Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Reconstruction en Normandie et en Basse-Saxe après la seconde guerre mondiale

 | 
Corinne Bouillot

Quatrième partie. Mémoires et patrimoines

Chapitre 16. Destructions et reconstructions caennaises

Histoire d’une étrange amnésie urbaine : 1944-2011

Pierre Bergel

Résumé

À partir du 6 juin 1944, la ville de Caen subit de sévères destructions dans le contexte de la plus grande opération militaire de la seconde guerre mondiale. Reconstruite selon des modalités novatrices, elle est riche d’innovations formelles qui devraient en faire un laboratoire pour les pratiques d’urbanisme. Pourtant, cette expérience originale a été précocement effacée des mémoires. Considérée comme une parenthèse, la reconstruction de Caen est vue à posteriori comme une reconstitution du passé, comme une « renaissance » exprimée par l’image du phénix. À rebours de ces représentations, la présente contribution pose l’hypothèse que la reconstruction caennaise projette dans la modernité une société locale rétive au changement. Les formes urbaines nouvelles qui émergent des ruines ne visent pas à la reconstitution d’un passé enfoui, elles affirment au contraire un bouleversement socio-spatial inédit. Refoulement d’un passé traumatique, l’amnésie des destructions et de la reconstruction pèse sur l’avenir de la ville. Aujourd’hui, il est troublant de constater la faible mobilisation des savoir-faire et des potentiels de la reconstruction. Cette étrange amnésie concerne les démarches concrètes d’aménagement et de projet urbain autant que les rares tentatives à visée patrimoniale ou mémorielle.

Texte intégral

1Quelle sorte d’héritage peut livrer une ville détruite par la guerre ? Associé à la mort et à la destruction, un tel héritage est forcément douloureux. Une fois la tourmente passée, outre la restitution du bâti, les reconstructions urbaines visent justement à apaiser cette douleur dans un retour à la normale qui n’est pas exclusivement matériel.

2À partir du 6 juin 1944, la ville de Caen a été le théâtre d’une furieuse bataille entre les troupes alliées et les forces allemandes. Quelques kilomètres au sud des plages du débarquement de la zone britannique et canadienne (Gold, Sword, Juno), elle est devenue un enjeu stratégique dans la plus importante opération militaire de la seconde guerre mondiale. De ce passé à la fois glorieux et douloureux, le Mémorial pour la paix porte témoignage. Mais ce musée évoque la guerre dans sa globalité et il oriente son message vers un « plus jamais ça » qui dépasse le récit régional de la guerre. Lorsqu’il est mobilisé, ce dernier se limite au débarquement et n’accorde qu’une faible place à la bataille des villes et aux victimes civiles. L’héritage des destructions et des reconstructions caennaises semble donc avoir été oublié. Ceci nous amène à nous interroger sur les causes de cette amnésie, à la fois individuelle et collective, psychologique et politique. Une étrange histoire.

3Les rapports que les sociétés entretiennent avec leur passé structurant leurs capacités à s’inventer un avenir, nous ausculterons les relations que la société caennaise et ses élites entretiennent avec un épisode tellement douloureux qu’il semble bloquer les possibles. N’ayant construit aucune mémoire de la destruction et, corrélativement, aucune mémoire de la reconstruction, la société locale peine à imaginer l’avenir d’une capitale régionale qui se trouve pourtant confrontée à de multiples défis : proximité parisienne et ligne TGV, unification des deux Normandies, concurrences accrues avec Rouen et Le Havre, etc.

4De ce fait, la réflexion sur la reconstruction caennaise d’après-guerre n’est pas seulement affaire d’historien. Cet épisode conditionne aussi l’avenir, notamment les perspectives d’aménagement d’une agglomération et d’une région urbaine qui couvre désormais la majeure partie du département du Calvados.

La guerre et ses fantômes

La guerre arrive en Normandie (6 juin 1944)

  • 1 Voir Pierre Brunet, La reconstruction et l’expansion de Caen, conférence prononcée à Wurtzbourg (RF (...)

5Le Caen de l’avant-guerre : une ville héritée duXIXesiècle — Avant la guerre, le centre de Caen est hérité du XIXe siècle et des périodes antérieures. Les bâtiments à pans de bois y sont nombreux, des canaux traversent la ville. Dans ces parties basses et inondables, les taudis pullulent et concentrent de forts taux de mortalité infantile1. La ville est insalubre jusqu’aux années trente, époque à laquelle des travaux de viabilisation sont entrepris.

6Sur le plan démographique aussi, la ville n’a guère changé depuis le milieu du XIXe siècle. La population y est stagnante, contrairement à celle de beaucoup d’autres villes françaises. Aujourd’hui encore, Caen reste une capitale régionale de petite taille : l’agglomération (unité urbaine INSEE) compte 220 000 habitants tandis que l’aire urbaine en regroupe 360 000.

7En 1939, la ville entame une phase d’industrialisation qui a commencé à la fin de la Grande Guerre. En 1917, une usine sidérurgique a été mise en fonctionnement à la périphérie sud-est (Société métallurgique de Normandie), des chantiers navals se sont développés le long des rives du canal entre Caen et la mer, creusé durant la seconde moitié du XIXe siècle.

8Malgré ces transformations, Caen demeure une ville de robe. Une ville de juristes, de notaires, d’étudiants, qui cultive la distance vis-à-vis des courants de la modernité. Les élites locales répugnent à investir dans les activités manufacturières et capitalistiques, préférant s’orienter vers la terre. Parmi les rares entrepreneurs qui choisissent la région, on compte une forte proportion d’étrangers : Thyssen pour la métallurgie (Allemagne), De Beers et d’autres compagnies minières néerlandaises pour l’exploitation des gisements de fer situés à Soumont-Saint-Quentin, au sud de Caen.

  • 2 Voir Henri Michel, La Seconde Guerre mondiale, Paris, Omnibus, 2001 [1re éd. : 1968-1969] ; Olivier (...)

9La destruction balaie une histoire immobile — Les forces alliées débarquent sur le littoral bas-normand au matin du 6 juin 1944. Les unités britanniques et canadiennes qui touchent les plages au nord de Caen ont pour objectif de conquérir la ville dans la journée afin de contrôler les ponts sur l’Orne et de bloquer la remontée des unités blindées allemandes vers le littoral. Celui-ci a été provisoirement dégarni puisque le succès de l’opération Fortitude a entraîné le gros des forces allemandes vers les rivages du Pas-de-Calais, où l’état-major ennemi est persuadé que les troupes anglo-américaines débarqueront2.

  • 3 Voir Jean Quellien, Le Débarquement et la bataille de Normandie. La Normandie au coeur de la guerre (...)
  • 4 Voir O. Wieworka, Histoire du débarquement en Normandie, op. cit. ; J. Quellien et Bernard Garnier,(...)

10Mais, contrairement aux espoirs alliés, le front piétine durant plusieurs semaines et la bataille est terrible. Les premières troupes canadiennes entrent dans Caen le 7 juillet et les combats se poursuivront jusqu’à la mi-août à l’intérieur de la ville. Pour déloger les troupes ennemies, les forces aériennes anglo-américaines décident le bombardement systématique des nœuds de communication routiers et ferroviaires, c’est-à-dire de la quasi-totalité des villes bas-normandes. En quelques semaines, les bilans matériels et humains sont dramatiques3. Caen est touchée une première fois au matin du 6 juin, en début d’après-midi, puis dans la nuit du 6 au 7 juin. Après celui du 12 juin, peu meurtrier, le bombardement du 7 juillet fait 250 morts dans les quartiers nord de la ville. Aux premiers jours d’août on dénombre 2 000 victimes civiles pour la seule ville de Caen. Au total, 14 000 victimes civiles bas-normandes ont péri en deux mois de guerre4. Les destructions matérielles sont également très lourdes. À Caen, un tiers des bâtiments est totalement détruit et un tiers sérieusement endommagé. Seul un tiers est récupérable.

La destruction : une rupture traumatique

  • 5 Voir Paul Virillio, Ville panique. Ailleurs commence ici, Paris, Galilée, 2004.

116 juin 1944 : une irruption violente de la modernité — Loin des courants de la modernité du XIXe et du premier XXe siècle, loin des lignes de front des deux guerres mondiales, Caen se trouve propulsée au cœur de la bataille à partir du 6 juin 1944. Subite, cette rupture est aussi traumatique : un temps zéro où les repères pluriséculaires s’évanouissent en quelques jours. Un espace zéro jonché de décombres et de cadavres, un ground zero à partir duquel la société locale est sommée de faire du neuf alors qu’elle n’y est guère accoutumée5.

  • 6 Voir Claude Barrois, Les Névroses traumatiques. Le psychothérapeute face aux détresses des chocs ps (...)

12Une double contrainte traumatique qui se résout par le déni — Le traumatisme est d’autant plus violent qu’il présente une signification ambiguë. Premiers Français à être libérés, les Caennais ne peuvent pleinement partager l’héroïsme militaire qui est en train de se bâtir sur leurs plages, compte tenu des souffrances que leur ont infligées les troupes amies. Mais ils ne peuvent s’autoriser à exprimer cette souffrance puisque la destruction provient justement de ces dernières. Incapables de se réjouir, les populations normandes ne peuvent pas protester, sous peine d’être accusées de pétainisme ou de collaboration. Face à cette double contrainte, la seule voie qui s’offre à la douleur est de nature traumatique : celle du silence, puis du déni6.

La ville reconstruite : un héritage oublié

13L’héritage de la reconstruction caennaise : un trésor enfoui — Entre le milieu des années 1950 et le début des années 1960, la ville est rapidement reconstruite. Toutes les conditions semblent alors réunies pour que se construise un héritage de la reconstruction dans la mesure où l’optimisme semble remporter sur le traumatisme de la destruction.

Figure no 73 (page suivante) – Affiche de propagande dénonçant les bombardements alliés. Affiche non signée, apposée sur les murs des villes bas-normandes au cours de l’été 1944. On remarque en arrière-plan la silhouette de la basilique Sainte-Thérèse de Lisieux.

14La reconstruction est d’abord en mesure de léguer un héritage matériel fait de paysages urbains et architecturaux. Elle lègue aussi un héritage immatériel constitué des techniques, des pratiques, des savoir-faire condensés dans la mémoire de ses protagonistes.

15Aujourd’hui, il est surprenant de constater combien cet héritage immatériel a été oublié. Les compétences techniques et urbanistiques de la reconstruction ne sont plus mobilisées, ce qui entrave la réflexion sur le développement futur. Quant à l’héritage matériel, il demeure invisible aux yeux de bien des Caennais, contrairement à ce qu’on peut constater au Havre. À l’opposé du volontarisme des édiles havrais, les politiques locales de mise en valeur ou de patrimonialisation de cet héritage sont quasiment inexistantes.

Figure no 74 – Le mystère d’une reconstruction monumentale mais « invisible ». La ville reconstruite, vue vers le nord. Les vastes îlots rectilignes de la reconstruction s’étendent entre le bassin Saint-Pierre (à droite) et le château médiéval (en haut).

  • 7 Voir François Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps, Paris, Seuil, 2003

16Une amnésie qui dure jusqu’à aujourd’hui — À Caen, la ville reconstruite semble être un « passager clandestin » invisible alors que ses volumes sont monumentaux. Une amnésie de cette ampleur interdit toute construction ou re-construction d’une identité puisque, comme le dit Paul Ricœur, cette dernière nécessite un subtil précipité entre passé et avenir. L’histoire de la reconstruction caennaise est l’histoire de cette amnésie : sociale et politique dans un premier temps, spatiale et urbanistique dans un second. Une étrange histoire qui sème le trouble dans « l’expérience du temps7 ».

Les savoir-faire de la reconstruction

La reconstruction caennaise : un fonctionnement original

17Yves Guillou, le maire de la reconstruction — Pourtant, entre 1944 et 1963, la société locale a pris en main la reconstruction et a proposé des solutions urbanistiques originales. Réputés conservateurs, les Caennais se sont adaptés à ce nouveau contexte et ils ont pris l’initiative de l’innovation.

18La rapidité et l’efficacité de la reconstruction caennaise tiennent en grande partie à un homme : Yves Guillou, le maire de la reconstruction. Maire-adjoint avant-guerre, il s’est retiré de la vie politique au moment du Front populaire et, de ce fait, n’a pas été compromis durant la période de Vichy. En 1944, malgré un âge déjà avancé, il apparaît comme un homme neuf, ce qui lui vaut d’être désigné maire provisoire. Élu premier magistrat de la ville à la suite des élections municipales de 1945, il sera régulièrement réélu jusqu’en 1957.

19Deux décisions déterminantes — Dès l’automne 1944, Yves Guillou prend deux décisions importantes pour l’avenir de la reconstruction caennaise. Il choisit tout d’abord de ne pas faire évacuer les déblais. Ces derniers seront utilisés pour surélever les zones basses afin d’en finir définitivement avec les inondations récurrentes.

  • 8 Pietro Cremonini, La reconstruction de Caen, topos et polis, mémoire de DEA d’urbanisme, Paris XII, (...)

20Court-circuitant la décision nationale, Yves Guillou choisit dans un deuxième temps l’architecte en chef de la reconstruction : Marc Brillaud de Laujardière. Selon les procédures très centralisées en vigueur à l’époque, c’est le ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme (MRU) qui désigne les architectes des villes à reconstruire. Tenant d’un « municipalisme » sourcilleux8, Yves Guillou impose son choix au MRU, qui se résout à l’enregistrer.

La reconstruction : une profonde transformation de la ville

21Rationalisation viaire et remembrement urbain — Yves Guillou demande à Marc Brillaud de Laujardière de concentrer sur la partie détruite les investissements accordés par l’État au titre des dommages de guerre. Il s’agit d’un carré d’environ un kilomètre de côté entre la gare (au sud), le château (au nord), la Prairie (à l’ouest) et le port (à l’est). La circulation y est rationalisée par une refonte de la voirie.

  • 9 Entretien avec Pierre Hartel, chargé du remembrement à Caen à la fin des années 1940 (juin 2010).

22La rationalisation viaire nécessite un remembrement urbain puisqu’elle a pour effet de recomposer en profondeur la structure de la propriété foncière. Les archives cadastrales ayant brûlé, les déclarations de propriété sont effectuées sur l’honneur. Des agents municipaux entrent en contact avec les propriétaires sinistrés, ces derniers ayant été invités à se manifester au préalable. En cas de désaccord, les deux parties se retrouvent au milieu des ruines afin de reconstituer à partir des indices demeurés en place le périmètre et la capacité de la parcelle revendiquée9.

23Un plan de type haussmannien — Contrairement au Havre, le plan est plus haussmannien que moderne : hauteurs uniformes, grandes percées, perspectives sur les monuments remarquables. L’avenue du Six-Juin dégage une perspective sur le château médiéval, qui n’était guère visible avant-guerre. Ses remparts sont ouverts au public et ils offrent une vue en balcon sur l’ensemble de la ville reconstruite.

La reconstruction caennaise : une organisation efficace

  • 10 Voir Pierre Bergel, « La reconstruction de Caen, un héritage mal maîtrisé », dans L’Agglomération d (...)

24La maîtrise d’œuvre : « une fusée à trois étages » — Au sommet de la hiérarchie, on trouve l’architecte en chef, Marc Brillaud de Laujardière, qui a la responsabilité du plan d’ensemble. Il est assisté de trois architectes en chef adjoints, qui œuvrent sur un périmètre plus restreint : sud, centre, université. À l’échelle de la parcelle, les architectes d’opération sont chargés de commander et de suivre les travaux dans le respect du plan d’ensemble. Parfois des architectes d’îlot s’intercalent entre les architectes en chef adjoints et les architectes d’opération. Ils sont ponctuellement recrutés par les coopératives de sinistrés, qui sont maîtres de l’ouvrage10.

Figure no 75 – L’avenue du Six-Juin vue des remparts du château. La photographie est prise vers la gare (au sud). La place de la Résistance se trouve au fond de la photographie. On note la perspective ouverte par cette avenue créée de toute pièce par la reconstruction.

25Une organisation spécifique des sinistrés — Les sinistrés s’organisent en coopératives de reconstruction qui leur permettent d’avoir une grande autonomie dans leurs décisions. Ce modèle caennais est particulier : ailleurs, c’est l’association syndicale de reconstruction qui est la plus couramment utilisée, cette dernière étant davantage soumise au ministère de la Reconstruction.

261963 : une année charnière — Apparemment lourde, l’organisation caennaise s’avère efficace car elle permet une reconstruction rapide. Les travaux débutent sur une large échelle à partir du début des années 1950 pour s’achever en 1963. En un peu plus de dix ans, une ville neuve, rationnelle et rectiligne se construit sur les décombres de la ville ancienne.

27La reconstruction s’achève lorsque la totalité des indemnités de reconstruction est consommée et l’ensemble des propriétés reconstitué. Ayant rempli leur mission, les coopératives de reconstruction décident leur dissolution au cours d’un congrès général de clôture. Les responsables municipaux s’orientent alors vers le développement périphérique et s’intéressent désormais à la construction des grands ensembles de logements sociaux ou à l’aménagement des zones d’activité périphériques. Matérialisant le changement de période, la ville nouvelle d’Hérouville-Saint-Clair commence à sortir de terre cette même année 1963. Elle concentre l’intérêt et les débats locaux durant les décennies 1970 et 1980.

28Dans une France des « trente glorieuses » qui tourne la page de la guerre, la société caennaise oublie rapidement l’épopée de la reconstruction ainsi que les réflexions, les techniques et les savoirs qui y sont associés. Après la décennie heureuse du développement démographique et économique (1963-1973) qui voit la population quasiment doubler, ces lacunes vont peser lourd lorsqu’il s’agit, dans les années 1980, d’envisager une nouvelle phase de la planification urbaine.

La reconstruction caennaise : un héritage non maîtrisé

Les déficits de la centralité

29Au premier chef, l’héritage n’est pas maîtrisé d’un point de vue urbanistique. Ces déficits sont surtout identifiables en centre-ville.

30Grandes avenues et places vides — Les grandes avenues comme l’avenue du Six-Juin ont été pensées en fonction de la circulation. Elles facilitent la convergence des automobiles au centre, ce qui n’entraîne pas de difficultés sérieuses jusqu’à la fin des années 1970. En revanche, à partir des années 1980, l’augmentation du parc de véhicules et les progrès de l’urbanisation résidentielle périphérique multiplient les flux. Le centre-ville s’engorge, ce qui crée des problèmes d’autant plus sérieux qu’ils n’ont pas été anticipés.

31La construction d’une ligne de tramway est alors décidée dans l’urgence et la polémique. Sous la pression d’oppositions disparates mais convergentes, la municipalité est contrainte de faire le choix d’une technologie peu onéreuse (tramway sur pneus), qui montre rapidement ses faiblesses et son manque d’évolutivité. Réduit au strict minimum, le chantier du tramway ne sert pas de levier à une recomposition d’ensemble du centre-ville comme à Strasbourg, Nantes ou Grenoble. En dépit du tramway, la ville reconstruite demeure dans un état similaire à celui de sa livraison en 1963, alors que les conditions de la vie urbaine et périurbaine ont radicalement changé.

32Ces déficits sont d’autant plus regrettables qu’ils ne tirent pas profit des espaces de qualité légués par la reconstruction. La place de la Résistance offre l’exemple typique d’une occasion manquée par manque d’appropriation des réflexions qui avaient guidé Yves Guillou, Marc Brillaud de Laujardière et leurs collaborateurs trois décennies auparavant. Sur cette vaste esplanade située sur l’avenue du Six-Juin, à mi-chemin entre le château et la gare, la Prairie et le bassin Saint-Pierre, le passage de la ligne de tramway aurait dû permettre de développer le nouvel espace de centralité qui manque à l’agglomération. Il aurait été alors judicieux d’anticiper sur l’implantation d’une « grande croisée », soit une gare de correspondance entre la ligne nord-sud existante et une deuxième ligne est-ouest à venir. Le tracé de cette deuxième ligne n’est pas encore fixé, mais il est peu probable qu’il passera par la place de la Résistance, qui restera un grand espace vide battu par les vents, que personne ne songe à fréquenter ou à animer.

  • 11 Voir P. Bergel, art. cité.

33Centres bloqués, faubourgs en mouvements — Du fait de la reconstruction, la centralité caennaise est virtuellement double11. À côté d’un centre ancien non détruit et préservé car seul témoin de la ville passée, coexiste un centre potentiel de la ville reconstruite. Or, ce potentiel est sous-utilisé, à la fois par les édiles et par les citadins. Il n’a pas connu de modifications notables depuis 45 ans, preuve du déficit des politiques urbaines locales plus que d’un souci patrimonial. Missionnés pour des études concernant la presqu’île industrialo-portuaire qui le flanque à l’est, les architectes retenus ont toutefois entamé une réflexion sur la double centralité héritée de la reconstruction. Mais il est encore trop tôt pour conclure que cet intérêt constitue le début d’un retournement durable.

34Par une sorte de compensation, l’innovation urbaine s’est portée vers les périphéries caennaises. Bâtiments manifestes, zones d’activité high tech et éco-lotissements y sont nombreux mais les initiatives sont communales ou privées. À une échelle supérieure, les documents institutionnels (plan local d’urbanisme, schéma de cohérence territoriale) peinent à voir le jour. Au lieu de surmonter ces blocages par des décisions volontaires, les autorités politiques cherchent la réponse dans un passé antérieur à la phase de destruction/reconstruction, plus aisé à idéaliser car plus lointain.

Figure no 76 – Centre bloqué, faubourgs en mouvements. Le renouvellement urbain à Caen ; schéma de synthèse.

Repli sur le patrimoine médiéval et déni mémoriel

35Ce qui compte, c’est le passé médiéval — Le marketing urbain de la ville de Caen s’appuie sur le passé médiéval, qui met en avant la renommée de Guillaume le Conquérant et de son épouse Mathilde et qui fait une promotion soutenue du patrimoine architectural issu de cette période : le château, les deux abbayes, les églises.

36Dans les représentations locales, les constructions postérieures sont réputées de moindre intérêt. Cantonnée en périphérie, l’architecture du XXe siècle est quant à elle quasiment invisible. Des enquêtes auprès des Caennais montrent que la ville reconstruite n’est guère identifiée comme un patrimoine architectural et que le nom de l’architecte en chef de la reconstruction, Marc Brillaud de Laujardière, est inconnu.

37De tels « trous de mémoire » ne sont pas sans conséquences : les immeubles de la reconstruction ne sont guère entretenus, nombre de ces copropriétés sont en voie de dégradation tandis que la vacance y augmente. Peu attrayant, ce parc de logements n’offre pas une qualité suffisante pour retenir les citadins, notamment lorsque les familles s’agrandissent. Pour des montants équivalents, nombre de jeunes ménages préfèrent une maison périurbaine dotée d’un jardin. Ce faisant, ils contribuent à l’étalement d’une aire urbaine qui, comparativement à la taille restreinte de son agglomération centrale, est l’une des plus périurbanisées de France.

38Les signes mémoriels de la bataille de Caen sont peu nombreux et peu accessibles — Dans un tel contexte, il n’est guère surprenant de constater que les signes mémoriels se référant à la bataille, à la destruction ou à la reconstruction, sont discrets et fragmentés. Les noms d’Yves Guillou et de Marc Brillaud de Laujardière ont été respectivement donnés à un boulevard et à une esplanade que bien peu de Caennais seraient en mesure de localiser. Récemment baptisé, un rond-point aux victimes civiles de la bataille de Caen se situe dans un lieu d’où les piétons sont absents et où les automobilistes passent trop rapidement. La description des traces bâties s’apparente quant à elle à un inventaire à la Prévert rectifié par Raymond Queneau. Leur description (non exhaustive) pourrait faire sourire si les enjeux étaient moins cruciaux :

  • Un monument à la forme difficile à décrypter (deux mains jointes). Situé à un carrefour, sans trottoir pour s’y arrêter ou s’y recueillir.

  • Une statue de très petite taille située à l’intérieur d’un lycée, en conséquence inaccessible au passant. Cette forme énigmatique est perchée à plusieurs mètres au-dessus d’une porte et est elle-même cachée par un auvent.

  • Une tombe à la victime inconnue. La dalle est située sous un arbre dans l’enceinte du château. De couleur bistre et pourvue d’une inscription trop pâle pour être lisible, elle est peu identifiable par le passant ou le visiteur.

39Les cérémonies commémoratives, quant à elles, ne contribuent guère à la reconnaissance de la destruction urbaine. À titre d’exemple, le tableau suivant présente les lieux de commémoration retenus à Caen pour le 66e anniversaire du débarquement (6 juin 2010 en matinée). Sans exception, toutes ces cérémonies se sont déroulées dans des lieux périphériques ou peu fréquentés.

Tableau no 4 – Commémorations caennaises du 66e anniversaire du débarquement en Normandie, dimanche 6 juin 2010.

Heure

Lieu

9 h 00

plaque des Fusillés, quartier Claude-Decaen, avenue Capitaine-Georges-Guynemer

9 h 30

plaque en mémoire des 87 fusillés du 6 juin 1944, prison de Caen

10 h 10

Carré des victimes civiles, cimetière nord-ouest Saint-Gabriel, boulevard Richemond

10 h 45

Tombe de la victime civile inconnue, près de l’église Saint-Georges (dans le château)

11 h 00

Monument de la 3e division d’infanterie britannique, avenue de la Libération

Les dégâts collatéraux d’un déni de mémoire : l’exemple du Phénix

40La fable du phénix — Il existe pourtant un monument reconnu comme un emblème de la reconstruction caennaise. Le Phénix est une statue haute de plusieurs mètres située à l’entrée du campus universitaire né de la reconstruction. Lieu de rendez-vous pour les étudiants et les personnels, il se situe devant une station de tramway qui compte parmi les plus fréquentées de la ville, en bordure d’une avenue où le trafic automobile est intense. Cette composition représente un phénix, oiseau invulnérable qui sort indemne des flammes pour renaître à partir de ses propres cendres (fig. 77).

41La signification donnée par l’artiste est aisée à décrypter : comme l’oiseau magique l’université, et au-delà la ville toute entière, ont été capables de renaître de leurs cendres. Intacte, semblable à elle-même, la ville sort des flammes comme si le brasier des bombardements n’avait eu aucun effet. Or, comme on l’a vu, la ville construite après la guerre est inédite, tandis que la ville antérieure à la catastrophe a irrémédiablement disparu. La reconstruction ne marque donc pas la fin d’une parenthèse tragique à l’issue de laquelle tout serait identique. Au contraire, la destruction signifie un commencement absolu, un temps et un espace zéro à partir desquels rien ne peut plus être comme avant. Faisant fi de cette réalité, le phénix suggère la fiction d’un temps immobile et circulaire sur lequel les événements n’ont aucune prise, y compris les plus traumatiques.

Figure no 77 – Le Phénix, à l’entrée du campus central de l’université de Caen.

42Phénix ou avenir : il faut choisir — Considéré comme un symbole, la statue du Phénix est plutôt une fable à laquelle les Caennais semblent croire. Cette illusion n’est pas sans conséquences sur les capacités de la société locale à imaginer son propre avenir. Exonérée d’un passé refoulé car insupportable, Caen ne serait candidate à aucun avenir. Dans une figure trop appuyée, la statue du Phénix suggère que la ville flotte dans un éther local où espace et société seraient libérés des lois du temps. Dans une euro-région métropolitaine délimitée par Paris et Londres, au moment où les concurrences interurbaines s’exacerbent à l’initiative des entrepreneurs, des communicants et autres technocrates du territoire, persister dans ces représentations ne peut conduire qu’à une douloureuse impuissance collective.

CONCLUSION

43Comme un Phénix sortant des flammes, Caen semble murmurer qu'elle n’a pas été reconstruite mais seulement reconstituée. La reconstruction étant réduite à la fable d’un retour en arrière, la destruction est déniée, ce qui empêche la souffrance de se transformer en un passé appropriable par le travail mémoriel. La société locale se dote de traces portant témoignage de la destruction, mais elle s’empresse simultanément de les dissimuler ou de les rendre inaccessibles. La mémoire de la guerre ressemble ainsi à un tour de passe-passe proposé par un prestidigitateur vieillissant et dont les mains tremblent de plus en plus. Embryonnaire, la mémoire de la reconstruction n’est guère plus visible et pas moins dénuée d’ambiguïtés.

  • 12 Lawrence J. Vale et Thomas J. Campanella (dir.), The resilient city. How modem cities recover from (...)

44Interdisant la mémoire de la destruction et de la reconstruction, un double déni bloque la résilience et rend impossible la formulation d’un avenir collectif. En empruntant son titre au livre de Vale et Campanella12, on peut dire que Caen n’est pas une ville résiliente. C’est donc une ville condamnée à l’immobilisme. Au moins pour l’instant.

45Depuis trois décennies, cet immobilisme a produit de graves dégâts en matière de planification urbaine et d’aménagement régional. Héritage non maîtrisé, la reconstruction n’est mobilisée dans aucun projet urbain d’envergure. La ville reconstruite est fossilisée et elle reste imperméable à des transformations qui deviennent de plus en plus nécessaires. Peu attrayant, le centre perd des activités et de la population et contribue à alimenter une périurbanisation plus intense qu’ailleurs.

46Près de cinquante ans après son achèvement, la reconstruction caennaise n’est donc pas close : les fantômes de la guerre se cachent encore dans les plis de sa mémoire déniée.

Bibliographie

Source, bibliographie et filmographie complémentaires

Source

Yver jean, Projet de reconstruction et d’aménagement de la ville de Caen. Avis de M. Yver, professeur à la faculté de droit de Caen, commissaire-enquêteur, Caen, Imprimerie caennaise, 1947.

Bibliographie

Généralités

« L’action des forces terrestres dans les zones urbanisées », Doctrine. Revue d’études générales, ministère de la Défense, armée de Terre, no 3, juin 2004.

Annales de la recherche urbaine, dossier « Villes et guerres », no 91, décembre 2001.

Bergel Pierre, « Villes et guerres en Europe, les raisons d’un rapprochement », introduction au séminaire annuel 2007-2008 « Villes et conflits », pôle pluridisciplinaire « Villes et sciences sociales », MRSH de Caen, 2007, http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/files/villes131107\,\%5B1\,\%5D.pdf.

Dufour Jean-Louis, La Guerre, la ville et le soldat, Paris, Odile Jacob, 2002.

Freud Sigmund, Malaise dans la culture, Paris, PUF, « Quadrige », 5e éd., 2002 [1re éd. française : 1943].

Gros Frédéric, États de violence. Essai sur la fin de la guerre, Paris, Gallimard, 2007.

Konwitz Joseph, « Représentations urbaines et bombardements stratégiques », Annales économies, sociétés, civilisations, juillet-août 1989.

Picon Antoine (dir.), La Ville et la guerre, Paris, éditions de l’Imprimeur, 1996.

Ouvrages sur la seconde guerre mondiale et sur les reconstructions urbaines

Barjot Dominique, Baudouï Rémi et Voldman Danièle (dir.), Les Reconstructions en Europe, Caen, Les éditions du Mémorial, 2000.

Voldman Danièle, La Reconstruction des villes françaises de 1940 à 1954. Histoire d’une politique, Paris, L’Harmattan, 1997.

Ouvrages sur la guerre en Normandie et la reconstruction caennaise

Auger Jack et Mornet Daniel, La Reconstruction de Caen, Rennes, Ouest-France, 1986.

Bergel Pierre, « La reconstruction de Caen, un héritage mal maîtrisé », dans L’Agglomération de Caen, parcours géographiques, Caen, éditions de la MRSH, 2002, p. 9-32.

Bertaux Jean-Jacques, Renaissance d’une ville. La reconstruction de Caen, 1944-1963, Caen, Delpha, 1994.

Boivin Michel, Boudin Gérard et Quellien Jean, Les Villes normandes sous les bombes (juin 1944), Caen, Presses universitaires de Caen – Mémorial, 1994.

Brillaud de Laujardière Marc, « L’urbanisme de Caen et du grand Caen », L’action laïque du Calvados, nos 125 et 126,1958, p. 15-32 et 14-32.

—, « L’urbanisme et l’architecture dans l’œuvre de reconstruction de la ville de Caen », Le mois à Caen, no 15,1958, p. 6-15.

Conseil général du Calvados, Le Calvados 1945-1947, Caen, archives départementales, 1995·

—, De la fin des camps à la reconstruction. Les Normands 1945-1947, Caen, archives départementales, 2001.

Labesse Serge et Beuve Jean-Pierre, « Unis à la mairie comme au front », Ouest-France, 17-18 février 2001.

Loraux Jean, « Caen, la ville d’hier et de demain », L’Information géographique, no 5, 1946, p. 184-188.

Passmore Adrian, « Rethinking reconstruction. The redivision of social space and an architecture of an epoch », dans Caen, parcours dans l’agglomération, Caen, Paradigme, 1994, p. 121-128.

Caen après la reconstruction

Bergel Pierre, Quand la ville se refait. Renouvellement urbain et grandes emprises, thèse de doctorat en géographie, Caen, 2002.

Brunet Pierre, « Caen, capitale régionale (1945-1980) », dans Gabriel Desert, Histoire de Caen, Toulouse, Privat, 1981.

Dionnet Marie-Claude, « Les étapes de la formation du tissu urbain », dans Les Villes françaises, Caen et son agglomération, Notes et études documentaires, nos 4401-4403, 1977·

Fremont Armand, « L’aménagement : vers la région urbaine » dans Les Villes françaises, Caen et son agglomération, Notes et études documentaires, nos 4401-4403, 1977·

Filmographie

50e anniversaire de l’université de Caen. Films et photographies, Caen, université de Caen – Basse-Normandie – CRISI, Maison de l’étudiant [durée : environ 1h].

Notes

1 Voir Pierre Brunet, La reconstruction et l’expansion de Caen, conférence prononcée à Wurtzbourg (RFA), n p. dactyl, 1966 ; Claude Soucy, Reconstruction et développement. Les centres de Caen et du Havre, Paris, Centre de sociologie urbaine, 1969.

2 Voir Henri Michel, La Seconde Guerre mondiale, Paris, Omnibus, 2001 [1re éd. : 1968-1969] ; Olivier Wieworka, Histoire du débarquement en Normandie. Des origines à la libération de Paris. 1941-1944, Paris, Seuil, 2007.

3 Voir Jean Quellien, Le Débarquement et la bataille de Normandie. La Normandie au coeur de la guerre, Caen-Rennes, Mémorial de Caen – Ouest-France, 1998.

4 Voir O. Wieworka, Histoire du débarquement en Normandie, op. cit. ; J. Quellien et Bernard Garnier, Les Victimes civiles du Calvados dans la Bataille de Normandie, 1er mars 1944 31 décembre 1945, Caen, CRHQ – Éditions du Lys – Mémorial de Caen – Universités inter-âges, 1995 ; J. Quellien, Le Débarquement, op. cit. ; B. Garnier et al., Les Populations civiles face au débarquement et à la bataille de Normandie, Caen, Mémorial de Caen, 2005.

5 Voir Paul Virillio, Ville panique. Ailleurs commence ici, Paris, Galilée, 2004.

6 Voir Claude Barrois, Les Névroses traumatiques. Le psychothérapeute face aux détresses des chocs psychiques, Paris, Dunod, 1998.

7 Voir François Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps, Paris, Seuil, 2003.

8 Pietro Cremonini, La reconstruction de Caen, topos et polis, mémoire de DEA d’urbanisme, Paris XII, 1990.

9 Entretien avec Pierre Hartel, chargé du remembrement à Caen à la fin des années 1940 (juin 2010).

10 Voir Pierre Bergel, « La reconstruction de Caen, un héritage mal maîtrisé », dans L’Agglomération de Caen, parcours géographiques, Caen, Éditions de la MRSH, 2002, p. 9-32.

11 Voir P. Bergel, art. cité.

12 Lawrence J. Vale et Thomas J. Campanella (dir.), The resilient city. How modem cities recover from disaster, New York, Oxford University Press, 2005.

Table des illustrations

Légende Figure no 73 (page suivante) – Affiche de propagande dénonçant les bombardements alliés. Affiche non signée, apposée sur les murs des villes bas-normandes au cours de l’été 1944. On remarque en arrière-plan la silhouette de la basilique Sainte-Thérèse de Lisieux.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5350/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Légende Figure no 74 – Le mystère d’une reconstruction monumentale mais « invisible ». La ville reconstruite, vue vers le nord. Les vastes îlots rectilignes de la reconstruction s’étendent entre le bassin Saint-Pierre (à droite) et le château médiéval (en haut).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5350/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Figure no 75 – L’avenue du Six-Juin vue des remparts du château. La photographie est prise vers la gare (au sud). La place de la Résistance se trouve au fond de la photographie. On note la perspective ouverte par cette avenue créée de toute pièce par la reconstruction.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5350/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Figure no 76 – Centre bloqué, faubourgs en mouvements. Le renouvellement urbain à Caen ; schéma de synthèse.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5350/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Figure no 77 – Le Phénix, à l’entrée du campus central de l’université de Caen.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5350/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 163k

Auteur

Maître de conférences en géographie sociale et urbaine à l’université de Caen – Basse-Normandie, est coresponsable de l’équipe ESO (laboratoire de recherche en géographie sociale) et co-directeur du pôle pluridisciplinaire « Villes et sciences sociales » (MRSH – université de Caen). Ses principaux thèmes de recherche sont le renouvellement urbain et les politiques urbaines (notamment pour Caen et les agglomérations de Basse-Normandie). Publications en lien avec les sujets du livre : « La reconstruction de Caen, un héritage mal maîtrisé », dans L’Agglomération de Caen, parcours géographiques, Caen, Éditions de la MRSH, 2002, p. 9-32 ; « Aunay-sur-Odon et Villers-Bocage. Modernité architecturale et urbaine de la reconstruction », dans Robert Hérin (dir.), De la ville perdue à la ville retrouvée, la ville en devenir, Caen, Publications de la MRSH, 2008, p. 73-92.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540