Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Reconstruction en Normandie et en Basse-Saxe après la seconde guerre mondiale

 | 
Corinne Bouillot

Première partie. Contextes, principes et réalisations

Chapitre Premier. Comparaison des politiques de reconstruction en France et en Allemagne

Danièle Voldman

Résumé

À la fin de la seconde guerre mondiale, la France et l’Allemagne, comme tous les belligérants, durent faire face à l’ampleur des ruines. Les deux pays – par-delà l’importance des facteurs nationaux – ont été confrontés aux mêmes alternatives propres à toutes les reconstructions : procéder à des réparations d’urgence ou attendre une reconstruction définitive ultérieure ; commencer à reconstruire immédiatement ou penser l’aménagement du futur ; contenter les sinistrés en attente d’un toit ou respecter les lenteurs de la planification. De même, les deux pays, chacun à leur manière, étaient confrontés à la question de leur reconstruction politique et du changement de régime. Qu’il s’agisse des questions financières, de la pénurie, de la précocité des réflexions sur l’urbanisme d’après les ruines, de la mise en place des cadres réglementaires et juridiques, comme de la longévité des personnels de la reconstruction, sans doute les ressemblances l’emportent-elles sur les différences. Plus que dans le statut de vainqueur ou de vaincu, c’est peut-être dans la question du fédéralisme opposé à la centralisation et surtout dans la division de l’Allemagne que résident l’originalité et la spécificité des processus de reconstruction. Comment cela s’est-il traduit dans les formes et les paysages des villes reconstruites de part et d’autre du Rhin ?

Texte intégral

  • 1 Cet article s’appuie sur les ouvrages suivants : Klaus von Beyme, Der Wiederaufbau. Architektur un (...)

1 Tout comme les autres belligérants, la France et l’Allemagne sont sorties dévastées de la seconde mondiale. Hormis guerre d’importantes spécificités nationales, les deux anciens ennemis avaient nombre de problèmes communs face aux ruines laissées par le conflit. On sait combien l’histoire comparative est délicate : hétérogénéité des situations, manque de données homogènes, minimisation ou accentuation des différences, difficulté à trouver la bonne échelle d’analyse... Pourtant, comparer les politiques de reconstruction qui ont été menées de part et d’autre du Rhin – accueillir les réfugiés, loger les sinistrés, remettre sur pied l’économie et les infrastructures, pour ne rien dire des problèmes politiques et psychologiques posés par les « sorties de guerre » – permet de tirer de nombreux enseignements. En même temps qu’une meilleure connaissance du passé, ils ne sont pas inutiles pour mieux comprendre les problèmes politiques, sociaux, architecturaux et symboliques surgis à la fin des nouveaux conflits qui n’ont cessé d’assombrir le monde depuis le milieu du XXe siècle1.

Étendue des dommages

  • 2 Anne Duménil, « L’expérience des ruines : Munich, 1945-1948 », dans Bruno Cabanes et Guillaume Pik (...)

2Puisqu’il s’agit de la reconstruction immobilière, commençons par la comparaison des dommages matériels. En 1945, dans les deux pays, des centaines de villes et de villages étaient anéantis. Partout, les ruines jonchaient leur territoire, trouaient les tissus urbains, s’étendaient par quartiers entiers. À Berlin, Lübeck, Cologne, Hambourg, Dresde, Heilbronn, Munich, Brême, Caen, Le Havre, Saint-Lô, Lorient, Brest, Dunkerque, Marseille, les citadins, errant dans les décombres, avaient à vivre « l’expérience des ruines2 ». Habitations et bâtiments publics effondrés, amas gigantesques de gravats, risques d’explosion de mines et d’obus non éclatés, coupures d’eau, de gaz et d’électricité consécutives à la rupture des canalisations et des réseaux, destruction des rues et des voies de communication, disparition des commerces : une vie précaire commençait pour une grande partie des habitants des villes touchées par la guerre aérienne et les combats d’infanterie. La comptabilisation précise des destructions est difficile à faire, en raison des modalités de chiffrage des destructions, différentes d’un pays à l’autre, d’une région à l’autre, d’une administration établissant le volume des destructions à l’autre. Approximativement, la France avait près de 500 000 immeubles totalement détruits et 1 600 000 endommagés, soit 18 % du capital immobilier. 15 des 17 villes de plus de 50 000 habitants étaient déclarées sinistrées. En Allemagne, à côté de Hambourg et de Dresde, les deux cités les plus atteintes, toutes les villes de plus de 100 000 habitants en 1939 étaient endommagées à plus de 50 %. Environ 45 % de leur parc immobilier était détruit (89 % à Wurtzbourg, 83 % à Bochum, 75 % à Wuppertal). La prolongation de la guerre sur le sol allemand jusqu’à la reddition finale du printemps 1945 augmenta les destructions, alors qu’en France, sauf près des poches de l’Atlantique et dans les régions de l’Est, les combats avaient peu à peu cessé près d’un an auparavant.

3Sur le plan démographique, la situation allemande était aussi la plus dramatique : 600 000 morts en France (civils et militaires confondus), 7 000 000 en Allemagne. Les deux pays avaient de plus à gérer les problèmes des personnes déplacées. Il s’agissait d’abord du retour des évacués, volontaires ou non, qui avaient quitté les régions bombardées. Cologne, par exemple, dont la population s’élevait avant guerre à 775 000 personnes, n’abritait plus que 40 000 habitants en mars 1945. Les autorités municipales devaient prévoir l’accueil des milliers de citoyens qui allaient peu à peu revenir. En France, les retours de l’exode de 1940 s’étaient effectués au long de l’automne et de l’hiver 1940. En 1945, ils ne concernaient plus que les évacués de l’Alsace et des villes de l’ouest bombardé. Ensuite, les deux pays eurent à s’occuper du rapatriement des centaines de milliers de prisonniers de guerre et de déportés. Enfin, alors qu’en France la situation se stabilisa au cours de l’été 1945, la République fédérale dut accueillir durant quelques années les millions de réfugiés de l’Est.

  • 3 Christine Mengin, Guerre du toit et modernité architecturale. Loger l’employé sous la république d (...)

4Les effets combinés des destructions, des mouvements de population et de la reprise démographique eurent des conséquences immédiates sur les reconstructions. Les deux pays ont été confrontés à un manque d’habitations et à une crise aiguë du logement. En France, la crise était ancienne car on avait peu construit entre les deux guerres et l’habitat populaire était plus que médiocre depuis la fin du XIXe siècle. Outre-Rhin, la situation était différente. En effet, tant sous la république de Weimar que pendant le IIIe Reich, les pouvoirs publics avaient été soucieux du logement des ouvriers et des employés. Dans les années 1920 et 1930, les aides institutionnelles n’avaient pas manqué pour édifier de vastes quartiers d’habitation en faveur de ces catégories sociales3. Mais ancien ou récent, le manque d’habitations obligea les pouvoirs publics à édifier des baraques et des constructions provisoires. Les urbanistes y étaient défavorables à cause de leur coût et de l’occupation des terrains qui gênaient les futures constructions. Mais ils ne furent pas écoutés car le problème était social avant d’être urbanistique. De Brest à Hambourg, s’édifièrent des quartiers de baraquements, parfois utilisés jusqu’au milieu des années 1960 et au delà.

5Devant l’étendue des ruines, les deux pays ont mené des réflexions politiques et sociales parallèles sur la façon de reconstruire. Sur certains points, elles ont été infléchies par des facteurs nationaux spécifiques.

Importance des facteurs nationaux

6La situation des deux pays au sortir de la première guerre mondiale a joué un rôle non négligeable dans la façon d’envisager la reconstruction d’après 1945.

7L’Allemagne en 1918 avait certes été vaincue et confrontée à un changement de régime politique, mais les opérations militaires n’avaient pas touché son territoire et elle n’avait pas subi de destructions majeures. De ce point de vue, si elle avait dû payer les énormes réparations prévues par le traité de Versailles, elle n’avait pas eu l’expérience d’une reconstruction immobilière. La France victorieuse, au contraire, avait à reconstruire les 13 départements du nord et de l’est qui avaient été fortement détruits. En 1919, une loi sur les dommages de guerre avait posé les bases du financement de leur reconstruction, des administrations avaient été mises sur pied pour gérer les travaux et des « hommes de l’art » mobilisés pour les effectuer. Cette expérience servit après 1945.

8À ce moment, une certaine similitude politique, évidemment impensable comme telle par les milieux français, rapprochait les deux pays. Mais la restauration de la légitimité républicaine en France, après l’épisode de Vichy, posait infiniment moins de problèmes que la reconstitution de l’Allemagne après la chute du IIIe Reich.

9L’avènement de la IVe République s’est fait dans l’idée d’une continuité avec la IIIe République. L’épuration politique commencée par le Gouvernement provisoire ne s’est pas étendue aux cadres techniques et administratifs de Vichy, particulièrement dans le domaine de l’architecture et de l’urbanisme. À partir de l’automne 1944, la reconstruction a été présentée par les milieux politiques et professionnels comme la continuation de la Résistance, de la lutte contre le régime de Pétain et l’occupation allemande. Par ailleurs, la tradition de centralisme a été réaffirmée avec la création en novembre 1944 du ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme (MRU). Issu des structures nées sous Vichy, cet organisme avait pour tâche de mettre en application les modalités de la planification à la française. Les décisions de l’administration centrale étaient applicables à travers tout le territoire. Jugées par certaines communes autoritaires et sans nuances, elles furent malgré tout acceptées sans trop de difficultés parce qu’elles furent perçues comme nécessaires à la modernisation.

10L’Empire comme la république de Weimar avaient été constitués de fédérations de régions et d’États (Länder). Les lois concernant les villes, le zoning, la protection et la préservation des monuments historiques variaient d’État à État. Sous le nazisme, un gouvernement unifié et centralisé était allé contre cette tradition. Entre 1945 et 1949, l’occupation du pays, partagé en quatre zones, combinée avec une certaine méfiance de l’opinion publique envers la centralisation, allait dans le sens d’une restauration du fédéralisme. De ce point de vue, les Alliés abrogèrent facilement la législation nazie. Mais l’absence d’État ne permit pas l’instauration d’un cadre national légal en vue de la reconstruction. Pour une étude précise des débuts de la reconstruction, il faut faire une analyse zone par zone, chacun des Alliés ayant peu ou prou importé ses propres façons de faire. Ainsi, avant la création de la République démocratique allemande en 1949, les Allemands vivant dans la zone d’occupation soviétique avaient déjà développé une approche centralisée de la reconstruction. Des expropriations à grande échelle, sans indemnité, furent menées pour les grands domaines agricoles des Junker comme pour les établissements industriels et commerciaux. Ces expropriations touchèrent en particulier les biens réputés avoir appartenu à des tenants du régime nazi. Dans la zone d’occupation française, le gouvernement militaire établi à Baden-Baden importa les méthodes mises au point à Paris. En juillet 1946, les villes de plus de 10 000 habitants durent établir un plan de reconstruction soumis à son approbation. Comme en France, les villes ne pouvaient pas choisir leurs urbanistes et leurs architectes, ce qui entraîna des conflits similaires. À Mayence par exemple, le plan de Marcel Lods fut rejeté par la ville, retardant les débuts des chantiers. À côté de la précocité soviétique et française, Anglais et Américains furent plus lents à mettre en place les procédures de reconstruction. Ce n’est qu’avec la création de la Bizone en janvier 1948, par la fusion des zones américaine et britannique, que l’administration de la reconstruction put être coordonnée.

11Vint 1949 et la naissance des deux Allemagnes. Cette coupure est sans doute le trait spécifique le plus important pour notre comparaison, car du point de vue des structures de l’État comme des cadres juridiques et législatifs, ce ne sont pas deux mais trois États qu’il faut étudier.

12En septembre 1950 fut promulguée la grande loi pour la reconstruction des villes de la République démocratique allemande, qui englobait Berlin. Elle contenait les seize principes de planification urbaine sur lesquels reposèrent les modalités de la reconstruction. L’article 23 de la constitution légalisait les expropriations des terrains nécessaires à la reconstruction. En contrepartie d’une indemnisation, ils devenaient propriétés d’État. En fait, après 1950, pas plus que depuis 1945, les propriétaires ne furent réellement indemnisés, car restaient à leur charge les lourds frais de nettoyage des décombres. Beaucoup d’expropriés partirent s’établir à l’Ouest. Comme en France, le gouvernement central planifia le déroulement des travaux à l’aide d’une administration créée à cet effet, le Ministerium für Aufbau, devenu en 1958 Ministerium für Bauwesen. Sur le modèle de la planification soviétique, celui-ci définit cinquante trois villes prioritaires pour recevoir les aides financières, matérielles et humaines pour leur reconstruction.

13En République fédérale, la loi fondamentale proclama le respect de la propriété privée. Cela signifiait que les plans de reconstruction devaient tenir compte des parcellaires antérieurs à la destruction et que les anciens propriétaires seraient indemnisés lors de leur rectification. Pour le reste, chaque Land était souverain. Il n’y eut pas de loi nationale sur la construction avant 1960. À ce moment, une grande partie de la reconstruction urbaine était achevée ou déjà bien engagée. Depuis 1949, les villes avaient essayé de prohiber, ou du moins de contenir, les constructions sans permis et le marché noir des matériaux de récupération. Bien souvent, les propriétaires de biens détruits agirent selon leur bon vouloir, en dépit des plans établis par les urbanistes. Finalement tous les États d’Allemagne de l’Ouest, sauf la Bavière qui s’était fait le porte-parole des États opposés à une loi de reconstruction commune, votèrent l’équivalent d’une loi de reconstruction. Elles rencontrèrent l’hostilité des propriétaires s’estimant lésés et mal indemnisés. Souvent membres de l’Union chrétienne démocrate, ils constituèrent d’assez efficaces groupes de pression mais n’empêchèrent finalement ni les grandes orientations de la reconstruction, ni les grands travaux.

Architectes et urbanistes

14S’il est malaisé de comparer les structures administratives et législatives des reconstructions françaises et allemandes, pour ne rien dire de la complexité des financements pourtant essentiels, le rôle éminent joué par les architectes et les urbanistes de part et d’autre du Rhin est un point commun dans l’histoire de la reconstruction dans les deux pays. Les liens entre ces professionnels, forgés au sein d’organisations internationales, étaient anciens, faits de coopération et de fascination réciproques. Tandis que les Français, à la fin du XIXe siècle, admiraient la loi prussienne de 1875 qui prévoyait que les villes se dotent d’un plan d’extension, les uns et les autres mirent en commun leurs réflexions sur leurs expériences nationales. Ce fut particulièrement le cas au moment des discussions sur le Grand Berlin et le Grand Paris dans les années 1910. L’on connaît bien les échanges franco-allemands au sein du mouvement moderne en architecture et l’influence du Bauhaus sur les Français. Après la coupure de la guerre, les échanges, qui n’avaient jamais complètement cessé, reprirent, forgeant parmi les reconstructeurs une culture commune.

15Celle-ci fut accentuée par des caractéristiques similaires de la profession : faiblesse numérique des urbanistes par rapport aux architectes, mais forte présence des premiers dans les instances décisionnelles ; importance des courants traditionalistes, admirateurs de l’architecture classique ou régionaliste, mais existence d’un noyau actif d’architectes et d’urbanistes modernes, proches des congrès internationaux d’architecture moderne (CIAM) ; vive opposition entre les défenseurs du patrimoine, partisans de réparer le plus possible d’immeubles atteints et les partisans de la table rase, prêts à démolir des bâtiments encore debout pour mieux mettre en œuvre leurs plans novateurs. Ces deux courants se sont retrouvés dans les solutions proposées pour la reconstruction, les premiers privilégiant le retour aux formes anciennes ou du moins proposant des formules d’accompagnement dans les quartiers très détruits (Paul Clemen et les tenants de l’Heimatschutz ici, Albert Laprade là), les autres optant pour une rupture complète avec le passé et l’édification de bâtiments aux formes et aux matériaux de leur temps (Auguste Perret au Havre, Hans Scharoun à Berlin).

16Autre point commun, la longévité du personnel reconstructeur. En Allemagne, les mêmes hommes qui avaient préparé la loi d’aménagement promulguée sans être appliquée en septembre 1933 furent à l’origine d’un règlement similaire bien que plus global, prenant effet en mars 1942. Ces textes de 1933 et de 1942 formeront la base des lois sur la reconstruction de l’État fédéral après 1949. Ainsi Wilhelm Dittus et Ludwig Wambsganz, qui avaient œuvré pour la loi de 1942, se retrouvèrent côte à côte en 1945-1946 pour insister sur la nécessité d’une législation nationale. Ils tentèrent de montrer les inconvénients de lois partielles et de solutions locales et l’importance d’une vision générale de la reconstruction. Cette continuité est exemplaire dans le cas de Hambourg, incarnée dans la personnalité de Konstanty Gutschow. Ayant pris part au concours de 1937 pour réaménager la ville en restaurant ses traits hanséatiques, il avait dressé en 1940 le plan général de la cité. Durant la guerre, il fut particulièrement actif comme théoricien d’un aménagement du territoire dirigé par l’État. Il participa à la création d’un organisme mixte national réunissant urbanistes et administrateurs. Mis sur pied dans les derniers jours de 1943, le Arbeitsstab prépara des normes pour la future reconstruction, non seulement à Hambourg mais dans toute l’Allemagne, en particulier à Lübeck et à Cassel. De même, les guides d’aménagement urbain que le Arbeitsstab avait mis au point pendant la guerre servirent tels quels pendant la reconstruction de certaines cités de la République à la fin des années 1940. Lors du concours de 1948 pour la reconstruction de Hambourg, Gutschow fut certes écarté pour son action sous le nazisme. Mais l’épreuve fut remportée par ses anciens collaborateurs, ceux qui avaient travaillé avec lui avant et pendant la guerre. On pourrait prendre un exemple similaire du côté français en la personne d’André Prothin. Cet ingénieur en chef à la direction des travaux de la préfecture de la Seine depuis 1931 appelait de ses vœux la création d’une administration centralisée des questions urbaines. Il y travailla activement à Vichy, en particulier en rédigeant la loi du 15 juin 1943. Restée dans la législation nationale sous le nom de Code de l’urbanisme, elle jetait les bases d’une réglementation qui sera utilisée jusque dans les années 1970.

  • 4 Joseph Nasr, « Continuité et changements dans les rues et parcellaires des centres-villes détruits (...)
  • 5 Joachim Fischer, « La Prager Strasse à Dresde. Sociologie architecturale d’un ensemble urbain utop (...)

17Dans les deux pays, ces professionnels commencèrent souvent à dresser les plans de reconstruction des cités détruites à partir de 1941-1942. Avec pour seuls changements les rectifications dues aux nouvelles destructions, ils furent repris après 1945, à Lübeck comme à Hambourg, à Gien comme à Lorient. La première tâche des planificateurs fut de déterminer selon quels principes seraient remodelés les parcellaires anéantis par les bombes et noyés sous les gravats. Dans ces cités au passé centenaire, voire millénaire, la question était de savoir si les tracés datant de l’époque médiévale ou classique seraient respectés ou s’ils seraient adaptés à l’ère de l’automobile et de la modernité. Toutes les études montrent que, sauf quelques exceptions toujours citées, les changements n’ont nulle part été radicaux4. Plus ou moins important selon les villes et les pays, un remembrement (Umlegung) des parcelles et des propriétés a agrandi et surtout régularisé des terrains issus de multiples ventes et partages, souvent enclavés les uns dans les autres et très densément occupés. L’Allemagne fédérale, la plus respectueuse du passé, a conservé les trois quarts des anciens tracés, toutes villes confondues. Cela n’a pas empêché leur élargissement, et le redressement des ruelles tortueuses de l’ancien temps comme à Düren près d’Aix-La-Chapelle où la structure des rues du noyau médiéval ne fut pas retouchée. Dans la République démocratique, grâce notamment à l’appropriation étatique du sol, les transformations furent plus radicales. À Karl-Marx-Stadt (Chemnitz en Saxe), le plan de l’ancienne ville a quasiment disparu avec l’ouverture de larges avenues et de rues perpendiculaires ; à Dresde, le quartier allant de l’ancienne gare au marché a été entièrement remodelé et la largeur de la Prager Strasse qui le structurait portée de 18 à 60 mètres5. En France, les parcellaires ont partout été rectifiés, parfois fort largement comme au Havre et à Dunkerque. Mais les changements ont été limités aux zones les plus détruites et dans l’ensemble, malgré les longues opérations de remembrement, le nouveau plan s’est toujours appuyé sur les anciens tracés.

Les choix urbains et architecturaux

18Devant l’amas des ruines, les mêmes questions se sont posées de part et d’autre des frontières : faire des réparations d’urgence et immédiates pour mettre à l’abri les habitants ou refuser tout provisoire au profit de reconstructions définitives ultérieures ; reconstruire le plus rapidement possible sans changement de répartition spatiale, de tracés et de formes ou penser l’aménagement du futur par déplacement des répartitions fonctionnelles anciennes ; accomplir les vœux des sinistrés qui attendaient un logement, même provisoire, ou respecter la planification qui demandait plus de temps. Ces questions ont été tranchées au cas par cas mais globalement, mises à part l’édification des baraques provisoires et l’obstruction de certains propriétaires, la puissance publique a gagné en imposant les solutions à long terme, comme le regroupement des fonctions administratives dans de nouvelles mairies (Stuttgart, Dieppe), la construction de marchés et de centres commerciaux (Royan, Cologne), l’ouverture de larges voies (Dresde, Caen), le réaménagement des abords des monuments historiques en particulier des édifices religieux (Amiens, Munich), la relocalisation des gares routières ou ferroviaires. De même pour le remembrement, dont les opérations ont traîné à cause des négociations avec les propriétaires récalcitrants. Le début des travaux a été retardé, mais les parcellaires ont finalement été d’autant mieux rectifiés qu’une certaine modération y a prévalu.

19Le pragmatisme des reconstructeurs explique aussi d’autres choix. Le meilleur exemple est l’utilisation des gravats et des déblais. Leur importance a induit des solutions urbanistiques : au Havre, Auguste Perret voulut s’en servir pour rehausser le niveau de la nouvelle ville, solution finalement rejetée à cause de son coût ; à Nuremberg, ils ont formé le soubassement des jardins publics et à Tours, celui du boulevard de ceinture.

20Les historiens des reconstructions se sont efforcés de faire une typologie des villes reconstruites, traditionnellement partagés entre des reconstructions dites à l’identique et des reconstructions modernistes. Cette classification s’avérant schématique et rigide au regard de la complexité des situations locales, s’y est ajoutée la catégorie des reconstructions dites moyennes, façon de dire que même les reconstructions dites à l’identique utilisaient les matériaux et les techniques de leur temps et que les reconstructions modernes s’inscrivaient dans un tissu ancien presque toujours encore visible ou lisible, comme le quartier de l’hôtel de ville de Stuttgart sur la place du Marché (Marktplatz).

21Si l’on s’en tient aux paysages, la différence entre agglomérations respectant les formes historiques et quartiers modernes est évidemment fondamentale pour saisir le caractère général d’une cité et le sentiment d’urbanité de ses habitants. Malgré des restaurations qui, après plusieurs décennies, demandent un œil exercé pour distinguer bâtiments authentiquement anciens, reconstitutions historiques et pastiches, on peut classer les villes entre modernes et anciennes, opposer Munich à Hambourg et Gien au Havre. Mais sans doute l’essentiel n’est-il pas vraiment là. Les reconstructeurs avaient, partout, à résoudre la question de l’insertion des bâtiments neufs dans les tissus anciens et celle des ruines encore debout et éventuellement réutilisables. Les tenants de l’architecture moderne, on l’a dit, poussaient à leur destruction ; ceux de la préservation des édifices anciens à leur restauration. S’immisçaient, dans ce débat architectural, les intérêts des entreprises de construction et des fournisseurs de matériaux, prompts à prôner la destruction et l’utilisation des nouvelles méthodes de construction industrialisées.

22Ces controverses dépassent le strict registre de l’architecture et de l’urbanisme. Devant l’étendue des dégâts et la limitation de leurs ressources financières, les pouvoirs publics ont eu dans les deux pays la tentation de ne pas reconstruire les villes très atteintes parce qu’il était moins onéreux de réédifier une nouvelle cité sur un emplacement vierge, non encombré de gravats, d’histoire et de mémoire. Ce fut le cas pour Hanovre comme pour Lorient ou Dugny. Tentation fugitive, car les protestations immédiates et vigoureuses des habitants par la voie de leurs conseils municipaux ou de leurs associations de sinistrés aboutirent à un recul des autorités, sommées de rebâtir ce que les bombes ennemies et amies avaient détruit. Les habitants, qu’ils fussent attachés aux formes anciennes de leurs villes ou partisans d’un renouveau symbolisé par l’architecture moderne, voulaient que leur passé ne soit pas totalement nié, du moins que les traces des destructions soient visibles, témoignage de la catastrophe. Ce respect s’est traduit par le maintien de ruines, étendues à tout un village comme à Oradour-sur-Glane, ou à un seul bâtiment comme l’église du Souvenir à Berlin.

23Reste que, avec réticences et anxiété pour les habitants, optimisme pour les reconstructeurs, les populations des pays saccagés par la seconde guerre mondiale ont surtout regardé vers l’avenir. Avec des bases juridiques et législatives diverses, des acteurs privilégiant l’État centralisé, les Länder, les régions, les villes ou les municipalités, des mécanismes financiers complexes nationaux ou internationaux, des habitants et des sinistrés plus ou moins écoutés, des temporalités décalées (temps des déblaiements, de la confection des plans, des réalisations de monuments publics et des habitations), chacun s’est efforcé d’effacer les traces de la guerre. Bien qu’au milieu des années 1960, beaucoup de bâtiments publics n’aient toujours pas été reconstruits, bien que pour des raisons idéologiques d’autres comme la Frauenkirche de Dresde aient attendu des décennies avant de retrouver leur visage d’antan, la vie a repris plus vite que d’aucuns ne l’avaient prédit, triomphe, peut-être, de l’instinct de vie sur les pulsions mortelles de la guerre.

Figure no 9 – Le Havre, 1996.

Notes

1 Cet article s’appuie sur les ouvrages suivants : Klaus von Beyme, Der Wiederaufbau. Architektur und Stadtebaupolitik in beiden deutschen Staaten, Munich, Piper, 1987; Jeffrey M. Diefendorf, In the wake of war. The reconstruction of German cities after World War II, New York-Oxford, Oxford University Press, 1993 ; Danièle Voldman, La Reconstruction des villes françaises de 1940 à 1954. Histoire d’une politique, Paris, L’Harmattan, 1997 ; Dominique Barjot, Rémi Baudouï et Danièle Voldman (dir.), Les Reconstructions en Europe (1945-1949), Bruxelles, Éditions Complexe, 1997.

2 Anne Duménil, « L’expérience des ruines : Munich, 1945-1948 », dans Bruno Cabanes et Guillaume Piketty (dir.), Retour à l’intime au sortir de la guerre, Paris, Tallandier, 2009, p. 101-115.

3 Christine Mengin, Guerre du toit et modernité architecturale. Loger l’employé sous la république de Weimar, Paris, Publications de la Sorbonne, 2007.

4 Joseph Nasr, « Continuité et changements dans les rues et parcellaires des centres-villes détruits en Allemagne et en France », dans Patrick Dieudonné (dir.), Villes reconstruites. Du dessin au destin, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 209-217.

5 Joachim Fischer, « La Prager Strasse à Dresde. Sociologie architecturale d’un ensemble urbain utopique », Histoire urbaine, no 25, août 2009, p. 69-82.

Table des illustrations

Légende Figure no 9 – Le Havre, 1996.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5318/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 151k

Auteur

Agrégée d’histoire, titulaire d’une maîtrise d’urbanisme, a soutenu sa thèse de doctorat d’État sur la reconstruction des villes françaises après la seconde guerre mondiale en 1995. Elle a fait partie de l’Institut d’histoire du temps présent (CNRS) puis a rejoint en 2005 le Centre d’histoire sociale (CNRS – Paris I – Panthéon-Sorbonne), où elle est directrice de recherche émérite. Tout en restant spécialisée en histoire urbaine, ses champs de recherche se sont diversifiés : approche comparée des deux conflits mondiaux d’un point de vue social et urbanistique, fonctionnements urbains au cours du XXe siècle, histoire du logement, conséquences des guerres dans l’organisation des villes, rites funéraires des sociétés en guerre et conséquences des deux guerres mondiales dans les rapports de genre en France et en Europe. Sur le sujet, elle a publié notamment : « La reconstruction des villes : solutions françaises et modèles allemands – France-Allemagne 1944-1947 », Les Cahiers de l’ΙΗΤΡ, nos 13-14, décembre 1989-janvier 1990, p. 233-241 ; La Reconstruction des villes françaises de 1940 à 1954. Histoire d’une politique, Paris, L’Harmattan, 1997 ; Les Reconstructions en Europe (1945-1949), Bruxelles, Complexe, 1997 (direction en collaboration avec Dominique Barjot et Rémi Baudouï).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540