Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Reconstruction en Normandie et en Basse-Saxe après la seconde guerre mondiale

 | 
Corinne Bouillot

Première partie. Contextes, principes et réalisations

Chapitre 2. La Basse-Saxe entre la fin de la guerre et le miracle économique

Christiane Schröder
Traduction de Corinne Bouillot

Résumé

Après la fin de la seconde guerre mondiale, la situation générale dans le territoire qui allait devenir le Land de Basse-Saxe, créé en 1946, n’était pas différente de celle du reste de l’Allemagne : villes dévastées par les bombardements, infrastructures détruites, pénurie de main-d’œuvre, difficultés d’approvisionnement. Les problèmes qui en résultaient, très variables selon les régions, se sont même encore aggravés dans les premières années de l’après-guerre. Cette contribution propose un rapide panorama des efforts faits par le gouvernement militaire britannique, l’administration allemande qui lui était subordonnée et la population pour remédier à la pénurie de tout, pour accueillir et intégrer des millions de réfugiés et d’expulsés allemands des territoires de l’Est, pour relancer l’économie et pour amorcer la reconstruction de structures démocratiques. Beaucoup de ces efforts se sont poursuivis jusque tard dans les années 1950. Reste ouverte la question des succès de la rééducation et de la dénazification.

Texte intégral

Perspectives pessimistes

1Kurt Schumacher, qui reconstruisit à partir de Hanovre le parti social-démocrate allemand (SPD) après la chute du régime national-socialiste et devint son premier président, déclarait au cours du premier congrès du parti en mai 1946 :

  • 1 Kurt Schumacher, Grundzüge sozialistischer Politik, Hambourg, 1946, cité d’après Henning Rischbiet (...)

Nous allons certes retrouver dans quelques années le niveau de vie de 1932, mais il me faut constater qu’il s’agit là du niveau de vie qui régnait dans les circonstances qui ont permis à Adolf Hitler d’arriver au pouvoir. Et pourtant, il constitue pour nous un idéal presque inconcevable1.

2Nous allons montrer ici, à travers l’exemple de la Basse-Saxe, ce qui rendait Schumacher aussi pessimiste.

  • 2 Sur la motivation des Britanniques et les débats antérieurs menés depuis les années 1920 à propos (...)
  • 3 Karl Heinz Schneider, « Wirtschaftsgeschichte Niedersachsens nach 1945 », dans G. Steinwascher (di (...)

3La Basse-Saxe, deuxième Land de la RFA par sa superficie ayant pour capitale Hanovre, est issu du regroupement, décidé par décret du gouvernement militaire britannique entré en vigueur le 1er novembre 1946, de l’ancienne province prussienne du Hanovre et des Länder d’Oldenbourg, de Brunswick et de Schaumburg-Lippe2 (fig. 10). Ce Land comparativement peu peuplé situé au nord-ouest de l’Allemagne a eu jusqu’à une période bien ultérieure à la fin de la seconde guerre mondiale une composante essentiellement agraire. Ses régions industrielles, la plupart de petite taille, se situaient surtout au sud du canal du centre (Mittellandkanal) traversant le Land. Les villes de Brunswick et de Hanovre et leurs agglomérations respectives étaient devenues depuis les années 1830 les centres industriels majeurs de la future Basse-Saxe, qui n’atteignirent toutefois qu’une faible importance suprarégionale. Par ailleurs, le régime nazi avait fait de la région de Brunswick un centre de production d’armement et établi dans la ville actuelle de Wolfsbourg les futurs ateliers Volkswagen, devenus l’une des plus grandes entreprises du Land3.

  • 4 Par commodité, nous désignons ainsi le territoire du futur Land de Basse-Saxe avant même sa créati (...)
  • 5 Carl-Hans Hauptmeyer, Geschichte Niedersachsens, Munich, Beck, 2009, p. 113.

4Les bombardements alliés visaient surtout les villes et les principaux axes de circulation. Avec son port de mer, Emden fut détruit à la fin de la guerre à 74 %, Wilhelmshaven, avec son port de marine, à 62 %. À Osnabrück, Hanovre et Brunswick, une bonne moitié des bâtiments était en ruines, les dommages étaient à peine moindres à Hildesheim. L’espace rural avait en revanche à peine souffert des bombes. Mais la guerre y avait aussi laissé des traces visibles : des infrastructures détruites, ainsi qu’un approvisionnement d’autant plus insuffisant que des sinistrés des villes de Basse-Saxe4 ou d’autres villes allemandes, et depuis 1944 aussi les premiers réfugiés des anciens territoires de l’Est de l’Allemagne, avaient trouvé refuge dans la région5.

Figure no 10 – Le Land de Basse-Saxe en 1946. La carte fait apparaître les Länder d’origine ainsi que les principales villes.

  • 6 Ulrich Schneider, Britische Besatzungspolitik 1945. Besatzungsmacht, deutsche Exekutive und die Pr (...)

5En avril 1945, les Alliés occupèrent progressivement le territoire de la future Basse-Saxe et le placèrent sous administration britannique. Les Britanniques constituèrent, avec le gouvernement militaire provincial résidant à Hanovre et ses subdivisions à l’échelon des districts, des circonscriptions et des communes, un réseau dense et très hiérarchisé de services administratifs. Après avoir tout d’abord pratiqué le direct control, ils appliquèrent de plus en plus, à partir de l’automne 1945, le principe du indirect rule (domination indirecte) : ils prescrivaient les lignes directrices politiques et administratives et surveillaient leur application par l’administration allemande. Puis à partir de la fin de l’année 1947, ils remirent de plus en plus les responsabilités aux mains des Allemands6.

  • 7 D. von Reeken, « Die Gründung... », dans op. cit., p. 633.

6Dès avant la fin de la guerre, les Britanniques avaient défini avec les autres Alliés les objectifs centraux de leur politique d’occupation : dénazification, démilitarisation, décentralisation et démocratisation de l’Allemagne, afin que de celle-ci, après le rôle peu glorieux qu'elle avait joué dans deux guerres mondiales, ne puissent émaner de nouvelles agressions. Parallèlement, son évolution économique devait être suffisamment entravée pour qu’elle puisse certes s’approvisionner elle-même, sans toutefois redevenir une nation industrielle7.

Une incertitude pesante

7Mais tout d’abord, c’est la normalisation du quotidien dans le pays exsangue qui était la priorité de l’administration militaire. L’effondrement du régime national-socialiste avait laissé un vide de pouvoir. Le journaliste et écrivain britannique Leonard O. Mosley, qui voyageait à travers la zone britannique juste après la fin de la guerre, notait :

  • 8 En anglais dans le texte original: « Hanover, ten days after its capture, was hardly a city to whi (...)

Dix jours après sa prise, Hanovre était une ville dans laquelle on aurait hésité à emmener sa tante encore pucelle. Après la tombée de la nuit, c’était un lieu sombre, angoissant, dangereux [...] plein de menaces, d’explosions mystérieuses, de silhouettes furtives au milieu des ruines laissées par les bombes8.

  • 9 Pour un témoignage évocateur sur Hanovre, voir ibid., p. 68-70. On trouve aussi des descriptions c (...)
  • 10 D’après le recensement officiel de 1946. Voir Lothar Eichhorn, « Die Bevolkerungsentwicklung in Ni (...)
  • 11 Cité d’après U. Schneider, Britische Besatzungspolitik..., οp. cit., p. 36.

8Les pillages étaient à l’ordre du jour, les actes de violence, les vols à main armée, les viols et les assassinats se multipliaient. Y prenaient part, aussi bien dans les villes qu’à la campagne, la population autochtone mais aussi des « personnes déplacées » (Displaced Persons DP’s), à savoir des travailleurs et travailleuses forcé(e)s raflés par l’Allemagne nazie, des anciens prisonniers de guerre ainsi que des détenu(e)s libéré(e)s des camps de concentration9. Rien que sur le territoire de la Basse-Saxe, il y avait bien 100 000 DP’s qui attendaient d’être rapatriées10. Le gouvernement militaire les hébergeait dans des camps de rassemblement et leur attribuait des rations alimentaires plus importantes que celles des Allemands, et pourtant, sa devise générale était Let them run their own show with your supervision (Laissez-les régler leurs affaires sous votre surveillance11).

  • 12 Voir à titre d’exemple les souvenirs des témoins du quartier Fallersleben de Wolfsbourg dans Chris (...)

9L’inquiétude majeure qui pesait sur la population était l’incertitude quant à ce qu’il fallait attendre des vainqueurs12. Le maréchal Bernard Montgomery, commandant de la zone d’occupation britannique, apporta cette réponse le 30 mai 1945 dans son premier message personnel adressé aux Allemands :

  • 13 Le fac-similé se trouve, entre autres, au Niedersächsische Landeszentrale für Politische Bildung e (...)

Mon objectif prioritaire est de créer pour tous une vie simple et ordonnée. Il s’agit en premier lieu de faire en sorte que la population dispose des choses suivantes : a) nourriture, b) hébergement, c) absence de maladies. Il faut rentrer les récoltes. Il faut remettre en marche les moyens de circulation. Il faut refaire fonctionner la poste. Certaines industries doivent reprendre le travail13.

  • 14 En anglais dans le texte original : « It was rather like asking someone to keep a volcano down wit (...)

10Toutes les zones d’occupation devaient faire face aux mêmes défis, que Montgomery ne citait d’ailleurs pas de manière exhaustive. Mosley les réunissait sous cette métaphore : « C’était comme si l’on avait demandé à quelqu’un de contenir un volcan avec un pistolet à eau14. »

Figure no 11 – Pillage d’un magasin à Osnabrück, 5 avril 1945.

Réfugiés et expulsés

  • 15 « 60 Jahre Niedersachsen – ausgewählte Daten », Statistische Monatshefte Niedersachsen, no 60, 200 (...)
  • 16 L. Eichhorn, op. cit., p. 478 ; J. Oltmer, op. cit., p. 1001-1002.
  • 17 K. H. Schneider, « Wirtschaftsgeschichte... », dans op. cit., p. 816.
  • 18 C.-H. Hauptmeyer, Geschichte Niedersachsens, op. cit., p. 115. Sur les multiples aspects de la vie (...)

11En Basse-Saxe, les difficultés étaient accrues par le nombre extrêmement élevé de réfugiés et d’expulsés. Une bonne partie des plus de 10 millions de personnes qui, à partir de l’automne 1944, étaient arrivées dans les zones d’occupation occidentales après avoir fui les anciennes régions de l’Est de l’Allemagne ou avaient été chassées de l’Est et du Sud-Est de l’Europe jusqu’au début des années 1950, s’installa en Basse-Saxe. Le nombre d’habitants du Land passa de 4,5 millions avant-guerre à 6,8 millions en 195015. La proportion de réfugiés et expulsés dans la population bas-saxonne était, avec 27,5 %, bien supérieure à la moyenne fédérale16 (16,5 %). Dans plus de 120 communes de la partie orientale du Land, il y avait même davantage de réfugiés et expulsés que d’autochtones17, car la Basse-Saxe avait une frontière commune de 550 kilomètres – environ 40 % de la future frontière germano-allemande – avec la zone d’occupation soviétique, à proximité de laquelle de nombreux réfugiés et expulsés restaient dans l’espoir d’un retour rapide dans leur région d’origine18.

  • 19 Dietmar von Reeken, « Von der Mangelwirtschaft zur Arbeitsgesellschaft. Oldenburgs schwieriger Weg (...)
  • 20 Werner Garbas et Liesel Wittenberg, 1945-1975. Drei Jahrzehnte in Delmenhorst. Eine Stadtchronik, (...)
  • 21 Werner Garbas, Zeitschnitte. 1371-1996. Ein Festbuch zum 625 jàhrigen Stadtjubiläum von Delmenhors (...)

12Jour après jour, le gouvernement militaire répartissait de nouveaux convois dans les différentes villes et communes. L’administration allemande locale devait alors en très peu de temps réquisitionner un hébergement et assurer son équipement sommaire – une mission difficile eu égard au manque de logements qui régnait déjà dans les villes en raison des destructions de guerre et des réquisitions britanniques pour l’hébergement des troupes. Ainsi, par exemple, à l’époque où la vague de réfugiés atteignait son paroxysme dans les années 1946/1947, un convoi arrivé de Silésie et constitué de 461 familles, presque 1 500 personnes, fut dirigé en mars 1946 vers la ville de Delmenhorst, qui n’avait perdu pendant la guerre que 2 % de son parc d’habitations19. En mai, il fallut héberger le convoi suivant de 1 500 personnes, en août arrivèrent même 5 000 personnes20, et le flot de réfugiés ne faiblissait toujours pas. À plusieurs reprises, des fonctionnaires passaient les appartements au peigne fin – et c’était la même chose ailleurs – pour loger encore d’autres réfugiés ; en outre, la ville transformait des bâtiments publics, des ateliers d’usines et des baraques en hébergements de masse21.

Figure no 12 – Camp de réfugiés de Harkenbleck, vers 1947.

  • 22 J. Oltmer, op. cit, p. 1002-1006.

13L’hébergement et l’approvisionnement des nouveaux arrivés semblaient plus simples à la campagne que dans les villes, de sorte que presque la moitié des réfugiés que devait accueillir la Basse-Saxe furent dirigés vers des communes de moins de 2 000 habitants. Mais là aussi, bien que les autochtones aient eu la possibilité de vivre davantage en autarcie, on manquait de denrées alimentaires, de vêtements, d’espace habitable, d’ustensiles ménagers et d’emplois. Souvent, les Britanniques donnaient l’ordre à la population vivant sur place de céder des couvertures de laine, des vêtements ou encore des tuyaux de poêle ou autres produits de première nécessité, et les autorités communales devaient répondre de l’application des instructions. Les expulsés avaient un besoin urgent de ces réquisitions, car seul un petit nombre d’entre eux avaient pu transporter leurs biens pendant leur déplacement vers l’ouest22. Les Britanniques exhortaient ainsi les autochtones :

  • 23 Cité d’après Helmut Harms, Vom “Heil” zum Unheil. Das Ammerland 1945/46. Chaos und Neuanfang, West (...)

S’il devait y avoir des réticences injustifiées de la part d’un foyer refusant de manière irresponsable la coopération attendue, le gouvernement militaire prendra les mesures nécessaires pour expulser le propriétaire de sa maison. Il sera ainsi très certainement plus en mesure de mieux comprendre les sentiments de réfugiés qui ont tout perdu23.

  • 24 C.-H. Hauptmeyer, op. cit., p. 114 ; voir aussi les articles correspondants dans les chroniques de (...)
  • 25 J. Oltmer, op. cit., p. 1004-1005.
  • 26 Monika Uliczka, Berufsbiographie und Flüchtlingsschicksal : VW-Arbeiter in der Nachkriegszeit, Han (...)

14Malgré la gestion et la répartition sévères de l’espace habitable extrêmement déficitaire et les programmes de construction de logements imposés à de nombreuses communes depuis le début des années 1950, des centaines de milliers de logements ont encore manqué longtemps24. En 1958, 75 000 réfugiés vivaient encore dans des camps et des baraquements provisoires25. Ainsi, l’objectif défini en 1946 par la circonscription de Gifthorn, près de la frontière, de mettre à disposition au moins 500 mètres carrés d’espace habitable par adulte resta longtemps un vœu pieux26.

  • 27 Michael Hirschfeld, « SOS-Ruf aus der Diaspora. Selbst-und Fremdwahrnehmungen von ostvertriebenen (...)

15Les autochtones comme les réfugiés et expulsés exprimaient généralement peu de compréhension réciproque ; s’y ajoutait une autre difficulté, lorsque les nouveaux arrivants n’avaient pas le « bon missel », c’est-à-dire appartenaient à une autre confession chrétienne que celle des autochtones27.

  • 28 C. Schroder, « “... ganz gut davongekommen”... », dans op. cit., p. 311.

16Malgré l’intégration progressive des réfugiés – plus facile chez les jeunes que pour les aînés28 – les habitants établis depuis longtemps dans les villages distinguaient encore dans les années 1970 quelles étaient les personnes arrivées comme réfugiés.

Le cercle vicieux de la pénurie

  • 29 Karl Heinz Schneider, « Zwischen Ernährungskrise, Flüchtlingszustrom und Strukturwandel – niedersä (...)

17La productivité de l’économie allemande, qui avait été totalement subordonnée aux efforts de guerre du régime nazi, était retombée en 1946 au niveau de 1865. Les surfaces agricoles fatiguées ne fournissaient même plus la moitié des récoltes d’avant-guerre. L’exploitation du charbon était au plus mal, les voies de circulation et les moyens de transport étaient détruits, les hommes en âge de travailler étaient morts à la guerre ou prisonniers. On manquait de tout : denrées alimentaires, énergie, moyens de transports, matières premières, machines, semences et engrais, main-d’œuvre qualifiée29...

  • 30 Reinhard Bein et Bernhardine Vogel, Nachkriegszeit. Das Braunschweiger Land 194s bis 1950. Materia (...)
  • 31 G. Trittel, op. cit., p. 80-86.

18L’ensemble des denrées alimentaires restait rationné, comme dans les dernières années de la guerre. Les Britanniques tentèrent d’assurer une ration journalière de 1 750 calories par adulte, mais en février 1946, ils ne purent garantir qu’une « ration de cimetière » (Friedhofsration) de 1 014 calories (fig. 13). Et presque la moitié devait être couverte par des importations britanniques, alors que la population de Grande-Bretagne elle-même souffrait de la faim. En juin 1947, chaque adulte avait droit à 6,5 kilogrammes de pain, 400 grammes de viande, 200 grammes de graisse, 750 grammes d’aliments secs, 500 grammes de sucre, 125 grammes de fromage, 10 kilogrammes de pommes de terre, 500 grammes de poisson et un litre de lait frais écrémé – pour un mois entier30 ! Le marché noir florissait, les expéditions (interdites) pour se procurer des produits à la campagne (Hamsterfahrten) et pour voler du charbon étaient à l’ordre du jour. C’est seulement à partir de l’été 1948 que les rations quotidiennes atteignirent une valeur nutritive de 2 000 calories31. Les dernières denrées à être rationnées, à savoir les produits laitiers, le furent jusqu’en 1950.

Figure no 13 – La ration alimentaire hebdomadaire réelle en 1947.

  • 32 J. Oltmer, op. cit, p. 1005-1006.
  • 33 D’après les examens médicaux réalisés par les services sanitaires, entre un quart et un tiers des (...)

19Les problèmes d’approvisionnement et de logement avaient des répercussions sur l’état de santé de la population. Des maladies comme la gale, le typhus, la fièvre paratyphoïde, les maladies vénériennes, la diphtérie, la tuberculose, le rachitisme ou les œdèmes de dénutrition étaient courantes32 ; dans les villes, en particulier, une grande partie de la population souffrait de sous-poids33.

  • 34 D. von Reeken, « Die Gründung... », dans op. cit., p. 634.
  • 35 Ibid., p. 664-665.
  • 36 U. Schneider, Britische Besatzungspolitik...., οp. cit., p. 107-108.

20Face à la faiblesse structurelle du Land et à sa situation financière – aggravée par les coûts de l’occupation, qui engloutissaient de 1946 à 1948 entre 30 % et 50 % des recettes fiscales34 – les responsables politiques et l’administration ne pouvaient souvent rien faire de plus que gérer la pénurie35. Celle-ci posait à l’administration britannique et allemande ainsi qu’à la population de grosses difficultés, comme l’illustre l’exemple suivant : l’énergie était une denrée rare, mais dans quel domaine pouvait-on le plus facilement renoncer à celle nécessaire au travail et au chauffage ? Pour les batteuses électriques des agriculteurs, alors qu’on avait un besoin urgent de céréales ? Dans l’industrie, qui produisait des biens qui manquaient cruellement et des emplois ? Dans les foyers privés, alors que la pénurie continuait à menacer l’état de santé et le calme de la population ? Dans les hôpitaux ? On ne pouvait résoudre des questions de ce genre que par une administration pratiquée avec souplesse et pragmatisme au jour le jour (day-to-day administration) et qui demandait beaucoup de talent d’improvisation de la part de toutes les personnes concernées. Pourtant, dans les services administratifs, ce n’était pas du tout l’anarchie : avec une exactitude britannique qui surpassait encore la rigueur allemande proverbiale, l’administration militaire décrétait par écrit toutes les mesures prises, et une multitude de notes sur différentes questions – approvisionnement en denrées alimentaires, prise en charge des détenus de camps de concentration libérés, récoltes, taux d’occupation des logements, redémarrage de la vie politique, etc. – remontait jusqu’au sommet de la hiérarchie en passant par toutes les instances allemandes et britanniques36.

  • 37 Wilhelm Treue, Zehn Jahre LandNiedersachsen, Hildesheim, August Lax, 1957 ; W. Treue, Die Demontag (...)

21Si, dans les premières semaines qui suivirent la fin de la guerre, les entreprises artisanales et les industries pouvaient encore utiliser leurs stocks pour produire, la pénurie de matières premières, de moyens de transport et d’énergie paralysa bientôt la production. En outre, les Britanniques réquisitionnaient depuis la fin de la guerre certaines entreprises industrielles ou unités de production pour les transporter dans leur pays comme réparations des dommages de guerre subis, ainsi que pour désindustrialiser et démilitariser durablement leur ancien ennemi. Des rumeurs sur d’autres démontages possibles déstabilisaient l’économie déjà mal en point. Selon des communiqués de l’automne 1947, 90 % des sites industriels de Basse-Saxe devaient être démontés ; en réalité, seule la moitié de la capacité industrielle bas-saxonne fut détruite jusqu’à la fin des démontages en 1950. Si dans un premier temps, le démontage des anciennes machines d’avant-guerre détruisit des emplois et des sources de revenus, il n’affaiblit l’économie de la Basse-Saxe que temporairement. Le rééquipement des entreprises en machines modernes plus performantes qui suivit prit une part importante dans l’essor économique des années 195037.

  • 38 K. H. Schneider, « Wirtschaftsgeschichte... », dans op. cit., p. 819 ; Heidrun Edelmann, « “Wirtsc (...)
  • 39 Waldemar R. Rohrbein, « Hannover nach 1945 : Landeshauptstadt und Messestadt », dans Klaus Mlynek (...)

22L’administration militaire accorda à des entreprises comme les ateliers Volkswagen à Wolfsbourg ou encore le fabricant de pneus de Hanovre Continental un statut privilégié pour les livraisons de matières premières et de combustibles. Bientôt, elle autorisa aussi les exportations afin de faire entrer dans le Land des devises nécessaires aux importations de produits alimentaires dont on avait un besoin urgent38. Avec la Foire d’exportation 1947 (Exportmesse 1947), les Britanniques lancèrent la première des foires de Hanovre qui occupent aujourd’hui le premier rang international. Elle entra dans les annales de la ville sous le nom de « foire des petits pains au poisson », parce qu’on y vendait même sans ticket de rationnement cette gourmandise dont on avait longtemps été privé39.

  • 40 Wegeaus dem Chaos....,op. cit., p. 93.
  • 41 R. Bein et B. Vogel, op. cit., p. 80-81 ; K. H. Schneider, « Wirtschaftsgeschichte... », dans op. (...)

23Après une nouvelle aggravation de la situation économique, les trois Alliés occidentaux introduisirent le Deutsche Mark (DM) dans leurs zones d’occupation avec la réforme monétaire du 20 juin 1948. Cette réforme devait compenser la perte de pouvoir d’achat de l’ancien Reichsmark que le gros déficit en biens avait déjà annoncé dans les dernières années de guerre. Les taux de change différents pour les liquidités et l’épargne et pour les biens matériels défavorisaient davantage les « petites gens » que les propriétaires de biens immobiliers, d’entreprises ou de marchandises40. Comme le voulait la réforme, les biens de consommation recommencèrent à circuler. Mais le niveau des prix était très élevé en raison de la productivité économique limitée et de la demande importante. Ainsi, le prix d’une livre de beurre, qui se situait entre 5 et 7 DM, était pratiquement inabordable pour des salaires horaires de 0,40 à 0,90 DM. Les entreprises réagirent à leur manque de capitaux initial par des licenciements, de sorte que le nombre de chômeurs explosa dans un premier temps, jusqu’à ce que le marché se stabilise à la fin de l’année 194841.

  • 42 À cette époque, le taux moyen pour la Basse-Saxe était de 12,3 %. Sur l’augmentation du chômage, v (...)
  • 43 Sur les ressources en capital des petites entreprises et leur situation après la réforme monétaire (...)
  • 44 Ellen Mosebach-Tegtmeier, Der andere Weg. Die Arbeiterwohlfahrt in Rüstringen/Wilhelhmshaven vor 1 (...)

24Toutefois, dans certaines régions de Basse-Saxe, le taux de chômage grimpa encore jusqu’en 1950 à 21 % – il était même proportionnellement plus élevé chez les réfugiés – et resta dans les années qui suivirent, malgré une amélioration de la situation de l’emploi, supérieur de quelques points à la moyenne ouest-allemande42. Le district administratif d’Oldenbourg, qui correspondait à peu près à l’ancien Land du même nom, était encore considéré au début des années 1950 comme une zone économique sinistrée. C’est là que des réfugiés manquant de capitaux avaient essayé de s’établir à leur compte comme commerçants ou entrepreneurs, sans avoir pu résister aux effets de la réforme monétaire43. Faisait en outre partie de ce district la ville de Wilhelmshaven, dans laquelle presque tous les emplois dépendaient des chantiers navals fondés en 1871. Au deuxième semestre de l’année 1945, 14 000 salariés retransformaient encore, dans ce qui était devenu une fabrique d’armement, des bateaux de commerce et de pêche utilisés à des fins de guerre en bâtiments à usage civil, ou bien fabriquaient des poêles et des fourneaux. Après de longues négociations, au cours de l’été 1946, les Britanniques renoncèrent certes à leur intention initiale de détruire complètement la ville, mais ils imposèrent aux responsables municipaux de construire une nouvelle « industrie de paix » orientée non pas vers la mer mais vers les terres. La réalisation de celle-ci se fit attendre, si bien que la fermeture définitive des chantiers navals le 1er avril 1950 provoqua dans le district une nouvelle poussée de chômage44.

Réorganisation de la vie politique et dénazification

  • 45 D. von Reeken, « Die Gründung... », dans op. cit., p. 636.
  • 46 Walter Schulze, « Die Stadt Wildeshausen seit 1945 », dans Albrecht Eckhardt, Wildeshausen. Geschi (...)

25Aussitôt après son installation, le gouvernement militaire écarta les cadres administratifs ainsi que les représentants du régime nazi de l’administration, de la fonction publique et des postes de direction économiques. Il nomma pour les remplacer des hommes et des femmes intègres dont il avait déjà réuni les noms dans les dernières années de la guerre ou que lui avaient cité après la guerre surtout les représentants ecclésiastiques, considérés comme non impliqués dans le nazisme45. Quelques-un(e)s de ces nouveaux responsables n’étaient pas à la hauteur de leurs tâches et démissionnèrent de leur poste au bout de quelques semaines46.

  • 47 D. von Reeken, « Die Gründung... », dans op. cit., p. 655-662 ; voir aussi M. Uliczka, op. cit., p (...)

26Tous les collaborateurs fonctionnaires ou contractuels de la fonction publique ainsi que les enseignants, partiellement aussi les responsables économiques, furent soumis à un examen de leur passé politique dans une procédure de dénazification. Jusqu’en 1950, 600 000 procédures de ce type furent menées sous égide britannique. Le gouvernement militaire fut confronté dans ce domaine à une contradiction insoluble. Si d’un côté, il voulait garantir que toutes les positions dirigeantes soient occupées par des suitable Non-Nazis (des non-nazis compétents), il avait intérêt de l’autre, dans le contexte de son propre marasme économique, à ce que l’Allemagne puisse rapidement s’assumer de nouveau elle-même. Mais comme pour toutes les tâches requises, il n’y avait pas suffisamment d’antifascistes avérés présentant les compétences nécessaires, les procédures de dénazification furent menées avec beaucoup plus de bienveillance que ce qui était prévu au départ. Et elles furent appliquées avec plus encore de laxisme lorsqu’elles furent transférées en 1948 à des chambres d’accusation allemandes, jusqu’à leur arrêt complet et définitif à la fin de l’année 1951, quand fut votée la « loi sur l’achèvement de la dénazification dans le Land de Basse-Saxe ». Ainsi, de nombreux responsables du NSDAP retrouvèrent rapidement des postes de direction47.

  • 48 Rüdiger Koch, Mitten in Deutschland: Erinnerungen an 100 Jahre Landkreis Gifhorn. 1885-1985, Gifho (...)
  • 49 D. von Reeken, « Die Gründung... », dans op. cit., p. 642.
  • 50 Ibid., p. 638-643 ; Albrecht Eckhardt, « Land und Verwaltungsbezirk Oldenburg vom Kriegsende bis i (...)
  • 51 Landesbetrieb für Statistik und Kommunikationstechnologie Niedersachsen (LSKN), Ergebnisse der Kre (...)
  • 52 H. Harms, op. cit., p. 79 ; W. Schulze, op. cit., p. 804.
  • 53 LSKN, Landtagswahlen in Niedersachsen 1947 bis 2008, http://www.nls.niedersachsen.de/Tabellen/Wahl (...)

27Une réforme communale d’avril 1946 mit fin à l’enchevêtrement non démocratique existant des pouvoirs législatif et exécutif. Elle créait une direction administrative duelle avec un maire sous la responsabilité duquel les assemblées élues prenaient leurs décisions, ainsi qu’un directeur municipal sous la conduite duquel l’administration mettait en œuvre les décisions politiques48. Au départ, les représentantes politiques étaient encore nommés par les Britanniques, de l’échelon communal à celui du Land. À partir de septembre 1945, ils autorisèrent la création ou la recréation de partis, tout d’abord à l’échelon communal. Ceci reflétait leur vision d’une démocratie se reconstruisant « par le bas49 ». Des hommes et femmes politiques déjà actifs pendant la période de la république de Weimar s’étaient déjà préparés, aussitôt après l’effondrement du régime nazi, à la recréation de partis. Le renouveau des partis s’effectua tout d’abord fortement en fonction des traditions politiques variables selon les régions50. Toutefois, au départ, après les expériences faites avec le système nazi et dans le contexte des difficultés du quotidien, la majeure partie de la population était extrêmement réservée ou peu intéressée par les questions politiques. La participation aux premières élections de l’après-guerre, organisées dans les communes et les circonscriptions à l’automne 1946, était de moins de 70 %51 ; et dans certaines communes, cette participation électorale ne dépassait pas 50 % à 60 %52. Au moment des premières élections d’avril 1947 à l’échelon du Land, elle ne représentait que les deux tiers des inscrits53.

Figure no 14 (page suivante) – Affiche du parti social-démocrate, élections municipales de 1946 : « Le SPD construit une nouvelle Allemagne ».

  • 54 Expression analysée par Elizabeth Heineman, « Die Stunde der Frauen. Erinnerungen an Deutschlands, (...)
  • 55 Selon le recensement de 1946, il y avait 121 femmes pour 100 hommes. « 60 Jahre Niedersachsen – au (...)
  • 56 Barbel Clemens (dir.), Frauen machen Politik. Parlamentarierinnen in Niedersachsen, Hanovre, Facke (...)

28Malgré l’expression couramment utilisée selon laquelle l’après-guerre aurait été l’« heure des femmes54 », celles-ci étaient à peine présentes sur la scène politique, bien qu’elles représentassent avec 55 % la majorité de la population55. Les conseillères municipales restaient l’exception, et dans les premiers parlements régionaux (Landtage), les femmes étaient également très minoritairement représentées : dans les parlements nommés en 1946 des Lander ou provinces de Brunswick, Oldenbourg et Hanovre, il y avait un total de onze députées ; fin 1946, au Landtag nommé de Basse-Saxe, les femmes occupaient seulement 8 sièges sur environ 150, puis 10 dans le premier Landtag élu56.

  • 57 D. von Reeken, « Die Gründung... », dans op. cit., p. 662-664.
  • 58 NDT : milice populaire créée en 1944 et permettant la mobilisation totale des hommes valides entre (...)
  • 59 Voir les extraits des entretiens correspondants dans C. Schroder, « “... ganz gut davongekommen”.. (...)
  • 60 Sur les événements historiques et les débats ultérieurs, voir, pour Celle, Walter Altmann, Klaus N (...)

29Bien que les Britanniques aient montré aux Allemands, par des exhumations, des visites du camp de concentration de Bergen-Belsen et des procès publics de responsables nationaux-socialistes, quels crimes atroces la dictature nazie avait commis, essayant ainsi de susciter un sursaut politique et moral, une grande partie des contemporains ne se confronta qu’à contrecœur au passé récent57. Lorsque d’anciens chefs de cellule, trésoriers, responsables du Volkssturm58 ou autres grades inférieurs du parti nazi ressortaient des camps d’internement britanniques, leurs voisins les considéraient comme totalement réhabilités – quand toutefois ils se posaient la question de l’implication et de la complicité des suivistes dans le régime criminel59. Refoulement et mutisme perdurent partiellement jusqu’à une période récente. On peut le constater à travers l’attitude défensive adoptée par une partie de la population des deux petites villes Celle et Soltau au moment d’un débat historique et public sur des massacres longtemps passés sous silence. Des voies ferrées en direction du camp de concentration de Bergen-Belsen traversaient les deux localités. En avril 1945, lors d’un transport qui venait des camps d’extermination d’Europe de l’Est, des détenus profitèrent d’un bombardement pour s’échapper des trains arrêtés dans les gares et se cacher en attendant l’arrivée imminente des Alliés. À la traque et à l’assassinat des évadés qui suivirent participèrent non seulement des membres de la SS, de la SA, de la police, de la Wehrmacht et des Jeunesses hitlériennes, mais aussi des civils (par ailleurs, d’autres civils aidèrent les évadés). Des discussions houleuses finirent tout de même, dans les années 1992 et 2007, par permettre l’érection de monuments commémoratifs60.

  • 61 Voir K. H. Schneider, « Wirtschaftsgeschichte... », dans op. cit., p. 823-875.

30En fin de compte, l’avenir ne se révéla pas aussi sombre que Kurt Schumacher l’avait craint : après les difficiles années d’après-guerre, le « miracle économique » allemand des années 1950, favorisé entre autre par le plan Marshall et la crise de Cuba, fit aussi son entrée dans le Land de Basse-Saxe61.

Figure no 15 – Voie rapide d’accès à la foire de Hanovre, 1961.
On y reconnaît les célèbres « coccinelles » de Volkswagen, symbole du « miracle économique » en Basse-Saxe.

Notes

1 Kurt Schumacher, Grundzüge sozialistischer Politik, Hambourg, 1946, cité d’après Henning Rischbieter, Hannoversches Lesebuch oder : Was in Hannover und über Hannovergeschrieben, gedruckt undgelesen wurde, t. II : 1850-1950, Velber, Friedrich Verlag, 1978, p. 335-337, ici p. 336.

2 Sur la motivation des Britanniques et les débats antérieurs menés depuis les années 1920 à propos d’une réorganisation politique du Nord de l’Allemagne, voir Heide Barmeyer, « Von der Niedersachsenbewegung zur Gründung des Landes Niedersachsen », dans Herbert Obenaus et Hans-Dieter Schmid (dir.), Nachkriegszeit in Niedersachsen. Beiträge zu den Anfangen eines Bundeslandes, Bielefeld, Verlag für Regionalgeschichte, « Hannoversche Schriften zur Regional-und Lokalgeschichte no 12 », 1999, p. 13-29 ; Dietmar von Reeken, « Die Gründung des Landes Niedersachsen und die Regierung Kopf (1945-1955) », dans Gerd Steinwascher (dir.), Geschichte Niedersachsens 5 : Von der Weimarer Republik bis zur Wiedervereinigung, Hanovre, Hahn, « Veröffentlichungen der Historischen Kommission für Niedersachsen und Bremen no 36 », 2010, p. 627-681, ici p. 644-654.

3 Karl Heinz Schneider, « Wirtschaftsgeschichte Niedersachsens nach 1945 », dans G. Steinwascher (dir.), Geschichte Niedersachsens 5, op. cit., p. 807-920, ici p. 810-814 ; Sid Auffahrt, Manfred Kohler et Christiane Schroder, Kali, Kohle und Kanal. Industriekultur in der Region Hannover, Rostock, Hinstorff Verlag, 2010 ; Rolf Kohlstedt, « Das Land Braunschweig », dans Annette von Boetticher, Klaus Fesche, Rolf Kohlstedt et Christiane Schroder, Niedersachsen zwischen Kriegsende und Landesgründung, édité par Niedersächsische Landeszentrale für politische Bildung et Niedersächsisches Institut fur Historische Regionalforschung, Hanovre, ecrivir, 2004 (2e éd. : 2005), p. 29-52, ici p. 44-45.

4 Par commodité, nous désignons ainsi le territoire du futur Land de Basse-Saxe avant même sa création.

5 Carl-Hans Hauptmeyer, Geschichte Niedersachsens, Munich, Beck, 2009, p. 113.

6 Ulrich Schneider, Britische Besatzungspolitik 1945. Besatzungsmacht, deutsche Exekutive und die Probleme der unmittelbaren Nachkriegszeit, dargestellt am Beispiel des spàteren Landes Niedersachsen von April bis Oktober 1945, Hanovre, tapuscrit (thèse de doctorat), 1980 ; D. von Reeken, « Die Gründung... », dans op. cit., p. 634.

7 D. von Reeken, « Die Gründung... », dans op. cit., p. 633.

8 En anglais dans le texte original: « Hanover, ten days after its capture, was hardly a city to which you would have taken your maiden aunt. After darkness it was a dark, fearsome, dangerous place [...] of menace, of mysterious bangs and explosions, of furtive figures among the bomb ruins » (Leonard O. Mosley, Report from Germany, Londres, Victor Gollanzc, 1945, p. 81).

9 Pour un témoignage évocateur sur Hanovre, voir ibid., p. 68-70. On trouve aussi des descriptions correspondantes dans presque toutes les chroniques locales de Basse-Saxe, qui ne pourront être citées ici en détail tant leur nombre est important.

10 D’après le recensement officiel de 1946. Voir Lothar Eichhorn, « Die Bevolkerungsentwicklung in Niedersachsens Gemeinden 1946 bis 2006 », Statistische Monatshefte Niedersachsen, no 60, 2006, p. 478-482, ici p. 478. Sur l’origine des DP’s, les réserves de la population autochtone à leur égard et sur le rapatriement, voir Jochen Oltmer, « Migration », dans Gerd Steinwascher (dir.), Geschichte Niedersachsens 5, op. cit., p. 963-1022, ici p. 993-997.

11 Cité d’après U. Schneider, Britische Besatzungspolitik..., οp. cit., p. 36.

12 Voir à titre d’exemple les souvenirs des témoins du quartier Fallersleben de Wolfsbourg dans Christiane Schroder, « “... ganz gut davongekommen” – Vom Kriegsende ins Wirtschaftswunder », dans Stadt Wolfsburg (dir.), Hoffmannstadt Fallersleben. Zeitreise durch ein Jahrtausend, Brunswick, Appelhans, 2010, p. 306-325, ici p. 306.

13 Le fac-similé se trouve, entre autres, au Niedersächsische Landeszentrale für Politische Bildung et Historisches Museum der Landeshauptstadt Hannover, Wege aus dem Chaos : Niedersachsen 1945-1949, Hanovre, Niedersächsische Landeszentrale für Politische Bildung, 1985, p. 32.

14 En anglais dans le texte original : « It was rather like asking someone to keep a volcano down with a water pistol » (L. Mosley, op. cit, p. 71).

15 « 60 Jahre Niedersachsen – ausgewählte Daten », Statistische Monatshefte Niedersachsen, no 60, 2006, p. 513-521, ici p. 513.

16 L. Eichhorn, op. cit., p. 478 ; J. Oltmer, op. cit., p. 1001-1002.

17 K. H. Schneider, « Wirtschaftsgeschichte... », dans op. cit., p. 816.

18 C.-H. Hauptmeyer, Geschichte Niedersachsens, op. cit., p. 115. Sur les multiples aspects de la vie près de et avec la frontière jusqu’à la réunification allemande, voir Thomas Schwark, Detlef Schmiechen-Ackermann et Carl-Hans Hauptmeier (dir.), Grenzziehungen Grenzerfahrungen Grenzüberschreitungen. Die innerdeutsche Grenze 1945-1990, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2011.

19 Dietmar von Reeken, « Von der Mangelwirtschaft zur Arbeitsgesellschaft. Oldenburgs schwieriger Weg in das, Wirtschaftswunder », dans Albrecht Eckhardt (dir.), Oldenburg um 1950. Eine nordwestdeutsche Region im ersten Nachkriegsjahrzehnt, hg. im Auftrag der Oldenburgischen Industrie-und Handelskammer, der Handwerkskammer Oldenburg und der Landwirtschaftskammer Weser-Ems, Oldenbourg, Isensee, 2000, p. 81-104, ici p. 91.

20 Werner Garbas et Liesel Wittenberg, 1945-1975. Drei Jahrzehnte in Delmenhorst. Eine Stadtchronik, Delmenhorst, Rieck, 1993, p. 16-19.

21 Werner Garbas, Zeitschnitte. 1371-1996. Ein Festbuch zum 625 jàhrigen Stadtjubiläum von Delmenhorst, Rieck, 1996, p. 164 ; W. Garbas et L. Wittenberg, op. cit, p. 20-22.

22 J. Oltmer, op. cit, p. 1002-1006.

23 Cité d’après Helmut Harms, Vom “Heil” zum Unheil. Das Ammerland 1945/46. Chaos und Neuanfang, Westerstede, Plois, 1995, p. 96.

24 C.-H. Hauptmeyer, op. cit., p. 114 ; voir aussi les articles correspondants dans les chroniques des circonscriptions de Basse-Saxe.

25 J. Oltmer, op. cit., p. 1004-1005.

26 Monika Uliczka, Berufsbiographie und Flüchtlingsschicksal : VW-Arbeiter in der Nachkriegszeit, Hanovre, Hahn, « Veröffentlichungen der Historischen Kommission für Niedersachsen und Bremen no 38 : Quellen und Untersuchungen zur Geschichte Niedersachsens nach 1945, no 10 », 1993, p. 30-31.

27 Michael Hirschfeld, « SOS-Ruf aus der Diaspora. Selbst-und Fremdwahrnehmungen von ostvertriebenen Katholiken und Protestanten in Niedersachsen nach dem Zweiten Weltkrieg », dans Miriam Rürup (dir.), Praktiken der Differenz. Diasporakulturen in der Zeitgeschichte, Gottingen, Wallstein-Verlag, « Veroffentlichungen des Zeitgeschichtlichen Arbeitskreises Niedersachsen no 26 », 2009, p. 129-147.

28 C. Schroder, « “... ganz gut davongekommen”... », dans op. cit., p. 311.

29 Karl Heinz Schneider, « Zwischen Ernährungskrise, Flüchtlingszustrom und Strukturwandel – niedersächsische Dörfer nach 1945 », dans H. Obenaus et H.-D. Schmid (dir.), op. cit., p. 47-72, ici p. 52 ; Günter J. Trittel, « Jahre des Hungerns – Die Ernährungskrise in Niedersachen (1945-1948) », dans Doris von der Brelie-Lewien et alii, Niedersachsen nach 1945. Gesellschaftliche Umbrüche, Reorganisationsprozesse, sozialer und okonomischer Strukturwandel, Hanovre, Niedersàchsische Landeszentrale für Politische Bildung, 1995, p. 78-90, ici p. 80-82 ; K. H. Schneider, « Wirtschaftsgeschichte... », dans op. cit., p. 818.

30 Reinhard Bein et Bernhardine Vogel, Nachkriegszeit. Das Braunschweiger Land 194s bis 1950. Materialien zur Landesgeschichte. Begleitbuch zur Ausstellung des Gymnasiums Neue Oberschule im Stadtischen Museum Braunschweig vom 12. März bis 17. April 1995, Brunswick, Doring, 1995, p. 47.

31 G. Trittel, op. cit., p. 80-86.

32 J. Oltmer, op. cit, p. 1005-1006.

33 D’après les examens médicaux réalisés par les services sanitaires, entre un quart et un tiers des enfants scolarisés de l’ancien Land d’Oldenbourg (avec des différences régionales) souffraient de sous-nutrition en 1946. Statistiques dans Hilke Günther-Arndt, « Oldenburgische Schulen und Hochschulen in den Nachkriegsjahren.... dass der Lehrer zur Behandlung des Stoffeskaumkommt », dans A. Eckhardt (dir.), Oldenburg,..., op. cit, p. 179-196, ici p. 187-188. En 1948, les 4/5 “des enfants scolarisés de Delmenhorst étaient atteints de malnutrition. W. Garbas et L. Wittenberg, op. cit., p. 31.

34 D. von Reeken, « Die Gründung... », dans op. cit., p. 634.

35 Ibid., p. 664-665.

36 U. Schneider, Britische Besatzungspolitik...., οp. cit., p. 107-108.

37 Wilhelm Treue, Zehn Jahre LandNiedersachsen, Hildesheim, August Lax, 1957 ; W. Treue, Die Demontagepolitik der Westmachte nach dem Zweiten Weltkrieg unter besonderer Berücksichtigung ihrer Wirkung auf die Wirtschaft in Niedersachsen, Hanovre, Niedersächsische Landeszentrale für Politische Bildung, 1967.

38 K. H. Schneider, « Wirtschaftsgeschichte... », dans op. cit., p. 819 ; Heidrun Edelmann, « “Wirtschaftswunder” made in Niedersachsen – Heinrich Nordhoff und das Volkswagenwerk », dans Bernd Weisbrod (dir.), Von der Währungsreform zum Wirtschaftswunder. Wiederaufbau in Niedersachsen, Hanovre, Hahn, « Veröffentlichungen der Historischen Kommission für Niedersachsen und Bremen no 38 : Quellen und Untersuchungen zur Geschichte Niedersachsens nach 1945, no 13 », 1998, p. 231-244, ici p. 231-232.

39 Waldemar R. Rohrbein, « Hannover nach 1945 : Landeshauptstadt und Messestadt », dans Klaus Mlynek et Waldemar R. Rohrbein (dir.), Geschichte der Stadt Hannover, t. II : Vom Beginn des 19. Jahrhunderts bis in die Gegenwart, Hanovre, Schlüter, 1994, p. 579-800, ici p. 619.

40 Wegeaus dem Chaos....,op. cit., p. 93.

41 R. Bein et B. Vogel, op. cit., p. 80-81 ; K. H. Schneider, « Wirtschaftsgeschichte... », dans op. cit., p. 852.

42 À cette époque, le taux moyen pour la Basse-Saxe était de 12,3 %. Sur l’augmentation du chômage, voir K. H. Schneider, « Wirtschaftsgeschichte... », dans op. cit., p. 809 et 852 ; J. Oltmer, op. cit., p. 1006.

43 Sur les ressources en capital des petites entreprises et leur situation après la réforme monétaire, K. H. Schneider, « Wirtschaftsgeschichte... », dans op. cit., p. 818-819 et 852. Dans l’ancien Land d’Oldenbourg, 40 % des entreprises en activité en 1958 avaient été créées seulement après 1945. Voir D. von Reeken, « Von der Mangelwirtschaft... », dans op. cit., p. 96-97.

44 Ellen Mosebach-Tegtmeier, Der andere Weg. Die Arbeiterwohlfahrt in Rüstringen/Wilhelhmshaven vor 1933 und nach 1945. Ein Beitrag zur Sozialgeschichte der Jadestädte, Oldenbourg, Arbeiterwohlfahrt, Bezirksverband Weser-Ems e. V. 1988, p. 156-164 ; D. von Reeken, « Von der Mangelwirtschaft... », dans op. cit., p. 92.

45 D. von Reeken, « Die Gründung... », dans op. cit., p. 636.

46 Walter Schulze, « Die Stadt Wildeshausen seit 1945 », dans Albrecht Eckhardt, Wildeshausen. Geschichte der Stadt von den Anfangen bis zum ausgehenden 20. Jahrhundert, Oldenbourg, Isensee, p. 799-880, ici p. 801 ; Rainer Hehemann, « Damme unter dem Hakenkreuz 1933-1945 », dans Klaus J. Bade et alii (dir.), Damme. Eine Stadt in ihrer Geschichte, Sigmaringen, Thorbecke, 1993, p. 459-482, ici p. 479.

47 D. von Reeken, « Die Gründung... », dans op. cit., p. 655-662 ; voir aussi M. Uliczka, op. cit., p. 269-301 ; R. Bein et B. Vogel, op. cit., p. 133-134 ; U. Schneider, Britische Besatzungspolitik....,οp. cit., p. 39, 43 et 107.

48 Rüdiger Koch, Mitten in Deutschland: Erinnerungen an 100 Jahre Landkreis Gifhorn. 1885-1985, Gifhorn, Landkreis Gifhorn, « Schriftenreihe des Landkreises Gifhorn, no 1 », 2e édition, s. d. [autour de 1986], p. 55.

49 D. von Reeken, « Die Gründung... », dans op. cit., p. 642.

50 Ibid., p. 638-643 ; Albrecht Eckhardt, « Land und Verwaltungsbezirk Oldenburg vom Kriegsende bis in die fünfziger Jahre », dans id. (dir.), Oldenburg..., op. cit., p. 9-36, ici p. 22. Sur l’évolution ultérieure du paysage politique jusqu’au début des années 1950, voir D. von Reeken, « Die Gründung... », dans op. cit., p. 664-672.

51 Landesbetrieb für Statistik und Kommunikationstechnologie Niedersachsen (LSKN), Ergebnisse der Kreiswahlen in Niedersachsen 1946 bis 2006, http://www.nls.niedersachsen.de/Tabellen/Wahlen/kwab1946.html.

52 H. Harms, op. cit., p. 79 ; W. Schulze, op. cit., p. 804.

53 LSKN, Landtagswahlen in Niedersachsen 1947 bis 2008, http://www.nls.niedersachsen.de/Tabellen/Wahlen/lwab1947.html.

54 Expression analysée par Elizabeth Heineman, « Die Stunde der Frauen. Erinnerungen an Deutschlands, Krisenjahre‘ und westdeutsche nationale Identität », dans Klaus Naumann (dir.), Nachkrieg in Deutschland, Hambourg, Hamburger Edition, 2001, p. 149-177.

55 Selon le recensement de 1946, il y avait 121 femmes pour 100 hommes. « 60 Jahre Niedersachsen – ausgewählte Daten », dans Statistische Monatshefte Niedersachsen, no 60, 2006, p. 513.

56 Barbel Clemens (dir.), Frauen machen Politik. Parlamentarierinnen in Niedersachsen, Hanovre, Fackelträger-Verlag, 1996, p. 350-351, 358 et 360.

57 D. von Reeken, « Die Gründung... », dans op. cit., p. 662-664.

58 NDT : milice populaire créée en 1944 et permettant la mobilisation totale des hommes valides entre 16 et 60 ans.

59 Voir les extraits des entretiens correspondants dans C. Schroder, « “... ganz gut davongekommen”... », dans op. cit, p. 319.

60 Sur les événements historiques et les débats ultérieurs, voir, pour Celle, Walter Altmann, Klaus Neumann et Elke Zacharias, „Hasenjagd” in Celle. Das Massaker am 8. April 1945, Celle, RWLE Moller Stiftung, « Celler Hefte nos 1-2 », 2005 ; Bernhard Strebel, Celle April 1945 revisited. Ein amerikanischer Bombenangriff, deutsche Massaker an KZ-Häftlingen und ein britisches Gerichtsverfahren, Bielefeld, Verlag für Regionalgeschichte, « Celler Beiträge zur Landes- und Kulturgeschichte no 38 », 2008 ; pour Soltau, Ulrike Begemann, Soltau in der Weimarer Republik, im Dritten Reich und in der Nachkriegszeit 1918-1948, Soltau, Stadt Soltau, 1987, p. 157-164 ; Barbara Meier et Volker Wrigge, « Soltau – im April 1945. Ergänzende Untersuchungen und Nachforschungen über die KZ-Züge in Soltau und die Exekutionen im Stadtgebiet auf der Grundlage von Zeitzeugenberichten », dans Soltauer Schriften Binneboom. Schriftenreihe der Freudenthal-Gesellschaft und des Heimatbundes Soltau, no 14, 2008, p. 7-29.

61 Voir K. H. Schneider, « Wirtschaftsgeschichte... », dans op. cit., p. 823-875.

Table des illustrations

Légende Figure no 10 – Le Land de Basse-Saxe en 1946. La carte fait apparaître les Länder d’origine ainsi que les principales villes.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5320/img-1.jpg
Fichier image/, 115k
Légende Figure no 11 – Pillage d’un magasin à Osnabrück, 5 avril 1945.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5320/img-2.jpg
Fichier image/, 290k
Légende Figure no 12 – Camp de réfugiés de Harkenbleck, vers 1947.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5320/img-3.jpg
Fichier image/, 207k
Légende Figure no 13 – La ration alimentaire hebdomadaire réelle en 1947.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5320/img-4.jpg
Fichier image/, 167k
Légende Figure no 14 (page suivante) – Affiche du parti social-démocrate, élections municipales de 1946 : « Le SPD construit une nouvelle Allemagne ».
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5320/img-5.jpg
Fichier image/, 565k
Légende Figure no 15 – Voie rapide d’accès à la foire de Hanovre, 1961.On y reconnaît les célèbres « coccinelles » de Volkswagen, symbole du « miracle économique » en Basse-Saxe.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5320/img-6.jpg
Fichier image/, 156k

Auteur

Historienne et lectrice, exerce son activité principale au sein du bureau de recherche et de mise en œuvre de projets historiques Kontor für Geschichte, dont elle a été cofondatrice en 1997 à Hanovre. Elle est également collaboratrice de l’institut de recherche régionale sur l’histoire de la Basse-Saxe (Niedersachsisches Institut für Historische Regionalforschung) et, depuis 2009, chargée de recherche à l’université Leibniz de Hanovre. Elle a été collaboratrice scientifique (1991-1996) de l’association 750 Jahre Frauen und Hannover. Ses nombreuses publications et ses expositions portent sur divers aspects de l’histoire locale et régionale, notamment sur l’après seconde guerre mondiale, l’histoire des femmes, la mémoire du nazisme, la culture industrielle. Elle a publié sur l’après-guerre en Basse-Saxe : « „... ganz gut davongekommen” – Vom Kriegsende ins Wirtschaftswunder », dans Stadt Wolfsburg (dir.) Hoffmannstadt Fallersleben. Zeitreise durch ein Jahrtausend, Brunswick, Appelhans-Verlag, 2010, p. 308-327 ; « Das Land Oldenburg », dans Annette von Boetticher et al, Niedersachsen zwischen Kriegsende und Landesgründung, Hanovre, Niedersächsische Landeszentrale für politische Bildung – Niedersachsisches Institut für Historische Regionalforschung, 2004, p. 79-102.

Corinne Bouillot (Traducteur)

Maître de conférences en études germaniques à l’université de Rouen, est agrégée d’allemand et auteure d’une thèse de doctorat d’histoire contemporaine intitulée De la genèse du mouvement des femmes est-allemandes à l’encadrement des femmes par le pouvoir. De l’occupation soviétique à l’État socialiste 1945-1952 (Lille, Septentrion, 1996). Ses domaines de recherche ont d’abord été les études de genre dans l’Allemagne de l’après seconde guerre mondiale, et elle a publié, en collaboration avec Paul Pasteur, Femmes, féminismes et socialismes dans l’espace germanophone depuis 1945 (Paris, Belin, 2005). Ses recherches et publications plus récentes portent sur les mémoires et politiques mémorielles en Allemagne (immédiat après-guerre, RDA) et les représentations, en France et en Allemagne, des destructions et des reconstructions. À paraître en allemand sur le sujet du présent ouvrage : « Wiederaufbau-Regionen in Europa : Normandie und Nierdersachsen im Vergleich », dans G. WagnerKyora (dir.), Wiederaufbau der Stadte : Europa seit 1945 / Rebuilding European Cities : Reconstruction-policy since 1945, Stuttgart, Franz Steiner, « Beiträge zur Stadtgeschichte und Urbanisierungsforschung », 2013.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540