Version classiqueVersion mobile

La Reconstruction en Normandie et en Basse-Saxe après la seconde guerre mondiale

 | 
Corinne Bouillot

Deuxième partie. Lectures et représentations

Chapitre 6. Interprétations et pratique du consensus entre les acteurs de la reconstruction : la réédification de monuments architecturaux à Hanovre et à Brunswick 1943-1994

Georg Wagner-Kyora
Traduction de Corinne Bouillot

Résumé

Partant du postulat que la reconstruction a résulté d’une pratique d’acteurs et de constructions identitaires variables selon les contextes locaux, cette contribution compare les choix effectués dans deux villes importantes de l’espace bas-saxon. Au départ, les similitudes étaient grandes car Brunswick et Hanovre optèrent pour une reconstruction des grandes églises ainsi que de leurs abords immédiats, créant ainsi des « îlots de tradition », un concept d’urbanisme développé ici très tôt pour intégrer la vieille ville dans une conception moderne de reconstruction des centres urbains. Pourtant, entre 1959 et 1962, les deux villes ont suivi des voies très différentes, dont les répercussions se font sentir jusqu’à aujourd’hui. À Brunswick, la ruine du château résidentiel a été démolie après d’âpres conflits tandis qu’à Hanovre, le château de la ville a été réédifié, avec toutefois une extension moderne conçue par Dieter Oesterlen pour héberger le nouveau Parlement régional de Basse-Saxe. Plusieurs décennies après, les scénarios de réédification de monuments détruits ont changé dans les deux villes. À partir de prémisses similaires, Brunswick et Hanovre ont ainsi opté pour des principes de reconstruction différents selon les périodes, mais sont parvenues dans les deux cas à établir un consensus durable avec leurs populations respectives.

Texte intégral

  • 1 Pour une comparaison transnationale diachronique, voir Winfried Nerdinger, « Zur Ein-führung : Kon (...)
  • 2 Pour une critique acerbe d’un point de vue de l’histoire de l’art et de la conservation du patrimo (...)
  • 3 Voir G. Wagner-Kyora, « Wiederaufbau und Stadtgeschichte. Neuorientierungen nach dem spatial turn  (...)
  • 4 Voir Klaus von Beyme, Der Wiederaufbau. Architektur und Städtebaupolitik in beiden deutschen Staat (...)
  • 5 Voir Jeffrey Diefendorf, In The Wake of War. The Reconstruction of German Cities after World War I (...)
  • 6 Voir W. Nerdinger et I. Florschütz, Architektur der Wunderkinder....,op. cit., p. 248.
  • 7 Voir G. Wagner-Kyora, « “Die Seele Pforzheims retten”. Wiederaufbau in Pforzheim zwischen radikale (...)

1 La reconstruction était une pratique d’acteurs qui s’est exercée différemment dans toutes les villes. On motivations communes et peut comparer particularités selon les villes reconstruites. Les possibilités de reconstruction historicisante débattues actuellement par les historiens de l’architecture allemands, et qui divisent une fois encore les acteurs – ceux qui la préconisent et ceux qui s’y opposent1 – constituent à cet égard un objet d’étude particulièrement intéressant. Dans la tension entre discours d’architectes et attentes de la société, on perçoit ce type de reconstruction de plus en plus comme une tendance à vouloir « réparer l’histoire » à travers l’espace public des centres-villes, donc comme un modèle urbanistique postmoderne qui ferait injure à la « modernité2 ». Néanmoins, on s’est penché de plus en plus, depuis deux décennies, sur l’importance de la reconstruction historicisante en termes de politique sociétale3. En 1987, le politologue Klaus von Beyme présentait pour la première fois une comparaison systématique des champs politiques impliqués dans les processus de reconstruction ; une première étude comparative de plusieurs villes replacée dans un contexte général germano-allemand suivit peu après4. Tandis que les monographies mettaient en évidence, à travers des analyses de cas précises, l’importance des continuités urbanistiques dans les villes allemandes reconstruites, Beyme insistait encore beaucoup sur les références à l’histoire nationale dans la reconstruction moderne pendant la longue phase de division de l’Allemagne. Comme lui, Jeffrey Diefendorf et Rudy Koshar ont interprété peu après, avec la distance que leur conférait leur qualité d’historiens américains de l’Allemagne, la reconstruction historicisante dans les villes ouest-allemandes comme une contribution à la relecture de l’histoire nationale dans l’espace urbain, en étudiant aussi comment des traditions républicaines susceptibles de démocratiser la société avaient été mobilisées5 On a mis en évidence, à plusieurs reprises, les stratégies d’identification positives qui s’étaient exprimées dans le débat paradigmatique autour de la reconstruction de la maison de Goethe à Francfort-sur-le-Main entre 1946 et 19496. La jeune RFA s’était-elle donc démocratisée à travers la reconstruction historicisante, même si par cette nouvelle représentation historique de l’« année zéro », elle occultait totalement la période nazie ? La continuité des élites parmi les urbanistes, les architectes et les conservateurs du patrimoine semble dans un premier temps contredire cette hypothèse. Pourtant, ce sont justement ces « décideurs » de la reconstruction qui affichèrent une propension étonnante à modifier durablement leurs orientations politiques, souvent en s’opposant à des contemporains moins enclins à la souplesse7.

  • 8 Voir Adelheid von Saldern et G. Wagner-Kyora, « Demokratie und Wiederaufbau », Der Architekt. Zeit (...)
  • 9 Voir A. von Saldern, « “Sinfonie der Festtagsstimmung”. Stadtrepräsentationen in drei deutschen Ge (...)
  • 10 Martina Low, « Eigenlogische Strukturen – Differenzen zwischen Städten als konzeptionelle Herausfo (...)

2En posant sous différents angles méthodologiques la question de l’acceptation, par la population citadine, de la « démocratie à travers la reconstruction8 », l’histoire urbaine tournée vers les cultural studies a alors ouvert de nouvelles perspectives. Dans des recherches sur les représentations urbaines, on a analysé précisément des interprétations locales, par exemple telles qu’elles apparaissent à travers les fêtes publiques ; on a procédé aussi récemment à l’étude comparée de l’image que les villes donnent d’elles-mêmes9. Il s’agit d’intégrer au champ de la reconstruction ces impulsions méthodologiques et ces conceptions nouvelles, susceptibles de contribuer à reformuler le problème central de la reconstruction historicisante : comment des constructions identitaires locales se formaient-elles dans les constellations concrètes entre acteurs ? comment devaient-elles être matérialisées dans les artefacts, à savoir les monuments reconstruits à grands frais pour produire des interprétations consensuelles ? L’objectif de cet article est de procéder à une comparaison entre villes tout en étendant le champ de la recherche à l’analyse culturelle de pratiques interprétatives, ainsi qu’à la réappropriation de l’histoire dans la mémoire collective des contemporains de la reconstruction. D’un point de vue théorique, seules des méthodes comparatistes peuvent expliquer les différentes dynamiques de la reconstruction dans les villes et faire apparaître s’il y a eu dans la pratique des acteurs des particularités récurrentes et susceptibles de répondre à une typologie. Le concept d’autorégulation durable dans les villes, tel qu’il a été développé récemment par la sociologie urbaine sous le vocable de « logique propre », démontre aux historiens l’impact durable des attributions de sens chez les élites locales10. Ces approches peuvent être utilisées pour définir plus précisément, d’un point de vue conceptuel, les potentiels de reconstruction (historicisante). Ceci ne peut toutefois se faire que dans une perspective interdisciplinaire, en décrivant précisément et en analysant comparativement l’histoire concrète d’un processus politique de reconstruction.

  • 11 Environ 5 000 civils tués à Hanovre, à Brunswick environ 2 905 dont 1 286 étrangers. À Hanovre, 35 (...)
  • 12 À Brunswick, 90 % du centre-ville étaient détruits, 60 % des bâtiments publics et 50 % des infrast (...)

3Le choix des deux plus grandes villes de Basse-Saxe, qui sont aussi les plus pertinentes pour une comparaison du rôle des acteurs de la reconstruction, résulte aussi bien de leur importance dans le tissu urbain allemand que du sort similaire qu’elles ont connu lors des bombardements alliés entre 1943 et 1945. La destruction quasi-totale de Hanovre, avec la disparition de 70 % du bâti dans l’ensemble de la ville, dépassait toutefois largement, y compris pour le nombre de victimes, le degré de destruction proportionnellement moindre à Brunswick11. Mais celui-ci concernait aussi et avant tout le secteur du centre-ville, qui était perçu par les contemporains comme un grand désert de ruines. Dépassaient de ce paysage de ruines, avec une insistance apocalyptique, les quelques constructions de pierre subsistantes et les restes des églises, en particulier les moignons des tours des églises de la fin du Moyen Âge12. Ces vestiges forgèrent la perception visuelle que toute une génération d’habitant(e)s des villes eut de la catastrophe.

Figure no 31 – Brunswick : la rue des Tisserands (Weberstraße) détruite et la façade de l’église Saint-André (Andreaskirche) partiellement détruite, 15 octobre 1944.

Approche comparative du concept d’îlot de tradition

4C’est tout d’abord dans la mise en œuvre du concept des îlots de tradition que l’on trouve d’importantes divergences d’interprétation. L’impact sur l’espace urbain que l’on attendait de la reconstruction à Brunswick et à Hanovre était certes dû en premier lieu à la situation et aux choix d’urbanisme. Mais les décisions en matière de reconstruction historicisante trouvaient aussi leur source dans des espaces de consensus mental étroitement liés à la perception de l’histoire de la ville, et qui communiquaient indirectement avec les formes de vécu individuel du national-socialisme. La comparaison avec d’autres villes passait ici plutôt à l’arrière-plan.

  • 13 Pour Brunswick, voir Horst-Rüdiger Jarck et Gerhard Schildt (dir.), Die Braunschweigische Landesge (...)
  • 14 De manière très inhabituelle, le traité sur le château entre le Land de Basse-Saxe et la ville de (...)

5Le regard porté réciproquement sur l’une et l’autre des deux capitales régionales, Hanovre et Brunswick, a été influencé jusqu’en 1946 par une situation de concurrence durable pour le pouvoir politique et économique13. La perception que les villes avaient l’une de l’autre n’a jamais été exempte d’antagonismes régionaux. Dans les deux cas, les élites locales s’appuyaient sur la reconnaissance socioculturelle qu’apportait le statut de capitale provinciale. En 1946, Hanovre était devenue la capitale commune du Land de Basse-Saxe, et les aversions réciproques se rattachèrent ainsi à de nouvelles sphères de consensus et de démarcation. Ceci joua un rôle important lors du conflit à propos du château de Brunswick pendant les années 1950, car dans ce contexte lié aux mentalités, le Land de Basse-Saxe se tint à l’écart de toutes les affaires internes concernant l’histoire du Land de Brunswick, parmi lesquelles comptait aussi l’histoire de l’ancien château résidentiel14. Avec ses foires et sa reconstruction particulièrement moderne, Hanovre s’affirma comme la ville de référence pour les innovations. Il est toutefois difficile d’en évaluer les répercussions sur les représentations de Brunswick. On ne sait pas, en particulier, si cette concurrence de voisinage a suscité un choix d’options volontairement différentes dans la politique de développement urbain, qui pourrait avoir permis à Brunswick de se démarquer de sa concurrente mal aimée.

  • 15 Voir Sid Auffarth et Ralf Dorn (dir.), Ein Leben für Hannover. Festschrift zum 100. Geburtstag von (...)

6Il paraîtrait évident d’interpréter la réalisation radicalement différente du concept d’îlot de tradition en centre-ville comme une influence indirecte résultant de la concurrence historique entre Brunswick et Hanovre, et de chercher les caractéristiques du discours qui s’y rapporte. Mais comme les sources ne permettent pas d’établir ce lien, on doit conclure que la concurrence entre les deux villes n’a pas eu d’importance pour les processus de reconstruction respectifs. Il peut y avoir eu abondance d’influences indirectes, mais sur le plan du discours, on gardait un silence de plomb à l’égard de la ville voisine – ce qui n’a quasiment pas changé jusqu’à aujourd’hui. À lui seul, le nombre étonnamment très réduit d’acteurs, à savoir de décideurs de cette reconstruction, contredit l’hypothèse selon laquelle il y aurait eu une superposition discursive dans les processus décisionnels. La population de la ville n’y était de toute façon pas associée, même si l’urbaniste en chef Rudolf Hillebrecht avait organisé plus de 400 réunions publiques dans le cadre de la communauté de la reconstruction de Hanovre15. Celles-ci servaient plutôt à influencer le public et à le gagner à la cause de son projet de reconstruction radicalement moderne qu’à rechercher concrètement une prise de décisions. Le processus de décision lui-même restait focalisé sur la situation matérielle catastrophique des deux villes et s’appuyait sur un nombre restreint de choix d’action étudiés par un tout petit nombre de représentants de l’élite. Toutefois, l’une des particularités de l’histoire de la reconstruction allemande est que toutes ces décisions furent prises sans ingérence étatique, ni de la part de l’échelon fédéral, ni de la part du Land. Ainsi, la reconstruction a été aussi le grand moment de la réinvention des traditions urbaines dans l’espace de la ville, qui put être initiée par les seules élites locales.

  • 16 Kurt Seelecke, dans un article du Braunschweiger Zeitung du 8 juin 1948, cité d’après A. Meyer, De (...)

7Le conservateur du Land de Brunswick, le professeur Kurt Seelecke, et le président intérimaire du bureau d’urbanisme de la ville, le professeur Wilhelm Krämer, l’architecte le plus influent du Brunswick de l’après-guerre, s’étaient dès mai-juin 1945 mis d’accord sur les fondements de la stratégie de reconstruction historicisante à Brunswick. Celle-ci devait s’étendre aux « secteurs de la vieille ville autour de la place du château, du marché et des églises Saint-Gilles (St. Aegidien), Saint-Magne (St. Magni) et Saint-Michel (St. Michaelis) », donc à des espaces partiels choisis du centre-ville, qui « devaient être protégés et réédifiés selon leur ancien caractère16 ». La réalisation se fit avec un concept limitatif qui ne définissait comme ensembles historiques que le bâti digne d’être conservé situé à proximité immédiate des églises de la fin du Moyen Âge. L’argumentation, étayée par l’histoire de l’art, selon laquelle il ne fallait conserver que les édifices construits à des époques architecturales incontestablement reconnues tels le Moyen Âge et le début des Temps modernes, mais pas ceux des périodes ultérieures, limita le spectre de la reconstruction historicisante.

  • 17 Ibid., p. 107 et suiv.
  • 18 Ce principe fut repris par l’urbaniste en chef de Brunswick Johannes Goderitz (à partir de 1945) e (...)
  • 19 Voir W. Nerdinger et I. Florschütz, Architektur der Wunderkinder...., οp. cit, p. 256-261.

8Les monuments endommagés devaient « être réédifiés » : « Le reste de l’architecture à l’intérieur des îlots de tradition devait consister en une architecture nouvelle adaptée au bâti historique et être le cas échéant complétée par des transferts de maisons à colombages17. » C’est sur la base de cet accord qu’était né le concept des îlots de tradition à Brunswick18. On n’a pas étudié jusqu’ici s’il a pu avoir une fonction directe de modèle pour l’architecture de l’après-guerre dans les vieilles villes détruites de l’ensemble de la RFA. Mais en tous les cas, il s’agissait du premier concept de vieille ville explicitement formulé lors de la reconstruction de la RFA. Parce qu’il ancrait la reconstruction historicisante, sous forme d’orientation contraignante, dans l’urbanisme des centres-villes de l’après-guerre, il prit sans doute une importance paradigmatique, car il légitimait une intervention locale des Monuments historiques dans des situations de propriété qui avait été inconcevable jusqu’alors, surtout dans le contexte de destruction totale. Cette attitude suscita plus tard des retours encore plus radicaux au plan urbain perdu dans d’autres villes comme Nuremberg, Rothenburg ou Freudenstadt, où le principe de reconstruction historicisante ou d’architecture d’adaptation (Anpassungsarchitektur) fut appliqué de manière généralisée19. Beaucoup d’éléments étayent donc l’hypothèse du modèle, en particulier la présence de l’architecte vedette de Brunswick Friedrich Wilhelm Kraemer dans l’urbanisme ouest-allemand de l’après-guerre.

  • 20 Voir A. Meyer, Der Wiederaufbau.,., οp. cit., p. 106-109.
  • 21 Pour Hanovre, ce ne fut même qu’une seule personne, l’urbaniste en chef R. Hillebrecht, qui décida (...)

9Il faut rappeler que le concept d’îlots de tradition à Brunswick a été développé, décidé et mis en œuvre sur la base d’un accord sur la reconstruction du centre-ville passé entre deux personnes seulement20 ! Pourtant, il a exercé une influence durable et observable jusqu’à aujourd’hui sur le paysage urbain21. Et comme à Hanovre, la reconstruction historicisante dans des « îlots de tradition » a été mise en œuvre sans que l’on recourût à des modèles d’interprétation suprarégionaux ou même nationaux, ce qui montre encore une fois le rôle indépendant des communes.

  • 22 Pour le contexte historique, voir S. Auffarth, « Hillebrecht », dans S. Auffarth et R. Dorn, Ein L (...)
  • 23 Dans la représentation de la ville que livrent les publications illustrées, ce quartier a dès lors (...)
  • 24 Voir W. Durth et Niels Gutschow, Deutsche Architekten. Biographische Verflechtungen 1900-1970, Mun (...)
  • 25 On peut donner comme exemple la communication entre élites au cours de l’exposition Constructa de (...)

10À Hanovre fut réalisé à partir de 1948, dans le sud de la vieille ville, à proximité immédiate de l’église du Marché et de l’hôtel de ville, un concept similaire d’îlot de tradition sous la responsabilité de l’urbaniste en chef Rudolf Hillebrecht, qui resta en poste durant de longues années22. Il s’agissait de parachever l’impact spatial de ces deux monuments isolés reconstruits en leur adjoignant les façades de 34 maisons à colombages partiellement remontées à cet endroit pour créer un ensemble « historique » complet23 (fig. 32). Nous ne disposons pas d’informations qui permettraient de dire dans quelle mesure Hillebrecht a pu se référer explicitement à la reconstruction, qui avait commencé plus tôt, d’îlots de tradition à Brunswick. Mais comme il venait du même réseau d’urbanistes que Johannes Gôderitz, responsable de la planification urbaine à Brunswick – un réseau qui s’était constitué autour du responsable nazi de la planification militaire Albert Speer et de son « état-major de reconstruction des villes détruites par la guerre24 » –, on peut partir du principe qu’au moins sur le plan personnel, il y a eu un échange professionnel intense et permanent entre les deux hommes, au-delà des clivages locaux25.

Figure no 32 – Hanovre : l’îlot de tradition de la rue des Marchands (Kramerstraße) vers 1963.

  • 26 Voir W. Durth, « Hannover... », art. cité, p. 174-177.
  • 27 Voir « Hillebrecht. Das Wunder von Hannover », Der Spiegel, 3 juin 1959, reproduit dans S. Auffart (...)
  • 28 À propos de Francfort, voir Hans-Reiner Müller-Raemisch, Frankfurt am Main. Stadtentwicklung und P (...)
  • 29 Voir Markus Mittmann, Bauen im Nationalsozialismus. Braunschweig, die „Deutsche Siedlungsstadt” un (...)

11Toutefois, cette communication entre élites n’était pas déterminante pour la constitution d’une opinion publique. Ainsi, ce sont les nécessités urbaines respectives qui ont prédominé dans les prises de décision locales. En outre, considérer que Hanovre a été influencé par le concept brunswickois contredit l’influence dominante jouée par la conception générale élaborée par Hillebrecht en matière de reconstruction. Car à Hanovre, la planification urbaine suivait un modèle de reconstruction décentralisée et organisée en quartiers. Le concept brunswickois de plusieurs îlots de tradition n’y était donc pas adaptable26. Le choix opéré à Hanovre d’un seul quartier très limité (deux places et deux courtes rues) divergeait dès le départ de cette manière d’appréhender la vieille ville. À proximité immédiate, on réalisa avec le quartier de l’église Sainte-Croix (Kreuzkirche) une reconstruction radicalement moderne autour de ce monument resté debout27 (fig. 33). Il s’agissait là d’un concept inverse de celui réalisé notamment dans le centre-ville de Lrancfort sur le Römerberg28 (littéralement « mont des Romains »). Ce concept fut d’ailleurs aussi réalisé à Brunswick, bien qu’il divergeât du programme de départ, dans le quartier du marché des Lainiers (Wollmarkt) et de l’église Saint-André. Cette décision est très importante dans la mesure où un sixième îlot de tradition ne fut ainsi pas reconstruit. Il s’agissait en effet d’un espace devenu représentatif de la rénovation des quartiers anciens dès la période nazie, avec la réhabilitation, selon des critères de protection des monuments historiques, de la rue des Tisserands (Weberstrasse) entre 1933 et 1937 et de la maison de la Vieille-Balance (Alte Waage) entre 1937 et 193929.

Figure no 33 – Hanovre : le quartier de l’église Sainte-Croix (Kreuzkirche), 1959.

  • 30 Voir W. Durth, « Hannover... », art. cité, p. 165.
  • 31 Voir K. Kreter, « Zum Verlust... », art. cité, p. 36.
  • 32 Voir A. Meyer, Der Wiederaufbau…, οp. cit., p. 32 et suiv.

12Ces options différentes, même à l’intérieur du concept brunswickois d’îlots de tradition, ne s’expliquent pas seulement par des prémisses fonctionnelles. Il faut donc supposer que la motivation inhérente à ces deux types de reconstruction historicisante a été davantage marquée par les répercussions des projets nazis de rénovation urbaine que les discours de l’époque ne le laissent paraître. À Hanovre, on s’est appuyé sur l’exemple du quartier rénové du Ballhof. Celui-ci avait créé une réalité historiciste de la vieille ville qui avait survécu à la guerre30 et à laquelle se rattachait spatialement l’îlot de tradition conçu par Hillebrecht pour la rue du Château (Burgstrasse) et la rue des Marchands (Kramerstrasse) autour de l’église du Marché, de l’hôtel de ville et du marché au Bois31 (Holzmarkt). Inversement, à Brunswick, on constate une rupture avec les projets de rénovation d’avant la guerre. Dans le quartier de la rue des Tisserands, rue d’accès central au secteur nord-ouest de la vieille ville débouchant sur l’église Saint-André, et à l’angle du marché des Lainiers et de la maison de la Vieille-Balance, on avait mené après 1933, pour la première fois dans une grande ville allemande, une opération de rénovation et de conservation du patrimoine ancien. Mais ce quartier n’a pas créé de tradition urbaine pour l’après 1945. Toutes ces maisons rénovées ont été anéanties lorsque les bombardements de 1944 et 1945 ont fait disparaître complètement l’architecture à colombages32. Celui qui s’attendait à ce que l’on reconstruise l’ensemble sous forme d’îlot de tradition n’a pu qu’être déçu. La reconstruction de la totalité de ce site organisé autour de l’église Saint-André se fit avec des immeubles de trois étages dans un style modérément moderne des années 1960. On donna ainsi à l’ancien tracé urbain une empreinte résolument tournée vers l’avenir.

13À l’inverse de ce qui s’était fait à Hanovre, on ne renoua pas ici avec une tradition d’avant-guerre. Les sources ne permettent pas de dire si des prises de distance politiques par rapport aux résultats de l’urbanisme national-socialiste ont joué ici un rôle ni si la reconstruction d’îlots de tradition sur d’autres sites du centre-ville avait pour objectif d’initier un renouveau en matière de politique historique ; mais on peut le supposer en référence à d’autres prises de décisions. Il est toutefois possible que l’on y ait renoncé simplement par manque de ressources car des reconstructions totales posaient, dans un secteur de la vieille ville complètement détruit et encore assez périphérique, d’énormes problèmes logistiques et financiers. Néanmoins, on reconstruisit à grands frais le nouvel hôtel de ville tout proche, dont il ne restait que des ruines, tandis qu’on renonça (dans un premier temps) à réédifier la maison de la Vieille-Balance totalement détruite située à côté de l’église Saint-André. Ce n’est qu’à partir de 1976 que cet édifice devint l’un des axes constants de la reconstruction historicisante à Brunswick. Et c’est là aussi qu’on peut constater que les influences nazies avaient marqué plus fortement les conflits sur la réorganisation du quartier qu’il n’y paraissait tout d’abord.

14Le concept d’îlot de tradition prévoyait de conserver les rares reliques de la silhouette urbaine antérieure en leur additionnant des constructions à colombages de facture « historique ». À Hanovre, Hillebrecht se souciait peu du passé nazi en intégrant, en tant que noyau idéal de son seul îlot de tradition, le quartier du Ballhof dans son concept d’urbanisme général. Et pourtant, l’ancien Ballhof baroque, bâtiment central du site restauré à peu près à l’identique avant 1939 et qui avait été à l’origine une salle de sport et de théâtre, était très marqué idéologiquement, car à partir de 1939, il avait servi de principal lieu de réunion pour les Jeunesses hitlériennes. Ce passé n’a pourtant pas servi de contre-argument dans la manière de réagencer ici, dans le contexte de la reconstruction, les références à la tradition urbaine.

15On peut esquisser les positionnements idéologiques en comparant l’histoire des élites dans les deux villes et en analysant leur pratique urbanistique. La réédification de monuments détruits ne résultait pas, comme on l’a souvent supposé, d’orientations apolitiques de l’urbanisme local, mais d’un repositionnement par rapport à la réalité urbanistique traditionnelle ou même d’un renouement avec celle-ci. La politique urbaine ne s’exprimait toutefois pas en termes de programme de politique historique ; au contraire, c’est de manière dissimulée, à l’intérieur du spectre des acteurs, que se créait un espace de renvois qui réagissait à la perte de références concrètes de la mémoire collective, à la perte d’une histoire locale dont on ne remettait pas la continuité en question. Le discours sur les stratégies choisies à Hanovre et à Brunswick pour justifier l’îlot de tradition passait largement à l’arrière-plan par rapport à cette pratique d’acteurs. On établissait les lignes directrices de la reconstruction de la vieille ville en connaissant l’histoire du nazisme, mais sans s’y confronter. Car on n’en discutait pas publiquement. Il est difficile de savoir dans quelle mesure les critères de décision réels résultaient aussi d’un discours politique implicite sur l’héritage de l’urbanisme nazi, puisque cette question était volontairement occultée dans les débats. Cependant, la réception sous-jacente de références nationales-socialistes a toujours été présente dans l’urbanisme d’après-guerre, comme contre-tendance à l’urbanisme démocratique. La manière d’aborder le concept d’îlot de tradition à Hanovre et à Brunswick en constitue la preuve, puisque indirectement, les résultats de la rénovation urbaine réalisée entre 1937 et 1939 ont été intégrés aux priorités fixées après 1945.

  • 33 Sur Elkart, qui comptait aussi parmi les urbanistes dirigeants du nazisme, voir K. Kreter, « Zum V (...)
  • 34 Sur la représentation que la ville a donné des îlots de tradition, voir la publication illustrée B (...)
  • 35 Sur la reconstruction de la vieille ville de Varsovie, voir W. Nerdinger, Rekonstruktion..., op. c (...)

16Un désir de consensus rigoureusement respecté dans la constellation des élites de Hanovre et un rejet tout aussi rigoureux du consensus national-socialiste de restauration des monuments historiques à Brunswick résultaient des références biographiques des urbanistes dirigeants et de leurs expériences au cours des années de dictature nazie. Pour Hillebrecht, son prédécesseur Elkart et pour Göderitz, il s’agissait d’expériences largement positives dans le domaine professionnel que la majorité de la population des deux villes ne pouvait toutefois pas partager33. C’est surtout à Brunswick que l’on voulait résolument conférer de nouvelles valeurs à l’urbanisme en cultivant une tradition républicaine de la reconstruction34. Il y a ici une opposition avec Hanovre, où l’on avait résolument décidé de positionner l’urbanisme en dehors de toute tradition en optant pour une reconstruction moderne avec quelques ornements historicisants plutôt qu’en renouant avec le plan urbain traditionnel et ses quartiers où se mêlaient différentes fonctions. En conséquence, les concepts d’îlot de tradition divergeaient fortement dans les deux villes. Mais ils se distinguaient aussi beaucoup de concepts de quartiers historiques forgés dans d’autres villes européennes, par exemple celui d’une reconstruction limitée mais complète d’un petit secteur de la vieille ville à Varsovie, ou encore celui d’une architecture d’adaptation historicisante à Bâle, qui correspondait aux exigences très répandues de création d’une city dans les centres-villes modernisés35. En Allemagne aussi, on tira parti d’un potentiel propre de repolitisation de l’espace public par le biais du concept d’îlot de tradition. Bien qu’il servît à mettre en œuvre des intérêts de politique historique manifestes, il tenait compte en premier lieu des réalités topographiques urbaines et des paysages mémoriels attachés à la notion de quartier. De manière générale, il s’explique par la situation matérielle après 1945, qui ne permettait qu’au prix de très gros efforts financiers locaux, comme à Brunswick, de procéder à une vaste reconstruction de la vieille ville.

« Reconstruction » et expérience de la ville : la démolition de la ruine du château de Brunswick en 1960 et la reconstruction du château sur la Leine (Leineschloss) de Hanovre jusqu’en 1962

  • 36 C’était vrai pour des monuments aussi prestigieux que l’église Saint-Ansgar à Brême ou l’hôtel de (...)

17La signification variable accordée à la réédification de monuments dans le contexte de la reconstruction moderne des villes d’après-guerre a renforcé l’activité de construction locale. Elle a permis aux administrations urbaines d’imposer dans l’opinion publique, parfois au cours de longs processus de négociation, quelques projets phares de reconstruction historicisante. Les coûts étaient énormes, et généralement, de tels projets étaient financés par les pouvoirs publics. Seule la reconstruction des églises ne posait pas de problèmes financiers, car leurs maîtres d’œuvre étaient solvables. Lorsque le choix des projets entrant en ligne de compte était à peu près clarifié, l’opinion publique était informée par le biais d’un travail de presse ciblé, sous forme de comptes rendus des séances du conseil municipal ou de sa commission du bâtiment. Les reconstructions non souhaitées n’étaient pas mises à l’ordre du jour, et l’on procédait alors à la démolition des ruines. Les protestations ne s’exprimaient qu’à l’intérieur d’un petit cercle de notables intéressés par la protection des monuments historiques, dans la mesure où, dans cette période de grande pénurie matérielle, l’opinion publique avait d’autres problèmes que de se soucier de l’avenir du patrimoine architectural local36.

18Dans les années 1950 et 1960, on reconstruisit, par rapport aux efforts consentis dans d’autres villes allemandes, relativement peu de monuments détruits à Hanovre, mais proportionnellement beaucoup à Brunswick : ceci tient aux prémisses de l’action des élites locales. Ce sont elles qui décidaient ce que l’on voulait reconstruire dans les deux villes. La pratique des acteurs déterminait les résultats architecturaux, de sorte qu’a contrario, on peut déduire de l’ampleur des réédifications et de la manière de les réaliser le profil des élites dans le processus de reconstruction, en particulier la place qu’occupaient les reconstructions historicisantes en matière de politique identitaire. Ainsi, l’histoire des reconstructions et des démolitions se prête particulièrement bien à une analyse des rapports de force politiques dans les communes ouest-allemandes à cette époque. Car elle déterminait des interprétations élémentaires du local en termes de politique historique, dans la perspective des élites communales de l’après-guerre.

  • 37 Erich Mulzer, Der Wiederaufbau der Altstadt von Nürnberg, Erlangen, Fränkische Geographische Gesel (...)
  • 38 Sur Ratisbonne, voir I. Brock et R. Strobel, « Regensburg », dans German Commission for UNESCO, Pr (...)

19La reconstruction n’avait pas un impact homogène sur les élites urbaines, mais elle servait à se démarquer là où s’était déjà formé un large consensus. Dans les cas très répandus de décisions de reconstruction controversées, les conflits politiques se cristallisaient autour de la problématique démolition/conservation : fallait-il éliminer aussi des ruines dignes d’être conservées ? fallait-il sacrifier au profit d’une city des bâtiments encore intacts de la culture quotidienne, considérés plus tard comme historiquement précieux ? Ceci arriva même dans une ville fortement détruite comme Nuremberg, qui consentit des efforts importants pour retrouver son paysage urbain historique, mais, dans le même temps, en sacrifia des parties importantes pour construire de grands magasins modernes37. Et même à Ratisbonne, ville restée intacte, on détruisit sans état d’âme des rues entières d’édifices baroques, renaissance ou gothiques, symboles de l’architecture de représentation bourgeoise, pour les remplacer par des bâtiments modernes à usage commercial38. La protection d’ensembles architecturaux n’était pas encore une pratique ancrée dans l’urbanisme.

  • 39 Voir W. Durth et N. Gutschow, Tràume in Trümmern. Planungen zum Wiederaufbau zerstorter Stadte im (...)

20La reconstruction apparaît ainsi de manière générale comme un cadre d’action contradictoire souvent empli de significations divergentes. La reconstruction historicisante y jouait un rôle limité, qui consistait à rétablir un lien traditionnel avec la vieille ville détruite, donc avec l’histoire. Elle permettait de rendre appréhendable la reconstruction moderne de la ville après la destruction comme une « re-construction », en s’appuyant sur la charge symbolique que représentaient les différents styles architecturaux incarnés par des monuments générateurs d’identité. Retrouver ces monuments par la réédification de façades historiques, exceptionnellement aussi d’intérieurs originaux, semblait pouvoir garantir le retour de traditions généralement liées à la bourgeoisie citadine, même si l’environnement urbain ne « collait » tout simplement plus. Cette interprétation réductrice d’un modèle de répétition de l’histoire, qui serait domesticable par le biais d’une réplique architecturale de ce qui a été détruit, ne permet toutefois de comprendre qu’une toute petite partie de la représentation historique de la ville à l’époque de la reconstruction. L’interprétation urbanistique qui domine jusqu’ici l’historiographie et qui met en avant, dans le processus de reconstruction, la modernisation par le réaménagement de la circulation, a toujours souligné l’impact supralocal des idéologies de la modernité et de la technicisation39. Mais cette approche ne permettait pas encore de répondre à la question relative aux motivations et aux modalités d’action susceptibles, au plan local, d’expliquer les décisions contradictoires prises pour reconstruire ou démolir tel ou tel monument historique après 1945. Ni les discours sur la représentation urbaine, ni les rapports de force politiques locaux ne fournissent une réponse satisfaisante. Savoir dans quelle mesure la modernité était ancrée dans les sociétés locales et dans quelle mesure les modèles urbanistiques courants ont pu être imposés ne suffit pas à expliquer quelles étaient les traditions qu’une société urbaine trouvait si importantes pour vouloir en quelque sorte les rematérialiser par le biais d’une reconstruction historicisante, ni pour quelles raisons elle opérait ces choix. Ce n’est qu’en analysant ces interprétations qu’on peut étudier un champ central du discours, celui qui aborde la mémoire collective sous l’angle des interprétations historiques dans l’espace urbain. Mais l’histoire du discours sur la reconstruction inclut aussi la pratique des acteurs. C’est dans le cadre d’une construction sociale d’interprétations et à l’intérieur d’un éventail de choix d’action politique concrets qu’étaient prises les décisions relatives à la reconstruction historicisante. D’un point de vue méthodologique, les décisions des acteurs ont aussi valeur de significations en matière de reconstruction, car les connaissances historiques qui les sous-tendaient s’exprimaient ouvertement dans cette pratique d’acteurs. Ces connaissances étaient déterminées par les représentations spatiales locales et par les contenus historiques de la mémoire collective des habitants.

21On peut étudier, en suivant le parcours de tels projets de reconstruction à partir des sources disponibles, la multiplicité des niveaux de signification spatiaux et générateurs d’identité tels qu’ils ont été débattus. Leur discursivité, mais aussi leur rapport au pouvoir révèlent alors les raisons des prises de décision dissimulées sous une multitude de fonctions démonstratives à visée de propagande. Il est à noter que plus la reconstruction d’un monument fit débat et donna lieu à de longues négociations, plus on peut percevoir la coloration locale d’une prise de décision et repérer les différentes strates de signification de la mémoire collective. C’est ainsi que la controverse sur la démolition de la ruine du château résidentiel de Brunswick dans les années 1959-1960 se caractérise par un panorama de significations disparates. Les décisions prises étaient liées également à l’histoire politique de l’édifice et aux valeurs républicaines de démocratie urbaine dans la nouvelle République fédérale. Une grande partie des motivations n’étaient toutefois pas discutées dans l’espace public, mais sous-tendaient le processus décisionnel, de sorte qu’elles ne peuvent affleurer qu’en élargissant la perspective à une description précise de l’éventail des acteurs.

  • 40 Faisaient partie de ce réseau Weber, chef des services municipaux après 1960, Bernhard Liess, prés (...)
  • 41 Voir ibid., p. 87-99.
  • 42 Voir ibid., p. 101-153.

22Les motivations inhérentes à la démolition de la ruine de château de Brunswick se sont construites à partir de nombreuses sources. Parmi celles-ci dominèrent finalement les expériences antifascistes faites dans l’après-guerre par l’élite de la social-démocratie brunswickoise, rassemblée dans un réseau de relations étroites qui se sont constituées autour du maire en fonction jusqu’à 1959, Otto Bennemann, et du chef des services municipaux en poste jusqu’au début de l’année 1960, Erich Walter Lotz40. Cette direction du SPD avait conçu une aversion profonde contre la sauvegarde de la ruine du château41 liée à la représentation très émotionnelle de cet édifice en tant que lourde hypothèque politique de la période nazie, mais aussi de l’Empire wilhelminien. Tous ces responsables politiques locaux étaient encore très marqués personnellement par les persécutions qu’avaient subi les cadres sociaux-démocrates sous le nazisme, en particulier l’ancien maire Erich Bohme et la nouvelle maire élue en 1959, Martha Fuchs, qui avait été internée à Ravensbrück d’août 1944 à la libération du camp en avril 1945. Pour ces personnalités de la nouvelle démocratie ouest-allemande, les répercussions de la seconde guerre mondiale et même la longue réalité de ville en ruines que connut Brunswick passèrent au second plan par rapport à leurs expériences antérieures. Les traditions que représentait le château ne faisaient ainsi pas partie de leurs concepts de reconstruction, elles constituaient bien plutôt des erreurs historiques manifestes et surtout une grave hypothèque politique pesant sur l’histoire régionale, qui semblait devoir repartir sur des bases nouvelles après l’« heure zéro ». C’est cette interprétation qui fit de la réédification potentielle du château dans le cadre de la reconstruction une affaire politique de premier plan et une pomme de discorde entre le camp conservateur, qui y était favorable, et celui du milieu ouvrier, qui plaidait en faveur de la démolition parce que ses dirigeants la souhaitaient pour des motifs personnels graves. Cette controverse finit par creuser, dans les années 1958-1960, un fossé important entre les deux milieux. Elle ajouta ainsi un nouvel aspect aux conflits politiques qui se manifestaient à Brunswick42.

  • 43 Voir Franz-Josef Talbot, Der Wiederaufbau deutscher Residenzschlosser als Aufgabe der Denkmalpfleg (...)
  • 44 Ont été concernés aussi les châteaux de Potsdam (1959) et de Schwedt (1962). Voir Beate Binder, St (...)

23La démolition de la ruine du château de Brunswick constitue un fait exceptionnel si on la compare aux autres projets de reconstruction de châteaux en RFA. Car partout ailleurs, les châteaux de centre-ville furent largement reconstruits en façade et affectés à une nouvelle utilisation publique : comme université (Mannheim, Münster), ministère (Stuttgart), parlement (Hanovre, Mayence, Sarrebruck), tribunal constitutionnel (Karlsruhe), ou encore comme musée43 (Munich, Berlin-Charlottenburg). Inversement, le dynamitage du château de Berlin en 1950 avait déjà fait de la démolition ciblée des ruines de châteaux en RDA – initiée dans le cadre des projets de réorganisation radicale des centres-villes – un marqueur idéologique du conflit Est-Ouest44.

Figure no 34 – Brunswick : vue d’ensemble de la ruine du château, années 1950.

  • 45 Sur ce point, voir G. Wagner-Kyora, Schloss…, οp. cit., p. 65 et suiv., 255 et suiv.

24Au niveau fédéral, le SPD réformiste qui, après avoir adopté en 1959 son programme de Godesberg, s’adressait à de nouvelles couches électorales de la bourgeoisie, craignait que l’aversion des sociaux-démocrates locaux contre le château de Brunswick et l’hostilité générale des dirigeants du parti socialiste unifié de RDA contre les châteaux ne nuisît à ses campagnes électorales. Ces appréhensions incitèrent tout d’abord le dirigeant social-démocrate influent Adolf Arndt, puis peu après le président du SPD Erich Ollenhauer lui-même, à évoquer en interne la possibilité de faire changer d’avis les camarades de Brunswick en intervenant personnellement auprès d’eux45. Mais lorsqu’il apparut que le siège du SPD ne pourrait pas les influencer, Ollenhauer puis Arndt changèrent d’orientation et soutinrent publiquement le SPD brunswickois. Avant la campagne des élections au Bundestag de 1961, il s’agissait là d’une manœuvre risquée, et contrairement à Brunswick où les sociaux-démocrates remportèrent la même année une victoire électorale locale, le SPD fédéral resta dans l’opposition jusqu’en 1966. L’élite sociale-démocrate de Brunswick s’opposa manifestement à toutes les alternatives discursives et stratégiques et le fit avec tant de détermination qu’elle ignora jusqu’aux réserves internes et put obtenir gain de cause dans ce désaccord avec les autorités fédérales du parti. Elle affirma son rôle particulier contre les courants dominants de l’espace public en RFA qui, en matière de châteaux, s’exprimaient toujours en faveur de la réédification.

  • 46 Sur l’histoire de cet édifice, voir Georg Schnath, Das Leineschloss. Kloster, Fürstensitz, Landtag (...)
  • 47 Voir Anne Schmedding, « Rudolf Hillebrecht und Dieter Oesterlen. Die Architektur des Städtebauers  (...)

25La comparaison avec Hanovre fournit peu d’explications sur les motivations de cette décision particulière. Elle ne permet que de décrire le contraste manifeste entre les deux villes voisines sans toutefois expliquer pourquoi les mêmes élites prirent des positions contraires. Car en commençant à reconstruire en 1957 le château sur la Leine46, qui devint en 1962 le siège du Parlement régional de Basse-Saxe, Hanovre prit dans les années 1950 une décision tout à fait différente47.

  • 48 Mais cette importance au niveau fédéral ne joue aucun rôle dans l’image que les publications munic (...)
  • 49 Voir ibid., p. 150, ainsi que Karl Wiechert, Landtag im Leineschloss, Hanovre, Fackelträger, 1963, (...)
  • 50 Voir K. Kreter, « Zum Verlust... », art. cité, p. 35.
  • 51 Voir Dieter Oesterlen, Bauten und Texte 1946-1991, Tübingen-Berlin, Wasmuth, 1992, p. 20-35.
  • 52 Voir Friedrich Lindau, Hannover. Wiederaufbau und Zerstorung. Die Stadt im Umgang mit ihrer bauhis (...)
  • 53 Ibid., p. 156 et 202.

26En même temps, c’est le premier parlement moderne de la jeune RFA que l’on construisit ici48. Les élites sociales-démocrates de Hanovre ne s’y étaient pas opposées, elles avaient même contribué largement à initier ce projet, sous la responsabilité du Premier ministre-président de Basse-Saxe, le très populaire Hinrich Wilhelm Kopf49 (SPD). Dès son discours d’investiture, lors de la première séance du conseil municipal démocratiquement élu, en 1948, l’urbaniste en chef Rudolf Hillebrecht avait annoncé la reconstruction du château, en l’associant à la réalisation de son projet général de réorganisation urbaine50. Dans le cadre de son concept de capitale régionale, le château donna lieu à une mise en scène particulière, en devenant le point de départ et la pièce maîtresse d’un nouveau quartier gouvernemental à l’intérieur du centre-ville. Son impact sur le paysage urbain fut ainsi encore renforcé par rapport à sa situation d’avant la guerre51. Toutefois, cette réinterprétation du plan du centre-ville fut remise en question par des mesures de démolition de bâtiments proches du château prises parallèlement et très contradictoires en elles-mêmes. Car c’est aussi Hillebrecht qui, presque au même moment, imposa la démolition du château d’eau (Wasserkunst) historique en 1965 ainsi que celle - typologiquement bien plus radicale pour les débats sur les châteaux - du petit château de Frédérique (Friederikenschösschen) de style classique en 196652. Dans l’un des cas, il s’agissait d’un monument de l’architecture industrielle très représentatif, populaire et important en matière d’histoire de la technique ; dans l’autre, d’un lieu de mémoire manifeste de l’histoire de la monarchie hanovrienne (c’est dans ce palais réaménagé en 1871 par l’urbaniste Georg Ludwig Laves que la reine de Hanovre Frédérique devait terminer ses jours après 1840). Ces deux monuments situés à proximité immédiate du château durent disparaître au profit de la vision urbanistique d’un grand giratoire largement dépourvu de constructions qui devait permettre une vue dégagée sur le château53. Ces démolitions motivées uniquement par des questions de visibilité homogène apparaissent aujourd’hui comme des erreurs d’urbanisme d’autant plus graves qu’il s’agissait des deux seuls édifices qui, avec l’immeuble de la presse (Anzeigerhochhaus) dans le quartier du Steintor, avaient survécu presque intacts aux bombardements sur le centre-ville de Hanovre. On détruisit ainsi les derniers restes historiques du bâti de la vieille ville pour accentuer l’impact de la reconstruction moderne. On peut, concernant le degré de radicalité sans compromis observable ici, établir un parallèle avec la démolition du château de Brunswick. Bien que les deux villes aient pris des options opposées de reconstruction, les élites locales de l’urbanisme ont fait preuve d’un même rigorisme exacerbé dans leurs projets de reconstruction des centres-villes, un phénomène typique pour de nombreuses villes ouest-allemandes reconstruites.

Figure no 35 – Hanovre : le château sur la Leine reconstruit et transformé en parlement régional, avec l’extension de Dieter Oesterlen abritant la salle plénière, 1962.

  • 54 Voir G. Wagner-Kyora, Schloss…, οp. cit, p. 125-153, notamment p. 146-151.
  • 55 Voir ibid., p. 88 et suiv.

27Bien qu’elles aient été mises en œuvre au même moment, la reconstruction du château résidentiel de Hanovre et la démolition de celui de Brunswick n’ont de lien manifeste ni dans leur conception ni en matière d’urbanisme. On ne peut analyser les motivations respectives qu’en retraçant et en interprétant le processus décisionnel local. Ce n’est ni la comparaison entre les villes ni leur situation de concurrence dans le réseau des villes reconstruites qui constitue le facteur déterminant, mais bien plutôt la dimension locale du jeu des acteurs. En fin de compte, à Brunswick, c’est l’aversion profonde des élites sociales-démocrates contre la sauvegarde du château, qui avait servi de 1936 à sa destruction en 1944 d’institution nationale de formation pour les futurs cadres de la SS, qui constitua la principale motivation54. C’est cette strate mémorielle particulière qui avait été prépondérante dans la perception de l’édifice comme lieu de mémoire négatif de l’histoire récente de la ville. En a résulté non pas le souhait de le reconstruire, mais au contraire l’acceptation de l’histoire de sa destruction. Car ce sont les bombardements de 1944 qui avaient aussi mis un terme à la formation des officiers SS. La destruction du château représentait ainsi pour le camp social-démocrate une limitation bénéfique du pouvoir nazi à Brunswick, qui préfigurait son effondrement au niveau national. On peut expliquer, dans cette perspective, la continuité du désir de destruction face à ce monument55.

  • 56 On retrouve à Hanovre la suite de cette représentation positive dans le débat (qui a duré six déce (...)

28Inversement, à Hanovre, élever le château au rang de parlement régional de la Basse-Saxe signifiait se réapproprier les traditions libérales et démocratiques qui devaient, à partir de la nouvelle capitale (sous influence sociale-démocrate), rayonner dans le nouveau Land56. Les mêmes élites politiques issues du mouvement ouvrier conférèrent de manière totalement divergente aux deux châteaux une signification républicaine spécifique, en les replaçant dans des contextes d’urbanisme fonctionnels et esthétiques très différents. Ce qui ne pouvait en aucun cas être toléré à Brunswick, à savoir la sauvegarde du château comme édifice public représentatif, fut mis en œuvre à Hanovre pour couronner la nouvelle fonction de capitale assignée à cette ville où la reconstruction du château en tant que premier parlement nouveau de la RFA devait fonder et renforcer les traditions démocratiques.

La deuxième phase (postmoderne) de la reconstruction : la maison de Leibniz à Hanovre (1943-1983) et la maison de la Vieille-Balance à Brunswick (1976 et 1994)

  • 57 Ernst Büttner, « Über den Wiederaufbau völlig zerstörter oder früher abgerissener Gebäude der Alts (...)
  • 58 C. Meckseper, Das Leibnizhaus..., op. cit., p. 115.

29La continuité, dans la reconstruction, des représentations bourgeoises auxquelles s’est superposée l’histoire cachée du nazisme peut être analysée en comparant la reconstruction historicisante de deux édifices bourgeois représentatifs pendant la phase postmoderne après 1975. Peu après la destruction complète, en octobre 1943, de la maison de Leibniz (Leibnizhaus), une construction à colombages chargée d’histoire, on a commencé à réfléchir au cours de l’été 1944, donc encore sous le nazisme, aux possibilités de reconstruction. Dans des expertises et des contre-expertises, les notables de la bourgeoisie cultivée locale ont dès cette époque, en collaboration avec le conservateur provincial Hermann Deckert, esquissé les contours d’une reconstruction historicisante. Auparavant, on s’était déjà prononcé en faveur de la réédification d’églises de la ville, du château sur la Leine et de l’opéra, créant ainsi très tôt un consensus autour de ce type de reconstruction57. Il peut sembler étonnant qu’au cours de cette phase tardive de la dictature nationale-socialiste, on ait encore posé les bases générales de la reconstruction, mais on peut relativiser cette impression si l’on considère que la configuration des élites dirigeantes de la protection des monuments historiques et des musées était très largement restée identique depuis la fin des années 1930. « Tous les points de vue importants des discussions ultérieures s’exprimaient déjà, les évolutions étaient tracées et des termes commençaient à être forgés (“îlot” : “îlot de tradition” !), qui n’en restèrent pas moins l’objet de discussions pendant la reconstruction de Hanovre58. » Seul le futur urbaniste en chef Rudolf Hillebrecht était nouveau dans ce cénacle, mais lui aussi suivit alors sans opposition tous les concepts de tradition adoptés auparavant.

  • 59 Elle était considérée aussi comme la maison natale de l'écrivain Iffland, ibid., p. 83-87.
  • 60 Reproduite ibid., p. 92.
  • 61 Voir Klara Trost, Zerstorte Kostbarkeiten. Eine Erinnerung an unersetzliche Baukleinodien, Leipzig (...)
  • 62 Ibid., p. 114 et suiv.

30La maison de Leibniz, une construction monumentale de style Renaissance dotée d’une bibliothèque du début de l’époque moderne, se situait dans la rue de la Forge (Schmiedestrasse), l’une des rues traversières de la vieille ville les plus anciennes avec la rue de la Leine. Elle avait été la résidence du philosophe Gottfried Wilhelm Leibniz et abritait son bureau, qui existait encore jusqu’à sa destruction en 1943, ainsi que sa bibliothèque et celle de son souverain. Cet ensemble constitua les bases de l’actuelle bibliothèque Leibniz de Hanovre, l’une des plus grandes et plus prestigieuses bibliothèques scientifiques en Allemagne. Après une rénovation complète et un réaménagement partiel, la maison de Leibniz était devenue dès 1895 le premier musée de la ville et des arts décoratifs de Hanovre59. Cette affectation perdura jusqu’en 1943. L’édifice avait alors été accaparé par le ministre de l’Instruction nazi Bernhard Rust, qui se fit offrir à l’occasion de son 60e anniversaire en septembre 1943 une gravure sur bois historicisante représentant la façade60. Juste une semaine après, la maison et l’ensemble du musée furent complètement détruits par le bombardement le plus important sur Hanovre. Comme les responsables locaux des Monuments historiques n’avaient pas jusqu’alors, sans doute en vue de cet anniversaire, procédé aux évacuations nécessaires, les dommages furent rédhibitoires, et même encore après, ce qui restait des ruines fut dévasté. Aussitôt après cette destruction, la propagande nazie commença à présenter, sur le mode des lamentations, la perte de cet édifice comme une catastrophe nationale61. Dans le débat local sur une réédification du bâtiment, on établit aussi un parallèle avec la maison de Goethe à Francfort, détruite à peu près à la même époque. Comme dans la célèbre controverse engagée par Walter Dirks sur cette dernière en 1947, l’argumentation sur l’identification que pouvait générer une prétendue authenticité a joué un rôle important. Un romantisme des ruines et des représentations maladroites sur le charisme de l’édifice se mêlèrent à l’argumentaire, et en fin de compte, la maison de Leibniz ne fut pas réédifiée, en raison des incertitudes des responsables des Monuments historiques face aux reconstructions historicisantes62.

  • 63 Ibid., p. 117.

31Pourtant, le débat n’était pas joué d’avance. Bernhard Klemm, l’expert de Dresde influent en matière de monuments historiques, put, à la demande de Rudolf Hillebrecht en 1961, désamorcer avec clairvoyance les réserves exprimées quant à une reconstruction sur site. Mais pour Hanovre, l’heure n’était pas favorable à cette réalisation, les contacts entre les universités des deux Allemagnes ayant été interrompus, totalement dans un premier temps, par la construction du mur de Berlin63. C’est donc plutôt l’acharnement contre les vestiges de l’édifice qui s’imposa : en 1964 encore, on démolit sans égards la cave gothique pour construire un parking couvert (aujourd’hui lui-même monument historique).

  • 64 Ibid., p. 97-113.

32Après un débat qui dura plusieurs décennies, on décida en 1979 de construire une réplique de la façade de la maison de Leibniz, sans réutiliser les restes originaux des ornements. Cette réplique fut érigée entre 1981 et 1984 sur un autre site, le marché au Bois, où elle est visible depuis le château, pour servir de lieu d’hébergement et de conférences à l’université technique de Hanovre64.

33Lors du processus décisionnel qui aboutit à cette reconstruction, on ne mena pas de réflexion sur la négligence des Monuments historiques, qui n’empêchèrent ni la perte de l’édifice ni, plus tard, la démolition de tous les vestiges jusqu’en 1964. Ces déficits perdurèrent dans le long débat mené plus tard et dans une interprétation de politique nationale assez douteuse. On ne réfléchit pas non plus à la surévaluation de l’importance historique de l’édifice opérée en 1944 à des fins de propagande, et on ne s’en servit pas pour problématiser, après 1947, les stratégies de politique historique traditionnellement mises en œuvre dans les reconstructions historicisantes. Bien au contraire, l’ensemble du débat et du processus décisionnel était caractérisé par une argumentation sans aspérités et c’est finalement la solution – non remise en cause aujourd’hui mais totalement hybride – d’une réplique de façade reconstruite et remontée sur un autre site qui s’imposa. Les motivations de cette décision résidaient dans une importante continuité des représentations bourgeoises dans l’espace urbain, restées stables même au-delà de la rupture de 1945. Alors que par ailleurs, les traditions concrètes en matière d’espace urbain et l’histoire aux multiples strates de la maison de Leibniz passèrent à l’arrière-plan. En misant sur l’effet pittoresque créé par la façade de ce monument de la Renaissance, on compléta finalement l’îlot de tradition voulu par Hillebrecht, bien qu’un bâtiment moderne fonctionnel construit au début des années 1980 sur le marché au Bois en réduisît totalement l’aura. Mais ces compromis furent eux aussi acceptés dans le cadre de la politique de reconstruction locale portée par un large consensus des élites.

Figure no 36 – Hanovre : la façade reconstruite de l’ancienne maison de Leibniz (Leibnizhaus) à son nouvel emplacement sur le marché au Bois (Holzmarkt), à l’entrée de l’îlot de tradition de la rue des Marchands (Kramerstraße), 2001.

34Dans le long débat sur la reconstruction historicisante de la maison de la Vieille-Balance (Alte Waage) à Brunswick à partir de 1976, on observe la même concurrence entre différentes motivations, bien qu’ici, contrairement à Hanovre, ce soient les considérations afférentes à l’aménagement de l’espace urbain qui furent d’emblée déterminantes. Il est possible que la concurrence au sein du triangle des villes du centre de la Basse-Saxe, Hanovre, Brunswick et Hildesheim, ait joué aussi un rôle important, car, à la même période, elles rivalisaient pour obtenir le succès le plus prestigieux en matière de reconstruction dans le sillage de l’année européenne du patrimoine architectural. Ainsi, c’est tout d’abord Hanovre qui acheva la reconstruction de la façade de la maison de Leibniz en 1983, puis, dès l’année suivante, ce fut au tour de Hildesheim de reconstruire la maison de la guilde des bouchers (Knochenhaueramtshaus), la première réédification totale d’un bâtiment historique monumental en RFA au cours de cette seconde période de la reconstruction après 1975.

  • 65 G. Wagner-Kyora, « “Wiederaufbau” und Stadt-Raum... », art. cité, p. 218-230.
  • 66 Pour un coût total estimé au départ à 7,5 millions de DM, qui devait être couvert par des programm (...)
  • 67 La séance décisive du conseil municipal eut lieu le 24 mars 1987 (ibid., p. 223).

35Brunswick aussi avait découvert, pour son propre urbanisme, un nouveau projet phare de reconstruction : la maison de la Vieille-Balance, un entrepôt de marchandises du début de l’époque moderne qui devait constituer le noyau d’un nouvel îlot de tradition, le sixième, groupé autour de l’église Saint-André. Le processus décisionnel se prolongea toutefois, à Brunswick, pendant plus d’une décennie, tout d’abord jusqu’en 1987, puis, avec des procès devant le tribunal administratif du Land de Basse-Saxe, encore jusqu’en 1989. En raison des positions divergentes des élites politiques, qui empêchaient le consensus entre le camp conservateur en progression et le camp resté dominant du mouvement ouvrier désormais associé aux Verts, les réorientations urbanistiques redevinrent une pomme de discorde. En outre, les fronts s’inversèrent au cours du processus de prise de décision. Au départ, c’est surtout le groupe social-démocrate majoritaire qui s’opposa fermement à l’idée de reconstruction totale65. Mais le maire social-démocrate charismatique Gerhard Glogowski parvint, par un intense travail de conviction, à faire adopter à ses camarades réticents une ligne générale en faveur de la reconstruction. Ce n’était pas du tout gagné d’avance, car les contre-arguments étaient probants. Bien que la participation aux travaux constituât une charge tellement importante pour la commune qu’elle empêcha dans le même temps la construction prévue du bureau d’aide sociale et de l’université populaire, le SPD de Brunswick finit par accepter le projet après de longues hésitations66. Le compromis interne au parti était que le bâtiment reconstruit de la Vieille-Balance accueillît les bureaux de l’université populaire. Le SPD put en conséquence se réapproprier l’ensemble du projet en le rendant attractif auprès du public. Mais ceci ne plut pas du tout à l’opposition bourgeoise constituée par l’Union chrétienne-démocrate (CDU) et le parti libéral (FDP), qui, pour d’autres raisons tactiques, refusa alors cette option dans le contexte du vote du budget et le rejeta au Conseil municipal. Les prémices politiques du débat étaient ainsi inversées67 et les loyautés d’origine bouleversées : le SPD se prononçait désormais en faveur d’un projet de reconstruction d’un monument historique et l’opposition CDU-FDP votait contre en bloc. En fin de compte, la coalition SPD-Verts, qui porta seule le projet, profita de cette confrontation politique qui stabilisait la ligne de front entre les deux camps.

Figure no 37 – Brunswick : l’espace urbain marché des Lainiers – Vieille-Balance, où fut reconstruite ultérieurement la maison de la Vieille-Balance (Alte Waage), fin des années 1980.

  • 68 Lettre de l’urbaniste en chef Wiese aux services municipaux du 5 janvier 1983, Stadtarchiv Braunsc (...)
  • 69 Friedrich Kohl, membre CDU du conseil municipal, cité dans Ui, « Neue Wiege für die ,Alte Waage‘. (...)
  • 70 Voir G. Wagner-Kyora, Schloss…, οp. cit., p. 43-86.
  • 71 Voir Martin Thumm, « Alte Waage », dans Luitgard Camerer, Manfred Garzmann, Wolf-Dieter Schuegraf (...)
  • 72 Cet édifice existe encore aujourd’hui dans son état d’origine, sans être mémorialisé de manière ap (...)

36Cette évolution surprenante n’avait été possible que parce que l’argument décisif, dans ce débat polémique, ne visait pas l’édifice lui-même, mais sa situation à l’intérieur de l’espace urbain marché des Lainiers – Vieille-Balance. Cet argument fut utilisé de manière exclusive dès la première expertise décisive de 1980 : on retrouverait premièrement la « fonction de charnière » initiale, avec un bâtiment en bordure de place sur trois côtés ; on pourrait deuxièmement créer un nouvel îlot de tradition autour de l’église Saint-André qui, avec son attractivité accrue, dirigerait troisièmement les flots de passants vers le sud du centre-ville contigu avec ses magasins ; enfin, quatrièmement, on mettait en avant la concurrence avec Hildesheim qui reconstruisait sa maison de la guilde des bouchers68. L’administration de la ville de Brunswick revendiquait ainsi un spatial turn local, à savoir une réévaluation considérable des références d’identification urbaine, qui lui servait à justifier sa politique de reconstruction. Ce ne sont pas l’importance historique d’un édifice détruit par la guerre, son rôle d’emblème et ses qualités esthétiques qui devaient convaincre, mais seulement le postulat affiché : « Il manque au marché des Lainiers sa Vieille-Balance69. » Comme pour le château de Brunswick, la Vieille-Balance devint aussi le théâtre de confrontations relevant des enjeux urbanistiques de la reconstruction. Toutefois, des conflits de politique historique non ouvertement exprimés jouèrent là encore un rôle central. Tandis que les élites bourgeoises apportèrent leur soutien inconditionnel à ce projet cher à l’urbaniste en chef de Brunswick Konrad Wiese, qui exerçait depuis longtemps ses fonctions, les sociaux-démocrates, en particulier les plus âgés, adoptèrent une attitude de réserve et de rejet parce qu’ils voyaient ici, pas tout à fait à tort, une réédition de la controverse houleuse des années 1959-1960 autour du château70. On ne peut comprendre cette association que lorsqu’on sait que de sa restauration par les Monuments historiques entre 1937 et 1939 jusqu’à sa destruction en 1944, la maison de la Vieille-Balance avait servi de « foyer des Jeunesses hitlériennes71 » (HJ). Les nazis avaient particulièrement transformé Brunswick en « Nuremberg du Nord » et y avaient prévu la formation de leurs cadres dirigeants à tous les niveaux. Au niveau inférieur, il s’agissait entre autres de l’« Académie de direction allemande des jeunes de la HJ », qui formait les démagogues particulièrement fanatisés de la jeunesse. Dans les années 1937-1939, on avait construit pour l’héberger un bâtiment représentatif de style nazi néoclassique reproduisant la vue de face du château de Brunswick, qui servait quant à lui, comme on le sait, à former les cadres de la SS72. Maison de la Vieille-Balance et Académie de la HJ constituaient ainsi les lieux de formation de tous les dirigeants des Jeunesses hitlériennes du Reich.

  • 73 Voir ibid., p. 160 et suiv., 275 et suiv. ; M. Mittmann, Bauen im Nationalsozialismus..., op. cit. (...)

37Pour les élites sociales-démocrates antifascistes de Brunswick issues du mouvement ouvrier persécuté par les nazis, cette instrumentalisation politique d’un édifice historique ôtait toute légitimité à une éventuelle reconstruction. Mais le débat sur cette hypothèque historique n’a pas été mené dans l’opinion publique de Brunswick, et même au sein du SPD, il est resté très discret. Alors que trente ans auparavant, les élites sociales-démocrates avaient imposé la destruction de la ruine du château, elles changèrent de cap, au cours des années 1980, en contribuant à l’établissement d’un consensus autour de la reconstruction historicisante. La réalisation de ce projet au début des années 1990 est due principalement à la personnalité du maire de Brunswick Glogowski, qui avait toutefois été obligé de mettre dans la balance tout le prestige dont il jouissait au sein de son parti73.

Figure no 38 – Brunswick : la maison de la Vielle-Balance reconstruite, cliché actuel.

38Si, au départ, les différences observables dans l’histoire de la reconstruction des deux villes paraissent importantes, les paramètres de comparaison sont toutefois évidents et permettent d’établir une typologie supralocale de la pratique des acteurs. Malgré des décisions divergentes à propos des îlots de tradition, de la reconstruction du château et des réédifications de monuments historiques, les structures de décision se ressemblaient tellement que l’on peut parler, pour la période qui va de 1943 à 1994, de mécanismes similaires de la pratique décisionnelle. Il est caractéristique, pour les deux villes, qu’à aucun moment la population n’ait été associée aux prises de décisions. L’engagement citadin s’est exprimé sous la forme de privilèges réservés aux groupes de notables locaux et aux lobbys, et pas sous la forme d’une participation citoyenne. Dans les administrations du bâtiment de Hanovre et de Brunswick, ainsi que dans les offices compétents des Monuments historiques des deux villes, les continuités importantes de personnel déterminèrent largement les discussions. Mais c’est justement parce que dominait au départ la voix de ces fonctionnaires en matière de reconstruction historicisante que dès les années 1950, on commence à observer un processus de politisation de la question. Celui-ci radicalisa à Brunswick la confrontation entre les camps, qui avait des origines anciennes dans l’histoire de la ville. C’est dans ce contexte que s’imposa la démolition du château, avec les moyens radicaux de l’antagonisme politique de deux milieux opposés, avec leurs traditions et loyautés divergentes.

39Mais la réédification de la maison de la Vieille-Balance, au cours de la deuxième période de reconstruction après 1975, montre justement que l’éventail de la reconstruction des centres-villes s’était ouvert. Le SPD de Brunswick choisit très rapidement la voie du consensus par la reconstruction, après avoir agi précédemment sans compromis. Les leçons tirées, en termes de communication, des résultats politiques de la confrontation entre les camps semblent avoir joué ici un rôle, de même que la transformation des modèles d’identification urbaine et, sans doute aussi, la situation matérielle de la ville qui s’était améliorée dans les années 1960 et 1970. En tant que force politique déterminante sur le plan local, le SPD maintint cette orientation, même lorsque l’aptitude au compromis fut potentiellement remise en cause par le débat sur la reconstruction de la maison de la Vieille-Balance, qui risquait de provoquer une nouvelle confrontation entre les camps. Mais c’est cette voie du consensus durable qui, de manière générale, avait permis à la reconstruction d’être un grand succès en RFA. Même à Brunswick, une réinvention des références à la tradition urbaine s’imposa au-delà des clivages politiques. Et par cette aptitude au compromis, les villes du triangle bas-saxon, Hanovre, Brunswick et Hildesheim, se ressemblaient beaucoup au cours de la phase postmoderne de la reconstruction. Elles trouvèrent des stratégies communes de revalorisation de l’espace public à travers l’effet produit par les façades de monuments historiques. Par une vision bourgeoise traditionnelle de la ville, elles renouèrent avec des représentations de fierté et d’identification à l’histoire locale. Avec cette pratique de la représentation, Hanovre et Brunswick se rapprochèrent davantage, dans leur manière d’aborder la reconstruction historicisante, qu’elles n’avaient bien voulu l’admettre.

Notes

1 Pour une comparaison transnationale diachronique, voir Winfried Nerdinger, « Zur Ein-führung : Konstruktion und Rekonstruktion historischer Kontinuität », dans Winfried Nerdinger, Markus Eisen et Hilde Strobl (dir.), Geschichte der Rekonstruktion. Konstruktion der Geschichte, Munich, Prestel, 2010, p. 10-15 ; id., « Aufbrüche und Kontinuitäten – Positionen der Nachkriegsarchitektur in der Bundesrepublik », dans Winfried Nerdinger et Inez Florschütz (dir.), Architektur der Wunderkinder. Aufbruch und Verdrangung in Bayern 1945-1960, Salzbourg-Munich, Anton Pustet, 2005, p. 8-23.

2 Pour une critique acerbe d’un point de vue de l’histoire de l’art et de la conservation du patrimoine, voir Adrian von Buttlar et Gabi Dolff-Bonekämper (dir.), Denkmalpflege versus Attrappenkult, Berlin, Bauverlag, 2010.

3 Voir G. Wagner-Kyora, « Wiederaufbau und Stadtgeschichte. Neuorientierungen nach dem spatial turn », Informationen zur modernen Stadtgeschichte (IMS), no 2, août 2011, p. 83-102.

4 Voir Klaus von Beyme, Der Wiederaufbau. Architektur und Städtebaupolitik in beiden deutschen Staaten, Munich, Piper, 1987 ; K. von Beyme, Werner Durth, Niels Gutschow et al. (dir.), Neue Städte aus Ruinen. Deutscher Städtebau der Nachkriegszeit, Munich, Prestel, 1992.

5 Voir Jeffrey Diefendorf, In The Wake of War. The Reconstruction of German Cities after World War II, New York-Oxford, OUP USA, 1993 ; id. (dir.), Rebuilding Europe’s Bombed Cities, Londres, Palgrave Macmillan, 1990 ; Rudy Koshar, Germany’s Transient Pasts. Preservation and National Memory in the Twentieth Century, Chapel Hill, UNC Press Books, 1998 ; et, dans une perspective historiographique plus récente, Jorg Arnold, Dietmar Süss et Malte Thiessen (dir.), Luftkrieg. Erinnerungen in Deutschland und Europa, Gottingen, Wallstein, 2009.

6 Voir W. Nerdinger et I. Florschütz, Architektur der Wunderkinder....,op. cit., p. 248.

7 Voir G. Wagner-Kyora, « “Die Seele Pforzheims retten”. Wiederaufbau in Pforzheim zwischen radikaler Moderne und Traditionsrest », dans Christian Groh (dir.), Beitrage zur Pforzheimer Stadtgeschichte, t. II, Heidelberg, Ubstadt-Weiher, Verlag Regionalkultur, 2008, p. 143-177·

8 Voir Adelheid von Saldern et G. Wagner-Kyora, « Demokratie und Wiederaufbau », Der Architekt. Zeitschrift des Bundes Deutscher Architekten, Nos 3-4, août 2005, Gegenwart der Geschichte, p. 44-49.

9 Voir A. von Saldern, « “Sinfonie der Festtagsstimmung”. Stadtrepräsentationen in drei deutschen Gesellschaften », dans id. (dir.), Inszenierter Stolz. Stadtreprasentationen in drei deutschen Gesellschaften (1935-1975), Stuttgart, Franz Steiner, 2005, p. 409-459 ; Jochen Guckes, Konstruktionen bürgerlicher Identität. Städtische Selbstbilder in Freiburg, Dresden und Dortmund 1900-1960, Paderborn, Schoningh, 2011.

10 Martina Low, « Eigenlogische Strukturen – Differenzen zwischen Städten als konzeptionelle Herausforderung », dans Helmuth Berling et M. Low (dir.), Die Eigenlogik der Städte. Neue Wege für die Stadtforschung, Francfort-New York, Campus, 2008, p. 33-53.

11 Environ 5 000 civils tués à Hanovre, à Brunswick environ 2 905 dont 1 286 étrangers. À Hanovre, 350 000 habitants sur 472 000 étaient sinistrés, le centre-ville et de vastes espaces dans les quartiers limitrophes étaient totalement détruits sur des kilomètres. Hanovre est ainsi considéré comme l’une des grandes villes allemandes les plus détruites, comme Cologne, Essen, Dortmund, Osnabrück, Brême, Magdebourg et Hambourg. Voir Werner Durth, « Hannover : Geplante Expansion », dans K. von Beyme et al. (dir.), Neue Städte..., op. cit., p. 164-181, ici p. 169 ; Angelika Meyer, Der Wiederaufbau der Braunschweiger Innenstadt nach 1945. Eine Analyse exemplarischer Planungen, Wettbewerbe und Bauprojekte der ersten Nachkriegsjahre, thèse de doctorat, Osnabrück, 1993, p. 240.

12 À Brunswick, 90 % du centre-ville étaient détruits, 60 % des bâtiments publics et 50 % des infrastructures industrielles. Voir Johannes Goderitz, Braunschweig. Zerstörung und Aufbau, Braunschweig, 1949, p. 5, cité d’après A. Meyer, Der Wiederaufbau....,οp. cit., p. 33. Toutefois, contrairement à Hanovre, de vastes espaces des quartiers limitrophes n’étaient pas ou que partiellement détruits.

13 Pour Brunswick, voir Horst-Rüdiger Jarck et Gerhard Schildt (dir.), Die Braunschweigische Landesgeschichte. Jahrtausendrückblick einer Region, Brunswick, Appelhans, 2001, en particulier p. 821-854 et 945-980. Comme la province de Hanovre est restée jusqu’en 1946 partie intégrante de la Prusse (depuis 1866), son identité régionale ne peut être étudiée jusqu’à cette date que dans une perspective plus large.

14 De manière très inhabituelle, le traité sur le château entre le Land de Basse-Saxe et la ville de Brunswick cède la propriété de la ruine à la ville. Voir G. Wagner-Kyora, « Lokale, Wiederaufbau‘-Politik im säkularen Konflikt : Die Zerstorung des Braunschweiger Residenzschlosses 1944-1960 und sein Neubau 2005 », Archiv für Sozialgeschichte, no 46, août 2006, p. 277-388, ici p. 301 et suiv.

15 Voir Sid Auffarth et Ralf Dorn (dir.), Ein Leben für Hannover. Festschrift zum 100. Geburtstag von Rudolf Hillebrecht, Hanovre, 2010, p. 11-23.

16 Kurt Seelecke, dans un article du Braunschweiger Zeitung du 8 juin 1948, cité d’après A. Meyer, Der Wiederaufbau...., οp. cit., p. 106.

17 Ibid., p. 107 et suiv.

18 Ce principe fut repris par l’urbaniste en chef de Brunswick Johannes Goderitz (à partir de 1945) et intégré dans son concept de « ville structurée et aérée ». Voir J. Goderitz, Roland Rainer et Hubert Hoffmann, Die gegliederte und aufgelockerte Stadt, Tübingen, Wasmuth, 1957.

19 Voir W. Nerdinger et I. Florschütz, Architektur der Wunderkinder...., οp. cit, p. 256-261.

20 Voir A. Meyer, Der Wiederaufbau.,., οp. cit., p. 106-109.

21 Pour Hanovre, ce ne fut même qu’une seule personne, l’urbaniste en chef R. Hillebrecht, qui décida de la reconstruction partielle dans la vieille ville. Voir W. Durth, « Hannover... », art. cité, p. 171.

22 Pour le contexte historique, voir S. Auffarth, « Hillebrecht », dans S. Auffarth et R. Dorn, Ein Leben..., op. cit., et Karljosef Kreter, « Zum Verlust der Mitte Hannovers », ibid., p. 25-37·

23 Dans la représentation de la ville que livrent les publications illustrées, ce quartier a dès lors occupé une place bien établie censée prouver l’historicité du plan urbanistique. Voir R. Hillebrecht, « Vom Wandel des Stadtbildes », dans Heinz Lauenroth (dir.), Hannover. Porträt einer Stadt, Hanovre, Fackelträger, 1959, p. 13-16, ici p. 14, ainsi que les illustrations p. 68 et suiv.

24 Voir W. Durth et Niels Gutschow, Deutsche Architekten. Biographische Verflechtungen 1900-1970, Munich, DTV, 1992 ; W. Durth, « Hannover... », art. cité, p. 172.

25 On peut donner comme exemple la communication entre élites au cours de l’exposition Constructa de l’été 1951 à Hanovre organisée par Hillebrecht, qui devait résolument servir à réconcilier modernistes et traditionalistes, y compris ceux qui avaient un passé nazi. Voir W. Durth, « Die Internationale Bauausstellung Constructa und ihre Folgen », dans S. Auffarth et R. Dorn (dir.), Ein Leben...., οp. cit, p. 97-110.

26 Voir W. Durth, « Hannover... », art. cité, p. 174-177.

27 Voir « Hillebrecht. Das Wunder von Hannover », Der Spiegel, 3 juin 1959, reproduit dans S. Auffarth et R. Dorn, Ein Leben…, οp. cit., p. 191-221, ici p. 214 et suiv.

28 À propos de Francfort, voir Hans-Reiner Müller-Raemisch, Frankfurt am Main. Stadtentwicklung und Planungsgeschichte seit 1945, Francfort-sur-le-Main - New York, Campus, 1998, en particulier p. 52-55, 63-80, 240-247, 380-402 ; K. von Beyme, Frankfurt am Main : Stadt mit Hohendrang, dans id., Neue Städte…, οp. cit., p. 197-216, ici p. 204 et suiv.

29 Voir Markus Mittmann, Bauen im Nationalsozialismus. Braunschweig, die „Deutsche Siedlungsstadt” und die „Mustersiedlung” der Deutschen Arbeitsfront Braunschweig-Mascherode, Hamelin, Niemeyer, 2003, p. 43 et suiv. ; A. Meyer, Der Wiederaufbau…, οp. cit, p. 24-30 ; Hans-Ulrich Ludewig, « Das Land Braunschweig im Dritten Reich (1933-1945) », dans H.-R. Jarck et G. Schildt, Braunschweigische Landesgeschichte..., op. cit., p. 981-1024, ici p. 998 et suiv.

30 Voir W. Durth, « Hannover... », art. cité, p. 165.

31 Voir K. Kreter, « Zum Verlust... », art. cité, p. 36.

32 Voir A. Meyer, Der Wiederaufbau…, οp. cit., p. 32 et suiv.

33 Sur Elkart, qui comptait aussi parmi les urbanistes dirigeants du nazisme, voir K. Kreter, « Zum Verlust... », art. cité, p. 32-34.

34 Sur la représentation que la ville a donné des îlots de tradition, voir la publication illustrée Braunschweig. Portrait einer Stadt, Hanovre, Fackelträger, 1961, p. 16 et 18, illustrations p. 74-81.

35 Sur la reconstruction de la vieille ville de Varsovie, voir W. Nerdinger, Rekonstruktion..., op. cit., p. 280-282 ; pour la conception des vieilles villes au XXe siècle et particulièrement sur Bâle, Gerhard Vinken, Zone Heimat. Altstadt im modernen Städtebau, Berlin-Munich, Deutscher Kunstverlag, 2010.

36 C’était vrai pour des monuments aussi prestigieux que l’église Saint-Ansgar à Brême ou l’hôtel de ville de Dortmund. Voir G. Wagner-Kyora, « Die neue City in der populären Altstadt : Das „Wiederaufbau”-Image Bremens (1946-1964) », dans Daniela Münkel et Lu Seegers (dir.), Medien und Imagepolitik im 20. Jahrhundert. Deutschland, Europa, USA, Francfort-New York, Campus, 2008, p. 293-318, ici p. 301-304 ; G. Wagner-Kyora, « „Wiederaufbau” und Stadt-Raum : Streit um die Rekonstruktion des Dortmunder Rathauses und der Alien Waage in Braunschweig 1974-1994 », dans Adelheid von Saldern (dir.), Stadt und Kommunikation in bundesrepublikanischen Umbruchzeiten, Beiträge zur Kommunikations-geschichte t. XVII, Stuttgart, Franz Steiner, 2006, p. 209-238, ici p. 215 et suiv.

37 Erich Mulzer, Der Wiederaufbau der Altstadt von Nürnberg, Erlangen, Fränkische Geographische Gesellschaft, 1972, p. 180 et suiv. Voir aussi Elga Michel, Die Altstadt von Köln und ihr Wiedererwachen nach der Zerstorung. Eine wirtschafts-und sozialgeographische Untersuchung, Remagen, Verlag der Bundesanstalt für Landeskunde, 1955, p. 88-90.

38 Sur Ratisbonne, voir I. Brock et R. Strobel, « Regensburg », dans German Commission for UNESCO, Protection and Cultural Animation of Monuments, Sites and Historic Towns in Europe. The present situation in Belgium, Bulgaria, Canada, the Federal Republic of Germany, France, Greece, Hungary, Italy, the Netherlands, Poland, the United Kingdom, and Yugoslavia, Bonn, 1980, p. 187-196, ici p. 190 et suiv. Voir aussi I. Brock, « Nürnberg », ibid., p. 177-186.

39 Voir W. Durth et N. Gutschow, Tràume in Trümmern. Planungen zum Wiederaufbau zerstorter Stadte im Westen Deutschlands 1940-1950, Brunswick-Wiesbaden, Deutsches Architekturmuseum Frankfurt, 1988, 2 vol. 

40 Faisaient partie de ce réseau Weber, chef des services municipaux après 1960, Bernhard Liess, président du groupe social-démocrate au conseil municipal puis maire de la ville à partir de 1964, Martha Fuchs, maire de 1959 à 1964, ses prédécesseurs Otto Bennemann (1948-1959) et Ernst Bohme (1945-1948), ainsi que Hubert Schlebusch. Pour leur biographie politique, voir G. Wagner-Kyora, Schloss ohne Geschichte. Der Braunschweiger Wiederaufbau-Konflikt 1950-2007, Berlin, Vorwärts Buch, 2009, p. 245 et suiv., ainsi que les notes correspondantes. Sur le rôle et l’image de Weber et Liess, ibid., p. 68-87.

41 Voir ibid., p. 87-99.

42 Voir ibid., p. 101-153.

43 Voir Franz-Josef Talbot, Der Wiederaufbau deutscher Residenzschlosser als Aufgabe der Denkmalpflege nach 1945 unter besonderer Berücksichtigung des Neuen Schlosses zu Stuttgart, thèse de doctorat, Fribourg, s. d. [1980]. Pour l’exemple de Munich, voir Tino Walz, « Unter dem Zeichen des Phonix. Zerstorung und früher Wiederaufbau der Münchner Residenz », dans Kurt Faltlhauser (dir.), Die Münchner Residenz. Geschichte, Zerstorung, Wiederaufbau, Ostfildern, Jan Thorbecke, 2006, p. 152-191 ; Johannes Erichsen, « Wiederaufbau und Rekonstruktion am Beispiel der Münchner Residenz », dans W. Nerdinger, Rekonstruktion..., op. cit., p. 168-177.

44 Ont été concernés aussi les châteaux de Potsdam (1959) et de Schwedt (1962). Voir Beate Binder, Streitfall Stadtmitte. Der Berliner Schlossplatz, Cologne, Bohlau, 2009 ; Philipp Springer, Verbaute Träume. Herrschaft, Stadtentwicklung und Lebensrealität in der sozialistischen Industriestadt Schwedt, Berlin, C. Links, 2006, p. 266-274. En revanche, la ruine du château de Dresde a pu être conservée suite à l’intervention des services locaux des monuments historiques. Voir Jürgen Paul, « Dresden : Suche nach der verlorenen Mitte », dans V. Beyme et al, Neue Stadte..., op. cit., p. 313-333, ici p. 316-318.

45 Sur ce point, voir G. Wagner-Kyora, Schloss…, οp. cit., p. 65 et suiv., 255 et suiv.

46 Sur l’histoire de cet édifice, voir Georg Schnath, Das Leineschloss. Kloster, Fürstensitz, Landtagsgebäude, Hanovre, Hahn, 1962. Sur sa destruction le 26 juillet 1943, ibid., p. 184-189. L’auteur n’accorde à ce château qu’une valeur limitée pour l’histoire de l’art (voir p. 193).

47 Voir Anne Schmedding, « Rudolf Hillebrecht und Dieter Oesterlen. Die Architektur des Städtebauers », dans S. Auffarth et R. Dorn, Ein Leben…, οp. cit, p. 149-160, ici p. 149-154.

48 Mais cette importance au niveau fédéral ne joue aucun rôle dans l’image que les publications municipales ont donnée de l’édifice. Voir par exemple Landeshauptstadt Hannover (dir.), Hannover. Landeshauptstadt, Messestadt, Hanovre, 1970.

49 Voir ibid., p. 150, ainsi que Karl Wiechert, Landtag im Leineschloss, Hanovre, Fackelträger, 1963, p. 14-21.

50 Voir K. Kreter, « Zum Verlust... », art. cité, p. 35.

51 Voir Dieter Oesterlen, Bauten und Texte 1946-1991, Tübingen-Berlin, Wasmuth, 1992, p. 20-35.

52 Voir Friedrich Lindau, Hannover. Wiederaufbau und Zerstorung. Die Stadt im Umgang mit ihrer bauhistorischen Identitat, Hanovre, Schlüter, 2000, p. 183-214,125-181.

53 Ibid., p. 156 et 202.

54 Voir G. Wagner-Kyora, Schloss…, οp. cit, p. 125-153, notamment p. 146-151.

55 Voir ibid., p. 88 et suiv.

56 On retrouve à Hanovre la suite de cette représentation positive dans le débat (qui a duré six décennies) sur la reconstruction du château de Herrenhausen. La construction d’un centre des congrès pourvu d’une façade reconstruite du château est en cours. Voir à ce sujet Friedrich Lindau, Hannover. Der höfische Bereich Herrenhausen. Vom Umgang der Stadt mit den Baudenkmalen ihrer feudalen Epoche, Munich-Berlin, Deutscher Kunstverlag, 2003, p. 159-266.

57 Ernst Büttner, « Über den Wiederaufbau völlig zerstörter oder früher abgerissener Gebäude der Altstadt Hannover. Zu dem Gutachten von Herrn Museumsdirektor Dr. Stuttmann vom 23. Juni 1944 », cité d’après Cord Meckseper, Das Leibnizhaus in Hannover. Die Geschichte eines Denkmals, Hanovre, Schlüter, 1983, ici p. 157.

58 C. Meckseper, Das Leibnizhaus..., op. cit., p. 115.

59 Elle était considérée aussi comme la maison natale de l'écrivain Iffland, ibid., p. 83-87.

60 Reproduite ibid., p. 92.

61 Voir Klara Trost, Zerstorte Kostbarkeiten. Eine Erinnerung an unersetzliche Baukleinodien, Leipzig-La Haye, Blomer, 1944, p. 59-65.

62 Ibid., p. 114 et suiv.

63 Ibid., p. 117.

64 Ibid., p. 97-113.

65 G. Wagner-Kyora, « “Wiederaufbau” und Stadt-Raum... », art. cité, p. 218-230.

66 Pour un coût total estimé au départ à 7,5 millions de DM, qui devait être couvert par des programmes spéciaux relevant de la loi sur la réhabilitation des villes et pour une faible part par le mécénat, l’apport de la ville devait être de 2,4 millions de DM, une somme que la commission communale de l’administration refusa encore catégoriquement en février 1987 (ibid., p. 223).

67 La séance décisive du conseil municipal eut lieu le 24 mars 1987 (ibid., p. 223).

68 Lettre de l’urbaniste en chef Wiese aux services municipaux du 5 janvier 1983, Stadtarchiv Braunschweig, Archiv des Baurechtsamtes, Bauordnungsamt, Alte Waage no 15, t. II, citée d’après G. Wagner-Kyora, « “Wiederaufbau” und Stadt-Raum... », art. cité, p. 220. À Brunswick, on ne parlait pas de la maison de Leibniz de Hanovre, non pas qu’il y eût absence de concurrence, mais parce que l’attitude traditionnelle consistait à ignorer ostensiblement ce qui se passait dans la grande ville voisine même quand on en était très bien informé.

69 Friedrich Kohl, membre CDU du conseil municipal, cité dans Ui, « Neue Wiege für die ,Alte Waage‘. Ein Verein will endlich Taten sehen », Braunschweiger Zeitung du 20 février 1986, Stadtarchiv Braunschweig, cité d’après G. Wagner-Kyora, « “Wiederaufbau” und Stadt-Raum... », art. cité, p. 221.

70 Voir G. Wagner-Kyora, Schloss…, οp. cit., p. 43-86.

71 Voir Martin Thumm, « Alte Waage », dans Luitgard Camerer, Manfred Garzmann, Wolf-Dieter Schuegraf (dir.), Braunschweiger Stadtlexikon, publié par la ville de Brunswick, 1992, p. 13, ainsi que Manfred Garzmann (dir.), Die Alte Waage in der Braunschweiger Neustadt. Ausgrabungsbefunde, Geschichte des Weichbildes Neustadt, Rekonstruktion und Platzgestaltung, Brunswick, Stadtarchiv-Stadtbibliothek, 1993.

72 Cet édifice existe encore aujourd’hui dans son état d’origine, sans être mémorialisé de manière appropriée. Il s’agissait du « seul lieu de formation du corps des responsables professionnels des Jeunesses hitlériennes », donc des cadres de 23 à 25 ans qui souhaitaient devenir Bannerführer. Voir L. Camerer et al, Braunschweiger Stadtlexikon…, οp. cit., p. 11 et suiv.

73 Voir ibid., p. 160 et suiv., 275 et suiv. ; M. Mittmann, Bauen im Nationalsozialismus..., op. cit., p. 41. L’instrumentalisation de la Vieille-Balance par le nazisme explique pourquoi les sociaux-démocrates âgés refusèrent aussi résolument leur soutien à Glogowski pour ce projet de reconstruction. Brunswick était devenu un centre de l’architecture de représentation nazie pour diverses institutions centrales comme la SS qui, outre le château comme institut central de formation, utilisait la cathédrale comme lieu de cérémonie, ou encore l’aviation militaire, avec un centre de recherche, un aéroport et le siège du commandement aérien no 2, « responsable de la direction de toutes les forces aériennes du Nord et de l’Ouest de l’Allemagne » (ibid., p. 45 et suiv. et p. 49).

Table des illustrations

Légende Figure no 31 – Brunswick : la rue des Tisserands (Weberstraße) détruite et la façade de l’église Saint-André (Andreaskirche) partiellement détruite, 15 octobre 1944.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5330/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Figure no 32 – Hanovre : l’îlot de tradition de la rue des Marchands (Kramerstraße) vers 1963.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5330/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Légende Figure no 33 – Hanovre : le quartier de l’église Sainte-Croix (Kreuzkirche), 1959.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5330/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Légende Figure no 34 – Brunswick : vue d’ensemble de la ruine du château, années 1950.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5330/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Figure no 35 – Hanovre : le château sur la Leine reconstruit et transformé en parlement régional, avec l’extension de Dieter Oesterlen abritant la salle plénière, 1962.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5330/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Figure no 36 – Hanovre : la façade reconstruite de l’ancienne maison de Leibniz (Leibnizhaus) à son nouvel emplacement sur le marché au Bois (Holzmarkt), à l’entrée de l’îlot de tradition de la rue des Marchands (Kramerstraße), 2001.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5330/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Légende Figure no 37 – Brunswick : l’espace urbain marché des Lainiers – Vieille-Balance, où fut reconstruite ultérieurement la maison de la Vieille-Balance (Alte Waage), fin des années 1980.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5330/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Figure no 38 – Brunswick : la maison de la Vielle-Balance reconstruite, cliché actuel.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5330/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 268k

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine, a exercé à l’université Leibniz de Hanovre puis à l’université technique de Berlin (Center for Metropolitan Studies). Ses principales recherches portent sur l’histoire urbaine et ses représentations, plus particulièrement sur les politiques de la reconstruction en Europe et en Allemagne (notamment en Basse-Saxe). Il est l’auteur de nombreuses publications parmi lesquelles : Wiederaufbau der Städte : Europa seit 1945 / Rebuilding European Cities : Reconstruction-Policy since 1945, en codirection avec Adelheid von Saldern et Axel Schildt, Stuttgart, Franz Steiner, 2013 (à paraître) ; « Wiederaufbau und Stadtgeschichte. Neuorientierungen nach dem spatial turn », Informationen zur modernen Stadtgeschichte, no 2, 2010, p. 83-102; Schloss ohne Geschichte. Der Braunschweiger WiederaufbauKonflikt 1950-2007, Berlin, Vorwärts-Buch, 2009; « Welche Moderne modernisierte Europa? Die Architektur der Nachkriegsjahrzehnte in Deutschland », Der Architekt, no 5, 2009, p. 66-71; « Die neue City in der populären Altstadt: Das „Wiederaufbau”-Image Bremens (1946-1964) », dans Daniela Münkel et Lu Seegers (dir.), Medien und Imagepolitik im 20. Jahrhundert. Deutschland, Europa, USA, Francfort-sur-le-Main, Campus, 2008, p. 293-318 ; avec Adelheid von Saldern, « Demokratie und Wiederaufbau », Der Architekt, nos 3-4, 2005, p. 44-49

Corinne Bouillot (Traducteur)

Maître de conférences en études germaniques à l’université de Rouen, est agrégée d’allemand et auteure d’une thèse de doctorat d’histoire contemporaine intitulée De la genèse du mouvement des femmes est-allemandes à l’encadrement des femmes par le pouvoir. De l’occupation soviétique à l’État socialiste 1945-1952 (Lille, Septentrion, 1996). Ses domaines de recherche ont d’abord été les études de genre dans l’Allemagne de l’après seconde guerre mondiale, et elle a publié, en collaboration avec Paul Pasteur, Femmes, féminismes et socialismes dans l’espace germanophone depuis 1945 (Paris, Belin, 2005). Ses recherches et publications plus récentes portent sur les mémoires et politiques mémorielles en Allemagne (immédiat après-guerre, RDA) et les représentations, en France et en Allemagne, des destructions et des reconstructions. À paraître en allemand sur le sujet du présent ouvrage : « Wiederaufbau-Regionen in Europa : Normandie und Nierdersachsen im Vergleich », dans G. WagnerKyora (dir.), Wiederaufbau der Stadte : Europa seit 1945 / Rebuilding European Cities : Reconstruction-policy since 1945, Stuttgart, Franz Steiner, « Beiträge zur Stadtgeschichte und Urbanisierungsforschung », 2013.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search