Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Reconstruction en Normandie et en Basse-Saxe après la seconde guerre mondiale

 | 
Corinne Bouillot

Deuxième partie. Lectures et représentations

Chapitre 7. La reconstruction de Rouen à travers les médias : l’exemple de Paris-Normandie

Cécile-Anne Sibout

Résumé

Dans la France libérée où se recompose le paysage médiatique, le quotidien Paris-Normandie entend apporter sa contribution à la renaissance d’une région mutilée par la seconde guerre mondiale. À cette époque où les directeurs de presse et une partie des journalistes sont des acteurs importants de la vie locale, la manière dont Paris-Normandie évoque la reconstruction de Rouen durant la première décennie d’après-guerre dépasse la simple information factuelle et traduit une volonté d’implication dans les débats et de participation à cette entreprise aux multiples enjeux. Entre représentation des sinistrés mécontents et souci didactique de leur expliquer les choix urbanistiques et architecturaux, entre interpellation des pouvoirs publics sur les lenteurs de la reconstruction et admiration emphatique pour les nouvelles réalisations, voire même défense des intérêts politiques ou économiques des porteurs de parts du journal, les différents articles livrent une polyphonie de points de vue dans laquelle les silences sont eux aussi révélateurs. L’étude de cette source souvent complexe que constitue le principal média de l’époque dans la région est ainsi riche d’enseignements, notamment en matière de représentation et de réception de la reconstruction.

Texte intégral

  • 1 Sur l’histoire du journal, voir la thèse de doctorat de l’auteure : Paris-Normandie à l’époque de P (...)

1Dans cette contribution, nous nous proposons d’esquisser une étude sur la dont le rouennais Paris-Normandie traite de la façon quotidien reconstruction de l’agglomération rouennaise entre 1945 et 1955. Il existe une certaine logique à choisir 1955 comme date butoir. Certes, la reconstruction n’est pas encore terminée à cette date : ainsi, le nouveau théâtre des Arts n’est inauguré qu’en 1962. Il s’agit toutefois d’une période-charnière, comme nous le verrons plus loin. Un questionnement en trois temps est proposé. Nous aborderons d’abord brièvement la place spécifique que tient après-guerre Paris-Normandie dans un paysage médiatique très renouvelé1. Puis nous évoquerons les thèmes prioritaires par le biais desquels le journal aborde la reconstruction, avant de nous interroger enfin sur quelques silences significatifs repérables à la lecture de ses colonnes. En filigrane, la problématique permanente consiste à se demander si Paris-Normandie, principal média de l’époque, constitue une source fiable pour l’histoire de la reconstruction elle-même. Néanmoins, sa lecture fournit des éclairages intéressants sur les acteurs et les représentations de la reconstruction.

La presse française dans la première décennie d’après-guerre : l’exemple de Paris-Normandie

  • 2 Soit environ le double du tirage de Paris-Normandie en 2011, le quotidien proposant en moyenne actu (...)

2Au printemps 1945, en Basse-Saxe, la puissance occupante britannique interdit la parution de journaux allemands, attendant que la vie démocratique renaissante se consolide ; les Hanovriens se débrouillent donc pour les petites annonces (vitales en cette période de pénurie et de troc) avec des panneaux muraux. Dans la France victorieuse, la situation est évidemment différente. On assiste même, selon les vœux des résistants, à une véritable « révolution » de la presse : les journaux ayant continué de paraître sous l’Occupation sont désormais interdits. Un des points communs entre la France et l’Allemagne en matière médiatique réside dans le fait que, dans les années 1945-1955, les quotidiens sont quasiment les seuls grands médias généralistes. En conséquence, leurs directeurs, voire certains de leurs journalistes, représentent des acteurs importants de la vie locale, d’autant qu’aucune communication institutionnelle organisée n’émane encore des collectivités territoriales, même dans un pays fédéral comme l’Allemagne. Juste après guerre, compte tenu des pénuries persistantes (papier, etc.), les quotidiens demeurent par ailleurs aussi minces qu’ils l’étaient durant le conflit. Paris-Normandie ne propose par exemple que deux pages jusqu’à fin 1946 (parfois même seulement sur demi-format), quatre pages en 1947 (sauf l’été où le quotidien retrouve le recto-verso) et n’atteint épisodiquement six pages qu’à partir d’avril 1948. Si la pagination est très limitée, les tirages en revanche s’avèrent relativement importants ; ainsi, Paris-Normandie tire à 130 000 exemplaires fin 19452.

  • 3 Un périodique intitulé Annonces, affiches et avis divers de Haute et Basse-Normandie est publié à R (...)
  • 4 En fait, le quotidien qui succède au Journal de Rouen s’intitule d’abord Normandie parle français, (...)
  • 5 L’année 1972 correspond à la fois au décès de Pierre-René Wolf (6 avril) et au rachat du quotidien (...)
  • 6 Entre septembre 1944 et avril 1945, c’est l’ancien chef de la locale du Journal de Rouen, Charles V (...)

3Le Journal de Rouen, très anciennement implanté3, a glissé du centre-droit en 1939 à une orientation franchement pétainiste pendant la guerre, et se trouve de ce fait condamné à une lourde amende à la Libération et interdit de parution. Lui succède en septembre 1944 Paris-Normandie4, dont la ligne éditoriale est désormais socialisante. Le même homme, Pierre-René Wolf, va diriger le quotidien de 1945 à 1972, durée inimaginable depuis que les groupes médiatiques se sont développés dans la presse régionale à partir de la décennie 19705. Avant guerre, Wolf, homme pétri de culture classique et très attaché à Rouen, est à la fois patron d’une importante imprimerie rouennaise et romancier. Pour fuir la législation antisémite, cet homme cultivé amoureux de Rouen se réfugie clandestinement à partir de 1941 en zone sud, sans s’engager dans la Résistance de crainte d’exposer sa famille. Lors de son retour à Rouen à la Libération, il est choisi par les résistants et patriotes rouennais pour piloter le nouveau quotidien qui doit succéder au Journal de Rouen6. Une société éditrice est créée fin 1945, composée d’une quarantaine de porteurs de parts, parmi lesquels se trouvent quelques résistants et surtout des « patriotes » qui ne se sont pas compromis avec l’occupant. Ces sociétaires appartiennent aux divers courants de la gauche ou en sont proches (PC, SFIO, MRP, Parti radical). Aucun d’entre eux ne se situe politiquement à droite, donc n’adhère, entre autres, au groupe des « indépendants », le plus important à l’époque au sein de cette famille politique.

Figure no 39 – Une du premier numéro de Normandie parle français (premier nom de Paris-Normandie), 1er septembre 1944.

4Wolf joue immédiatement un rôle spécifique au sein de Paris-Normandie. À 46 ans, désireux après le cataclysme de la guerre d’opérer un tournant complet dans sa vie professionnelle, il nourrit l’ambition, dès sa prise de fonction, que « son » journal soit artisan actif de la résurrection d’une Normandie très mutilée physiquement comme humainement. Sous son impulsion, le journal soutient fermement la renaissance de la région, dans une démarche volontariste pour y attirer à nouveau entrepreneurs, touristes et artistes.

  • 7 Voir les informations sur le film documentaire réalisé lors de cette cérémonie dans l’annexe II de (...)

5Dans ces années, un directeur de presse est encore un notable, qui se doit donc d’assister à un grand nombre de cérémonies officielles. Lorsqu’ils les relatent, les journaux mentionnent d’ailleurs presque in extenso la liste des notabilités présentes. On repère donc Wolf, entre autres, aux poses des « premières pierres » au moment des reconstructions, par exemple à celle du Palais des consuls le 19 juin 19527. À maintes occasions, il se retrouve également membre d’un comité d’honneur dont l’objectif n’entretient guère de lien direct avec les fonctions « régaliennes » dévolues à un patron de presse. Ainsi l’on découvre Wolf au sein du comité constitué en 1953 pour la renaissance du théâtre des Arts détruit en 1944 ; siègent à ses côtés dans cette instance le maire Chastellain, son adjoint aux beaux-arts Bernard Tissot, le directeur du conservatoire de région Albert Beaucamp, le compositeur de musique Marcel Dupré, ainsi qu’André Renaudin, l’un des journalistes importants de Paris-Normandie en matière de politique culturelle.

  • 8 On aperçoit Roger Parment, carnet de reporter à la main, dans le film comique que Bernard Lefebvre (...)
  • 9 Roger Parment (1919-1992) a aussi fondé à la Libération un bi hebdomadaire, Liberté normande, qui d (...)
  • 10 Voir aussi son commentaire édifiant dans le film de Claude Moignard consacré au logement insalubre,(...)

6Concernant la reconstruction de Rouen et/ou sa perception par les habitants de la ville, signalons aussi l’importance, outre Wolf, de quelques autres collaborateurs du quotidien. Parmi les journalistes, la principale plume qui aborde fréquemment ce sujet est Roger Parment8, directeur de la locale de 1947 à 19649. Brièvement policier pendant la guerre (ce qui l’aidera à se constituer un carnet d’adresses et un réseau dense de relations dans des milieux fort divers), il manifeste tôt un vif intérêt pour sa ville natale. Participant à la renaissance du syndicat d’initiative dès 1947, ainsi qu’à celle des foires rouennaises dès 1950, le gaulliste Parment « est partout », à la fois apprécié et quelque peu craint à cause de sa liberté de parole et de son pouvoir médiatique. D’autres journalistes attachés à la locale, mais très différents de Roger Parment par leur personnalité et leurs analyses, prouvent la relative polyphonie de Paris-Normandie. Jean-Paul Déron aborde ainsi avec sérieux et didactisme la question du logement après-guerre, tandis qu’Yvon Hecht, revendiquant comme Déron son appartenance à la gauche, décrit et dénonce les poches de pauvreté, matérielles comme culturelles, qui subsistent à Rouen10.

7Plusieurs porteurs de parts du journal œuvrent eux aussi, dans leur domaine, pour la reconstruction. Georges Lanfry est officiellement gérant principal de Paris-Normandie, même si ce rôle effectif est rempli par le directeur Wolf. À la tête de la principale entreprise régionale de travaux publics, Lanfry est chargé à ce titre de restaurer de nombreux monuments rouennais (palais de justice, cathédrale...), ainsi que des infrastructures, tel le port de Rouen. En raison de cette double casquette, Paris-Normandie s’abstient non seulement d’évoquer les éventuels surcoûts ou malfaçons qui peuvent se produire sur ces chantiers, mais multiplie les compliments à propos de leur pilotage par l’entreprise Lanfry. Un autre porteur de parts du journal, Max Canu, président de son conseil de surveillance et par ailleurs propriétaire et directeur d’une importante société commerciale portuaire, la SATCO, met Paris-Normandie sinon dans une situation de conflit d’intérêt, tout au moins d’autocensure lorsque le journal aborde les questions relatives à la reconstruction du port. Des journalistes très indépendants d’esprit, tel Yvon Hecht, passent volontiers outre ces contraintes subliminales, au risque d’une épisodique cacophonie dans les commentaires émanant de Paris-Normandie à propos du nouveau Rouen d’après guerre.

Comment Paris-Normandie évoque-t-il la reconstruction rouennaise ?

  • 11 L’instruction obligatoire n’est portée à 16 ans qu’en 1959 (ordonnance du 6 janvier). Auparavant, l (...)

8Concernant la reconstruction, Paris-Normandie fournit bien sûr beaucoup d’éléments factuels, notamment au moment de l’inauguration de nouvelles constructions : tel pont a telle longueur, tel immeuble a telle hauteur, les matériaux utilisés sont les suivants, etc. Ces précisions sont évidemment disponibles sur d’autres supports : documents administratifs locaux ou nationaux, entre autres. Par rapport à ces derniers, l’originalité du quotidien réside dans son approche volontairement très didactique, qui se traduit en particulier par de nombreux dessins représentant les projets puis leur réalisation (coupes, croquis-perspectives tel celui publié le 10 mars 1949 silhouettant les futures arcades de la rue des Carmes, formule architecturale quasiment inédite à Rouen depuis le Moyen Âge). Précisons que les quotidiens des années 1950 publient beaucoup de dessins (Paris-Normandie possède même un local spécifique pour ses journalistes-dessinateurs), contrairement à la période actuelle où ce support a quasiment disparu, à l’exception de rares infographies, et au bénéfice de la photographie, média à la fois potentiellement plus artistique et moins pédagogique. La même volonté d’informer sérieusement le public sous-tend l’organisation régulière d’expositions, dans le hall de Paris-Normandie, de maquettes permettant de se faire une idée du nouveau Rouen. Ce hall est un endroit très fréquenté par le public, puisqu’y sont affichés, entre autres, les résultats des rencontres sportives et qu’il est situé au siège du journal, donc au coeur de Rouen, place de l’Hôtel-de-Ville. Toujours dans cette optique d’aider les Rouennais à « comprendre » les logiques de la reconstruction et à se débrouiller dans le maquis bureaucratique qui lui est souvent lié, le journal prodigue fréquemment des conseils clairs pour en expliquer les mécanismes, accompagner les sinistrés dans leurs démarches pour constituer leurs dossiers d’indemnisation ou, plus tard, faire construire un pavillon s’ils en ont les moyens : Paris-Normandie fournit des éléments concernant à la fois le financement, notamment les aides et crédits possibles, les procédures à suivre et une réflexion sur les choix pertinents à effectuer en fonction de la taille et des revenus familiaux. À une époque où beaucoup de Rouennais ont quitté l’école dès 13 ans11, voire plus tôt à cause des turbulences liées à la guerre, Paris-Normandie joue donc de facto un rôle de service public à propos de la reconstruction, complétant utilement les informations fournies par le MRU et les autres administrations impliquées dans ce vaste chantier.

9Abordons dans un deuxième temps ce qui n’est pas factuel dans les nombreux articles que le quotidien rouennais consacre à la reconstruction, et qui contient donc à des degrés divers des prises de position.

  • 12 Voir Marc Martin, La Presse régionale, des affiches aux grands quotidiens, Paris, Fayard, 2002 ; Cé (...)

10Tout d’abord, le journal publie beaucoup plus de communiqués et « motions » diverses qu’actuellement, souvent in extenso, relayant ainsi par exemple les doléances des sinistrés. Dans ces années et contrairement à aujourd’hui, Paris-Normandie – du moins dès que les restrictions en papier s’allègent – ne s’impose aucun formatage pour la longueur des articles, ni aucune contrainte en matière de lisibilité. Il faut préciser que la concurrence médiatique n’existe pas et que les associations politiques et syndicales occupent par ailleurs une place plus importante qu’aujourd’hui dans la société française12.

  • 13 Paris-Normandie, 11-12 octobre 1949.
  • 14 Si l’on ne tient pas compte des nombreux hebdomadaires régionaux, solidement implantés tel Le Courr (...)
  • 15 L’Écho de Normandie n’est publié qu’entre décembre 1946 et février 1948. Il se heurte en effet à de (...)

11En dehors de ces textes revendicatifs provenant de l’extérieur mais que le journal accueille volontiers dans ses colonnes, on repère d’autres textes « engagés », émanant cette fois des journalistes eux-mêmes. Un de leurs thèmes de prédilection est la lenteur avec laquelle s’opère la reconstruction, les délais non respectés, et donc la situation à leurs yeux scandaleuse dans laquelle se trouvent certains sinistrés. C’est Paris-Normandie qui invente en 1949 l’expression « lanterne rouge de la reconstruction » pour évoquer le cas rouennais, allusion métaphorique péjorative aux feux arrière d’un véhicule. Lors d’un reportage effectué en Allemagne à Nuremberg et Cologne, ce type de critique se conjugue avec une comparaison inquiète et agressive visant l’ancien ennemi : « Les cheveux repoussent au Samson germanique avec une force et une rapidité qui tiennent du prodige », « l’Allemand met une sorte de hargne à déblayer ses ruines13. » Commentant ce retard, Paris-Normandie se place sur deux registres, lesquels parfois se superposent. Le premier peut être considéré comme classique pour un quotidien, même s’il frôle parfois le populisme : se faire le porte-voix des citoyens, dans un souci de proximité, et relayer leurs multiples frustrations. Le second registre, moins fréquent dans les journaux régionaux à cause de leur rapide dépolitisation après-guerre, consiste à interpeller les pouvoirs publics, donc à jouer à leur égard un rôle d’aiguillon en stigmatisant leur inaction. Compte tenu de son orientation politique, il s’agit plus précisément pour Paris-Normandie de suggérer l’incompétence de la droite modérée, majoritaire au conseil municipal rouennais. C’est alors Wolf lui-même qui signe ce type d’articles, ou du moins les inspire clairement. Ses critiques se concentrent sur Jacques Chastellain, maire de 1945 à 1958. Dès novembre 1945 paraît un article signé de Wolf et intitulé « À quand le plan définitif de reconstruction de Rouen ? » Incisif, le patron de presse interpelle la municipalité : « Ne croyez-vous pas qu’il serait temps de ne plus tourner en rond et de déterminer définitivement ce plan d’urbanisme sans lequel rien ne peut se faire ? Si les délais ne sont pas respectés, nous pensons que les sinistrés auront leur mot à dire. » Le maire, usant de son droit de réponse, rétorque peu après courtoisement que les municipalités ne participent que très marginalement aux plans de reconstruction, ces derniers étant dressés par des architectes-urbanistes désignés par le ministère de la Reconstruction. Chastellain, à droite sur l’échiquier politique, n’est par ailleurs guère satisfait de voir le socialisant Paris-Normandie « régner » presque seul sur le paysage médiatique en Haute-Normandie14. Plusieurs associés de sa société éditrice, élus à l’hôtel de ville sur des listes de gauche, se posent même en opposants frontaux à son égard et se présentent contre lui lors des législatives de 1945 et 1946. Le riche armateur qu’est Chastellain décide alors d’appuyer financièrement la création, fin 1946, d’un nouveau quotidien situé à droite, L’Écho de Normandie, une tentative qui fait toutefois long feu15.

  • 16 Jean Lecanuet (1920-1993) adhère au Mouvement républicain populaire (MRP) dès sa création en novemb (...)
  • 17 Assemblée générale de la société éditrice, la SNPR, 30 mai 1953 (archives de Paris-Normandie).

12Un deuxième « round » est engagé en décembre 1949, moment où le quotidien publie une série d’articles sévères à propos de la reconstruction rouennaise. Ces textes sont signés « Paris-Normandie », mais l’on y reconnaît facilement la « patte » stylistique de Wolf. C’est à cette occasion qu’apparaît l’expression-leitmotiv « lanterne rouge de la reconstruction », que le ministre Claudius-Petit reprendra à son compte lorsqu’il visitera la capitale haut-normande l’année suivante. On peut lire dans le premier article : « Tant de temps a été perdu à tergiverser sur les plans qu’aucun immeuble n’est encore sorti de terre. Il faut en finir ! Assez parlé, assez détruit, bâtissons maintenant. » Quant au dernier texte, sa conclusion est particulièrement critique : « Les tergiversations à présent ne sont plus permises. Il y a déjà eu trop de palabres, de protestations pour la forme, de recul devant les responsabilités. » Il est inadmissible que près des quais, « on n’ait pas, là où le sol n’est pas à modifier, construit des maisons aptes à reloger les sinistrés » : « Ce que l’on a le droit, le devoir d’exiger non seulement de l’État, des services publics, mais aussi de la municipalité [...], c’est que les travaux soient poussés à un rythme bien supérieur au rythme passé. » Le troisième « round » opposant Paris-Normandie à l’équipe Chastellain se déroule en avril 1953, période d’élections municipales. Le journal soutient alors, contre la liste centriste du maire en place, une liste MRP dirigée par Jean Lecanuet, jeune dirigeant politique situé à l’époque au centre-gauche16. Wolf se place sur le terrain de l’intérêt de la ville. Dans un article intitulé « Haro, mon duc... », qui fait localement du bruit, il déclare que « Rouen est à la veille d’une période de déclin » et conclut sur un registre clairement anti-Chastellain : « Il est temps de tirer la sonnette d’alarme, il est temps que Rouen sorte d’un immobilisme et d’une léthargie qui ne lui laissent aucune chance d’échapper au péril d’un déclin menaçant. » La série d’articles qui suit évoque avec inquiétude l’avenir économique, touristique et universitaire de la ville, ainsi que la question lancinante du logement. Toutefois, malgré ces textes s’inscrivant en faveur du candidat Lecanuet sans le dire clairement, ce dernier est battu aux élections municipales. Wolf doit alors justifier son engagement dans la campagne devant les porteurs de parts de la société éditrice, dont une fraction exprime son mécontentement17. Le directeur de Paris-Normandie n’attaquera plus jamais frontalement la municipalité par la suite, ni sur le terrain de la reconstruction, ni sur aucun autre.

13À côté de cette approche politique du nouveau Rouen en train de s’édifier, beaucoup d’articles « engagés » traitent du sujet sur d’autres modes. Un des plus fréquents est le registre humoristico-kafkaïen, où s’épanouit notamment la verve de Parment : les Rouennais seraient sans cesse menacés de tomber dans l’une des innombrables tranchées ouvertes dans les rues, livrés à une circulation très chaotique, etc. Le journal décline ainsi le thème d’un deuxième chambardement de Rouen comparable, évidemment en moins tragique, à celui opéré par les bombes en 1944, et dû cette fois aux travaux publics et à leurs inquiétants bulldozers.

  • 18 Voir Jacques Ellul, Histoire de la propagande, Paris, PUF, 1967.

14Des articles au ton à l’inverse grave évoquent la situation des sinistrés, que Parment décrit par exemple ainsi le 12 février 1947 : « Pour les sinistrés dans les baraques qui suintent de partout, c’est toujours la guerre [...] Un logement de sinistré se visite rapidement : 3 ou 4 pièces étroites dont certaines ressemblent étrangement à une buanderie, une cheminée parfois déjà hors d’usage. D’ailleurs les hôtes des baraquements provisoires ne peuvent s’offrir le luxe d’entretenir du feu dans deux pièces. » Les articles pessimistes et accusatoires demeurent toutefois très minoritaires. Le plus souvent s’exprime un enthousiasme sans nuance, parfois même emphatique, et renouvelé à chaque étape de la reconstruction. Par cet optimisme volontariste dénué de distance critique, Paris-Normandie, consciemment ou inconsciemment, relaie la volonté étatique de soutenir moralement l’opinion en cette période difficile18. Ainsi, le quotidien se félicite longtemps à l’avance de la réalisation des projets de reconstruction, annonçant à leur propos un calendrier dont l’optimisme, pourtant presque constamment démenti, ne faiblit pas. En février 1947, par exemple, le journal annonce que le nouveau pont Corneille sera ouvert à la circulation dans les trois ans à venir ; or ledit pont – chantier vital pour Rouen puisqu’il s’agit du premier pont réédifié après les bombardements, abstraction faite de deux légers ouvrages provisoires – ne sera achevé qu’au milieu de l’année 1952.

  • 19 Paris-Normandie des 22 mai et 3 août 1953. À propos de l’hymne à l’automobile que constitue le deux (...)

15Dans ce même registre du volontarisme optimiste, les rédacteurs du quotidien manifestent fréquemment une fascination émerveillée pour toute forme de modernisme, concernant par exemple le confort sanitaire des appartements reconstruits, mais aussi les magasins et équipements collectifs. Ainsi Parment, au moment de l’inauguration des Nouvelles Galeries en mai 1953, admire leur « escalator » et s’extasie devant leur « entrée triomphale dans la vie rouennaise ». Trois mois plus tard, lorsque le parking souterrain de la Bourse s’ouvre aux automobilistes, Paris-Normandie le qualifie de « gigantesque », considère que « les proportions de ce temple dédié à l’automobile sont belles et majestueuses » et assure sans nuances que la « prospérité d’un pays suit sa courbe de motorisation19 ». La lecture attentive du quotidien rouennais fait apparaître la réitération d’adjectifs laudatifs et consensuels comme « coquet », pour qualifier aussi bien des pavillons que les appartements de l’imposant et austère immeuble des Abattoirs (1951).

Figure no 40 – Battage de pieux au pont Corneille, 1950. Le cliché montre bien la surélévation des quais.

  • 20 Cette expression désigne, jusqu’aux destructions de 1940, la partie des quais particulièrement bien (...)

16Parfois, dans son désir d’apparaître comme le porte-voix à la fois du « Rouennais moyen » et des décideurs, Paris-Normandie peut publier, sans l’assumer clairement, des approches très contradictoires sur tel ou tel aspect de la reconstruction. L’exemple de la nouvelle configuration des quais en bord de Seine est flagrant à cet égard. À plusieurs reprises, le journal se positionne en porte-parole des Rouennais, majoritairement défavorables à la surélévation des quais et nostalgiques de la « Petite Provence20 ». Ainsi, le 6 août 1949, on lit sous la plume du journaliste Gontran Pailhès que ces quais « auront l’énorme désavantage de n’être plus bordés par la Seine qui vivifiait tout. Ce seront des quais mornes et quasi déserts. » Mais par ailleurs, peut-être sous l’influence indirecte de plusieurs porteurs de parts dont les activités professionnelles sont très liées au port (en particulier les transitaires Max Canu et Marie-Thérèse Simon), Paris-Normandie souligne l’importance du commerce portuaire qui nécessite la surélévation des ponts, donc des quais. « Voyez ces bateaux, leurs capitaines ont un but, c’est Paris [...] Rouen vit des années cruciales. Demain les pétroliers auront 30 000 tonnes et certains chalands 3 000. Est-ce que les Rouennais refuseront de faire ce qu’il faut pour qu’ils puissent passer ? », demande le quotidien le 10 décembre 1949. Deux jours plus tard, il enfonce le clou en présentant divers schémas qui se veulent totalement démonstratifs quant à la nécessité de porter, dans l’avenir, le tirant d’air des ponts rouennais à 7 mètres : « Nous avons consulté un grand nombre de spécialistes ; la plupart sont formels : il eût été de la plus grande imprudence de ne pas élever le niveau des ponts. » Avec ce type d’approche à la fois technocratique et imprécise (les « spécialistes » en question n’étant notamment pas cités), Paris-Normandie se place clairement cette fois du côté des décideurs, et non de son lectorat majoritaire.

17Enfin, on repère parfois la tentative, pour le journal, d’instrumentaliser la reconstruction à son profit, donc d’en faire indirectement un outil de propagande. Wolf, dans la longue tradition du paternalisme d’entreprise, souhaite loger confortablement ses collaborateurs tout en y voyant l’occasion de présenter au public un vademecum du constructeur privé avisé. De son côté, Tony Larue, commissaire aux comptes de Paris-Normandie et maire (SFIO) de Grand-Quevilly, ville située dans la banlieue sud rouennaise, facilite l’achat par le journal d’un terrain communal. En 1953, le quotidien informe de manière détaillée et à différentes reprises, photos à l’appui, sur l’avancement des « maisons-Paris-Normandie ». Il signale que, pour ces dernières, il accorde des prêts à taux très faible, véhiculant ainsi le double message de sa générosité et de son rôle essentiel pour compléter l’action des pouvoirs publics, voire y suppléer, en particulier vis-à-vis des classes modestes (ces maisons sont en effet essentiellement attribuées aux ouvriers du livre).

Ce dont Paris-Normandie ne parle pas ou parle peu

18Dans les colonnes du quotidien rouennais, une première catégorie de « non-dits » concerne deux des trois responsables des destructions de la ville, qui ont fait disparaître environ 30 % de sa superficie, dont une part notable de ses infrastructures. Rappelons que la capitale haut-normande a connu deux épisodes majeurs de destruction : en 1940 puis en 1944. Le 9 juin 1940, les autorités françaises décident de faire sauter les ponts rouennais ainsi que les entrepôts de pétrole situés sur la rive gauche, avec pour objectif, certes illusoire, de retarder l’avance de l’armée allemande vers le sud. Peu après ces explosions-incendies, opérés donc à l’initiative des Français eux-mêmes au tout début de l’occupation, un incendie anéantit presque intégralement le quartier situé au sud de la cathédrale. On ne sait encore avec certitude si ce sinistre est dû au hasard, ou plus probablement (les deux hypothèses pouvant se combiner) à l’action volontaire des Allemands, qui ont pour le moins mis peu d’empressement à l’éteindre. Ils ne sont intervenus qu’au moment où la cathédrale elle-même était menacée, ce qui était utile à leur propagande, puisqu’ils pouvaient de ce fait se présenter comme des défenseurs de la « civilisation » contre les « barbares ». Par la suite, des bombardements épisodiques alliés touchent Rouen, mais l’essentiel du déluge de feu frappe la ville le 19 avril 1944, puis du 30 mai au 5 juin. Lorsqu’il aborde le sujet des destructions à Rouen, Paris-Normandie omet de rappeler qu’une grande part en est due aux Français, et surtout aux Alliés. De même, aucun article n’évoque, y compris sous forme allusive, le travail imposé après la Libération aux prisonniers allemands, affectés notamment à la dangereuse tâche de déminage-déblayage.

  • 21 Sur la continuité entre Vichy et la IVe République en matière d’urbanisme, voir Danièle Voldman, La (...)

19En second lieu, Paris-Normandie occulte les formes humaines et institutionnelles de continuité avec le régime de Vichy – un silence gardé d’ailleurs, comme le premier, par la majeure partie de la presse dans les années qui suivent la Libération. Les exemples de cette continuité des hommes sont nombreux. Ainsi Jacques Gréber, urbaniste en chef de la ville, et Jean Prempain, ingénieur des Ponts-et-Chaussées, ont été tous deux nommés à Rouen dès 1941. Dans la continuité de leurs compétences professionnelles, ils ont joué un rôle notable après-guerre, surtout Prempain, actif à Rouen dans la décennie 1950. Les continuités institutionnelles elles aussi sont loin d’être négligeables : dès son installation, le régime de Vichy a créé en effet des institutions d’aménagement urbain qui sont confirmées par le gouvernement provisoire de la République française. Citons, entre autres, la loi du 15 juin 1943, restée dans la législation nationale sous l’appellation de « Code de l’urbanisme21 ».

  • 22 Paradoxalement, le ministre de la Reconstruction Eugène Claudius-Petit, en visite à Rouen en octobr (...)
  • 23 Pierre Chirol (1881-1953), membre de l’académie de Rouen et président de la Société des architectes (...)
  • 24 La création du quotidien L’Écho de Normandie en décembre 1946, financé entre autres par le maire Ja (...)
  • 25 Ainsi, l’architecte rouennais André Robinne (1893-1991), auquel a été confiée entre autre la recons (...)

20Troisièmement, face à l’évidente lenteur de la reconstruction à Rouen, Paris-Normandie choisit ses « cibles ». Autant les élus locaux centristes, en particulier le maire Jacques Chastellain, sont assez fréquemment brocardés comme nous l’avons vu plus haut, autant le ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme ainsi que ses hauts fonctionnaires semblent être ménagés. La ligne éditoriale socialisante, donc favorable à une action forte de l’État au sein de la vie publique, peut expliquer ce traitement inégal22. Cependant les architectes eux-mêmes, qui relèvent professionnellement en majorité du secteur privé, sont également épargnés par les critiques, surtout s’ils font figure de notables comme Pierre Chirol23 ou François Herr. Ici la logique du journal, et en particulier celle de Wolf, consiste à éviter d’indisposer une partie de son lectorat, à savoir les Rouennais assez nombreux qui considèrent que l’éviction des Lafond, anciens propriétaires du journal, s’est effectuée de façon trop brutale et radicale24. La nouvelle équipe dirigeante du journal, bien qu’issue de la Résistance (ou justement parce qu'elle en est issue) souffre d’un déficit de légitimité auprès d’une partie des Rouennais et cherche à le combler. Ceci passe, entre autres stratégies, par une présentation neutre ou positive de l’action des décideurs locaux. La seule exception concerne les élus marqués à droite, facilement critiqués et rarement félicités. Lors des « Grandes Heures de Rouen » (1954), Paris-Normandie met plutôt en valeur le rôle de ses deux gérants, Wolf et Lanfry, dans l’organisation de cette fête culturelle, et beaucoup moins celui de Bernard Tissot, pourtant cheville ouvrière de cette manifestation en tant qu’adjoint aux beaux-arts de la municipalité Chastellain de 1945 à 1957. Dans la même logique, le quotidien haut-normand, pourtant si didactique dans de nombreux domaines touchant la reconstruction et le logement, est quasiment silencieux concernant l’importante « loi Courant » votée en août 1953, qui prévoit un versement obligatoire par les entreprises de 1 % de leur masse salariale afin d’améliorer l’habitat. Il est vrai que son initiateur, le maire du Havre Pierre Courant, appartient politiquement au centre-droit. Toujours dans la même volonté de créer le consensus, en particulier d’exprimer de l’empathie vis-à-vis des sinistrés, Paris-Normandie ne parle jamais d’un phénomène pourtant vite décelé par les architectes, à savoir la fréquente surévaluation, involontaire ou volontaire, des dommages subis par les personnes concernées25.

21Deux derniers silences peuvent être repérés lorsqu’on examine le contenu de Paris-Normandie de 1945 à 1955. Tout d’abord, dans un souci très vraisemblable de conforter les populations dans leur souhait de se tourner résolument vers l’avenir, donc de fuir une nostalgie paralysante à l’égard d’un passé à jamais révolu sur le plan architectural comme urbanistique, le journal n’émet pas de critique concernant les partis pris architecturaux adoptés après 1945. Ceci vaut également lorsqu’ils rompent manifestement avec les traditions ancestrales dans l’art de bâtir, et quand, de surcroît, les nouvelles formes proposées risquent à l’évidence de se révéler partiellement inadaptées aux réalités géographiques et climatiques du terrain. On pensera ici notamment aux toits en terrasses dans une région à forte pluviométrie ! Le plus emblématique d’entre eux, celui des Nouvelles Galeries, ne restera accessible au public que de 1953 à 1971. Paris-Normandie adopte un ton dithyrambique aussi bien pour évoquer le néo-classique architectural, illustré entre autres par l’îlot 12 aux toits d’ardoise à double pente de la place de la Calende, qu’à l’égard des immeubles conçus par Henri Tougard ou Marcel Lods, tous deux admirateurs de Le Corbusier.

  • 26 Paris-Normandie, 21 janvier 1955 : « Naissance officielle de la ville verte de Canteleu ».

22Quant au dernier « silence », il s’agit plus exactement d’une parole de plus en plus rare sur la reconstruction elle-même à partir de 1954-1955. On pourrait en l’occurrence parler d’une évolution accélérée. Les journalistes de Paris-Normandie spécialistes de l’urbanisme et du logement privilégient désormais l’annonce, elle aussi dans une tonalité globalement enthousiaste, de la création de nouveaux quartiers localisés en périphérie de la ville. Or, avec ces « cités », on entre dans une logique et dans une ère nouvelles : les grands ensembles qui naissent sur les Hauts de Rouen répondent en effet à une situation complexe : il ne s’agit plus seulement de reloger des sinistrés, mais aussi de faire face au baby-boom, à l’exode rural et à l’immigration26.

23Pour conclure, il s’avérerait évidemment fructueux de développer les comparaisons avec d’autres sources, françaises et allemandes, pour affiner l’approche médiatique de la reconstruction en Haute-Normandie comme en Basse-Saxe.

24Croiser les sources, nécessité intellectuelle comme déontologique pour l’historien, apparaît crucial sur ce sujet, afin d’étudier la réalité de la reconstruction dans sa complexité stimulante. C’est d’autant plus le cas lorsque l’on est confronté à un seul grand média collectif, comme à Rouen dès 1940, son seul concurrent quotidien, La Dépêche, étant alors touché à mort par un incendie. Les enquêtes orales, déjà largement entamées, constituent entre autres sources un champ passionnant et utile à explorer.

Notes

1 Sur l’histoire du journal, voir la thèse de doctorat de l’auteure : Paris-Normandie à l’époque de Pierre-René Wolf, un grand patron de la presse régionale, 1945-1972, université Paris IV, 1999.

2 Soit environ le double du tirage de Paris-Normandie en 2011, le quotidien proposant en moyenne actuellement 56 p. (édition de Rouen) en format tabloïd.

3 Un périodique intitulé Annonces, affiches et avis divers de Haute et Basse-Normandie est publié à Rouen dès 1762.

4 En fait, le quotidien qui succède au Journal de Rouen s’intitule d’abord Normandie parle français, puis Normandie et enfin Paris-Normandie à partir du 25 juillet 1947.

5 L’année 1972 correspond à la fois au décès de Pierre-René Wolf (6 avril) et au rachat du quotidien par Robert Hersant (10 mai).

6 Entre septembre 1944 et avril 1945, c’est l’ancien chef de la locale du Journal de Rouen, Charles Vilain, qui assure la transition à la tête du nouveau quotidien.

7 Voir les informations sur le film documentaire réalisé lors de cette cérémonie dans l’annexe II de cet ouvrage.

8 On aperçoit Roger Parment, carnet de reporter à la main, dans le film comique que Bernard Lefebvre dit Ellebé a consacré en 1949 à la reconstruction de Rouen : Fiction Strélisky. Voir l’annexe II.

9 Roger Parment (1919-1992) a aussi fondé à la Libération un bi hebdomadaire, Liberté normande, qui devient hebdomadaire en 1950 sous le titre de Liberté-Dimanche et existe encore en 2011.

10 Voir aussi son commentaire édifiant dans le film de Claude Moignard consacré au logement insalubre, Côté cour, 1950. Voir annexe II.

11 L’instruction obligatoire n’est portée à 16 ans qu’en 1959 (ordonnance du 6 janvier). Auparavant, l’obligation cesse à 14 ans (depuis 1936), avec des dérogations qui permettent de quitter l’école encore plus tôt.

12 Voir Marc Martin, La Presse régionale, des affiches aux grands quotidiens, Paris, Fayard, 2002 ; Cécile-Anne Sibout, Paris-Normandie 1944-2005, La saga du quotidien normand, Rouen, PTC, 2005.

13 Paris-Normandie, 11-12 octobre 1949.

14 Si l’on ne tient pas compte des nombreux hebdomadaires régionaux, solidement implantés tel Le Courrier cauchois, mais qui ne problématisent guère l’actualité normande et couvrent en outre essentiellement les zones rurales.

15 L’Écho de Normandie n’est publié qu’entre décembre 1946 et février 1948. Il se heurte en effet à de nombreuses difficultés, notamment à l’hostilité latente du ministère de l’Information et à l’impossibilité de se faire imprimer à Rouen.

16 Jean Lecanuet (1920-1993) adhère au Mouvement républicain populaire (MRP) dès sa création en novembre 1944. Fondé par des résistants, favorable à la nationalisation des entreprises d’intérêt public et à un rôle accru des syndicats ainsi qu’à une Europe fédérale, le MRP se situe au départ au centre-gauche sur l’échiquier politique, mais évoluera ultérieurement vers la droite.

17 Assemblée générale de la société éditrice, la SNPR, 30 mai 1953 (archives de Paris-Normandie).

18 Voir Jacques Ellul, Histoire de la propagande, Paris, PUF, 1967.

19 Paris-Normandie des 22 mai et 3 août 1953. À propos de l’hymne à l’automobile que constitue le deuxième article, on ne peut que faire le rapprochement avec les vues de l’urbaniste hanovrien Rudolf Hillebrecht, lequel reconstruit la capitale de la Basse-Saxe en considérant que la ville doit désormais s’adapter aux voitures. Voir la contribution de Sid Auffarth dans cet ouvrage.

20 Cette expression désigne, jusqu’aux destructions de 1940, la partie des quais particulièrement bien exposée et animée (grâce notamment à la présence de vastes brasseries) à proximité du théâtre des Arts.

21 Sur la continuité entre Vichy et la IVe République en matière d’urbanisme, voir Danièle Voldman, La Reconstruction des villes françaises de 1940 à 1954. Histoire d’une politique, Paris, L’Harmattan, 1997.

22 Paradoxalement, le ministre de la Reconstruction Eugène Claudius-Petit, en visite à Rouen en octobre 1950, n’use pas des mêmes précautions oratoires, quand il déclare notamment que « Rouen est une ville deux fois blessée, par la guerre d’abord, par l’urbanisme ensuite ».

23 Pierre Chirol (1881-1953), membre de l’académie de Rouen et président de la Société des architectes de la Seine-Inférieure et de l’Eure (1927), a réalisé dans la région de nombreux bureaux de poste et églises.

24 La création du quotidien L’Écho de Normandie en décembre 1946, financé entre autres par le maire Jacques Chastellain et dirigé par René-Gustave Nobécourt, ancien secrétaire général du Journal de Rouen, constitue une tentative éphémère pour contrebalancer politiquement à droite le monopole exercé par Paris-Normandie (voir ci-dessus).

25 Ainsi, l’architecte rouennais André Robinne (1893-1991), auquel a été confiée entre autre la reconstruction des îlots 15 et 24, et qui était donc chargé préalablement d’enregistrer les témoignages de sinistrés, s’est parfois retrouvé avec des linéaires déclarés de façades incompatibles avec la longueur cadastrale d’une rue. Témoignage d’Alain Robinne, son fils, également architecte, recueilli par l’auteure le 16 octobre 2008.

26 Paris-Normandie, 21 janvier 1955 : « Naissance officielle de la ville verte de Canteleu ».

Table des illustrations

Légende Figure no 39 – Une du premier numéro de Normandie parle français (premier nom de Paris-Normandie), 1er septembre 1944.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5332/img-1.jpg
Fichier image/, 344k
Légende Figure no 40 – Battage de pieux au pont Corneille, 1950. Le cliché montre bien la surélévation des quais.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5332/img-2.jpg
Fichier image/, 132k

Auteur

Maître de conférences agrégée et auteure d’une thèse de doctorat intitulée Paris-Normandie à l’époque de Pierre-René Wolf un grand patron de la presse régionale, 1945-1972 (université Paris IV, 1999), enseigne l’histoire contemporaine à la faculté de droit de l’université de Rouen depuis 1991, où elle est également directrice, depuis 2008, de l’Institut de préparation à l’administration générale (IPAG). Membre du groupe Histoire de la communauté de l’agglomération rouennaise depuis 1999, elle préside aussi depuis 2003 l’association Études normandes et édite la revue trimestrielle Études normandes. Elle a publié de nombreux articles sur l’histoire de Rouen et de sa région, collaboré à de nombreux projets collectifs régionaux et elle est coauteure de l’exposition « Rouen-Hanovre : la Reconstruction », soutenue par la Communauté d’agglomération rouennaise, la ville de Hanovre et son agglomération et présentée au public français et allemand en 2008.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540