Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Reconstruction en Normandie et en Basse-Saxe après la seconde guerre mondiale

 | 
Corinne Bouillot

Deuxième partie. Lectures et représentations

Chapitre 8. La reconstruction de Hanovre vue à travers les films documentaires de l’après-guerre

Peter Stettner
Traduction de Corinne Bouillot

Résumé

La ville de Hanovre, sévèrement détruite pendant la seconde guerre mondiale, a fait l’objet d’une reconstruction moderne dans les années 1950. Ce processus de reconstruction a été documenté dans une série de films d’information contemporains présentés au public de Hanovre sous forme de comptes rendus annuels. Ces dernières années, on a pu sauvegarder et étudier ces films devenus historiques. La présente contribution étudie ces films, réalisés pour la plupart par le journaliste Heinz Koberg, sous l’angle de l’image qu’ils donnent de la reconstruction de la ville de Hanovre. L’étude montre quels aspects sont mis en avant ou au contraire laissés de côté, comment la destruction et la reconstruction moderne sont replacées dans un contexte plus large et quelle image de la société ces films font apparaître. Elle s’attache ensuite à montrer quelle importance ces films peuvent avoir comme sources historiques sur l’après-guerre en Allemagne.

Texte intégral

  • 1 Pour des chiffres précis, voir Hannover im 20. Jahrhundert. Aspekte der neueren Stadtgeschichte. E (...)

1 Comme de nombreuses autres villes allemandes, Hanovre a été sévèrement détruite des bombardements au cours de la seconde par guerre mondiale : on considère que 51,2 % des logements ont été totalement détruits ou fortement endommagés et 43,6 % moyennement ou faiblement ; la situation n’était guère plus enviable pour les bâtiments publics, les magasins, les installations industrielles et les entreprises artisanales. Dans le centre-ville, plus de 90 % du bâti étaient détruits1.

Figure no 41 – Centre-ville détruit (Steintor) avant la reconstruction. Photogramme du film Hanovre 1954.

  • 2 L’option de reconstruction choisie par la ville de Hanovre et considérée au-delà des frontières du (...)

2Face à ces destructions catastrophiques s’est posée la question des modalités possibles et envisageables d’une reconstruction ou construction nouvelle (au départ, on s’est même demandé si l’on reconstruirait la ville au même emplacement). Après avoir eu recours, dans les premières années de l’après-guerre, à l’improvisation dans la planification et aux initiatives privées de reconstruction, on a établi à partir de 1949 des plans municipaux de reconstruction qui servirent de base au projet d’urbanisme d’envergure réalisé dans la décennie suivante2.

  • 3 Au cours des années passées, ces films ont été étudiés, sauvegardés et valorisés dans le cadre d’u (...)

3Cette reconstruction moderne de Hanovre a été documentée dans des films réalisés par le journaliste-photographe Heinz Koberg. Muni de l’autorisation de l’administration militaire britannique et de celle du directeur général de la ville (Oberstadtdirektor) Gustav Bratke, Koberg a commencé en 1948 à tourner à Hanovre des prises de vue en 16 millimètres qui devaient, au départ, rendre compte de l’ampleur des destructions, puis ensuite des progrès de la reconstruction. À partir de 1949, Koberg a élaboré, à la demande officielle du conseil municipal, le premier film sur Hanovre dont il termina le montage en 1950. Jusqu’en 1960, Koberg tourna dix films d’information de ce type3.

  • 4 L’élaboration des films était décidée en accord avec des membres du conseil municipal de Hanovre o (...)

4Le commanditaire était donc la ville de Hanovre, qui, dans les années 1950, souhaitait utiliser ce support médiatique pour édifier ses habitants sur l’évolution de la cité. L’objectif était que le citoyen puisse mieux identifier le concept d’ensemble de la ville en pleine reconstruction dans laquelle il peinait souvent à se retrouver. Il fallait, en particulier, montrer les progrès réalisés4. Les films étaient projetés dans des institutions publiques, dans le milieu associatif, dans les locaux de campagnes électorales, etc. D’après des témoignages, ces films suscitaient un vif intérêt parmi les habitants de la ville.

  • 5 On trouvera une liste des films sur Hanovre et de plus amples informations sur le site http://www. (...)

5Les films sur Hanovre réalisés dans les années 1950 constituent à maints égards une unité plus forte que ceux tournés après 1960 par Koberg mais aussi par d’autres réalisateurs5. Le développement qui suit sera d’abord consacré à la description d’un de ces films choisi à titre d’exemple ; seront ensuite analysées les similitudes et différences observables dans les films de la reconstruction ; la dernière partie posera la question de l’intérêt de ces films comme source historique.

  • 6 Bildnis einer arbeitssamen Stadt.

6Le film muet Hanovre 1953. Portrait d’une ville laborieuse6 commence par un insert (projection d’un texte) :

Le 9 octobre 1953, dix années avaient passé après que le premier bombardement important, sur les quelque 100 que subit Hanovre, eut transformé en ruines une grande partie de la ville. Le 9 octobre 1953 sonnèrent à 6 heures du matin les cloches de toutes les églises de la ville en souvenir de cette attaque aérienne. Mais dans la lumière du petit matin, la ville présentait la variété de ce que le labeur de ses habitants avait reconstruit depuis lors.

7Suit une assez longue séquence sur la construction de logements, avec des successions détaillées d’images consacrées aux nouveaux lotissements. On montre souvent, au départ, l’activité de construction elle-même par des plans rapprochés ou semi-rapprochés, puis on illustre en images les résultats de la reconstruction sous forme d’alternances entre « avant » et « après ».

8On voit ensuite des images de la construction de nouvelles écoles et d’importants chantiers de rue : travaux dans le quartier du Steintor, où un tramway pousse des wagons de marchandises remplis de gravats ; diverses activités de construction, avec des machines qui semblent aujourd’hui antiques, mais aussi beaucoup de travail manuel sur les chantiers ; enfin, des wagonnets remplis de gravats sur des rails.

Figure no 42 – La rue Kronen en ruines. Photogramme du film Hanovre 1953.

Figure no 43 – La rue Kronen reconstruite. Photogramme du film Hanovre 1953.

9Suit une séquence plus courte sur la « construction économique » en images : le siège administratif de l’entreprise Continental est inauguré par un corso fleuri ; puis un insert textuel informe le spectateur que les vides laissés au centre-ville par les destructions ont disparu (nouvelles alternances avant/après) ; on peut voir de beaux achalandages dans les vitrines, avec de la porcelaine, etc.

10La dernière partie du film traite du domaine « culture, repos, loisir ». Les expositions « Paysage bas-saxon depuis 1800 » et « L’affiche internationale » apparaissent dans le film comme des manifestations culturelles d’importance. Sont ensuite montrés des restes anciens de la ville découverts lors des travaux de construction et présentés par des experts à un public attentif. Suit la construction du parc sportif de Hanovre au cours de laquelle, comme le souligne l’insert, on a utilisé comme remblai 2 330 000 mètres cubes de gravats, sur le total des 6 500 000 mètres cubes recensés. Puis on voit des enfants joyeux se baigner dans la piscine de Hainholz nouvellement ouverte. Le corso fleuri de Hanovre a ensuite droit à un traitement en images très détaillé. Le film se termine par une évocation des jardins royaux de Herrenhausen et de leurs nombreux visiteurs.

Figure no 44 – Train de wagonnets lors du déblaiement des décombres. Photogramme du film Hanovre 1953.

  • 7 Il s’agit des premières floralies organisées en Allemagne depuis la fin de la guerre, en présence (...)
  • 8 Le premier corso fleuri eut lieu le 4 août 1951 et constitua le point culminant des floralies de c (...)

11Par les thèmes qu’il aborde, par sa structure et sa conception filmique, ce documentaire de 1953 est typique des films de la reconstruction des années 1950 étudiés ici, même si on remarque des différences, selon les films, en fonction de leur année de production. Lorsque Hanovre 1949-1950 a été conçu et réalisé, la reconstruction, et surtout la construction de logements, n’étaient pas encore en marche dans la proportion qu’elles atteignirent plus tard. Dans ce film, ce sont des bâtiments publics choisis dont la reconstruction est montrée en détails : la salle de réception municipale (Stadthalle) avec sa coupole et l’opéra. Ce premier film sur Hanovre réalisé après 1945 représente en détails la nouvelle magnificence florale dans les jardins de Herrenhausen, où l’on cultivait précédemment des légumes pour faire face à la pénurie – le film ne le montre pas, mais tous les spectateurs le savaient à l’époque. Ce film reflète ainsi le plaisir du beau « après la grisaille de la guerre » (citation de Koberg). C’est également dans ce contexte qu’il faut replacer les floralies fédérales7, qui occupent une place importante dans le film Hanovre 1951, ainsi que les corsos fleuris organisés à partir de cette année-là et jusqu’à la fin des années 19508. On pensait déjà à l’époque que l’importance de ces manifestations résidait dans un relèvement « moral et spirituel » complémentaire de la reconstruction matérielle : il fallait apporter une touche de couleur et de beauté dans la grisaille de la période de reconstruction, afin de donner aux gens le courage et l’énergie nécessaires à l’action.

Figure no 45 – Char décoré du corso fleuri. Photogramme du film Hanovre 1953.

12Lorsque les progrès de la reconstruction furent manifestes, à partir du milieu des années 1950, les films tournés à l’époque commencèrent à inclure également quelques aspects supplémentaires qui ne jouaient encore aucun rôle dans le film de 1953 : les nouvelles voies de circulation rapide et les axes routiers qui entourent Hanovre ; la construction de nouveaux hôpitaux et la mise en valeur de la foire de Hanovre, créée dès 1947 ; sont particulièrement montrées en détails les activités sportives dans le nouveau stade de Basse-Saxe et dans diverses salles de gymnastique, ainsi que des manifestations d’éducation culturelle, en particulier des ateliers d’expression théâtrale et musicale. Si l’on prend en compte le fait que les deux derniers films, dont le contenu est plus varié, durent environ 20 minutes chacun et sont donc deux fois plus courts que les films de 1953 et 1954, on constate à quel point la représentation de la reconstruction de bâtiments est prédominante dans la première moitié des années 1950.

13S’interroger sur le rôle que jouent les films sur Hanovre en tant que source historique dépend, comme on peut s’y attendre, des problématiques avec lesquelles on les aborde. Ces documents n’ont qu’un intérêt limité pour reconstituer une histoire événementielle, pour repérer des dates et des faits de l’histoire politique, économique et sociale du Hanovre des années 1950. En revanche, ils peuvent être utiles lorsque l’on cherche à étudier des aspects particuliers de l’histoire de la technique et du bâtiment dans l’après-guerre : par exemple la manière dont fut organisé dans certains cas le déblaiement des décombres ; le travail de certaines machines actionnées à la vapeur (dame, pelleteuse à vapeur) ; les techniques et méthodes de restauration ou de reconstruction de certains bâtiments (toiture en cuivre de la salle de réception municipale, opéra).

Figure no 46 – Machine destinée au déblaiement des décombres. Photogramme du film Hanovre 1949.

  • 9 Peut-être est-ce le peu de circulation qui donne l’impression au spectateur que la vie se déroulai (...)
  • 10 Bien entendu, les sources écrites elles aussi sont rédigées à partir d’un certain point de vue et (...)

14On peut aussi se représenter à quel point les voitures étaient encore rares dans les rues du Hanovre des années 19509. Quelle que soit sa valeur illustrative, il ne faut toutefois pas oublier que la documentation en images de ces films ne fournit, tout comme d’autres sources, que partiellement une représentation objective de la réalité10. Il est nécessaire de prendre en considération la sélection des images, la position de la caméra, le choix de l’objectif, ainsi que le traitement auquel sont ensuite soumises les prises de vue (différentes étapes du montage). Si l’on inclut dans l’analyse l’influence exercée par ces facteurs, alors les images filmées peuvent constituer un matériau documentaire tout à fait riche et intéressant à étudier.

15Le plus grand intérêt de ces films réside dans les éléments qu’ils nous fournissent involontairement. C’est par exemple manifeste dans ce qu’ils soulignent, dans la façon dont ils présentent et interprètent un contenu, mais aussi dans ce qu’ils choisissent de ne pas montrer. C’est par ce biais que l’on obtient des informations sur la manière dont les contemporains percevaient leur présent ou bien dont on le leur présentait. En d’autres termes, une analyse filmique ne peut certes pas reconstituer le processus de reconstruction, mais elle peut contribuer à répondre aux questions suivantes : comment voulait-on montrer cette reconstruction moderne ? comment voulait-on bien la voir à l’époque ? avec quoi s’identifiait-on ? que préférait-on ne pas voir au cours de cette période ou à quoi ne s’intéressait-on pas ? Lorsqu’on aborde de telles problématiques, il est assez secondaire de savoir si, par exemple, une scène tournée dans une école ou sur un chantier s’est déroulée réellement ainsi, indépendamment de la situation de prise de vue, ou bien s’il y a eu mise en scène. Plus important est ce que l’on a voulu montrer. Considérer les images de cette manière a pour objectif d’analyser un secteur particulier de l’histoire de la société : celui des normes et des tabous sociétaux, des structures de la conscience collective et des mentalités. Dans ce sens, ce que les films montrent constitue toujours une partie de la réalité historique. Ils sont des traces de l’histoire, qui, tout comme des sources écrites, fournissent des informations sur le passé. Il est ainsi peu productif de regarder ces films avec une représentation de l’histoire construite à partir d’autres sources pour seulement repérer ce que l’on retrouve de cette histoire, en considérant alors que les films sont plus ou moins subjectifs si l’on n’y retrouve pas ce que l’on y cherche.

16La suite de ce développement est consacrée à la lecture des films sur le Hanovre des années 1950 comme sources historiques, à partir de quelques aspects qui apparaissent comme centraux.

17Quelles qu’en soient les différences dans le détail, ces films présentent tant de similitudes qu’il est possible de parler de typologie. Parmi celles-ci, le regard particulier sur l’histoire qu’ils mettent en évidence et qui sert de toile de fond à la thématique de la « (re)construction ». Tous les films partent explicitement ou implicitement du point zéro qu’auraient constitué les destructions de guerre. L’explicite, ce sont les destructions par les bombardements au cours de l’automne 1943, telles qu’elles apparaissent dans les films Hanovre 1953 et Hanovre 1958. Parfois, la fin de la guerre ou l’indication « 1945 » sont choisies comme synonymes pour désigner le Hanovre détruit. Comme il s’agit principalement, à travers les films, de mettre en valeur les succès de la reconstruction de la ville, cette perspective très étroite de retour sur le passé est compréhensible, d’une certaine manière. Mais en même temps, elle contribue à construire et à transmettre une représentation de l’histoire dans laquelle les habitants de Hanovre apparaissent exclusivement comme des victimes, dont la « tenace volonté de survie a vaincu », comme l’indique le commentaire de Hanovre 1958. Pas une seule fois, dans les films des années 1950, le national-socialisme n’est évoqué ; pas une seule fois le fait que la guerre et ses atrocités sont parties d’Allemagne ; pas une seule fois il n’est dit que cette guerre a aussi – et surtout – apporté à d’autres des souffrances. Ces films sont ainsi l’expression d’une perspective victimaire qu’ils contribuent en même temps à encourager.

  • 11 À la fin de l’année 1951, seulement 50 % des gravats avaient été déblayés. Voir Klaus Mlynek et Wa (...)
  • 12 Dans Hanovre 1954, on voit apparaître rapidement des demi-lunes à l’écran [NDT : en allemand Nisse (...)

18Des caractéristiques particulières apparaissent aussi dans la façon dont les films représentent la reconstruction de la ville. Il est exclusivement question de (re)construction matérielle. La reconstruction politique et sociétale ne joue dans aucun de ces films un rôle quelconque. La reconstruction matérielle est quant à elle présentée comme le bilan d’une performance. Le regard porté sur ce qui a été accompli est censé donner du courage, il devient aussi de plus en plus une démonstration de fierté : « D’ailleurs, la foire de 1958 elle aussi était encore plus grande, encore plus importante que celles qui l’avaient précédée. » Lorsqu’elle montre la reconstruction du centre-ville et la construction de logements dans les quartiers, la caméra s’attarde très longuement sur les témoignages de la modernité, elle s’attache au moindre détail, elle procède, comme impressionnée, par travelling de bas en haut. C’est particulièrement le cas pour les films de la première moitié des années 1950. Quand le centre-ville n’est encore « qu’un grand désert de ruines11 » (Koberg), le film ne montre les destructions que s’il peut immédiatement après démontrer la réussite du renouveau (alternances avant/après). Ceci apparaît très clairement lorsqu’on regarde les films dans l’ordre chronologique. On remarque alors que le champ de ruines que l’on vient de déblayer n’était jamais visible auparavant. En outre, les ruines sont plutôt filmées dans une perspective qui permet la distance ou la supériorité, par exemple en plongée12. Les films montrent de cette façon qu’après la césure de la seconde guerre mondiale, on a su acquérir une vision positive de soi et une nouvelle fierté, rendues possibles par la reconstruction matérielle et par d’immenses performances mises en scène sous forme de travail tangible.

19Ce qui est intéressant, c’est l’image de la société que reflètent ces films. Car même si, dans le bilan des performances de la reconstruction qu’ils dressent, on voit beaucoup de « matière morte » comme des bâtiments, des rues, etc., ces derniers sont toutefois associés à de l’activité humaine ou sociétale : par exemple des travaux de construction, des cérémonies solennelles et des inaugurations, des explications données par des experts, l’école ou encore le sport. La représentation d’une « œuvre communautaire » est particulièrement centrale dans une vision de la société qui apparaît dans les séquences filmiques correspondantes. Mais contrairement aux sources et descriptions écrites connues, les films avec leurs inserts ou commentaires ne reflètent pas seulement les grandes performances et le sens civique, ils reproduisent également les structures de cette communauté. La représentation de la société véhiculée ici rappelle une idylle familiale où les groupes à problèmes comme les réfugiés ou les sans abri ne sont pas pris en compte et où les rôles sont clairement répartis. Il s’agit d’une société bien ordonnée et structurée selon des schémas patriarcaux. Les seuls à prendre la parole sont des « messieurs exerçant une responsabilité » (leitende Herren), surtout lors des inaugurations ou poses de la première pierre.

  • 13 Les passages dans lesquels des élèves d’écoles de théâtre disent des textes ne constituent pas une (...)

20Il ne s’agit jamais de femmes. Les simples citoyens de la ville, hommes ou femmes, n’ont pas à prendre la parole. Haut et bas sont strictement séparés, les uns parlent et les autres écoutent13. « On regardait ce que les pères de la ville avaient planifié et décidé », explique le commentaire de Hanovre 1958.

  • 14 Le film sur Hanovre qui en fait état pour la première fois est celui qui est intitulé Mosaïque d’u (...)
  • 15 Dans Hanovre 1958.
  • 16 Hanovre 1958 est le premier film où l’on ne commence pas directement par les performances de la re (...)

21Aucun des films ne fait allusion à des alternatives, à des débats publics, qui ont pourtant eu lieu à propos de questions aussi centrales que les modalités de la reconstruction à l’identique ou moderne14. On dresse bien plutôt, généralement, le portrait d’une vie harmonieuse et sans conflit. C’est le cas également pour les aperçus que donnent les films de l’institution scolaire – et qui sont souvent visiblement mis en scène. Les jeunes filles apparaissant à l’image sont particulièrement braves et respectueuses. Voici ce que dit le commentaire : sur une « joyeuse mélodie de flûte, les élèves s’installent dans leur nouvel établissement, pour la construction duquel ils remercient chaleureusement le conseil municipal et l’administration de la ville. » Suit l’image de quatre petites filles qui, main dans la main et coquettement vêtues, remontent un couloir de l’école15. Dans d’autres séquences, des enfants se tiennent près d’une fontaine, l’air recueilli, ou bien des élèves d’un cours de musique suivent avec concentration les développements de leur professeur de piano, « sur le chemin rocailleux du succès », comme on peut l’entendre dans Hanovre 195816. Des élèves se mettent en formation pendant un cours de sport, se déplacent en mouvements ordonnés, prennent place selon un schéma défini, etc. Dans ce contexte, les films révèlent aussi une image des femmes caractéristique de la période de reconstruction. Dans le film Tout le monde s’y met (Alle machen mit) de 1960, que l’on peut considérer comme un résumé de l’ensemble, le commentaire se poursuit ainsi, après l’hommage rendu à la construction d’un nouvel établissement scolaire :

Si nous avions eu de telles écoles, disent les anciens, oui, s’il en avait été ainsi, alors qui sait – ne nous en voulez pas, Mesdames – peut-être certaines ménagères auraient-elles eu moins de mal à cuisiner. Les jeunes filles de l’école Gerhardt-Hauptmann apprennent déjà à le faire dans leur cuisine d’application. Un enseignement que l’on peut savourer jusqu’au bout – bon appétit. Et il faut aussi faire la vaisselle, un bon entraînement pour la vie.

Figure no 47 – Cérémonie lors d’une pose de première pierre. Photogramme du film Hanovre 1953.

Figure no 48 – Écolières faisant le ménage dans une cuisine d’application. Photogramme du film Tout le monde s’y met, 1960.

22Lors d’un cours de chimie dans une école de filles, il est alors question d’eau oxygénée – « peut-être pour blondir les cheveux ? » Et en cours d’anglais, « on apprend le shopping – faire les courses – une femme doit savoir le faire ! »

23Dans de tels passages, le film montre très clairement les attitudes et les modes de pensée contemporains, et c’est en cela qu’il a une valeur en tant que source résiduelle. Lorsqu’on lit ainsi ces films des années 1950 sur Hanovre comme des sources pour l’histoire de la société de la période de la reconstruction, alors ils se révèlent particulièrement passionnants et fructueux.

  • 17 Ce constat repose sur les déclarations faites par des collaborateurs du service de presse et d’inf (...)
  • 18 Sur des questions de détail, se souvient M. Koberg, il est arrivé une fois que le conseil municipa (...)

24Il serait bien sûr souhaitable de prendre davantage en compte le contexte dans lequel ces films ont été produits ainsi que leur réception, afin de reconnaître d’autres facteurs d’influence et de déterminer plus précisément leur intérêt en tant que source. Ceci est toutefois peu réalisable dans la mesure où il ne reste que très peu de documents sur les conditions de production et où ceux-ci n’ont en partie jamais existé. Des témoignages permettent cependant d’apprendre globalement que ces films étaient très appréciés du public17. C’est la raison pour laquelle, dans les années 1950, ils ont été réalisés en tout dix fois par le même réalisateur – dans une facture plus ou moins similaire. Rien n’indique qu’entre le conseil municipal qui en était le commanditaire, le réalisateur et le public, il y ait eu des différences fondamentales sur ce qu’étaient ou devaient être les images de la reconstruction de la ville et les aspects qui lui étaient liés18.

  • 19 Voir Peter Stettner, « Rudolf W. Kipp (Filmproduzent, Kameramann, Regisseur). Biographie und Filmo (...)

25Certainement, la technique filmique a joué aussi un rôle dans l’aspect qu’ont revêtu ou non les films. Le fait que M. Koberg n’ait pu avoir la possibilité (limitée) de travailler avec une sonorisation directe qu’à partir de la deuxième moitié des années 1950 a influencé ses documentations filmiques. Et qu’il ait été photographe de formation peut avoir eu pour conséquence que ses images filmiques n’étaient pas aussi cinématographiques que par exemple celles de son collègue de Hambourg Rudolf Kipp19. Mais l’intérêt des films comme sources historiques sur l’état des consciences et les mentalités n’en est pas pour autant remise en question. Toutefois, une analyse comparée de films sur la reconstruction de différentes villes serait bien sûr très souhaitable pour distinguer clairement les facteurs d’influence spécifiques aux différents contextes urbains et individuels de ceux qui pourraient avoir une portée suprarégionale.

Notes

1 Pour des chiffres précis, voir Hannover im 20. Jahrhundert. Aspekte der neueren Stadtgeschichte. Eine Ausstellungaus Anlass des 75 jährigen Bestehens des Historischen Museums am Hohen Ufer, catalogue d’exposition, Hanovre, Historisches Museum, 1978, p. 151 et suiv.

2 L’option de reconstruction choisie par la ville de Hanovre et considérée au-delà des frontières du pays comme une modernisation urbanistique ambitieuse et exemplaire est étroitement associée à Rudolf Hillebrecht, urbaniste en chef ayant exercé ses fonctions de 1948 à 1975. À partir de certaines « caractéristiques historiques du centre-ville » considérées comme importantes pour la « sauvegarde d’identité », c’est davantage une construction nouvelle (Neuaufbau) qu’une reconstruction (Wiederaufbau) qui fut opérée. Avec un plan urbain totalement nouveau, le système de circulation fut modernisé, développé et rendu performant par un réseau de tangentes extérieures dépourvues de bâti, un périphérique intérieur et une distribution correspondante des rues en rayons. L’agencement de l’habitat fut principalement planifié dans la tradition de la « construction nouvelle » (Neues Bauen) de la république de Weimar, des centres annexes avec des installations publiques furent créés, et l’objectif du mode de construction fut de séparer les espaces et d’aérer le bâti par des espaces verts. Les immeubles de trois et quatre étages dominaient le paysage urbain à côté des maisons de ville juxtaposées ou des maisons individuelles. Voir à ce propos Hannover im 20. Jahrhundert, op. cit., p. 160-173, ainsi que le bref résumé de Rudolf Hillebrecht : « Zum Wiederaufbau nach 1945 », dans Architektur in Hannover seit 1900, publié par la chambre d’architectes de Basse-Saxe, Munich, Callwey, 1981, p. 12 et suiv. Voir aussi la contribution de Sid Auffarth dans cet ouvrage.

3 Au cours des années passées, ces films ont été étudiés, sauvegardés et valorisés dans le cadre d’un projet réalisé à l’École supérieure des arts et techniques appliqués de Hanovre. Voir annexe II.

4 L’élaboration des films était décidée en accord avec des membres du conseil municipal de Hanovre ou avec l’administration de la ville ; Lauenrot, directeur de l'office de la culture, était même parfois directement associé à la réalisation. Malheureusement, il n’y a que très peu d’archives relatives à la production des films des années 1950. L’auteur a pu rassembler quelques informations sur les conditions de production lors d’entretiens réalisés en 1991 et 1992 avec M. Koberg et des collaborateurs de l’administration municipale.

5 On trouvera une liste des films sur Hanovre et de plus amples informations sur le site http://www.filmundgeschichte.de, rubrique « Hannover im Film ».

6 Bildnis einer arbeitssamen Stadt.

7 Il s’agit des premières floralies organisées en Allemagne depuis la fin de la guerre, en présence notamment du président fédéral Theodor Heuss et du chancelier Adenauer.

8 Le premier corso fleuri eut lieu le 4 août 1951 et constitua le point culminant des floralies de cette année-là : un défilé festif de chars de toutes sortes richement ornés de fleurs parcourut les rues de Hanovre.

9 Peut-être est-ce le peu de circulation qui donne l’impression au spectateur que la vie se déroulait à l’époque beaucoup plus lentement.

10 Bien entendu, les sources écrites elles aussi sont rédigées à partir d’un certain point de vue et dans une certaine perspective. Mais avec un film, on cède facilement à l’illusion de porter un regard direct sur le passé. Lorsque l’on s’aperçoit que ce n’est pas (ou pas tout à fait) le cas, il n’est pas rare que l’on rejette tout simplement le film comme source.

11 À la fin de l’année 1951, seulement 50 % des gravats avaient été déblayés. Voir Klaus Mlynek et Waldemar R. Rohrbein, Hannover Chronik. Von den Anfängen bis zur Gegenwart. Zahlen, Daten, Fakten, Hanovre, Schlüter, 1991, p. 230.

12 Dans Hanovre 1954, on voit apparaître rapidement des demi-lunes à l’écran [NDT : en allemand Nissenhütten, baraquements de tôle très répandus, en particulier en zone d’occupation britannique], lorsqu’il est question de dommages provoqués par une tempête. Sinon, la question du logement provisoire, de l’hébergement des réfugiés et des centres d’accueil est très largement écartée. On peut faire ici un parallèle avec les films de fiction allemands produits après 1949-1950, dans lesquels cette réalité est également effacée. Dès 1947, la grande majorité des spectateurs de cinéma ne voulaient plus voir ces images.

13 Les passages dans lesquels des élèves d’écoles de théâtre disent des textes ne constituent pas une exception à cet égard. Les passages de ce type montrent toutefois qu’il aurait été possible techniquement de restituer des situations de conversation. Le principe dominant du commentaire en voix off est quant à lui le signe d’une forme « fermée ».

14 Le film sur Hanovre qui en fait état pour la première fois est celui qui est intitulé Mosaïque d’une ville (Mosaik einer Stadt) tourné en 1960 par Herbert Seggelke et qui sort du cadre habituel.

15 Dans Hanovre 1958.

16 Hanovre 1958 est le premier film où l’on ne commence pas directement par les performances de la reconstruction, mais où l’on montre d’abord des images qui renvoient à la méditation et au repos. On a l’impression qu’après la réalisation des fondements de la reconstruction, il reste un peu de temps pour souffler avant de se remettre au travail.

17 Ce constat repose sur les déclarations faites par des collaborateurs du service de presse et d’information de la ville de Hanovre dans les entretiens réalisés en 1991 et 1992 par l’auteur.

18 Sur des questions de détail, se souvient M. Koberg, il est arrivé une fois que le conseil municipal lui ait imposé quelque chose : des chiffres devaient être projetés pour illustrer les résultats de la reconstruction, et dans les années électorales, il s’agissait de mettre un peu plus en avant la construction des écoles.

19 Voir Peter Stettner, « Rudolf W. Kipp (Filmproduzent, Kameramann, Regisseur). Biographie und Filmographie », dans Hans-Michael Bock (dir.), Cinegraph. Lexikon zum deutschsprachigen Film, no 30, Hambourg, Verlag Ed. Text und Kritik, 1998.

Table des illustrations

Légende Figure no 41 – Centre-ville détruit (Steintor) avant la reconstruction. Photogramme du film Hanovre 1954.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5333/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Figure no 42 – La rue Kronen en ruines. Photogramme du film Hanovre 1953.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5333/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Figure no 43 – La rue Kronen reconstruite. Photogramme du film Hanovre 1953.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5333/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Figure no 44 – Train de wagonnets lors du déblaiement des décombres. Photogramme du film Hanovre 1953.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5333/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende Figure no 45 – Char décoré du corso fleuri. Photogramme du film Hanovre 1953.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5333/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Figure no 46 – Machine destinée au déblaiement des décombres. Photogramme du film Hanovre 1949.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5333/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Figure no 47 – Cérémonie lors d’une pose de première pierre. Photogramme du film Hanovre 1953.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5333/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Figure no 48 – Écolières faisant le ménage dans une cuisine d’application. Photogramme du film Tout le monde s’y met, 1960.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5333/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

Auteur

Docteur en histoire et spécialiste des sciences des médias, est directeur des archives culturelles des établissements d’enseignement supérieur de Hanovre. Outre son travail de sauvegarde et d’analyse du patrimoine filmique régional, ses activités de recherche et d’enseignement portent sur les sources audiovisuelles et en particulier sur cinéma et histoire (il a, en partenariat avec l’université de Hanovre, conçu le site pédagogique multimédia Film und Geschichte). Il a publié notamment, sur le film comme source historique et sur les films documentaires de l’après-guerre : « Dokumentarfilm als historische Quelle », dans Marcus Stumpf et Wolfgang Bockhorst (dir.), Archivpflege in Westfalen-Lippe, no 69, Münster, 2008, p. 4-10 ; « Film als historische Quelle im Unterricht am Beispiel der Flüchtlingsproblematik in Niedersachsen nach 1945 », dans Landesgeschichte im Landtag, Hanovre, Niedersächsischer Landtag, 2007, p. 748-752 ; « „Auf dem steinigen Weg zum Erfolg”. Der Aufbau in den 50 er Jahren im Spiegel zeitgenossischer Informationsfilme der Stadt Hannover », dans Adelheid von Saldern (dir.), Bauen und Wohnen in Niedersachsen wahrend der fünfziger Jahre, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung Hannover, 1999, p. 215-222.

Corinne Bouillot (Traducteur)

Maître de conférences en études germaniques à l’université de Rouen, est agrégée d’allemand et auteure d’une thèse de doctorat d’histoire contemporaine intitulée De la genèse du mouvement des femmes est-allemandes à l’encadrement des femmes par le pouvoir. De l’occupation soviétique à l’État socialiste 1945-1952 (Lille, Septentrion, 1996). Ses domaines de recherche ont d’abord été les études de genre dans l’Allemagne de l’après seconde guerre mondiale, et elle a publié, en collaboration avec Paul Pasteur, Femmes, féminismes et socialismes dans l’espace germanophone depuis 1945 (Paris, Belin, 2005). Ses recherches et publications plus récentes portent sur les mémoires et politiques mémorielles en Allemagne (immédiat après-guerre, RDA) et les représentations, en France et en Allemagne, des destructions et des reconstructions. À paraître en allemand sur le sujet du présent ouvrage : « Wiederaufbau-Regionen in Europa : Normandie und Nierdersachsen im Vergleich », dans G. WagnerKyora (dir.), Wiederaufbau der Stadte : Europa seit 1945/Rebuilding European Cities : Reconstruction-policy since 1945, Stuttgart, Franz Steiner, « Beiträge zur Stadtgeschichte und Urbanisierungsforschung », 2013.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540