Version classiqueVersion mobile

La Reconstruction en Normandie et en Basse-Saxe après la seconde guerre mondiale

 | 
Corinne Bouillot

Première partie. Contextes, principes et réalisations

Chapitre 5. Marcel Lods et la reconstruction de Sotteville-lès-Rouen dans son contexte international

Gabi Dolff-Bonekämper

Résumé

Après la Libération, Marcel Lods est nommé architecte en chef de la reconstruction de Sotteville-lès-Rouen, dont le centre-ville a été durement touché par les bombardements alliés, en particulier celui du 19 avril 1944 qui avait pour cible la grande gare de triage de l’agglomération rouennaise. Avec la Zone verte, il conçoit un ensemble architectural dont le rationalisme et la monumentalité n’excluent pas, bien au contraire, une remarquable qualité sculpturale de ses constructions, à laquelle il faut ajouter le lyrisme des espaces verts conçus comme un paysage intérieur. La présente contribution soulève la question de la typologie nouvelle et résolument moderniste de cette Zone verte, qui s’inscrit dans un petit groupe de premiers grands ensembles novateurs en Europe, dont on trouve aussi des exemples à Londres ou à Hambourg. Innovation technique, organisation des espaces et choix du type de bâtiments – de grandes barres envisagées dès les années 1930 pour satisfaire à de nouveaux critères sociaux et hygiénistes – font de la Zone verte de Sotteville un patrimoine local précieux qui mérite aussi l’attention nationale et internationale.

Texte intégral

Première rencontre

  • 1 Bruno Vaissière, Reconstruction, déconstruction. Le hard french ou l’architecture française des Tr (...)

1C’est dans le livre Reconstruction, déconstruction, de Bruno Vaissière1, que j’ai vu pour la première fois une photographie des bâtiments construits par Marcel Lods entre 1946 et 1965 à Sotteville-lès-Rouen. Le cliché en noir et blanc, qui date de l’année 1948, montre la façade d’une des grandes barres, prise de face, au fond d’une friche indécise. L’échelle monumentale, l’orthogonalité radicale, la sérialité des détails, l’absence de tout ornement – voici une œuvre d’un modernisme sobre et brut, impressionnante mais un peu triste et difficile à aimer. C’est-ce que je pensais à l’époque. Comparé au concept de cité paysage (Stadtlandschaft) qui marquait le discours urbanistique de l’après-guerre à Berlin, tel qu’il était surtout formulé par Hans Scharoun et qui m’était familier, Sotteville me semblait être l’expression d’un rationalisme pur et dur que j’associais alors à la reconstruction et à la modernisation de l’après-guerre en France, donc aux trente années dites « glorieuses ».

Second regard

  • 2 Ainsi dénommés en raison de leur localisation le long de la rue éponyme. Le nom officiel actuel de (...)

2Rien ne pouvait être plus surprenant que ce j’apercevais quand j’arrivai, à la fin de l’été 2003, à Sotteville pour voir les bâtiments sur place. Le groupe de grandes barres (« les Garibaldi2 ») qui se dressent soudain devant les yeux du visiteur qui arrive de Rouen, avec la plasticité de leurs corps de bâtiment qui se dessinent devant le ciel, apparaît monumental dans le voisinage de faubourg. Les grands murs revêtus de plaques en béton lavé à surface de grands galets de granit rose et brun, les éléments structurants en béton clair, les garde-corps des balcons de couleurs vives, la richesse des détails des rez-de-chaussée et des toits-terrasse - tout ceci n’est aucunement triste, mais, au contraire, très animé et de grande qualité esthétique. S’il y a bien du rationalisme dans l’orthogonalité du design et, certainement, dans la sérialité technique de la construction, il y a aussi une forte qualité sculpturale dans ces grandes barres. S’y ajoute un lyrisme remarquable dans l’aménagement des espaces verts, que l’on découvre dès qu’on franchit le seuil invisible vers l’espace semi-public situé à l’intérieur de l’ensemble. Les chemins, les bancs, les pelouses, l’implantation des arbres et buissons forment un jardin libre, on pourrait dire anti-orthogonal, comme un paysage intérieur, d’une largeur et d’une profondeur importantes, qui justifie pleinement le nom attribué dès le début à l’ensemble : la « Zone verte ».

Figure no 26 – Maison « Bourgogne », façade sur rue, rythmée par la séquence des balcons et des axes-escaliers saillants.

Sotteville vue du ciel

3L’articulation spatiale de la Zone verte dans l’entourage suburbain est d’une telle clarté qu’elle se dessine nettement, même à une très grande distance, sur les images satellite telles que les offre par exemple Google-Earth. On aperçoit les deux paires de hautes et longues barres qui encadrent un large espace vert dans lequel s’inscrivent deux barres plus courtes décalées par rapport aux interstices entre les barres-cadre. Le paysage intérieur, vu à cette grande distance, ressemble fortement aux premiers plans de Marcel Lods, sur lesquels il apparaît comme un graphisme ornemental. Suivant la logique du chantier, il ne fut réalisé qu’après l’achèvement de l’ensemble architectural vers 1965.

Figure no 27 – Vue satellite de la Zone verte (à gauche sur la photographie). On constate sa localisation à proximité de la gare de triage de Sotteville (à droite), objectif majeur du bombardement allié du 19 avril 1944.

4Les images satellite permettent également de constater que la Zone verte se trouve à proximité d’une large surface occupée par les rails d’une grande gare de triage. C’est justement la proximité de cette gare de marchandises qui fut la raison des bombardements qui ont largement détruit le vieux Sotteville. Dès 1940, la gare de Rouen-Sotteville fut saisie par la Wehrmacht qui utilisa les locaux pour y installer un centre important de transport pour le ravitaillement des troupes allemandes sur le front de l’ouest. Plus tard, des matériaux destinés à la construction des places fortes du mur de l’Atlantique passaient par là. Plusieurs bombardements des forces alliées, en particulier celui du 19 avril 1944, frappèrent les ateliers de chemins de fer et les lotissements du voisinage.

Marcel Lods

  • 3 Léon Leroy, Daniel Andrieu, Jean-François Glabik et Régis Sénécal, Sotteville après la pluie, vol. (...)
  • 4 Ibid., p. 11.
  • 5 Pour des raisons de management budgétaire, Drancy fut déclaré inachevé et resta inoccupé jusqu’en (...)
  • 6 Voir Gabi Dolff-Bonekämper, « Comment préserver la Cité de la Muette à Drancy, haut-lieu de l’hist (...)
  • 7 Pieter Uyttenhove a dédié une bonne partie du premier chapitre de sa thèse de doctorat à ce problè (...)

5Après la Libération et la formation du gouvernement provisoire, la reconstruction de Sotteville fut confirmée. Raoul Dautry, ministre de la Reconstruction et de l’Urbanisme (MRU) de 1944 à 1946, proposa à Marcel Lods d’y réaliser un projet expérimental3. Fin 1944, Lods se rendit sur place et prit contact avec le maire de l’époque, Philippe Lanoux4. Marcel Lods était à cette époque un homme de grande renommée ; avec Eugène Beaudouin, il appartenait au groupe d’architectes qu’Henri Sellier, chargé de la création de logements sociaux en Île-de-France, avait fait travailler pour différents projets au début des années 1930. Ses œuvres les plus connues de cette période, toujours réalisées en collaboration avec Eugène Beaudouin, sont la cité du Champ-des-Oiseaux à Bagneux (1930-1931), l’École de plein air à Suresnes (1932-1935) et la cité de la Muette à Drancy (1932-1934), où il avait expérimenté des méthodes de construction novatrices, parmi lesquelles de hautes structures en acier5. Drancy était sans doute le projet le plus moderne de l’époque en France, autant pour la technique et la logistique du chantier que pour la sobriété et le minimalisme du style. Son échec économique et technique, et surtout la transformation du bâtiment à trois ailes sur une grande cour nommée « le grand U », tout d’abord en camp d’internement de la gendarmerie nationale puis en camp de déportation (1940-1944), ont dû lourdement frapper Lods et Beaudouin. Drancy était ainsi devenu un lieu mal famé, son architecture fonctionnelle et rationaliste fut accusée d’être une architecture de camp6. L’usage criminel et abusif de la cité de la Muette allait seulement prendre fin en 1946, car encore après la Libération, le lieu servit à l’internement, cette fois-ci de collaborateurs. Lods n’a jamais voulu discuter le sort de Drancy autrement qu’en termes d’échec technique et urbanistique aggravé par des circonstances malheureuses7. Mais il me semble permis de reconnaître dans la forme de la Zone verte à Sotteville, comme dans tous ses projets de logement qui allaient suivre, un refus délibéré de construire des espaces clos où faciles à clore.

Espaces, typologie et construction

  • 8 Architecture d’aujourd’hui, no 32 (Reconstruction en France 1950), octobre-novembre 1950, p. 12 et (...)
  • 9 Voir les projets d’Ernst May à Francfort et Karlsruhe Dammerstock, ainsi que la Reichversuchssiedl (...)
  • 10 Voir Nicholas Bullock et Luc Verpoest (dir.), Living with History, 1914-1964. Rebuilding Europe af (...)
  • 11 Hans Scharoun écrit en 1946, dans un papier du collectif en aménagement urbain de Berlin, qu’on de (...)

6Les bombardements avaient surtout frappé le centre de la commune, autour de la rue Garibaldi. Loin de reprendre l’ancien réseau de rues et d’espaces bâtis, Lods proposait un plan qui allait totalement transformer l’orientation, l’organisation spatiale, les volumes et la typologie. Son premier plan, publié dans Architecture d’aujourd’hui en 1950, n’avait pas de précédent dans sa composition spatiale8. Lods ne dessine ni cour, ni îlot, ni alignement sur rue, ni petites barres parallèles avec interstices d’espaces verts. Pourtant, l’architecte français connaissait bien ce Zeilenbau (construction en rangées), principe architectural appliqué aux Siedlungen (lotissements) de l’entre-deux-guerres en Allemagne9. Il n’y a pas non plus de parenté avec les projets régionalistes de la reconstruction après 1918, ni avec la première reconstruction de 1940 en France10. Dans quelle typologie classer cette Zone verte composée de bâtiments et de verdure, qui, malgré son nom, n’est certainement pas une cité-jardin ? À mon avis, il s’agit d’une innovation qui, si elle n’a pas de précédent, aura bien des suites - c’est très probablement un des premiers « grands ensembles » en France. Marcel Lods inaugure ici l’urbanisme abstrait de l’après-guerre qui sera le grand succès des « trente glorieuses ». Avec son large espace vert encadré de grandes barres, on pourrait, malgré ma première impression, rapprocher la Zone verte du concept de cité paysage (Stadtlandschaft) formulé par Hans Scharoun en 1946 à Berlin11. Sauf que, contrairement aux bâtiments antiorthogonaux et aux paysages ouverts de Scharoun (fig. 28), Lods a créé à Sotteville un grand paysage libre à l’intérieur d’un ensemble bien carré.

Figure no 28 - Un premier élément de comparaison européenne : Berlin, Charlottenburg Nord, architecte Hans Scharoun.

  • 12 Voir Marie-Jeanne Dumont, Paul Chemetov et Bernard Marrey, Paris-banlieue, 1919-1939, architecture (...)
  • 13 Walter Gropius, « Flach, Mittel-oder Hochbau ? », Vortrag vor dem 3. internationalen Kongress für (...)

7La disposition spatiale de la Zone verte est donc basée sur le choix du type de bâtiment – seulement des grandes barres de douze étages (dix étages habités, avec rez-de-chaussée et toit-terrasse). Jusque là, on avait bien construit une tour ou deux dans une grande cité jardin – comme le « beffroi » de dix étages à Châtenay-Malabry près de Paris12 (Bassompierre, Rutté, Sirvin 1931-1940), mais les grandes barres, qui allaient devenir le type courant pour le logement collectif périurbain, n’y figuraient pas avant 1945. Elles étaient, pourtant, déjà pensées bien plus tôt : dès 1931, Walter Gropius avait publié, dans le contexte des débats des congrès internationaux d’architecture moderne (CIAM), son article « Construction basse, moyenne ou haute » (Flach, Mittel oder Hochbau) dans lequel il présentait son calcul pour la meilleure relation entre surface occupée et nombre d’habitants à loger, basée sur des considérations hygiénistes et sociales13. Walter Gropius résume : des bâtiments à dix étages, bien espacés, permettent le meilleur ensoleillement de tous les appartements pendant toutes les saisons. Ils sont les plus sains et les plus économiques, donc préférables aux petites barres de trois ou quatre étages à petits interstices. Le calcul de Lods pour Sotteville s’inscrit dans le même raisonnement : dans les grandes barres, il peut aménager le nombre d’appartements souhaité tout en conservant une grande partie du terrain libre pour y installer son paysage. Est-ce qu’il a travaillé avec un paysagiste ? Ou bien son fidèle collaborateur, l’architecte Marc Alexandre, s’est-il occupé de la réalisation des espaces verts ? Il s’agit là d’un sujet de recherche pour l’avenir.

8Fidèle à son engagement pour les méthodes de construction novatrices, Marcel Lods étudia les options de composition et de revêtement sur des bâtiments expérimentaux en petit format. Ces prototypes de quatre étages sont encore visibles dans la rue Fouache à Sotteville. Il choisit une construction en squelette de béton armé avec des éléments de béton préfabriqué (la passion de Lods). Les murs sont revêtus de plaques de béton en bandes avec une articulation de joints horizontaux, les surfaces en béton lavé à grands galets, comme il les avait déjà appliqués à la cité du Champ-des-Oiseaux à Bagneux et sur le mur extérieur de l’École de plein air à Suresnes. Les petits balcons de cuisine du côté ouest, apposés de part et d’autre des cages d’escalier en saillie, avec leurs garde-corps de couleur vive, rouge ou verte, donnent un aspect léger et ludique aux façades. Les balcons côté est sont plus larges, disposés en bandes régulières devant la façade. En somme, les barres de Lods ont une forte qualité sculpturale, visible en particulier dans les parties hautes avec les modénatures, les toits-terrasse et les auvents (fig. 29), ainsi que dans les rez-de-chaussée à passage couvert derrière une rangée de colonnes.

9On peut voir la structure « pousser » étage par étage sur les nombreuses photos que Lods prit lui-même du chantier : celle-ci est rigoureusement rationnelle, plus mince et certainement moins monumentale – et moins coûteuse- que celle de l’unité d’habitation de Marseille de Le Corbusier qui se construit en même temps.

Figure no 29 – Maison « Champagne ». Cette vue latérale met en évidence la faible profondeur des barres, qui permet d’y aménager des appartements traversants, ainsi que la qualité sculpturale des étages supérieurs.

La « Zone » verte

  • 14 Jean-Louis Cohen et André Lortie, Des fortifs au périf. Paris, les seuils de la ville, ouvrage pub (...)

10Revenons un instant sur le terme « Zone verte ». Le mot « zone », qui peut nous paraître neutre, avait encore une signification spécifique à l’époque de la reconstruction de Sotteville. On pouvait penser à la « zone » à Paris, lieu mal famé à l’emplacement de l’ancienne « zone non aedificandi ». Ce fut le champ de tir, une ceinture tout autour des remparts de la capitale, qui sépara la cité de ses faubourgs et où l’on trouva, jusqu’à la construction du boulevard périphérique au début des années 1960, des établissements de loisir et de plaisir de vertu douteuse et des constructions d’habitation précaires où vivait une population pauvre dans des conditions insalubres14. À Sotteville, en revanche, la « zone » était transformée en verdure, elle était conçue pour le peuple et elle était belle et accueillante – ou, tout du moins, elle allait le devenir une fois le chantier achevé. Ainsi, le nom propre du lieu participe de la promesse de modernité, de progrès et de vie meilleure pour les Sottevillais.

11Que pensaient les Sottevillais de ce projet si radicalement moderne qui allait leur offrir un nouveau toit, mais qui n’avait rien à voir avec l’habitat qu’ils occupaient dans les petites rues d’avant-guerre ? Il faut savoir que dans les années 1940 et 1950, les sinistrés pouvaient obtenir sur leurs dommages de guerre des crédits pour reconstruire. S’ils joignaient leurs forces et leurs crédits pour construire un logement collectif, le bâtiment avait le statut d’un ISAI (immeuble sans affectation individuelle), dont ils étaient tous copropriétaires, mais sans attribution d’un appartement spécifique à chacun. L’État et les communes encourageaient ces engagements pour accélérer la reconstruction. Mais il fallait obtenir le consentement des sinistrés. Marcel Lods et le maire de l’époque, Roland Tafforeau, devaient donc convaincre. L’énergie positive émanant du projet et de l’architecte a dû, malgré les obstacles techniques et financiers, remporter l’affaire : le premier chantier de l’immeuble baptisé Anjou, entamé en 1946 et interrompu de 1947 à 1949, fut achevé en 1950 ; le second, celui de l’immeuble Bourgogne, s’acheva en 1950. Une photo aérienne de 1954 montre les trois immeubles achevés, qui s’élèvent fièrement dans un paysage encore fortement marqué pas la guerre : Anjou, 1946-1950, Bourgogne, 1950, et Champagne, 1952. La rupture d’échelle et le contraste entre l’ancien et le neuf, clairement visible sur la photo, ont dû être fortement ressentis. On peut supposer que la réaction des Sottevillais était positive. Et, en effet, ceux qui allaient vivre dans les nouveaux immeubles y trouvaient un confort de vie jusque-là inconnu : les deux tiers des appartements sont traversants, donc avec la lumière des deux côtés, et tous sont équipés de salles de bain et de balcons ; il y a aussi ascenseurs, chauffage central et vide-ordures.

12Au fil des années, les autres barres suivirent : Flandres en 1953 et, plus tardivement, Gascogne, Touraine et Dauphiné, qui furent achevés avant 1965. Tout en restant dans la même typologie, la réalisation de ces derniers immeubles s’éloigne au fur et à mesure du style sculptural des débuts. Au final, l’ensemble comporte 1 139 logements, et la Zone verte, ce grand espace vert à l’usage des habitants et des Sottevillais qui s’y promènent, est complète.

Figure no 30 – Le ministre de la Reconstruction Eugène Claudius-Petit, accompagné d’une délégation, visite le chantier de la Zone verte en octobre 1950.

Sotteville patrimoine

  • 15 Quand on étudie le plan collectif d’urbanisme (Kollektivplan) pour Berlin, développé sous la direc (...)

13Avec sa nouvelle typologie, exclusivement composée de grandes barres d’habitation et sa zone verte ouverte sur ses flancs, la Zone verte s’inscrit dans un petit groupe de premiers grands ensembles novateurs, non seulement en France mais aussi en Europe. Ils datent tous de l’immédiat après-guerre, quand les villes bombardées étaient encore couvertes de décombres sur plusieurs mètres de hauteur. Une transformation radicale de la structure, de la typologie et de l’occupation du sol, le dernier à peine redevenu visible, sembla alors la bonne solution pour un nouveau départ. Les plans élaborés dans plusieurs grandes villes à reconstruire en Allemagne comme Berlin, Mayence, Dresde et Hambourg, furent inspirés visiblement par des plans utopiques de Le Corbusier (plan Voisin, 1922-1925) ou de Ludwig Hilberseimer15 (Hochhausstadt, 1924). Ils furent vite remplacés par des projets moins radicaux. Pour la reconstruction urbaine, on allait plutôt reprendre les infrastructures et les réseaux de l’avant-guerre. Pour la construction neuve, surtout dans l’espace périurbain, on allait s’orienter vers les développements mixtes, c’est-à-dire vers une combinaison de petits collectifs, de grandes barres et de tours, en investissant moins dans les espaces verts. C’est ainsi que les ensembles à grandes barres qui entourent un grand espace paysager généreux, comme à Sotteville, sont rares et précieux.

  • 16 « Grindelhochhauser, Hamburg-Harvestehude, 1946-56 », dans Romana Schneider et al. (dir.), Archite (...)

14Un premier cas comparable est constitué par les Grindelhochhauser à Hambourg, conçus par Berhard Hermkes, Rudolf Lodders et d’autres architectes en 1946. Compte tenu de la nécessité d’abriter un grand nombre d’habitants par hectare, et avec la volonté de gagner de l’espace vert urbain comme l’avait préconisé Walter Gropius dans son texte de 1931, les architectes avaient proposé de construire un ensemble composé exclusivement de barres bien espacées qui encadrent un large paysage ouvert, comparable à Sotteville mais plus grand encore : six barres longues de quatorze étages, six barres plus courtes de huit étages. L’ensemble fut construit de 1949 à 1956. Il est classé monument historique depuis quelques années, les espaces verts inclus16.

  • 17 Kenneth Powell, Powell & Moya : Twentieth Century Architects, Londres, English Heritage, 2009.

15Un autre cas est celui de l’ensemble baptisé Churchill Gardens, à Londres dans la City of Westminster, à Pimlico, sur la rive gauche de la Tamise. Le terrain, qui avait été occupé par des bâtiments de stockage, en friche depuis le Blitz de 1940, était dédié à la construction de logements, et un concours en 1945 devait produire un plan masse et un concept architectural. Les jeunes architectes Philipp Powell et Hidalgo Moya, à peine sortis de l’école d’architecture et modernistes par conviction, gagnèrent le concours avec un projet exclusivement basé sur la typologie des grandes barres17. Ce fut le premier grand projet de logement moderniste financé par le London County Council, qui allait prendre en charge, pendant les décennies de l’après guerre, tout le logement social à Londres. Churchill Gardens est inscrit (listed building) depuis 1998.

16Lorsqu’on élargit un peu l’angle de vue, on découvre donc que la Zone verte occupe une bonne place dans le patrimoine urbain à l’échelle européenne. La qualité spatiale de l’ensemble, la valeur sculpturale des corps de bâtiments, le choix des matériaux, les détails bien étudiés, justifient pleinement de parler d’une grande œuvre de l’urbanisme et de l’architecture moderne qui mérite bien l’attention nationale et internationale. Mais n’oublions pas non plus la valeur locale et sociale, si bien articulée dans le livre Sotteville après la pluie :

  • 18 Sotteville après la pluie, op. cit., p. 12.

Si Marcel Lods a construit en hauteur, ce n’était pas pour appliquer une théorie, mais par nécessité. Les architectes modernes n’ont pas toujours écarté les autres solutions, la maison individuelle des cités-jardins était aussi un atout. Mais cette configuration aurait été inopérante à Sotteville pour loger rapidement tant de personnes. [...] Les logements dans la Zone verte ont été les moins onéreux de toute l’agglomération rouennaise et, de ce fait, accessibles aux revenus modestes. Le succès a été immédiat et beaucoup de personnes qui ont acheté ces logements dans les années cinquante les occupent encore aujourd’hui. Le succès social continue donc, non seulement parce que les appartements sont confortables et spacieux, mais aussi parce qu’ils sont situés au centre-ville18.

17Et on peut aller voir. C’est ouvert.

Notes

1 Bruno Vaissière, Reconstruction, déconstruction. Le hard french ou l’architecture française des Trente Glorieuses, Paris, Picard, « Villes et sociétés », 1988, fig. 255, p. 274.

2 Ainsi dénommés en raison de leur localisation le long de la rue éponyme. Le nom officiel actuel de l’ensemble est « Espace Marcel-Lods ».

3 Léon Leroy, Daniel Andrieu, Jean-François Glabik et Régis Sénécal, Sotteville après la pluie, vol. III, Maison pour tous de Sotteville-lès-Rouen, « Sotteville », 1993, p. 104.

4 Ibid., p. 11.

5 Pour des raisons de management budgétaire, Drancy fut déclaré inachevé et resta inoccupé jusqu’en 1939. Voir Anne Bourgon, « La Cité de la Muette à Drancy, ambiguïtés, difficultés et perspectives de l’héritage », dans Icomos, actes du symposium scientifique international « La mémoire des lieux : préserver le sens et les valeurs immatérielles des monuments et sites », octobre 2003, http://www.international.icomis.org/victoriafalls2003/papers/C2-2\%2o-\%2oBourgon\%2o\%2B\%2ophotos.pdf (consulté le 22 novembre 2011).

6 Voir Gabi Dolff-Bonekämper, « Comment préserver la Cité de la Muette à Drancy, haut-lieu de l’histoire de l’architecture moderne et lieu de mémoire du camp de déportation », témoignage, DOCOMOMO France, bulletin no 6, juillet 2001, p. 2-3. Voir également http://www.dolff-bonekaemper.de/drancy_frz.html.

7 Pieter Uyttenhove a dédié une bonne partie du premier chapitre de sa thèse de doctorat à ce problème complexe et pénible. Voir Pieter Uyttenhove, Marcel Lods. Action, architecture, histoire, Paris, Éditions Verdier, 2009, p. 20-30.

8 Architecture d’aujourd’hui, no 32 (Reconstruction en France 1950), octobre-novembre 1950, p. 12 et suiv.

9 Voir les projets d’Ernst May à Francfort et Karlsruhe Dammerstock, ainsi que la Reichversuchssiedlung (« lotissement expérimental du Reich ») à Berlin Haselhorst.

10 Voir Nicholas Bullock et Luc Verpoest (dir.), Living with History, 1914-1964. Rebuilding Europe after the First and Second World Wars and the Role of Heritage Preservation / La Reconstruction en Europe après la première et la seconde guerre mondiale et le rôle de la conservation des monuments historiques, Louvain, Leuven University Press, 2011.

11 Hans Scharoun écrit en 1946, dans un papier du collectif en aménagement urbain de Berlin, qu’on devrait diviser les grands ensembles urbains (Groβsiedlungen) en composantes, et préconise qu’on arrange ces composantes comme si elles étaient des éléments d’un beau paysage, tels les forêts, prés, montagnes et lacs. Ce concept du paysage fait abstraction de la verdure, il s’agit d’un principe de composition. Voir G. Dolff-Bonekämper, Das Hansaviertel : Internationale Nachkriegsmoderne in Berlin, Berlin, Verlag Bauwesen, 1999, p. 12-13.

12 Voir Marie-Jeanne Dumont, Paul Chemetov et Bernard Marrey, Paris-banlieue, 1919-1939, architectures domestiques, Paris, Dunod, 1989, p. 148-150.

13 Walter Gropius, « Flach, Mittel-oder Hochbau ? », Vortrag vor dem 3. internationalen Kongress für Neues Bauen (CIAM), dans Martin Steinmann (dir.), CIAM. Dokumente 1928-1939, Bâle, Stuttgart, Birkhäuser, 1979.

14 Jean-Louis Cohen et André Lortie, Des fortifs au périf. Paris, les seuils de la ville, ouvrage publié à l’occasion de l’exposition « Les seuils de la ville, Paris, des fortifs au périf » au pavillon de l’Arsenal, Paris, Picard – pavillon de l’Arsenal, 1992. Dans son roman Pierrot mon ami, publié en 1942, Raymond Queneau inscrit son héros et ses aventures dans la topographie sociale de la « zone ».

15 Quand on étudie le plan collectif d’urbanisme (Kollektivplan) pour Berlin, développé sous la direction de Hans Scharoun et présenté dans l’exposition « Berlin plant » en 1946, ou bien une contribution de concours pour la reconstruction moderniste de Dresde proposé par Hans Hopp (1946), ou encore le plan aussi radical de Wilhelm Ohn pour la reconstruction de Hambourg (1948), on découvre des grandes barres dans des paysages déblayés. Plusieurs de ces projets radicaux sont présentés et illustrés dans Jorn Düwel, Werner Durth et al., 1945. Krieg – Zerstorung – Aufbau. Architektur und Stadtplanung 1940-1960, Berlin, Henschel, « Schriftenreihe der Akademie der Künste, vol. 23 », 1995.

16 « Grindelhochhauser, Hamburg-Harvestehude, 1946-56 », dans Romana Schneider et al. (dir.), Architektur im 20. Jahrhundert. Deutschland, Francfort-sur-le-Main, Deutsches Architektur-Museum, 2000, p. 26-27.

17 Kenneth Powell, Powell & Moya : Twentieth Century Architects, Londres, English Heritage, 2009.

18 Sotteville après la pluie, op. cit., p. 12.

Table des illustrations

Légende Figure no 26 – Maison « Bourgogne », façade sur rue, rythmée par la séquence des balcons et des axes-escaliers saillants.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5327/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Légende Figure no 27 – Vue satellite de la Zone verte (à gauche sur la photographie). On constate sa localisation à proximité de la gare de triage de Sotteville (à droite), objectif majeur du bombardement allié du 19 avril 1944.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5327/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Légende Figure no 28 - Un premier élément de comparaison européenne : Berlin, Charlottenburg Nord, architecte Hans Scharoun.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5327/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Figure no 29 – Maison « Champagne ». Cette vue latérale met en évidence la faible profondeur des barres, qui permet d’y aménager des appartements traversants, ainsi que la qualité sculpturale des étages supérieurs.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5327/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Légende Figure no 30 – Le ministre de la Reconstruction Eugène Claudius-Petit, accompagné d’une délégation, visite le chantier de la Zone verte en octobre 1950.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5327/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 253k

Auteur

Professeure de conservation du patrimoine à l’université technique de Berlin depuis 2002 (Institut de planification urbaine et régionale), a travaillé de 1988 à 2002 à l’Office berlinois de protection des monuments historiques. Elle est membre de l’ICOMOS depuis 1995, experte auprès du Conseil de l’Europe depuis 2000, et a fait partie du groupe international d’experts de l’UNESCO pour la reconstruction du pont de Mostar en 2003-2004 ; elle est coéditrice de la collection Stadtentwicklung und Denkmalpflege depuis 2008. Ses principaux sujets de recherche sont l’architecture et le patrimoine du XXe siècle, la théorie de la conservation et les sites contestés de patrimoine. Elle a publié : Das Hansaviertel : Internationale Nachkriegsmoderne in Berlin, Berlin, Verlag Bauwesen, 1999 ; en codirection : Denkmalpflege statt Attrappenkult : Gegen die Rekonstruktion von Baudenkmalern, Bâle-Berlin, Gütersloh-Birkhäuser, 2010 ; Patrimoine européen des frontières. Points de rupture, espaces partagés, Strasbourg, Éditions du Conseil de l’Europe, 2004 ; Stadtebau und Staatsbau im 20. Jahrhundert, Munich, Deutscher Kunstverlag, 1996 ; ainsi que de nombreux articles en allemand, en français et en anglais.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search