève, que mon père avait été une victime du régime. Car on était tout simplement rejeté : « communiste ! », on disait de toute façon. [...] Celui qui était contre, il était communiste. Même s’il n’était pas communiste ; mon père était social-démocrate. Il s’intéressait à la politique depuis sa jeunesse, il s’était renseigné et a continué à s’informer, et il a essayé de se battre contre ça. [Il y avait un] cercle d’amis avec les mêmes orientations politiques, mais après, tout a été diabolisé [...] On n’avait plus du tout le droit d’en parler. Ce n’est vraiment qu’à la fin des années 1960 qu’on a commencé à se confronter à ça62.

  • 63 Ibid., piste 1, 49 : 39, Walter Herzog, né en 1935.

55Les réticences de l’époque contre les gens de « gauche » sont confirmées par d’autres participants. Un témoin dit à propos des expulsés : « Ici, en Allemagne de l’Ouest, il y avait quand même une attitude de rejet face au communisme. Tous ces expulsés qui sont venus, et bien il y avait un dicton qui circulait : “Celui qui un jour a vécu le communisme dans sa propre chair, il ne pourra jamais l’approuver, mais seulement le refuser63.” » Comme si cet air du temps était encore contagieux, on sent même au cours du travail de groupe une certaine réticence, parmi les participant(e)s d’obédience sociale-démocrate ou syndicaliste, à parler trop ou avec trop d’insistance de leurs expériences personnelles à ce sujet.

  • 64 NDT : ce néologisme humoristique fait référence à la « trizone » (Trizone), qui regroupait à partir (...)

56Concernant le découpage de l’Allemagne en zones d’occupation, les témoins relatent leur perception d’une division du pays qui se fait peu à peu. Après que les zones ont été dans un premier temps pratiquement ouvertes, les possibilités de circulation sont de plus en plus réduites, jusqu’à ce que rendre visite à sa famille devienne à peine encore possible. Au terme de « trizonie » (Trizonzsien64), les témoins associent spontanément la chanson de carnaval Wir sind die Eingeborenen von Trizonesien, qui servait d’hymne national officieux dans les trois zones d’occupation occidentales avant la création de la république fédérale d’Allemagne. Ils peuvent encore en entonner le refrain :

  • 65 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965 », 14 avril 2010, 7 : 09, tous les participants (...)

Nous sommes les natifs de Trizonie, hei tschimmela-tschimmela-tschimmela-tschimmela-boum. Nous avons des filles au tempérament de feu, hei tschimmela-tschimmela-tschimmela-tschimmela-boum. Nous ne sommes certes pas des ogres, mais nous savons d’autant mieux embrasser. Nous sommes les natifs de Trizonie, hei tschimmela-tschimmela-tschimmela-tschimmela-boum. [Voix et rires à l’arrière-plan : c’était une chanson de carnaval. La première chanson de carnaval65.]

57À propos de la réorientation idéologique des enfants et des jeunes qui ont grandi sous le nazisme, plusieurs témoins rapportent que la religion a représenté pour eux une possibilité de trouver, après la déception du nazisme, de nouveaux repères qui perdurent jusqu’à aujourd’hui. Beaucoup d’autres prennent aussi, dans le sillage de la reconstruction des organisations de jeunesse, le chemin de la social-démocratie ou du travail syndical.

58Le programme de rééducation mis en œuvre par les Alliés et l’introduction de structures démocratiques dans l’administration de la ville (les premières élections communales libres ont lieu le 13 octobre 1946 à Osnabrück) sont encore très présents dans les mémoires. La démocratie est quelque chose d’inconnu et elle est accueillie avec curiosité. Elle représente une rupture totale avec le système dictatorial :

  • 66 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965. Société après la guerre et le nazisme », 10 fé (...)

Le mot démocratie, nous ne le connaissions même pas. Comment la démocratie fonctionne, nous ne le savions pas non plus. [...] Alors nous avons dû repartir complètement à zéro et nous avons essayé de construire cette démocratie. L’Anglais [...] nous a aidé avec son projet de reeducation [en anglais dans le texte original]. Il y avait ici des officiers du gouvernement militaire qui commençaient déjà par aller dans les écoles et les partis, etc. et qui expliquaient [...] ce qu’est la démocratie et comment la démocratie fonctionne. Car personne ne le savait. Pendant la période nazie, il n’y avait même pas un iota de démocratie. On se contentait de donner des ordres ; sinon, rien66.

59Fait partie de la rééducation, outre l’apprentissage de la démocratie, l’instruction sur les crimes des Allemands pendant le nazisme. La projection, dans les écoles, des films tournés par les Alliés au moment de la libération des camps de concentration a laissé jusqu’à aujourd’hui une impression persistante. Un témoin raconte :

  • 67 Ibid., piste 3, 07 : 00, NN.

Au début des années 1950, tous les enfants devaient aller au cinéma, et à l’époque, c’était dans le cinéma central sur le terrain où il y a maintenant le grand magasin Galeria, au bord de la Hase. On nous montrait un film intitulé Mein Kampf. Ce film était composé d’une succession de scènes de documentaires que les Alliés avaient tournés quand ils ont libéré les camps de concentration. On pouvait par exemple y voir comment les cadavres étaient rassemblés avec des bulldozers et enfouis dans des fosses. Donc ce que les nazis avaient laissé derrière eux comme morts ou comme êtres humains horriblement décharnés. Nous étions très jeunes, nous étions impressionnés et angoissés67.

60La principale institution chargée de la rééducation à Osnabrück est le « Pont » (die Brücke), dont le nom est tout un programme. Il s’agit ici de mettre à disposition différents supports d’information et de développer l’offre culturelle, pour avoir en particulier sur la jeunesse une influence positive. Cette offre a manifestement été accueillie avec beaucoup d’enthousiasme, car les réactions des témoins sont ici très animées. La réorganisation du travail avec la jeunesse est confiée à un officier chargé spécifiquement de ces questions et qui a son bureau dans la villa Schlikker. On constate ici que les activités des jeunes sont encouragées, d’un côté, mais qu’elles sont de l’autre très exactement contrôlées. Au début, on accueille la création d’associations avec une très grande réserve, car on craint que les anciens courants nazis ne recréent des partis.

Guerre froide et conscience

61En matière de perception de la politique étrangère, les premières années sont marquées par la politique des puissances d’occupation. Dans les zones occidentales, les Britanniques et les Américains sont bien vus, tandis que les Français et les Soviétiques suscitent des jugements négatifs. Quelques uns des témoins, qui ont par exemple voyagé en zone d’occupation française et y ont échangé leurs impressions avec des amis et connaissances, expriment des opinions sur la question. Un des participants témoigne de la situation en zone française :

  • 68 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965 », 14 avril 2010, piste 1, 43 : 12, Heinrich Ah (...)

Les conditions n’y étaient pas vraiment idéales. Car Fribourg, par exemple, a été livré aux pillages quand les troupes françaises sont arrivées. Ils avaient le droit de voler tout ce qu’ils voulaient, les occupants. Le ravitaillement y était aussi très mauvais. Les Français ne se sont pas très bien conduits. Quand vous avez aujourd’hui l’occasion de parler avec un habitant de Fribourg [...], ou à Freudenstadt c’était pareil aussi ; en particulier à Freudenstadt, ça a été dur. Il y a eu aussi des viols, en masse, comme dans la zone russe. Ici, en zone britannique, ça n’est en fait pas beaucoup arrivé, et en zone américaine très rarement. Mais les Français, on ne devrait pas les complimenter, car à l’époque, ce n’était pas une bonne puissance d’occupation. [Le témoin cite comme source des discussions personnelles :] Oui, il y a des récits là-dessus. Moi, autrefois, j’ai passé des vacances là-bas, et à Freudenstadt, j’ai parlé aussi avec des gens qui m’ont raconté. Et en son temps, il en a été aussi question dans la presse. Car nous avons toujours eu une certaine liberté de la presse, et ce sont des choses qui se répétaient68.

62Mais c’est quand même l’Armée rouge qui inspirait la plus grande peur :

  • 69 Ibid.

Après, c’était la grande déception, quand les Américains ont quitté le centre de l’Allemagne et que les Russes sont arrivés. À ce moment-là, des tas de gens se sont encore suicidés. Je le sais par des connaissances, qui avaient peur de cette occupation russe. La zone russe, c’était la pire. Il faut dire qu’ici, dans la zone britannique, nous commencions déjà à avoir des conditions souples69.

63Les rapports Est-Ouest sont perçus consciemment, car les contacts existent avec la zone d’occupation soviétique puis plus tard la RDA. On envoie des colis contenant des denrées alimentaires. La création de la RFA et de la RDA est ressentie comme une division. L’époque d’Adenauer comme une phase de restauration. Un récit sur la Bundeswehr, l’armée ouest-allemande, indique un début de « détente ». Un des participants, qui a intégré l’armée en 1964, rapporte à propos du texte d’un chant militaire, celui dit des « parachutistes » (Fallschirmjägerlied) :

  • 70 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965. Guerre froide et conscience », 10 mars 2010, p (...)

Nous avons appris une sorte de chant, dans lequel on disait, dans le refrain : « Au loin à l’Est, de sombres nuages menacent, camarade, mets-toi en marche avec nous. » [...] C’est le chant des parachutistes de la Bundeswehr. [...] Et alors en 1965, il y a eu un ordre du général de la troupe des parachutistes [...], il fallait changer les paroles du refrain. On ne devait alors plus chanter « Au loin à l’Est, de sombres nuages menacent », car entre temps la détente avait un peu commencé. Alors c’était désormais « Au loin à l’horizon, de sombres nuages menacent ». Nous n’avions plus le droit de chanter « à l’Est70 ».

64Il fallait éviter de donner l’impression que les ennemis potentiels ne pouvaient être que les États du « bloc de l’Est », du pacte de Varsovie.

  • 71 Ibid., piste 1, 42 : 19, Heinz-Udo Boker, né en 1940.

65Interrogés sur une éventuelle « peur de la guerre » après 1945, les témoins répondent de manière extrêmement diverse. Tandis que certains déclarent ne pas s’en souvenir, d’autres y associent des événements politiques concrets : le blocus de Berlin et les événements du 17 juin 1953 en RDA, la guerre de Corée et l’arme atomique, la construction d’abris antinucléaires et le réarmement, l’érection du mur de Berlin et la crise de Cuba. La Corée était manifestement tellement éloignée géographiquement que la guerre qui s’y déroulait n’a pas suscité un fort sentiment de menace. La guerre de Corée se passe fort heureusement ailleurs, se souvient un témoin : « Pour la guerre de Corée, on a pensé aussi : Dieu soit loué, les choses se déplacent maintenant plus loin. Ça ne viendra plus jusque chez nous. Qu’ils se battent là-bas71. » C’est ce que confirme un autre témoin, qui déclare toutefois avoir été influencé par la peur de la guerre qui s’exprimait chez les personnes plus âgées :

  • 72 Ibid., piste 1, 42 : 19, Klaus Koulen, né en 1938.

J’avais 12 ans [...] et quelque part, j’ai eu connaissance de cette peur de la guerre – en fait par les parents et l’entourage, ceux qui étaient plus vieux – lorsque ça a commencé en Corée [...] Oui, on avait peur. Mais je me souviens encore très bien de notre professeur principal qui disait : « Pour l’amour de Dieu, les garçons ! C’est très très loin et il faut aussi que ça reste là-bas ! » [Le même témoin exprime sa compréhension face aux craintes ressenties alors par les aînés :] Après coup, je peux très très bien la comprendre, cette peur qu’avaient de la guerre nos parents, [...] qui venaient juste de laisser derrière eux une guerre avec des privations terribles. Et maintenant, ça recommençait en 1949-195072.

66Comme le montrent d’autres récits, il y a eu à plusieurs reprises des offices religieux pour la paix à Osnabrück, qui sont interprétés comme le signe d’une réelle crainte de la guerre :

  • 73 Ibid., piste 1, 53 : 25, Gerhard Strüver, né en 1936.

Ce que je sais, c’est que je me suis précipité à une messe vespérale, un office de prières pour la paix, c’était à l’église Sainte-Catherine. Et puis plus tard, il y a eu une nouvelle crise, alors on a encore célébré un office de prières pour la paix. Il devait bien y avoir de la peur et donc une occasion d’entreprendre quelque chose contre des conflits ou des guerres qui éclataient, et de célébrer une messe73.

67Un autre témoin évoque la construction du mur de Berlin :

  • 74 Ibid., piste 1, 53 : 25, Uwe Grosse-Cosmann, né en 1936.

Dans mes souvenirs, c’est le 13 août 1961 qu’il y a eu la plus grosse menace de guerre. À l’époque, j’étais [...] en France, près de Paris, chez des amis français. [...] À ce moment-là, il y avait le grand soulèvement contre De Gaulle [...] L’OAS lançait des grenades et des bombes dans tous les coins. Et du jour au lendemain, c’était fini. [...] Lorsque le mur a été construit, toutes les interviews étaient en allemand, de sorte que je pouvais voir à la télévision ce qui se passait. Mes amis aussi m’ont informé et deux jours plus tard, j’ai reçu d’Allemagne un télégramme de ma mère : « Surtout reste en retrait, ne rentre pas à la maison. Ça sent la guerre. » Et alors j’ai vu ce qui se passait sur les voies ferrées à Paris et dans les environs. Il y avait des trains remplis de canons et de blindés [...], tout ça partait vers l’Est. Alors je suis passé par l’Espagne et la France en Afrique du Nord. J’y suis resté environ trois ou quatre mois et je suis rentré quand les choses se sont calmées74.

68De manière générale, ce sont les événements se déroulant en Allemagne qui sont le plus clairement associés à une peur de la guerre. Le blocus de Berlin et le pont aérien apparaissent comme une poudrière ; le 17 juin 1953 et la construction du mur sont solidement ancrés dans la mémoire collective du groupe. Les différences dans la représentation de ces événements sont probablement très liées à l’âge respectif des personnes. Les parents des enfants de la génération de guerre ont vraisemblablement eu des craintes plus marquées que les personnes interrogées elles-mêmes. Parmi ces dernières en revanche, ce sont les événements qu’elles ont vécus quand elles avaient déjà atteint un certain âge qui ont suscité cette peur.

  • 75 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965 », 14 avril 2010, piste 1, 33 : 15, NN.

69Enfin, les relations germano-allemandes sont elles aussi concernées par les évolutions de politique étrangère. Parce qu’ils avaient des contacts familiaux ou amicaux avec l’Est, les témoins sont sans doute bien plus touchés par le sujet que ne le révèlent les adages marquants de l’époque tels qu’ils les ont gardés en mémoire. Par exemple, à propos des États du pacte de Varsovie groupés autour de l’Union soviétique et sur la pénurie qui y régnait : « Pas de beurre, pas de crème, mais sur la lune le drapeau rouge75 ! » L’histoire des relations entre les deux Allemagnes se révèle être, dans les entretiens, un sujet encore très présent chez les témoins interrogés et nécessiterait d’être traitée à part.

L’analyse : entre implication et réflexion personnelle

  • 76 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965. Société après la guerre et le nazisme », 10 fé (...)

70Le groupe de témoins interrogés, qui se rassemble consciemment sous le mot d’ordre d’une affiche pacifiste de Käte Kollwitz intitulée « Plus jamais la guerre ! », se montre vif et intéressé. Les participant(e)s s’efforcent de se souvenir avec la plus grande exactitude possible. Généralement, les témoins sont conscients que leurs propres souvenirs ne représentent qu’un aspect limité de la réalité et que d’autres peuvent tout à fait avoir des souvenirs différents des mêmes événements. Ils supposent même consciemment qu’il peut y avoir des différences, lorsqu’ils disent par exemple que c’était comme ci ou comme ça « au moins ici dans la ville d’Osnabrück. Je ne sais pas comment c’était à la campagne76 ». Chez certain(e)s participant(e)s, la conscience qu’il est nécessaire d’avoir une réflexion critique sur les témoignages et les discussions est même particulièrement prononcée :

  • 77 Ibid., piste 3, 16 : 41, Dieter Moller, né en 1931. À ce propos, voir la séance du groupe de travai (...)

J’aimerais [encore] faire une remarque générale à propos de ce que J’observe ici. Nous croyons tous que nous racontons quelque chose de vrai, de véritablement vécu, quelque chose qui s’est vraiment passé, que nous relatons la vérité. Et je me surprends moi-même à réfléchir à certains mots que j’utilise, à les choisir pour décrire ce qui s’est vraiment passé, et j’observe ça bien sûr aussi chez d’autres. Et en fait, nous devrions [...] un jour discuter de manière générale de cette question : sur la base de quelles pensées, de quel arrière-plan nous racontons ce que nous nous racontons ici, parce que c’est extrêmement important, je crois. C’est très superficiel, tout ce qui ressort ici, et en partie très trompeur, mais il faudrait aussi que nous puissions un jour le dire clairement77.

  • 78 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965. Société après la guerre et le nazisme », 10 fé (...)

71Selon mes observations, cette auto-perception indique que malgré l’ancienneté des souvenirs, qui accroît la probabilité que d’autres récits comme ceux lus dans des livres, vus dans des films documentaires, etc. se superposent aux souvenirs personnels, il y a quand même dans ce qui est dit un « potentiel authentique » suffisant. En outre, des « tensions » fructueuses surgissent lorsque dans les discussions, des souvenirs relatés se heurtent à des réflexions critiques. Un des exemples en est la discussion très riche qui s’est engagée autour des souvenirs concernant les travailleurs forcés polonais et qui a donné lieu à de vives émotions et controverses. Souvenons-nous encore une fois des déclarations ressenties à posteriori comme désagréables, de sorte que s’est construite inconsciemment, dans un deuxième temps, une prise de distance par rapport aux propres souvenirs. Il s’agissait de la remarque à propos de la « peur des Polonais » après 1945 : « Bon, c’est vrai que ça fait un peu raciste. Mais ils étaient craints78. »

72Le dilemme bien connu de la recherche sur l’histoire orale consistant à dire qu’il faut soumettre à la critique les récits collectés ne constitue donc qu’un problème partiel. Car d’une part, le travail réalisé au sein du cercle de témoins a déjà aiguisé la conscience critique des participant(e)s. D’autre part, comme pour toute autre source, il faut se demander dans quels buts ces témoignages peuvent être utilisés et comment leur contenu doit être le cas échéant complété ou soumis à l’analyse critique en faisant appel à d’autres sources. Par ailleurs, le travail avec des témoins sert à l’apprentissage d’une conscience de toutes les personnes impliquées, afin qu’elles puissent percevoir leur propre environnement de manière critique, mais aussi accepter d’autres opinions et s’interroger sur leurs propres positions. Des opinions divergentes, d’autres souvenirs subjectifs, etc. aiguisent la perception de la valeur des sources. Des « erreurs » peuvent être corrigées par la discussion collective, elles peuvent même mettre en évidence des controverses (les uns ont vécu quelque chose de telle manière, les autres différemment), susciter des débats, et apporter la preuve que l’histoire n’est pas seulement « du tout noir ou du tout blanc ». Ceci me semble particulièrement important pour aborder une époque autour de laquelle on construit souvent volontiers des mythes. Le lien établi avec les objets authentiques de la période concernée représente une particularité des entretiens conduits dans l’espace du musée. Les témoins rapportent régulièrement des souvenirs de chez eux, qui « objectivent » en quelque sorte les événements décrits. Les participant(e)s ont par exemple lu des cartes postales de prisonniers de guerre ou encore montré des lettres de 1957 et 1958 avec le cachet de l’Association fédérale de la défense passive, qui illustraient pour tous la publicité que faisait l’État autour de la construction d’abris antiaériens à l’époque du réarmement. Ainsi, il a souvent été question de la mission du musée, qui consiste à collecter et à conserver l’héritage matériel culturel d’une communauté : un travail réalisé par le musée, mais aussi par les témoins.

  • 79 Voir aussi l’expression de « constructions identitaires » (Identitatskonstruktionen) dans Georg Wag (...)
  • 80 Ce qui aggrave sans doute encore les choses, c’est qu’aujourd’hui, après la dissolution de l'Union (...)

73Le travail d’histoire orale peut donc être utile à plusieurs égards. L’exemple décrit a permis de montrer qu’il ne s’agit pas en premier lieu de restituer et de décrire exactement, « véritablement » une époque, mais bien plutôt de compléter les résultats de la recherche historique. Les témoignages ouvrent pour la postérité certains espaces ou champs mémoriels collectifs79 qui rendent visibles et audibles les mentalités d’une époque. En outre, l’utilisation par les témoins d’expressions de leur temps rend vivant le langage populaire, qui encode d’une certaine manière ces espaces mémoriels. Par exemple, les Autrichiens sont, dans les « blagues » de la population allemande, des « Allemands aux circonstances atténuantes » ; la réforme monétaire et l’ensemble des transformations induites par l’introduction du Deutsche Mark en juin 1948 sont résumés par le terme de « monnaie » ; et le citoyen soviétique, que la plupart des témoins ont connu sous l’apparence du soldat de l’Armée rouge, reste même après 1945 et jusqu’à aujourd’hui « le Russe ». Ces formulations et expressions permettent à leur tour des analyses. Le dernier exemple montre que la propagande nazie sur l’Union soviétique a eu des répercussions extrêmement durables et prégnantes. On ne procède pas ici à une distinction précise et historiquement correcte, en particulier lorsque l’image de propagande du « mauvais Russe » est, semble-t-il, encore accentuée par des expériences personnelles comme avoir été témoin de viols, etc. Ce vécu est manifestement encore ancré si profondément que seule une minorité est capable des différenciations nécessaires. Et ceci même lorsque d’autres témoignages évoquent des comportements inverses de la part de soldats soviétiques (comme par exemple l’attitude amicale face aux enfants ou encore les tentatives pour éviter des atrocités80).

Figure no 96 – Un exemple d’objet confié au musée par des témoins : paquets de tabac cultivé à la campagne et envoyé à la ville pour y servir de monnaie d’échange, 1948-1949.

Le bilan : pertinence quotidienne de l’apprentissage historique au sein du musée

74Le travail d’histoire orale réalisé au sein du musée permet d’élargir l’éventail du récit muséal traditionnel. En intégrant les témoignages dans l’exposition, par exemple dans des espaces médiatiques correspondants, on ajoute des perspectives qui complètent la présentation didactisée, sous forme de narration particulière à l’intérieur de la narration habituelle. On ouvre ainsi clairement vers l’extérieur le récit du musée élaboré sur la base de la recherche historique et construit à partir des objets authentiques exposés. En résulte une coexistence, peut-être aussi une opposition. Les récits des témoins ne reflètent toutefois pas nécessairement d’autres vérités historiques. On découvre bien plutôt sous quelle forme l’histoire – vécue personnellement – est appréhendée dans une rétrospective personnelle. On rend ainsi visibles certains champs mémoriels subjectifs, mais aussi collectifs. Ceux-ci peuvent à leur tour être vérifiés et remis en question par le récit que livrent les objets exposés. Cette combinaison de différents narratifs permet au public de se faire sa propre opinion critique sur la période historique présentée.

75Le travail d’histoire orale offre ainsi au public la possibilité de prendre conscience de la multiplicité des perspectives. Il est un signe de transparence dans la présentation. Il ne s’agit pas d’imposer un récit historique générateur d’identité, mais de rendre visibles et audibles différentes identités. Il en résulte pour les personnes sources un effet de re-connaissance, et pour les personnes cibles la possibilité de réfléchir aux narrations proposées et de vérifier, de compléter et le cas échéant de modifier l’image qu’elles ont d’une époque. Encouragé par différents récits historiques qui parfois se contredisent, le public a davantage l’opportunité de créer sa propre approche de la période proposée, au lieu d’être le simple destinataire de ce qu’on lui montre. Ceci encourage la capacité de réflexion et la faculté critique. Il devient ainsi possible d’interroger sa propre perception subjective d’événements historiques et d’évolutions sociétales, donc de se concevoir soi-même comme partie intégrante de ces évolutions.

Figure no 97 – « Expériences clés ». Trousseau de clés de la maison d’une famille de réfugiés de Prusse orientale qui le rapporta dans ses bagages en 1945.

76La culture et l’éducation historico-politiques sont des besoins fondamentaux des sociétés démocratiques. Les musées historiques, en tant que partie constitutive de ces sociétés, ne sont pas seulement des lieux de présentation visuelle et sensorielle de l’histoire. Ils doivent être compris aussi comme des lieux de communication, où peuvent se rencontrer différents groupes sociaux. De tels forums constituent un espace de dialogue sociétal et politique. Dans la dialectique entre le visuel et la communication se développe une compétence qui confère au public une autonomie critique qui dépasse le cadre du musée.

77L’histoire comme histoire contemporaine telle qu'elle est enseignée à la villa Schlikker, avec un rôle particulier attribué aux témoins qui, en tant que lien entre le passé et le présent, prennent part à la représentation muséale de l’histoire, permet d’amorcer la conscience historique à partir du présent. Le musée, en tant qu’« école du voir » avec son offre diversifiée et son appel à différents sens, fournit un accès particulièrement souple et productif à cette conscience historique. La proximité du public avec l’histoire contemporaine est une « clé » particulière pour donner à l’institution muséale un ancrage nouveau dans la société : comme lieu d’apprentissage historique qui est en rapport avec « mon » présent et qui, en tant qu’espace de communication, participe de l’évolution de la société qui se fait quotidiennement.

  • 81 Peter Sloterdijk, « Museum : Schule des Befremdens », Frankfurter Allgemeine Magazin, no 472,1989, (...)

78Le musée est un laboratoire sociétal qui réunit différents groupes sur un même site. Il est une école de la démocratie dans laquelle on s’exerce au débat politique en recourant à l’histoire. En tant qu’« école de la surprise81 », il est, dans ce sens, un lieu d’apprentissage important de la confrontation aux divergences qui se manifestent à l’intérieur d’une société. Comme c’est le cas pour le musée d’histoire culturelle d’Osnabrück, ce potentiel peut être également utilisé pour créer, par le travail avec les témoins comme « porteurs de signes », un lieu pédagogique authentique pour des élèves et des étudiant(e)s en histoire. Dans une confrontation critique à l’histoire du national-socialisme, on peut, par le biais des sources orales combinées avec les témoignages matériels, promouvoir durablement la réflexion sur cette période centrale pour l’histoire allemande et européenne et sur ses conséquences.

Notes

1 Voir le concept de « sémiophores » chez Krysztof Pomian, Der Ursprung des Museums. Vom Sammeln, nouv. éd., Berlin, Wagenbach, 1998, p. 50.

2 Concept de Hans-Jürgen Pandel, professeur de didactique de l’histoire.

3 Voir aussi Gottfried Fliedl, « Museumspädagogik als Interaktion », dans Kirsten Fast (dir.), Handbuch der museumspàdagogischen Ansätze, Opladen, Leske und Budrich, 1995, p. 46-70, ici p. 62 et suiv.

4 http://www.osnabrueck.de/kriegsenkel (consulté le 10 mars 2011).

5 http://www.osnabrueck.de/migrationsgeschichte (consulté le 10 mars 2011).

6 http://www.osnabrueck.de/zeitzeugen (consulté le 10 mars 2011).

7 Der Heldenbegriff im Wandel aus Sicht von Zeitzeugen, Vorgelegt von den Klassen 5a und 8b der Gesamtschule Osnabrück-Schinkel im Rahmen des Patenprojektes, tapuscrit, Osnabrück, 2009.

8 Je voudrais ici remercier expressément les témoins impliqués pour leur ouverture et la confiance dont ils ont fait preuve. Cette attitude indique selon moi leur volonté et leur désir de se confronter de manière critique à leur propre passé.

9 Les citations utilisées respectent au maximum le texte original. Pour une meilleure compréhension, quelques marques complémentaires de l’oralité ont été supprimées. NDT : La traduction tente autant que possible d’appliquer le même principe de restitution de la parole des témoins.

10 Kulturgeschichtliches Museum Osnabrück, Forum Erinnern (KMO-FE), interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965. Reconstruction d’une ville détruite », 20 janvier 2010, piste 2, 04 : 40, Walter Herzog, né en 1935.

11 Voir la contribution de Corinne Bouillot dans cet ouvrage.

12 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965. Reconstruction d’une ville détruite », 20 janvier 2010, piste 3,13 : 00, Hertha Hesse, née en 1930.

13 Ibid., piste 3, 14 : 07, Walter Herzog, né en 1935.

14 Ibid., piste 2,15 : 39, Lisa Schwarznecker, née en 1924.

15 Ibid., piste 5, 06 : 50, NN.

16 Ibid., piste 2,15 : 39, Lisa Schwarznecker, née en 1924.

17 Der Westfalische Frieden in Osnabrück. Gedächtnisausstellung zu seiner dreihundertjàhrigen Wiederkehr in den Räumen des wiedererrichteten Friedensrathauses, [Osnabrück, 1948] ; voir aussi Gerd Steinwascher, « Die Jubiläumsfeiern des Westfàlischen Friedens », dans Jutta Held (dir.), Symbole des Friedens und des Krieges im öffentlichen Raum. Osnabrück und die „Stadt des Westfälischen Friedens”, Weimar, VDG, 1998, p. 307-353, ici p. 329 et suiv.

18 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965. Reconstruction d’une ville détruite », 20 janvier 2010, piste 5, 06 : 50, NN.

19 Ibid., 14 avril 2010, piste 1, 59 : 18, Gisela Macke, née en 1928.

20 Ibid., 20 janvier 2010, piste 2,15 : 39, Lisa Schwarznecker, née en 1934.

21 Ibid., piste 5, 04 : 28, NN.

22 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965. Société après la guerre et le nazisme », 10 février 2010, piste 2, 23 : 45, Heinrich Ahlert, né en 1931.

23 Ibid., piste 2, 35 : 30, Lisa Schwarznecker, née en 1924.

24 Ibid., piste 2, 27 :  49, Horst Jung, né en 1927.

25 Ibid., piste 2, 22 : 00, Gisela Knoff, née en 1938.

26 Ibid., piste 2, 29 : 48, NN.

27 Ibid., piste 2, 29 : 48, NN [Wilhem Groneick, né en 1943 ?]

28 NDT : Bund Deutscher Mädel, la branche féminine des Jeunesses hitlériennes.

29 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965. Société après la guerre et le nazisme », 10 février 2010, piste 2, 31 : 00, Heinrich Ahlert, né en 1931.

30 Ibid., piste 2, 32 : 22, Helga Lipski, née en 1936.

31 Ibid., piste 2, 32 : 50, Lisa Schwarznecker, née en 1924.

32 Ibid., piste 2, 33 : 38, Klaus Koulen, né en 1938.

33 Ibid., piste 2, 35 : 00, Wilhelm Groneick, né en 1943.

34 Voir la contribution de Jochen Oltmer dans cet ouvrage.

35 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965. Reconstruction d’une ville détruite », 20 janvier 2010, piste 3,10 : 10, Lisa Schwarznecker, née en 1924.

36 Ibid., Lisa Schwarznecker, née en 1924.

37 Ibid., piste 3,15 : 33, Ursula Herzog, née en 1945.

38 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965. Société après la guerre et le nazisme », 10 février 2010, piste 2, 03 : 49, Heinrich Ahlert, né en 1931.

39 Ibid., piste 2, 02 : 24, Christa Exner, née en 1940.

40 Ibid., piste 3, 17 : 40, Peter Niebaum, né en 1942.

41 Ibid.

42 Ibid., piste 2, 08 : 21, Wilhelm Groneick, né en 1943.

43 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965. Reconstruction d’une ville détruite », 20 janvier 2010, piste 3, 09 : 43, Lisa Schwarznecker, née en 1924.

44 Ibid.

45 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965. Société après la guerre et le nazisme », 10 février 2010, piste 3, 04 : 55, Heinrich Ahlert, né en 1931.

46 Ibid., piste 3,11 : 50, Horst Jung, né en 1927.

47 Ibid., piste 3, 04 : 55, Heinrich Ahlert, né en 1931.

48 NDT : jeu de mot difficilement traduisible sur entnazifizieren et entlausen (épouiller), deux verbes au préfixe commun ent- signifiant « enlever ».

49 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965. Société après la guerre et le nazisme », 10 février 2010, piste 3,19 : 42, Peter Niebaum, né en 1942.

50 Ibid., piste 3, 21 : 18, Lisa Schwarznecker, née en 1924.

51 Ibid., piste 3,17 : 40, Peter Niebaum, né en 1942.

52 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965. Guerre froide et conscience », 10 mars 2010, piste 1, 24 : 42, Ingrid Neumann, née en 1934.

53 Ibid.

54 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965. Société après la guerre et le nazisme », 10 février 2010, piste 3, 26 : 24, NN [Peter Niebaum, né en 1942 ?]

55 Ibid., piste 3,16 : 41, Hans-Dieter Moller, né en 1931.

56 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965 », 14 avril 2010, piste 1, 00 : 50 et 01 : 54, Annemarie Riemann, née en 1930.

57 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965. Société après la guerre et le nazisme », 10 février 2010, piste 3, 04 : 55, Heinrich Ahlert, né en 1931.

58 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965. Guerre froide et conscience », 10 mars 2010, piste 1, 34 : 58, Ingrid Neumann, née en 1934.

59 Ibid., piste 1, 34 : 58, Uwe Grofie-Cosmann, né en 1936.

60 NDT : Freie Deutsche Jugend, organisation de jeunesse de la zone d’occupation soviétique puis de la RDA, qui tenta aussi de s’implanter en Allemagne de l’Ouest.

61 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965. Guerre froide et conscience », 10 mars 2010, piste 1, 29 : 00, Uwe Grofie-Cosmann, né en 1936.

62 Ibid., piste 1, 24 : 42, Ingrid Neumann, née en 1934.

63 Ibid., piste 1, 49 : 39, Walter Herzog, né en 1935.

64 NDT : ce néologisme humoristique fait référence à la « trizone » (Trizone), qui regroupait à partir de 1948 les trois zones occidentales de l’Allemagne occupée.

65 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965 », 14 avril 2010, 7 : 09, tous les participants et toutes les participantes.

66 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965. Société après la guerre et le nazisme », 10 février 2010, piste 3, 02 : 20, Horst Jung, né en 1927.

67 Ibid., piste 3, 07 : 00, NN.

68 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965 », 14 avril 2010, piste 1, 43 : 12, Heinrich Ahlert, né en 1931.

69 Ibid.

70 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965. Guerre froide et conscience », 10 mars 2010, piste 1, 38 : 35, Wilhelm Groneick, né en 1943.

71 Ibid., piste 1, 42 : 19, Heinz-Udo Boker, né en 1940.

72 Ibid., piste 1, 42 : 19, Klaus Koulen, né en 1938.

73 Ibid., piste 1, 53 : 25, Gerhard Strüver, né en 1936.

74 Ibid., piste 1, 53 : 25, Uwe Grosse-Cosmann, né en 1936.

75 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965 », 14 avril 2010, piste 1, 33 : 15, NN.

76 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965. Société après la guerre et le nazisme », 10 février 2010, piste 2, 03 : 49, Heinrich Ahlert, né en 1931.

77 Ibid., piste 3, 16 : 41, Dieter Moller, né en 1931. À ce propos, voir la séance du groupe de travail sur l’histoire contemporaine : « “Nous croyons tous que nous rapportons la vérité !” Que signifie l’histoire orale ? », Kulturgeschichtliches Museum Osnabrück, mercredi 21 septembre 2011.

78 KMO-FE, interviews de témoins « Osnabrück 1945-1965. Société après la guerre et le nazisme », 10 février 2010, piste 2, 31 : 00, Heinrich Ahlert, né en 1931.

79 Voir aussi l’expression de « constructions identitaires » (Identitatskonstruktionen) dans Georg Wagner-Kyora, Vom „nationalen“ zum „sozialistischen“Selbst. Zur Erfahrungsgeschichte deutscher Chemiker und Ingenieure im 20. Jahrhundert, Stuttgart, Steiner, 2009, p. 45 et suiv.

80 Ce qui aggrave sans doute encore les choses, c’est qu’aujourd’hui, après la dissolution de l'Union soviétique, il est de nouveau question, dans les médias comme la radio, la télévision ou la presse, essentiellement de la Russie.

81 Peter Sloterdijk, « Museum : Schule des Befremdens », Frankfurter Allgemeine Magazin, no 472,1989, p. 56-66.

Table des illustrations

Légende Figure no 88 – Plus d’une décennie après la guerre, la place du Marché d’Osnabrück conserve encore les traces des destructions, 1957 ou 1958.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5355/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Figure no 89 – Le « cercle de travail histoire contemporaine » dans la villa Schlikker au cours du projet mémoire « Osnabrück 1945-1965 », 15 septembre 2010. À l’arrière-plan, le serveur sur lequel les visiteurs peuvent écouter les interviews réalisées en 2005.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5355/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Figure no 90 – Marché noir à Osnabrück, près de l’église Saint-Jean (Johannis-kirche), 1945.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5355/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Figure no 91 – Le Nouveau Marché (Neumarkt) de la fin de la guerre aux années 1960.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5355/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Figure no 92 – L’hôtel de ville d’Osnabrück après sa reconstruction entre 1948 et 1957. Au premier plan, l’ombre des façades des maisons détruites.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5355/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Figure no 93 – Femmes soviétiques faisant la lessive à la caserne Winkelhausen, où sont rassemblées les « personnes déplacées », Osnabrück, 18 avril 1945.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5355/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Figure no 94 – Un soldat britannique contrôle un passant qui transporte des feuilles de tabac, 5 avril 1945 (débuts de l’occupation).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5355/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Figure no 95 –Du logement provisoire à la construction de lotissements.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5355/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Figure no 96 – Un exemple d’objet confié au musée par des témoins : paquets de tabac cultivé à la campagne et envoyé à la ville pour y servir de monnaie d’échange, 1948-1949.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5355/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Figure no 97 – « Expériences clés ». Trousseau de clés de la maison d’une famille de réfugiés de Prusse orientale qui le rapporta dans ses bagages en 1945.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5355/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 73k

Auteur

Auteur d’une thèse de doctorat sur l’histoire de la muséographie intitulée „... ein eigenes Local für Kunst und Alterthum”. Die Institutionalisierung des Sammelns am Beispiel der Osnabrücker Museumsgeschichte (Osnabrücker Kulturdenkmaler. Beitrage zur Kunst-und Kulturgeschichte der Stadt Osnabrück, no 12, Bramsche, 2004), est, depuis 2001, conservateur en histoire urbaine au musée d’histoire culturelle d’Osnabrück et chargé de cours à l’université d’Osnabrück en didactique historique. Il dirige, pour les éditions Wochenschau (Schwalbach/Ts.), la collection « Museum konkret » consacrée à la méthodologie de l’apprentissage historique au sein du musée. Il a publié notamment Vergangenheit „begreifen“. Die gegenstandliche Quelle im Geschichtsunterricht, Schwalbach/Ts., Wochenschauverlag, 2007 ; « Lernort contra « Location”. Zeitgeschichte als Chance für eine alltagsrelevante Museumsarbeit », dans Markus Furrer et al, Handbuch Didaktik der Zeitgeschichte, Schwalbach/Ts, Wochenschauverlag, 2013 (sous presse). Il a aussi collaboré au dernier opus du Manuel d’histoire franco-allemand (Nathan et Klett), t. I, L’Europe et le monde de l’Antiquité à 1815, 2011.

Corinne Bouillot (Traducteur)

Maître de conférences en études germaniques à l’université de Rouen, est agrégée d’allemand et auteure d’une thèse de doctorat d’histoire contemporaine intitulée De la genèse du mouvement des femmes est-allemandes à l’encadrement des femmes par le pouvoir. De l’occupation soviétique à l’État socialiste 1945-1952 (Lille, Septentrion, 1996). Ses domaines de recherche ont d’abord été les études de genre dans l’Allemagne de l’après seconde guerre mondiale, et elle a publié, en collaboration avec Paul Pasteur, Femmes, féminismes et socialismes dans l’espace germanophone depuis 1945 (Paris, Belin, 2005). Ses recherches et publications plus récentes portent sur les mémoires et politiques mémorielles en Allemagne (immédiat après-guerre, RDA) et les représentations, en France et en Allemagne, des destructions et des reconstructions. À paraître en allemand sur le sujet du présent ouvrage : « Wiederaufbau-Regionen in Europa : Normandie und Nierdersachsen im Vergleich », dans G. WagnerKyora (dir.), Wiederaufbau der Stadte : Europa seit 1945 / Rebuilding European Cities : Reconstruction-policy since 1945, Stuttgart, Franz Steiner, « Beiträge zur Stadtgeschichte und Urbanisierungsforschung », 2013.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540