Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Reconstruction en Normandie et en Basse-Saxe après la seconde guerre mondiale

 | 
Corinne Bouillot

Troisième partie. Questions sociales et constructions identitaires

Chapitre 14. L’accueil et l’intégration des réfugiés et expulsés allemands de l’Est de l’Europe en Basse-Saxe

Jochen Oltmer
Traduction de Corinne Bouillot

Résumé

Au moment de la création du Land de Basse-Saxe en 1946, dans une situation d’extrême urgence matérielle, l’accueil des réfugiés et expulsés allemands de l’Est de l’Europe est considéré comme un des problèmes majeurs à régler, en particulier dans les villes où les sinistrés sont déjà nombreux mais aussi dans les campagnes où s’accentuent les difficultés d’approvisionnement. Ces Allemands qui ont fui devant l’Armée rouge à la fin de la guerre ou qui ont été chassés des territoires du Reich désormais placés sous administration polonaise et soviétique, ou encore des territoires européens de peuplement germanophone, sont dirigés pour une part importante vers la Basse-Saxe.

La présente contribution esquisse un bilan d’une recherche en plein essor et s’inscrit dans une histoire des migrations qui prend en compte les différents aspects de l’intégration des migrants et de ses répercussions sur la société d’accueil. Tout en présentant un bilan chiffré précis de l’origine des réfugiés et expulsés et de leur répartition territoriale, ce texte étudie en particulier la question du logement provisoire, les transformations de la société et de l’économie bas-saxonnes induites par l’arrivée de ces migrants ainsi que, plus largement, la contribution qu’ils apportèrent à la reconstruction du Land.

Texte intégral

  • 1 Pour un bref aperçu de l’évolution de la recherche sur ce sujet, voir Jochen Oltmer, Migration im (...)

1 Lorsque le Land de Basse-Saxe fut créé en 1946, l’accueil et l’approvisionnement des majeurs et presque insolubles. En effet, la situation en matière d’alimentation et de logement comparativement favorable dans les districts ruraux qui avaient subi moins de destructions incitait les Alliés à diriger les flux de réfugiés et d’expulsés entre autre vers le nord-ouest de l’Allemagne. Il est désormais presque impossible d’avoir une vision globale de la littérature spécialisée sur l’histoire de l’exode et des expulsions. Ceci tient notamment au fait que l’essor de la recherche sur cette question depuis la fin des années 1980 a produit une multitude d’études régionales et locales qui ont permis en particulier de mieux connaître la diversité des modèles et des conditions d’intégration ainsi que des situations de rencontre entre populations autochtones et réfugiées1.

  • 2 Voir à titre d’exemples les monographies suivantes : Michael Schwartz, Vertriebene und „Umsiedlerp (...)

2La majeure partie des études sur l’histoire de l’intégration des réfugiés et expulsés a porté sur certains aspects de l’accueil et sur les premiers processus d’adaptation à la fin des années 1940. Certes, la recherche ne se limite plus désormais à l’immédiat après-guerre – des travaux récents importants choisissent comme date butoir de leur analyse les années 1960-1962. Mais élargir la perspective chronologique au-delà de 1949-1950 s’avère difficile. D’une part, la quantité des sources s’amenuise considérablement car les problèmes sociaux ayant perdu de leur importance dans les années 1950, les activités administratives en lien avec les questions d’intégration ont vite décliné. D’autre part, seules quelques contributions de la recherche sur le sujet ont pour point de départ une définition utilisable de l’intégration. Les concepts d’intégration souvent employés, mais de manière diffuse et assez étroite, s’appuient sur des caractéristiques extérieures statistiquement mesurables mais ne prennent pas en compte les perspectives d’une étude de l’intégration comme processus à long terme avec des présupposés, des conditions et des conséquences multiples telles qu’elles sont d’usage dans la recherche historique sur les migrations dans d’autres domaines.

3Dans ce contexte, il est difficile de cerner de manière satisfaisante le poids des réfugiés et expulsés dans la reconstruction des quatre zones d’occupation allemandes, entre autre pour l’espace bas-saxon. Mais une étude de leur intégration dans différents secteurs limités de la société peut d’une part mettre en évidence les difficultés auxquelles furent confrontés, dans l’après-guerre, aussi bien la population d’accueil que les réfugiés et expulsés. D’autre part, on peut ainsi prendre en considération de manière différenciée les aspects et problèmes de l’intégration, de telle sorte qu’on peut au moins partiellement thématiser l’interaction entre migration/intégration et reconstruction.

4On comprendra l’intégration comme un processus quotidien et généralement discret, peu spectaculaire, qui a lieu pas à pas et dépasse souvent les générations. Dans le processus d’intégration, les caractéristiques supposées ou réelles qui distinguent les immigrants ou les groupes d’immigrants de la population autochtone ne cessent de s’effacer, et ceci vaut autant pour les caractères revendiqués par les personnes concernées ou attribués de l’extérieur que pour les critères sociaux ou économiques. La longue durée du processus d’adaptation des immigrants fait qu’il est aussi partie prenante de la transformation plus ou moins profonde des conditions économiques et sociétales, politiques et culturelles du lieu d’arrivée. Ni le groupe d’immigrants ni la société d’accueil ne sont ainsi statiques. Lors de mouvements importants de population comme par exemple l’exode et les expulsions pendant et après la seconde guerre mondiale, l’intégration transforme aussi bien les uns que les autres, même si les efforts d’adaptation fournis par les groupes d’immigrants dépassent généralement de beaucoup ceux de la société d’accueil. Dans la réalité de la vie, l’intégration n’a constitué et ne constitue ni pour la population migrante ni pour la population majoritaire un événement global de l’adaptation à une société. L’intégration signifie bien plutôt, de manière concrète, une négociation quotidienne des chances de participation économique, politique, religieuse ou juridique. L’intégration a pu ainsi avoir des rythmes différents selon les secteurs de la société. Une participation sans réserve du migrant sur le marché du travail ne voulait par exemple pas dire qu’il trouvait rapidement un logement, qu’il pouvait sans entraves participer à la vie associative de son lieu de vie ou encore que les chances d’intégration des enfants dans le secteur éducatif étaient favorables. Ainsi les individus, les groupes ou les organisations de la population migrante et majoritaire ont toujours perçu et relaté de manière très diverse l’intégration à ses différents stades.

L’arrivée en Basse-Saxe, l’un des « principaux Länder de réfugiés »

  • 3 Pour un panorama général de l’exode et de l’expulsion des Allemands, voir les différentes contribu (...)

5Sur les 18 millions d’Allemands vivant dans les provinces orientales du Reich et « Allemands de souche » (Volksdeutsche) installés dans les territoires de peuplement germanophone dans l’Est, le Centre et le Sud-Est de l’Europe, 14 millions avaient fui vers l’ouest ou avaient été expulsés/déplacés à la fin de la guerre. Les statistiques du recensement de 1950 permettent de faire le bilan de ces mouvements d’exode et de ces expulsions : un total d’environ 12,5 millions de réfugiés et d’expulsés des anciennes provinces orientales du Reich allemand passées sous administration polonaise ou soviétique ou issus des territoires occupés par des « Allemands de souche » étaient arrivés en RFA et en RD A ; 500 000 personnes supplémentaires vivaient en Autriche ou dans d’autres pays3.

6Des centaines de milliers d’Allemands n’avaient pas survécu à l’exode, aux expulsions ou aux déportations, environ un million d’entre eux avaient été déportés en URSS. Sur les 12,5 millions de réfugiés et d’expulsés que comptaient la RFA et la RDA en 1950, la part la plus importante, environ 7 millions de personnes, venait des anciens territoires allemands à l’est de la ligne Oder-Neisse. Suivait, avec environ 3 millions de personnes, le groupe des réfugiés et expulsés de Tchécoslovaquie ; s’y ajoutaient 1,4 millions venus de la Pologne dans ses frontières d’avant la guerre, 300 000 de la ville libre de Danzig placée jusqu’en 1939 sous administration de la Société des Nations, environ 300 000 de Yougoslavie, 200 000 de Hongrie et 130 000 de Roumanie.

7Les réfugiés et expulsés n’étaient pas répartis également sur le territoire des quatre zones d’occupation en Allemagne. Fin 1947, la part qu’ils représentaient sur l’ensemble de la population de la zone d’occupation soviétique était de 24,3 %. Les zones d’occupation américaine et britannique étaient loin derrière avec respectivement 17,7 et 14,5 %. La zone française n’en comptait même qu’environ 1 %, car les autorités d’occupation avaient refusé de les accueillir.

  • 4 Bernhard Parisius, « Flüchtlinge und Vertriebene in Osnabrück und im Osnabrücker Land », dans Klau (...)

8Les premiers réfugiés qui fuyaient devant l’Armée rouge soviétique atteignirent la Basse-Saxe au cours de l’hiver 1944-1945. Une deuxième vague plus importante, qui comprenait dès lors aussi des expulsés, suivit après la capitulation et l’occupation de l’Allemagne à la fin du printemps et au cours de l’été 1945. Elle résultait des « expulsions sauvages », encouragées par les gouvernements polonais et tchécoslovaque, de la population allemande qui vivait dans les territoires placés sous leur administration. Après la conférence de Potsdam (juillet-août 1945) suivit la phase de déplacements forcés opérés sur la base des décisions alliées (opération Schwalbe), qui concernait principalement les territoires situés à l’est de l’Oder et de la Neisse : rien qu’en 1946, presque 1,4 millions d’Allemands vivant dans les anciens territoires de l’est de l’Allemagne devenus ceux de l’ouest de la Pologne furent transférés en zone d’occupation britannique. L’opération Schwalbe se poursuivit au-delà du délai officiellement fixé (juillet 1947) pour se terminer seulement en 1949-1950. Cette troisième phase, avec son point culminant de juillet 1946, achemina la plus grande partie des expulsés en Basse-Saxe4.

Figure no 66 – Des réfugiés arrivent à la gare de Hanovre, vers 1948.

Source : Niedersächsisches Landesamt für Statistik.
Figure no 67 – Évolution démographique dans l’espace bas-saxon et part des réfugiés et expulsés, 1939 et 1946-1955.

9Dans les zones occidentales de l’Allemagne occupée, la Basse-Saxe était l’un des trois principaux territoires d’accueil des réfugiés et expulsés (Haupt-flüchlingsländer) : en octobre 1946, on comptait dans le Schleswig-Holstein 837 000 réfugiés et expulsés, qui représentaient 31,6 % de la population. En termes de proportion de ce groupe dans la population venait ensuite la Basse-Saxe (22,9 %) avec 1 475 000 réfugiés et expulsés, devant la Bavière (18,4 %) avec environ 1 657 000 personnes. En Basse-Saxe, le nombre de réfugiés et d’expulsés a continué à augmenter jusqu’au recensement de 1950 pour atteindre 1,82 millions, soit 26,4 % de la population.

  • 5 Peter Marschalck, « Bevolkerung und Wanderung im Raum Niedersachsen seit dem Zweiten Weltkrieg », (...)
  • 6 B. Parisius, Viele suchten sich ihre neue Heimat selbst. Flüchtlinge und Vertriebene im westlichen (...)

10C’est principalement l’arrivée de réfugiés qui fit augmenter, malgré les pertes dues à la guerre, la population de Basse-Saxe d’environ 50 % – 4,5 millions en 1939 contre 6,8 millions en 19505. Le nombre de réfugiés et expulsés diminua certes à partir de la fin des années 1940, en particulier à la suite des programmes étatiques de redéploiement de ces populations ; mais la majeure partie resta en Basse-Saxe où elle prit une part essentielle à la reconstruction et au « miracle économique6 ».

Tableau no 3 – Population d’ensemble et réfugiés/expulsés sur le territoire de la RFA et dans l’espace bas-saxon, 1939 et 1950.

Tableau no 3 – Population d’ensemble et réfugiés/expulsés sur le territoire de la RFA et dans l’espace bas-saxon, 1939 et 1950.

Source : Siegfried Bethlehem, Heimatvertreibung. DDR-Flucht, Gastarbeiterzuwanderung. Wanderungsströme und Wanderungspolitik in der Bundesrepublik Deutschland, Stuttgart, Klett- Cotta, 1982, p. 36.

  • 7 Hans-Bernd Meier, Vertriebene und Flüchtlinge im ehemaligen Regierungsbezirk Osnabrück 1945-1970 : (...)

11L’augmentation de la population en Basse-Saxe provoqua en même temps des modifications profondes de la structure démographique qui, en termes de potentiel de main d’œuvre, n’eurent pas du tout les conséquences seulement « négatives » auxquelles on s’attendait au départ : contrairement à ce que pensaient beaucoup de contemporains, exode et expulsions ne représentaient pas seulement, pour les régions d’accueil, une « hypothèque » due à l’augmentation de la part des « familles résiduelles » (mères, enfants, personnes âgées) sans emploi ou inaptes au travail. D’après le recensement de 1946, il y avait certes en Basse-Saxe, du fait de la guerre, un important « excédent féminin » dans la population (121 femmes pour 100 hommes). Mais parmi les réfugiés et expulsés, le rapport hommes/femmes était à peine supérieur ; s’y ajoute le fait que la population constituée par ce groupe était dans l’ensemble nettement plus jeune que la population autochtone7.

Figure no 68 – Les régions d’origine des réfugiés et expulsés en Basse-Saxe.

12La partie largement dominante des 1,82 millions des réfugiés et expulsés de l’Est présents en Basse-Saxe en 1950, environ un tiers, venait de Silésie. Suivaient la Prusse orientale et Danzig avec environ un cinquième, ainsi que la Poméranie et le Brandebourg orientaux avec environ un septième. Presque les trois quarts de ces migrants étaient ainsi originaires des anciens territoires du Reich situés à l’est de l’Oder et de la Neisse. Une part relativement moindre venait des territoires de peuplement allemand situés au-delà des frontières étatiques de l’Allemagne avant le début de l’expansion nationale-socialiste : URSS et Pologne (8,5 %), Pays baltes et région de la Memel (1,7 %), ainsi que Yougoslavie, Roumanie, Hongrie, Autriche et Tchécoslovaquie (5,5 %).

Les problèmes d’intégration dans l’immédiat après-guerre : hébergement et approvisionnement

  • 8 Helmut R. Kollai, Die Eingliederung der Vertriebenen und Zuwanderer in Niedersachsen, Berlin, Dunc (...)
  • 9 Parfois, la question de l’hébergement constituait un des aspects essentiels de la législation sur (...)
  • 10 Exemples : Karl H. Schneider, « Etablierte und Aussenseiter. Dorfbewohner und Flüchtlinge in Niede (...)
  • 11 R. Schulze, « Ansprüche », op. cit., p. 272.

13À la fin de la guerre, plus de quatre millions de logements étaient complètement ou partiellement détruits dans les trois zones d’occupation occidentales ; en Basse-Saxe, la proportion de logements inhabitables représentait 12,5 % du parc d’avant-guerre8. S’y ajoutaient les problèmes d’approvisionnement en denrées alimentaires et en biens de consommation. Des tensions et des conflits entre autochtones et réfugiés résultaient souvent en premier lieu de la question de l’hébergement : si les gens ne cédaient pas volontairement une partie de leur logement, les administrations allemandes et alliées réagissaient – de plus en plus souvent au fil du temps – par des affectations imposées9. Souvent, des chambres de bonnes ou des remises, des étables ou d’autres espaces fonctionnels étaient aménagés de manière très provisoire et sommaire, avec un équipement Spartiate, en habitations pour des familles entières (« logements d’urgence »). De nombreuses querelles étaient dues au chevauchement des sphères de vie qui résultait inévitablement de la communauté imposée entre autochtones et migrants, qu’il s’agît d’utilisation commune de la cuisine ou de mise à disposition d’ustensiles ménagers10. Dans un sondage représentatif réalisé dans les Lander de la bizone en 1949, 61 % des autochtones interrogés considéraient les réfugiés et expulsés comme des intrus indésirables dans leur environnement immédiat11.

14C’est surtout avec l’arrivée des grands transports d’expulsés de l’année 1946 qu’il s’avéra de plus en plus difficile d’héberger les réfugiés et expulsés dans des foyers privés. Dès lors, le nombre de ceux qui résidaient dans des camps augmenta. Partout apparurent, outre les camps d’hébergement d’urgence, de transit et de quarantaine déjà existants, de vrais camps de séjour servant à loger à long terme réfugiés et expulsés. Il s’agissait fréquemment d’anciens camps de prisonniers de guerre ou de travailleurs forcés, de casernes, d’usines et d’abris anti-aériens.

  • 12 Niedersachsen und das Flüchtlingsproblem, cahier no 4 : Not und Hilfe. Das Problem der Flüchtlinge (...)
  • 13 Adolf Wennemann, « Flüchtlinge und Vertriebene in Niedersachsen: Vergangenheitsorientierung und St (...)
  • 14 Niedersachsen und das Flüchtlingsproblem, cahier no 4 : Not und Hilfe, op. cit., p. 13.

15Huit ans après la fin de la guerre, 508 000 réfugiés et expulsés vivaient encore, sur le territoire de la RFA, dans 2 600 camps, surtout dans les trois principaux Lander de réfugiés, à savoir la Bavière, la Basse-Saxe et le Schleswig-Holstein. La Basse-Saxe comptait à elle seule 1 600 camps accueillant 140 000 personnes12. Et encore en 1958, la population des 907 camps restant en Basse-Saxe s’élevait à 75 000 personnes13. En 1950, seul un quart des 2,6 millions de foyers de réfugiés et expulsés avait son propre logement fermé. Pour les foyers d’autochtones, cette proportion était bien plus élevée (les deux tiers). En Basse-Saxe, les familles de réfugiés représentaient seulement 10 % des « locataires principaux d’un logement normal », mais 53 % de tous les sous-locataires ou locataires de « logements d’urgence ». Tandis qu’en 1939, le taux d’occupation moyen d’un logement était de 3,8 personnes, il avait progressé jusqu’en 1950 pour atteindre 6 personnes. L’accélération de la construction de logements depuis le début des années 1950 améliora toutefois de façon assez rapide l’intégration des expulsés et des réfugiés en matière de logement : en 1953, le taux d’occupation des logements bas-saxons était redescendu à 5,3 personnes14. Jusqu’en 1956, la proportion de réfugiés et expulsés vivant en RFA dans des logements fermés avait triplé par rapport à 1950, et au début des années 1960, les conditions d’habitat de la population autochtone et migrante pouvaient être considérées comme globalement équivalentes. Toutefois, les derniers camps de réfugiés et expulsés ne furent fermés en RFA qu’au début des années 1970.

  • 15 A. Wennemann, art. cité, p. 103 et suiv.

16À côté de la question de l’hébergement, l’approvisionnement en denrées alimentaires constituait l’un des grands défis de l’Allemagne d’après-guerre. Avec un approvisionnement suffisant, la consommation moyenne de calories s’élevait à 2 435 calories par jour et par personne dans l’Allemagne de 1939. En 1948, trois ans après la fin de la guerre, la valeur moyenne des denrées alimentaires disponibles atteignait tout juste 1382 calories - et surtout pendant les « hivers de famine » 1946 et 1947, les rations avaient été encore bien moindres15.

  • 16 Ibid., p. 104 et suiv.
  • 17 Andrea Riecken, « “Der kranke Flüchtling”. Die gesundheitliche und psychiatrische Behandlung von F (...)

17Une étude du service sanitaire de Gottingen montre à quel point les problèmes d’approvisionnement mettaient en danger la santé de la population : en juin 1947, on y avait pesé 1 800 passants pris au hasard. Seuls 203 d’entre eux avaient leur poids normal. Dans 297 cas, on enregistrait une perte de poids de 10 % à 15 %, et dans 375 autres de 15 % à 25 %. Pour 322 de ces passants, la perte de poids était considérée comme présentant de graves dangers pour la santé. Et 412 d’entre eux n’avaient plus que la peau sur les os16. Les personnes concernées étaient surtout des réfugiés et expulsés : entre septembre 1946 et août 1947, les services sanitaires de Basse-Saxe examinèrent un total de 532 706 réfugiés et expulsés, sur lesquels 9 % souffraient de grave malnutrition, 8 % de rachitisme, 4 % de gale, 2,5 % de typhus et 2,4 % de tuberculose. Ces examens médicaux mirent en même temps en évidence que les réfugiés et expulsés manquaient cruellement de biens de consommation courants : environ 21 % n’avaient pas de veste ou de chemise, 27 % pas de chaussures et 25 % pas de linge de corps. Presque 20 000 personnes n’avaient pas de chauffage, et environ 78 000 pas de lit17.

L’intégration par la migration

  • 18 Pour l’Est de la Basse-Saxe, voir Dieter Brosius et Angelika Hohenstein, Flüchtlinge im nordostlic (...)
  • 19 Pour le détail, voir Niedersachsen und das Flüchtlingsproblem, cahier no 2 : Tabellenteil Hanovre, (...)
  • 20 Elisabeth Pfeil, « Die berufliche und soziale Eingliederung der Heimatvertriebenen in Niedersachse (...)

18À l’intérieur de la Basse-Saxe, les districts gouvernementaux et arrondissements de l’est, près de la frontière, accueillirent beaucoup plus de réfugiés et expulsés que ceux du centre et de l’ouest18. Les autochtones représentaient en 1946, dans les districts occidentaux d’Aurich et d’Osnabrück les trois quarts de la population, dans les districts de Brunswick, Hanovre, Hildesheim, Oldenbourg et Stade les deux tiers, mais seulement la moitié dans celui de Lüneburg19. Pour l’ensemble de la Basse-Saxe, environ la moitié de tous les réfugiés et expulsés trouva un hébergement dans des communes de moins de 2 000 habitants20

19.Le clivage manifeste entre est et ouest indique que la répartition large et la plus égale possible telle que la voulait la puissance d’occupation britannique n’a pas pu être établie. Une grande partie des réfugiés et expulsés ne voulaient pas suivre les ordres d’affectation et les administrations compétentes n’avaient pas toujours la possibilité d’imposer la répartition souhaitée ; à part quelques exceptions régnait une libre circulation de fait. Pour les réfugiés et expulsés qui voulaient se rendre à l’ouest de la Basse-Saxe primaient surtout, manifestement, des considérations de sécurité et d’approvisionnement : c’est là qu’à la fin de la guerre et dans l’immédiat après-guerre, les dangers physiques semblaient être les moins importants et les possibilités d’approvisionnement en denrées alimentaires les plus favorables. Ceci est valable surtout pour les réfugiés qui, en 1944-1945, avaient choisi comme destination la Frise orientale ; c’est parmi ceux-ci que comparativement, l’âge moyen et la proportion de femmes étaient les plus élevés.

  • 21 Sur les possibilités de choix du lieu de destination par les réfugiés et les expulsés, voir B. Par (...)

20Il en était tout autrement de la région de l’Emsland située plus au sud : la proportion de jeunes et d’hommes y était sensiblement plus élevée qu’en Frise orientale ; on connaissait manifestement les opportunités d’implantation agricole et l’expansion plus ou moins ininterrompue de l’industrie oléifère, ce qui joua déjà un rôle central pour la vague de réfugiés de 1944-194521. Les contemporains comprenaient déjà cette relation, comme le confirment les remarques du chef de service de l’Agence régionale de statistiques, Hans Joachim Malecki, en 1949 :

  • 22 H. J. Malecki, op. cit, p. 13.

Les expériences ont montré qu’il n’est pas toujours possible de diriger les réfugiés sortis des camps de rassemblement vers les régions envisagées pour eux. C’est par exemple la partie occidentale de la Basse-Saxe qui devait tout d’abord être occupée par les réfugiés ; mais seul un petit pourcentage de ceux qui furent acheminés par trains spéciaux en direction d’Aurich et d’Osnabrück arriva à la destination prévue. La grande masse des réfugiés se choisit, en dépit des instructions précises, sa destination selon sa propre appréciation22.

  • 23 B. Parisius, Viele suchten sich ihre neue Heimat selbst, op. cit. Pour un exemple d’espace catholi (...)

21La structure sociale des populations de réfugiés, différente dès le début selon les secteurs de la région étudiée, ne cessa de se consolider dans les années d’après-guerre. Ceci vaut également pour d’autres schémas de peuplement : d’anciens habitants des territoires de l’Est vallonnés et riches en espaces forestiers se dirigeaient par exemple dans une proportion élevée vers le Harz. Quelle qu’ait été la diaspora confessionnelle, les réfugiés catholiques s’installaient plutôt dans les régions catholiques, tandis que les protestants allaient plus volontiers dans les secteurs protestants. Dans la région de la Frise orientale marquée par le protestantisme, par exemple, la part des catholiques parmi les réfugiés et expulsés atteignait en mai 1946 environ 60 %. Quelques mois plus tard, en octobre de la même année, ils n’étaient plus que 34 %, puis 26 % en 1950 et 22 % en 1961. Une telle tendance à la poursuite de la migration des réfugiés et expulsés selon les structures spatiales confessionnelles est observable pour l’ensemble de la Basse-Saxe ; elle s’est manifestée principalement là où il y avait des secteurs marqués de façon homogène par le protestantisme ou le catholicisme23.

22Exode et expulsions s’accompagnèrent d’un déclassement social important. Dans les années 1960, on notait encore une proportion supérieure à la moyenne de salariés et inférieure à la moyenne de travailleurs indépendants. Notamment les réfugiés et expulsés qui avaient été agriculteurs indépendants avant 1945 avaient très peu de possibilités d’acquérir en Basse-Saxe une terre équivalente à celle qu’ils possédaient dans leur région d’origine et qui rapportait suffisamment pour garantir leur autonomie financière à moyen et à long terme.

23Ce sont principalement les grandes villes, mais aussi les villes petites et moyennes de Basse-Saxe, qui offraient des chances d’ascension sociale : pas seulement des logements de meilleure qualité, mais surtout plus d’emplois, en particulier des emplois mieux payés, plus prestigieux et permettant une ascension sociale. Dans les districts de l’ouest de la Basse-Saxe, Aurich et Osnabrück, seul un peu plus d’un quart de tous les réfugiés et expulsés vivaient à l’automne 1946 dans des communes de plus de 2 000 habitants. Cette proportion atteignit environ 50 % dès 1950. L’un des secteurs d’activité qui offrit assez tôt la possibilité d’échapper aux districts ruraux et à leurs opportunités d’emploi limitées et mal payées était, principalement pour les hommes jeunes, le secteur du bâtiment et la reconstruction des grandes villes : plus les villes de Basse-Saxe étaient détruites, plus le chômage des expulsés et réfugiés y était réduit dans l’immédiat après-guerre. C’était vrai aussi bien pour Hanovre que pour Hildesheim et Osnabrück. Et plus les villes étaient détruites, plus la proportion d’hommes jeunes entre 20 et 45 ans était élevée. On leur octroyait le droit de s’installer dans les grandes villes et on leur trouvait un logement.

  • 24 R. Schulze, « Ansprüche », op. cit., p. 266.
  • 25 D. von der Brelie-Lewien, « Flüchtlinge in einer ländlichen Region – Aspekte des Strukturwandels z (...)

24La priorité donnée à l’hébergement des réfugiés et expulsés dans les régions marquées par une forte ruralité s’accompagnait donc d’importants problèmes d’intégration professionnelle. Jusqu’à la réforme monétaire de 1948, de nombreux réfugiés et expulsés travaillaient sans rémunération, souvent seulement contre hébergement et nourriture, comme forces d’appoint dans les entreprises agricoles24. Au cours de cette phase, le chômage statistiquement mesurable ne jouait aucun rôle. Il y avait certes une allocation chômage, mais celle-ci n’était pas suffisante et était versée en reichsmarks sans valeur. Le salariat au sens traditionnel était lui aussi presque tout autant négligeable en raison de la dévaluation de la monnaie25. Sous-activité, embauches temporaires, troc légal et illégal caractérisaient le quotidien du travail. La productivité était faible en raison de la situation alimentaire difficile, du mauvais approvisionnement en matériaux et en outils et de l’état catastrophique de l’ensemble des infrastructures.

  • 26 Sur les importantes différences régionales (taux élevés à l’Ouest, bas à l’Est de la Basse-Saxe), (...)
  • 27 R. Schulze, « Ansprüche », op. cit., p. 266.

25Ce n’est qu’avec la réforme monétaire que le chômage largement masqué, mais très variable selon les régions, devint manifeste26. En septembre 1948, les réfugiés et expulsés représentaient 61 % des bénéficiaires de l’aide sociale en Basse-Saxe27. Le nombre de chômeurs augmenta en Allemagne de l’Ouest pour atteindre au début de l’année 1950 presque deux millions de personnes, et il était trois fois plus élevé chez les réfugiés et expulsés que chez les autochtones.

  • 28 Niedersachsen und das Flüchtlingsproblem, cahier no 4 : Not und Hilfe, op. cit., p. 8.

26En septembre 1953 encore, 40 % des chômeurs de Basse-Saxe étaient des réfugiés et expulsés28.

  • 29 B. Parisius, « Aufnahme... », op. cit., p. 58.

27Les migrations intérieures vers les emplois, surtout après la création de la république fédérale d’Allemagne et le début de la phase d’essor économique dans les années 1950, apportèrent un correctif à cette évolution : les réfugiés et expulsés quittèrent massivement les régions rurales en direction des espaces industriels urbains. Les « perdants » furent à l’Ouest les « principaux Lander de réfugiés », la Bavière, le Schleswig-Holstein et la Basse-Saxe ; les « gagnants » furent la Rhénanie du Nord-Westfalie, le Bade-Wurtemberg et la Rhénanie-Palatinat. Entre 1949 et 1956, environ un million de réfugiés et d’expulsés furent répartis dans d’autres Länder sur la base de cinq programmes de redéploiement organisés par l’État fédéral. La Basse-Saxe y participa, avec environ 325 000 personnes. Il y eut aussi des migrations de la sorte à l’intérieur de la Basse-Saxe. Les régions plus industrialisées des districts de Lüneburg, Hanovre, Hildesheim et Brunswick accueillirent des réfugiés et expulsés venus des zones rurales et agraires des districts d’Aurich, Oldenbourg et Osnabrück. En 1950, la proportion de réfugiés et d’expulsés dans la population du district de Lüneburg était deux fois plus élevée que dans celui d’Aurich ; en 1961, elle atteignait presque le triple29. Ces migrations intérieures ne changèrent toutefois rien au fait que la Basse-Saxe resta l’un des principaux Länder de réfugiés en Allemagne de l’Ouest : au milieu des années 1950, environ 20 % de tous les réfugiés et expulsés vivaient encore dans ce Land. On peut cependant retenir que les migrations facilitèrent manifestement leur intégration en Basse-Saxe.

  • 30 Paul Lüttinger, Integration der Vertriebenen : eine empirische Analyse, Francfortsur-le-Main, Camp (...)
  • 31 H. Kollai, op. cit., p. 93. Pour un exemple d’intégration des réfugiés et expulsés dans les entrep (...)
  • 32 Sur la question non abordée ici de la participation politique des réfugiés et expulsés, voir Helga (...)

28En matière d’intégration professionnelle, le phénomène de déclassement que l’on observe fréquemment dans les processus d’immigration était particulièrement marqué : les réfugiés et expulsés occupèrent tout d’abord majoritairement des positions professionnelles d’un statut bien inférieur à leurs qualifications, et leurs revenus étaient par conséquent moins élevés30 : en octobre 1948, 58 % des ouvriers et 40 % des employés, parmi les réfugiés et expulsés, occupaient un emploi qui ne correspondait pas à leur profession31. Des possibilités d’ascension professionnelle s’offrirent à un nombre important d’entre eux surtout dans les années 1960, avec l’extension des offres d’emploi et l’arrivée de travailleurs étrangers qui occupèrent à leur tour les positions les moins recherchées sur le marché du travail32. L’utilisation de l’éducation comme vecteur central d’ascension sociale intergénérationnelle s’inscrit également dans ce contexte. La proportion d’enfants de réfugiés et d’expulsés dans les établissements d’enseignement secondaire dépassa de loin la moyenne de celle des enfants d’autochtones. À titre d’exemple, la proportion de réfugiés parmi les enfants qui se présentèrent à l’examen d’entrée en classe de seconde au lycée d’Aurich atteignait la valeur record de 40 %.

  • 33 Peter Lüttinger, « Integration der Vertriebenen, Der Mythos der schnellen Integration. Eine empiri (...)

29L’intégration économique alla de pair avec des processus d’intégration croissante dans la société, observable par exemple dans les comportements à l’égard du mariage : dès la première phase d’intégration, environ 54 % des réfugiés et expulsés des trois zones d’occupation occidentales épousèrent des autochtones entre 1946 et 1950. Dans les années 1960, cette proportion continua à croître pour atteindre 68 %. À cette époque, la perte de statut social et économique due aux migrations forcées n’était certes pas encore complètement compensée, comme le mettent en évidence les analyses de Peter Lüttinger réalisées à partir des enquêtes statistiques officielles de 197133, mais l’intégration avait déjà fortement progressé dans de nombreux secteurs de la société.

30La grande mobilité des réfugiés et expulsés, leur désir d’éducation, leur volonté d’ascension sociale ou de compensation des conséquences de leur relégation sociale, caractérisée principalement par une forte propension à la réussite, contribuèrent à faire fortement reculer le poids des tendances de déclassement sur le marché du travail au cours des années 1960. C’est surtout la conjoncture positive durable du « miracle économique » depuis le début des années 1950 qui améliora fondamentalement l’intégration économique et sociale des réfugiés et expulsés. Inversement, ceux-ci constituèrent aussi un potentiel de main d’oeuvre qualifiée qui concourut dans une proportion essentielle au « miracle économique » ouest-allemand.

Notes

1 Pour un bref aperçu de l’évolution de la recherche sur ce sujet, voir Jochen Oltmer, Migration im 19. und 20. Jahrhundert Munich, Oldenbourg, « Enzyklopädie deutscher Geschichte, t. 86 », 2010, p. 101-112 ; pour un panorama de l’histoire des migrations en Basse-Saxe au XXe siècle, voir J. Oltmer, « Migration », dans Gerd Steinwascher (dir.), Geschichte Niedersachsens, t. V : Von der WeimarerRepublik zur Wiedervereinigung Hanovre, Hahn, « Veröffentlichungen der Historischen Kommission für Niedersachsen und Bremen, Collection 36, t. 5 », 2010, p. 963-1022.

2 Voir à titre d’exemples les monographies suivantes : Michael Schwartz, Vertriebene und „Umsiedlerpolitik“. Integrationskonflikte in den deutschen Nachkriegs-Gesellschaften und die Assimilationsstrategien in der SBZ/DDR 1945-1961, Munich, Oldenbourg, 2004 ; Thomas Grosser, Die Integration der Heimatvertriebenen in Württemberg-Baden (1945-1961), Stuttgart, Kohlhammer, 2006.

3 Pour un panorama général de l’exode et de l’expulsion des Allemands, voir les différentes contributions dans les ouvrages suivants : Wolfgang Benz (dir.), Die Vertreibung der Deutschen aus dem Osten. Ursachen, Ereignisse, Folgen, Francfort-sur-le-Main, Fischer, 1985 ; Rainer Schulze, Doris von der Brelie-Lewien et Helga Grebing (dir.), Flüchtlinge und Vertriebene in der westdeutschen Nachkriegsgeschichte. Bilanzierung der Forschung und Perspektiven für die künftige Forschungsarbeit, Hildesheim, Lax, 1987 ; Marion Frantzioch, Die Vertriebenen. Hemmnisse und Wege ihrer Integration, Berlin, Reimer, 1987 ; Dierk Hoffmann, Marita Krauss et Michael Schwartz (dir.), Vertriebene in Deutschland. Interdisziplinäre Ergebnisse und Forschungsperspektiven, Munich, Oldenbourg, 2000.

4 Bernhard Parisius, « Flüchtlinge und Vertriebene in Osnabrück und im Osnabrücker Land », dans Klaus J. Bade, Hans-Bernd Meier et B. Parisius (dir.), Zeitzeugen im Interview. Flüchtlinge und Vertriebene im Raum Osnabrück nach 1945, Osnabrück, Universitätsverlag Rasch, 1997, p. 13-91, ici p. 13-15 ; pour une présentation des nombreuses publications sur les réfugiés et expulsés à la fin des années 1940 et dans les années 1950, voir Johannes-Dieter Steinert, Flüchtlinge, Vertriebene und Aussiedler in Niedersachsen. Eine annotierte Bibliographie, Osnabrück, Wenner, 1986 ; Gertrud Krallert-Sattler, Kommentierte Bibliographie zum Flüchtlings-und Vertriebenenproblem in der Bundesrepublik Deutschland, in Österreich und in der Schweiz, Vienne, Braumüller, 1989.

5 Peter Marschalck, « Bevolkerung und Wanderung im Raum Niedersachsen seit dem Zweiten Weltkrieg », dans K. J. Bade (dir.), Fremde im Land : Zuwanderung und Eingliederung im Raum Niedersachsen seit dem Zweiten Weltkrieg, Osnabrück, Universitätsverlag Rasch, 1997, p. 45-75, ici p. 49 ; Gustav Uelschen, Die Bevolkerung in Niedersachsen 1821-1961, Hanovre, Jänecke, 1966, p. 161-181.

6 B. Parisius, Viele suchten sich ihre neue Heimat selbst. Flüchtlinge und Vertriebene im westlichen Niedersachsen, Aurich, Ostfriesische Landschaft, 2004, chap. VIII.

7 Hans-Bernd Meier, Vertriebene und Flüchtlinge im ehemaligen Regierungsbezirk Osnabrück 1945-1970 : Zuwanderung, Flüchtlingsverwaltung, wirtschaftliche Integration und regionaler Strukturwandel, thèse de doctorat, Osnabrück, 1999, p. 85-88.

8 Helmut R. Kollai, Die Eingliederung der Vertriebenen und Zuwanderer in Niedersachsen, Berlin, Duncker & Humblot, 1959, p. 26.

9 Parfois, la question de l’hébergement constituait un des aspects essentiels de la législation sur les réfugiés : Die Flüchtlingsgesetzgebung im Lande Niedersachsen mit Erlàuterungen und Kontrollrats-Gesetz Nr. 18 (Wohnraumgesetz), publié par Niedersächsischer Staatskommissar für das Flüchtlingswesen, Hanovre, Schlüter, 1949.

10 Exemples : Karl H. Schneider, « Etablierte und Aussenseiter. Dorfbewohner und Flüchtlinge in Niedersachsen nach 1945 », Neues Archiv für Niedersachsen, 2002, cahier no 2, p. 13-28 ; Rainer Schulze, « “Die Ansprüche kamen erst später”. Zur Integration der Flüchtlinge und Vertriebenen in Niedersachsen », Deutsche Studien, Cahiers trimestriels no 32, 1995, p. 259-287, ici p. 266-273 ; R. Schulze, « Zuwanderung und Modernisierung. Flüchtlinge und Vertriebene im ländlichen Raum » dans K. J. Bade (dir.), Neue Heimat im Westen. Vertriebene – Flüchtlinge – Aussiedler, Münster, Westfàlischer Heimatbund, 1990, p. 81-105, ici p. 84-100 ; K. J. Bade, « “Wir leben ja nun hier”. Flüchtlinge und Vertriebene in Niedersachsen – Erinnerung und Identität », dans K. J. Bade et J. Oltmer (dir.), Zuwanderung und Integration in Niedersachsen seit dem Zweiten Weltkrieg, Osnabrück, Universitätsverlag Rasch, 2002, p. 69-100 ; voir aussi les nombreux témoignages individuels dans R. Schulze (dir.), Unruhige Zeiten. Erlebnisberichte aus dem Landkreis Celle 1945-1949, Munich, Oldenbourg, 1990 ; K. J. Bade, H.-B. Meier et B. Parisius (dir.), op. cit., p. 123-171.

11 R. Schulze, « Ansprüche », op. cit., p. 272.

12 Niedersachsen und das Flüchtlingsproblem, cahier no 4 : Not und Hilfe. Das Problem der Flüchtlinge und Vertriebenen in Niedersachsen Hanovre, Niedersächsisches Amt für Landesplanung und Statistik, (Veröffentlichungen des Niedersächsisches Amtes für Landesplanung und Statistik, collection 4), 1954, p. 9.

13 Adolf Wennemann, « Flüchtlinge und Vertriebene in Niedersachsen: Vergangenheitsorientierung und Strukturwandel », dans K. J. Bade (dir.), Fremde im Land, op. cit., p. 77-124, ici p. 110.

14 Niedersachsen und das Flüchtlingsproblem, cahier no 4 : Not und Hilfe, op. cit., p. 13.

15 A. Wennemann, art. cité, p. 103 et suiv.

16 Ibid., p. 104 et suiv.

17 Andrea Riecken, « “Der kranke Flüchtling”. Die gesundheitliche und psychiatrische Behandlung von Flüchtlingen und Vertriebenen in Niedersachsen », dans K. J. Bade et J. Oltmer (dir.), Zuwanderung, op. cit., p. 101-130, ici p. 116 ; sur les conséquences sanitaires générales de l’exode et des expulsions, voir aussi K. J. Bade et J. Oltmer, Migration und Gesundheitspolitik: Flüchtlinge und Vertriebene in Niedersachsen 1945-1953, Gottingen, Vandenhoeck & Ruprecht Unipress, 2006.

18 Pour l’Est de la Basse-Saxe, voir Dieter Brosius et Angelika Hohenstein, Flüchtlinge im nordostlichen Niedersachsen, Hildesheim, Lax, 1985 ; D. von der Brelie-Lewien, „Dann kamen die Flüchtlinge Der Wandel des Landkreises Fallingbostel vom Rüstungszentrum im „Dritten Reich“ zur Flüchtlingshochburg nach dem Zweiten Weltkrieg, Hildesheim, Lax, 1990 ; Martina Krug et Karin Mundhenke, Flüchtlinge im Raum Hannover und in der Stadt Hameln, Hildesheim, Lax, 1988 ; Andreas Ehrhardt, „Wie lastige Ausländer...” Flüchtlinge und Vertriebene in Salzgitter 1945-1953, Salzgitter, Arbeitskreis Stadtgeschichte, 1991 ; pour l’Ouest de la Basse-Saxe, voir B. Parisius, « Auf der Suche nach Nischen. Flüchtlinge und Vertriebene im westlichen Niedersachsen », Niedersachsisches Jahrbuch für Landesgeschichte, no 77, 2005, p. 109-130 ; Annette Wilbers-Noetzel, Die wolmräumliche und wirtschaftliche Eingliederung der Flüchtlinge und Vertriebenen im Emsland nach 1945, Sogel, Emsländischer Heimatbund, 2004 ; Michael Hirschfeld, Katholisches Milieu und Vertriebene. Eine Fallstudie am Beispiel des Oldenburger Landes 1945-1965, Cologne, Bohlau, 2002 ; Andreas von Seggern, „Grossstadt wider Willen“. Zur Geschichte der Aufnahme und Integration von Flüchtlingen und Vertriebenen in der Stadt Oldenburg nach 1944, Münster, Lit, 1997 ; Lioba Meyer (dir.), Zuhause war anderswo. Flüchtlinge und Vertriebene in Oldenburg, Oldenbourg, Isensee, 1997 ; Heike Düselder, « “Heimat, das ist nicht nur Land und Landschaft”. Flüchtlinge und Vertriebene im Land Oldenburg », dans Albrecht Eckhardt (dir), Oldenburg um 1950. Eine nordwestdeutsche Region im ersten Nachkriegsjahrzehnt, Oldenbourg, Isensee, 2000, p. 57-80 ; Norbert Baha, Wiederaufbau und Integration. Die Stadt Delmenhorst nach 1945. Eine Fallstudie zur Problematik von Stadtentwicklung und Vertriebeneneingliederung, Delmenhorst, Reick, 1983 ; Uwe Weiher, Die Eingliederung der Flüchtlinge und Vertriebenen in Bremerhaven 1945-1960, Bremerhaven, Stadtarchiv Bremerhaven, 1992.

19 Pour le détail, voir Niedersachsen und das Flüchtlingsproblem, cahier no 2 : Tabellenteil Hanovre, Ministerium für Flüchtlinge, Vertriebene und Kriegsgeschädigte, « Veröffentlichungen des Niedersächsischen Amtes für Landesplanung und Statistik, Collection F, t. 6 », 1950 ; P. Marschalck, art. cité, p. 47 et suiv.; A. Wennemann, art. cité, p. 86 et suiv.; Hans Joachim Malecki, « Die Heimatvertriebenen in Niedersachsen », dans Niedersachsen und das Flüchtlingsproblem 2e éd., Hanovre, « Veröffentlichungen des Niedersächsischen Amtes für Landesplanung und Statistik, Collection F, t. 6, Cahier no 1 », 1951, p. 13-18 ; H. Kollai, op. cit.

20 Elisabeth Pfeil, « Die berufliche und soziale Eingliederung der Heimatvertriebenen in Niedersachsen », Niedersachsen und das Flüchtlingsproblem, cahier no 3 : Aufbau aus eigener Kraft, Hanovre, Niedersächsisches Amt für Landesplanung und Statistik, 1951, p. 7-26, ici p. 7.

21 Sur les possibilités de choix du lieu de destination par les réfugiés et les expulsés, voir B. Parisius, « Auf der Suche nach Nischen », art. cité ; B. Parisius, Viele suchten sich ihre neue Heimat selbst, op. cit., chap, III et VI.

22 H. J. Malecki, op. cit, p. 13.

23 B. Parisius, Viele suchten sich ihre neue Heimat selbst, op. cit. Pour un exemple d’espace catholique, voir M. Hirschfeld, op. cit. ; voir aussi Ellen Ueberschär (dir.), Vertreibung und Ankunft in Niedersachsen. Ein Kapitel Kirchengeschichte, Loccum, Evangelische Akademie, 2005.

24 R. Schulze, « Ansprüche », op. cit., p. 266.

25 D. von der Brelie-Lewien, « Flüchtlinge in einer ländlichen Region – Aspekte des Strukturwandels zwischen, Drittem Reich’und Nachkriegszeit », dans Niedersachsen nach 1945. Gesellschaftliche Umbrüche, Reorganisationsprozesse, sozialer und okonomischer Strukturwandel, Hanovre, Niedersächsische Landeszentrale für politische Bildung, 1995, p. 110-151, ici p. 143 et suiv.

26 Sur les importantes différences régionales (taux élevés à l’Ouest, bas à l’Est de la Basse-Saxe), voir B. Parisius, « “... und ahnten, dass hier die Welt zu Ende ist. ” Aufnahme und Integration von Flüchtlingen und Vertriebenenim Westen Niedersachsens », dans K. J. Bade et J. Oltmer (dir.), Zuwanderung, op. cit., p. 37-68, ici p. 54.

27 R. Schulze, « Ansprüche », op. cit., p. 266.

28 Niedersachsen und das Flüchtlingsproblem, cahier no 4 : Not und Hilfe, op. cit., p. 8.

29 B. Parisius, « Aufnahme... », op. cit., p. 58.

30 Paul Lüttinger, Integration der Vertriebenen : eine empirische Analyse, Francfortsur-le-Main, Campus, 1989.

31 H. Kollai, op. cit., p. 93. Pour un exemple d’intégration des réfugiés et expulsés dans les entreprises, voir Monika Uliczka, Berufsbiographie und Flüchtlingsschicksal : VW-Arbeiter in der Nachkriegszeit, Hanovre, Hahn, 1993.

32 Sur la question non abordée ici de la participation politique des réfugiés et expulsés, voir Helga Grebing, Flüchtlinge und Parteien in Niedersachsen. Eine Untersuchung der politischen Meinungs-und Willensbildungsprozesse während der ersten Nachkriegszeit 1945-1952/53, Hanovre, Hahn, 1990.

33 Peter Lüttinger, « Integration der Vertriebenen, Der Mythos der schnellen Integration. Eine empirische Untersuchung der Integration der Vertriebenen und Flüchtlinge in der Bundesrepublik Deutschland bis 1971 », Zeitschrift für Soziologie, no 15, 1986, p. 20-36.

Table des illustrations

Légende Figure no 66 – Des réfugiés arrivent à la gare de Hanovre, vers 1948.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5346/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Légende Source : Niedersächsisches Landesamt für Statistik.Figure no 67 – Évolution démographique dans l’espace bas-saxon et part des réfugiés et expulsés, 1939 et 1946-1955.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5346/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre Tableau no 3 – Population d’ensemble et réfugiés/expulsés sur le territoire de la RFA et dans l’espace bas-saxon, 1939 et 1950.
Légende Source : Siegfried Bethlehem, Heimatvertreibung. DDR-Flucht, Gastarbeiterzuwanderung. Wanderungsströme und Wanderungspolitik in der Bundesrepublik Deutschland, Stuttgart, Klett- Cotta, 1982, p. 36.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5346/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Figure no 68 – Les régions d’origine des réfugiés et expulsés en Basse-Saxe.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5346/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à l’université d’Osnabrück, est membre du comité directeur de l’Institut de recherche sur les migrations et d’études interculturelles (IMIS) de l’université d’Osnabrück et coéditeur des Studien zur Historischen Migrationsforschung. Il est l’auteur de nombreuses publications sur l’histoire des migrations en Europe : Enzyklopadie Migration in Europa vom 17. Jahrhundert bis zur Gegenwart (avec Klaus J. Bade, Pieter C. Emmer et Leo Lucassen), Paderborn-Munich, Ferdinand Schoningh – Wilhelm Fink, 2007 [The Encyclopedia of Migration and Minorities in Europe: From the 17th Century to the Present, Cambridge-New York, Cambridge University Press, 2011]; Migration im 19. und 20. Jahrhundert, Munich, Oldenbourg-Wissenschaftsverlag, 2010 ; (dir., avec Alex Kreienbrink et Carlos Sanz Diaz), Das „Gastarbeiter“ - System. Arbeitsmigration und ihre Folgen in der Bundesrepublik Deutschland und Westeuropa, Munich, Oldenbourg-Wissenschaftsverlag, 2012 ; (dir.), Nationalsozialistisches Migrationsregime und „Volksgemeinschaft“, Paderborn, Ferdinand Schoningh, 2012 ; Globale Migration. Geschichte und Gegenwart, Munich, C. H. Beck, 2012. Et plus particulièrement sur les réfugiés et expulsés allemands en Basse-Saxe: Zuwanderung und Integration in Niedersachsen seit dem Zweiten Weltkrieg (avec K. J. Bade), Osnabrück, Universitätsverlag Rasch, 2002.

Corinne Bouillot (Traducteur)

Maître de conférences en études germaniques à l’université de Rouen, est agrégée d’allemand et auteure d’une thèse de doctorat d’histoire contemporaine intitulée De la genèse du mouvement des femmes est-allemandes à l’encadrement des femmes par le pouvoir. De l’occupation soviétique à l’État socialiste 1945-1952 (Lille, Septentrion, 1996). Ses domaines de recherche ont d’abord été les études de genre dans l’Allemagne de l’après seconde guerre mondiale, et elle a publié, en collaboration avec Paul Pasteur, Femmes, féminismes et socialismes dans l’espace germanophone depuis 1945 (Paris, Belin, 2005). Ses recherches et publications plus récentes portent sur les mémoires et politiques mémorielles en Allemagne (immédiat après-guerre, RDA) et les représentations, en France et en Allemagne, des destructions et des reconstructions. À paraître en allemand sur le sujet du présent ouvrage : « Wiederaufbau-Regionen in Europa : Normandie und Nierdersachsen im Vergleich », dans G. WagnerKyora (dir.), Wiederaufbau der Stadte : Europa seit 1945 / Rebuilding European Cities : Reconstruction-policy since 1945, Stuttgart, Franz Steiner, « Beiträge zur Stadtgeschichte und Urbanisierungsforschung », 2013.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540