Version classiqueVersion mobile

La Reconstruction en Normandie et en Basse-Saxe après la seconde guerre mondiale

 | 
Corinne Bouillot

Troisième partie. Questions sociales et constructions identitaires

Chapitre 11. La reconstruction de Rouen (1940-1965) : transformations urbaines et mutations sociales

Jean-Marie Cipolat-Gotet

Résumé

En 1939, Rouen est une ville où les clivages sociaux, ancrés dans l’espace autour de sa fonction portuaire ancienne puis du développement des industries, laissent cependant apparaître l’omniprésence de l’élément populaire dans les différents quartiers du centre-ville. La forte précarité sociale explique largement la faible vitalité démographique de cette « ville-tombeau ». La seconde guerre mondiale amène la destruction de 8 000 logements (20 % du parc), principalement dans les quartiers centraux où l’armature urbaine avait été peu modifiée par les transformations haussmanniennes. La reconstruction se traduit par une restructuration profonde de l’espace social, c’est-à-dire une modification de la répartition de la population et des catégories sociales au sein de la ville : l’effondrement des densités dans le centre reconstruit s’effectue principalement au détriment des catégories les plus populaires. C’est la résultante de la combinaison de plusieurs processus, tant d’échelle nationale, comme les modalités de financement des dommages de guerre, que locale comme les partis pris esthétiques, urbains et sociaux adoptés dans un plan de reconstruction dans la conception duquel les élites locales pèsent peu.

Texte intégral

1 Dans l’avant-guerre, l’agglomération rouennaise et notamment sa ville-centre se caractérise un où le tout-textile par système socio-économique s’accompagne aussi d’un habitat insalubre et d’une forte surmortalité. Le port constitue le second pôle d’activités et structure fortement la ville. La ville-centre, aux contraintes spatiales fortes, atteint dès 1911 un maximum historique de population et reste dans une attitude distante par rapport à des banlieues industrielles, très précocement constituées. Un lent mouvement de dédensification des quartiers de l’hyper-centre se dessine dès la fin du XIXe siècle au profit des quartiers périphériques de la ville.

Rouen avant-guerre : des différenciations sociales très marquées dans l’espace

  • 1 Jean-Pierre Chaline, « Perception du pan de bois et ségrégation urbaine à Rouen », dans Annie Four (...)

2Les différenciations sociales dans le Rouen d’avant-guerre s’articulent autour de plusieurs axes d’opposition1 :

  • Une opposition ancienne entre l’ouest et l’est du centre historique articulée autour de la rue de la République. À l’ouest, les armateurs et professions liées au port, les gros commerçants, les professions libérales et les magistrats, à l’est, les artisans, dockers et ouvriers du port, manœuvres et journaliers, terrassiers... Si les quartiers est sont quasi exclusivement ouvriers, s’insèrent encore à l’ouest de nombreux secteurs populaires, dans les îlots et immeubles les plus anciens, avec tous les petits métiers de la ville : couturières, domestiques, chauffeurs, petits artisans, travailleurs portuaires... À des époques où la marche à pied a longtemps été le seul mode pour joindre son lieu de travail, la proximité du domicile par rapport au lieu d’emploi constitue un facteur de clivage social majeur : on se loge d’autant plus près du travail qu’on en a les moyens. Les modestes restructurations urbaines du XIXe siècle (les quais, la rue de la République et la croisée haussmannienne rue Jeanne-d’Arc – rue Thiers) surimposent sur cet espace un habitat plus confortable habité principalement par les classes moyennes et supérieures.
  • L’opposition entre la ville intra-muros et celle de l’« extra-muros », qualifiée de faubourgs et considérée par la bourgeoise locale comme non urbaine, s’estompe au début du XXe siècle, mais en reproduisant au-delà des boulevards les clivages sociaux de la vieille ville. Dans le prolongement des quartiers aisés de Saint-Patrice et Beauvoisine, les familles bourgeoises s’installent dès la fin du XIXe siècle sur les pentes au nord des boulevards, dans les quartiers Saint-Gervais, Saint-André, alors que les faubourgs de l’est qui s’établissent dans le prolongement de Martainville sont voués à une population d’ouvriers peu qualifiés. La pente reste un facteur socialement discriminant : s’élever géographiquement, dans la ville intra-muros, puis dans l’« extra-muros », constitue un moyen de se mettre à l’écart des crues du fleuve, des quartiers insalubres et populaires de la basse ville et de la pollution industrielle et urbaine.
  • À la rive droite, marquée par les fonctions de direction, du commerce et des métiers traditionnels, s’oppose la rive gauche de la ville, qui, en continuité avec les communes limitrophes, voit s’entremêler de grandes usines textiles, chimiques, métallurgiques, des usines de production de gaz, d’importantes activités liées au chemin de fer et aux entrepôts portuaires et des quartiers d’habitation à dominante de maisons ouvrières. Ici dominent largement ouvriers qualifiés et employés des services publics.

Figure no 58 – Rouen, vue générale avec les quais avant-guerre.

  • 2 À Rouen, les destructions se localisent principalement ainsi : sur la rive droite, au sud de l’axe (...)

3Le second conflit mondial entraîne la destruction de 14 000 logements dans l’agglomération, principalement à Rouen et à Sotteville-lès-Rouen, où respectivement 8 000 et 3 000 logements sont détruits2.

4Dans une période où les pouvoirs publics développent la planification urbaine au profit d’une certaine modernisation des villes, la reconstruction de Rouen constitue une période charnière particulièrement intéressante, d’abord pour comprendre, d’une part, l’impact social et démographique des importantes transformations urbaines, d’autre part les conceptions, méthodes et outils mis en œuvre par ces pouvoirs publics pour penser et mettre en œuvre ces transformations urbaines.

5L’analyse de la reconstruction de la ville s’entend ici comme :

  • le processus de réaménagement complet des espaces démolis depuis l’élaboration des premiers plans d’aménagement, entamée dès l’automne 1940, jusqu’à l’achèvement des derniers logements peu avant 1965 ;
  • la prise en compte du devenir des populations présentes avant-guerre ainsi que le processus de repeuplement de ces quartiers reconstruits ;
  • l’impact du plan de reconstruction sur les équilibres sociodémographiques de la ville et sur son réaménagement global ultérieur.

Effondrement des densités dans le centre reconstruit et éviction des catégories populaires

  • 3 Jean-Marie Cipolat-Gotet, La reconstruction de Rouen dans son agglomération (1940-1965). Transform (...)
  • 4 Des constats assez proches ont été établis pour d’autres grandes villes, comme Le Havre et Caen. P (...)

6Le bilan de cette période que nous avons pu dresser pour Rouen est le suivant3 : la période se traduit par un affaiblissement démographique relatif de la ville et par une restructuration profonde de l’espace social4, c’est à dire une modification de la répartition de la population et des catégories sociales au sein de la ville et de l’agglomération, modification initialisée et entretenue par le processus de reconstruction lui-même.

7Rouen comptait 122 832 habitants en 1936. Au lendemain de la guerre, au recensement de 1946, la ville compte moins de 108 000 habitants, soit une perte de plus de 15 000 personnes. Certes, elle se repeuple ensuite lentement. Cependant, en 1962, date à laquelle la « reconstruction » peut être considérée comme quasiment achevée, Rouen n’a pas retrouvé le niveau de population qu'elle avait en 1936. Ceci peut sembler d’autant plus paradoxal dans un contexte national et local de forte croissance démographique, l’agglomération gagnant 63 000 habitants sur la période. De plus, 1962 constitue un maximum de population pour l’après-guerre : dès 1968, la population a déjà légèrement diminué par rapport à 1962.

8Cette évolution est-elle propre à une ville fortement touchée par la guerre ? Comment a évolué la population des autres villes françaises concernées ? Rouen a été effectivement fortement éprouvée sur le plan humain et démographique. Mais d’autres grandes villes ont connu une hémorragie démographique aussi importante comme Amiens et Strasbourg, voire davantage comme Caen et Le Havre. Cependant, toutes ces villes ont retrouvé en 1962 un niveau de population au moins équivalent à celui de l’avant-guerre : + 24 % en moyenne. Rouen est l’une des rares grandes villes à avoir moins d’habitants en 1962 qu’en 1936.

9Cette stagnation démographique s’accompagne d’une répartition différente des populations dans la ville. L’affaiblissement des densités de population dans les quartiers reconstruits est considérable : ceux de la rive droite passent de 350 habitants à l’hectare à seulement 150 et la hausse des densités sur la rive gauche reconstruite ne suffit pas à compenser cette perte d’habitants au centre de la ville.

10Cette baisse des densités s’effectue principalement au détriment des catégories populaires : les ouvriers et personnels de service qui constituaient en 1936 près de la moitié des actifs des quartiers reconstruits de la rive droite en représentent désormais environ 20 %, sur une population qui elle-même s’est fortement réduite, leur recul s’effectuant au profit des catégories d’encadrement et des professions libérales. Même sur la rive gauche reconstruite, pourtant vouée dans le plan de reconstruction à l’accueil de catégories modestes, les ouvriers et personnels de service sont en recul relatif au profit des employés et cadres moyens des services publics.

11Par contre, la part des catégories populaires reste identique dans les quartiers anciens de la ville, qu’ils aient été avant-guerre des quartiers d’habitat ouvrier, comme La Croix-de-Pierre, le faubourg Martainville ou qu’ils aient été des quartiers d’habitat mixte comme le secteur Beauvoisine-Saint-Nicaise ou des quartiers plutôt aisés comme celui de la gare SNCF.

12Les causalités de ces mutations sociodémographiques sont multiples et relèvent de plusieurs problématiques différentes.

Le financement de la reconstruction : une reconstitution de la seule propriété

13Le financement de droit commun de la reconstruction - les dommages de guerre – ne permet de reconstruire, dans Rouen, que 56 logements pour 100 détruits, alors que pour la commune voisine de Sotteville, cette part s’élève à 70 % et qu'elle atteint dans les deux grandes villes normandes Le Havre et Caen respectivement 69 % et 97 %.

  • 5 Danièle Voldman, La Reconstruction des villes françaises de 1940 à 1954. Histoire d’une politique,(...)

14Rappelons tout d’abord le principe de la loi5 et ses modalités de mise en œuvre dans le contexte local. La seconde reconstruction, définie à travers la loi du 28 octobre 1946, se fonde sur un principe : il n’y a pas de reconstruction « à l’identique », tant sur le plan financier que sur celui de la forme urbaine ou architecturale. Tout d’abord, la loi vise la reconstitution de la seule propriété et il n’entre donc pas dans ses objectifs de reconstituer un patrimoine immobilier équivalent à celui qui a été détruit. Il n’est donc pas question a priori de reconstruire par exemple une surface habitable ou un nombre de pièces équivalent à celui des destructions. La base de l’indemnisation est constituée par le coût de reconstitution du bien détruit.

Tableau no 1 – Principaux indicateurs socio-démographiques sur les quartiers de la reconstruction, 1936-1968.

Tableau no 1 – Principaux indicateurs socio-démographiques sur les quartiers de la reconstruction, 1936-1968.

Sources : 1936 – archives municipales de Rouen, dénombrement de la population, exploitation : J.-M. Cipolat. 1968 – INSEE, recensement général de la population.

Tableau no 2 – Le taux de reconstruction en dommages de guerre

A
Nombre de logements détruits pendant la guerre

B
Nombre de logements reconstruits en dommages de guerre

B/A
Taux de reconstruction en dommages de guerre

Rouen

8 004

4 510

56 %

Sotteville

3 002

2 104

70 %

Le Havre
(y compris Sanvic)

20 545

14 246

69 %

Elbeuf

830

404

49 %

Dieppe

850

818

96 %

Neufchatel

731

582

80 %

Yvetot

484

318

66 %

Total
Seine-Maritime

43 000

29 713

69 %

Caen

8 900

8 600

97 %

Sources : A – ministère de la Reconstruction et du Logement, dans « Bilan de la reconstruction en Seine-Inférieure », Études normandes, no 38,1954, p. 870.
B – direction départementale de l’équipement de Seine-Maritime, Statistiques du logement, 1945-1970. Caen – Claude Soucy, op. cit.

15Certains facteurs vont limiter le montant de la base d’indemnités utilisables pour reconstruire de nouveaux logements. L’élément majeur, ou souvent présenté comme tel, limitatif du montant des indemnités et donc, toutes choses égales par ailleurs, celui du nombre de logements reconstruits, est celui des abattements pour cause de vétusté instaurés par l’article 15 de la loi. Ceux-ci sont notamment liés à l’âge des bâtiments détruits et à la qualité et à l’épaisseur des murs. Ils sont donc d’autant plus importants dans des villes comme Rouen ou Le Havre, où le bâti détruit était très ancien et souvent à pans de bois, et viennent en déduction du montant de l’évaluation.

  • 6 D. Voldman, op. cit, p. 219-220.

16L’inflation constitue un second facteur de minoration de la masse des indemnités mobilisables. Ainsi, entre l’évaluation du bien détruit et la possibilité effective de mobiliser la créance, il peut s’écouler une dizaine d’années : se pose donc le problème de la réévaluation des indemnités en fonction d’une inflation très forte. Il semble que les services ministériels en charge de la question sous-estiment sensiblement son importance, minorant encore ainsi la masse des indemnités mobilisables6. Ce facteur joue d’autant plus à Rouen que la reconstruction s’y effectue avec retard à cause de la surélévation des ponts et quais.

17D’autres facteurs, pour une masse d’indemnités donnée, limitent encore le nombre des logements reconstruits.

  • Les fondations spéciales sont très certainement un facteur localement important de majoration des coûts de construction, la reconstruction étant une occasion de rehausser le socle des centres-villes de Rouen, du Havre et de Caen. Des fondations sur pieux y ont souvent été nécessaires. Rappelons qu’à Rouen, le projet « Paris port de mer » implique un rehaussement des ponts et quais et absorbe une part importante des indemnités de dommages de guerre, retardant la reconstruction de la ville (Rouen est alors qualifiée de « lanterne rouge » de la reconstruction en France) et exposant les travaux à la hausse rapide des coûts de la construction.
  • La taille des logements reconstruits est aussi un élément contribuant à la baisse de leur nombre : les logements comportent en moyenne davantage de pièces qu’avant-guerre, avec une dominante de 2 et 3 pièces, et ces pièces sont par ailleurs plus grandes, en général.
  • Enfin, le confort de ces nouveaux immeubles et logements est sans commune mesure avec celui de l’avant-guerre. L’adjonction d’ascenseurs, de terrasses, d’éléments de confort intérieurs tels que WC, salle d’eau, chauffage central, mais aussi de cours intérieures aux îlots, voire de parkings ou de garages sont autant d’éléments de renchérissement du coût unitaire de chaque logement et donc, à masse d’indemnités donnée, de diminution du nombre de logements reconstruits.
  • 7 J.-M. Cipolat-Gotet, op. cit., chap, viii, d’après l’enquête Logement de 1961.

18Au total, l’économie des dommages de guerre aboutit à un nombre moindre de logements mais aussi à des logements nettement plus chers. À l’échelle nationale, les loyers des logements reconstruits sont ainsi de deux à quatre fois plus élevés que ceux des appartements anciens, selon que le confort de ceux-ci est partiel ou médiocre à nul7. Si les locataires sinistrés ont pu bénéficier, avec la loi de 1948 et ses articles 70 et 71, d’une sorte de droit au retour dans un logement reconstruit et financé en dommages de guerre (les pouvoirs publics ayant considéré que la destruction des logements n’avait pas rompu les baux locatifs), bien peu ont utilisé cette possibilité, préférant souvent un relogement dans le parc ancien ou dans les nouveaux HLM (habitations à loyers modérés) qui s’édifient sur la rive gauche. Par ailleurs, l’encadrement des loyers dont bénéficient ces logements est limité dans le temps, avec des libérations de loyers dans les années 1960.

19Le financement en dommages de guerre ne permet donc qu’une reconstitution très partielle de l’offre détruite : 4 510 logements soit 56 % des 8 000 logements détruits pendant la guerre et 33 % des quelque 13 500 logements édifiés sur la commune entre 1949 et 1968. Le secteur HLM assume une part très importante des nouvelles constructions, 6 846 logements sur la période considérée soit 51 % des réalisations, le solde (2 200 logements) relevant de l’initiative privée ou de l’accession HLM.

20Non seulement les dommages de guerre ne permettent qu’une reconstitution très partielle de l’offre détruite, mais de plus, dans la ville « lanterne rouge » de la reconstruction, les programmes tardent à sortir de terre ; aux retards liés à la surélévation des quais s’ajoutent des délais de construction très longs : au moment du recensement de 1954, soit dix ans après la libération de la ville, seulement 1400 logements neufs ont été réalisés, essentiellement en dommages de guerre. On comprend ici tous les soubassements de la crise du logement qui éclate en 1954 au niveau national.

21Une certaine densité du bâti des quartiers reconstruits aurait pu occasionner des économies d’échelle sur les coûts de construction et donc sur leur prix de revient et leurs loyers. Cette démarche n’a été appliquée que sur la rive gauche, le plan de reconstruction dédensifiant volontairement la rive droite.

22Si l’économie des dommages de guerre donne la toile de fond, encore faut-il préciser comment le jeu des acteurs l’inscrit dans l’espace et en module éventuellement les contraintes.

La conception du plan de reconstruction et d’aménagement

23La reconstruction en France ne constitue pas une doctrine homogène et monolithique. Si une administration unique de la reconstruction et de l'urbanisme émerge progressivement, elle laisse toutefois localement une marge d’initiative certaine aux urbanistes et architectes en chef de la reconstruction.

24Avant d’essayer de comprendre les causes profondes des mutations sociales observées, il convient d’en cerner les modalités concrètes, qui résultent de choix urbanistiques, d’arbitrages et de compromis entre des groupes d’intérêts et réseaux d’influence divers.

  • 8 L’ouvrage de référence sur Jacques Gréber est la thèse d’André Lortie, Jacques Gréber (1882-1962) (...)

25L’élaboration du plan de reconstruction et d’aménagement (PRA) de Rouen est pilotée par Jacques Gréber8, recruté dès l’été 1940 par la ville comme architecte-conseil, avant d’être nommé urbaniste en chef de la reconstruction de Rouen par le pouvoir central. C’est un praticien de l’urbanisme et de l’architecture, mais aussi un enseignant et un théoricien de l’urbanisme renommé et influent au sein de la profession. Il est représentatif de cette génération d’urbanistes et d’architectes français de l’entre-deux-guerres, qui, autour de Gaston Bardet, a été formée aux lois de composition architecturale et de la composition urbaine. Partie prenante de l’École française d’urbanisme, ayant fréquenté le Musée social, il tente d’intégrer, comme le montre le mémoire justificatif, l’apport des sciences humaines à l’urbanisme pratique.

  • 9 Archives municipales de la ville de Rouen (AMVR), dossier « Reconstruction. Plan Gréber », 4H24, a (...)

26À la lecture du PRA9, la forte baisse des densités en zones reconstruites s’explique par la combinaison de plusieurs facteurs.

  • L’accroissement de l’emprise des voiries et espaces publics avec l’élargissement ou la création de nouvelles voies ainsi que par la création ou l’agrandissement d’espaces publics (places, squares). Si le tissu urbain a été sensiblement aéré, dans certains secteurs, comme autour de la halle aux Toiles, il faut reconnaître à Jacques Gréber un souci constant d’une composition urbaine respectueuse de la ville ancienne : pas de places ou d’espaces publics démesurés, comme l’avaient préconisé certains projets de reconstruction formulés en 194010. Mais ce sont les quais qui ont connu le plus grand changement, surtout sur la rive droite. Le projet « Paris port de mer », imposé par les autorités centrales du pays, se traduit par un exhaussement des ponts et un relèvement général des sols. Comme les hauteurs des immeubles sont limitées par le PRA, ce sont des volumes constructibles importants qui sont ainsi perdus.
  • La limitation des hauteurs et des emprises au sol. Les servitudes architecturales imposées par le PRA définissent la hauteur des immeubles. En simplifiant, les limitations sont doubles : elles concernent le nombre d’étages (rez-de-chaussée + 4 étages + 1 comble) et la hauteur au faîtage ou à la terrasse, de 27 mètres au maximum. Cette limitation des hauteurs est la cause principale de l’effondrement des densités du centre rive droite, et le règlement d’urbanisme n’est évidemment que la traduction juridique d’un point de vue esthétique imposé par Gréber.

27La densification de la rive gauche dans sa partie reconstruite avait pour fonction de compenser les pertes démographiques de la rive droite. Les règles de construction y sont totalement différentes puisque la hauteur des immeubles peut y atteindre 30 mètres. Cependant, le type d’urbanisme adopté ici dans l’esprit « moderne » qui annonce les « grands ensembles » affecte de grandes emprises foncières à de vastes espaces publics. La densité d’habitation y est en réalité sensiblement plus faible que la hauteur des immeubles pourrait le laisser croire.

28L’impact démographique de cette limitation des hauteurs peut être estimé de 2 500 à 5 000 habitants supplémentaires qui auraient pu être logés en centre-ville. Au plan économique et fiscal, l’impact en aurait été tout à fait appréciable. Autant une certaine réussite de la reconstruction rouennaise est aujourd’hui reconnue en termes de forme générale et composition des îlots, autant la densité du bâti apparaît faible au regard de la taille de l’agglomération.

29Cet affaiblissement démographique de la ville-centre contraste avec la forte croissance de la population des banlieues, et à ces dynamiques démographiques opposées entre la ville-centre et ses banlieues se superposent souvent des oppositions politiques de plus en plus marquées.

Un plan globalement imposé à la ville

  • 11 Archives municipales de la ville de Rouen (AMVR), Conseil municipal du 21 octobre 1946, Plan de Ro (...)

30La réalisation du PRA de Rouen peut se lire comme le fruit d’un compromis entre le projet d’un urbaniste qui bénéficie de puissants appuis dans les administrations centrales de l’urbanisme, et les acteurs locaux, au premier rang desquels les associations de sinistrés et de commerçants ainsi que le conseil municipal, qui est seulement appelé à donner un avis11. La conception d’ensemble et le parti pris urbain sont incontestablement l’œuvre de Jacques Gréber, les concessions faites aux acteurs locaux, bien que substantielles, n’ont pas remis en cause son dessein initial.

  • 12 AMVR, dossier Reconstruction 4H24, PRA, mémoire justificatif, p. 341 pour la première citation, p. (...)

31Les problématiques développées dans le PRA par Jacques Gréber et son équipe sont principalement celles de la circulation, de l’hygiène, des espaces libres et de l’esthétique. Gréber n’ignore pas cependant la dimension quantitative de la reconstruction. Si l’enjeu démographique n’est pas explicitement pris en compte, la dédensification de Rouen n’est pas une simple conséquence d’un projet urbain mal maîtrisé ; elle s’inscrit dans un projet de décongestion de la ville qui n’est cependant jamais totalement assumé et dans un parti pris esthétique reposant sur un objectif majeur : « Il s’agit en réalité de composer la découverte progressive du paysage » et celle-ci doit s’organiser ainsi : « Le point de mire autour duquel se met en place cette approche est convenu : il s’agit de la cathédrale12. » Gréber impose ainsi une relecture de la ville en fonction de ce qu’il convient de voir. Le parti pris esthétique adopté impliquait donc une limitation de la hauteur des immeubles dans toute la partie située entre la cathédrale et le quai, pour que la nef de la cathédrale puisse apparaître dans toute sa partie supérieure au-dessus des toits des maisons nouvelles, et une utilisation de la rive gauche considérée comme plate-forme d’observation.

  • 13 J.-M. Cipolat-Gotet, op. cit., p. 690-714 pour la composition des conseils municipaux de l’époque.
  • 14 AMVR, dossier Reconstruction 4H22, pétition du 23 octobre 1943.

32La reconstruction de Rouen constitue un drame pour les élites rouennaises : Gréber impose un plan qui dédensifie brutalement le centre-ville. Or, moins d’habitants, c’est moins de contribuables mais c’est aussi moins de consommateurs pour le commerce du centre-ville. Les commerçants constituent, à travers la Ligue des commerçants rouennais, un groupe de pression majeur et ils sont très influents au conseil municipal où ils occupent des postes clefs13, ainsi qu’à la chambre de commerce. Ils sont très attentifs à l’utilisation des sols et des volumes en faveur des commerces et des habitations et ils s’opposent donc aux projets de rehaussement des quais, de limitation de la hauteur des immeubles et d’extension des espaces publics ou d’emprises de bâtiments publics considérées comme obstacle au commerce ou à l’habitation. Leur opposition est également très forte à la transformation, prévue au PRA, de file Lacroix en espace à vocation de loisirs et de détente, qui entraînerait la fermeture de nombreuses entreprises. Une pétition des industriels et commerçants est massivement signée au moment de l’enquête d’utilité publique en 1943, demandant que la vocation industrielle et portuaire ne soit pas sacrifiée à la « ville-musée14 ». Les pétitionnaires obtiendront finalement gain de cause puisque ce projet concernant l’île Lacroix ne sera jamais mis en œuvre et l’île sera soumise dans les années 1960-1970 à une procédure de rénovation urbaine donnant lieu à un nouveau quartier d’habitation.

33Bien que Gréber ait repris à son compte certaines revendications des élus et professionnels rouennais, l’hostilité de ces derniers à l’économie générale de son plan l’amène à quitter la ville dès 1947 et à ne pas participer à la mise en œuvre de son projet urbain.

Des logements HLM localisés à l’extérieur du centre historique

  • 15 AMVR, dossier Reconstruction 4H17. Dans le cadre du projet de reconstruction des quartiers au sud (...)

34S’il s’explique principalement par la raréfaction de l’offre de logements et le coût élevé des loyers des nouveaux appartements, l’effondrement de la composante populaire dans les quartiers reconstruits s’appuie aussi sur un certain nombre de mécanismes et de conceptions particulièrement discriminants. En effet, les intentions de l’urbaniste en chef Jacques Gréber sont ici explicites : on a pu retrouver des documents de travail qui manifestent une ferme volonté d’exclure massivement du centre à reconstruire des catégories populaires jugées « indésirables15 ». Et sur ce point, l’urbaniste en chef est en phase avec les associations de commerçants en n’incluant aucun HLM dans le centre historique de la rive droite.

35Le développement du logement HBM (habitations à bon marché), puis HLM, a été conçu dès l’élaboration du PRA pour reloger des ménages de ressources modestes des quartiers détruits dont on pressentait qu’ils ne pourraient pas s’acquitter des nouveaux loyers. Telle est la fonction des « quartiers de compensation », où des HLM sont intégrés à des copropriétés financées en dommages de guerre : quartiers « des Docks » et « des Abattoirs », tous deux sur la rive gauche. Mais dans les faits, ces logements HLM ne sont livrés que tardivement, principalement après 1954. Ce constat social n’est pas propre à Rouen : la même brutalité des mutations sociales a été observée à Caen. Celles-ci sont plus atténuées au Havre, où des HLM sont intégrés dans le centre reconstruit.

  • 16 J.-M. Cipolat-Gotet, op. cit., p. 373.

36Par ailleurs, les loyers des nouveaux HLM sont nettement plus élevés que ceux des HBM d’avant-guerre et du locatif privé ancien : ainsi à Rouen en 1955, quand le loyer d’un HLM neuf est de 100, celui d’un appartement ancien est de 5216. Ceci explique la forte proportion d’ouvriers à statut (cheminots) ou d’employés et cadres moyens dans les nouveaux ensembles des docks, les ouvriers peu qualifiés, nombreux dans l’ancien centre-ville, ne pouvant accéder à ces niveaux de loyers.

37Dès 1952, le bilan de la reconstruction étant particulièrement négatif tant pour le nombre de logements livrés que pour les niveaux de loyers, les pouvoirs publics impulsent la construction de nouveaux ensembles d’habitations en dehors des périmètres déjà urbanisés ou reconstruits. Les premiers grands ensembles sont décidés dès 1952-1953 et vont commencer à être livrés à partir de 1956. La Cité verte à Canteleu et les Sapins à Rouen prennent alors le relais des quartiers de compensation, avec une omniprésence du collectif et du locatif HLM. Bien que situés sur les plateaux au-dessus de Rouen, ces ensembles prolongent en fait la division sociale de l’espace préexistante : le plateau des Sapins et de la Grand-Mare constitue un vaste espace agricole dont l’urbanisation a été entamée dans l’entre-deux-guerres avec la réalisation d’un ensemble de maisons HBM pour familles nombreuses nécessiteuses. C’est dans sa continuité qu’est réalisé le premier grand ensemble rouennais composé quasi exclusivement d’HLM. La Cité verte à Canteleu est réalisée sur le plateau d’une commune à vocation portuaire, industrielle et ouvrière.

Figure no 59 – Canteleu, la Cité verte en 1962.

La reconstruction : un processus qui devient permanent

  • 17 J.-M. Cipolat-Gotet, op. cit., p. 224.

38Ainsi, dans un contexte de forte pénurie de logements et de niveaux de loyers relativement élevés des nouveaux logements, le relogement des sinistrés de guerre de milieux populaires s’est effectué principalement par entassement dans le parc existant, moins cher, plus secondairement dans les nouveaux logements HLM. Les constructions provisoires ont certes constitué un appoint précieux, mais elles sont restées quantitativement limitées (moins de 500 unités), Rouen n’étant pas considérée comme prioritaire par rapport à une ville comme Le Havre. Les pouvoirs publics ont encouragé avec les ordonnances de 1945 la division de logements existants et la réquisition de logements et de pièces vacantes. Ces mesures ont encore accentué un phénomène d’entassement spontané dans l’habitat existant. On assiste également à la transformation en logements de locaux qui faisaient avant-guerre fonction de caves, garages, greniers... On a pu ainsi estimer qu’au moins 2 000 logements ont été mis sur le marché entre 1946 et 195417.

39Si le parc ancien permet d’accueillir davantage de personnes, il subit très tôt une érosion importante sous l’action de plusieurs processus et entraîne une migration de ses occupants.

40Le principe d’une reconstruction de copropriétés sur un foncier remembré, tel que conçue dans le PRA, nécessite des îlots à bâtir vierges de toutes constructions. On démolit ainsi des dizaines de logements qui étaient encore réparables pour faire « table rase » et offrir des espaces constructibles d’un seul tenant. L’élargissement de certaines voies, la création de nouvelles, le rehaussement des quais aboutissent encore à d’autres démolitions dès avant 1950.

41La lutte contre le logement insalubre n’est pas une préoccupation nouvelle à Rouen puisque le quartier Martainville a connu un premier « plan d’assainissement » dès la seconde moitié du XIXe siècle. Le PRA délimite également des îlots insalubres et la volonté municipale d’agir sur ce terrain est explicite dès 1946. La mise en œuvre de la procédure de rénovation urbaine est décidée très tôt à Rouen : dès 1952 pour le quartier Martainville, alors que la reconstruction ne fait que livrer ses premiers appartements, un peu plus tard pour l’île Lacroix. Ainsi, pour Martainville, ce sont 600 logements anciens qui sont détruits en quelques années pour permettre l’édification d’un nouvel ensemble d’un nombre équivalent de logements ; à une population à forte dominante d’ouvriers non qualifiés, qui doit quitter peu à peu le secteur, se substitue une population « moyenne » d’employés et de cadres moyens. La ville, frustrée par la faible densité des quartiers reconstruits du centre, reprend la main à travers la rénovation urbaine. Il s’agit certes de moderniser le parc de logements de Rouen, particulièrement inconfortable et insalubre, mais aussi d’introduire dans les espaces rénovés des populations à plus fort potentiel économique.

  • 18 J.-M. Cipolat-Gotet, « La gestion des immeubles dangereux à Rouen dans les années 1950-1960 », dan (...)

42Les immeubles qualifiés de dangereux constituent dès la fin des années 1940 une source d’inquiétude majeure pour la ville et un facteur supplémentaire de déplacement de ménages populaires18. De nombreux logements anciens, assez souvent de médiocre qualité, mal entretenus depuis plusieurs décennies, ébranlés par les bombardements, constituent un danger pour leurs occupants. Ce sont les « immeubles menaçant ruine » (IMR en langage administratif) qui nécessitent des travaux d’urgence, voire une démolition complète et donc une interdiction d’habiter et un relogement temporaire ou définitif de leurs occupants.

43Au total, l’ensemble des logements démolis pour cause d’urbanisme, d’insalubrité ou de dangerosité peut être estimé à environ 3 800 au cours de la période 1954-1962, qui voit se mettre en œuvre l’essentiel de la reconstruction. Or, 8 600 logements ont été construits pendant ce temps, c’est-à-dire que pour 100 logements construits, 45 sont détruits. On comprend mieux ainsi les difficultés de la commune à restaurer son niveau de population d’avant-guerre.

44Dans ces opérations d’initiative publique, la ville, qui acquiert les immeubles à démolir, est tenue d’organiser le relogement des ménages évincés. Le patrimoine HLM, alors en pleine expansion, constitue un support de ce relogement mais il est construit le plus souvent à la périphérie de la commune : les Sapins, la Sablière. Le relogement des ménages aboutit à un aiguillage différencié de ceux-ci en fonction de leurs ressources mais aussi de leur moralité. Le quartier de la Sablière, à l’équipement des plus sommaires, à l’extrémité de la commune, est ainsi spécialisé dans l’accueil des familles qualifiées de « socialement faibles » ou « asociales ».

45Ainsi, à une division sociale de l’espace fortement polarisée par le port, l’industrie et le fleuve, la reconstruction, dans un contexte où le lien entre emploi et logement tend à se distendre, surimpose des opérations d’aménagement d’initiative publique (PRA, rénovation urbaine, grands ensembles) qui proposent à des populations prédéfinies des typologies d’habitat très segmentées en termes de prestations et de prix. Mais les parties les plus centrales de la ville reconstruite restent dédiées aux catégories sociales supérieures.

Notes

1 Jean-Pierre Chaline, « Perception du pan de bois et ségrégation urbaine à Rouen », dans Annie Fourcaut (dir.), La Ville divisée. Les ségrégations urbaines en question, France, XVIIIe XXe siècles, Grâne, Créaphis, 1996, p. 219-229.

2 À Rouen, les destructions se localisent principalement ainsi : sur la rive droite, au sud de l’axe cathédrale-place de la Pucelle et jusqu’à la Seine, avec une pointe jusqu’à la rue Thiers, sur la rive gauche, entre le fleuve et la place des Emmurées. Pour une cartographie précise des destructions et des îlots reconstruits, voir Guy Pessiot, Histoire de Rouen 1939-1958, Rouen, Éditions du P’tit Normand, 1986, p. 304-310.

3 Jean-Marie Cipolat-Gotet, La reconstruction de Rouen dans son agglomération (1940-1965). Transformations urbaines, mutations sociales, gestion des populations, thèse d’histoire, Michel Pigenet (dir.), université Paris I, 2004. L’essentiel des analyses et données sociodémographiques de cet article sont issues de ce travail.

4 Des constats assez proches ont été établis pour d’autres grandes villes, comme Le Havre et Caen. Pour Le Havre, voir Jean-Philippe Damais, La Nouvelle ville du Havre, reconstruction et repopulation, Centre de documentation cartographique et géographique, mémoires et documents publiés sous la direction de Jean Dresch, t. IX, fascicule 2, Paris, Éditions du CNRS, 1963. Pour Caen, voir Claude Soucy, Contribution à une sociologie des centres urbains. Reconstruction et développement : les centres de Caen et du Havre, Paris, CSU, 1969-1970, 2 vol. 

5 Danièle Voldman, La Reconstruction des villes françaises de 1940 à 1954. Histoire d’une politique, Paris, L’Harmattan, 1997. Voir notamment le chap, vu, « Les choix de l’État ».

6 D. Voldman, op. cit, p. 219-220.

7 J.-M. Cipolat-Gotet, op. cit., chap, viii, d’après l’enquête Logement de 1961.

8 L’ouvrage de référence sur Jacques Gréber est la thèse d’André Lortie, Jacques Gréber (1882-1962) et l’urbanisme. Le temps et l’espace de la ville, IUP, Paris XII, Claude Chaline et Bruno Vayssière (dir.), 1997, avec bibliographie de et sur J. Gréber.

9 Archives municipales de la ville de Rouen (AMVR), dossier « Reconstruction. Plan Gréber », 4H24, avec le projet approuvé le 21 août 1947, comprenant notamment le mémoire justificatif, rédigé en 1942, et le PRA proprement dit avec les plans superposés de 1942 et 1947. Ce plan dont les études commencent dès 1940, suite aux premières destructions à l’arrivée des Allemands, a connu plusieurs versions pour prendre en compte les destructions de 1943-1944. Nous nous appuyons ici sur la version définitive.

10 Pour une analyse urbaine et architecturale de la reconstruction rouennaise et un bilan de celle-ci, voir notamment Alain Gasperini, « La reconstruction de Rouen 1946-1962 », dans Connaître Rouen VII, 1995 ; Patrice Pusateri, « La reconstruction de Rouen à l’épreuve du temps », Études normandes, 1998, p. 9-40.

11 Archives municipales de la ville de Rouen (AMVR), Conseil municipal du 21 octobre 1946, Plan de Rouen, avis, p. 339.

12 AMVR, dossier Reconstruction 4H24, PRA, mémoire justificatif, p. 341 pour la première citation, p. 338 pour la seconde.

13 J.-M. Cipolat-Gotet, op. cit., p. 690-714 pour la composition des conseils municipaux de l’époque.

14 AMVR, dossier Reconstruction 4H22, pétition du 23 octobre 1943.

15 AMVR, dossier Reconstruction 4H17. Dans le cadre du projet de reconstruction des quartiers au sud de la cathédrale détruits en 1940, Jacques Gréber demande en février 1942 aux services municipaux de chiffrer le nombre de commerçants « à éliminer » et d’habitants « indésirables » dans les quartiers à reconstruire. Ainsi, 2 000 habitants sur les 4 800 à reloger sont jugés « indésirables », soit 42 % !

16 J.-M. Cipolat-Gotet, op. cit., p. 373.

17 J.-M. Cipolat-Gotet, op. cit., p. 224.

18 J.-M. Cipolat-Gotet, « La gestion des immeubles dangereux à Rouen dans les années 1950-1960 », dans Yannick Marec (dir.), Villes en crise. Les politiques municipales face aux pathologies urbaines (fin XVIIIe-fin XXe), Grâne, Créaphis, 2005, p. 182-191.

Table des illustrations

Légende Figure no 58 – Rouen, vue générale avec les quais avant-guerre.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5341/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Titre Tableau no 1 – Principaux indicateurs socio-démographiques sur les quartiers de la reconstruction, 1936-1968.
Légende Sources : 1936 – archives municipales de Rouen, dénombrement de la population, exploitation : J.-M. Cipolat. 1968 – INSEE, recensement général de la population.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5341/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Figure no 59 – Canteleu, la Cité verte en 1962.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5341/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 218k

Auteur

Directeur d’études dans un cabinet-conseil en politiques de l’habitat et planification urbaine et par ailleurs maître de conférences associé en sociologie à l’université de Rouen, est l’auteur d’une thèse de doctorat d’histoire contemporaine intitulée La reconstruction de Rouen dans son agglomération (1940-1965). Transformations urbaines. Mutations sociales. Gestion des populations (université Paris I, 2004). Il a publié notamment, sur les thèmes du présent ouvrage : « La gestion des immeubles dangereux à Rouen dans les années 1950-1960 », dans Yannick Marec (dir.), Villes en crise ?, Grâne, Creaphis, 2005, p. 182-191.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search