Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Reconstruction en Normandie et en Basse-Saxe après la seconde guerre mondiale

 | 
Corinne Bouillot

Troisième partie. Questions sociales et constructions identitaires

Chapitre 13. Grandir dans un quartier insalubre de Rouen : quelles perspectives après guerre ?

Sophie Victorien

Résumé

La zone Est de Rouen, et plus particulièrement le quartier de la Croix-de-Pierre, souffre jusqu’à sa réhabilitation dans les années 1970 d’une réputation des plus défavorables. Les logements insalubres et surpeuplés, l’alcoolisme et la délinquance semblent en être les principales caractéristiques. Ces traits particuliers lui conférant une image de ghetto sont développés entre autres dans l’ouvrage de Michel Quoist La Ville et l’homme. Étude sociologique d’un secteur prolétarien publié en 1952, illustré des photographies d’Henri Salesse réalisées dans le cadre de l’enquête du ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme. En s’appuyant notamment sur les témoignages oraux d’anciens habitants, sur des articles de la presse locale et sur les archives des associations chargées des mineurs délinquants et en danger de la région, cette contribution évoque le quotidien des familles et des jeunes de ce quartier populaire, représentatif de cette période de l’après-guerre.

Texte intégral

  • 1 Michel Quoist, La Ville et l’homme. Étude sociologique d’un secteur prolétarien, Paris, Éditions o (...)
  • 2 Isabelle Astier et Jean-François Laé, « La notion de communauté dans les enquêtes sociales sur l’h (...)
  • 3 Ibid., p. 83.
  • 4 Les clichés photographiques d’Henri Salesse ont fait l’objet d’une exposition organisée par le Pôl (...)

1 La zone Est de Rouen, et plus particulièrement le quartier de la Croix-de-Pierre, souffre jusqu’à sa réhabilitation dans les années 1970 d’une réputation des plus défavorables. Les logements insalubres et surpeuplés, l’alcoolisme et la délinquance semblent en être les principales caractéristiques. Ces traits particuliers lui conférant une image de ghetto sont développés entre autres dans l’ouvrage publié en 1952 par Michel Quoist, prêtre et écrivain français né au Havre1 (1921-1997). Son « étude sociologique d’un secteur prolétarien » a été menée pendant l’été 1948 et complétée en 19492. Cette thèse soutenue à l’institut catholique de Paris s’inscrit dans le mouvement des « enquêtes sociales des années 1940-1955 concernant l’ouvrier et son logement et menées dans la mouvance d’Économie et humanisme3. » Michel Quoist a bénéficié de l’aide du ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme (MRU) qui lui a fourni des graphiques et des photographies réalisées en 1951 par Henri Salesse4. Ces enquêtes soulignent la question récurrente du problème de l’habitat qui devient plus aiguë après la seconde guerre mondiale :

  • 5 M. Quoist, op. cit, p. 55-56.

Il y a en France un très grave problème de l’habitat, trop vaste pour être envisagé ici dans son ensemble ; il a été aggravé par la concentration urbaine [...], par la paralysie de la construction pendant les trente dernières années, et par les nombreuses destructions de la guerre5.

  • 6 Danièle Voldman, La Reconstruction des villes françaises de 1940 à 1954. Histoire d’une politique,(...)
  • 7 Michel Pigenet, Bernard Garnier (dir.), Les Victimes civiles des bombardements en Haute-Normandie (...)

2Danièle Voldman précise en effet que la Seine-Inférieure fait partie des départements les plus touchés par les destructions liées aux bombardements6. Plus particulièrement, la ville de Rouen, entre autres, doit reconstruire un quart des logements et compte 40 000 sinistrés7. Cette situation ne laisse pas indifférents plusieurs acteurs locaux qui, chacun dans leur domaine, tentent de lutter contre le « fléau » des taudis, comme Action d’urgence contre le taudis ou le club de prévention implanté en plein cœur du quartier de la Croix-de-Pierre. En nous appuyant également sur des articles de la presse locale et sur les archives des associations chargées des mineurs délinquants et en danger de la région, nous allons donc tenter de pénétrer dans le quotidien des familles et des jeunes de ce quartier populaire, représentatif de cette période des années d’après-guerre.

Un quartier marqué par l’insalubrité

Une forte empreinte du milieu ouvrier et docker

  • 8 M. Quoist, op. cit., p. 145.

3L’étude de Michel Quoist sur la composition socioprofessionnelle du quartier de la Croix-de-Pierre insiste sur le caractère ouvrier et pauvre de sa population. Les habitants appartiennent pour beaucoup, si l’on reprend les termes qui les ont longtemps désignés, au prolétariat voire au lumpenprolétariat, car 54,2 % d’entre eux sont des ouvriers8. En 1954, le recensement de l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) précise à ce propos que 29,7 % sont des ouvriers non qualifiés. Mais ce qui caractérise également le quartier est la forte présence des dockers : sur les 1 233 dockers du port de Rouen, 665 habitent dans la zone Est de la ville. Ils ont d’ailleurs leurs cafés où ils constituent leurs équipes de travail et se détendent après avoir touché leur salaire et leurs indemnités, comme le bar « Au retour du 112 » dont le nom fait référence à l’adresse du bureau de paie hebdomadaire du port de Rouen situé sur l’avenue du Mont-Riboudet.

4Les rues de la Croix-de-Pierre sont en effet jalonnées par les lieux de boissons, cafés, marchands de vin et cidreries. Dans un courrier adressé dans les années 1970 au quotidien régional, un ancien habitant livre de manière très vivante ses souvenirs du quartier, en insistant sur son caractère populaire et la sociabilité particulière qui unit ses habitants :

  • 9 Paris-Normandie, le 9 avril 1977.

La Croix-de-Pierre, c’était aussi la « Renaisse » [le cinéma du quartier] que l’on appela « le Vox » un peu plus tard. C’était ses bistrots, troquets, près de cinquante de Saint-Vivien à Saint-Hilaire. C’était Marcel et son gros rouge que les clochards venaient acheter dans une boîte de conserve qu’ils vidaient allègrement à l’ombre de la rue du Colonel-Trupelle. La Croix-de-Pierre, c’était tout un monde de dockers, maçons, terrassiers, laveuses, femmes de ménages [...] Certes, le chapeau claque, le melon et la redingote, n’étaient pas toujours regardés d’un bon œil et il ne fallait pas trop parader mais nos vieux pouvaient s’y promener sans craindre pour leur sac à main ou leur porte-monnaie9.

5De plus, à la lecture des enquêtes qui se succèdent sur ce quartier, et qui s’attachent à appréhender les conditions de vie des habitants, une constante règne : la précarité des conditions de logement des familles.

Des conditions de vie précaires

  • 10 M. Quoist, op. cit., p. 60.
  • 11 Jean-Marie Cipolat-Gotet, « La gestion des immeubles dangereux à Rouen dans les années 1950-1960 » (...)

6Michel Quoist présente ainsi dans son étude une enquête menée par les services municipaux sur les immeubles insalubres de la zone Est de Rouen. Cette étude a classé les immeubles en deux catégories : les immeubles en mauvais état – « les maisons qui exigent de très graves et de très urgentes réparations » – et les immeubles en très mauvais état – les maisons à abattre. Cette enquête a repéré à l’intérieur du secteur Est de Rouen, sur les 2 410 immeubles recensés, 607 immeubles en mauvais état (25,19 %) et 132 en très mauvais état10 (5,45 %). Dès lors, la presse locale dénonce les problèmes des taudis et les accidents inhérents au mauvais état des habitations anciennes11. Un article de Roger Parment paru en 1952 illustre cette inquiétude récurrente vis-à-vis des immeubles vétustes de Rouen :

  • 12 Bibliothèque municipale de Rouen, fichier AZ « Taudis ».

Encore un immeuble qui menace ruine et ce n’est pas le dernier. Voici l’hiver tueur de vieilles maisons.
Un immeuble menaçait de s’effondrer, hier soir, 13, rue d’Amiens. Un morceau de toit ou de mur, les deux peut-être, se balançait comme une loque. Les étages ont le gros ventre. Les pans de bois éclatent comme des outres. Des gens se mettent aux fenêtres sans carreaux pour vous dire : « On ne paie plus de loyer12 » [...]

7Michel Quoist met en avant également les problèmes de distribution de l’eau, très présents dans ce quartier : Sur les 2 233 maisons étudiées – le nombre d’immeubles recensés est variable selon les statistiques –, plus de 1 300 ne disposent pas de l’eau courante. En 1954, le recensement de l’INSEE confirme cet état des lieux puisque selon cette étude, moins de la moitié des logements ont l’eau courante, un cinquième seulement est équipé de WC particuliers, un logement sur dix de baignoires, douches ou lavabos. Dès lors, 47 % des familles de la zone Est de Rouen disposent d’un logement qualifié de médiocre et 24 % de taudis.

  • 13 Céline Conseil, Village Croix-de-Pierre, étude de la sociabilité darts un quartier rouennais, mémo (...)

8Toujours selon le recensement de 1954, 17,4 % des logements du secteur sont en état de surpeuplement contre 14,4 % pour l’ensemble de Rouen. Ce surpeuplement s’est certes accentué avec les bombardements, mais celui-ci n’est pas récent, car le quartier a dû accueillir très tôt, après les ouvriers de l’industrie cotonnière, un afflux de dockers, maçons et terrassiers logeant à proximité du port, de la gare de Martainville et des chantiers13.

  • 14 M. Quoist, op. cit., p. 57.
  • 15 Ibid., p. 58.
  • 16 Ibid., p. 64-65.

9À ce propos, Michel Quoist explique qu’« on estime qu’un logement est insuffisant quand il abrite plus d’une personne par pièce14 ». Or la taille des foyers est ici très importante : en moyenne, plus de quatre familles sur dix ont cinq enfants et plus. Selon son enquête menée auprès des ménages ayant au moins deux enfants, 72,70 % des familles du secteur sont mal logées. Il précise même que 30,70 % d’entre elles vivent dans une promiscuité qualifiée de « lamentable » – car il dénombre trois personnes et plus par pièce15. Cette impression est renforcée par les problèmes d’ameublement et notamment souvent la présence d’un seul lit par foyer16. Deux exemples semblent l’avoir particulièrement marqué :

  • 17 Ibid., p. 66.

Rue Saint-Hilaire, No X…, troisième étage. Un grenier. Trois ménages (33 à 35 ans maximum) dans une pièce. Un seul lit. [...]
Rue Cigogne-du-Mont, No X... au premier étage. Entrée par un couloir infect. Escalier sans rampe aux marches inégales réparées ça et là avec des planches de différentes grandeur et épaisseur... Le logement : une pièce et un minuscule cabinet ; ni eau, ni gaz, ni électricité. Là habitent une veuve qui n’a pas 40 ans, un « ami » divorcé de 60 ans avec ses enfants (2 garçons, 2 filles) dont la plus jeune a 16 ans ; un bébé de 19 mois, trois chats et un gros chien. Les quatre jeunes gens couchent pêle-mêle dans ce petit réduit17.

Figure no 63 – Rouen, 1951, photographie d’Henri Salesse.

10Selon Michel Quoist, les maisons manquent pour accueillir toute cette population et il y a trop de bâtiments sur un espace limité. Face à cette situation, plusieurs acteurs locaux et associations se penchent très tôt sur le problème des taudis et les solutions à apporter pour y remédier.

La lutte contre les taudis : moraliser les quartiers populaires

Un combat mené de longue date

11La lutte contre l’insalubrité, le surpeuplement et les conséquences morales des taudis n’est pas propre aux années qui suivent la seconde guerre mondiale, comme le souligne Yannick Marec :

  • 18 Y. Marec, Bienfaisance communale et protection sociale à Rouen (1796-1927), vol. 1, Paris, La Docu (...)

Dès les années 1880, le patronat de la région s’est en effet préoccupé de l’amélioration de l’habitat ouvrier. La lutte contre les taudis paraissait être une condition nécessaire pour éloigner l’ouvrier du cabaret, à la fois source d’appauvrissement moral et financier et lieu de réunions politiques18.

  • 19 Ingrid Stalin-Caron, De l’assistance à l’aide aux familles nombreuses à Rouen pendant l’entre-deux (...)
  • 20 I. Stalin-Caron, op. cit, p. 119.
  • 21 Fernand Le Picard, La Lutte contre le taudis à Rouen, Rouen, A. Desvages, 1926, p. 4.

12Dans la première moitié du XXe siècle, ce problème est à nouveau régulièrement soulevé notamment par les associations familialistes représentées à Rouen par le Dr André Cauchois (1880-1953), président de la Ligue des familles nombreuses de Rouen, soucieux de démographie et d’hygiène sociale, en particulier des conditions de vie et de logements des familles ouvrières et pauvres19. L’Association de la grande famille rouennaise est alors créée en 1912 pour venir en aide aux familles nombreuses par le biais de l’assainissement et la réparation d’immeubles dont les appartements sont loués à bas prix. En 1923, la population logée par la Grande Famille s’élève alors à 566 occupants répartis dans des immeubles situés rue Eau-de-Robec, rue du Quai-aux-Ours et rue des Capucins, dans l’ancien couvent des Ursulines qui regroupe 29 familles, soit 247 personnes. Cette dernière initiative est cependant beaucoup moins heureuse que les cités-jardins20 établies à la même époque au nord de Rouen – les Sapins, 92 logements – et près du jardin des Plantes – Trianon, 154 logements21 –, puisque rapidement, cet immeuble est appelé par les habitants du quartier la « cour des miracles ».

  • 22 Nadine-Josette Chaline, Des catholiques normands sous la Troisième République : crises, combats, r (...)
  • 23 Sur la lutte contre l’alcoolisme en Seine-Inférieure, voir Didier Nourrisson, Alcoolisme et antial (...)
  • 24 I. Stalin-Caron, op. cit., p. 110.

13Cet engagement dans la lutte contre les taudis se retrouve également au sein de la Jeune République, dont les membres sont pour beaucoup issus des Philippins, patronage fondé en 189322. Ces derniers se soucient de lutter contre les problèmes de logement dans les quartiers populaires et contre l’alcoolisme23, l’un et l’autre étant souvent associés. Ils produisent entre autres des enquêtes dont les résultats sont présentés notamment en 1925 à la foire Saint-Romain, place du Boulingrin, lors de l’exposition Rouen Taudis, à la suite de laquelle, en novembre 1925, un Comité d’action contre le taudis est créé et présidé par Charles Deschamps24 :

  • 25 N.-J. Chaline (dir.), Histoire des diocèses de France, Rouen-Le Havre, Paris, Édition Beauchesne, (...)

[...] Le groupe rouennais lance, en 1925, une vigoureuse campagne contre les taudis, fort nombreux dans la ville, avec publication d’une feuille intitulée Rouen... Taudis, antithèse de l’appellation connue « Rouen... Ville musée ». Pour frapper le grand public, on reproduit au milieu des stands de la foire Saint-Romain, un de ces taudis qui prolifèrent dans l’agglomération. Le nombre de visiteurs très élevé montre combien l’opinion fut émue. En même temps, une série de conférences expose aux Rouennais les conséquences sociales des taudis : mortalité infantile, alcoolisme, haine des classes, etc.25...

Action d’urgence contre le taudis s’organise après-guerre

  • 26 Action d’urgence contre le taudis est également à l’origine d’un film documentaire, Côté cour (195 (...)

14Ces actions se poursuivent après-guerre à Rouen comme au niveau national avec la Ligue nationale contre le taudis fondée en 1924. Les membres d’Action d’urgence contre le taudis (AUCT), créée à Rouen en 1954 et présidée par Jacques Ragu, sont très actifs. Ils organisent ainsi du 12 au 15 octobre 1954 la « Semaine des taudis », au cours de laquelle plusieurs animations sont proposées pour sensibiliser encore une fois la population au problème des taudis26. Des conférences rassemblant différents acteurs de cette cause sont proposées sur l’influence de l’alcool et les répercussions morales du taudis, thèmes chers à ce comité et à son président en particulier :

  • 27 Jacques Ragu, « Ce qui a été fait pour le vaincre, ce qui reste à faire à Rouen », dans Action d’u (...)

Ne pense-t-on pas qu’en supprimant le taudis on ferait de la prévention des maladies, de l’alcoolisme, de l’immoralité qui sont les conséquences directes de la situation faite aux mal logés ?
Il semble bien que la société forme un tout, qu'elle doit être solidaire et qu’à notre époque de progrès il est naturel que toutes les forces soient mises au service de ceux qui sont les plus faibles27.

15Ces conférences sont également l’occasion de faire appel à la générosité de la population en faveur d’Action d’urgence contre le taudis. Cette initiative est soutenue par l’abbé Pierre dont le célèbre appel du 1er février 1954 a suscité nombre d’initiatives individuelles :

  • 28 Appel de l’abbé Pierre prononcé sur les antennes de Radio-Luxembourg le 1er février 1954 (retransc (...)

Mes amis, au secours... Une femme vient de mourir gelée, cette nuit à trois heures, sur le trottoir du boulevard Sébastopol, serrant sur elle le papier par lequel, avant-hier, on l’avait expulsée... Chaque nuit, ils sont plus de deux mille recroquevillés sous le gel, sans toit, sans pain, plus d’un presque nu. Devant l’horreur, les cités d’urgence, ce n’est même plus assez urgent !
Écoutez-moi : en trois heures, deux premiers centres de dépannage viennent de se créer : l’un sous la tente au pied du Panthéon, rue de la Montagne-Sainte-Geneviève ; l’autre à Courbevoie. Ils regorgent déjà, il faut en ouvrir partout. Il faut que ce soir même, dans toutes les villes de France, dans chaque quartier de Paris, des pancartes s’accrochent sous une lumière dans la nuit, à la porte de lieux où il y ait couvertures, paille, soupe, et où l’on lise sous ce titre « Centre fraternel de dépannage », ces simples mots : « Toi qui souffres, qui que tu sois, entre, dors, mange, reprends espoir, ici on t’aime. »
La météo annonce un mois de gelées terribles. Tant que dure l'hiver, que ces centres subsistent, devant leurs frères mourant de misère, une seule opinion doit exister entre hommes : la volonté de rendre impossible que cela dure. Je vous prie, aimons-nous assez tout de suite pour faire cela. Que tant de douleur nous ait rendu cette chose merveilleuse : l’âme commune de la France. Merci ! Chacun de nous peut venir en aide aux « sans abri ». Il nous faut pour ce soir, et au plus tard pour demain : cinq mille couvertures, trois cents grandes tentes américaines, deux cents poêles catalytiques.
Déposez-les vite à l’hôtel Rochester, 92, rue de la Boétie. Rendez-vous des volontaires et des camions pour le ramassage, ce soir à 23 heures, devant la tente de la Montagne-Sainte-Geneviève. Grâce à vous, aucun homme, aucun gosse ne couchera ce soir sur l’asphalte ou sur les quais de Paris.
Merci28 !

  • 29 Paris-Normandie, 12 octobre 1954.

16L’abbé Pierre prononce le soir du 15 octobre, au théâtre-cirque de Rouen, un discours sur le « brûlant sujet du “Sauvetage” qui l’anime29 » où il dénonce encore une fois les carences de l’État et la nécessité que chacun se mobilise, utilisant ce ton si particulier qui le caractérise :

  • 30 Abbé Pierre, « La misère du monde, la misère des mal-logés... », dans Le Taudis à Rouen, op. cit.,(...)

Car dans un pays comme le nôtre il y a tout ce qu’il faut et plus qu’il faut pour que, si on le voulait, si on conduisait les choses avec courage et intelligence, ce soit impensable, que cela se produise chez nous. Il y a tout de même des choses qu’il faut savoir : l’année dernière, en 1954, l’Allemagne, seulement l’Allemagne de l’Ouest, je ne connais pas la statistique de l’autre côté, mais en tout cas l’Allemagne de l’Ouest a bâti plus de 500 000 logements pendant que nous, « les vainqueurs », nous n’avons pas été fichus d’en faire le quart. [...]
Nous en arrivons à croire que c’est la loi qui fait la vie. Ce n’est pas vrai : c’est la vie qui fait la loi. Quand la loi n’est plus d’accord avec les réalités de la vie, c’est à la loi de changer et non pas à l’homme30.

  • 31 Paris-Normandie, 16-17 octobre 1954.
  • 32 J. Ragu, art. cité, p. 11.
  • 33 Ibid., p. 16.

17Plus tôt dans l’après-midi, il a visité les premières réalisations d’Action d’urgence contre le taudis de Rouen. Outre les chiffonniers d’Emmaüs de l’île Lacroix, il a ainsi rencontré d’« anciens habitants des taudis » relogés dans la cité Madeleine-Carpentier où s’élèvent des petites maisons en « dur » ou en matériaux légers, à Petit-Quevilly, commune jouxtant Rouen31. En effet, afin de poursuivre son œuvre, Action d’urgence contre le taudis a mis en place rapidement la Société immobilière du logement d’urgence lui permettant de lancer un emprunt pour construire de nouveaux logements. Cette dernière « a réuni en moins de 6 mois, soit financièrement, soit par des apports de terrains, une valeur de plus de 24 millions de francs32 ». Ces dons émanent principalement de « collectivités » – caisse d’allocations familiales, chambre de commerce, chantiers de Normandie, chambre syndicale de la métallurgie, des produits chimiques, du bâtiment et groupement d’entreprises, comité de Saint – Maclou, Rotary Club, Syndicat cotonnier, comité Saint-Gervais, Ordre des médecins Saint-Luc, comité Saint-Joseph – mais également de particuliers33 – à l’instar de la généreuse bienfaitrice qui a offert le terrain de Petit-Quevilly.

18Outre la volonté première d’améliorer les conditions d’habitat des familles des quartiers populaires, il s’agit également, pour ces organisations, d’alerter la population sur les conséquences morales des taudis : l’alcoolisme, la promiscuité, et le manque d’encadrement des enfants qui, faute de place dans les logements, jouent dans la rue et échappent à la surveillance des parents et ce, malgré l’action des patronages qui leur proposent diverses activités sportives et culturelles. Les spécialistes de l’enfance dite inadaptée – délinquante et en danger moral – dénoncent régulièrement les carences des parents dans l’éducation des enfants, mais également les conditions d’habitat des taudis où l’apprentissage de la délinquance semble se faire très tôt.

Les moyens d’action pour lutter contre la délinquance

« Une chose est sûre, le quartier n’a pas bonne réputation »

  • 34 M. Quoist, op. cit., p. 91.

19La zone Est de Rouen est marquée de longue date par la délinquance et l’asociabilité agressive. Michel Quoist consacre dans son ouvrage un chapitre à ce sujet car « un fort groupe d’habitants du secteur sont des délinquants. Ils soulèvent des problèmes assez déterminés, ils influencent suffisamment l’atmosphère de ce secteur pour que nous lui consacrions une étude particulière34. » En effet, il estime que le taux des entrées des hommes à la maison d’arrêt de Rouen est de deux à trois fois supérieur par rapport au reste de l’arrondissement.

Figure no 64 – Rouen, 1951, photographie d’Henri Salesse.

  • 35 Entretien avec René Fromont, 12 juin 2007.

20De fait, ce secteur et en particulier celui de la Croix-de-Pierre est vu et vécu comme un ghetto où le « bourgeois » n’a pas sa place. Un ancien habitant, devenu champion de boxe puis éducateur en prévention spécialisée, se souvient et confirme cette image. Toutefois, les habitants sont très attachés à leur quartier. Ainsi, les bandes de jeunes – les Blousons noirs – n’hésitent pas à défendre leur territoire et à se battre contre les représentants des autres quartiers de Rouen35.

21L’apprentissage de la délinquance se fait au sein de la bande, mais aussi parfois au sein des familles dont les membres sont très fiers de la Croix-de-Pierre et de leur réputation de « durs ». Pendant longtemps, les bagarres, les vols mais aussi la prostitution sont donc loin d’être inconnus dans ce secteur :

  • 36 Paris-Normandie, 26 juillet 1988.

Une chose est sûre, le quartier n’a pas bonne réputation. [...]
La renommée de la Croix-de-Pierre ne date pas d’hier. Évoquant déjà ce nom avec un léger frisson, les anciens ne tarissaient pas de récits de bagarres ayant pour scène le carrefour constitué des rues des Capucins, Orbe et Saint-Vivien. Toute proche, la minuscule rue de Brutus ressemble à un coupe-gorge... Non ! une personne sérieuse ne devait pas fréquenter cet endroit36.

Une initiative originale : le club de prévention

22Ce quartier de Rouen est donc non seulement marqué par l’insalubrité mais aussi par un problème de délinquance suffisamment important pour inquiéter les acteurs locaux et être relayé dans la presse. C’est dans ces conditions qu’un club de prévention est implanté dans les années cinquante au cœur de la zone Est pour lutter contre la délinquance et en particulier la délinquance juvénile.

  • 37 Vincent Peyre et Françoise Têtard, Des éducateurs dans la rue. Histoire de la prévention spécialis (...)
  • 38 Le club de prévention du quartier Martainville à Rouen, 1963, p. 3 (archives privées).
  • 39 Sur les Blousons noirs, voir notamment Émile Copfermann, La Génération des Blousons noirs : problè (...)

23Cette association est l’œuvre de Bernard Emo qui est originaire du quartier. Ce jeune ouvrier d’une vingtaine d’années est en effet à l’origine de la prévention spécialisée à Rouen37. Il a créé un club de football et un club de boxe pour occuper les jeunes du quartier mais aussi canaliser leur violence. Alors qu’il arpente les rues du quartier, seul puis aidé par des bénévoles, pour régler les conflits ou rencontrer les jeunes pour les conseiller, il est ensuite contacté par le juge des enfants et crée avec son soutien en 1954 le comité près le tribunal pour enfants, qui officialise son activité de prévention au sein du quartier et lui permet de recruter des éducateurs, dont certains parmi les habitants de la Croix-de-Pierre38. En 1956, il ouvre un local, « la Baraque », érigé sur un terrain rue Eau-de-Robec où il propose aux jeunes mais aussi aux adultes diverses activités – billard, baby-foot, sport, bricolage, peinture, couture, cuisine, etc. Des camps de vacances sont également organisés soit pour les adolescents soit pour les familles qui, pour certaines, n’ont jamais quitté le quartier. Rapidement, la Baraque devient le lieu de rassemblement des jeunes. Un reportage sur les Blousons noirs en France, diffusé en 1960 au journal télévisé par la radio-télévision française39, met en avant l’action de ce club de prévention qui figure parmi les premiers en France :

  • 40 « Enquête sur la délinquance : les blousons noirs », 17 octobre 1960 (RTF).

Ce club de jeunes, il y en a quatre ou cinq en France, nous sommes allés le découvrir à Rouen dans un de ces quartiers où l’on osait à peine il y a quelques années s’aventurer la nuit tombée. Les jeunes du club, vous les entendez déjà [En fond sonore, un jeune chante « J’étais fou » de Johnny Hallyday]. Ils ont désormais leur maison où l’on joue, où l’on chante, où l’on chahute. Elle remplace la ruelle ou le bistrot. C’est la baraque ou si l’on préfère le « club des pigeons », c’est eux qui ont choisi le nom. Le terrain était municipal, les planchers, le ciment, les tuiles ont été subventionnés. Tout le reste, c’est leur œuvre, celle aussi et surtout de Bernard Emo, leur éducateur40.

  • 41 AREJ, La Réhabilitation des logements dans un quartier insalubre :« La Croix de Pierre » à Rouen, (...)

24Les éducateurs de la Baraque participent également aux efforts menés pour réhabiliter véritablement le quartier. En 1974, suite à la demande du ministère de l’Équipement, la ville de Rouen fait appel à l’Association rouennaise d’éducation de la jeunesse (AREJ) – nouveau nom de l’association depuis 1966 –, en lui demandant de produire une enquête sur les conditions d’habitat et de vie de la population de la Croix-de-Pierre. Publiée en 197541, cette enquête menée auprès de 250 ménages ne rencontre que peu d’échos auprès des élus locaux. Alors que la majorité de la population du quartier souhaite rester à la Croix-de-Pierre, les travaux engagés pour réhabiliter les immeubles et les maisons font que beaucoup d’entre eux sont obligés de déménager sans possibilité de revenir.

  • 42 C. Conseil, op. cit., p. 34.
  • 43 Voir Sophie Victorien, Jeunesses malheureuses, jeunesses dangereuses. L’éducation spécialisée en S (...)

25Il faut donc attendre la fin des années 1960 et le début des années 1970 pour assister à une véritable politique de réhabilitation du quartier alors que les démolitions entreprises avaient laissé des terrains vagues devenus à la fois aires de jeux et dépôts d’ordures. Il n’est maintenant « plus question de détruire pour remplacer par du neuf mais de restaurer ce qui reste et de construire dans les espaces libres42 ». Parallèlement, deux grands chantiers sont également entrepris dans le quartier qui est alors divisé en deux par le percement de l’avenue de la Porte-des-Champs, dont les travaux ont duré de 1967 à 1974 : celui du lycée Jeanne-d’Arc rue Saint-Geneviève-du-Mont, terminé en 1974 et celui, qui a débuté en 1973, du conservatoire de musique dont les locaux sont inaugurés en 1977 sur l’ancien emplacement de l’immeuble de la Grande Famille, rue des Capucins. Pendant les travaux, les habitants sont logés dans des immeubles de transit – dits « logements-tiroirs » – ou dans les HLM situées rive gauche et sur les hauteurs de Rouen. Une grande partie de la population ne reviendra pas à la Croix-de-Pierre, soit parce que les nouveaux appartements sont trop petits, soit parce que les cautions et les loyers sont désormais trop élevés pour les ménages modestes, ou enfin parce que face à la lenteur des travaux, des familles ont préféré aller habiter ailleurs. À la suite de ces opérations de réhabilitation des immeubles, on assiste non seulement à une modification de la composition socioprofessionnelle des habitants, mais ensuite à un déplacement ou à un renforcement des foyers de délinquance vers la périphérie de Rouen où fleurissent désormais les HLM43.

Figure no 65 – Rouen, 1951, photographie d’Henri Salesse.

  • 44 Paris-Normandie, 21 octobre 1982.
  • 45 Gustave Flaubert, Madame Bovary [1857], Paris, Le Livre de Poche, 1983, p. 42 : « La rivière, qui (...)

26Ainsi, le visage et l’image de ce quartier populaire marqué par le délabrement de ses habitations et par une certaine marginalité, changent notablement. Dès lors, un article du journal Paris-Normandie précise au début des années 1980 : « Il n’est plus le quartier de la Croix-de-Pierre, dont les multiples bagarres, règlements de compte, agressions et autres crimes ont longtemps défrayé la chronique, le quartier le plus mal famé de la ville44. » En effet, il n’est plus ce quartier décrit par Flaubert « comme une ignoble petite Venise45 ».

Notes

1 Michel Quoist, La Ville et l’homme. Étude sociologique d’un secteur prolétarien, Paris, Éditions ouvrières, 1952.

2 Isabelle Astier et Jean-François Laé, « La notion de communauté dans les enquêtes sociales sur l’habitat en France. Le groupe d’Économie et humanisme, 1940-1955 », Genèses, no 5,1991, p. 90.

3 Ibid., p. 83.

4 Les clichés photographiques d’Henri Salesse ont fait l’objet d’une exposition organisée par le Pôle image Haute-Normandie et ont été publiés dans l’ouvrage de Didier Mouchel, Henri Salesse : enquêtes photographiques, Rouen, 1951 et Petit-Quevilly, 1952, Plouha, GwinZegal, 2008.

5 M. Quoist, op. cit, p. 55-56.

6 Danièle Voldman, La Reconstruction des villes françaises de 1940 à 1954. Histoire d’une politique, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 350.

7 Michel Pigenet, Bernard Garnier (dir.), Les Victimes civiles des bombardements en Haute-Normandie 1939-1945 :1er janvier 1944-12 septembre 1944, Caen, CRHQ-IRED-La Mandragore, 1997.

8 M. Quoist, op. cit., p. 145.

9 Paris-Normandie, le 9 avril 1977.

10 M. Quoist, op. cit., p. 60.

11 Jean-Marie Cipolat-Gotet, « La gestion des immeubles dangereux à Rouen dans les années 1950-1960 », dans Yannick Marec (dir.), Villes en crises ? Les politiques municipales face aux pathologies urbaines (fin XVIIIe-fin XXe siècle), Grâne, Créaphis, 2005, p. 182-191.

12 Bibliothèque municipale de Rouen, fichier AZ « Taudis ».

13 Céline Conseil, Village Croix-de-Pierre, étude de la sociabilité darts un quartier rouennais, mémoire de maîtrise de sociologie urbaine, Liane Mozere (dir.), université de Rouen, 1996, p. 18.

14 M. Quoist, op. cit., p. 57.

15 Ibid., p. 58.

16 Ibid., p. 64-65.

17 Ibid., p. 66.

18 Y. Marec, Bienfaisance communale et protection sociale à Rouen (1796-1927), vol. 1, Paris, La Documentation française, 2002, p. 978.

19 Ingrid Stalin-Caron, De l’assistance à l’aide aux familles nombreuses à Rouen pendant l’entre-deux-guerres, Mémoires de la protection sociale en Normandie, hors-série no 1, décembre 2008, 244 p. ; Y. Marec (dir.), Les Hôpitaux de Rouen du Moyen Âge à nos jours. Dix siècles de protection sociale, Rouen, Éditions PTC, 2005, p. 95 et 155.

20 I. Stalin-Caron, op. cit, p. 119.

21 Fernand Le Picard, La Lutte contre le taudis à Rouen, Rouen, A. Desvages, 1926, p. 4.

22 Nadine-Josette Chaline, Des catholiques normands sous la Troisième République : crises, combats, renouveaux, Roanne-Le Coteau, Horvath, 1985, p. 120.

23 Sur la lutte contre l’alcoolisme en Seine-Inférieure, voir Didier Nourrisson, Alcoolisme et antialcoolisme en France sous la HT République : l’exemple de la Seine-Inférieure, Paris, La Documentation française, 1988, 2 vol. 

24 I. Stalin-Caron, op. cit., p. 110.

25 N.-J. Chaline (dir.), Histoire des diocèses de France, Rouen-Le Havre, Paris, Édition Beauchesne, 1976, p. 293.

26 Action d’urgence contre le taudis est également à l’origine d’un film documentaire, Côté cour (1950), réalisé par Claude Moignard et commenté par Yvon Hecht, journaliste à Paris-Normandie, destiné à sensibiliser la population à la question des taudis et en particulier de ce secteur Est de Rouen (Pôle image Haute-Normandie, collections de la Mémoire audiovisuelle). Voir annexe II.

27 Jacques Ragu, « Ce qui a été fait pour le vaincre, ce qui reste à faire à Rouen », dans Action d’urgence contre le taudis, Le Taudis à Rouen, Rouen, Imprimerie commerciale, 1954, p. 11.

28 Appel de l’abbé Pierre prononcé sur les antennes de Radio-Luxembourg le 1er février 1954 (retranscription disponible en ligne sur le site du Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale).

29 Paris-Normandie, 12 octobre 1954.

30 Abbé Pierre, « La misère du monde, la misère des mal-logés... », dans Le Taudis à Rouen, op. cit., p. 22-24.

31 Paris-Normandie, 16-17 octobre 1954.

32 J. Ragu, art. cité, p. 11.

33 Ibid., p. 16.

34 M. Quoist, op. cit., p. 91.

35 Entretien avec René Fromont, 12 juin 2007.

36 Paris-Normandie, 26 juillet 1988.

37 Vincent Peyre et Françoise Têtard, Des éducateurs dans la rue. Histoire de la prévention spécialisée, Paris, La Découverte, 2006, p. 71.

38 Le club de prévention du quartier Martainville à Rouen, 1963, p. 3 (archives privées).

39 Sur les Blousons noirs, voir notamment Émile Copfermann, La Génération des Blousons noirs : problèmes de la jeunesse française, Paris, Maspero, 1962, [rééd. : La Découverte, 2003] ; F. Têtard, « Le phénomène blouson noir en France. Fin des années 1950 – début des années 1960 », dans Révolte et société, t. II, Paris, Publications de la Sorbonne, 1989, p. 205-214.

40 « Enquête sur la délinquance : les blousons noirs », 17 octobre 1960 (RTF).

41 AREJ, La Réhabilitation des logements dans un quartier insalubre :« La Croix de Pierre » à Rouen, avril 1975 (archives privées).

42 C. Conseil, op. cit., p. 34.

43 Voir Sophie Victorien, Jeunesses malheureuses, jeunesses dangereuses. L’éducation spécialisée en Seine-Maritime, Rennes, PUR, 2011, p. 174.

44 Paris-Normandie, 21 octobre 1982.

45 Gustave Flaubert, Madame Bovary [1857], Paris, Le Livre de Poche, 1983, p. 42 : « La rivière, qui fait de ce quartier de Rouen comme une ignoble petite Venise, coulait en bas, sous lui, jaune, violette ou bleue, entre ses ponts et ses grilles. »

Table des illustrations

Légende Figure no 63 – Rouen, 1951, photographie d’Henri Salesse.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5344/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Légende Figure no 64 – Rouen, 1951, photographie d’Henri Salesse.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5344/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Légende Figure no 65 – Rouen, 1951, photographie d’Henri Salesse.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5344/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 306k

Auteur

Docteure en histoire contemporaine de l’université de Rouen, est chargée de recherche post-doctorale (ANR Sciencepeine, « Sciences, savoirs et exécution des peines en France au XXe siècle ») et secrétaire de rédaction de Criminocorpus. Auteure de Jeunesses malheureuses, jeunesses dangereuses. L’éducation spécialisée en Seine-Maritime depuis 1945, Rennes, PUR, 2011, elle a publié aussi : « L’inscription de la violence dans le corps des jeunes inadaptés de la Libération aux années 1980 », dans Frédéric Chauvaud (dir.), Corps saccagés. Une histoire des violences corporelles du siècle des Lumières à nos jours, Rennes, PUR, 2009, p. 151-162 ; « L’école de la rue dans le quartier de la Croix-de-Pierre à Rouen après la seconde guerre mondiale », dans Jean-Claude Caron, Annie Stora-Lamarre et Jean-Jacques Yvorel (dir.), Les Âmes mal nées : jeunesse et délinquance urbaine en France et en Europe (XIXe-XXe siècles), Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2008, p. 329-340 ; « Les J3 ausortir de la seconde guerre mondiale », dans Jean-Claude Vimont (dir.), Jeunes, déviances et identités, XVIIIe-XXe siècle, Rouen, PURH, 2005, p. 113-125.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540