Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Reconstruction en Normandie et en Basse-Saxe après la seconde guerre mondiale

 | 
Corinne Bouillot

Deuxième partie. Lectures et représentations

Chapitre 9. Le spectacle du logement ordinaire et la normalisation du quotidien dans les appartements-types de la reconstruction

Élisabeth Chauvin et Pierre Gencey

Résumé

Micro-musée implanté dans le centre-ville du Havre, l’appartement-témoin Perret est conçu comme une reconstitution synthétique des logements et équipements promis aux sinistrés dans les projets de reconstruction ; sa réception dépasse le cadre technique de l’architecture pour symboliser l’avènement d’un nouveau style de vie. Dès l’immédiate après-guerre, ces modèles de logements forment la toile de fond d’un quotidien réinventé, et les projets de reconstruction se trouvent vite enfermés dans un champ médiatique qui en modifie profondément les objectifs. Si l’on reconnaît comme point de départ une propagande liée aux idéaux progressistes du mouvement moderne, ce sont les normes de la société du spectacle qui finissent par s’imposer. Les rêves s’éloignent de plus en plus des réalités quotidiennes, alors même que s’éteignent la croyance en la modernité et l’idéal d’un progrès partagé. Ce regard sur le logement s’avère déterminant pour comprendre un héritage de la reconstruction : dans cette intersection singulière, entre sphère publique et sphère privée, s’engage une analyse de l’histoire culturelle interrogeant nos propres capacités à imaginer, percevoir, ou bien encore mémoriser, des normes différentes.

Texte intégral

1 L’appartement-témoin perret est un petit musée destiné à aborder un de la reconstruction : le des de vie. Sa angle particulier patrimoine styles muséographie se fonde sur la reconstitution à l’identique des appartements-types du Havre, exposés entre 1947 et 1953. Immergés dans la reconstruction, les visiteurs re-découvrent la topographie intérieure du paysage urbain et se re-projettent dans la petite géographie des gestes de tous les jours ; ils peuvent toucher et utiliser les objets, ou s’étonner à distance face à leur design. Fuyant les frontières disciplinaires pour aborder l’usuel et le quotidien, l'appartement – témoin re-présente un objet-médium développé après-guerre afin de répondre à un désir de logements. Cette curiosité dépasse largement les frontières et s’impose à la fois dans les ruines de l’Europe en pleine reconstruction et dans l’effervescence des États-Unis où s’édifient les photogéniques Case Study Houses.

  • 1 Camille Robin, Le logement-témoin, mémoire de master urbanisme, Jean-Pierre Frey (dir.), universit (...)
  • 2 Dominique Forest et al, Mobi-boom, l’explosion du design en France 1945-1975, Paris, Les Arts déco (...)
  • 3 Yvonne Brunhammer, « L’art et les artistes dans les années quarante et cinquante », Le Journal des (...)

2À sa source historique, le logement-témoin1 se conçoit comme un outil expérimental local cherchant – sous le tamis socio-économique des statistiques et des normes – à faire éprouver la pertinence du projet moderne et la qualité d’un aménagement de série. Mais ce principe expérimental va rapidement muter en s’appuyant sur une culture de l’image et en pénétrant un réseau médiatique illustré qui se démocratise dans les années 1950 : les grands hebdomadaires comme Paris-Match et les mensuels féminins vont multiplier les articles sur le sujet, faisant rêver un public de plus en plus large que l’on imagine sans cesse en attente de luxe et de nouveauté. Ce singulier mariage de l’utopie et du monde médiatique marque le bord externe de la reconstruction. Une crise des représentations se dessine, déstabilisant le projet moderne à travers une mise en spectacle de sa pratique et de sa symbolique. Si les historiens des arts peinent à introduire cette fracture dans les « trente glorieuses2 » (voyant un progrès continu en direction de la diversité et de la liberté3), sociologues et philosophes la saisissent dès ses prémisses, comme en témoignent les travaux d’Henri Lefebvre sur le quotidien.

Figure no 49 – Entrée et coin séjour de l’appartement-témoin Perret. Reconstitution actuelle, dans les immeubles sans affectation individuelle du Havre, de l’appartement-type présenté à l’exposition de l’urbanisme et de l’habitation en 1947 au Grand Palais à Paris. Mobilier de René Gabriel, céramique de Georges Jouve et de Pierre Pigaglio.

3Il faut aussi l’interpréter hors de certains rails politiques qui la réduisent à une américanisation, ou plus subtilement à un atavisme religieux voulant que l’on préfère l’icône au réel, suivant l’analyse – rappelée par Guy Debord – de Ludwig Feuerbach :

  • 4 Guy Debord, La Société du spectacle, Paris, Buchet-Chastel, 1967.

Et sans doute notre temps [...] préfère l’image à la chose, la copie à l’original, la représentation à la réalité, l’apparence à l’être. [...] Ce qui est sacré pour lui, ce n’est que l’illusion, mais ce qui est profane, c’est la vérité. Mieux, le sacré grandit à ses yeux à mesure que décroît la vérité et que l’illusion croît, si bien que le comble de l’illusion est aussi pour lui le comble du sacré4.

4On peut constater que la volonté moderne à s’extraire du passé – propre à la Libération et partagée par des acteurs issus de différents champs créatifs et politiques – portait déjà cette confusion de l’idéal et de l’image : il faut donc plus largement repenser l’air du temps et voir comment se métamorphosent les processus de normalisation. Quoiqu’il en soit, ce relativisme historique nous éloigne de la fixité muséale d’un modèle d’habitation pour aborder la reconstruction à travers le prisme d’une perception qui a depuis longtemps dévié cet objet-médium de son objectif, intégrant certaines valeurs de la société de consommation qui se révèlent dans les métamorphoses du logement et quotidien.

L’élaboration d’un modèle d’habitation

Un acte militant dans la lignée de la Libération

5Dans un contexte de pénurie, l’organisation des nouveaux logements débute par des arguments progressistes - les mots de liberté, de progrès et la volonté de démocratisation étant omniprésents - alors même que s’imposent par nécessité économique les doctrines modernes de construction et d’agencement. Jacques Viénot résume cet idéal en quatrième de couverture de la revue Art présent (1947) :

  • 5 Jocelyne Le Bœuf, Jacques Viénot (1893-1959). Pionnier de l’esthétique industrielle en France, Pre (...)

Nous, nous n’aimons pas les billets de la Banque de France. Nous n’aimons pas le Monument aux Morts en zinc, la Caisse d’épargne en saindoux, la salamandre Louis XV, la villa Mon Rêve, le cubisme en série. [...] Pensons à la Reconstruction qui va donner à notre pays son nouveau visage pour des siècles. Art présent combat pour imposer les valeurs vraies de notre temps, et apporter les solutions neuves et pratiques aux problèmes de l’heure. Nous avons la foi, il nous faut la force, celle d’une minorité lucide, agissante, enthousiaste dont vous devez faire partie5.

  • 6 Jacques Viénot, « L’art social », Art présent, no 3, 2e trimestre 1947, p. 46-52.

6Cette revue et quelques autres, considérées pour leurs qualités rédactionnelles, reconnaissent le projet de reconstruction du Havre par l’architecte Auguste Perret comme un exemple à suivre. Les premiers numéros d’Art présent portent également l’idée d’un « art social6 » illustré par le décorateur René Gabriel, autre figure officielle de la reconstruction impliquée dans l’industrialisation du logement et le projet-phare du Havre. Le Havre, projet des élites de la création française, doit figurer une image alternative de la cité contemporaine revendiquée par Auguste Perret qui lance un défi : « Nous allons montrer aux Américains ce qu’est une ville moderne. »

L’espace urbain au centre d’un pragmatisme économique

  • 7 Jacques Tournant et al, Voici Le Havre de 1944 à 1964, Le Havre, R. Gobled – La Vigie, 1964, p. 26
  • 8 Monique Eleb-Vidal et al., Penser l’habité. Le logement en questions. PAN 14, Paris, Pierre Mardag (...)
  • 9 Matthias Waschek, « Question de style et rêves de confort : la France d’après-guerre à la lecture (...)
  • 10 Jacques Lucan, Architecture en France (1940-2000), Paris, Le Moniteur, « Histoire et théories », 2 (...)

7Si les destructions apparaissent catastrophiques sur le plan humain, les reconstructions représentent une aubaine pour les créateurs proches du mouvement moderne : au Havre, ce sont « cent cinquante hectares où construire une ville neuve ! » « Jusque-là les urbanistes n’avaient pu concevoir qu’en imagination un tel ensemble architectural7. » Tous retrouvent aussi, à travers les prérogatives gouvernementales concernant l’optimisation du logement, cet idéal de l’Existenzminimum qu’ils souhaitent imposer depuis le deuxième congrès international d’architecture moderne. Aboutissement d’une convergence pragmatique plus qu’idéologique, le calibrage des logements s’inspire à la fois des besoins mesurés par la statistique, des idéaux modernes (fonctionnalistes et rationalistes) et de la préfabrication-standardisation développée surtout dans les pays Scandinaves et anglo-saxons. Autour d’un schéma attaché à l’archétype du logement8 et au style9, l’habitat moyen se place au centre des cibles médiatiques, provoquant les commentaires de toutes parts. Le chantier est l’occasion rêvée pour montrer des appartements équipés destinés à une famille idéalisée qui, sous un mélange complexe d’usage et de prospective, relate l’imaginaire du moment. Quoiqu’en disent les revues les plus radicales10, les idées modernes se généralisent.

  • 11 Thibault Tellier, Le Temps des HLM. 1945-1975. La saga urbaine des trente glorieuses, Paris, Autre (...)
  • 12 Danièle Voldman, « La loi de 1948 sur les loyers », dans Vingtième Siècle. Revue d’histoire, no 20 (...)

8Il faut avant tout lutter sur plusieurs fronts : construire durablement (technique, usage, style), de façon économique (habitat dense, industrialisé11), et établir une pédagogie pour que les Français réévaluent le montant de leur loyer et cessent de considérer la barre de 10 % comme maximale, s’ils souhaitent bénéficier du confort moderne (loi de 194812). En attendant, l’État détermine déjà les normes du « foyer moyen » dans des immeubles préfinancés qui serviront de modèles à toute la reconstruction.

  • 13 Joseph Abram, « Habiter Le Havre. L’atelier Perret et les nouvelles valeurs du logement », dans Xa (...)
  • 14 Yvan Delmotey, « Le béton assemblé. Formes et figures de la préfabrication en France, 1947-1952 », (...)

9C’est ainsi que s’impose l’urbanisme vertical : la technique le confirme, ce sont la dispersion des réseaux, les façades et les toits qui sont les plus coûteux. Enfin, si le remembrement13 libère les parcellaires, l’activité urbaine – par sa densité et son tissu – impose le format de l’îlot, repris dans son sens le plus strict ou sous des variantes ouvertes (Le Havre) pouvant même atteindre de grandes dimensions (Sotteville-lès-Rouen). L’efficacité apparaît comme principal mot d’ordre, intégrant l’optimisation des techniques, des échéanciers, des matériaux. À la recherche de normes productives optimales, les expériences se multiplient au Havre : l’un des membres de l’atelier Perret, Pierre-Édouard Lambert, expérimente le premier grand ensemble comportant plus de 1 000 logements, réalisés suivant la technique du poteau-poutre mise au point par Auguste Perret dès 1903. Parallèlement, la préfabrication lourde14 s’impose dans le logement d’urgence, la maison individuelle ou l’immeuble collectif.

Figure no 50 – Expérimentation de la préfabrication industrielle intégrale sur une structure de type poteau-poutre-dalle. Front de mer sud du Havre, sous la direction de Pierre-Édouard Lambert, vers 1954.

Instauration des normes à l’intérieur du logement

  • 15 Loi et décret du 14 mai 1941. Voir Architecture française, no 36, octobre 1943, p. 24.
  • 16 Alain Girard, « Le premier âge de Population (1946-1962) », dans Jean-Paul Sardon (dir.), Populati (...)
  • 17 Alain Durand, AFNOR. 80 années d’histoire, Paris, AFNOR, 2008.

10À l’extérieur comme à l’intérieur, l’architecture se normalise, alors même que les organismes de statistiques affinent des méthodes quantifiant les moyens et les besoins. La normalisation théorisée avant guerre trouve ses leviers d’action au sein de la puissante administration mise en place par le gouvernement de Vichy15, à l’instar du ministère de la Reconstruction ou de l’Ordre des architectes. Créés en 1941, le Service national des statistiques et la Fondation française pour l’étude des problèmes humains deviennent l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE, loi de finances du 27 avril 1946) et l’Institut national d’études démographiques (INED, ordonnance d’octobre 1945), qui donneront une première idée des revenus, des situations et des populations16. Les résultats en termes d’usages et de normes vont aussi s’établir grâce à l’Institut français d’observation des publics (IFOP, 1938) ou à l’Agence française de normalisation (l’AFNOR, créée en 1926, s’impose avec les normes NF en 1939 élargies par l’ISO en 1945-194717). Suivra le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB, 1947), chargé de vérifier la construction d’un point de vue technique.

  • 18 A. Girard et al, Une enquête par sondage. Désirs des Français en matière d’habitation urbaine, INE (...)
  • 19 Hubert Lempereur, « La fondation Carrel (1941-1945), Le Corbusier et Félix Dumail : portraits d’ar (...)
  • 20 J. Lucan, Paris. 100 arts de logements. Eau et gaz à tous les étages, Paris, Arsenal-Picard, 1999, (...)

11Inspiré d’études anglaises et allemandes menées avant-guerre, l’INED édite en février 1947 un premier sondage18 concernant l’habitation, fondé sur les théories de l’équipe Habitat dirigée par l’architecte Félix Dumail19. Les questions posées révèlent l’influence des doctrines modernes et instaurent les futures obligations de la reconstruction : ascenseur systématique à partir du troisième étage, vide-ordure, chauffage central, rapprochement cuisine-salle, fusion de la salle à manger et du salon, placards fixes. Seul le désir de disposer de trois chambres est ramené à deux, on évalue ainsi l’écart entre le pragmatisme budgétaire et les attentes. Le modèle préconisé se traduit par une surface avoisinant les 60-70 mètres carrés reprenant celle des habitations bon marché20. Pour autant, les grands projets présentent des appartements-types de 100 mètres carrés comprenant quatre pièces, les architectes constatant que les petites surfaces ne sont pas assez rationnelles. Ils partagent un principe qu’Auguste Perret résume en décrivant ses appartements-types :

  • 21 Auguste Perret, « La reconstruction du Havre », dans id. (dir.), Techniques et architecture, vol.  (...)

Notre effort a principalement tendu à créer dans les limites sévères d’un programme « de restriction », des logis dans lesquels une vie familiale normale puisse se développer. Nous sommes arrivés ainsi à des surfaces et des volumes au-dessous desquels il nous paraît souhaitable de ne pas descendre, et qui ne sont admissibles aujourd’hui que parce qu’il s’agit de créer d’urgence des logis dignes pour le plus grand nombre, dans des conditions économiques très difficiles21.

L’espace du quotidien pris d’une fièvre médiatique

12La préoccupation des acteurs de la reconstruction ne sera pas tant d’innover que de généraliser des techniques calibrées et optimisées. C’est ainsi que le logement, au même titre que le mobilier ou le plan urbain, s’assimile à une équation à résoudre : Auguste Perret offre un modèle du genre au Havre. Ce projet, ainsi que ceux des autres grandes villes, est présenté à l’exposition internationale de l’urbanisme et de l’habitation en 1947, où l’on découvre les plans d’îlots-types et les maquettes à échelle réelle de logements-types équipés de « meubles de série » : tout ceci répondant au besoin de l’homme dit normal des Modernes, que les statistiques ont redéfini à travers la « famille moyenne », à savoir un couple avec trois ou quatre enfants. Tenant lieu d’exposition universelle, cet inventaire de 1947 satisfait les experts, mais ne répond pas aux attentes pédagogiques – ce que soulignent avec humour certaines photographies de Robert Doisneau peignant des spectateurs figés devant des schémas totalement incompréhensibles.

  • 22 Jacques Rouault, 60 ans d’arts ménagers, t. II, 1948-1983. La consommation, Paris, Syros alternati (...)
  • 23 « La cité expérimentale du comité interprofessionnel du logement de Roubaix-Tourcoing », La Maison (...)
  • 24 Bruno Duriez, « Municipalité, patronat et organisations ouvrières : le compromis historique autour (...)
  • 25 Arts ménagers, février 1949.

13La montée en puissance des chantiers s’accompagne d’un essor de la propagande, le sujet de l’habitation apparaissant au centre du Salon des arts ménagers22 à sa réouverture en 1948 au Grand Palais. Quand les bâtiments sortent de terre, ceux-ci figurent les premiers signes tangibles d’une reprise attendue, symbolisant la Libération et le relèvement national. Les acteurs de la reconstruction pressentent qu’ils doivent se rapprocher des usagers en suivant l’exemple des cités expérimentales23 (Roubaix-Tourcoing24) : il faut montrer au public les logements neufs et les meubles de série. En 1949, des appartements-types ouvrent dans différentes villes : au milieu des chantiers, journalistes locaux et simples visiteurs découvrent les logements modernes. L’exemple le plus en vue médiatiquement est le plus étrange : l’unité d’habitation de Marseille, qui contraste déjà fortement avec le « Logis 4925 », un modèle social plus banal et pourtant très remarqué par les revues spécialisées après sa présentation au Salon des arts ménagers.

  • 26 Guillemette Delaporte, Marcel Gascoin, Paris, Les Arts décoratifs – Norma, 2010.
  • 27 Arts ménagers, août 1951, p. 44-51.
  • 28 Paul Breton (dir.), L’Art ménager français, Paris, Flammarion, 1952.

14Pour effacer cet écart, il faut attendre le début des années 1950 quand des appartements témoins présentent des meubles conçus en fonction du budget des sinistrés, le plus souvent par Marcel Gascoin et ses collaborateurs26. En 1951, l’expérimentation se concrétise avec l’installation d’une famille modèle dans un appartement de Boulogne-sur-Mer. Cette simulation est photographiée et largement diffusée27. En France, des dizaines de logements-types ouvrent leurs portes (dont au moins cinq au Havre) afin de présenter les nouveaux habitats et leurs aménagements intérieurs. Ceci éveille la curiosité : les revues spécialisées abandonnent le luxe pour s’intéresser à ces vastes chantiers d’État et à la question de l’habitation moyenne et des meubles de série. Jusqu’au milieu des années 1950, ces petits appartements, au mobilier sobre et économique, sont perçus par les revues consacrées à la décoration (Art et décoration, Maison française, Meubles et décors) ou à l’architecture (Techniques et architecture, Architecture d’aujourd’hui, Architecture française) comme les figures emblématiques de la vie moderne. On pénètre dans l’époque de l'« appartement idéal », suivant la terminologie de l’hebdomadaire Paris-Match qui supervise la réalisation d’un modèle au salon des arts ménagers en 1952, à Paris, tandis que l’éditeur Flammarion publie la même année un ouvrage encyclopédique sur l’art ménager où prédomine la question du logement28.

Figure no 51 – Pourcentages : 1) de relogements sur dommages de guerre en France d’après l’INSEE ; 2) de dépôts de permis de construire dans le centre-ville du Havre.

Figure no 52 – Famille-témoin avec quatre enfants dans l’appartement-type de Boulogne-sur-Mer, reportage en 1951 du ministère de la Reconstruction associé à la revue Arts ménagers, Marcel Gascoin architecte d’intérieur, Pierre Vivien architecte. Publié dans L’Art ménager français, op. cit.

La vie nouvelle dans un espace moderne

La solution de l’équipement et du meuble de série

  • 29 Emmanuel Collet, La Cuisine. Mode de vie, de l’ombre à la lumière, Bruxelles, AAM, « Carré d’archi (...)
  • 30 Carole Daprey et al, Mobilier design pour enfants, Bruxelles, L’As de pique, 2009.

15Les espaces modernes et relativement réduits des appartements neufs nécessitent une rationalisation : la cuisine est une cuisine-laboratoire29 où la pureté prédomine avec l’émail, l’inox et les rangements intégrés positionnés en fonction de gestes statistiquement étudiés ; la salle et le salon se regroupent en une seule salle de séjour ; la chambre d’enfants n’est plus ni dortoir ni nursery, mais une chambre-école30 où les plus jeunes peuvent dormir, travailler, s’amuser. La propagande d’État fondée sur le logement-témoin expose en conséquence les manières de s’équiper en fonction des nécessités nouvelles de la vie moderne, revendiquant un « bon goût » débarrassé des artifices d’autrefois. On y souligne la désuétude des vieux meubles ornementés, trop grands, lourds, indémontables, difficiles d’entretien, inadaptés aux fonctions.

  • 31 Francis Jourdain, « Un problème à reconsidérer. L’habitation humaine », dans André Bloc (dir.), Ar (...)

16Suivant ce constat du changement, alors que les chantiers atteignent un sommet d’activité, il est impératif de choisir des meubles adaptés où les astuces se démultiplient pour combiner les fonctions en gagnant de la place et du temps : tout est combinable, transformable, escamotable, gigogne, pliant. Robustes, les meubles en chêne sont très sobres et proposent une base de prix abordable. La mécanisation est volontairement simplifiée, elle se veut accessible à la petite industrie, secondée par un montage rapide et intelligible. Les créateurs suivent leur instigateur, Francis Jourdain, qui envisage toute recherche comme « une continuité de l’architecture susceptible de mettre l’homme dans le milieu le plus favorable à la satisfaction de ses désirs et de ses besoins, comme à l’exercice de ses facultés, compte tenu des contingences31 ». Ce mobilier de série se retrouve au Havre chez les ensembliers, puis dans les appartements-témoins et les boutiques de meubles (Marcel Gascoin). Imprégnés des contraintes du meuble utilitaire, ces créateurs de modèles de série vont parvenir à former une parenthèse entre le luxe art déco d’avant-guerre et le modernisme démonstratif des grandes marques.

Figure no 53 – Part respective dans les illustrations de Maison française des artistes-décorateurs (Royère, Leleu, Adnet, Old...) créateurs de modèles de série (Gascoin, Caillette, Hauville, Dumond...) et jeunes créateurs s’orientant vers un design moderniste édité par des marques (Richard, Guariche, Picard, Monpoix...)

Médiatisation de la cuisine, de la chambre et de la salle de séjour

17Durant cette première phase de la reconstruction, les appartements-témoins sont diffusés à travers tous les supports médiatiques (presse quotidienne, hebdomadaires, reportages sur support radio ou audiovisuel) et font découvrir une vie moderne qui va accéder à une dimension mythologique. Les créateurs illuminent et aèrent l’espace, le désencombrent grâce à l’apposition de rangements intégrés ou de meubles dits modernes ; ils l’assouplissent en fusionnant les pièces, ajoutant des cloisons amovibles (comme au Havre). Cependant, contrairement à l’appartement-type qui respectait l’échelle locale et se parcourait physiquement, le passage vers l’image nécessite une mise en scène pour se projeter : c’est ainsi que l’appartement témoin se situe dans l’obligation de représenter la cellule familiale, chaque membre jouant un rôle. Puis la représentation se globalise en assimilant un cadre théâtral pour y présenter des célébrités. Le logement de la famille moyenne s’éclipse alors derrière le « spectacle » qu’imaginent les grands médias illustrés : l’intérieur devient un objet d’exhibition, esthétisant à outrance objets et usagers, abandonnant les détails invisibles des finitions et des textures pour se concentrer sur les effets de formes et de couleurs.

  • 32 Marcel Gascoin, « L’enfant dans la maison », La Maison française, no 53 (numéro exceptionnel), avr (...)

18Le charme de l’exotisme moderne que procuraient la cuisine-laboratoire, la salle de séjour et la chambre-école s’évanouit presque immédiatement. Dans un numéro de Maison française de 1953 consacré à l’enfant32, sous la direction de Marcel Gascoin, la chambre des jeunes conserve l’esthétique de l’école et un agencement ultra-rationnel, mais les bambins sur la couverture s’amusent déjà un peu partout comme en récréation. Dans une cuisine présentée par la revue Paris-Match en 1954, la « ménagère » devant son évier semble admirer une toile de Miró où les ustensiles s’accrochent comme des mobiles de Calder (fig. 54). Quant au living-room de 1955, ce n’est plus une simple fusion du séjour et de la salle à manger, mais un vaste espace, peuplé d’un semis d’objets ultramodernes et à l’évidence destinés aux grandes réceptions. Le minimum glisse vers le maximum, celui de la salle de jeu pour les enfants, et de l’atelier d’art ou du show-room pour les parents.

Un dilemme au féminin : la ménagère moderne

  • 33 Jean Stoetzel, « Une étude du budget-temps de la femme dans les agglomérations urbaines », dans Al (...)

19Ces paradoxes sont tout aussi visibles dans une lecture par genres, particulièrement avec la figure féminine. Une « épouse statistiquement moyenne » apparaît immédiatement après la guerre surchargée de travail, autant esclave de son logement que dévouée à ses enfants. Une étude de l’INED33 en 1948 montre que les femmes mariées exercent une « profession extérieure » à plein temps allant de 30 % (trois enfants) à 60 % (sans enfant). Quoiqu’il en soit, la femme consacre un temps important au travail ménager et les experts évaluent le temps cumulé entre 56 et plus de 80 heures. Comprises en France comme un véritable travail depuis les recherches de Paulette Bernège dans les années 1920, les tâches domestiques sont pleinement intégrées dans les contraintes architecturales.

  • 34 Marie-Anne Febvre, « Le centre de détente. La salle de séjour », dans André Bloc (dir.), Architect (...)

20Ainsi, Marcel Gascoin s’associe aux travaux de Paulette Bernège pour concevoir ses meubles ou agencer ses cuisines. Auguste Perret dit rêver d’une cantine collective depuis 50 ans, comme en témoigne une phrase parue dans la presse havraise où il évoque « l’esclavage domestique des femmes ». Mais cette citation cache les paradoxes d’un premier mouvement féminin phagocyté par une certaine figure sacrificielle du foyer. Si la déréalisation victorienne s’éloigne, on évoque encore « les travaux féminins qui, adaptés aux ressources de l’époque et à la psychologie, aident à la création d’un climat personnel dans chaque foyer34 ». Si l’appartement est conçu par les architectes, ou architectes d’intérieur, dans le but d’assouplir les fonctions et de libérer l’habitant de la lourdeur des usages et du travail domestique, sa mise en image va intégrer toutes les normes du passé, les recristallisant dans celles de la consommation.

Figure no 54 – Geneviève Page dans la cuisine modèle « Picasso » des « cuisines merveilleuses » de Paris-Match présentées au salon des arts ménagers de 1954. Paris-Match, no 257, 27 février-6 mars 1954, p. 39.

Vers une analyse critique des situations

21Proche de Marcel Gascoin, Jacques Hauville dénonce une crise esthétique en 1956, dérive qu’il explique par une mise en adéquation de la mécanisation et de la production à partir des intérêts économiques plus que dans un idéal humaniste :

  • 35 Jacques Hauville, « Réflexion sur l’esthétique contemporaine », Journal de l’ameublement. Meubles (...)

Cette indigence de la création spécialisée sur le plan artistique trouve sa justification d’une part, comme nous l’avons vu, dans le déséquilibre qu’apporte la spécialisation, rupture entre la fonction créatrice et la fonction réalisatrice, d’autre part dans cette autre incidence du machinisme suscité par l’esprit du commerce : la rapidité. [...] Dans de semblables conditions, privée de ses bases essentielles, la création préfère suivre les chemins préparés d’un système simple et artificiel de valeurs esthétiques, valeurs arbitraires parce qu’inspirées directement de la technicité matérielle et non par l’homme, dont la nature individuelle est insaisissable et impropre à entrer dans un système de valeur35

  • 36 Denis Marmouzet et al., « Tati, théoricien de l’urbain et Hulot, habitant. Le cinéma comme critiqu (...)
  • 37 Elle, no 531, 27 février 1956.
  • 38 Philippe Bancilhon, « Architecture et industrie. La maison en plastique en France », dans Gérard M (...)

22.Mais l’esprit commercial de ce système « arbitraire » est aussi en jonction avec certaines attentes médiatiques. L’économie formelle des objets issus de la mécanisation s’allie à une simplicité très lisible graphiquement, à l’opposé de l’invisible et coûteuse qualité des matières ou des finitions. Cet éloignement des objectifs humanistes est encore plus marqué dans les champs lexicaux : les noms des logements témoins supervisés par l’hebdomadaire populaire Paris-Match au salon des arts ménagers parlent d’eux-mêmes, relatant une métamorphose du projet moderne en cliché normatif. En 1952, « l’appartement idéal pour vivre heureux dans les 74 m2 du Français moyen » et, en 1953, « la maison idéale de 56 m2 » sont des représentations envisagées comme des exemples concrets. Ensuite, les vedettes vont poser afin d’illustrer les stands. En 1954, on découvre « les 4 cuisines merveilleuses » où cette pièce ex-laboratoire évolue selon les budgets, du placard aménagé pour monsieur-célibataire jusqu’au luxe plus improbable d’un vaste espace aux formes et couleurs attrayantes d’une cuisine-living inimaginable. Un an après, répondant aux désirs les plus inaccessibles, on franchit un nouveau cap avec « la maison électrique » – présentée par Patachou, les Frères Jacques, Martine Carol – où l’on voit Lise Bourdin passer un coup de râteau dans un jardin japonais intérieur : c’est un total look qui va sans doute inspirer Jacques Tati36 (fig. 56). La dérive continue, en 1956, quand le magazine Elle37 entre à son tour sur la piste avec « la maison tout-en-plastique38 » exposant un futurisme de moins en moins probable ou, plus précisément, de plus en plus distant.

Figure no 55 – Le champ lexical de la reconstruction.

23Bien qu’elles relatent encore une quête prospective, ces maisons se situent à l’opposé de l’appartement minimal revendiqué pendant la reconstruction. Incarné(e) par une vedette au centre d’un univers méconnaissable, notre Français(e) moyen(ne) statistiquement probable ne peut plus projeter ici la réalité de son espace du quotidien, tout juste est-il possible de reconnaître ses aspirations normatives (où madame cuisine, aide monsieur à recevoir, etc.) Le fil rouge n’est plus un espace architectural optimisé mais une norme de réussite sociale. L’idéal rationaliste cède ainsi sa place au rêve américain, que l’on refusait ou que l’on osait à peine imaginer quelques années auparavant. Une exubérante volonté d’automatisation surgit au milieu d’un environnement trop moderne dans son apparence pour l’être vraiment. Face à l’abondance

Figure no 56 – Jardin intérieur de la maison électrique de Paris-Match au salon des arts ménagers de1955 (dont l’esthétique inspire à l’évidence Jacques Tati pour les décors de Mon Oncle), Paris-Match, no 309, 26 février-5 mars 1955, p. 48.

24des objets, tous potentiellement accessibles grâce à la banalisation des prêts par des organismes bancaires spécialisés (Cetelem, Sofinco), le modernisme devient faire-valoir et atout commercial, nous entrons dans la société de consommation par la petite porte d’un progrès gadgétisé où la ménagère idéale – qui devait initialement rationaliser ses gestes afin de s’émanciper – s’aliène à une consommation difficilement justifiable. La critique la plus pertinente sur ce glissement sémantique de la modernité se met en place avec Guy Debord :

  • 39 G. Debord, Rapport sur la construction des situations et sur les conditions de l’organisation et d (...)

C’est un signe plus grave de la décomposition idéologique actuelle, que de voir la théorie fonctionnaliste de l’architecture se fonder sur les conceptions les plus réactionnaires de la société et de la morale. C’est-à-dire qu’à des apports partiels passagèrement valables du premier Bauhaus ou de l’école de Le Corbusier s’ajoute en contrebande une notion excessivement arriérée de la vie et de son cadre39.

CONCLUSION

25Dans la reconstruction du Havre, la prise de pouvoir par les protagonistes de l’idéal moderne est emblématique : l’État désigne l’architecte en chef et celui-ci impose aux autorités locales ses doctrines en invoquant la durabilité et la rationalité du projet, vantant un style sobre justifié par les problèmes concrets de l’urgence et de l’économie. Plus largement, la propagande vise à renforcer le bien-être individuel dans un progrès partagé. On en arrive à proposer aux futurs habitants un voyage à l’intérieur des logements-types : chacun peut expérimenter le fameux confort moderne. Aussi critiquable soit-elle, cette expression autoritaire du collectivisme fondée sur l’analyse quantitative des moyens et désirs matériels ne doit pas se confondre avec la mainmise des médias sur l’image du logement, source d’autres normes s’épanouissant au milieu d’un spectacle où les vedettes et l’art pictural conjuguent leurs forces afin d’inventer l’iconographie du futur. Ce passage à l’image se synchronise à une hypermodernité des objets : en affirmant leur étrangeté et en se singularisant, ceux-ci gagnent une sacralité que les designers exploitent par le biais d’un modernisme formel, identifiable à une enseigne.

  • 40 Didier Mouchel, Henri Salesse : enquêtes photographiques, Rouen, 1951 et Petit-Quevilly, 1952, Plo (...)
  • 41 Élisabeth Chauvin et al, « Le reportage photographique de Lucien Hervé au Havre », dans Annette Ha (...)
  • 42 É. Chauvin et al., « “L’Appartement témoin Perret” au Havre. Un idéal moderne et démocratique au s (...)
  • 43 Voir les contributions de Cécile-Anne Sibout et Sophie Victorien dans cet ouvrage.

26En se diffusant, le modèle moderne se ternit et ne permet plus d’imposer un projet, un objet ou une image, son exotisme va donc se délocaliser vers ses propres marges : la reconstruction – table rase se réinvente en accentuant le contraste futurisme/passéisme ou modernisme/misère, des oppositions présentes lors des premières campagnes photographiques officielles dans les quartiers insalubres40 et dans la ville moderne du Havre41. Venu du communisme et du catholicisme, un violent contre-portrait se dessine suivant une imagerie statistique et esthétique de la misère, réévaluée à l’aune du consumérisme d’une « bourgeoisie moderne » médiatisée. En se ciblant sur cette dichotomie, le fossé entre ces deux catégories engloutit l’idéal médian du « luxe pour tous42 » : l’individualité de Français(e) moyen(ne) se réduit à une interface négligeable entre le bruit – ou plutôt le vacarme – de la consommation et la saisissante révélation des « statistiques oubliées dans les quartiers insalubres43 ». Cet effacement de l’individu entre deux masses se combine à une disparition du temps présent, écrasé entre un progrès visant un lointain futur et une misère reconduisant dans la nuit des temps. Si les impératifs moraux et normatifs s’en trouvent renforcés, l’individu, le présent, le local et autres topos de la réalité s’évanouissent.

  • 44 Frederic Jameson, « Future City », New Left Review, no 21, mai-juin 2003, p. 65-79, http://www.new (...)
  • 45 Céleste Olalquiaga, « Les poubelles de l’histoire. Les ruines modernes à l’ère du virtuel », dans (...)

27Portrait du logement ordinaire ayant évolué vers une mise en spectacle du quotidien, les appartements témoins révèlent les modalités d’un déclin du collectivisme moderne. Le renversement s’inscrit vers 1955 lors de la « mise au monde » de la consommation, instant où Frederic Jameson perçoit le cri de naissance de la postmodernité44. En effet, l’évidence de ces premiers symptômes ne doit pas flouer les effets à terme qu’engendre ce basculement des imaginaires : si le principe du progrès marque encore l’esthétique des Golden 60’s, la multiplication des signes modernistes ne doit pas cacher l’avènement de la postmodernité et l’effacement de deux piliers idéologiques : l’économie et le partage. Renonçant à chahuter le luxe, incapable de visionner des réalités quantitatives, le spectacle des différences va accumuler les débris45 d’un progrès dématérialisé sous forme de mythe. Un vide ontologique s’ouvre alors entre le signe et la pensée modernes – absence que comble à sa manière l’accumulation des biens dans la société de consommation.

Notes

1 Camille Robin, Le logement-témoin, mémoire de master urbanisme, Jean-Pierre Frey (dir.), université Paris XII – Institut d’urbanisme de Paris, juin 2010.

2 Dominique Forest et al, Mobi-boom, l’explosion du design en France 1945-1975, Paris, Les Arts décoratifs, 2010.

3 Yvonne Brunhammer, « L’art et les artistes dans les années quarante et cinquante », Le Journal des arts, no 57, 27 mars 1998.

4 Guy Debord, La Société du spectacle, Paris, Buchet-Chastel, 1967.

5 Jocelyne Le Bœuf, Jacques Viénot (1893-1959). Pionnier de l’esthétique industrielle en France, Presses universitaires de Rennes, « Art et société », 2006.

6 Jacques Viénot, « L’art social », Art présent, no 3, 2e trimestre 1947, p. 46-52.

7 Jacques Tournant et al, Voici Le Havre de 1944 à 1964, Le Havre, R. Gobled – La Vigie, 1964, p. 26.

8 Monique Eleb-Vidal et al., Penser l’habité. Le logement en questions. PAN 14, Paris, Pierre Mardaga, 1992, p. 56.

9 Matthias Waschek, « Question de style et rêves de confort : la France d’après-guerre à la lecture de quelques revues spécialisées », dans Francine-Dominique Liechtenhan, Europe 1946, entre le deuil et l’espoir, Bruxelles, Complexe, 1996, p. 215-228.

10 Jacques Lucan, Architecture en France (1940-2000), Paris, Le Moniteur, « Histoire et théories », 2001, p. 31.

11 Thibault Tellier, Le Temps des HLM. 1945-1975. La saga urbaine des trente glorieuses, Paris, Autrement, « Mémoires et culture », 2007, p. 20-51.

12 Danièle Voldman, « La loi de 1948 sur les loyers », dans Vingtième Siècle. Revue d’histoire, no 20, octobre-décembre 1988, p. 91-102.

13 Joseph Abram, « Habiter Le Havre. L’atelier Perret et les nouvelles valeurs du logement », dans Xavier Guillot, Habiter la modernité, Publications de l’université de Saint-Étienne, 2006, p. 39-54.

14 Yvan Delmotey, « Le béton assemblé. Formes et figures de la préfabrication en France, 1947-1952 », dans Dominique Hervier, Villes nouvelles et grands ensembles, Histoire urbaine, no 20, mars 2007, p. 15-38.

15 Loi et décret du 14 mai 1941. Voir Architecture française, no 36, octobre 1943, p. 24.

16 Alain Girard, « Le premier âge de Population (1946-1962) », dans Jean-Paul Sardon (dir.), Population, vol. 50, no 6,1995, p. 1335-1347.

17 Alain Durand, AFNOR. 80 années d’histoire, Paris, AFNOR, 2008.

18 A. Girard et al, Une enquête par sondage. Désirs des Français en matière d’habitation urbaine, INED-PUF, « Travaux et documents, Cahiers no 3 », 1947.

19 Hubert Lempereur, « La fondation Carrel (1941-1945), Le Corbusier et Félix Dumail : portraits d’architectes en bio-sociologues », FabricA, no 3, 2009, p. 42-69.

20 J. Lucan, Paris. 100 arts de logements. Eau et gaz à tous les étages, Paris, Arsenal-Picard, 1999, p. 74 et 92-95.

21 Auguste Perret, « La reconstruction du Havre », dans id. (dir.), Techniques et architecture, vol. 6, nos 7-8, juillet-août 1946, p. 341.

22 Jacques Rouault, 60 ans d’arts ménagers, t. II, 1948-1983. La consommation, Paris, Syros alternatives, 1993.

23 « La cité expérimentale du comité interprofessionnel du logement de Roubaix-Tourcoing », La Maison, décembre 1946, p. 380-385.

24 Bruno Duriez, « Municipalité, patronat et organisations ouvrières : le compromis historique autour du logement et de la ville », dans Michel Davis et al., Roubaix : cinquante ans de transformations urbaines et de mutations sociales, Lille, Presses universitaires du Septentrion, « Histoire et civilisations », 2006, p. 69-83.

25 Arts ménagers, février 1949.

26 Guillemette Delaporte, Marcel Gascoin, Paris, Les Arts décoratifs – Norma, 2010.

27 Arts ménagers, août 1951, p. 44-51.

28 Paul Breton (dir.), L’Art ménager français, Paris, Flammarion, 1952.

29 Emmanuel Collet, La Cuisine. Mode de vie, de l’ombre à la lumière, Bruxelles, AAM, « Carré d’architecte », 2006.

30 Carole Daprey et al, Mobilier design pour enfants, Bruxelles, L’As de pique, 2009.

31 Francis Jourdain, « Un problème à reconsidérer. L’habitation humaine », dans André Bloc (dir.), Architecture d’aujourd’hui, no 10, mars 1947, p. 5.

32 Marcel Gascoin, « L’enfant dans la maison », La Maison française, no 53 (numéro exceptionnel), avril 1952.

33 Jean Stoetzel, « Une étude du budget-temps de la femme dans les agglomérations urbaines », dans Alfred Sauvy, Population, vol. 3, no 1,1948, p. 47-62.

34 Marie-Anne Febvre, « Le centre de détente. La salle de séjour », dans André Bloc (dir.), Architecture d’aujourd’hui, no 10, mars 1947, p. 70.

35 Jacques Hauville, « Réflexion sur l’esthétique contemporaine », Journal de l’ameublement. Meubles et décors, édition professionnelle, 42e année, no 689, janvier 1956, p. 32-33.

36 Denis Marmouzet et al., « Tati, théoricien de l’urbain et Hulot, habitant. Le cinéma comme critique des théories urbaines et urbanistiques », L’Espace géographique, vol. 39, Paris, Belin, 2010.

37 Elle, no 531, 27 février 1956.

38 Philippe Bancilhon, « Architecture et industrie. La maison en plastique en France », dans Gérard Monnier et al, Les Armées ZUP. Architecture de la croissance. 1960-1973, Paris, Picard, 2002, p. 189-206.

39 G. Debord, Rapport sur la construction des situations et sur les conditions de l’organisation et de l’action de la tendance situationniste internationale, 1957, réédition : Paris, Arthème Fayard, « Mille et une nuits », 2000, p. 23.

40 Didier Mouchel, Henri Salesse : enquêtes photographiques, Rouen, 1951 et Petit-Quevilly, 1952, Plouha, GwinZegal, 2008.

41 Élisabeth Chauvin et al, « Le reportage photographique de Lucien Hervé au Havre », dans Annette Haudiquet, Brasilia, Chandigarh, Le Havre. Portraits de ville, Paris, Somogy, 2007, p. 26-31.

42 É. Chauvin et al., « “L’Appartement témoin Perret” au Havre. Un idéal moderne et démocratique au service d’une œuvre urbaine globale », dans Dominique Hervier, Villes nouvelles et grands ensembles, Histoire urbaine, no 20, mars 2007, p. 39-54.

43 Voir les contributions de Cécile-Anne Sibout et Sophie Victorien dans cet ouvrage.

44 Frederic Jameson, « Future City », New Left Review, no 21, mai-juin 2003, p. 65-79, http://www.newleftreview.org/?getpdf=NLR25503\SqDdflang=en.

45 Céleste Olalquiaga, « Les poubelles de l’histoire. Les ruines modernes à l’ère du virtuel », dans Urbanismes entropiques, Jeu de Paume, actes du colloque du 22 novembre 2008, p. 11-21, http://www.jeudepaume.org/pdf/UrbanismesEntropiques\_FR.pdf.

Table des illustrations

Légende Figure no 49 – Entrée et coin séjour de l’appartement-témoin Perret. Reconstitution actuelle, dans les immeubles sans affectation individuelle du Havre, de l’appartement-type présenté à l’exposition de l’urbanisme et de l’habitation en 1947 au Grand Palais à Paris. Mobilier de René Gabriel, céramique de Georges Jouve et de Pierre Pigaglio.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5335/img-1.jpg
Fichier image/, 159k
Légende Figure no 50 – Expérimentation de la préfabrication industrielle intégrale sur une structure de type poteau-poutre-dalle. Front de mer sud du Havre, sous la direction de Pierre-Édouard Lambert, vers 1954.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5335/img-2.jpg
Fichier image/, 193k
Légende Figure no 51 – Pourcentages : 1) de relogements sur dommages de guerre en France d’après l’INSEE ; 2) de dépôts de permis de construire dans le centre-ville du Havre.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5335/img-3.jpg
Fichier image/, 111k
Légende Figure no 52 – Famille-témoin avec quatre enfants dans l’appartement-type de Boulogne-sur-Mer, reportage en 1951 du ministère de la Reconstruction associé à la revue Arts ménagers, Marcel Gascoin architecte d’intérieur, Pierre Vivien architecte. Publié dans L’Art ménager français, op. cit.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5335/img-4.jpg
Fichier image/, 119k
Légende Figure no 53 – Part respective dans les illustrations de Maison française des artistes-décorateurs (Royère, Leleu, Adnet, Old...) créateurs de modèles de série (Gascoin, Caillette, Hauville, Dumond...) et jeunes créateurs s’orientant vers un design moderniste édité par des marques (Richard, Guariche, Picard, Monpoix...)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5335/img-5.jpg
Fichier image/, 111k
Légende Figure no 54 – Geneviève Page dans la cuisine modèle « Picasso » des « cuisines merveilleuses » de Paris-Match présentées au salon des arts ménagers de 1954. Paris-Match, no 257, 27 février-6 mars 1954, p. 39.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5335/img-6.jpg
Fichier image/, 236k
Légende Figure no 55 – Le champ lexical de la reconstruction.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5335/img-7.jpg
Fichier image/, 210k
Légende Figure no 56 – Jardin intérieur de la maison électrique de Paris-Match au salon des arts ménagers de1955 (dont l’esthétique inspire à l’évidence Jacques Tati pour les décors de Mon Oncle), Paris-Match, no 309, 26 février-5 mars 1955, p. 48.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5335/img-8.jpg
Fichier image/, 254k

Auteurs

Architecte DPLG, est responsable du service ville d’art et d’histoire - Mission UNESCO à la ville du Havre. Membre du comité technique chargé de la candidature UNESCO, elle a réalisé la muséographie de l’appartement-témoin Perret et est en charge de la médiation sur le patrimoine havrais.

Ingénieur de formation et guide-conférencier à la ville du Havre, a participé à la reconstitution des ensembles mobiliers présentés dans l’appartement-témoin. Ils ont publié ensemble plusieurs ouvrages et articles sur ce patrimoine et son interprétation, dont Appartements témoins de la reconstruction du Havre, Le Havre, Point de vues, 2007 ; « L’Appartement témoin Perret au Havre. Un idéal de modernité au service d’une œuvre urbaine globale », dans Dominique Hervier (dir.), Villes nouvelles et grands ensembles - IL Espace, urbanisme et architecture, Histoire urbaine, no 20, décembre 2007, p. 39-54 ; « Le paysage et les détails dans une ville moderne - deux échelles complémentaires pour concilier mémoire et dynamique urbaine au Havre », Informationen zur Raumentwicklung (IzR), nos 3-4, 2011, édité par Bundesinstitut für Bau-, Stadtund Raumforschung.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540