Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Reconstruction en Normandie et en Basse-Saxe après la seconde guerre mondiale

 | 
Corinne Bouillot

Première partie. Contextes, principes et réalisations

Chapitre 4. Participation citoyenne et reconstruction de Hanovre après la seconde guerre mondiale

Sid Auffarth
Traduction de Corinne Bouillot

Résumé

En 1956,1a rédaction du magazine spécialisé Bauen und Wohnen (Construire et habiter) justifiait son numéro sur les villes de Hanovre et de Bâle de la manière suivante : « Nous avons choisi Hanovre, parce que selon nous, une reconstruction aussi positive et généreuse n’a pu être réalisée dans aucune autre ville allemande à la fin de la guerre. Nulle part ailleurs des idées planificatrices d’une telle envergure ne sont devenues réalité. Ceci est peut-être un heureux hasard, mais nous croyons plutôt qu’il s’agit là du mérite personnel d’un homme à l’action énergique, le spiritus rector de l’ensemble de l’activité architecturale du Hanovre des années après 1945. » Qu’avait de particulier le projet de reconstruction de Hanovre ? Quelle part y a pris l’urbaniste en chef Rudolf Hillebrecht ? Comment les objectifs et les concepts de planification urbaine ont-ils été élaborés ? Et comment ont-ils été concrétisés ? Cette contribution décrit la modernisation de la ville à partir des modèles d’urbanisme de l’époque, expose les points de vue de Rudolf Hillebrecht sur l’urbanisme et présente les pratiques de participation citoyenne au projet urbain.

Texte intégral

1 Même si, dans le développement qui suit, je chante les louanges de l’urbaniste en chef de Hanovre Rudolf Hillebrecht en tant que grand stratège politique, on ne peut passer sous silence le fait que les habitants de Hanovre n’ont vraiment été associés à la reconstruction moderne de la ville qu’à ses débuts. En 1948, Hillebrecht avait été choisi à 38 ans comme le plus jeune urbaniste en chef allemand, et il dirigea pendant 27 ans, jusqu’en 1975, le département d’urbanisme (Baudezernat). Durant les trois premières années, son talent d’organisateur, sa clairvoyance et son engagement désintéressé pour la modernisation de la ville posèrent les jalons d’une réalisation couronnée de succès. À cette époque, le conseil municipal adopta à l’unanimité le plan de reconstruction du centre-ville ainsi que le plan d’occupation des sols pour l’ensemble de la ville, définissant ainsi les grandes lignes de l’évolution ultérieure. C’est avec l’exposition Constructa de 1951 à Hanovre que se termina la phase de participation large des citoyens : au cours de cette manifestation architecturale qui fit beaucoup parler d’elle, où l’industrie du bâtiment fit la démonstration de ses prouesses et dont le point culminant fut l’exposition fondamentale « Urbanisme et aménagement de l’espace urbain » (Stadtplanung und Ortsgestaltung), on présenta en détail et on fit connaître à un large public les résultats de la reconstruction de Hanovre. Dans les années qui suivirent, l’agencement architectural de la structure de base nouvellement créée redevint en grande partie l’affaire des urbanistes et de leurs architectes.

2En 1956, la rédaction du magazine spécialisé Construire et habiter (Bauen und Wohnen) justifiait son numéro sur les villes de Hanovre et de Bâle de la manière suivante :

  • 1 Bauen und Wohnen, 10e année, 1956, cahier no 10, p. 325.

Nous avons choisi Hanovre, parce que selon nous, une reconstruction aussi positive et ambitieuse n’a pu être réalisée dans aucune autre ville allemande à la fin de la guerre. Nulle part ailleurs des idées planificatrices d’une telle envergure ne sont devenues réalité. Ceci est peut-être un heureux hasard, mais nous croyons plutôt qu’il s’agit là du mérite personnel d’un homme à l’action énergique, le spiritus rector de l’ensemble de l’activité architecturale du Hanovre des années après 19451.

3Qu’avait de particulier le projet de reconstruction de Hanovre ? Quelle part y a pris l’urbaniste en chef Rudolf Hillebrecht ? Comment les objectifs et les concepts de planification urbaine ont-ils été élaborés ? Et comment ont-ils été concrétisés ? Ce texte intitulé « Participation citoyenne et reconstruction de Hanovre » décrit la modernisation de la ville à partir des modèles d’urbanisme de l’époque, expose les points de vue de Rudolf Hillebrecht sur l’urbanisme et présente les pratiques de participation citoyenne au projet urbain.

4Commençons par un aperçu de la situation de départ en 1945 : Lors des 88 bombardements sur la ville, presque 7 000 personnes périrent, brûlées, asphyxiées ou écrasées. Sur 147 000 logements, 51 % furent anéantis, et même 90 % dans le centre-ville. La vieille ville avait été particulièrement touchée : sur les 1 600 bâtiments historiques à colombages que comptait Hanovre, seuls 32 avaient subsisté. Des milliers de Hanovriens étaient sans abri et avaient été évacués à la campagne. Avant la guerre, la ville comptait 473 000 habitants, contre moins de la moitié (217 000) en 1945. La plupart de ceux qui étaient partis voulaient revenir, mais les 6,5 millions de mètres cubes de décombres bloquaient la reconstruction.

5Pourtant, dès 1956, Hanovre était considéré dans les milieux spécialisés comme le modèle d’une ville radicalement modernisée. On notait comment un nouvel ordre structurel avait été créé selon les normes urbanistiques de l’époque. Car après douze années de tutelle idéologique nationale-socialiste, les urbanistes cherchaient des exemples de villes reconstruites qui marquaient un nouveau départ démocratique. Tout un faisceau de principes directeurs fournit les premières orientations : la ville adaptée à l’automobile (autogerechte Stadt), la séparation des fonctions, la ville structurée et au plan aéré, le concept de voisinage, la ville organique et la ville-paysage (Stadt-Landschaft). La suite de ce développement interroge l’importance de ces principes pour Hanovre.

Figure no 21 - Le centre-ville de Hanovre détruit en 1945.

6En prenant en compte la situation au-delà des frontières, on considéra que les problèmes de circulation, y compris dans les centres-villes, étaient les plus urgents. Je commence donc par le principe directeur de la ville adaptée à l’automobile. Comme nombre de ses collègues, l’urbaniste en chef de Hanovre Rudolf Hillebrecht comprit la destruction comme une chance de créer une ville nouvelle, moderne. Préoccupé par le déclin des centres urbains aux États-Unis, il lui importait principalement de réorganiser le centre-ville de manière à assurer sa conservation en tant que marché et à le rendre plus fonctionnel et performant pour l’avenir.

7Il fallait surtout tenir la circulation automobile éloignée du centre. L’idée était certes de continuer à permettre l’accès le plus dégagé possible depuis la périphérie, mais en détournant la circulation de transit. C’est la raison pour laquelle on abandonna le système de rues en étoile convergeant vers le centre-ville pour le remplacer par une nouvelle structure en forme de roue.

  • 2 « Hillebrecht. Das Wunder von Hannover », Der Spiegel, no 23, 3 juin 1959, p. 57-61.

8Un « périphérique intérieur » (Innenstadtring) entourait la city comme le moyeu d’une roue, la jante était constituée par des « tangentes » (Tangenten) qui permettaient un contournement de la ville sans croisements, et des « routes radiales » (Radialstrafsen) en forme de rayons de roue établissaient la liaison directe entre le périphérique intérieur et les tangentes. Suite à la réorganisation radicale du réseau routier, la question de la circulation revêtit une importance élevée dans les discussions publiques, même si pour beaucoup, le taux de motorisation de dix habitants par véhicule qui servait de base aux projets paraissait utopique – effectivement, en 1949 à Hanovre, il y avait 69 personnes pour une automobile. Et pourtant, l’important pour Hillebrecht n’était pas la ville adaptée à l’automobile en soi. Le développement des axes routiers lui apparaissait seulement comme la première opportunité, faute de mieux, de concrétiser sans plus tarder les projets de reconstruction. Car la circulation, selon Hillebrecht, ne constituait toujours qu’un moyen pour atteindre un but, une fonction dans les processus économiques et jamais une fin en soi2.

9Le deuxième principe directeur prévoyait une séparation des fonctions. Dès 1933, le Congrès international d’architecture moderne (CIAM) avait déclaré que la clé de l’urbanisme résidait dans les quatre fonctions habiter, travailler, se reposer et se déplacer. Celles-ci devaient être affectées à des secteurs particuliers de la ville. C’est dans ce sens que le centre-ville détruit de Hanovre devait lui aussi être reconstruit, en tant que marché et centre administratif, avec une répartition par fonctions présentant le moins d’entraves possible. À l’occupation des sols antérieure caractérisée par un entrelacs de petites parcelles devaient se substituer des espaces unifiés pour le commerce, les grands magasins, les banques, l’industrie ou encore l’administration, pour faire de la place au développement attendu du secteur des services. Le nombre des logements à l’intérieur du centre-ville fut en revanche réduit à 15 % du niveau d’avant la guerre.

  • 3 Rudolf Hillebrecht, « Auf altem Boden zu neuem Leben », dans Aufbaugemeinschaft Hannover (dir.), Z (...)

10Le plan de circulation constituait l’armature qui servait de base au centre-ville et aux quartiers d’habitation. Ces derniers devaient, conformément au troisième principe directeur, le concept de voisinage, être répartis en secteurs d’habitation pour 5 000 à 10 000 personnes. Selon les propos de Rudolf Hillebrecht, ils devaient « se suffire à eux-mêmes pour créer un cœur, un espace empreint de singularité, et présenter les avantages que seule possède aussi la petite ville : échelle humaine, sérénité extérieure et intérieure, vie en harmonie avec la nature, entente avec son prochain sans obstacle lié aux différences sociales3 ». C’est là qu’après la destruction des milieux sociaux traditionnels, les réfugiés et expulsés des territoires de l’Est – qui représentaient tout de même en 1959 31 % de la population de Hanovre – devaient, aux côtés des sinistrés, constituer des communautés nouvelles de taille humaine.

Figure no 22 – Couverture d’un livre sur la « ville structurée et au plan aéré » (J. Göderitz, R. Rainer et H. Hoffmann, Die gegliederte und aufgelockerte Stadt, Tübingen, Ernst Wasmuth Verlag, 1957).

11Les nombreuses petites cellules urbaines constituaient selon le quatrième principe directeur les éléments de base d’une ville structurée et au plan aéré. Dans le centre-ville, des îlots furent énucléés ou non reconstruits, des quartiers d’habitation séparés les uns des autres par de vastes espaces verts et l’ensemble de la ville, autrefois compact, fut ouvert vers l’extérieur pour constituer une ville-paysage. Les rues de centre-ville furent élargies grâce à des cessions de terrain et, remplaçant l’ancienne étroitesse médiévale, elles formèrent avec les nouveaux carrefours giratoires des « espaces fluides » cohérents qui, selon un autre schéma directeur, correspondaient au principe d’agencement rythmiquement libre de la ville organique.

  • 4 R. Hillebrecht, « Neuaufbau der Städte », Handbuch moderner Architektur, Berlin, 1957, p. 453·

12La restructuration urbaine rigoureuse n’aurait pas été possible si l’administration du bâtiment avait soumis ses projets uniquement aux instances politiques pour que celles-ci les approuvent. Mais Hillebrecht concevait l’urbanisme comme de la politique appliquée. Il affirmait que la réalité de l’urbanisme consistait en un processus de coordination d’une rare ampleur, qui avait certes comme point de départ et comme objectif la maquette présentée, mais qui déclinait constamment celle-ci sous de nouveaux aspects4. Pour mener à bien ce processus, l’administration avait selon lui besoin de la collaboration, des suggestions et de la critique de tous les acteurs de la reconstruction, justement aussi de celles des citoyens. Hillebrecht fut sans doute l’un des premiers à discuter avec des personnes-clés et à lancer des invitations à participer à des rassemblements publics.

  • 5 Interview de Rudolf Hillebrecht et Walter Jessen, réalisée par Sid Auffarth le 15 juillet 1987, p. (...)

13Comment parvint-on à cette forme précoce et inhabituelle de participation citoyenne ? Durant les cinq semaines précédant son entrée en fonctions, Hillebrecht rendit visite aux personnalités importantes de Hanovre dans les secteurs politiques et économiques ainsi qu’aux représentants de grandes associations et organisations afin de les gagner à la cause d’une reconstruction moderne de la ville. Plus tard, il s’en étonna : « Je n’ai appris qu’ultérieurement combien cette démarche était raffinée. Pour moi, il était en réalité évident qu’on se fait connaître et qu’on demande en même temps à pouvoir revenir voir les gens en cas de problèmes5. » Ce réseau dense de communication aurait pu facilement se transformer en une domination des élites professionnelles et politiques qui se seraient contentées d’informer les habitants de la ville, mais ne les auraient pas associés. Mais Hillebrecht voulait davantage.

  • 6 « Hillebrecht. Das Wunder von Hannover », Der Spiegel, op. cit, p. 57.
  • 7 R. Hillebrecht, « Bauverwaltung und Aufbaugemeinschaft », dans Aufbaugemeinschaft Hannover (dir.),(...)

14Comme dans de nombreuses autres villes, la situation de départ était caractérisée par la destruction matérielle et sociale, mais aussi par la volonté de reconstruire. « Ce qui a été déterminant pour nous, c’était la situation psychologique juste après la réforme monétaire », expliquait Hillebrecht. « À l’époque, alors qu’il y avait encore des ruines partout, les gens étaient encore prêts à des sacrifices, parce qu’ils sentaient que quelque chose devait se passer pour lancer la reconstruction6. » Et quelque chose se passa. À la mi-octobre 1948, Hillebrecht écrivit à l’initiateur de la communauté de la reconstruction de Brême (Aufbaugemeinschaft Bremen), qui était connue pour ses succès rapides dans la reconstruction autogérée de la ville, afin qu’il voulût bien rendre compte du travail des habitants de Brême à un groupe de visiteurs venu de Hanovre. Les 60 Hanovriens qui firent le déplacement furent tellement impressionnés que deux semaines après, ils fondèrent la communauté de la reconstruction du centre-ville de Hanovre (Aufbaugemeinschaft Hannover Stadtmitte) qui, le 27 janvier 1949, fut étendue à l’ensemble de la ville par les 125 citoyens qu'elle comptait alors. La communauté constitua surtout durant les premières années un important forum de discussion public. L’administration du bâtiment avait besoin du dialogue et soumit ainsi tous les plans à la discussion. Tout propriétaire d’un terrain situé dans la commune de Hanovre pouvait devenir membre de la communauté de la reconstruction, et l’on accueillit aussi des associations économiques, architecturales, culturelles, commerciales et industrielles, ainsi que des individuels qui pouvaient justifier d’un intérêt personnel ou professionnel. « Les intéressés sont déjà devenus des représentants passionnés au service du besoin commun de notre ville », constatait Hillebrecht qui ajoutait : « Dans notre collaboration, nous n’avons pas oublié le consommateur, le concitoyen qui est le véritable utilisateur de la ville7. » Surtout, il créa ainsi une base de confiance, comme il le reconnut lui-même plus tard. La communauté de la reconstruction était conseillée par l’ancien chef de bureau de Hillebrecht, Konstanty Gutschow, qui était considéré à l’époque au-delà de la région de Hanovre comme un « théoricien systématique de l’urbanisme », mais qui avait un passé politique nazi. En liaison étroite avec le comité directeur de l’association, il prit la direction de l’ensemble des travaux de planification.

15C’est alors que survint le « miracle ». Par le travail de conviction, le talent de persuasion et l’opiniâtreté d’un homme, la vision d’un nouveau Hanovre moderne prit progressivement corps. Les conseillers municipaux votèrent à l’unanimité le plan de reconstruction du centre-ville avec la conviction que la communauté de la reconstruction, en tant qu’institution représentant des citoyens « désireux de reconstruire », portait de manière décisive le concept planificateur. Dépassant la confrontation courante dans d’autres villes entre les responsables politiques et l’administration du bâtiment, Hillebrecht agit à l’intérieur d’un triangle des forces que constituaient le conseil municipal, l’administration et les citoyens. Lui-même prit en charge le rôle de modérateur qu’il comparait volontiers à l’image du chef d’orchestre qui donne le thème à ses musiciens, en l’occurrence les architectes et les collaborateurs, en les motivant par une direction ferme et douce à réaliser de grandes performances.

  • 8 Interview de Rudolf Hillebrecht et Walter Jessen, réalisée par Sid Auffarth le 15 juillet 1987.

16Il informait en outre la presse locale, qui faisait volontiers des reportages sur les manifestations publiques de la communauté de la reconstruction, car à l’époque, les séances des commissions municipales se tenaient encore à huis clos. Mais là, les journalistes pouvaient fournir à partir des différentes prises de parole des informations vivantes et claires sur les projets d’urbanisme8. Lut ainsi instaurée davantage de transparence pour une large opinion publique. Ce qui n’était pas pour déplaire à Hillebrecht, car la « participation constante de l’opinion publique et l’écho qu'elle suscitait » permettaient en fin de compte de convaincre les citoyens et de les enthousiasmer pour « une mise en retrait des petits intérêts personnels mesquins au bénéfice de l’ensemble et du bien public ». Il considérait la « ville » comme la gestionnaire des intérêts individuels, mais aussi de l’ensemble des habitants.

17Le collaborateur d’Hillebrecht Werner Dierschke constatait en 1950 :

  • 9 Werner Dierschke, « Hannovers Wiederaufbauplanung », Die Neue Stadt, no 6, 1950, p. 233.

Si je ne m’abuse, l’évolution de Hanovre apporte la preuve que les urbanistes et fonctionnaires allemands de la reconstruction s’adaptent le mieux à la situation actuelle en exposant leurs plans à une opinion publique la plus large possible et en associant tous les professionnels vraiment intéressés, dans la mesure où ceux-ci sont capables de contribuer à la résolution des problèmes9.

Figure no 23 (page suivante) Couverture du magazine Der Spiegel, no 23 du 3 juin 1959.

  • 10 NDT : L’opinion publique s’implique massivement dans les discussions autour de ce projet de grande (...)

18Cet enseignement est resté actuel, comme le montrent les débats à propos du projet de gare S21 à Stuttgart10.

19Dans un dialogue constant avec la communauté de la reconstruction, le projet d’aménagement du centre-ville fut rendu « plus réel ». Rien que les deux premières années, Hillebrecht se battit inlassablement, à travers les 411 exposés qu’il fit au cours des réunions publiques, pour une reconstruction ambitieuse. Il était question de problèmes de circulation et des solutions qu’on pouvait y apporter, de l’importance des coopératives de reconstruction, ou bien encore, les résidents d’un îlot se rencontraient pour discuter de la nouvelle répartition des parcelles :

  • 11 « Hillebrecht. Das Wunder von Hannover », Der Spiegel, op. cit., p. 57 ; Roland Dorn, « ... die gr (...)

Tandis qu’Hillebrecht, au cours des rencontres, développait du haut du podium ses idées audacieuses (et répondait avec tempérament aux interpellations ironiques qui lui étaient adressées), Gutschow était régulièrement assis au premier rang et prenait des notes pour son propre exposé annexe. À côté des amateurs, ce sont surtout les architectes qui n’ont cessé de prendre la parole pendant les réunions. Gutschow les avait au passage encouragés à réfléchir aux détails urbanistiques sans demander d’honoraires. Gutschow résumait plus tard, dans des brochures imprimées sur papier gris d’après-guerre mais richement illustrées, le contenu des exposés et des discussions qui suivaient11.

20C’est ce qui permit de lancer vraiment la reconstruction de la ville et de faire en sorte que les propriétaires immobiliers renoncent à penser en termes de parcelles.

  • 12 Roland Dorn, dans op. cit., p. 39.
  • 13 Eberhard Kulenkampff, « Sein Arbeitsstil ist das Gespräch », Hannoversche Allgemeine Zeitung, 12 m (...)

21D’où Hillebrecht tirait-il l’assurance dont il faisait preuve dans son projet moderne visionnaire ? Il avait sans doute acquis ses compétences professionnelles dans le bureau d’ubanisme de Konstanty Gutschow, où son talent d’organisation se confirma au cours des dernières années de guerre. À l’occasion d’innombrables voyages, il approfondit et vérifia ses connaissances et il pressentit l’importance des évolutions récentes. Il écrivit en 1952 qu’il avait appris par expérience que « lorsqu’on voyage à l’étranger, on ne devrait rien emporter d’autre qu’un esprit lucide et la plus grande ouverture à l’égard de toute nouveauté12 ». En même temps, il noua au cours de ses voyages des contacts importants avec des collègues et des experts de la planification urbaine qui lui apportèrent une aide précieuse et variée au cours de son activité d’architecte et d’urbaniste. Ceci lui permit d’acquérir une vision générale des problèmes qu’il retransmettait très largement à ses collaborateurs, dans une coopération collégiale : non pas à travers un discours scientifique éloigné des réalités, mais par une orientation pragmatique pour une œuvre commune. Hillebrecht cherchait aussi les « meilleurs spécialistes » pour lui servir d’alliés face à l’indifférence des institutions politiques. « Son style de travail, c’est le dialogue » – chez Hillebrecht, cela voulait dire « travail d’équipe13 ». Les projets étaient continuellement revus et discutés. Dès 1948, il demanda qu’un conseil révise de façon critique les plans de reconstruction établis et utilisa le résultat, donc le plan collégial, comme base au premier concours lancé pour la reconstruction du centre-ville. Là aussi se manifestait la volonté de trouver, à travers des concours, les meilleures solutions. Jusqu’en 1956, il y en eut 25, et 120 mémoires et expertises furent publiés, entre autre pour promouvoir l’émulation entre spécialistes.

22Pour inclure également les amateurs dans la discussion sur l’urbanisme, Hillebrecht pratiqua dès cette époque le principe de « séduction par le modèle construit ». Pour l’exposition Constructa de 1951, il prôna la construction de trois lotissements modèles, qui, pour des situations urbanistiques différentes, devaient présenter des solutions exemplaires. L’un des quartiers d’habitation se situait dans la vieille ville et constituait, à l’issue d’un remembrement des parcelles réalisé sur le mode coopératif, une calme oasis résidentielle à l’intérieur d’un bâti plus élevé. Le deuxième exemple montre comment on se détourne du modèle de l’îlot fermé du dernier tiers du XIXe siècle pour créer un quartier traversé de verdure et structuré, tandis que le troisième est un lotissement de 1 000 appartements construit selon le principe du « voisinage » à la périphérie de la ville pour des réfugiés silésiens.

  • 14 « Hillebrecht. Das Wunder von Hannover », Der Spiegel, op.cit., p. 56.

23Dès les premières années de la reconstruction, l’urbaniste en chef de Hanovre Rudolf Hillebrecht a commencé à mettre en œuvre l’idée que l’évolution urbaine est une mission communautaire durable de toutes les forces de la société. La participation de tous ceux qui le souhaitaient à l’élaboration des plans de reconstruction conféra aux Hanovriens un sentiment de co-responsabilité qui les incita aussi à apporter une contribution inhabituelle. Certains formèrent par exemple des « coopératives de reconstruction » (Aufbaugenossenschaften) par îlot pour réorganiser leurs propriétés immobilières, d’autres cédèrent gratuitement une partie de la surface de leur terrain pour que les rues puissent être élargies. Après la réforme monétaire de 1948, il y eut une atmosphère de nouveau départ qui ne dura toutefois que quelques années. Après que furent établis les plans de la future structure de la ville, chacun recommença à suivre ses intérêts propres. La clairvoyance d’Hillebrecht et son engagement personnel firent de Hanovre un modèle et stimulateur de l’urbanisme de la période de la reconstruction. Il assuma jusqu’à la fin la responsabilité à l’égard de l’œuvre de reconstruction et de son évolution ultérieure, pour laquelle il s’engagea avec désintéressement et une énergie extraordinaire : « Ce que j’ai commencé, je le mènerai aussi à son terme. » Et c’est ainsi que se produisit le « miracle » qui, comme l’écrivait le magazine Der Spiegel en 1959, transforma « l’ancienne ville de province qui végétait dans sa pesanteur conventionnelle en lieu de pèlerinage pour architectes, ingénieurs des ponts et chaussées et délégations entières d’urbanistes venus d’Allemagne ou de l’étranger14 ».

Figure no 25 – Le centre-ville de Hanovre en 1954.

Notes

1 Bauen und Wohnen, 10e année, 1956, cahier no 10, p. 325.

2 « Hillebrecht. Das Wunder von Hannover », Der Spiegel, no 23, 3 juin 1959, p. 57-61.

3 Rudolf Hillebrecht, « Auf altem Boden zu neuem Leben », dans Aufbaugemeinschaft Hannover (dir.), Zerstortes sinnvoll wiederaufgebaut, Hanovre, 1951, p. 7.

4 R. Hillebrecht, « Neuaufbau der Städte », Handbuch moderner Architektur, Berlin, 1957, p. 453·

5 Interview de Rudolf Hillebrecht et Walter Jessen, réalisée par Sid Auffarth le 15 juillet 1987, p. 10 (archives privées de l’auteur).

6 « Hillebrecht. Das Wunder von Hannover », Der Spiegel, op. cit, p. 57.

7 R. Hillebrecht, « Bauverwaltung und Aufbaugemeinschaft », dans Aufbaugemeinschaft Hannover (dir.), Stadtmitte Hannover. Beiträge zur Aufbauplanung der Innenstadt, septembre 1949, p. 6.

8 Interview de Rudolf Hillebrecht et Walter Jessen, réalisée par Sid Auffarth le 15 juillet 1987.

9 Werner Dierschke, « Hannovers Wiederaufbauplanung », Die Neue Stadt, no 6, 1950, p. 233.

10 NDT : L’opinion publique s’implique massivement dans les discussions autour de ce projet de grande envergure qui a également des incidences sur le patrimoine monumental.

11 « Hillebrecht. Das Wunder von Hannover », Der Spiegel, op. cit., p. 57 ; Roland Dorn, « ... die gröfste Aufgeschlossenheit für alles Neue – Anmerkungen zu Reisen und Kontakten Rudolf Hillebrechts », dans Sid Auffarth et Roland Dorn, Ein Leben für Hannover. Festschrift zum 100. Geburtstag von Rudolf Hillebrecht, Hanovre, 2010, p. 39.

12 Roland Dorn, dans op. cit., p. 39.

13 Eberhard Kulenkampff, « Sein Arbeitsstil ist das Gespräch », Hannoversche Allgemeine Zeitung, 12 mars 1975.

14 « Hillebrecht. Das Wunder von Hannover », Der Spiegel, op.cit., p. 56.

Table des illustrations

Légende Figure no 21 - Le centre-ville de Hanovre détruit en 1945.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5325/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Légende Figure no 22 – Couverture d’un livre sur la « ville structurée et au plan aéré » (J. Göderitz, R. Rainer et H. Hoffmann, Die gegliederte und aufgelockerte Stadt, Tübingen, Ernst Wasmuth Verlag, 1957).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5325/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Légende Figure no 23 (page suivante) Couverture du magazine Der Spiegel, no 23 du 3 juin 1959.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5325/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Légende Figure no 24
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5325/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Figure no 25 – Le centre-ville de Hanovre en 1954.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5325/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 241k

Auteur

Architecte, ingénieur et docteur en histoire de l’architecture, a, après un apprentissage de maçon, étudié l’architecture à Hanovre et à Zurich et s’est consacré pendant une trentaine d’années à la recherche sur l’histoire de l’architecture et de l’urbanisme, sujets sur lesquels il a également dispensé des cours à l’université de Hanovre. Il est l’auteur d’une thèse de doctorat sur les typologies et les structures de l’architecture du quotidien et de nombreux articles sur l’histoire urbaine, en particulier à Hanovre. Il a publié récemment, en collaboration avec Ralf Dorn, un ouvrage sur l’ancien urbaniste en chef Rudolf Hillebrecht, Ein Leben für Hannover. Festschrift zum 100. Geburtstag von Rudolf Hillebrecht, Stadt Hannover, 2010. Très impliqué dans la défense du patrimoine de l’après-guerre et la participation citoyenne aux projets d’urbanisme, il est l’un des membres fondateurs du « Bureau citoyen sur l’évolution urbaine de Hanovre » et président de la « Fondation des monuments historiques de la région de Hanovre », et participe sur le sujet à de nombreuses conférences et tables rondes.

Corinne Bouillot (Traducteur)

Maître de conférences en études germaniques à l’université de Rouen, est agrégée d’allemand et auteure d’une thèse de doctorat d’histoire contemporaine intitulée De la genèse du mouvement des femmes est-allemandes à l’encadrement des femmes par le pouvoir. De l’occupation soviétique à l’État socialiste 1945-1952 (Lille, Septentrion, 1996). Ses domaines de recherche ont d’abord été les études de genre dans l’Allemagne de l’après seconde guerre mondiale, et elle a publié, en collaboration avec Paul Pasteur, Femmes, féminismes et socialismes dans l’espace germanophone depuis 1945 (Paris, Belin, 2005). Ses recherches et publications plus récentes portent sur les mémoires et politiques mémorielles en Allemagne (immédiat après-guerre, RDA) et les représentations, en France et en Allemagne, des destructions et des reconstructions. À paraître en allemand sur le sujet du présent ouvrage : « Wiederaufbau-Regionen in Europa : Normandie und Nierdersachsen im Vergleich », dans G. WagnerKyora (dir.), Wiederaufbau der Stadte : Europa seit 1945 / Rebuilding European Cities : Reconstruction-policy since 1945, Stuttgart, Franz Steiner, « Beiträge zur Stadtgeschichte und Urbanisierungsforschung », 2013.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540