Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Reconstruction en Normandie et en Basse-Saxe après la seconde guerre mondiale

 | 
Corinne Bouillot

Deuxième partie. Lectures et représentations

Chapitre 10. Regards croisés : une approche pédagogique de la reconstruction à travers l’exemple d’un échange universitaire régional entre la Haute-Normandie et la Basse-Saxe

Sandra Schmidt

Résumé

Dans le cadre du partenariat régional entre la région Haute-Normandie et le Land de Basse-Saxe a vu le jour, entre les universités de Rouen et d’Osnabrück, un projet d’échange consacré aux signes matériels et structurels de la destruction et de la reconstruction après la seconde guerre mondiale. La thématique permet d’associer formation régionale et interculturelle et recherche. Le principe des regards croisés sur l’histoire locale et régionale rend possible une approche de soi et de l’autre et de prendre conscience aussi bien des spécificités que des points communs dans l’histoire et le présent franco-allemands. Grâce à la collaboration avec le Regionales Filmarchiv d’Osnabrück, le Pôle image (Mémoire audiovisuelle de Haute-Normandie) et le Kulturarchiv de Hanovre, il a été possible d’inclure des sources d’archives sous la forme de films d’amateurs de la période de la guerre et de l’après-guerre. En tant que lieu de mémoire, le matériau filmique est à la fois un témoignage authentique et un vecteur d’histoire culturelle. À partir de cet exemple concret de projet d’échange franco-allemand, cette contribution aborde l’histoire de l’après-guerre en Basse-Saxe et en Haute-Normandie sous l’angle des cultural studies.

Texte intégral

  • 1 Voir Le Robert pour tous, Paris, Dictionnaires Le Robert, 1994, p. 947-948.

1 Le terme de « reconstruction » pour désigner l’ensemble des activités politiques, urbanistiques, architecturales et sociales qui ont marqué visiblement le paysage urbain de l’après-guerre ne manque pas d’ambiguïté. Le verbe « reconstruire » offre deux possibilités : ou bien il s’agit de « construire de nouveau ce qui a été démoli » au sens de « refaire » à l’identique ce que l’on a perdu, ou bien l’on profite de l’état de destruction pour « donner une forme nouvelle » à ce qui était là avant1.

  • 2 Titre original de l’exposition conçue par le musée d’Architecture de l’université technique (TU), (...)

2Le visiteur « naïf » d’une ville tombe souvent en admiration devant un bâtiment ancien sans traces de destruction. Parfois, ce même visiteur refuse – d’un point de vue esthétique – le béton armé ou les constructions plutôt utilitaires des années 1950-1960. Pour valoriser les changements dans les paysages urbains entre l’après-guerre et l’époque contemporaine, il est utile de resituer la reconstruction dans son cadre historique, comme l’a fait une exposition saluée par le public et par la critique à Munich à l’automne 2010. La double orientation du titre de cette exposition nous conduit au cœur du problème : « Histoire de la reconstruction. Construction de l’histoire2. » Sous la direction de l’historien de l’architecture Winfried Nerdinger, une équipe de chercheurs internationaux a sélectionné des cas exemplaires de reconstruction de l’Antiquité jusqu’à nos jours. Son concept avait pour fil directeur de rendre visibles les structures d’interdépendance entre l’histoire politique et l’architecture.

3Pour souligner l’importance d’un projet pédagogique visant à intéresser les étudiants français et allemands à ce sujet, il me semble d’abord important de rappeler brièvement les ingrédients de l’éternel débat autour de la reconstruction depuis la deuxième moitié du XXe siècle. Les exemples de cette première partie sont tirés du contexte allemand pour donner au lecteur français un aperçu de ce débat. La deuxième partie sera consacrée à des réflexions méthodologiques qui s’organisent autour du concept rouennais de « lecture d’une ville » et des objectifs pédagogiques proposés par les sciences de la culture (Kulturwissenschaften). La partie principale de cet article présentera le bilan d’un échange qui a eu lieu entre les universités de Rouen et Osnabrück et qui a précédé le colloque bilatéral scientifique de 2010.

La reconstruction : un débat toujours actuel

  • 3 « Das Bedürfnis des Menschen nach Unterkunft aber ist beständig. Die Baukunst hat niemals brack ge (...)
  • 4 Ce terme – répandu parmi les habitants de Berlin pendant les derniers mois de la guerre et la prem (...)

4« En revanche, le besoin humain de se loger demeure constant. L’architecture n’a jamais chômé. Son histoire est plus ancienne que celle de n’importe quel art [...]3 » : cette citation est extraite de l’essai intitulé L’Œuvre d’art à l’époque de sa reproduction mécanisée, qui passe pour être l’un des textes les plus clairvoyants sur l’avenir de l’œuvre d’art menacée dans son unicité par les moyens de reproduction techniques. Walter Benjamin a écrit ce texte en 1935, alors qu’il se trouvait en exil à Paris. Il ne pouvait pourtant pas se douter à quel point la guerre totale et ses conséquences fatales changeraient les paysages urbains de toute l’Europe. Quelques années plus tard, Berlin – ville natale de Walter Benjamin qu’il avait dû quitter juste après la prise du pouvoir par les nazis en 1933 – se transforma, sous les yeux de ses habitants abasourdis, en un vaste Reichstrümmerfeld4 (champ de ruines du Reich), du fait des raids aériens.

  • 5 « Als ruhiger Fluss, als kontinuierliche Entwicklung » (R. Leick, M. Schreiber et H.-U. Stoldt, op (...)
  • 6 Concernant cette idée de « renoncement » (Architektur des Verzichts), voir l’article de l’historie (...)

5Tant de villes en Allemagne et en France ont partagé le même sort d’une destruction sans mesure. De ce point de vue, l’histoire européenne de l’art architectural donne l’impression d’un « fleuve tranquille, d’un développement continu5 » interrompu brutalement par la force dévastatrice de la seconde guerre mondiale. Devant l’état d’urgence de l’après-guerre, la reconstruction a posé à toute une génération d’architectes et d’urbanistes l’ultime défi de leur profession. Les visions et projets urbains surdimensionnés que les nazis avaient conçus et la destruction instrumentalisée comme arme de guerre ont mis en évidence le fait que l’architecture n’est jamais neutre, ni détachée de la politique. Chaque décision prise par les responsables de la reconstruction était en même temps une prise de position par rapport au passé et une projection dans l’avenir. En conséquence, les différentes phases de la reconstruction ont été marquées par des discussions idéologiques et par des intérêts conflictuels. Il ne s’agissait pas seulement de déblayer aussi vite que possible le chaos à l’aide de moyens souvent modestes, de loger des millions de sans-abri, de réparer les infrastructures et de remettre en marche l’industrie. La reconstruction est liée à une multitude de questions concernant la modernité de l’architecture et de l’urbanisme. Fallait-il oui ou non imiter à tout prix l’original perdu ? Construire d’une manière moderne impliquait au contraire de ne pas effacer toutes les traces de la guerre marquant la physionomie des villes. Les architectes modernes de renommée – tels Le Corbusier et Walter Gropius – ont plaidé, dans les années 1920, déjà, pour une « architecture du renoncement6 ». Ils se sont mis à la recherche de formes et de matériaux appropriés à une architecture plus légère, plus adaptée aux besoins des habitants contemporains. Construire d’une manière moderne signifiait aussi réaliser et organiser le paysage urbain d’une manière rationnelle, sans ornements superflus.

  • 7 « Soll man rekonstruieren ? Ich muss die Frage rückhaltlos bejahen », Hermann Hesse, cité d’après (...)

6Après 1945, les adeptes de la modernité qui s’inscrivaient dans cette lignée de Gropius et de Le Corbusier se sont retrouvés confrontés aux traditionalistes, qu’il s’agisse d’architectes, de responsables politiques ou d’habitants. Ces derniers s’organisaient dans des associations baptisées Altstadtvereine qui étaient favorables à une reconstruction des anciens centres-villes orientée vers les souvenirs du paysage urbain historique. L’écrivain Hermann Hesse, lauréat du prix Nobel en 1946, était l’un des plus célèbres représentants des traditionalistes qui plaidait sans réserve pour une reconstruction à l’identique7.

7Toutes ces questions liées au terme de reconstruction font l’objet, jusqu’à nos jours, de vifs débats. Pendant les années 1990, la reconstruction tardive de la Frauenkirche à Dresde, chef-d’œuvre d’architecture baroque détruit dans un incendie lors des bombardements de 1945, a été réalisée à l’identique à l’aide des matériaux d’origine. La ruine en tant que monument commémoratif s’est transformée – grâce à un large soutien public et à des milliers de donateurs – en un symbole de réconciliation représenté par cette église admirablement reconstruite. En revanche, le projet de reconstruction coûteux, voire même irréalisable envisagé pour l’ancien palais royal (Stadtschloss) de Berlin, est l’objet depuis plus de dix ans de polémiques publiques. Le palais de la République démocratique allemande (Palast der Republik) – devenu à son tour un lieu de mémoire historique – a fini par être détruit pour qu’une autre couche du passé resurgisse un jour.

8À la phase de reconstruction dictée par les urgences de l’après-guerre a succédé une phase de discussions variées autour des concepts problématiques et problématisés de la modernité urbaine durant les années de prospérité économique (Wirtschaftswunder). L’Année européenne du patrimoine architectural, proclamée en 1975 par le Conseil de l’Europe, a marqué un tournant décisif en faveur d’un retour aux racines historiques du paysage urbain. C’est non sans ironie que l’on remarque aujourd’hui – à l’heure de la mondialisation qui ne parvient pas toujours à enfanter des symboles architecturaux attrayants – que le rêve collectif d’un centre-ville harmonieux est plutôt meublé de maisons à colombages ou de châteaux en trompe-l’œil.

9Constatons pour conclure qu’on trouve deux approches différentes au cœur des débats actuels : La première tâche des urbanistes et architectes consiste à corriger les inconvénients et imperfections de ce qui a été construit durant les phases de la reconstruction. La deuxième tâche – beaucoup plus vaste – demande de trouver de nouvelles visions urbaines adaptées aux changements démographiques, aux besoins d’efficacité concernant la circulation, le travail et le logement, aux questions de la protection de l’environnement et des ressources énergétiques. Les urbanistes ne se trouvent pas plus aujourd’hui qu’immédiatement après la guerre devant une table rase. Ces deux tâches sont donc intimement liées.

10Tous ceux qui cherchent à comprendre le visage actuel des centres-villes du Havre et de Hanovre, de Rouen et d’Osnabrück, doivent se pencher sur l’histoire de la guerre et de l’après-guerre qui a visiblement marqué ces villes. Chaque paysage urbain peut être comparé à un texte complexe à lire et à interpréter.

Lecture d’une ville – réflexions théoriques

  • 8 Walter Benjamin, op. cit., p. 41.

11Dans L’Œuvre d’art à l’époque de sa reproduction mécanisée, Walter Benjamin a également souligné le problème clé d’une lecture différenciée des paysages urbains : « Les constructions architecturales sont l’objet d’un double mode de réception : l’usage et la perception8... » En tant qu’habitant, notre vision de la ville, telle qu'elle nous entoure, est guidée et structurée par nos besoins et habitudes du quotidien. La perception de l’architecture « s’effectue », pour reprendre la formule de Benjamin, « moins par la voie de l’attention que par celle de l’habitude ». Il est peu banal de remarquer que c’est justement l’attention qui marque la différence entre l’habitant et le touriste. Le « recueillement des voyageurs devant les édifices célèbres » est réservé aux vacances et aux lieux prestigieux. Au jour le jour, la façon dont le visage actuel de notre ville domicile s’est développé au fil des ans nous importe peu. Et la question de savoir comment s’est construite notre perception de cette ville – par expériences, sentiments, connaissances – nous préoccupe encore moins. En particulier face à l’architecture dite « moderne » des années 1950 et 1960, nous nous laissons facilement aller à donner des verdicts dictés par un manque de références et de savoir.

  • 9 Aleida Assmann, « Kultur als Lebenswelt und Monument », dans A. Assmann et Dietrich Harth, Kultur (...)
  • 10 Hartmut Böhme, Peter Matussek et Lothar Müller, Orientierung Kulturwissenschaft. Was sie kann, was (...)
  • 11 Cité d’après Jan Standke et Thomas Düllo, Theorie und Praxis der Kulturwissenschaften, Berlin, Log (...)

12Les sciences de la culture (Kulturwissenschaften) – filière multidisciplinaire et spécificité allemande – nous fournissent bien des outils pour comprendre et analyser le paysage urbain en tant que phénomène culturel et historique dans un acte de lecture spécifique. Au centre de cette approche scientifique, il y a « l’homme, créateur de significations » et autour de lui « la culture en tant qu’ensemble de codes et de médias, d’objets et d’institutions, par lesquels des significations sont créées et éliminées, conservées et changées, imposées et forcées, commémorées et oubliées9 ». Les sciences de la culture commencent par un « apprentissage de base qui passe par l’étonnement » et demande une ouverture d’esprit pour voir « chaque produit et chaque pratique dans le domaine culturel sous l’angle de la non-évidence10 ». L’enseignement des sciences de la culture doit être considéré et réalisé comme un transfert de connaissances sur le monde et dirigé par une responsabilité quadruple à l’égard des étudiants. Selon Aleida Assmann, chercheuse allemande réputée pour sa théorie de la « mémoire culturelle », la science de la culture implique une prise de responsabilité « pour l’expérience esthétique, pour l’accès au monde passant par la langue, pour la mémoire historique, pour la singularité culturelle11 ». Cette exigence de responsabilité étendue à plusieurs domaines dépasse le cadre de la théorie et ouvre la voie vers une pédagogie culturelle.

  • 12 Les citations relatives à cette méthode se trouvent sur http://rouen-ville-art-histoire.ac-rouen.f (...)

13Sur le site internet de son pôle patrimoine et tourisme, la ville de Rouen présente une méthode qui permet de transposer cette idée théorique du culturel en projet pratique. Sous le titre « Lecture d’une ville12 », le pôle patrimoine et tourisme propose une démarche à « partir de ce que l’on voit du panorama de la côte Sainte-Catherine afin de retrouver les structures principales de la ville dans le domaine géomorphologique et architectural et d’en chercher les explications dans l’histoire du développement urbain ». À cela s’ajoute l’invitation à s’intéresser aux images et aux reflets multiples de la ville dans la littérature et dans l’art. Cette démarche pédagogique ne se limite pas à faire connaître la ville de Rouen aux élèves et étudiants. Les initiateurs de cette méthode souhaitent élargir le champ de vision des participants. Celui qui connaît mieux une ville sera capable par la suite de se servir des connaissances acquises pour s’intéresser à d’autres paysages urbains. Il sera à même de comparer, de trouver des ressemblances ou de remarquer les spécificités d’une ville.

Regards croisés : un projet d’échange franco-allemand

  • 13 Ce partenariat régional date de 1985. Initiée dans le domaine de l’éducation et de la culture, cet (...)
  • 14 Voir Andreas Nieweler, Fachdidaktik Französisch. Tradition, Innovation, Praxis, Stuttgart, Klett, (...)
  • 15 Lettre d’information de l’OFAJ no 30, septembre 2009, p. 8, http://www.dfjw.org.

14Dans le cadre du partenariat régional entre le Land de Basse-Saxe et la région Haute-Normandie13, les universités de Rouen et d’Osnabrück ont développé un projet d’échange autour du thème : destruction et reconstruction. Le mode de travail concentré sur une question pluridimensionnelle fait partie des formes ouvertes14 de l’enseignement. Un projet commun « permet d’exploiter encore davantage le potentiel linguistique, culturel et interculturel de l’échange, ce qui est bénéfique aussi bien pour les élèves que pour les enseignants, l’école et son environnement15 ». Ce que l’Office franco-allemand pour la jeunesse (OFAJ) constate à juste titre en ce qui concerne les « échanges scolaires – à la découverte de l’autre » vaut également pour les projets universitaires.

15Dès le début, ce projet a été l’œuvre de plusieurs responsables engagées : Corinne Bouillot, maître de conférences à l’université de Rouen, Agnès Deleforge, chargée de la mémoire audiovisuelle du Pôle image Haute-Normandie et Françoise Herbin, lectrice en langue française à l’université d’Osnabrück, qui a laissé sa place à la rédactrice de cet article. Entre 2006 et 2009, quatre groupes d’étudiants français et allemands se sont rendu visite à Rouen et à Osnabrück. Chaque séjour d’une durée d’une semaine était accompagné d’un programme d’activités variées de trois types : séances de travail théorique, visites guidées sur la thématique de l’histoire et de la mémoire, approches par le biais de moyens de communication (film, photographie, interview, débat).

16Les voyages d’études étaient préparés et accompagnés par des séminaires universitaires portant sur la thématique du projet inscrite dans un contexte historique et culturel plus large. Dans le cadre du programme d’études « Littératures et civilisations étrangères » du département d’allemand de l’université de Rouen, les étudiants français se sont intéressés à la problématique de la mémoire et de la paix à laquelle se consacre la ville d’Osnabrück (Friedensstadt) – en particulier par l’hommage qu’elle rend à l’écrivain Erich Maria Remarque, l’auteur du roman pacifiste À l’Ouest rien de nouveau, et au peintre juif Felix Nussbaum, mort en 1944 à Auschwitz. Ces deux célèbres enfants de la ville ont partagé le sort des exilés pendant la seconde guerre mondiale et ce n’est que très tardivement que les responsables de la ville les ont redécouverts. Les étudiants ont participé à des séances de travail pédagogique au Centre de la paix (Remarque-Friedenszentrum) et au musée Felix-Nussbaum, un bâtiment « contre l’oubli » construit par l’architecte Daniel Libeskind.

17Pour les étudiants allemands de l’université d’Osnabrück, le séminaire en sciences culturelles portant sur l’image historique et actuelle de la ville de Rouen s’est orienté vers le concept pédagogique de « lecture d’une ville ». Les étudiants ont commencé par étudier la place géographique, historique et économique qu’occupe Rouen en France. Après cette approche factuelle, les étudiants ont analysé la mise en scène esthétique de la ville par les écrivains – comme Gustave Flaubert dans Madame Bovary – et par les peintres, notamment impressionnistes – surtout dans la série de tableaux de Claude Monet réalisés à partir de différentes vues de la cathédrale. Une grande partie du séminaire a été consacrée à l’histoire de la ville jusqu’à la destruction par la seconde guerre mondiale et aux projets de reconstruction.

18La visite thématique était l’un des éléments pédagogiques les plus importants de l’échange. Chaque groupe d’étudiants a visité au moins deux villes – sa propre ville universitaire et la ville partenaire française ou allemande. L’hôtel de ville qui abrite la fameuse salle de la Paix (Friedenssaal), où une partie du traité de Westphalie a été signée en 1648, constituait le point de départ de la visite guidée à Osnabrück. Détruit par les bombardements, l’hôtel de ville a été l’un des premiers bâtiments reconstruits presque à l’identique, grâce à une souscription publique, en 1948 à l’occasion du 300e anniversaire de l’événement phare de l’histoire de la ville. À l’étage de l’hôtel de ville, une exposition permanente de photos témoigne de l’état de destruction du centre-ville dévasté à plus de 80 % par la guerre et montre les changements dans l’image de la ville. La reconstruction proprement dite a été réalisée consciencieusement, laissant son caractère pittoresque à la place du vieux marché dont il n’existait pourtant plus que des façades. Les plus grandes modifications dans la vie urbaine ont concerné, plus tard, la suppression du tramway et l’élargissement des axes pour faciliter la circulation routière.

  • 16 La documentation Rouen. La reconstruction, rédigée par l’architecte Patrice Pusateri, retrace soig (...)
  • 17 Anatole Knopp, Frédérique Boucher et Danièle Pauly, L’Architecture de la Reconstruction en France. (...)

19La visite guidée de Rouen s’est faite sur les traces de l’architecte Jacques Gréber, le « patron » de la reconstruction. Le centre de la « ville-musée » d’avant-guerre a connu deux phases de graves destructions : la première phase en 1940 « dévora tout le quartier situé entre la cathédrale, les quais, la rue Grand-Pont, et la rue des Augustins », et en 1944, « deux grandes vagues de bombardements [ont détruit] le quartier des Carmes, et toute la partie basse du centre16 ». Le plan directeur esquissé par Gréber dès 1942 à la demande du Comité national d’urbanisme créé par le gouvernement de Vichy a connu des modifications importantes après la Libération en tenant compte d’une surface détruite de 80 hectares. Le concept se traduit par une « modernisation raisonnable17 », comme le résume François Herr, nommé architecte en chef adjoint après la guerre, puis directeur de l’école d’architecture et de l’école régionale des beaux-arts de Rouen. Au cours de la reconstruction, qui a duré jusqu’au début des années 1960, Gréber a cédé sa place aux urbanistes Bahrmann et Fontaine et aux architectes Herr et Desmarest, ainsi qu’à d’autres architectes qui ont retravaillé le centre-ville en parallèle, par îlots de reconstruction. L’idée directrice de Gréber de mettre en valeur le patrimoine de la ville en dégageant la vue sur la cathédrale soigneusement restaurée, tout en intégrant des bâtiments modernes et en adaptant l’infrastructure aux besoins de l’industrie et du port, a été respectée et réalisée.

  • 18 Ibid.
  • 19 Il s’agit d’une initiative du service « Ville d’art et d’histoire ».
  • 20 Sur la reconstruction du Havre, voir le chapitre « Du passé faisons table rase », dans A. Knopp, F (...)

20Des visites du Havre et de Hanovre ont été organisées pour créer un effet de contraste. La ville du Havre, « cible privilégiée » des destructions massives pendant la guerre du fait de son port et de son industrie, « constitue le meilleur exemple des opérations de reconstruction pratiquées [...] dans des conditions de “table rase18” ». Les étudiants ont pu découvrir d’une manière directe les conditions de vie des habitants havrais à l’époque des « trente glorieuses ». Dans l’un des immeubles-types en béton armé construits par l’architecte Auguste Perret et son équipe pour reloger des milliers d’habitants sinistrés, on trouve aujourd’hui un appartement-témoin19. Cet appartement impressionne par ses aspects modernes : surface spacieuse, orientation vers la lumière, chauffage central, cuisine équipée, salle de bains intégrée et vide-ordures. L’appartement, présenté aux visiteurs par une comédienne dans le rôle d’une femme au foyer d’antan, témoigne d’une authenticité exemplaire jusque dans le mobilier de René Gabriel et Marcel Gascoin, produit en série, et jusque dans les appareils ménagers. Rien de tel que cette visite, à partir de la reconstruction d’un appartement des années 1950, pour entamer une approche moins marquée par les préjugés de l’« architecture à grande échelle20 » du centre-ville du Havre, classé au Patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO en 2005.

Figure no 57 – Les étudiants de Rouen et d’Osnabrück ont été confrontés à une documentation photographique montrant les destructions et reconstructions de leurs villes.

  • 21 Pour en savoir plus, voir le quotidien Hannoversche Allgemeine, qui propose sur son site tout un d (...)
  • 22 Voir l’introduction ci-dessus.

21À Hanovre, la reconstruction est actuellement au cœur d’une vive discussion. Suite à une décision politique, le bâtiment du Parlement régional (Landtag) réalisé par l’architecte Dieter Oesterlen à la fin des années 1950 doit être détruit, bien qu’il s’agisse d’un monument classé patrimoine historique. Oesterlen avait réalisé une reconstruction particulière de l’ancien château, qu’il a modernisé de l’intérieur tout en conservant les murs porteurs et le caractère classique de la façade. Pour remplacer une partie complètement détruite, Oesterlen avait conçu un bâtiment moderne, représentant un contrepoint au château. C’est précisément cette partie « moderne » qui semble ne plus être adaptée à notre époque en ce début de XXIe siècle. Le débat public autour de cette question dépasse largement le cadre régional – du fait d’une pétition des habitants contre la destruction du bâtiment qui a attiré l’intérêt des médias21. L’intérêt du public pour la reconstruction a contribué également au succès d’une exposition franco-allemande, réalisée par Cécile-Anne Sibout et Stephanie Springer en 2008, qui met en perspective d’une manière détaillée et informative la reconstruction à Rouen et à Hanovre22.

  • 23 Concernant le travail de mémoire du Pôle image, voir l’article d’Agnès Deleforge, « La Mémoire de (...)
  • 24 Pierre Nora définit sa conception du « lieu de mémoire » comme une « unité significative, d’ordre (...)

22Le travail pédagogique concernant les aspects médiatiques de la reconstruction a été réalisé en coopération avec la mémoire audiovisuelle du Pôle image Haute-Normandie de Rouen, les archives régionales de la culture filmique (Archiv der Regionalen Filmkultur) à Osnabrück et les archives culturelles (Kulturarchiv, Forschungs-und Dokumentationsstelle Medien) de la Fachhochschule à Hanovre. Ces trois institutions disposent d’une collection de plus en plus importante, sauvegardant des bribes de la mémoire audiovisuelle : des films bruts tournés par des amateurs ou réalisés sur commande qui montrent soit des scènes en famille ou de la vie quotidienne, soit des séquences de la vie urbaine ou des portraits officiels de la ville23. En tant que « lieu de mémoire virtuel qui se matérialise dans la conscience spectatorielle24 », ces films sont des supports précieux contenant des témoignages authentiques et en même temps médiatisés, donc artificiels.

  • 25 Cette citation (de même que la suivante) est extraite du texte présentant les « partenariats europ (...)
  • 26 La reconstruction dans les films d’archives. Regards croisés (Der Wiederaufbau in Archivfilmen. Ei (...)
  • 27 Sur les collaborations entre archives et leurs projets pédagogiques, voir aussi l’annexe II de cet (...)

23Ces trois archives – quoique peu comparables par leurs structures et leurs ressources – ont trouvé déjà bien des occasions de réaliser des rencontres professionnelles dans le cadre du partenariat régional et d’« explorer et comparer les évolutions historiques et sociologiques de deux régions d’Europe aux similarités étonnantes25 ». Les archives procèdent régulièrement à des échanges – notamment à l’occasion du festival du cinéma nordique à Rouen et du festival du film indépendant (Unabhangiges Filmfest) à Osnabrück. Plusieurs DVD de compilations filmiques témoignent de ces coopérations intenses, souvent liées à une thématique concrète, et proposent des éléments de « réflexion sur nos identités individuelles et notre identité commune » s’adressant à un public scolaire et universitaire des deux pays. Le montage intitulé La reconstruction dans les films d’archives est un exemple réussi de regards croisés entre la Haute-Normandie (Rouen et Elbeuf) et la Basse-Saxe (Osnabrück et Hanovre) sur les projets de reconstruction dans ces différentes villes pendant la période 1949-196026. Au cours de l’échange universitaire, les responsables de la mémoire audiovisuelle – Agnès Deleforge, Birgit Müller et Peter Stettner – ont présenté à plusieurs reprises leur travail : comment accueillir, conserver et archiver des films amateurs ? comment interpréter ce qui a été filmé, souvent par des gens qui ne sont plus là pour raconter les histoires et les aventures liées à leurs documents filmiques27 ?

24Pour échanger les multiples informations et impressions qu’ils avaient recueillies au cours de ce projet, les étudiants français et allemands se sont présenté mutuellement le résultat de leur travail lors de séances de réflexion communes à l’université. L’exposé le plus marquant a été celui de deux étudiantes françaises rapportant les souvenirs de leurs grands-parents qui ont connu la guerre et l’après-guerre à Rouen. Il s’agit d’une époque de l’histoire dont peu se souvenaient et qui est aujourd’hui encore rarement évoquée dans les familles des étudiants. Un groupe d’étudiants allemands a réalisé des interviews d’habitants de Rouen et d’Osnabrück – étudiants, enseignants, passants, de différentes tranches d’âge – sur leur perception de la ville.

25Les étudiants ont documenté les excursions thématiques et les résultats des séminaires – à l’aide de photos, de comptes rendus, d’extraits de documents, d’interviews et d’exposés – dans des dossiers bilingues volumineux. Les documentations, composées et mises en page par des étudiants motivés, représentent avant tout une forme de bilan thématique et de mémoire commune aux participants de cet échange franco-allemand. Les dossiers s’adressaient également aux institutions universitaires, politiques et culturelles qui ont soutenu et financé ce projet. Grâce à la subvention généreuse de la région Haute-Normandie et du ministère des Sciences et de la Culture de Basse-Saxe, une cinquantaine d’étudiants français et allemands ont pu participer à ce projet d’échange.

BILAN

  • 28 Dorothee Roseberg donne une définition de ce qui peut être résumé, en pédagogie allemande, sous le (...)
  • 29 Le Manuel d’histoire franco-allemand (Paris-Stuttgart, Nathan-Klett, 2006) qui s’adresse aux élève (...)

26Notre projet d’échange a été pour tous les participants – pour les étudiants comme pour les organisatrices et les partenaires de cette coopération – une expérience intense qui a marqué durablement notre vision du paysage urbain. Des traces multiples des différentes périodes de destruction et de reconstruction apparaissent à ceux qui savent lire l’image d’une ville. Chaque ville visitée et étudiée au cours des exercices théoriques et pratiques s’est présentée sous nos yeux comme un microcosme historique et vivant. Le projet a permis aux participants non seulement d’acquérir des connaissances scientifiques, mais aussi de développer des compétences pratiques. L’aspect interculturel du sujet nous a fourni l’occasion d’analyser des « formes multiples du contact culturel28 » entre la France et l’Allemagne. L’histoire mouvementée des relations franco-allemandes – du temps des ennemis héréditaires à la gloire de l’amitié modèle pour l’Europe – offre une multitude de thèmes et de situations pour « l’apprentissage interculturel29 ». Par son principe des regards croisés, le projet a permis aux participants de mieux comprendre que la période de la guerre et de l’après-guerre doit être appréhendée comme une époque importante dans l'histoire partagée des deux pays.

  • 30 Voir Roland Holme et Ingo Kolboom, « Die gestiegene Nachfrage nach Fernkompetenz. Entwicklung und (...)
  • 31 Voir Alexander Thomas, Handbuch interkulturelle Kommunikation und Kooperation, vol. 1 : Grundlagen (...)

27Les étudiants ayant participé à ce projet ont été invités à approfondir leurs connaissances de l'histoire et, par la suite, à intensifier leur regard sur les paysages urbains afin d’assumer consciemment leur responsabilité dans la construction du futur. Ces étudiants français et allemands, qui se préparent par leurs études à divers métiers dans le domaine de la culture et de l’enseignement, seront un jour des « experts culturels30 ». La compétence interculturelle est indispensable pour ces futurs acteurs du transfert culturel entre la France et l’Allemagne. L’université doit justement se charger de développer auprès des étudiants la « capacité de comprendre et de respecter les conditions différentes qui déterminent la façon de voir le monde, de juger et d’agir31 » dans chaque culture.

Notes

1 Voir Le Robert pour tous, Paris, Dictionnaires Le Robert, 1994, p. 947-948.

2 Titre original de l’exposition conçue par le musée d’Architecture de l’université technique (TU), présentée à la Pinakothek der Moderne de Munich du 22 juillet au 31 octobre 2010 : Geschichte der Rekonstruktion Konstruktion der Geschichte.

3 « Das Bedürfnis des Menschen nach Unterkunft aber ist beständig. Die Baukunst hat niemals brack gelegen. Ihre Geschichte ist langer als die jeder anderen Kunst [...] » (Walter Benjamin, Das Kunstwerk im Zeitalter seiner technischen Reproduzierbarkeit, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1963, p. 40).

4 Ce terme – répandu parmi les habitants de Berlin pendant les derniers mois de la guerre et la première phase de la reconstruction – me semble presque intraduisible. Il reprend les idées mégalomanes que les nazis se sont faites de la capitale du IIIe Reich censée durer mille ans et la transforme conformément à la réalité en paysage de décombres et de ruines. Ce mot se retrouve notamment dans un article des journalistes Roman Leick, Mathias Schreiber et Hans-Ulrich Stoldt publié dans Der Spiegel en 2010 sous le titre polémique « Auferstanden aus Ruinen » (ce qui signifie en français « ressuscité des ruines »), qui reprend les premiers mots de l’hymne national de la République démocratique allemande (RDA). Cet article replace les phases de la reconstruction dans un large contexte culturel et politique (Der Spiegel, no 20, 2010, p. 154-164, ici p. 155).

5 « Als ruhiger Fluss, als kontinuierliche Entwicklung » (R. Leick, M. Schreiber et H.-U. Stoldt, op. cit., p. 157).

6 Concernant cette idée de « renoncement » (Architektur des Verzichts), voir l’article de l’historien et théoricien de l’architecture Wolfgang Pehnt, « Das architektonische Opfer. Ein Motiv der klassischen Moderne », dans Die Erfindung der Geschichte. Aufsatze und Gesprache zur Architektur unseres Jahrhunderts, Munich, Prestel, 1989, p. 116-127, ici p. 116.

7 « Soll man rekonstruieren ? Ich muss die Frage rückhaltlos bejahen », Hermann Hesse, cité d’après R. Leick, M. Schreiber et H.-U. Stoldt, op. cit., p. 159.

8 Walter Benjamin, op. cit., p. 41.

9 Aleida Assmann, « Kultur als Lebenswelt und Monument », dans A. Assmann et Dietrich Harth, Kultur als Lebenswelt und Monument, Francfort-sur-le-Main, Fischer, 1991, p. 11-25, ici p. 17.

10 Hartmut Böhme, Peter Matussek et Lothar Müller, Orientierung Kulturwissenschaft. Was sie kann, was sie will, Reinbeck, Rowohlt, 2002, p. 207.

11 Cité d’après Jan Standke et Thomas Düllo, Theorie und Praxis der Kulturwissenschaften, Berlin, Logos, 2008, p. 27.

12 Les citations relatives à cette méthode se trouvent sur http://rouen-ville-art-histoire.ac-rouen.fr/lecture.html.

13 Ce partenariat régional date de 1985. Initiée dans le domaine de l’éducation et de la culture, cette coopération au-delà des frontières s’est élargie et touche aujourd’hui également l’économie, la recherche et les sciences, la technique et l’agriculture. Lors de l’exposition universelle qui a eu lieu en 2000 à Hanovre, les deux régions ont signé un accord pour nouer des partenariats entre les responsables de différentes associations. Cette forme de coopération basée sur des projets concrets s’explique par un phénomène de régionalisation présent depuis les années 1970. La régionalisation, favorisant la « renaissance des cultures régionales et locales » et les liaisons entre les régions culturelles, est aux yeux des sociologues une réaction à la perte de force intégrative exercée par l’État nation à l’heure de l’européisation et de la mondialisation. Voir Richard Münch, Das Projekt Europa. Zwischen Nationalstaat, regionaler Autonomie und Weltgesellschaft, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1995, p. 280.

14 Voir Andreas Nieweler, Fachdidaktik Französisch. Tradition, Innovation, Praxis, Stuttgart, Klett, 2006, p. 68.

15 Lettre d’information de l’OFAJ no 30, septembre 2009, p. 8, http://www.dfjw.org.

16 La documentation Rouen. La reconstruction, rédigée par l’architecte Patrice Pusateri, retrace soigneusement l’entreprise de la reconstruction du premier plan Gréber jusqu’aux traces architecturales de la dernière phase pendant les années 1960 à l’aide de plans détaillés et de photographies. Ce fascicule est paru en 2005 dans la collection du ministère de la Culture et de la Communication « Itinéraires du patrimoine ». Citations p. 3-4.

17 Anatole Knopp, Frédérique Boucher et Danièle Pauly, L’Architecture de la Reconstruction en France. 1945-1953, Paris, Éditions du Moniteur, 1982, p. 115.

18 Ibid.

19 Il s’agit d’une initiative du service « Ville d’art et d’histoire ».

20 Sur la reconstruction du Havre, voir le chapitre « Du passé faisons table rase », dans A. Knopp, F. Boucher et D. Pauly, op. cit., p. 115 et suiv.

21 Pour en savoir plus, voir le quotidien Hannoversche Allgemeine, qui propose sur son site tout un dossier autour de la question « Destruction ou aménagement ? », http://www.haz.de/Hannover/Dossiers/Landtag-Abriss-oder-Umbau.

22 Voir l’introduction ci-dessus.

23 Concernant le travail de mémoire du Pôle image, voir l’article d’Agnès Deleforge, « La Mémoire de Haute-Normandie. Le film d’amateur ou filmer pour le plaisir », 1895, no 41, archives, 2003, http://1895.revues.org/document593.html. Voir aussi l’annexe II de cet ouvrage.

24 Pierre Nora définit sa conception du « lieu de mémoire » comme une « unité significative, d’ordre matériel ou idéel, dont la volonté des hommes ou le travail du temps a fait un élément symbolique d’une quelconque communauté ». Cette définition, reprise par Le Grand Robert de la langue française, est devenue canonique. Voir Pierre Nora, Les Lieux de mémoire, t. III, Paris, Gallimard, 1992, p. 1004. Aurélien Portelli applique cette notion au cas spécifique du film dans « Le film comme lieu de mémoire », dont est tirée la citation. Il s’agit d’une communication lors du séminaire « Lieu de mémoire, mémoire des lieux », Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine, faculté des lettres de Nice, 16 janvier 2004, http://mecaniquefilmique.blogspot.com/2006/08/le-film-comme-lieu-de-mmoire\_02.html.

25 Cette citation (de même que la suivante) est extraite du texte présentant les « partenariats européens » du Pôle image, http://www.poleimagehn.com.

26 La reconstruction dans les films d’archives. Regards croisés (Der Wiederaufbau in Archivfilmen. Ein Blickwechsel), montage d’archives de 1949 à 1960, Pôle image Haute-Normandie, mémoire audiovisuelle, Gesellschaft für Filmstudien – Kulturarchiv Hannover, Archiv der regionalen Filmkultur Osnabrück, 2008.

27 Sur les collaborations entre archives et leurs projets pédagogiques, voir aussi l’annexe II de cet ouvrage.

28 Dorothee Roseberg donne une définition de ce qui peut être résumé, en pédagogie allemande, sous le terme d’« apprentissage interculturel » (interkulturelles Lernen) dans l’ouvrage de référence Kulturwissenschaft Frankreich, Stuttgart, Klett, 2001. Pour la citation, voir p. 19.

29 Le Manuel d’histoire franco-allemand (Paris-Stuttgart, Nathan-Klett, 2006) qui s’adresse aux élèves français et allemands est l’exemple phare de cette approche scientifique et pédagogique.

30 Voir Roland Holme et Ingo Kolboom, « Die gestiegene Nachfrage nach Fernkompetenz. Entwicklung und Methoden der romanistischen Landes-und Kulturwissenschaften am Beispiel der Franzosistik », dans Ingo Kolboom, Thomas Kotschi et Edward Reichel, Handbuch Franzosisch. Sprache, Literatur, Gesellschaft. Für Studium, Lehre, Praxis, Berlin, Schmidt, 2008, p. 401.

31 Voir Alexander Thomas, Handbuch interkulturelle Kommunikation und Kooperation, vol. 1 : Grundlagen und Praxisfelder, Gottingen, Vandenhoeck et Ruprecht, 2003, p. 143.

Table des illustrations

Légende Figure no 57 – Les étudiants de Rouen et d’Osnabrück ont été confrontés à une documentation photographique montrant les destructions et reconstructions de leurs villes.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5338/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 157k

Auteur

Actuellement lectrice DAAD au département d’allemand de l’université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand, a été collaboratrice scientifique et chargée de cours dans le domaine des sciences de la culture françaises à l’université d’Osnabrück, après des études de français et de littérature allemande. Elle termine une thèse de doctorat sur la réception de la littérature française du XXe siècle en RDA. Ses enseignements ainsi que ses projets pédagogiques interculturels sont prioritairement consacrés aux relations franco-allemandes. Elle a publié : Christa Wolf Von Kassandra zu Medea, GRIN Verlag, 2007 ; « Türen der Erinnerung. Frankreich und das geteilte Deutschland », Dokumente, nos 5-6, 2009, p. 91-94.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540