Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Reconstruction en Normandie et en Basse-Saxe après la seconde guerre mondiale

 | 
Corinne Bouillot

Troisième partie. Questions sociales et constructions identitaires

Chapitre 12. Rôle des femmes et représentations sexuées dans la reconstruction matérielle et politique de la Basse-Saxe au lendemain de la seconde guerre mondiale

Corinne Bouillot

Résumé

Dans la situation d’urgence matérielle, les femmes ont revendiqué au lendemain de la guerre une participation accrue à la reconstruction également politique de l’Allemagne. La métaphore de la « maison » à reconstruire sur les ruines matérielles et morales du pays a contribué à forger le mythe des Trümmerfrauen, ces femmes déblayant les décombres dans les villes détruites, alors qu’en Basse-Saxe par exemple, l’emploi des femmes dans le bâtiment est resté très marginal. Néanmoins, c’est l’extension bien réelle des travaux domestiques au-delà de la sphère privée, dans les sociétés dites « de survie », qui a servi à légitimer l’engagement politique des femmes dans les domaines principalement sociaux comme l’aide aux sinistrés et réfugiés. Ainsi, quelques femmes bas-saxonnes ont pu jouer, dans l’immédiat après-guerre, un rôle politique de premier plan. Très vite pourtant, l’évolution des représentations sexuées a été caractérisée par un « retour à la normale » favorisé par le discours des femmes elles-mêmes selon lequel elles avaient dû remplacer provisoirement les hommes. Cette évolution est particulièrement visible dans l’image de la reconstruction « active » après le déblaiement des décombres et dans la politique du logement remettant la famille traditionnelle au cœur des représentations de la société.

Texte intégral

1 Une image forte, accompagnée d’une abondante documentation photographique, marque les représentations de la fin de la seconde guerre mondiale dans les villes allemandes détruites par les bombardements alliés : celle des Trümmerfrauen, ces femmes de tous âges et de toutes conditions qui déblaient les décombres en l’absence des hommes, posant ainsi les jalons de la reconstruction du pays après la défaite. Réalité matérielle ou mythe construit principalement dans les années 1980 par des féministes découvrant la souffrance et la « performance » oubliées de leurs aînées ? Métaphore désignant aussi l’engagement politique des femmes dans l’immédiat après-guerre, réel mais à dire vrai minoritaire et limité à certains secteurs ? En croisant sources d’archives, publications locales ou régionales des années 1980 et 1990, ainsi qu’une vision de cet engagement qui s’est affinée avec le temps, cette contribution se propose d’étudier la participation des femmes à la reconstruction matérielle et politique de la Basse-Saxe après 1945, ainsi que les discours genrés qui l’ont accompagnée – de la revendication d’une complémentarité entre les sexes et d’une nécessaire implication des femmes dans une situation d’urgence à la remasculinisation rapide des représentations de la société.

  • 1 « Frauen wollen helfen. Bildung eines Osnabrücker Frauenstadtausschusses », Osnabrücker Rundschau,(...)
  • 2 Voir entre autre Antje Dertinger, Frauen der ersten Stunde. Aus den Gründerjahren der Bundesrepubl (...)
  • 3 Nicole Kramer, « Ikone des Wiederaufbaus – Die, Trümmerfraü in der bundesdeutschen Erinnerungskult (...)
  • 4 Voir en particulier Ulla Wischermann, Elke Schüller et Ute Gerhard (dir.), Staatsbürgerinnen zwisc (...)

2Si de manière assez générale, le terme « reconstruction » désigne à la fois le relèvement matériel des villes détruites et le renouveau démocratique en Allemagne, c’est peut-être encore davantage dans la représentation des Trümmerfrauen que le parallèle entre les deux est établi, dans les revendications féminines de l’immédiat après-guerre ainsi que dans les constructions discursives élaborées ultérieurement. Dans un appel lancé le 3 juillet 1946 aux femmes d’Osnabrück pour que celles-ci s’engagent dans un « comité féminin municipal » (Frauenstadtausschuss), l’exhortation à apporter du secours dans les situations d’urgence en matière d’approvisionnement, de logement et de santé, ainsi qu’à renforcer l’influence des femmes dans la société s’accompagne d’une question rhétorique : « [Les femmes] ne doivent-elles pas [...] doublement ressentir l’obligation d’aider leurs sœurs à rendre plus habitable la maison de l’État1 ? » Des publications bien ultérieures consacrées aux « femmes de la première heure » reprennent la métaphore de la maison à reconstruire, soulignant que la population féminine a participé de manière décisive au déblaiement des ruines à la fois matérielles et morales du pays2. Dans une contribution récente, Nicole Kramer étudie les conditions de la construction du mythe des Trümmerfrauen3, qui s’est établi partiellement dans les années 1950, mais s’est surtout renforcé dans les années 1980, lorsque des historiennes du Nouveau Mouvement féministe ont commencé à interroger des femmes sur leur quotidien et leur engagement au lendemain de la seconde guerre mondiale. Dans le contexte d’un grand débat de société sur les pensions de retraite de cette génération, les Trümmerfrauen autodésignées se sont constituées à cette époque en une communauté mémorielle – ce qui masque en réalité la diversité des parcours biographiques et tend à héroïser le sacrifice des femmes qui auraient été collectivement davantage en rupture avec le nazisme que les hommes. La thèse de l’innocence des femmes a certes été relativisée par les travaux scientifiques depuis les années 1990, menées en particulier autour de l’historienne Ute Gerhard. De même, l’enthousiasme excessif sur un « nouveau départ » politique des femmes est retombé, cédant la place à la prise de conscience que seule une petite minorité de femmes pour la plupart déjà engagées pendant la république de Weimar avait été active politiquement4. Toutefois, le mythe est souvent repris jusqu’à aujourd’hui sans distance, y compris par la génération des enfants des Trümmerfrauen, ce qui nécessite à mon sens de poursuivre les recherches sur les réalités et les représentations de l’engagement des femmes dans les villes détruites.

  • 5 Voir sur cette question Christine von Oertzen et Almut Rietzschel, « Neuer Wein in alien Schläuche (...)
  • 6 Voir Susanne Knoblich, “Mit Frauenbewegung hat das nichts zu tun.” Gewerkschafterinnen in Niedersa (...)
  • 7 Kontrollratgesetz Nr. 32 : Beschäftigung von Frauen bei Bau-und Wiederaufbauarbeiten ; Anweisung z (...)
  • 8 Voir en particulier S. Knoblich, op. cit., p. 89.
  • 9 HStAO, Rep. 610 Os., no 71, courrier du 29 août 1947.
  • 10 Hauptsstaatsarchiv Hannover (HStAH), Nds. 300 ACC5/67, no 114.
  • 11 Voir aussi le témoignage oral correspondant dans la contribution de Thorsten Heese.
  • 12 Annette von Boetticher, Klaus Fesche, Rolf Kohlstedt et Christiane Schroder, Niedersachsen zwische (...)
  • 13 Stadtarchiv Hannover (StAH), Protokolle des Stadtrats, no 1, feuillets 102 et 137.
  • 14 Martina Jung et Martina Scheitenberger, “...den Kopf noch fest auf dem Hals”. Frauen in Hannover 1 (...)

3C’est tout d’abord la question de l’emploi des femmes dans le bâtiment, beaucoup discutée dans les premières années d’après-guerre dans les quatre zones d’occupation5, qui a contribué à forger l’image des Trümmerfrauen. Au sens restrictif, il s’agit de femmes ayant occupé temporairement un emploi rémunéré mais non qualifié dans le bâtiment suite à la levée de l’interdiction du travail féminin dans ce secteur, une décision prise par le Conseil de contrôle allié en juillet 1946 dans la situation d’urgence pour ne pas retarder la reconstruction. À côté des Soviétiques, les Britanniques et les Américains souhaitaient encourager le travail des femmes, y compris dans des secteurs traditionnellement masculins, mais ils se sont bien souvent heurtés à l’hostilité des administrations allemandes du travail qui se mettaient en place. Consensuelle était en revanche, y compris chez les syndicalistes des deux sexes6, l’idée que l’emploi des femmes dans le secteur du bâtiment était transitoire, rendu nécessaire par le manque de main d’œuvre masculine, et devait être limité à certaines tâches comme celles du tri et du nettoyage des matériaux de construction réutilisables7. Il semble que dans les villes détruites de Basse-Saxe, on ait eu peu recours, contrairement par exemple à Berlin ou à la Ruhr, à cet emploi des femmes8. Pour Osnabrück, un courrier adressé par le conseil du travail (Gewerberat) au ministre du Travail et de la Reconstruction fait état de seulement 13 femmes employées au déblaiement et à la fabrication de tuiles dans la ville en décembre 1946. Les raisons données pour expliquer ce nombre très faible sont le peu d’engouement des femmes elles-mêmes pour cette activité, la pénurie de chaussures et de vêtements adéquats, ainsi que la difficulté pour les entreprises à installer conformément à la réglementation prévue baraques de chantier et sanitaires séparés9. Ce qui correspond aux motifs également indiqués dans un compte rendu annuel de l’inspection du travail (Gewerbeaufsicht) de 1947 pour l’ensemble du Land, qui constate en outre que les entrepreneurs du bâtiment attendent peu de la rentabilité du travail des femmes dans ce secteur10. Toutefois, le courrier d’Osnabrück précédemment cité note qu’un nombre important de femmes ont été affectées à la reconstruction de leur propre entreprise avant la reprise d’activité, par exemple dans le secteur de la confection11. En outre, des femmes ont souvent été associées aux actions collectives de déblaiement encouragées ou ordonnées par les municipalités, comme à Brunswick en 194712. En revanche, à Hanovre, le conseil municipal décide en juillet 1946, sur proposition de sa commission « reconstruction » (Bauausschuss), de n’appeler dans un premier temps que la population masculine à participer au déblaiement des ruines, tout en se réservant la possibilité de recourir plus tard aux femmes – une question qui ne semble toutefois plus d’actualité dans les mois suivants13. Mais sont évoquées ailleurs, par exemple pour Hanovre et Osnabrück, des actions de déblaiement imposées à des femmes nazies comme mesure de « rééducation14 ».

  • 15 Pour les généralités, voir notamment Waltraut Both, « Zur sozialen und politischen Situation von F (...)
  • 16 C. Kollenberg, op. cit., p. 110.

4On ne peut toutefois pas s’en tenir à cette interprétation restrictive du travail des femmes en lien avec la destruction des villes, et il faut ajouter leur rôle dans les actions spontanées de remise en état des habitations, et plus généralement l’accroissement manifeste des tâches ménagères dans la situation de pénurie généralisée. Difficultés d’approvisionnement en produits de première nécessité pour l’alimentation, l’habillement et le chauffage, partage entre familles des logements de fortune et utilisation des équipements communautaires comme salles de couture et cuisines collectives transforment en réalité le travail domestique en une activité qui dépasse largement la sphère privée. Des femmes seules, veuves ou épouses de prisonniers de guerre, se regroupent aussi pour se répartir entre elles approvisionnement, travail rémunéré et garde des enfants. Le gros travail dit « de subsistance », qui inclut aussi le troc, les déplacements à la campagne pour se procurer ce qui manque à la ville, la culture maraîchère dans les parcs des villes, le recyclage des matériaux, le maintien de conditions d’hygiène minimales et la confection de repas à partir d’aliments de substitution, a généralement été bien décrit dans les publications locales ou régionales sur le rôle des femmes dans l’immédiat après-guerre, y compris pour quelques villes de Basse-Saxe15. Il est à noter que les femmes avaient commencé à faire cette expérience pendant les dernières années de guerre et qu’il n’y a ici pas davantage d’« heure zéro » que dans d’autres domaines. Après 1945, les Alliés comptaient sur ces activités de compensation réalisées en grande partie par des femmes pour maintenir la cohésion sociale, mais des manifestations de consommateurs et surtout de consommatrices contre les faibles rations alimentaires sont notées également pour les villes de Basse-Saxe, comme à Osnabrück encore en 194816.

Figure no 60 Des femmes d’Osnabrück reconstruisent leur entreprise, 1946 ou 1947.

  • 17 La carte dite « de la faim » (Hungerkarte).
  • 18 Voir M. Jung et M. Scheitenberger, op. cit., p. 30.
  • 19 Kontrollratgesetz Nr. 3 (Registrierung der in arbeitsfahigem Alter stehenden Bevolkerung), Arbeits (...)
  • 20 Emil Oft, « Bevölkerung und Erwerbstätigkeit in der britischen Zone », Arbeitsblatt..., op. cit., (...)
  • 21 Ibid., p. 200 : Dans cette zone, les femmes de 15 à 65 ans représentaient en 1946 56,9 % des perso (...)
  • 22 En 1948, la Basse-Saxe comptait encore 2,1 millions de femmes de 18 à 55 ans et 1,7 millions d’hom (...)
  • 23 Voir la contribution de Jochen Oltmer dans cet ouvrage.
  • 24 M. Tritz, op. cit., p. 90-92.
  • 25 Margarete-Brendgen, « Neue Wegeder Berufsberatung », Arbeitsblatt..., οp. cit., Cahier 10, octobre (...)

5Malgré son importance accrue pour l’organisation de la vie publique et privée, le travail domestique n’a pas été valorisé administrativement et socialement, et les femmes au foyer bénéficiaient par exemple de la carte de rationnement alimentaire la plus faible malgré la pénibilité de leurs tâches17. Il n’y a pas eu non plus de discussion sur une répartition de ce travail entre les sexes, et il allait de soi, y compris pour les femmes engagées politiquement, qu’il s’agissait là d’un « sacrifice » féminin imposé par la situation d’urgence. Quand les tâches domestiques accrues étaient prises en compte par les administrations, britanniques ou allemandes, c’était plutôt dans l’intérêt de la rentabilité du travail des hommes, qui devaient, eux, être productifs18. Ceci explique en partie que dans les zones d’occupation occidentales et en particulier en Basse-Saxe, on ait peu obligé les femmes à exercer une activité rémunérée, malgré l’enregistrement des personnes des deux sexes aptes au travail prévu par les directives alliées19, et que le taux de femmes actives soit finalement resté assez faible même dans l’immédiat après-guerre. Un compte rendu démographique pour la zone britannique fait état d’une forte régression du taux d’activité rémunérée des femmes entre 1939 et 1946, qui passe de 37,9 % à 27 % en Basse-Saxe20, pour ne remonter qu’ultérieurement. Le chiffre surprend d’autant plus que les femmes en âge de travailler constituaient une proportion très importante de la population allemande, entre autre en zone britannique21 et en particulier en Basse-Saxe22 du fait du pourcentage élevé de femmes parmi les réfugiés et expulsés des territoires de l’Est accueillis massivement dans ce Land23. Il est toutefois à noter qu’avant la réforme monétaire de 1948, le travail rémunéré n’était pas très rentable et que notamment beaucoup de femmes lui préféraient d’autres activités. En outre, les femmes réfugiées, surtout, connaissaient souvent une situation sanitaire qui ne leur permettait pas d’exercer un emploi. Néanmoins, l’analyse de ces données a suscité une réflexion sur la nécessité d’utiliser les femmes comme « réserve » de main d’œuvre destinée à « combler les manques dans les rangs des hommes », y compris dans les « formes non féminines de vie professionnelle24 ». Ce que l’on appelait sans distance l’« excédent » féminin de population a alimenté un discours sur la nécessité d’exercer une activité rémunérée pour le pourcentage de femmes « condamnées » à ne pas se marier ou « privées de celui qui assurait leur subsistance25 ».

  • 26 Sur les points communs entre ces comités dans toutes les zones et leur évolution, voir C. Bouillot (...)

6Ce discours sur une situation que les femmes n’avaient pas elles-mêmes voulue a constitué aussi le point de départ des représentations sur l’engagement politique des femmes. La volonté d’une minorité active de femmes allemandes, pour la plupart déjà politisées sous la république de Weimar, de participer à la reconstruction démocratique dans la situation de rupture que représentaient l’effondrement du nazisme et la défaite s’est très tôt exprimée dans la création de « comités féminins » (Frauenausschüsse). Ceux-ci sont apparus dans la plupart des villes des quatre zones d’occupation, plus ou moins spontanément, mais le plus souvent avec le soutien des occupants26. Définis comme représentations des intérêts des femmes, ils ont largement revendiqué une coopération qui devait associer des femmes de tous les partis politiques ainsi que des femmes sans étiquette, en particulier pour surmonter la difficile situation matérielle de l’après-guerre. À côté de ce qu’elles considéraient comme un échec des « politiques masculines » ayant mené à la guerre et du combat pour reconquérir leurs droits perdus, c’est en effet avant tout l’idée qu’il fallait réorganiser le quotidien, en particulier dans les villes détruites, qui a prévalu dans la constitution de ces comités qui s’inscrivaient dans le prolongement d’un engagement pour la « survie » que bien des femmes, revendiquant leur expérience de « ménagères », considéraient comme leur domaine de prédilection.

  • 27 Sur les « communautés de travail » (Arbeitsgemeinschaften) féminines d’Oldenbourg et de Brunswick, (...)
  • 28 Sur le CdF, voir en particulier Barbara Henicz et Margrit Hirschfeld, « Der Club deutscher Frauen (...)
  • 29 Sur son parcours, voir Clemens Barbel, « Theanolte Bähnisch (1899-1973) – Wir Frauen müssen ein kl (...)
  • 30 « Eine Friedensfront der Frauen », Neuer Hannoverscher Kurier, 21 juin 1946.
  • 31 Bundesarchiv, Stiftung Parteien und Massenorganisationen der DDR (SAPMO BArch), fonds Elfriede Pau (...)
  • 32 Sur ce point, voir M. Jung et M. Scheitenberger, op. cit., p. 141-142.
  • 33 Voir en particulier T. Bähnisch, « Vom Wiederaufbau der Frauenarbeit nach dem Zusammenbruch », Mad (...)
  • 34 Mais au-delà de cette division, c’est la question problématique des femmes supposées moins formées (...)

7L’existence de comités ou associations de femmes créés dans les villes des zones occidentales, généralement à partir de 1946, est avérée en Basse-Saxe au moins pour Hanovre, Osnabrück, Brunswick et Oldenbourg. Ceux pour lesquels on dispose de quelques informations sont le « club de femmes allemandes de Hanovre » (Club deutscher Frauen in Hannover, CdF) et le « comité municipal pluripartite des femmes d’Osnabrück » (überparteilicher Stadtfrauenausschuss Osnabrück) créés tous deux au cours de l’été 1946, respectivement par la sociale-démocrate Theanolte Bähnisch et par la communiste Frida Schäfer27. Le premier28 est d’autant plus important qu’il contient en germe une évolution qui aboutit à la constitution de la première fédération d’associations de femmes de la RFA, le Deutscher Frauenring, en 1949, après l’étape intermédiaire de sa création pour toute la zone britannique dès 1947. Cette évolution se fait toujours sous l’impulsion de la juriste Theanolte Bähnisch (1899-1973), membre d’un réseau de résistants sous le nazisme, femme influente puisqu’elle jouit de la confiance du gouvernement britannique et des organisations de femmes anglaises et est devenue présidente du district de Hanovre (Regierungspräsidentin) sur proposition du ministre-président Heinrich Wilhelm Kopf dès 194629. Lors de la première manifestation publique du CdF, Bähnisch évoque la « force » qui a permis aux femmes de supporter les nuits de bombardements, les a incitées à continuer à vivre et qu’il s’agit désormais de « mobiliser pour la reconstruction dans tous les domaines30 ». Le CdF revendique au moment de sa création d’être le « gardien d’une paix future durable », d’« apaiser la détresse matérielle et morale de [l'] époque en particulier par l’assistance de femme à femme », de renforcer l’influence des femmes en s’opposant à la déshumanisation de la société et d’œuvrer pour le rétablissement de la vie familiale et d’un sentiment national sain31. On retrouve là, en particulier, l’idée d’un engagement des femmes pour la paix vu comme une mission « maternelle naturelle », telle qu’on la rencontre dans toutes les zones d’occupation à l’époque. L’organisation des femmes de la zone soviétique plaçant cette lutte pacifiste au premier plan de ses objectifs, cette revendication se fait toutefois plus discrète à l’Ouest dès les débuts de la guerre froide. C’est ce qui explique aussi le discrédit jeté rapidement sur une autre organisation de femmes qui se réorganise en 1946 à Hanovre, la Ligue féminine internationale pour la paix et la liberté (Internationale Frauenliga für Frieden und Freiheit32). Pour Theanolte Bàhnisch, qui, quoique sociale-démocrate, s’oriente vers les représentations de l’ancien mouvement féminin bourgeois d’avant 1933, l’objectif prioritaire du CdF était d’ailleurs d’éduquer les femmes comme citoyennes, et de les préparer ainsi à reconnaître le danger communiste33 – une évolution qui a contribué à la rupture définitive entre les mouvements de femmes à l’Ouest et à l’Est34.

  • 35 SAPMO BArch, NY4429/28, lettre du CdF du 25 octobre 1946.
  • 36 StAH, HR3, no 234, lettre du 27 août 1946.
  • 37 HStAO, Dep. 3b XV, no 42, Stadtchronik, 2 juillet 1946 et « Frauen wollen helfen », Osnabrücker Ru (...)
  • 38 Voir les quelques éléments biographiques dans H. Schroeder (dir.), Sophie & Co., op. cit., p. 249- (...)
  • 39 Cité par B. Henicz et M. Hirschfeld, op. cit., p. 128.
  • 40 Cité d’après M. Jung et M. Scheitenberger, op. cit., p. 110.
  • 41 Sur son activité ministérielle, voir ci-dessous.
  • 42 Cette politique, particulièrement soutenue à l’Est par l’occupant, doit convaincre les femmes de s (...)
  • 43 « Eine Friedensfront... », op. cit. Voir aussi son discours non daté (1946 ?) sur cette nécessité (...)
  • 44 HStAO, Dep. 3c, no 964 (Kreiswohlfahrtausschuss 1945-1946), courrier du 21 août 1946.
  • 45 Voir quelques comptes rendus intéressants, pour l’histoire de la division du mouvement des femmes, (...)
  • 46 46. Voir les différents discours d’E. Paul, comme celui cité dans la note 43, ainsi qu’un exposé d (...)
  • 47 Voir Christl Wickert, Zwischen Familie und Parlament : sozialdemokratische Frauenarbeit in Südnied (...)
  • 48 Voir Cordulia Tollmien, « “Frauen dieser Art mochte ich nicht missen.” Sophie Charlotte Werzeiko ( (...)
  • 49 M. Jung et M. Scheitenberger, op. cit., p. 67 (dans un chapitre consacré à l’AWO à Hanovre).

8Pourtant, le travail « au-dessus des partis » a constitué une réalité dans l’immédiat après-guerre, et divers documents font état de revendications communes de femmes de différents partis et associations caritatives adressées à l’occupant, comme un courrier demandant le retour des prisonniers de guerre35 ou encore une pétition concernant l’approvisionnement en combustible à Hanovre et précisant qu’on ne peut pas « éduquer les femmes politiquement et démocratiquement si leurs familles et leurs enfants ont faim et froid36 ». Le caractère pluripartite, y compris dans la direction, est avéré pour le comité féminin d’Osnabrück37 ainsi que pour le CdF, au moins dans ses débuts. Parmi les membres dirigeants de ce dernier, on note la présence de l’enseignante libérale et ancienne du mouvement féminin bourgeois Anna Mosolf38 (1895-1974), qui en appelle à un renforcement de « l’élément féminin » en politique pour « dépasser la crise de l’humanité39 », et considère que « la seule chose qui reste une force ordonnatrice dans notre chaos est le rapport entre mère et enfant », future base de la reconstruction40. Mais fait également partie de la direction du CdF la médecin communiste Elfriede Paul (1900-1981), largement oubliée aujourd’hui en Basse-Saxe, alors qu’elle a pourtant été, avec Martha Fuchs pour Brunswick, une des deux seules femmes ministres dans cette région avant la création du Land41. Conformément aux directives du KPD, les femmes communistes soutiennent la création de comités féminins42 où elles sont particulièrement actives dans les activités de secours aux populations sinistrées, et y demandent la constitution de diverses commissions, comme celles du logement, de l’aide aux réfugiés, des droits des femmes ou encore de l’éducation. Selon Elfriede Paul, le CdF doit même devenir une sorte d’« administration auxiliaire » mettant des collaboratrices à disposition des administrations locales43. Frida Schäfer revendique pour Osnabrück cette même coopération avec l’administration communale, qui recourt en effet aux services du comité de femmes, en particulier quand il s’agit d’actions de bienfaisance44. Les communistes sont assez vite écartées du mouvement des femmes de l’Ouest, et Elfriede Paul, qui a participé encore en tant que représentante des zones occidentales à la création de la Fédération démocratique des femmes allemandes (Demokratischer Frauenbund Deutschlands, DFD) en zone soviétique en mars 1947, s’installe peu après à l’Est45. Il est toutefois à noter que dans les représentations sexuées de l’après-guerre, le discours des femmes communistes, focalisé sur l’absence pénalisante des hommes et sur l’engagement « maternel » des femmes qui les incite « naturellement » à s’investir dans l’aide sociale, ne diverge pas beaucoup de celui des autres partis46. On retrouve également cette vision pour l'Arbeiterwohlfahrt (AWO), association caritative d’obédience sociale-démocrate, dont le travail dans les années d’après-guerre a plus particulièrement été étudié pour le Sud de la Basse-Saxe47. L’analyse montre que le SPD lui aussi a certes encouragé l’engagement des femmes, mais dans des domaines considérés comme traditionnellement féminins, et que les femmes au foyer s’impliquaient plus volontiers à l’AWO que dans le parti lui-même. Par ailleurs, les dirigeantes des sections de cette organisation caritative, comme Sophie Werzeiko48, étaient en même temps responsables des groupes féminins sociaux-démocrates, qui ne discutaient plus vraiment des questions politiques qui avaient agité le mouvement féminin prolétarien avant 1933. « La conception selon laquelle les femmes avaient par nature davantage leur place dans le travail social que dans la politique de parti était reprise sans distance critique par la social-démocratie49. »

Figure no 61 – Un exemple de travail caritatif assuré majoritairement par des femmes : distribution de lait par la Croix-Rouge allemande aux enfants de Hanovre, 1946 ou 1947.

  • 50 Voir Elke Schüller, « “Keine Frau darf fehlen !” – Frauen und Kommunalpolitik im ersten Nachkriegs (...)
  • 51 Dans le premier conseil municipal élu de Hanovre (1946-1948), on compte 11 femmes sur 50 membres, (...)
  • 52 Pour Flanovre, voir en particulier StAFI FIR 1292 ; pour Osnabrück, HStAO, Fol. 2184 et Dep. 3c no(...)
  • 53 Archiv des Niedersächsischen Landtags (ANL), Niederschriften der Sitzungen der Ausschüsse des Erna (...)
  • 54 Ibid., Niederschrift der Sitzung des Wohlfahrtausschusses (22 avril 1948).
  • 55 Pour un portrait de ces députées plus ou moins détaillé selon les cas, voir Bärbel Clemens (dir.),(...)
  • 56 ANL, Niederschriften der Sitzungen des Nds. Landtages, 1. Wahlperiode, 8 janvier 1948, 19 janvier (...)
  • 57 Cité d’après Karin Ehrich et Christiane Schroder, « “Ich muss Ihnen doch noch das Rechnen beibring (...)

9Il serait toutefois abusif de ne pas prendre en compte les revendications et le potentiel émancipateurs des divers groupes de femmes de l’après-guerre, qui ont par ailleurs souvent servi de tremplin à leur implication dans les institutions, notamment dans le domaine communal – le terrain où, pensait-on, les femmes avaient le plus de chance d’obtenir la satisfaction des besoins de leur vie quotidienne, et où leur travail passait pour être le plus proche de leurs activités domestiques50. L’étude des sources d’archives sur la composition des conseils municipaux de Hanovre et d’Osnabrück fait apparaître pour les premières années d’après-guerre une part non négligeable de femmes – y compris de femmes au foyer51 –, avec une implication particulière dans les commissions des affaires sociales, de la santé et de l’approvisionnement ou de l’alimentation52. On peut faire le même constat pour les parlements régionaux successifs, et noter particulièrement le rôle des députées des différents partis dans le soutien d’urgence aux réfugiés et expulsés des territoires de l’Est, à savoir principalement l’aide à la recherche d’un logement décent et d’équipements de première nécessité53. Tout comme dans les associations féminines, on constate pour les premières années d’après-guerre une volonté des députées du Landtag des divers partis de trouver un terrain d’entente dans une politique de solidarité, comme en témoigne le dépôt d’un projet de loi concernant la formation professionnelle des veuves de guerre qui ont perdu leurs pensions. La proposition est formulée par la députée libérale Grete Sehlmeyer au cours d’une séance de la commission des affaires sociales54 et présentée conjointement, outre par cette dernière, par les sociales-démocrates Rosa Heifers et Frida Mätz, la communiste Frida Schäfer, la conservatrice du Deutsche Partei Margot Kalinke et par la chrétienne-démocrate Maria Meyer-Sevenich55. Autre question assez consensuelle chez les députées, celle de la journée de travail domestique rémunérée, finalement introduite en Basse-Saxe par une loi de mai 1949, et que les hommes semblaient juger inopportune pour des raisons financières. S’engage sur ce terrain Frida Schäfer, rejointe par Margot Kalinke et Grete Sehlmeyer. Dans un projet de loi déposé en 1948 et rediscuté en 1949, elle argumente sur le fait que dans les conditions économiques difficiles qui perdurent, les travaux domestiques se sont particulièrement alourdis, y compris pour les femmes seules obligées de travailler dans la mesure où la guerre leur a « retiré leur vocation naturelle d’épouse et de mère56 ». Lorsqu’une députée s’investissait dans un domaine moins traditionnellement féminin, comme la sociale-démocrate Hilde Obels-Jünemann, spécialiste de questions budgétaires et fiscales, elle légitimait son engagement avec le classique parallèle : « Généralement, les femmes savent très bien gérer un budget, elles savent planifier, répartir et aussi compter. Pourquoi ce qui concerne le budget familial ne vaudrait-il pas également pour le budget d’un pays57 ? »

  • 58 Voir les nombreux articles de presse consacrés à T. Bähnisch dans les archives de la BasseSaxe : H (...)
  • 59 Voir la biographie de B. Clemens, « Theanolte Bähnisch –, Wir Frauen müssen ein kluges Herz haben’ (...)
  • 60 Membre de l’Orchestre rouge (Rote Kapelle), elle poursuivra dès 1947 sa carrière professionnelle e (...)
  • 61 HStAH, Nds. 20, no 1. Le dossier d’archives sur les séances de ce gouvernement étant très mince, o (...)
  • 62 Voir la courte notice biographique dans B. Clemens, Frauen machen...,ορ. cit, p. 291-292.
  • 63 SAPMO BArch, NY 4229/28, « Frau Minister lässt bitten », entretien non daté.
  • 64 Ibid., NY 4229/42 et 28, où figure une correspondance avec une journaliste de Radio Stuttgart qui (...)

10Le même argumentaire et les mêmes domaines de prédilection – ou d’affectation – se retrouvent également pour celles qui, particulièrement en Basse-Saxe, ont accédé aux plus hautes fonctions. Celle de présidente de district de Hanovre assurée par Theanolte Bähnisch ne fait pas a priori partie des activités politiques dans lesquelles étaient généralement cantonnées les femmes. Pourtant, ce sont encore, dans les nombreux hommages rendus à celle qui occupa ce poste de 1946 à 1959, des qualités maternelles et humaines alliées à un pragmatisme féminin qui sont le plus souvent vantées, et qu’elle revendiquait aussi ellemême58. Bähnisch, qui avait entamé sa carrière de haute fonctionnaire sous Weimar, a en outre accordé ses priorités initiales à la situation du logement et au sort des réfugiés de l’Est, pour lesquels elle avait dès 1946 créé un camp de jeunes à Poggenhagen, ainsi qu’à la reconstruction des écoles59. On sait en revanche peu de choses sur les activités en zone britannique d’Elfriede Paul, ancienne résistante communiste60 devenue ministre de la Reconstruction, du Travail et de la Bienfaisance (Ministerfür Wiederaufbau, Arbeit und Wohlfahrt) du Land de Hanovre d’août à novembre 1946, donc jusqu’à la création de la Basse-Saxe. Ce premier gouvernement pluripartite nommé par l’occupant61 et dans lequel elle représentait le KPD avait très peu d’autonomie, et les questions relatives à la reconstruction proprement dite étaient encore assujetties à la nécessité de gérer les premières urgences. Ce qui explique sans doute la nomination à ce poste d’une femme médecin spécialiste d’hygiène sociale et ancienne assistante sociale impliquée dès 1945 dans les commissions de dénazification mais aussi dans le travail caritatif62 (Croix-Rouge allemande). Une interview rappelle d’ailleurs son intérêt, au sein de son ministère, pour l’aide aux réfugiés et à la jeunesse en danger, ainsi que sa conception de l’assistance aux personnes en difficulté matérielle et morale, qui devait selon elle être prise en charge par les services ministériels, mais également par les partis, les syndicats, les comités d’entreprise et les associations de bienfaisance. Le même document rappelle en outre qu’elle considérait les « capacités d’empathie et de compréhension des femmes » comme nécessaires dans la situation d’effondrement du pays après douze années d’« État masculin63 ». À cette époque, « reconstruction » était donc encore largement synonyme d’assistance aux sinistrés. Après la création de la Basse-Saxe, le ministère qu’elle dirigeait est d’ailleurs divisé en trois, et Elfriede Paul exprime son amertume de ne pas avoir été nommée ministre des Affaires sociales du nouveau Land64.

  • 65 Voir A. Dertinger, op. cit., p. 47-59 ; B. Simon, op. cit., p. 2-7 (et annexe 1-2) ; Annette Schüt (...)
  • 66 Cité d’après A. Dertinger, op. cit., p. 47-48.
  • 67 A. Dertinger, op. cit., p. 55.
  • 68 Niederschrift der Sitzung des Nds. Landtages (12 juillet 1947), reproduit dans B. Simon, op. cit. (...)

11La sociale-démocrate Martha Fuchs65 (1892-1966), qui a repris ses activités politiques dès 1945 après son internement à Ravensbrück, est quant à elle plus connue. Elle a tout d’abord été ministre de l’Éducation et de la Science du Land de Brunswick de mai à novembre 1946, un portefeuille pour lequel, selon ses propres propos, elle n’avait pas de formation particulière mais s’estimait compétente « en tant que femme et mère » et donc « éducatrice de chaque enfant [qu’il s’agissait de] former pour la communauté universelle66 ». C’est ensuite son poste de commissaire d’État aux questions des réfugiés (Staatskommissarin für das Flüchtlingswesen) pour la Basse-Saxe en 1947-1948 qui place le mieux son domaine d’activité politique au cœur de la « reconstruction » telle qu’elle est conçue par les femmes engagées au lendemain de la guerre. Bien qu’elle ne dispose pas de véritable marge de manœuvre et surtout d’un budget propre, elle s’engage pour au moins assurer aux réfugiés et expulsés arrivés très nombreux dans le Land des conditions de vie et d’habitat un peu plus décentes, et affirme aussi haut et fort qu’il serait scandaleux et dangereux pour la reconstruction du pays de les leurrer quant à leur éventuel retour67. Dans un discours offensif au Landtag, elle en appelle à la solidarité des Bas-Saxons pour assurer une répartition plus juste des nouveaux venus dans l’habitat disponible et à l’occupant britannique pour que leur afflux dans ce Land soit régulé, tout en réclamant une « construction intensive de logements neufs » dont elle déplore qu'elle ne relève pas de sa compétence68. Elle n’obtient pas le ministère aux réfugiés créé en 1948, mais poursuivra son action en faveur du logement et de la construction d’écoles et d’équipements collectifs dans ses fonctions de maire de Brunswick, qu’elle occupe entre 1959 et 1964.

Figure no 62 – Martha Fuchs (SPD).

  • 69 Peter Stettner, « Auf dem steinigen Weg zum Erfolg. Der Aufbau in den 50 er Jahren im Spiegel zeit (...)
  • 70 Voir Kerstin Dorhofer, « Reproduktionsbereich Wohnen. Geschlechtsdifferente Ansprüche und bauliche (...)
  • 71 T. Bähnisch, « Vom Wiederaufbau der Frauenarbeit... », op. cit, p. 173-174.

12Dans la continuité de leur engagement de l’immédiat après-guerre, on aurait pu penser que les femmes ouest-allemandes auraient par la suite influencé davantage les décisions de la reconstruction. Or, après la réforme monétaire de 1948, on constate plutôt une régression de la place des femmes dans la société, en lien avec des représentations traditionalistes et familialistes de leur rôle qui pèsent particulièrement sur l’exclusion des femmes mariées du marché du travail et le recul de leur impact politique. Le retour des prisonniers de guerre favorise une tendance à la « normalisation » – qui peut finalement s’inscrire dans la continuité du discours antérieur des femmes elles-mêmes sur la situation transitoire de l’immédiat après-guerre. Si bien que l’image des Trümmerfrauen cède vite la place à une vision beaucoup plus « masculine » de la reconstruction « active », au sens large comme dans son acception plus restrictive de relèvement urbain. C’est ce que mettent par exemple en évidence les films de Heinz Koberg sur la reconstruction de Hanovre, qui dépeignent une société de la « performance » où les femmes ne semblent plus constituer qu’un élément de décor, alors que les décideurs (architectes, urbanistes, responsables politiques posant les premières pierres) sont des hommes69. Est intéressante également l’interaction entre les aspects extérieurs de la reconstruction et la sphère privée de l’habitat, en lien avec l’image revalorisée de la « ménagère », qui dispose en théorie de tout l’équipement technique qui doit alléger sa charge, dans une cuisine conçue comme un atelier. Il a pu être montré, particulièrement pour la Basse-Saxe70, que la politique du logement social, avec encouragement de l’accession à la maison individuelle ou des petits lotissements, a très fortement normé les représentations familiales – et inversement. Le schéma de la famille nucléaire y correspond à une division de l’espace qui fait du centre des villes le domaine principal de l’activité masculine, tandis que les femmes sont cantonnées à la périphérie dans les lotissements. En outre, les représentations sexuées des années 1950 n’accordent, en dépit des réalités qui perdurent, quasiment pas d’attention aux modèles familiaux différents et en particulier aux femmes seules encore très nombreuses et pour lesquelles les nouvelles normes de logement ne sont pas conçues. Le mouvement féminin ne remet pas en question cette représentation : parmi les commissions de travail créées au début des années 1950 dans le Deutscher Frauenring, Theanolte Bähnisch souligne l’importance de celle du logement et des cités (Ausschuss Wohnungs-und Kleinsiedlungsfragen), qui semble avoir eu son mot à dire dans la réflexion sur les normes du logement et la rationalisation des travaux domestiques. Cette réflexion est toutefois clairement sous-tendue par une vision traditionnelle de la famille, considérée par la sociale-démocrate Bähnisch comme « la cellule essentielle de l’État et la base de toute culture ». Et d’ajouter que « la vie de famille s’arrête là où la famille n’a plus d’espace où puisse avoir lieu tout simplement une vie de famille71 ».

  • 72 Cité d’après U. Gerhard, « “Fern von jedem Suffragettentum” – Frauenpolitik nach 1945, eine Bewegu (...)

13Les années de l’immédiat après-guerre ont sans nul doute constitué pour les femmes allemandes une période clé dans la revendication d’une participation politique accrue, et les rapports sexués ont été un temps modifiés par la situation de rupture (partielle) et le renouveau démocratique. Ainsi, même dans les Lander de l’Ouest et en particulier en Basse-Saxe, une minorité de femmes actives souvent déjà engagées avant le nazisme ont pu être associées à la reconstruction politique du pays. Toutefois, le nombre malgré tout réduit de personnalités féminines ayant accédé à de hautes fonctions et le rôle spécifique revendiqué par les femmes elles-mêmes dans des questions principalement sociales n’ont pas constitué le potentiel aussi large vers le féminisme des années 1970 que ce que l’on avait préalablement supposé. Si l’une des femmes de Basse-Saxe les plus connues, Theanolte Bàhnisch, revendiquait que les questions matérielles comme celles afférentes au logement et la « marmite » soient considérées comme des « affaires politiques72 », on est toutefois encore loin de la formule « le privé est politique » du féminisme ultérieur. Les représentations ont certes été ébranlées par exemple par l’activité des femmes dans le bâtiment, aussi peu répandue fût-elle dans certaines régions, et par l’extension de la réalité du travail domestique dans la situation matérielle difficile à laquelle était confrontée une grande partie de la société. Mais les discours sur une situation d’exception qui exigeait des femmes qu’elles « remplacent » momentanément les hommes ont favorisé le retour rapide à des représentations sexuées beaucoup plus traditionnelles.

Notes

1 « Frauen wollen helfen. Bildung eines Osnabrücker Frauenstadtausschusses », Osnabrücker Rundschau, 5 juillet 1946, Flauptstaatsarchiv Osnabrück (HStAO).

2 Voir entre autre Antje Dertinger, Frauen der ersten Stunde. Aus den Gründerjahren der Bundesrepublik, Bonn, J. Latka, 1989, p. 7-9.

3 Nicole Kramer, « Ikone des Wiederaufbaus – Die, Trümmerfraü in der bundesdeutschen Erinnerungskultur », dans Jorg Arnold, Dietmar Süss et Malte Thiessen (dir.), Luftkrieg. Erinnerungen in Deutschland und Europa, Gottingen, Wallstein, 2009, p. 259-276.

4 Voir en particulier Ulla Wischermann, Elke Schüller et Ute Gerhard (dir.), Staatsbürgerinnen zwischen Partei und Bewegung – Frauenpolitik in Hessen 1945-1955, Francfort-sur-le-Main, Helmer, 1993.

5 Voir sur cette question Christine von Oertzen et Almut Rietzschel, « Neuer Wein in alien Schläuchen: Geschlechterpolitik und Frauenerwerbstätigkeit im besetzten Deutschland zwischen Kriegsende und Währungsreform », Ariadne (Almanach des Archive der deutschen Frauenbewegung), no 27, mai 1995, p. 28-35.

6 Voir Susanne Knoblich, “Mit Frauenbewegung hat das nichts zu tun.” Gewerkschafterinnen in Niedersachsen 1945 bis 1960, Bonn, Dietz, 1999, p. 88-89. Les conférences de femmes syndiquées – étudiées ici pour la Basse-Saxe et l’ensemble de la zone britannique – insistaient sur le caractère contre nature de cet emploi et n’envisageaient pas la qualification des femmes dans ce domaine puisque leur activité y était provisoire. Mais de ce fait, les femmes restaient paradoxalement cantonnées dans des activités d’auxiliaires souvent plus dures physiquement.

7 Kontrollratgesetz Nr. 32 : Beschäftigung von Frauen bei Bau-und Wiederaufbauarbeiten ; Anweisung zur Durchführung des Kontrollratgesetzes Nr. 32, Arbeitsblatt für die britische Zone, Lemgo, Cahier 1-2, février 1947, p. 3-4. Un article émanant de l’administration du travail de la zone britannique développe clairement cette interprétation du « caractère exceptionnel de la mesure », qui devra dès que possible céder la place « à un emploi de la femme conforme à sa nature dans les métiers féminins traditionnels » (M. Tritz, « Zeitbedingte Aufgaben des Fraueneinsatzes », Arbeitsblatt...., οp. cit., Cahier 3, mars 1947, p. 92).

8 Voir en particulier S. Knoblich, op. cit., p. 89.

9 HStAO, Rep. 610 Os., no 71, courrier du 29 août 1947.

10 Hauptsstaatsarchiv Hannover (HStAH), Nds. 300 ACC5/67, no 114.

11 Voir aussi le témoignage oral correspondant dans la contribution de Thorsten Heese.

12 Annette von Boetticher, Klaus Fesche, Rolf Kohlstedt et Christiane Schroder, Niedersachsen zwischen Kriegsende und Landesgründung : Befreiung, Neubeginn und Demokratisierung in den Ländern Braunschweig, Hannover, Oldenburg und Schaumburg-Lippe, Hanovre, Landeszentrale für politische Bildung, 2004, p. 35.

13 Stadtarchiv Hannover (StAH), Protokolle des Stadtrats, no 1, feuillets 102 et 137.

14 Martina Jung et Martina Scheitenberger, “...den Kopf noch fest auf dem Hals”. Frauen in Hannover 1945-1948, catalogue d’exposition, Hanovre, 1991, p. 42 ; Christiane Kollenberg, « Überlebenssicherung und Erwerbstätigkeit. Frauenalltag in der Nachkriegszeit in Osnabrück », dans Birgit Panke-Kochinke, Das Frauenzimmer als Arbeiter. Zur Geschichte der Frauenarbeit in Osnabrück (1842-1958), Pfaffenweiler, Centaurus, 1994, p. 118-116, ici p. 113.

15 Pour les généralités, voir notamment Waltraut Both, « Zur sozialen und politischen Situation von Frauen in Hessen und zur Frauenpolitik der amerikanischen Besatzungsmacht », dans U. Wischermann, E. Schüller et U. Gerhard (dir.), Staatsbürgerinnen..., op. cit., p. 151-191 ; pour la Basse-Saxe, M. Jung et M. Scheitenberger, op. cit., p. 15-32 (Hanovre) et C. Kollenberg, op. cit. (Osnabrück).

16 C. Kollenberg, op. cit., p. 110.

17 La carte dite « de la faim » (Hungerkarte).

18 Voir M. Jung et M. Scheitenberger, op. cit., p. 30.

19 Kontrollratgesetz Nr. 3 (Registrierung der in arbeitsfahigem Alter stehenden Bevolkerung), Arbeitsblatt..., op. cit., Cahier 1-2, février 1947, p. 2.

20 Emil Oft, « Bevölkerung und Erwerbstätigkeit in der britischen Zone », Arbeitsblatt..., op. cit., Cahier 6, juin 1947, p. 199.

21 Ibid., p. 200 : Dans cette zone, les femmes de 15 à 65 ans représentaient en 1946 56,9 % des personnes de cette tranche d’âge.

22 En 1948, la Basse-Saxe comptait encore 2,1 millions de femmes de 18 à 55 ans et 1,7 millions d’hommes du même âge. Statistique dans S. Knoblich, op. cit., p. 27.

23 Voir la contribution de Jochen Oltmer dans cet ouvrage.

24 M. Tritz, op. cit., p. 90-92.

25 Margarete-Brendgen, « Neue Wegeder Berufsberatung », Arbeitsblatt..., οp. cit., Cahier 10, octobre 1947, p. 353-354.

26 Sur les points communs entre ces comités dans toutes les zones et leur évolution, voir C. Bouillot et E. Schüller, « “Eine machtvolle Frauenorganisation” – oder “Der Schwamm, der die Frauen aufsaugen soll”. Ein deutsch-deutscher Vergleich der Frauenzusammenschlüsse der Nachkriegszeit », Ariadne (Almanach des Archive der deutschen Frauenbewegung), no 27, mai 1995, p. 47-55.

27 Sur les « communautés de travail » (Arbeitsgemeinschaften) féminines d’Oldenbourg et de Brunswick, on ne dispose que de peu d’informations. La première a été présidée par la libérale Willa Thorade, déjà engagée dans le mouvement féminin bourgeois de la république de Weimar : voir Anneliese Niehoff, “Wir fordern einfach nur unser Recht”. Frauen und Politik in Oldenburg 1900-1950, Oldenburger Stadtmuseum, 1992, p. 51-56. La deuxième aurait été créée par la sociale-démocrate Martha Fuchs dès 1946 (voir HStAH, VV86 Acc. 2003/221, no 91), puis présidée là aussi par une ancienne dirigeante des mouvements féminins bourgeois des années 1920 et membre du Deutsche Volkspartei, Tilla von Praun : voir Gabriele Armenat, Frauen aus Braunschweig, Brunswick, Stadtbibliothek, p. 113-117.

28 Sur le CdF, voir en particulier Barbara Henicz et Margrit Hirschfeld, « Der Club deutscher Frauen in Hannover », dans Annette Kuhn (dir.), Frauen in der deutschen Nachkriegszeit, vol. 2, Düsseldorf, Pàdagogischer Verlag Schwann-Bagel, 1984, p. 127-134, et M. Jung et M. Scheitenberger, op. cit., p. 143-147.

29 Sur son parcours, voir Clemens Barbel, « Theanolte Bähnisch (1899-1973) – Wir Frauen müssen ein kluges Herz haben », dans Hiitrud Schroeder (dir.), Sophie & Cobedeutende Frauen Hannovers ; biographische Portraits, Hanovre, Fackelträger, 1991, p. 201-213.

30 « Eine Friedensfront der Frauen », Neuer Hannoverscher Kurier, 21 juin 1946.

31 Bundesarchiv, Stiftung Parteien und Massenorganisationen der DDR (SAPMO BArch), fonds Elfriede Paul, NY4429/28, notice de presse sur la création du CdF.

32 Sur ce point, voir M. Jung et M. Scheitenberger, op. cit., p. 141-142.

33 Voir en particulier T. Bähnisch, « Vom Wiederaufbau der Frauenarbeit nach dem Zusammenbruch », Madchenbildung und Frauenschaffen, no 4, 1960, p. 162-180.

34 Mais au-delà de cette division, c’est la question problématique des femmes supposées moins formées politiquement que les hommes, voire plus naïves, qui sous-tend cette nécessité de les (ré)éduquer (ibid., p. 162).

35 SAPMO BArch, NY4429/28, lettre du CdF du 25 octobre 1946.

36 StAH, HR3, no 234, lettre du 27 août 1946.

37 HStAO, Dep. 3b XV, no 42, Stadtchronik, 2 juillet 1946 et « Frauen wollen helfen », Osnabrücker Rundschau, op. cit.

38 Voir les quelques éléments biographiques dans H. Schroeder (dir.), Sophie & Co., op. cit., p. 249-250.

39 Cité par B. Henicz et M. Hirschfeld, op. cit., p. 128.

40 Cité d’après M. Jung et M. Scheitenberger, op. cit., p. 110.

41 Sur son activité ministérielle, voir ci-dessous.

42 Cette politique, particulièrement soutenue à l’Est par l’occupant, doit convaincre les femmes de se mobiliser par un autre biais, au départ, que par l’engagement dans un parti. Ces activités doivent ensuite servir de « tremplin » à l’adhésion au parti communiste puis au parti socialiste unifié (SED). Voir C. Bouillot, La Genèse du socialisme est-allemand et l’encadrement des femmes par le pouvoir. De l’occupation soviétique à l’État socialiste, 1945-1952, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 1996, p. 123-185.

43 « Eine Friedensfront... », op. cit. Voir aussi son discours non daté (1946 ?) sur cette nécessité de former et mobiliser les femmes d’abord de cette manière en tenant compte de leurs capacités « maternelles » essentielles en politique, NY 4229/11 ; ainsi que le passage du programme du KPD de Hanovre relatif à la création de comités féminins, NY 4229/44. Il est attesté également qu’à Hanovre, les responsables communistes invitaient les adhérentes du KPD à assister aux réunions du CdF, en particulier au moment de l’élection des responsables : StAH, WP - KPD 1946-1968, Akz. 77/1997, feuillets 21 et 52.

44 HStAO, Dep. 3c, no 964 (Kreiswohlfahrtausschuss 1945-1946), courrier du 21 août 1946.

45 Voir quelques comptes rendus intéressants, pour l’histoire de la division du mouvement des femmes, d’E. Paul sur les conférences féminines de l’après-guerre à l’Ouest et à l’Est, dans NY 4229/11.

46 46. Voir les différents discours d’E. Paul, comme celui cité dans la note 43, ainsi qu’un exposé du 3 août 1947 dans lequel elle affirme que le social est le « domaine des femmes » (NY 4229/11).

47 Voir Christl Wickert, Zwischen Familie und Parlament : sozialdemokratische Frauenarbeit in Südniedersachsen 1919-1950 am Beispiel von Hannover Münden und Einbeck, Kassel, Sovec, 1983.

48 Voir Cordulia Tollmien, « “Frauen dieser Art mochte ich nicht missen.” Sophie Charlotte Werzeiko (1891-1975) », dans Angela Dinghaus (dir.), Frauenwelten : biographischhistorische Skizzen aus Niedersachsen, Hildesheim, Olms, 1993, p. 252-262.

49 M. Jung et M. Scheitenberger, op. cit., p. 67 (dans un chapitre consacré à l’AWO à Hanovre).

50 Voir Elke Schüller, « “Keine Frau darf fehlen !” – Frauen und Kommunalpolitik im ersten Nachkriegsjahrzehnt in Hessen », dans U. Wischermann, E. Schüller et U. Gerhard (dir.), Staatsbürgerinnen..., op. cit., p. 88-149, ici p. 123.

51 Dans le premier conseil municipal élu de Hanovre (1946-1948), on compte 11 femmes sur 50 membres, dont 6 femmes au foyer (StAH, catalogue de l’exposition « Der erste gewählte Rat », Flanovre, 2006).

52 Pour Flanovre, voir en particulier StAFI FIR 1292 ; pour Osnabrück, HStAO, Fol. 2184 et Dep. 3c no 964.

53 Archiv des Niedersächsischen Landtags (ANL), Niederschriften der Sitzungen der Ausschüsse des Ernannten Hannoverschen Landtages (1946), des Ernannten Niedersächsischen Landtages (1946-1947) und des Nds. Landtages der ersten Wahlperiode (1947-1951).

54 Ibid., Niederschrift der Sitzung des Wohlfahrtausschusses (22 avril 1948).

55 Pour un portrait de ces députées plus ou moins détaillé selon les cas, voir Bärbel Clemens (dir.), “Frauen machen Politik.” Parlamentarierinnen in Niedersachsen, Hanovre, Fackelträger, 1996, ainsi que, pour quelques-unes d’entre elles, Barbara Simon (dir.), Frauen im niedersächsischen Landtag, Ausstellung des Landtages anlässlich des 90 jährigen Bestehens des Frauenwahlrechts in Deutschland, 2008.

56 ANL, Niederschriften der Sitzungen des Nds. Landtages, 1. Wahlperiode, 8 janvier 1948, 19 janvier 1949 et 6 avril 1949.

57 Cité d’après Karin Ehrich et Christiane Schroder, « “Ich muss Ihnen doch noch das Rechnen beibringen !” Hilde Obels-Jünemann », dans B. Clemens, Frauen machen..., op. cit, p. 93-103, ici p. 99-100.

58 Voir les nombreux articles de presse consacrés à T. Bähnisch dans les archives de la BasseSaxe : HStAH, ZGS2/2, no 72 et Nds. 50 Acc. 75/88, no 1.

59 Voir la biographie de B. Clemens, « Theanolte Bähnisch –, Wir Frauen müssen ein kluges Herz haben’« , dans H. Schroeder (dir.), Sophie & Co..., op. cit., p. 200-213.

60 Membre de l’Orchestre rouge (Rote Kapelle), elle poursuivra dès 1947 sa carrière professionnelle et politique en Allemagne de l’Est.

61 HStAH, Nds. 20, no 1. Le dossier d’archives sur les séances de ce gouvernement étant très mince, on ne peut en tirer des enseignements sur l’activité ministérielle d’E. Paul.

62 Voir la courte notice biographique dans B. Clemens, Frauen machen...,ορ. cit, p. 291-292.

63 SAPMO BArch, NY 4229/28, « Frau Minister lässt bitten », entretien non daté.

64 Ibid., NY 4229/42 et 28, où figure une correspondance avec une journaliste de Radio Stuttgart qui lui demande fin 1946 des informations pour un portrait.

65 Voir A. Dertinger, op. cit., p. 47-59 ; B. Simon, op. cit., p. 2-7 (et annexe 1-2) ; Annette Schütze, Martha Fuchs : zur Erinnerung an eine aussergewöhnliche Frau und Sozialdemokratin, Brunswick, SPD-Unterbezirk, 1992.

66 Cité d’après A. Dertinger, op. cit., p. 47-48.

67 A. Dertinger, op. cit., p. 55.

68 Niederschrift der Sitzung des Nds. Landtages (12 juillet 1947), reproduit dans B. Simon, op. cit. (annexes).

69 Peter Stettner, « Auf dem steinigen Weg zum Erfolg. Der Aufbau in den 50 er Jahren im Spiegel zeitgenossischer Informationsfilme der Stadt Hannover », dans Adelheid von Saldern (dir.), Bauen und Wohnen in Niedersachsen während der fünfziger Jahre, Hanovre, Hahn, 1999, p. 215-222, ici en particulier p. 221. Pour le film Hannover 1949-1950, on pensera notamment à cette scène où dansent des femmes vêtues de blanc dans un jardin public, qui contraste particulièrement avec les séquences sur les paysages de ruines sans présence humaine et celles sur les prouesses techniques de la reconstruction. Voir aussi la contribution de P. Stettner dans cet ouvrage.

70 Voir Kerstin Dorhofer, « Reproduktionsbereich Wohnen. Geschlechtsdifferente Ansprüche und bauliche Standards », dans A. von Saldern, op. cit., p. 181-198. Ses analyses reposent principalement sur des projets réalisés à Brunswick et à Hanovre.

71 T. Bähnisch, « Vom Wiederaufbau der Frauenarbeit... », op. cit, p. 173-174.

72 Cité d’après U. Gerhard, « “Fern von jedem Suffragettentum” – Frauenpolitik nach 1945, eine Bewegung der Frauen », dans U. Wischermann, E. Schüller et U. Gerhard (dir.), Staatsbürgerinnen...,οp. cit., p. 9-40, ici p. 18-19.

Table des illustrations

Légende Figure no 60 Des femmes d’Osnabrück reconstruisent leur entreprise, 1946 ou 1947.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5343/img-1.jpg
Fichier image/, 167k
Légende Figure no 61 – Un exemple de travail caritatif assuré majoritairement par des femmes : distribution de lait par la Croix-Rouge allemande aux enfants de Hanovre, 1946 ou 1947.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5343/img-2.jpg
Fichier image/, 143k
Légende Figure no 62 – Martha Fuchs (SPD).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5343/img-3.jpg
Fichier image/, 124k

Auteur

Maître de conférences en études germaniques à l’université de Rouen, est agrégée d’allemand et auteure d’une thèse de doctorat d’histoire contemporaine intitulée De la genèse du mouvement des femmes est-allemandes à l’encadrement des femmes par le pouvoir. De l’occupation soviétique à l’État socialiste 1945-1952 (Lille, Septentrion, 1996). Ses domaines de recherche ont d’abord été les études de genre dans l’Allemagne de l’après seconde guerre mondiale, et elle a publié, en collaboration avec Paul Pasteur, Femmes, féminismes et socialismes dans l’espace germanophone depuis 1945 (Paris, Belin, 2005). Ses recherches et publications plus récentes portent sur les mémoires et politiques mémorielles en Allemagne (immédiat après-guerre, RDA) et les représentations, en France et en Allemagne, des destructions et des reconstructions. À paraître en allemand sur le sujet du présent ouvrage : « Wiederaufbau-Regionen in Europa : Normandie und Nierdersachsen im Vergleich », dans G. WagnerKyora (dir.), Wiederaufbau der Stadte : Europa seit 1945 / Rebuilding European Cities : Reconstruction-policy since 1945, Stuttgart, Franz Steiner, « Beiträge zur Stadtgeschichte und Urbanisierungsforschung », 2013.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540