Version classiqueVersion mobile

La Reconstruction en Normandie et en Basse-Saxe après la seconde guerre mondiale

 | 
Corinne Bouillot

Quatrième partie. Mémoires et patrimoines

Chapitre 17. Un territoire pour le souvenir

Le débarquement et la bataille de Normandie

Patrice Gourbin

Résumé

Les plages du débarquement sont aujourd’hui un espace commémoratif d’importance internationale, candidat à la labellisation au patrimoine mondial. Leur aménagement et le développement de leur notoriété dans les années d’après-guerre sont dus au Comité du débarquement, créé et piloté par Raymond Triboulet. Celui-ci sut non seulement obtenir les moyens matériels nécessaires, mais aussi maîtriser et coordonner les initiatives locales, nationales et internationales. Le projet, étroitement lié au contexte politique de la fin des années 1940, associait le débarquement allié et le général de Gaulle, les combats mettant fin à l’occupation allemande et le rétablissement de la « légitimité républicaine ». Le choix des plages, qui excluait le reste de la bataille de la Normandie, était loin de faire l’unanimité mais constituait la condition de l’obtention des financements nationaux et internationaux. Aujourd’hui, la volonté de commémoration, plus intense que jamais, se caractérise par endroits par une remise en cause du message d’origine et des monuments qui le portent. Le risque est celui d’un brouillage du sens et d’une altération des sites, auxquels s’ajoute la possibilité d’une dérive touristique non maîtrisée.

Texte intégral

1À l’automne 1944, la bataille de la Libération s’éloigne d’une Normandie libre mais détruite. La priorité est alors à la reconstruction, mais celle-ci ne se situe pas sur le seul plan utilitaire. Dès les tout premiers temps, des acteurs locaux se mobilisent pour élaborer des supports de mémoire : des monuments, des musées (à construire), des lieux ou des vestiges (à conserver), formant l’infrastructure nécessaire à la perpétuation du souvenir. C’est cette incarnation dans la pierre et dans l’espace que nous nous proposons de retracer. Il ne s’agira pas pour autant d’étudier la totalité des réalisations. La Basse-Normandie comprend environ un millier de monuments commémoratifs. Ils forment un ensemble atomisé, consacré au souvenir de la libération d’un village, à la mort d’un soldat, à un fait d’armes héroïque, au passage d’un régiment... L’accumulation de ces mémoires particulières, qu’on retrouverait dans d’autres régions, n’aurait pas suffi à fabriquer la cohérence et l’unité du paysage mémoriel qui s’étend aujourd’hui sur les trois départements de la région. Celui-ci doit être compris comme une construction volontaire : c’est la mécanique de cette fabrication que nous suivrons au cours du temps.

Des initiatives locales dispersées

  • 1 Jean Quellien, « Un atout pour le tourisme régional : la mémoire du débarquement et de la bataille (...)
  • 2 Françoise Dutour, « Mémoire et commémoration dans le Calvados de 1945 à 1994 », dans Louis Le Roc’h (...)
  • 3 Marc Brillaud de Laujardière, 5 mars 1945, archives Paul Leroy (privées, non déposées).

2Les premiers éléments du souvenir furent mis en place par les militaires dès l’été 1944, sous forme de monuments provisoires1. À l’automne, les populations locales s’engagèrent à leur tour dans le mouvement. Dès octobre, la commune de Graye envisageait d’élever un monument à la mémoire du premier soldat allié tombé dans la commune et de poser une plaque commémorative2. À Caen, une exposition sur la bataille de Caen fut organisée en 1945, puis présentée en 1946 à Paris et à Deauville, tandis qu’une commission municipale rassemblait de la documentation afin d’enrichir les archives municipales. L’urbaniste de la ville proposait par ailleurs la création d’un « musée du souvenir » dans le château, en complément d’un grand monument commémoratif3.

  • 4 Conseil municipal de Lion-sur-Mer, 21 juin 1945, archives départementales du Calvados (ADC), O 9254
  • 5 Commission départementale des sites, 29 mars 1945 (ADC, O 9255/1).
  • 6 Dr Gosselin, 6 mai 1946, Fontainebleau, Cité des archives contemporaines (CAC), 1989 0126, art. 40.

3La protection des lieux ou des vestiges était du ressort de l’État, sous le régime de la loi de 1930 (sur les sites) et de celle de 1913 (sur les monuments historiques), mais l’impulsion initiale revenait aux acteurs locaux. Le 21 juin 1945, le conseil municipal de Lion-sur-Mer sollicita par exemple le classement de l’épave du Courbet afin qu’il « soit fixé définitivement à la place qui lui fut assignée pour la libération de la Patrie4 ». Les demandes étaient ensuite relayées par les autorités départementales. Le 29 janvier 1945, le président du comité départemental de Libération commanda à l’architecte ordinaire des Monuments historiques une enquête sur les éléments susceptibles d’être classés. Le 29 mars, la commission départementale des sites disposait d’une première liste : Ranville et les plages d’Omaha, Sword et Gold5. L’effervescence commémorative concernait toute la Basse-Normandie. En 1945 le Dr Gosselin, conseiller général, lança une souscription pour l’érection d’un monument à la cote 112. En 1946, le même fit le recensement, suivi d’une proposition de classement, des chars de combat subsistant dans la plaine de Caen6.

  • 7 Brice Fossard, Festivités et commémorations dans le Calvados du 6 juin 1944 au 13 octobre 1946, mém (...)
  • 8 Maurice Gouverneur, 3 décembre 1945, Paris, Médiathèque de l’architecture et du patrimoine (MAP), 8 (...)

4Il n’existait aucune coordination entre toutes ces initiatives, et les rivalités n’étaient pas rares. Sainte-Mère-Église, Ranville et Bénouville s’étaient déjà proclamées « première commune libérée de France » et tentaient de prendre leurs voisines de vitesse dans la course aux honneurs7. Quant à l’érection des monuments, elle était en principe soumise à l’autorisation du préfet, mais la procédure réglementaire n’était pas toujours respectée. De son côté, l’État n’avait pas de projet commémoratif bien défini et se bornait à encadrer le mouvement. Son seul programme était d’éviter « l’explosion soudaine d’œuvres de mauvais goût8 » qui avait caractérisé la fin de la première guerre mondiale en limitant le nombre des monuments et d’éviter aussi les contresens historiques.

  • 9 Délibération du conseil municipal de Vire, 5 novembre 1952 (ADC, O 9393/2).

5Pendant ce temps, le paysage issu de la bataille disparaissait. Les terrains agricoles bouleversés par les combats étaient remis en état pour les cultures, à quelques rares exceptions près. Pour la pointe du Hoc, siège d’un assaut héroïque, le syndicat d’initiative de Grandcamp-Maisy obtint des services de la Reconstruction que les terrains soient laissés en l’état, après indemnisation des propriétaires. À côté de Deauville, le mont Canisy, propriété de la Marine qui n’en avait plus l’usage, fut simplement laissé à l’abandon. Dans les agglomérations, le déblaiement des ruines effaçait les traces des combats, et le souvenir s’incarnait souvent dans les monuments anciens. À Vire, la destruction de la ville, avec ses 400 victimes civiles, fut commémorée dès le 6 juin 1945 au pied de la Porte-Horloge. L’édifice, mis en valeur sur la principale place de la ville, fut ensuite transformé en mémorial « du souvenir du passé et du martyr de la cité9 ». L’urbanisme futur de la ville reconstruite pouvait aussi être mis à contribution, comme à Lisieux où une place du souvenir devait être créée à l’ouest de la ville, marquée en son centre par un monument aux morts. Au total, tous les projets se heurtaient au manque de moyens d’une nation ruinée. Le provisoire était la règle, pour les monuments aussi bien que pour le logement.

L’unification de la commémoration

  • 10 Raymond Triboulet, né en 1906, fut ministre des Anciens Combattants en 1955 et de 1959 à 1962, puis (...)

6C’est dans ce contexte que fut créé, en mai 1945, le Comité du débarquement. L’initiative en revenait à Raymond Triboulet, qui devint rapidement la figure centrale de la commémoration toute entière10. Seul membre du comité départemental de Libération présent dans la tête de pont libérée au début de juin 1944, il fut nommé le 16 juin sous-préfet de Bayeux par François Coulet. Il se présenta ensuite avec succès aux élections législatives de l’hiver 1946. Sous l’égide de Raymond Triboulet, le Comité fédérait les communes où avait eu lieu le débarquement et leur offrait un cadre qui permettait la construction d’un projet global et cohérent, tant pour l’organisation du souvenir que pour sa valorisation économique et touristique. Son poids politique lui permettait en outre de porter la demande locale face à l’État. Le Comité voulait concentrer l’effort sur le littoral où il imaginait deux grands monuments construits aux limites extrêmes de la tête de pont alliée, de Ranville à Saint-Pierre-du-Mont, encadrant plusieurs petits comme au chemin des Dames, le tout complété par des protections comme site ou monument historique. La zone du débarquement serait ainsi distinguée du reste de la bataille de Normandie. Le second pilier de la politique du comité était de faire de Bayeux la capitale du débarquement. La ville dont Raymond Triboulet avait été sous-préfet en juin 1944, le premier de la France libre, n’avait eu aucun rôle militaire, mais le général de Gaulle y avait reçu, le 14 juin 1944, le plébiscite populaire qui l’avait définitivement légitimé aux yeux des Alliés. Or, dans la France de la IVe République, le général n’était pas seulement un personnage historique, il représentait aussi un courant politique, notamment depuis son discours de 1946, prononcé à Bayeux. La valorisation gaulliste voulue par Raymond Triboulet était donc bien plus qu’un hommage, elle représentait une prise de position politique.

  • 11 Louis Bourdil (1907-1986), diplômé d’anglais, était inspecteur des sites depuis 1942. En 1950, il f (...)
  • 12 Pierre Dalloz, rapport sur la visite de la délégation le 9 mai 1946 (CAC, 1989 0126, art. 40).
  • 13 Louis Bourdil, 5 juin 1946 (CAC, 1989 0126 art. 40).
  • 14 Note pour le ministre de l’Éducation nationale, 16 mai 1949 (MAP, 80/03, cart. 49).

7Fin 1945, un nouvel inspecteur régional des sites, Louis Bourdil, fut nommé pour suivre le dossier du débarquement11. L’absence de politique claire au plus haut niveau de l’État laissait la porte ouverte à toutes les pressions locales. Le supérieur de Louis Bourdil, l’inspecteur général Pierre Dalloz, pensait ainsi que l’effort principal devait porter sur Arromanches, dont le port artificiel serait classé comme le voulait Raymond Triboulet12. Mais il préconisait aussi de retenir quelques lieux de la bataille de Normandie comme Évrecy ou Tilly-sur-Seulles, qui faisaient partie de la circonscription du Dr Gosselin. L’investissement serait de toute façon limité dans le temps, car il pensait que les lieux ne seraient visités que pendant une génération. Louis Bourdil était plus soucieux de limiter les investissements. Pas question selon lui de protéger le port artificiel dont l’entretien coûterait une fortune. Ses critères étaient l’esthétique et l’importance des combats, en excluant la logistique. Omaha devait donc être retenue en priorité : d’une part c’était le « lieu de la véritable bataille de Normandie », d’autre part un terrain surplombant la plage était en cours de cession pour un cimetière américain13. De plus, la plage était encore encadrée par une ligne de bateaux volontairement échoués en 1944 pour former brise-lame. Cet « alignement extraordinaire de navires en sentinelles », visible du cimetière, formerait le fond du décor14. Des démarches furent engagées à la fin de l’année 1946 auprès des gouvernements alliés pour obtenir la cession des épaves du débarquement, au titre de souvenirs historiques.

Figure no 78 – Jean Chièze, L’Œuvre du Comité du débarquement, gravure sur bois, 1954.

8Ces débats, dans lesquels Raymond Triboulet intervenait activement, aboutirent en septembre 1946 à trois dossiers de protection au titre des sites, à Omaha, Utah et Arromanches. Cette liste était nettement en retrait par rapport à celle de 1945. Les secteurs de débarquement britanniques et canadiens étaient exclus, les Anglais n’étant représentés que par le port artificiel. Maigre résultat, d’autant que les terrains protégés étaient de faibles dimensions et que la protection de site, à la différence du classement comme monument historique, n’impliquait aucune subvention pour l’entretien ou la remise en état. C’est que le service des Beaux-Arts refusait de porter seul la charge financière d’un investissement plus conséquent : à supposer qu'elle soit possible, la conservation du port artificiel devait relever des services maritimes. De la même manière, les blockhaus devraient être pris en charge par le génie militaire. Quoiqu’il en soit, les premiers engagements de l’État entérinaient définitivement la vision du Comité du débarquement. La bataille de Normandie était écartée ainsi que les zones urbaines, tandis que la logistique était prise en compte au même titre que les combats.

La « conservation du souvenir du débarquement allié en Normandie »

9Ces principes furent officiellement confirmés par la loi du 21 mai 1947 « relative à la conservation du souvenir du débarquement allié en Normandie », votée à l’initiative de Raymond Triboulet. Elle prévoyait la prise en charge par l’État de la conservation et l’aménagement des sites situés à Arromanches, Omaha et Utah « conformément aux arrêtés de classement ». Le ministère de la Reconstruction devait prendre « toutes mesures propres à assurer l’hébergement des pèlerins », celui des Transports faciliter l’accès aux « lieux de pèlerinage », tandis que celui des Monuments historiques était doté de 10 millions de francs destinés à construire des musées, belvédères et monuments commémoratifs. Toutefois, la somme accordée donnait aussi la mesure de l’engagement de l’État : minuscule. C’est par un tout autre biais que le programme défini par le Comité vit le jour.

  • 15 Louis Bourdil, 15 avril et 17 mai 1947 (DIREN de Basse-Normandie, dossier 14116). Cabinet du minist (...)
  • 16 Ahmed Elkhawaga, Comment les sites du débarquement du 6 juin 1944 sont devenus des lieux de mémoire (...)

10Alors que les éléments métalliques du port d’Arromanches avaient été vendus à l’Islande, les Américains avaient accepté de céder gracieusement leurs épaves à la France15. Leur sort futur n’était pas tranché : « War Memorial permanent » ou récupération au prix de la ferraille16 ? Pour le vice-président du Comité du débarquement, la seconde option était hors de question. En 1948, un comité interministériel estima que le maintien de la digue de bateaux d’Omaha était possible, tandis que Louis Bourdil s’opposait toujours catégoriquement à une prise en charge par les Monuments historiques.

Figure no 79 – Le port artificiel américain d’Omaha Beach après la tempête du 19 juin 1944.

  • 17 Note pour le ministre de l’Éducation nationale, 16 mai 1949 (MAP, 80/03, cart. 49) ; procèsverbal d (...)

11En septembre 1949, après de multiples réunions, la présidence du Conseil trancha définitivement en faveur de la vente, dont le produit serait affecté à la réalisation de la loi du 21 mai 194717. Toutefois, étant donné le contexte économique encore très difficile, les deux tiers des 270 millions espérés devaient porter sur des réalisations « à caractère rentable et utilitaire » en hommage à la nation américaine : maison d’accueil pour étudiants anglo-saxons à l’université, hôtel à Vierville, hôpital de Saint-Lô, le tiers restant pour la commémoration du 6 juin. La vente des épaves d’Utah n’ayant pu aboutir pour des raisons techniques, la première partie du programme fut abandonnée. L’utilisation des 180 millions restants fut négociée entre le service des Monuments historiques, gestionnaire des crédits au nom de l’État, et le Comité, dont l’intermédiaire avait permis la cession, et qui avait un droit de regard officieux sur les dépenses. Les crédits furent donc répartis en trois parts : l’une destinée à un projet négocié, les deux autres étant utilisées de manière indépendante par chacun des deux acteurs.

  • 18 Procès-verbal de la réunion du 11 avril 1949 (MAP, 80/03, cart. 49).

12La première partie du programme consistait en la construction de monuments et de musées par le service des Monuments historiques, mais sous la pointilleuse surveillance du Comité. L’architecte en chef des Monuments historiques Yves-Marie Froidevaux fut retenu pour construire l’ensemble des « monuments-signaux » prévus, dont le prototype fut inauguré à Bernières le 19 novembre 1950. Celui-ci avait la forme d’une cheminée de navire à laquelle étaient accrochés des blocs saillants, ce qui lui donnait l’aspect d’une colonne rostrale, la forme de vague creusée à l’arrière représentant « l’élan de la mer vers la terre ». Bien que présentant « un même caractère », les monuments-signaux étaient adaptés au contexte et prenaient des formes différentes. Une dizaine de monuments-signaux furent construits, volontairement dépourvus d’infrastructures pour les cérémonies18.

Figure no 80 – Le monument-signal d’Omaha Beach, 2006.

  • 19 Directeur de l’Architecture, 23 juin 1950 (MAP 80/03, cart. 49).
  • 20 Louis Bourdil, 27 mai 1952 (DIREN de Basse-Normandie, dossier 14116).
  • 21 Raymond Triboulet, 6 juin 1950 (MAP, 80/03, cart. 49).

13Les blocs saillants formant rostres étaient destinés à porter un texte. Louis Bourdil l’imaginait purement descriptif : « Ici le 6 juin 1944 débarquèrent les forces alliées19. » Au contraire, Raymond Triboulet, « s’obstinant à vouloir libérer l’Europe sur les plages de sa circonscription électorale20 », voyait l’événement comme un symbole de la libération de l’Europe toute entière : « Ici le 6 juin 1944 l’héroïsme des forces alliées libère l’Europe. » Malgré les « scrupules communisants21 » du représentant de l’État, qui soulignait que l’Europe n’avait pas été entièrement occupée et que les Russes avaient leur part dans la défaite allemande, le président du Comité du débarquement finit par avoir gain de cause.

  • 22 Réunion du 21 décembre 1950 à la présidence du Conseil (MAP, 80/3/49) ; Raymond Triboulet, 2 juin 1 (...)
  • 23 Programme de travaux, s. d. (CAC, 1989 0126, art. 40).

14Outre les monuments, quatre salles d’exposition, toutes situées dans la Manche, devaient être construites à Sainte-Mère-Église, Cherbourg, Sainte-Marie-du-Mont et Carentan, cette dernière remplacée, à la demande de la municipalité, par un vitrail dans l’église. Il faut probablement comprendre cette partie du programme comme un rééquilibrage territorial. Doté d’une seule plage de débarquement (Utah), le département de la Manche se sentait en effet défavorisé par rapport au Calvados et menaçait l’unité du Comité. Ses députés exigeaient qu’une part du crédit des épaves soit accordée aux projets de l’intérieur, « geste qui apaiserait mes collègues de la Manche et les maires les plus récalcitrants22 ». Par ailleurs, une partie de la somme était destinée à des expropriations sur la plage d’Utah, afin d’assurer « un voisinage décent23 » au monument américain.

  • 24 Caen, direction régionale des Affaires culturelles (DRAC), dossier de recensement église Saint-Pier (...)

15La seconde partie du crédit, représentant 80 millions (sur 180) fut affectée à la reconstruction d’un monument classé, disposition imposée par le service des Monuments historiques à Raymond Triboulet qui tenta sans succès de négocier son accord contre le classement des caissons du port d’Arromanches. La reconstruction de la flèche de Saint-Pierre de Caen, hors de la zone du débarquement, qui fut finalement retenue, fut pour le service une excellente opération en terme d’image, tandis que le Comité était évincé de l’opération. En décembre 1953, le coq et la croix, prêts à la pose, furent présentés aux autorités, puis promenés en procession dans les rues où la foule des grands jours leur fit un triomphe24. Raymond Triboulet, qui n’avait pas été prévenu, était absolument furieux. Quant à la « manifestation officielle et internationale » d’inauguration qu’on lui avait promise, elle n’eut jamais lieu.

Le programme personnel du Comité

16Au moment du don des épaves, le Comité avait engagé deux projets : un monument à Bayeux et un musée à Arromanches. À l’initiative de Louis Bourdil, qui considérait que l’État ne devait pas assumer les choix du Comité, une partie du crédit des épaves lui fut versée sous forme de subvention pour ces deux réalisations. En 1946, deux monuments en hommage au général de Gaulle avaient déjà été érigés à Bayeux sur la place du Château, à l’endroit où celui-ci avait été ovationné par la foule le 14 juin 1944. À la fin de l’année 1946, un projet beaucoup plus ambitieux vit le jour. Le nouveau monument, situé à l’entrée de la ville, fut inauguré en 1952 par le Général. Il se compose d’un espace circulaire dominé par un grand bas-relief de Raoul Lamourdedieu qui réunit, dans un raccourci saisissant, la réception du général de Gaulle à Bayeux et le débarquement. Sur l’arrière, côté ville, le monument porte deux dates : 6 juin-14 juin, liant ainsi les deux événements en une seule commémoration.

  • 25 Raymond Triboulet, 12 juillet 1955 (DIREN de Basse-Normandie, dossier 14113).

17Le musée d’Arromanches devait présenter les maquettes animées du port artificiel qui avaient été exposées en juin 1945 à Paris. L’idée du musée, lancée à ce moment par un habitant du village, fut proposée aux ambassades étrangères. Les Anglais offriraient les maquettes, les Américains le bâtiment, les Français le terrain. En 1947, les Britanniques avaient donné leur accord, mais il n’existait aucune certitude sur le financement du reste. C’est apparemment à ce moment que le projet fut repris par le Comité du débarquement, seul à même de trouver les fonds. Inauguré le 5 juin 1954, le musée connut un véritable succès de fréquentation et ses revenus permirent au Comité de mener sa propre politique commémorative. Deux nouveaux monuments-signaux furent ainsi financés sur ses fonds propres25. À Isigny, il était dédié au général de Gaulle, tandis que celui de Port-en-Bessin présente le texte habituel sur la libération de l’Europe.

  • 26 Jean Quellien, La pointe du Hoc, étude historique, dactyl., 2000, p. 49, DIREN de Basse-Normandie, (...)

18Port de sa capacité de financement, le Comité avait désormais la possibilité de renforcer les infrastructures de la zone du débarquement. En 1961, à la demande du maire, la commune de Saint-Aubin obtint une dotation pour la construction d’un monument secondaire, selon une formule de compensation habituelle pour les plages non dotées d’un monument-signal. Courseulles bénéficia d’un monument de forme comparable, dû à l’architecte du musée d’Arromanches (dont il était aussi maire), François Carpentier. Le Comité envisagea en 1961 l’achat du site des batteries de Longues, dont il demandait le classement. Sa connaissance des rouages administratifs et sa position éminente dans la commémoration lui permettaient en effet de maintenir la pression pour obtenir de nouvelles protections de la part de l’État, qu’il pouvait compléter par des aménagements touristiques. Le classement comme site de la pointe du Hoc fut ainsi prononcé en 1955 malgré les réticences de l’administration. Le comité de la pointe du Hoc fut créé en 1956 à l’initiative de personnalités locales, avec Raymond Triboulet pour président d’honneur. Il construisit la route d’accès, puis érigea en 1960 un monument sur le poste de commandement allemand26.

19L’aide du Comité s’étendait aussi à certains sites de la bataille de Normandie. En 1963, sa contribution à l’installation d’un mémorial dans la chapelle du Val de Tilly-sur-Seulles fut décisive pour le sauvetage de ce monument très endommagé que les Monuments historiques hésitaient à prendre en charge. Toutefois, cet élargissement ne remettait pas en cause la primauté de la zone du débarquement, ni même, à l’intérieur de celle-ci, la survalorisation du Bessin. Les sites majeurs étaient en effet concentrés dans la région de Bayeux, dont le rôle de capitale se trouvait ainsi confirmé. La seule infrastructure importante située hors du Bessin, mais toujours dans la zone du débarquement, fut l’aménagement tardif, en 1974, d’un musée à Bénouville près du pont Pegasus et le classement comme site du café Gondrée situé à proximité.

  • 27 Olivier Wieviorka, La Mémoire désunie. Le souvenir politique des années sombres, de la Libération à (...)

20Lors du vingtième anniversaire du débarquement, le Comité pouvait se féliciter d’avoir imposé sa vision de la mémoire de l’été 1944 sur l’ensemble de la région. Son seul échec – mais il était de taille - se situait dans le domaine politique. Il manquait en effet la caution du général de Gaulle pour relier comme le voulait Raymond Triboulet le 6 et le 14 juin. Le général, qui ne vint jamais en Normandie le 6 juin, considérait le débarquement comme une affaire étrangère qu’il ne convenait pas de relier à la mémoire nationale27. L’adhésion des populations locales n’était pas non plus au rendez-vous. Si les attributs gaullistes (croix de Lorraine, reproduction de l’appel du 18 juin) sont relativement nombreux sur les monuments locaux, le 14 juin n’était explicitement évoqué que dans celui de Saint-Aubin.

Autres géographies du souvenir

  • 28 Nouveau guide « aux léopards » de la Normandie. Les étapes de tourisme. Le pèlerinage des batailles (...)
  • 29 André Ploix, Le Débarquement en Normandie, 6 juin 1944. Guide pour la visite des plages de débarque (...)
  • 30 Patrice Boussel, Guide des plages du débarquement, Paris, Béranger, 1964, 223 p.

21Le rapporteur de la loi du 21 mai 1947, qui avait souhaité que le commissariat général au tourisme organise un « plan de propagande » touristique, ne fut pas entendu. De son côté, le Comité n’envisageait la géographie du souvenir qu’en fonction des cérémonies commémoratives du 6 juin. Il ne cherchait pas à construire un cadre raisonné pour organiser la visite en dehors de ce moment très particulier. Le lien entre les supports commémoratifs était donc laissé à l’appréciation des pèlerins ou des touristes et la littérature touristique relevait d’initiatives privées, qui ne suivaient pas forcément la logique du Comité. Le premier guide fut en 1946 celui de la Société des éditions de Basse-Normandie28. L’ouvrage, qui n’était pas spécifique à la bataille, présentait les événements de 1944 pêle-mêle avec les habituelles descriptions de monuments anciens et d’anecdotes historiques. Il comportait également une carte où le débarquement n’était pas distingué du reste de la bataille. En 1947, Michelin édita une série de cartes des batailles de France : Provence, Alsace et Normandie. Il fallut attendre 1964 pour voir apparaître les premières propositions d’itinéraires. Le Guide bleu Hachette, le plus proche de la conception du Comité du débarquement, se limitait strictement à la zone du débarquement et décrivait deux circuits permettant une appréhension globale de l’événement, en une ou deux journées29. Ceux de l’ouvrage des éditions Béranger étaient organisés par secteurs, mais le septième itinéraire était consacré à la suite de la bataille, de Cherbourg à Caen30.

  • 31 Biographie de Guy de LaVasselais, http://www.senat.fr/senateur/de_la_vasselais. guy000072.html (con (...)

22Autre initiative indépendante du Comité, la voie de la Liberté fut créée par Guy de La Vasselais, qui avait été officier de liaison de l’armée du général Patton avant d’être élu maire de Saint-Symphorien-le-Château (Eure-et-Loir) en 1945, conseiller général d’Eure-et-Loir en 1949 et sénateur en 1959. Peu après la Libération, il conçut avec le maire de Metz le projet d’une route balisée par des bornes semblables et retraçant le parcours de l’armée du général Patton en France, de la Normandie à Metz en passant par la Bretagne et le Centre. Le Comité national de la voie de la Liberté, dont il devint secrétaire général, fut créé en 194631. La première borne fut inaugurée à Saint-Symphorien la même année et l’ensemble de la voie en 1947 à Fontainebleau. Si la structure linéaire de la voie était très différente de l’espace du débarquement, le projet avait plusieurs points communs avec celui de Raymond Triboulet. Il était porté par un politique qui avait participé aux événements, ce qui valorisait autant son rôle personnel que sa circonscription. Il matérialisait la continuité de l’espace historique par la répétition d’éléments identiques, ne cherchait pas à embrasser l’ensemble de la bataille et tendait à dépasser l’événement pour lui donner un sens élevé. Des découpages autres que ceux retenus par le Comité ont donc pu être envisagés, dans le temps (ici de juin 1944 à janvier 1945), l’espace (la voie traverse toute la France) ou les acteurs (une division prestigieuse de l’armée américaine).

Figure no 81 – Plan des parcours touristiques (« Guide bleu » : Le débarquement en Normandie, 1964).

  • 32 DIREN, Les Jardins de la mémoire. Lieux de recueillement et de mémoire des soldats de la bataille d (...)

23Les cimetières, répartis sur l’ensemble de la région, proposaient également une géographie spécifique32. Certains furent créés au moment des combats en fonction des disponibilités du foncier et de la proximité du champ de bataille, l’ensemble étant ensuite organisé de manière plus rationnelle au cours des deux décennies suivantes. Le choix des lieux était négocié avec les autorités ou les représentants des nations belligérantes, qui avaient sur le sujet des politiques assez différentes. Les Américains regroupèrent par exemple les corps dans deux cimetières, tandis que les Britanniques préféraient la proximité des lieux de combats. Les cimetières ne désignent donc pas forcément des zones de bataille, tel celui de Bayeux, tandis que certains lieux particulièrement meurtriers comme le couloir de la mort de Chambois sont éloignés de toute nécropole. Seul celui d’Omaha réalise de manière volontairement emphatique la fusion entre le souvenir de la bataille et la présence des soldats morts. Au final, la géographie des installations funéraires ne recouvre que très partiellement celle de la bataille de Normandie et du débarquement.

Le tourisme

  • 33 Éric Diouris, Philippe Henriot et Alain Nafilyan, Monuments historiques du XXe siècle en Basse-Norm (...)

24En 1984, les cérémonies du quarantième anniversaire du débarquement furent organisées, à l’initiative de François Mitterrand, avec un faste inconnu jusque-là. La présence du président de la République française et de plusieurs chefs d’État ou de gouvernement donna à l’événement une ampleur internationale. La visibilité médiatique fut immense et relança la fièvre commémorative sur l’ensemble de la région, tant sous forme de nouveaux monuments que de création de musées. Celui de Bayeux, consacré à la bataille de Normandie, ouvrit à cette occasion, tandis qu’à Caen, le concours pour le Mémorial fut lancé la même année, pour une inauguration en 1988. Son projet scientifique dépassait non seulement le débarquement mais aussi la bataille pour proposer une lecture globale de la seconde guerre mondiale. Il donnait à la ville une visibilité en tant que pivot des combats et lui offrait la possibilité de donner sens à l’événement, mais toujours en éludant la question de sa destruction. L’offre muséale s’enrichit ensuite très régulièrement : Falaise en 1987, Montormel en 1994, Courseulles en 2004... Une réflexion sur la protection des vestiges fut lancée dans le même mouvement par la DRAC (direction régionale des Affaires culturelles) de Basse-Normandie. Mais les Monuments historiques étaient toujours dans une logique limitative : sur 150 ouvrages recensés, 44 protections furent proposées et seulement 4 retenues en 199433.

  • 34 Patrick Jézéquel, Philippe Gallois et Édouard de Pazzis, Bataille de Normandie. Guide officiel espa (...)
  • 35 Normandie Terre-Liberté, Espace historique de la bataille de Normandie. Coffret pédagogique, Caen, (...)

25Les collectivités locales étaient plus en phase avec la dynamique nouvelle. Dans la perspective du cinquantième anniversaire de 1994, les trois départements bas-normands s’associèrent pour créer l’association « Normandie Terre-Liberté » fédérant les acteurs des sites de la bataille. Outre la coordination des événements commémoratifs, elle organisa avec les comités départementaux du tourisme et le soutien scientifique du Mémorial de Caen une série de huit circuits touristiques « bataille de Normandie », matérialisés par des bornes explicatives, des panneaux indicateurs et des publications. Ce fut l’occasion de renouveler la littérature touristique, en s’affranchissant de la conception limitative du Comité du débarquement : un « guide officiel » fut publié dans la collection richement illustrée des guides Gallimard34. Le public scolaire était pris en compte pour la première fois, par la création d’un coffret pédagogique35. La région était désormais couverte dans son ensemble, dans un puissant mouvement de rééquilibrage en faveur de la bataille, le débarquement n’étant d’ailleurs pas mentionné dans le titre des documents. La géographie proposée entérinait aussi l’échec de la commémoration du 14 juin. Il n’existait pas de circuit spécifique à la visite du Général et Isigny, haut-lieu de son voyage, était ignoré des parcours. De son côté, le Comité tentait de pallier le manque d’enthousiasme sur ce sujet par de nouvelles réalisations : une croix de Lorraine géante à Courseulles, un musée à Bayeux, tous deux à l’occasion du centenaire de la naissance du général. Peine perdue : le musée ferma en 2008, faute de visiteurs.

26Le hasard a voulu que la bataille de Normandie se déroule sur les trois départements qui composent aujourd’hui la région Basse-Normandie. Malgré ce potentiel fédérateur, il fallut attendre le soixantième anniversaire, en 2004, pour que le conseil régional s’implique activement et prenne la tête des projets.

  • 36 DIREN, Normandie 44. 11 paysages historiques, 2009, 16 p., plaquette informatique disponible sur le (...)

27Une nouvelle association, « Normandie Mémoire 60e anniversaire », fut créée à son initiative, en remplacement de la première, avec la même mission de coordination. L’impulsion de la région se traduisit également par le lancement d’une « opération grand site » (OGS), en partenariat avec l’État36 La procédure, pilotée par l’État (service des Sites), est destinée à réhabiliter des sites d’intérêt national tout en repensant l’accueil des visiteurs. LOGS Normandie 44 a retenu onze sites, soigneusement répartis sur les trois départements bas-normands, certains pour leur caractère exceptionnel (lieux de combats), d’autres pour leur caractère représentatif (zone de bocage...) L’opération a permis d’améliorer la cohérence des protections. Les pontons du port artificiel d’Arromanches ont été classés comme site en 2003, tandis que le site classé d’Utah a été étendu à l’ensemble de la plage.

Figure no 82 – Les 11 sites historiques retenus pour l’« opération grand site ».

28Alors qu’il était une des composantes du secrétariat des Beaux-Arts dans les années 1940, le service des Sites est aujourd’hui rattaché au ministère de l’Environnement, si bien que les protections nouvelles ou les interventions intègrent désormais des préoccupations écologiques. Le Conservatoire du littoral est par ailleurs propriétaire d’une bonne partie des terrains historiques du débarquement. Mais la logique environnementale entre parfois en conflit avec celle de la conservation patrimoniale. Suivant le vœu de l’American Battle Comitee, gestionnaire du site, la pointe du Hoc a ainsi subi en 2009 des injections massives de béton pour bloquer l’effondrement de la falaise et éviter la disparition du poste de commandement allemand. Les services de l’environnement et le conservatoire du littoral souhaitaient au contraire une gestion légère, plus respectueuse des caractéristiques naturelles de ce cap en avancée sur la mer.

29L’autre difficulté à laquelle doivent faire face les sites historiques tient à la fureur commémorative locale. Les initiatives, aujourd’hui concentrées dans un nombre limité de lieux, tendent à saturer l’espace de stèles, plaques, panneaux touristiques, canons, chars, pontons, etc. faisant ressembler certains lieux à une vaste brocante à ciel ouvert. Quant aux monuments existants, toutes les occasions sont bonnes pour y apposer une nouvelle inscription, les rendant à la fois plus factuels, ce qui en affaiblit le sens, et plus bavards. À l’origine dédié à la seule libération de l’Europe par les Alliés, le monument-signal d’Omaha a été complété sur ses faces latérales de textes et de gravures à la mémoire de la 116e RCT et de la 29e division d’infanterie US, profondément étrangers au message d’origine. En 2004, enfin, un monument de l’artiste Anilore Banon fut installé sur la plage, dans l’axe du monument d’Yves-Marie Froidevaux, qu’il pollue visuellement.

  • 37 Marc Pottier, Classer les plages de la Liberté au patrimoine mondial de l’UNESCO, dactyl., 2009, p. (...)

30En Basse-Normandie, les supports de mémoire de l’été 1944 témoignent aujourd’hui de soixante années de commémoration. Non sans tensions. Les initiatives locales tendent à la dispersion, sans mise en perspective globale et sans respect pour les réalisations antérieures. Les institutions se donnent au contraire pour objectif de construire un territoire mémoriel unitaire en s’appuyant sur les stratifications de la mémoire. Depuis 2006, le conseil régional de Basse-Normandie a lancé l’étude d’un dossier de classement « des plages de la Liberté » au patrimoine mondial. L’argumentaire proposé pour justifier la demande ne repose pas tant sur la bataille elle-même que sur l’utilisation ultérieure des espaces de mémoire comme lieu de réconciliation et de « pédagogie de la paix37 ». La prochaine étape pourrait ainsi devenir celle de l’exploitation de la sédimentation de la mémoire sur trois générations. Projet paradoxal où ce n’est plus de l’histoire dont on se souvient, mais de sa mémoire.

Notes

1 Jean Quellien, « Un atout pour le tourisme régional : la mémoire du débarquement et de la bataille de Normandie », dans Alice Gandin (dir.), Destination Normandie. Deux siècles de tourisme XIXe-XXe siècles, Milan, Cinq Continents, 2009, p. 139.

2 Françoise Dutour, « Mémoire et commémoration dans le Calvados de 1945 à 1994 », dans Louis Le Roc’h Morgère et Jean Quellien (dir.), L’Été 1944. Les Normands dans la bataille, Caen, conseil général du Calvados – archives départementales, 2000, p. 87.

3 Marc Brillaud de Laujardière, 5 mars 1945, archives Paul Leroy (privées, non déposées).

4 Conseil municipal de Lion-sur-Mer, 21 juin 1945, archives départementales du Calvados (ADC), O 9254.

5 Commission départementale des sites, 29 mars 1945 (ADC, O 9255/1).

6 Dr Gosselin, 6 mai 1946, Fontainebleau, Cité des archives contemporaines (CAC), 1989 0126, art. 40.

7 Brice Fossard, Festivités et commémorations dans le Calvados du 6 juin 1944 au 13 octobre 1946, mémoire de maîtrise, E. Fouilloux (dir.), université de Caen, 1988, p. 170.

8 Maurice Gouverneur, 3 décembre 1945, Paris, Médiathèque de l’architecture et du patrimoine (MAP), 80/3/49.

9 Délibération du conseil municipal de Vire, 5 novembre 1952 (ADC, O 9393/2).

10 Raymond Triboulet, né en 1906, fut ministre des Anciens Combattants en 1955 et de 1959 à 1962, puis ministre délégué de la Coopération jusqu’en 1968. Il fut aussi député du Calvados à partir de 1946.

11 Louis Bourdil (1907-1986), diplômé d’anglais, était inspecteur des sites depuis 1942. En 1950, il fut nommé conservateur régional des monuments historiques de Normandie, d’où il continua à suivre le dossier des plages du débarquement.

12 Pierre Dalloz, rapport sur la visite de la délégation le 9 mai 1946 (CAC, 1989 0126, art. 40).

13 Louis Bourdil, 5 juin 1946 (CAC, 1989 0126 art. 40).

14 Note pour le ministre de l’Éducation nationale, 16 mai 1949 (MAP, 80/03, cart. 49).

15 Louis Bourdil, 15 avril et 17 mai 1947 (DIREN de Basse-Normandie, dossier 14116). Cabinet du ministre, 9 décembre 1946 (CAC, 1989 0126, art. 40).

16 Ahmed Elkhawaga, Comment les sites du débarquement du 6 juin 1944 sont devenus des lieux de mémoire de 1945 à 1964 ?, master 2 d’histoire, Jean Quellien et André Zysberg (dir.), université de Caen, 2006, p. 82.

17 Note pour le ministre de l’Éducation nationale, 16 mai 1949 (MAP, 80/03, cart. 49) ; procèsverbal de réunion, 5 septembre 1949 (Bayeux, archives du Comité du débarquement).

18 Procès-verbal de la réunion du 11 avril 1949 (MAP, 80/03, cart. 49).

19 Directeur de l’Architecture, 23 juin 1950 (MAP 80/03, cart. 49).

20 Louis Bourdil, 27 mai 1952 (DIREN de Basse-Normandie, dossier 14116).

21 Raymond Triboulet, 6 juin 1950 (MAP, 80/03, cart. 49).

22 Réunion du 21 décembre 1950 à la présidence du Conseil (MAP, 80/3/49) ; Raymond Triboulet, 2 juin 1953 (DIREN de Basse-Normandie, dossier plages du débarquement, Manche).

23 Programme de travaux, s. d. (CAC, 1989 0126, art. 40).

24 Caen, direction régionale des Affaires culturelles (DRAC), dossier de recensement église Saint-Pierre de Caen.

25 Raymond Triboulet, 12 juillet 1955 (DIREN de Basse-Normandie, dossier 14113).

26 Jean Quellien, La pointe du Hoc, étude historique, dactyl., 2000, p. 49, DIREN de Basse-Normandie, dossier 14083.

27 Olivier Wieviorka, La Mémoire désunie. Le souvenir politique des années sombres, de la Libération à nos jours, Paris, Seuil, 2010, p. 220.

28 Nouveau guide « aux léopards » de la Normandie. Les étapes de tourisme. Le pèlerinage des batailles, Caen, Société des éditions de Basse-Normandie, 1946,156 p.

29 André Ploix, Le Débarquement en Normandie, 6 juin 1944. Guide pour la visite des plages de débarquement, des aires de parachutage, des musées et des cimetières, Paris, Hachette, « Les guides bleus illustrés », 1964, 64 p.

30 Patrice Boussel, Guide des plages du débarquement, Paris, Béranger, 1964, 223 p.

31 Biographie de Guy de LaVasselais, http://www.senat.fr/senateur/de_la_vasselais. guy000072.html (consulté le 30 janvier 2011).

32 DIREN, Les Jardins de la mémoire. Lieux de recueillement et de mémoire des soldats de la bataille de Normandie, Cully, OREP, 1999, 47 p.

33 Éric Diouris, Philippe Henriot et Alain Nafilyan, Monuments historiques du XXe siècle en Basse-Normandie, s. l., In quarto, p. 79-99.

34 Patrick Jézéquel, Philippe Gallois et Édouard de Pazzis, Bataille de Normandie. Guide officiel espace historique de la bataille de Normandie, Paris, Gallimard, « Guides Gallimard », 1994, 312 p.

35 Normandie Terre-Liberté, Espace historique de la bataille de Normandie. Coffret pédagogique, Caen, CRDP de Basse-Normandie, 5 vol., 1994.

36 DIREN, Normandie 44. 11 paysages historiques, 2009, 16 p., plaquette informatique disponible sur le site de la DREAL Basse-Normandie : http://www.basse-normandie. developpement-durable.gouv.fr/article.php3?id_article=303 (consulté le 16 mars 2011).

37 Marc Pottier, Classer les plages de la Liberté au patrimoine mondial de l’UNESCO, dactyl., 2009, p. 26.

Table des illustrations

Légende Figure no 78 – Jean Chièze, L’Œuvre du Comité du débarquement, gravure sur bois, 1954.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5352/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Figure no 79 – Le port artificiel américain d’Omaha Beach après la tempête du 19 juin 1944.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5352/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Figure no 80 – Le monument-signal d’Omaha Beach, 2006.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5352/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Figure no 81 – Plan des parcours touristiques (« Guide bleu » : Le débarquement en Normandie, 1964).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5352/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Figure no 82 – Les 11 sites historiques retenus pour l’« opération grand site ».
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5352/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 165k

Auteur

Docteur en histoire de l’architecture, enseignant à l’École nationale supérieure d’architecture de Normandie et guide-conférencier VPAH à Caen, a publié dans le cadre d’une mission de recherche L’architecture et l’urbanisme de la Reconstruction dans le Calvados. Du projet à la réalisation (Caen, conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement du Calvados, 2011). Il est aussi l’auteur, notamment, de : Les Monuments historiques de 1940 à 1959. Administration, architecture, urbanisme, Presses universitaires de Rennes, 2008 ; « Patrimoine, politique et identité. La mutation du château de Caen au XXe siècle », dans Robert Hérin (dir.), La Ville en devenir : de la ville perdue à la ville retrouvée, Presses universitaires de Caen, 2008, p. 313-329 ; « La politique patrimoniale de la municipalité de Caen pendant la reconstruction », Annales de Normandie, juin 2008, p. 147-167 ; « Le service des Monuments historiques face à la reconstruction après la seconde guerre mondiale », dans Philippe Poirrier et Loïc Vadelorge (dir.), Pour une histoire des politiques du patrimoine, Paris, Comité d’histoire du ministère de la Culture, 2003, p. 381-397 ; « L’œuvre du service des Sites pendant l’Occupation et la reconstruction », dans Les Paysages ruraux en Normandie, Caen, Annales de Normandie, 2003, p· 345-355.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search