Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Reconstruction en Normandie et en Basse-Saxe après la seconde guerre mondiale

 | 
Corinne Bouillot

Troisième partie. Questions sociales et constructions identitaires

Chapitre 15. Reconstruction, identités et mémoire des cités provisoires de l’agglomération havraise

Réflexions sur un projet mené à Gonfreville-l’Orcher en 2004

John Barzman

Résumé

Cette contribution présente le projet de collecte et d’analyse de témoignages oraux réalisé par une équipe pluridisciplinaire, à la demande de la municipalité de Gonfreville-l’Orcher, sur la vie dans les cités provisoires de la périphérie de l’agglomération havraise. En 1944, après les bombardements massifs du Havre, les troupes américaines établissent sur le territoire de la commune de Gonfreville-l’Orcher le camp militaire Philip-Morris. En 1947, le ministère de la Reconstruction décide que le camp composé d’environ 600 baraquements, désormais désaffecté, accueillera des sinistrés de la guerre, parmi lesquels on compte les catégories de population havraises les plus pauvres. Les témoignages évoquent la vie quotidienne difficile dans ces cités « durablement provisoires », où s’organise toutefois la solidarité et où le sentiment de relégation, qui a favorisé une forte implantation du parti communiste, contribue à la formation d’une identité et d’une socialisation particulières. Celles-ci, encore très ancrées dans les mémoires, permettent d’appréhender une part du phénomène des mal-logés en le replaçant dans la problématique plus large des choix de la reconstruction et de leurs implications jusqu’à aujourd’hui.

Texte intégral

1 Le mode de reconstruction choisi par les autorités publiques a profondément et durablement affecté la vie des sinistrés des villes européennes bombardées pendant la seconde guerre mondiale. Conservation ou destruction des repères mémoriels encore existants, exaltation de l’esthétique des architectes ou prise en compte des préférences des habitants, priorité aux grands équipements, avenues monumentales et immeubles destinés aux classes aisées avant le logement ouvrier, achèvement rapide ou reports répétés des travaux, sont des options qui ont façonné l’expérience intime des populations. Nous proposons, dans cette contribution, d’examiner la situation des habitants des cités provisoires de Gonfreville-l’Orcher, dont le noyau initial fut constitué de sinistrés de la ville du Havre.

2Notre présentation est issue d’une enquête menée en 2004, commandée par la mairie de Gonfreville-l’Orcher. Nous examinons le contexte de la décision de créer une cité « provisoire » sur le site de ce qui avait été un gigantesque camp militaire américain, puis la naissance d’une identité particulière dans cet habitat qui se perpétua finalement pendant presque deux générations, jusqu’à environ 1980. Nous concluons par quelques réflexions sur les questions soulevées par ce milieu particulier lié à la reconstruction.

  • 1 Voir le détail des sources dans John Barzman (dir.), Gonfreville-l’Orcher 1947-1980. Mémoire des c (...)
  • 2 Danièle Voldman, La Reconstruction des villes françaises de 1940 à 1954. Histoire d’une politique,(...)
  • 3 Joseph Abram, Le Havre patrimoine mondial, le destin singulier d’une reconstruction, Paris, Jean-M (...)
  • 4 André Corvisier (dir.), Histoire du Havre et de l’estuaire de la Seine, Toulouse, Privat, 1987 ; T (...)
  • 5 Marie-Paule Dhaille-Hervieu, Communistes au Havre : histoire sociale, culturelle et politique (193 (...)

3Nos sources sont essentiellement les dépouillements d’archives, de presse et les témoignages oraux recueillis à l’occasion de l’enquête de 20041. On trouvera des pistes bibliographiques et des éléments fondamentaux du contexte français et international dans l’ouvrage de Danièle Voldman et les textes rassemblés par Dominique Barjot sur la question de la reconstruction en France et en Europe2. En ce qui concerne la région du Havre, l’aspect architectural et patrimonial de la reconstruction, reconnu par l’attribution du label UNESCO patrimoine mondial de l’humanité au centre-ville reconstruit, est bien couvert par les ouvrages de Joseph Abram, Sylvie Barot et Claire-Étienne Steiner3. On trouvera des éléments sur la vie politique et économique de la ville dans deux ouvrages de synthèse et un livre de mémoire4. Les conflits entre associations et urbanistes, qui traitent surtout des débats au Havre même, sont traités en passant dans quelques ouvrages5. Le sort des habitants des cités provisoires de Gonfreville-l’Orcher n’est en général pas considéré comme immédiatement pertinent par les recherches sur la reconstruction du Havre.

La commande et le recueil de témoignages

4L’idée d’un recueil de témoignages et de l’écriture d’un livre sur les cités provisoires de Gonfreville-l’Orcher est issue d’une commande de la municipalité, alors dirigée par Jean-Paul Lecoq. En 2003, toute la Normandie s’apprêtait à fêter le 60e anniversaire du débarquement allié sur les plages du Calvados et de la Manche en juin 1944, avant de fêter l’année suivante le 60e anniversaire de la victoire du 8 mai 1945. L’équipe dirigeante de Gonfreville-l’Orcher s’est alors demandé si l’histoire de la commune, si profondément marquée par ces événements, ne pouvait pas être associée à la commémoration par le biais d’un rappel sur l’existence d’un grand camp américain et du transfert d’une partie des sinistrés des bombardements de la guerre. Par ailleurs, plusieurs édiles estimaient qu’un projet mémoriel centré sur les cités provisoires serait bien accueilli par leurs anciens habitants et leurs descendants. Or ceux-ci constituaient un noyau important des citoyens de la commune, participant à la vie des quartiers et aux élections. Enfin, la mairie s’interrogeait sur le type d’habitat qu’elle devait développer après la succession des cités provisoires, puis des grands ensembles de HLM et enfin la prolifération des pavillons individuels. Toutes ces raisons ont conduit à l’idée d’une enquête, d’un livre et de rencontres autour du souvenir des cités provisoires, forme d’habitat collectif.

Figure no 69 – Appel à témoins.

5La municipalité ne voulait pas d’un livre qui serait considéré comme de la simple communication en faveur de sa politique. C’est pourquoi elle s’est adressée à un historien de l’université du Havre afin qu’il apporte une garantie d’indépendance scientifique et permette que s’exprime une pluralité de points de vue. D’emblée, les financeurs ont écarté toute crainte d’ingérence de la part des chercheurs ; le responsable et l’équipe qui a été constituée autour de lui ont disposé d’une entière liberté d’investigation et ont choisi de produire un ouvrage à plusieurs voix, laissant au lecteur le choix de ses opinions. Parmi les collaborateurs, on comptait des historiens, des sociologues et des géographes de l’université du Havre, deux membres de la médiathèque municipale et un instituteur à la retraite féru d’histoire locale.

6Après des discussions sur le contexte historique de la période 1944-1980, un guide d’entretien et des catégories de témoins ont été établis. Nous les avons contactés soit à la suggestion de membres du conseil municipal, soit par un appel à témoin dans la médiathèque et dans la presse, soit par le bouche à oreille, un témoin conduisant à l’autre. Environ trente témoignages oraux ont été enregistrés et transcrits. D’autres témoignages écrits ont été reçus.

  • 6 Un bref aperçu des témoignages du livre avec CD de 2005 est fourni dans l’annexe I.

7L’enquête elle-même et la publication du livre ont suscité un grand intérêt et fait s’exprimer de nombreuses personnes sur des sujets comme le sentiment d’ostracisme, la convivialité, l’entraide, la pauvreté, l’emploi, l’école, les loisirs. Certains sujets (tels que l’alcoolisme et les violences domestiques) auraient nécessité une période d’approche plus longue et n’ont été traités que par allusion. Mais le croisement des témoignages très divers a permis de préciser la réalité de la vie sociale de la génération des sinistrés et de celle de leurs enfants6.

Le contexte de la décision du logement dit « provisoire »

8Au Havre, les bombardements de la guerre s’ajoutaient à une crise du logement déjà existante en raison d’abord de la migration des campagnes vers une ville dont le bâti ancien était mal entretenu et densément peuplé, puis du marasme du secteur de la construction de bâtiments pendant la dépression des années 1930. Les destructions ont eu lieu de 1940 à 1944, culminant dans la prise de la forteresse allemande du Havre, clef de voûte du mur de l’Atlantique, en septembre 1944. Une partie de la population avait déjà été évacuée et dispersée dans les campagnes environnantes ou les départements voisins, une autre périt dans le sinistre, et la troisième fut relogée dans des abris de fortune autour des blocs de maisons bombardées ou dans des appartements partagés par plusieurs familles. C’est dans ces conditions qu’elle attendit la reconstruction.

Figure no 70 – La couverture de l’ouvrage publié en 2005.

  • 7 La présence des GIs est décrite avec force détails par un journaliste havrais dans Pierre Aubéry, (...)

9Au même moment, les troupes américaines progressant vers l’est établirent plusieurs camps militaires dans la région du Havre pour la détention des soldats allemands faits prisonniers, pour le redéploiement des troupes alliées, pour l’approvisionnement et le repos entre les combats7. L’un d’entre eux, baptisé camp Philip-Morris, fut établi sur l’ancien plateau agricole près du petit village de Gonfreville-l’Orcher. La cohabitation des GIs et des autochtones donna lieu à de nombreux échanges : frictions aussi bien qu’échanges culturels. Mais en 1947, l’armée américaine décida d’abandonner le camp Philip-Morris, en dédommageant partiellement les agriculteurs dont elle avait réquisitionné les terres.

10Le terrain avait été viabilisé par le génie américain : routes en quadrilatère, canalisations d’eau, éclairage des allées. Les GIs laissaient en outre un certain nombre de logements préfabriqués qu’ils avaient édifiés. La question de savoir que faire de ce terrain se posa au ministère de la Défense et à celui de la Reconstruction. Fallait-il le dépolluer pour le rendre à l’agriculture, le conserver comme base militaire de réserve en cas d’urgence, réutiliser les fondations pour la construction de logements en dur, ou l’ouvrir aux sinistrés vivant dans des abris de fortune ?

11Les discussions sur la reconstruction aboutirent à trois décisions qui touchèrent les sentiments et les conditions de survie d’une partie de la population ouvrière sinistrée du Havre. La première fut de donner la priorité à la reconstruction du port et des usines. Le port était considéré comme un outil d’importance nationale, un poumon de l’économie hexagonale particulièrement stratégique pour l’importation de matériaux de construction, de machines et de pétrole destinés au relèvement de la puissance française. La deuxième consista à indemniser les anciens propriétaires du centre-ville détruit, assez peu nombreux, et à leur attribuer en compensation des parts des nouveaux immeubles sans affectation individuelle (ISAI), assez confortables. Les anciens locataires sinistrés, parmi lesquels un grand nombre de pauvres, furent invités à attendre dans des bâtisses provisoires que la reconstruction passe enfin à l’étape des logements sociaux. Enfin une décision fut prise d’en déplacer une partie vers la périphérie lointaine de l’agglomération, en l’occurrence le camp Philip-Morris à Gonfreville-l’Orcher, village semi-rural mal desservi par les transports en commun.

  • 8 Archives départementales de Seine-Maritime, Z 31708.
  • 9 Ibid.

12Nous avons trouvé dans les archives un indice des considérations des responsables de la décision. Il s’agit du compte-rendu d’une réunion de la commission locale de la reconstruction de l’agglomération havraise, le 3 avril 1946. Celle-ci est composée comme suit : présidence de M. Séverie, sous-préfet de l’arrondissement du Havre, M. Delmotte, premier adjoint au maire du Havre, M. Hébrard, délégué départemental adjoint à la reconstruction, M. Reverchon, chef du service du remembrement, M. Thibeaudeau, représentant de l’association des architectes, M. Le Chevalier, conseiller général, représentant de l’association des sinistrés, M. Rebecchini, vice-président de l’association des sinistrés, M. Lemaire, président du syndicat du bâtiment, M. Neuville, entrepreneur, M. Leclerc, délégué départemental des prisonniers de guerre, déportés et réfugiés, M. Ducreux secrétaire de la sous-préfecture8. Il y a donc six administratifs, un élu de la ville principale (Le Havre), trois entrepreneurs ou architectes, et seulement deux représentants des sinistrés, mais non de tous les sinistrés, puisque le premier, M. Le Chevalier, est un notable très proche de la chambre de commerce. La commission envisage clairement d’envoyer au loin les plus pauvres, puisqu’il s’agit de ceux qui auront besoin d’allocations pour survivre. Elle considère par ailleurs que la présence de ces anciens habitants dans la ville du Havre pendant la reconstruction serait gênante, soit en raison des travaux, soit par crainte de leur participation à la contestation contre le manque de ravitaillement et les décisions prises par les édiles sur la reconstruction. En effet, M. Ducreux, le secrétaire de la sous-préfecture du Havre, récapitule l’avis général en se réjouissant de ce que ce déplacement permettra à la ville centrale de « réaliser ses constructions définitives sans être surpeuplée ». L’objectif sera « facilité par le maintien des allocations aux réfugiés reclassés au camp Philip-Morris9 ».

13On est donc en face de ce que les sociologues appellent la relégation d’une population démunie vers des périphéries enclavées.

La vie dans les cités « provisoires »

14610 baraquements sont attribués en 1947. D’autres le seront en plus petit nombre dans les années suivantes. La population de la commune passe de 4 500 habitants en 1947 à 8 000 habitants en 1948, auxquels viendront s’ajouter les naissances sur place. Les habitants apprennent au fil des années à distinguer la qualité des différents logements qu’on leur attribue : le tropical steel fait de tôles ondulées, les « demi-lunes » et le tropical wood également appelées « finlandaises » (fig. 69 et 71).

15

Figure no 71 – Jeune fille sur sa vespa devant un baraquement.

16Les conditions de vie sont très dures. L’arrivée est brutale. On souffre du froid parce que les habitations sont isolées et le charbon est cher, les allées deviennent vite boueuses. Il faut aller chercher l’eau et se déplacer pour les fosses d’aisance. Il n’existe que quelques magasins près du camp et, une fois par semaine, un car amène les ménagères à ce qui fait alors office de centre commercial au Havre, le Rond-Point. Les hommes vont travailler à bicyclette très loin dans les usines et le port. L’école est au début trop petite et mal équipée. Le médecin est loin.

17Néanmoins les habitants des cités provisoires s’entraident : bricolage, peinture, surveillance des enfants, partage des courses aux magasins, réparation de bicyclettes ou de mobylettes. Les enfants apprennent les parcours dans les champs, les bois et les ravins. Les habitants défrichent un lopin de terre devant leur baraque et plantent un potager. Voisins et voisines se rendent visite ou bavardent au bord des clôtures. La municipalité favorise la participation aux équipes de l’entente sportive de Gonfreville-l’Orcher (ESGO) qui se fera remarquer par ses performances dans les rencontres. Elle dirige aussi des protestations qui réclament l’assainissement des marais, l’eau courante, l’agrandissement de l’école.

18Le camp se divise en trois « cités » nommées, pour deux d’entre elles, en l’honneur de résistants martyrs, Marcel Gondouin et Arthur Fleury, la troisième étant la cité de l’Hôpital. Un véritable patriotisme de clocher se développe dans chacun des trois quartiers. Des bandes de jeunes surveillent les entrées et sorties de leur territoire. Mais un sentiment collectif émerge néanmoins chez les habitants des trois zones, produit du sentiment commun de relégation et du regard méprisant des autres, qu’il soit porté par certains agriculteurs des environs, mais surtout, aux dires de plusieurs témoins, par les Havrais aisés qui dévisagent les Gonfrevillais comme s’ils étaient des créatures primitives lorsqu’ils descendent de leur car pour faire leurs emplettes en ville. Les cités provisoires acquièrent au dehors la réputation d’être un repaire de pauvres, de pouilleux et de violents. Leurs habitants nient cette représentation et sont fiers d’appartenir à Gonfreville-l’Orcher et de leurs efforts pour s’en tirer. Une identité se forme face à cette stigmatisation : prolétaires, relégués, travailleurs, solidaires.

19Le parti communiste avait une petite implantation avant l’arrivée des sinistrés, mais les élections de la Libération le portèrent à la tête de la mairie. Il développa une activité associative dans les cités provisoires et réussit à s’implanter durablement parmi les habitants. Cette assise ne s’est jamais démentie puisque le parti communiste a été élu avec ses alliés à de très fortes majorités et a dirigé la commune sans interruption depuis 1945 et encore à l’heure où cet article est rédigé. Jusqu’en 1965 (sauf pour deux ans en 1956-1957), cette orientation le plaçait en opposition à la mairie du Havre, dirigée par la droite.

20Quand la reconstruction passa finalement à la phase des habitations collectives à loyer modéré (HLM), une partie assez réduite des habitants des cités provisoires retourna au Havre. Mais une partie bien plus grande s’installa sur place dans les HLM de Gonfreville-l’Orcher, perpétuant la mémoire des cités voisines où elle avait grandi ou mûri. Contrairement à l’impression courante aujourd’hui qui voudrait que les cités HLM, notamment les grandes barres de la première génération de HLM, soient des zones de pauvreté, de relégation et de délinquance, l’entrée en HLM fut, dans les années 1970, généralement accueillie avec soulagement, dans toute la France, par ceux qui avaient eu la chance d’y obtenir une place : enfin des toilettes dans la maison, une salle de bain, l’eau chaude, du chauffage, une chambre pour les enfants ! Cette joie se détecte également dans les témoignages des habitants de Gonfreville-l’Orcher, surtout ceux des femmes, mais elle est souvent mêlée à des regrets de la vie dans les cités provisoires.

21Les habitants regrettent l’esprit d’entraide, le sentiment de communauté qui les unissaient. Certains attribuent la communication fréquente entre voisins à la disposition horizontale des habitations : on se prêtait des objets, on se parlait d’un potager à l’autre, on rencontrait immédiatement, en sortant de chez soi, des gens qui avaient connu les mêmes souffrances au même moment. On n’était pas loin de la campagne. Une véritable identité collective s’était formée et le relogement dans des appartements HLM est vécu comme une dispersion et une atomisation contre laquelle il faut lutter. Ceci explique en partie l’intérêt pour les projets mémoires, l’échange de souvenirs, les activités regroupant les anciens.

Un matériau qui invite à la réflexion

22Les récits de vie des habitants des cités provisoires permettent de préciser les conditions de vie des sinistrés, en particulier de la fraction la plus pauvre parmi eux. Leurs difficultés n’ont pas concerné que les mois qui ont suivi la Libération, mais se sont poursuivies pendant des années pour se confondre avec celle de l’immense masse des mal-logés en tout genre, victimes de la crise du logement prolongée.

23Dans ce milieu des cités provisoires s’est enraciné un sentiment de relégation par les autorités et de mépris par le reste de la population, qui a été rapidement compensé par une fierté de la résistance aux difficultés. Quelle est exactement cette identité ? Celle d’habitants de zones lointaines, incomplètement urbanisées, mal reliées aux rues animées du centre-ville, victimes de ce qu’on pourrait appeler des « accidents » du système : la guerre, l’inégalité durable, les ratés de la reprise économique, l’impossibilité de trouver du travail dans les villages ruraux des ancêtres. Cette identité est évidemment à rapprocher de celle de « banlieusard » à l’époque où les banlieues industrielles formaient une ceinture rouge autour de Paris.

24Mais c’est aussi une identité liée au travail du « gagne-pain » de la famille. Dans ces cités provisoires, ceux et celles qui ramenaient de l’argent au foyer (pères de famille, fils et filles de plus de quatorze ans, une minorité de mères de famille salariées et de nombreuses femmes embauchées pour des travaux saisonniers de courte durée) obtenaient ce revenu à la sueur de leur front, à la force de leurs bras, au prix d’un salaire payé par un employeur. Les plus régulièrement employés d’entre eux travaillaient dans les usines, le port et les chantiers de la reconstruction. Là, ils côtoyaient des salariés qui avaient des traditions syndicales anciennes, suivant très largement la Confédération générale du travail dans les élections sociales et les mouvements revendicatifs, et partageaient avec eux un sentiment d’appartenance à ce qu’ils appelaient tous « la classe ouvrière ».

Figure no 72 – Retour de la délégation de Gonfreville partie en RDA.

25Dans ce milieu banlieusard, ouvrier, syndiqué CGT, s’est implanté le parti communiste tel qu’il se présentait de 1945 à 1981. Il ne s’agit pas d’un tropisme sociologique automatique. Il faut prendre en compte l’existence de noyaux industriels où militaient des syndiqués communistes dans le village avant 1947, la proximité d’une grande ville ouvrière bastion du syndicalisme CGT, la politisation intense de la société française dans son ensemble précisément au moment où s’est constituée la collectivité des habitants des cités (guerre, collaboration, résistance, libération, reconstruction, guerre froide), ainsi que les options tactiques et les talents d’organisation des groupes de militants communistes. La commune de Gonfreville-l’Orcher a conservé de cette orientation d’impressionnants équipements collectifs (écoles, terrains de jeu, piscine, bibliothèques, cantines scolaires, dispensaires médicaux), des avenues Lénine et des rues de la Commune-de-Paris, ainsi que des photos de la visite du cosmonaute soviétique Youri Gagarine et du retour de la délégation de jeunes partis fraterniser avec leurs homologues de la République démocratique allemande.

26Dans ce bref rappel de quelques résultats et questions issus de l’enquête de 2004, il faut sans doute se demander si la volonté de mettre en avant l’esprit de solidarité et de fierté collective des habitants, ou tout simplement la pudeur, n’ont pas ralenti la collecte de données sur certaines blessures et chemins de résilience de cette population (souffrance de certains enfants, des jeunes, des femmes, des personnes âgées). Les conséquences de ces souffrances, multipliées par le nombre de situations semblables dans le pays, ont influencé la société française des années 1950 et 1960, c’est-à-dire de la période de la reconstruction.

27L’étude de la population des cités provisoires de Gonfreville-l’Orcher souligne un aspect souvent méconnu de la reconstruction, à savoir la façon dont la population sinistrée à faibles revenus a vécu l’événement. Abritée dans des cabanes de fortune, ou déménageant d’un appartement surpeuplé à l’autre pendant de longs mois, elle a finalement été déplacée vers une zone lointaine où elle devait séjourner de manière provisoire mais où elle resta, tout compte fait, pendant plus d’une génération. Ses conditions de vie ont été difficilement supportables pendant les premières années, et se sont améliorées légèrement à force d’entraide, d’initiatives locales et de revendications auprès des pouvoirs publics. De cette expérience est née une identité de familles ouvrières reléguées autour de laquelle une culture particulière s’est développée. Il nous semble que cette histoire est intéressante et devrait faire partie plus systématiquement de l’histoire de la reconstruction. Elle nous informe sur le prix payé pour les options de la reconstruction et indique quelle partie de la population a payé ce prix.

28Enfin, cette population ouvrière reléguée présente des traits communs avec d’autres populations caractérisées par la stigmatisation et la formation d’une fierté collective de compensation. Par exemple, les sociologues et les historiens ont étudié le sentiment des habitants des « ghettos noirs américains » des années 1950 et se sont interrogés sur le poids relatif, dans la constitution de l’identité « noire » des années 1960, de facteurs comme la discrimination fondée sur la couleur de la peau ou la ségrégation résidentielle, scolaire et dans l’emploi. La communauté des sinistrés-relégués de Gonfreville-l’Orcher, considérés comme « blancs », « français de souche » et même « bien normands », et sans doute d’autres communautés de réfugiés de la seconde guerre mondiale, ont connu des formes de rejet et des difficultés comparables. Il y a là un matériau qui pourrait être exploité dans des comparaisons.

Notes

1 Voir le détail des sources dans John Barzman (dir.), Gonfreville-l’Orcher 1947-1980. Mémoire des cités, Fécamp, Éditions des Falaises, 2005.

2 Danièle Voldman, La Reconstruction des villes françaises de 1940 à 1954. Histoire d’une politique, Paris, L’Harmattan, 1997 ; Dominique Barjot, Rémi Baudouï et Danièle Voldman (dir.), Les Reconstructions en Europe (1945-1949), Bruxelles, Complexe, 1997.

3 Joseph Abram, Le Havre patrimoine mondial, le destin singulier d’une reconstruction, Paris, Jean-Michel Place, 2007 ; id., L’architecture moderne en France. Du chaos à la croissance 1940-1966, Paris, Picard, 1999 ; Sylvie Barot et Claire Étienne, Le Havre, Auguste Perret. Le centre reconstruit, Rouen, Connaissance du patrimoine de Haute-Normandie, 1994 ; Les Bâtisseurs : l’album de la reconstruction du Havre, ouvrage réalisé avec la collaboration des musées historiques, des archives municipales et du secteur ville d’art et d’histoire du Havre, avec le soutien de la caisse des dépôts et consignations, Le Havre, Éditions Points de vue – musée Malraux, 2002.

4 André Corvisier (dir.), Histoire du Havre et de l’estuaire de la Seine, Toulouse, Privat, 1987 ; Thierry Baudouin et al., Le Havre 1900-2000. Un siècle de vie, Fécamp, Éditions des Falaises, 2001 ; Armand Frémont, Mémoires d’un port, Paris, Arlea, 1997.

5 Marie-Paule Dhaille-Hervieu, Communistes au Havre : histoire sociale, culturelle et politique (1930-1983), Mont-Saint-Aignan, PURH, 2009, comporte des passages sur l’immédiate après-guerre ; voir aussi Jean-Philippe Damais, « La Nouvelle Ville du Havre. Reconstruction et repopulation », dans Jean Dresch (dir.), La Reconstruction, architecture, urbanisme sous l’œil d’un géographe, Paris, CNRS, « Mémoires et documents », t. IX, fascicule 2,1963, p. 31-45.

6 Un bref aperçu des témoignages du livre avec CD de 2005 est fourni dans l’annexe I.

7 La présence des GIs est décrite avec force détails par un journaliste havrais dans Pierre Aubéry, Les Américains au Havre, Paris, Bibliothèque française, 1948.

8 Archives départementales de Seine-Maritime, Z 31708.

9 Ibid.

Table des illustrations

Légende Figure no 69 – Appel à témoins.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5348/img-1.jpg
Fichier image/, 99k
Légende Figure no 70 – La couverture de l’ouvrage publié en 2005.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5348/img-2.jpg
Fichier image/, 333k
Légende Figure no 71 – Jeune fille sur sa vespa devant un baraquement.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5348/img-3.jpg
Fichier image/, 191k
Légende Figure no 72 – Retour de la délégation de Gonfreville partie en RDA.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5348/img-4.jpg
Fichier image/, 171k

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à l’université du Havre et codirecteur de l’institut de recherche en sciences humaines et sociales de Haute-Normandie. Après des études et un début de carrière aux États-Unis consacrés à l’histoire du mouvement social, il s’est attaché principalement à l’histoire de la région du Havre à l’époque contemporaine, notamment à la genèse du métier de docker, à l’évolution des sociétés portuaires, à la mémoire de la seconde guerre mondiale et de la reconstruction, en recourant souvent à des sources orales. Il a publié notamment, comme auteur principal d’une équipe, Gonfreville-l’Orcher 1947-1980. Mémoire des cités, Fécamp, Édition des Falaises, 2005, et Quelque part ça laisse des traces : histoire et mémoire des électriciens et gaziers de la région du Havre, Mont-Saint-Aignan, PURH, 2003 ; ainsi que, en collaboration avec Éric Saunier : Migrants dans une ville portuaire (Le Havre XVIe-XXIe siècles), Mont-Saint-Aignan, PURH, 2005. Il a été le principal organisateur du colloque Mémoire orale des conflits : regards croisés qui s’est tenu les 26 et 27 novembre 2009 à l’université du Havre.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540