Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Reconstruction en Normandie et en Basse-Saxe après la seconde guerre mondiale

 | 
Corinne Bouillot

Introduction

Corinne Bouillot

Texte intégral

1L’attention croissante que porte la communauté scientifique à l’espace urbain, mais également l’intérêt grandissant des populations pour les questions patrimoniales et mémorielles relatives à l’après seconde guerre mondiale, constituent les points de départ de cet ouvrage collectif qui étudie la reconstruction de deux régions sinistrées dans une perspective transnationale et pluridisciplinaire. Partant du double sens du terme même de « reconstruction », qui a aussi désigné de manière générique le processus de relèvement économique et politique de l’après-guerre, les différents auteurs traitent la thématique dans sa dimension architecturale et urbanistique, mais aussi, de manière plus générale, sous l’angle politique, socioéconomique, sociétal et culturel. Une attention particulière est accordée à l’histoire des représentations et des mentalités. Les parallèles transrégionaux s’inscrivent ici dans une problématique européenne qui commence à faire l’objet d’études comparatistes - un champ scientifique qui reste toutefois encore largement à explorer. En outre, le présent ouvrage entend apporter une contribution novatrice sur le lien peu étudié jusqu’ici entre mémoire des destructions de la seconde guerre mondiale et représentation de la reconstruction, ou plutôt des reconstructions.

  • 1 Pour un aperçu général, voir le livret d’accompagnement Rouen et Hanovre. La reconstruction après (...)

2L’exposition « Rouen et Hanovre : la reconstruction », réalisée en 2008 par Cécile-Anne Sibout et Stephanie Springer avec le soutien de la Communauté d’agglomération rouennaise et de la région administrative de Hanovre1, avait reçu des pouvoirs publics régionaux et du public un accueil qui témoigne d’un intérêt croissant pour un patrimoine commun, ou du moins comparable, dont les deux villes jumelées depuis 1966 semblent prendre conscience : patrimoine architectural des années 1950 et du début des années 1960, qui fait progressivement l’objet d’une (re)valorisation ; mais aussi patrimoines immatériels de deux populations qui, en dépit des mémoires souvent très divergentes de la seconde guerre mondiale, semblent aujourd’hui davantage sensibilisées à la question des réalités et des représentations communes qui marquent les années d’après-guerre en France et en Allemagne, et peut-être plus généralement dans l’Europe de l’après 1945.

  • 2 « Hillebrecht. Das Wunder von Hannover », Der Spiegel, no 23, 3 juin 1959, p. 56-69, ici p. 62.
  • 3 Claire Étienne-Steiner, Le Havre, Auguste Perret et la Reconstruction, Rouen, Inventaire général, (...)
  • 4 Maria Gravari-Barbas, « Patrimonialisation et réaffirmation symbolique du centre-ville du Havre. R (...)
  • 5 Voir la présentation de ce patrimoine sur le site de la ville du Havre, http://www.le-havre.fr.

3La comparaison interurbaine peut être tout aussi pertinente pour les villes du Havre et de Hanovre, en particulier en matière de mise en patrimoine de l’architecture et de l’urbanisme de l’après-guerre. La reconstruction y fut dans les deux cas caractérisée par une modernité que revendiquaient ses principaux acteurs, convaincus que la destruction massive des centres-villes constituait une opportunité d’appliquer leurs principes à grande échelle : Hanovre s’offrait à Rudolf Hillebrecht, urbaniste en chef, comme un « gigantesque champ d’expérience2 », tandis qu’Auguste Perret considérait Le Havre comme un « laboratoire », une « page blanche3 » sur laquelle se dessineraient les contours de la reconstruction. Dans ces deux villes comme ailleurs, architecture moderne et fonctionnalisme ont été très critiqués, en particulier depuis le début de l’ère postmoderne, et ce n’est que depuis une quinzaine d’années que l’héritage de la reconstruction est redécouvert en même temps qu’il suscite une réflexion sur son prolongement dans le présent, sa mise en valeur et sa réappropriation par les populations urbaines. Tout d’abord considéré comme « typiquement américain » et « sans âme », le centre-ville reconstruit du Havre – « Stalingrad-sur-Mer » ! – avait ensuite souffert d’un amalgame avec l’architecture des pays de l’Est depuis que le parti communiste avait ancré son influence dans la ville, après seulement que la reconstruction y eut été bien engagée4. Le regain d’intérêt pour la protection du patrimoine dans les années 1980 n’avait tout d’abord que peu servi l’architecture de cette période, d’autant plus qu’à côté d’autres villes normandes, Le Havre – qui connaissait par ailleurs les difficultés économiques liées à la désindustrialisation – ne semblait détenir que peu de « richesses ». Le processus de patrimonialisation, engagé dans les années 1990, a abouti comme on le sait à l’inscription du centre-ville reconstruit au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2005, très fortement médiatisée par l’équipe municipale qui y voit une opportunité de réconcilier les Havrais avec leur ville5.

Figure no 1 – Le centre-ville du Havre vu de la tour de l’hôtel de ville, avec l’église Saint-Joseph.

  • 6 Voir la contribution de Stephanie Springer, qui étudie aussi les conditions juridiques de ce rappo (...)
  • 7 Voir le titre de l’article du Spiegel cité plus haut : « Das Wunder von Hannover », art. cité.
  • 8 Voir en particulier les publications de l’architecte Friedrich Lindau, notamment Hannover. Wiedera (...)
  • 9 Pour une réflexion générale – mais qui prend principalement appui sur l’exemple de Hanovre – à pro (...)

4L’exemple de Hanovre, bien que moins spectaculaire, est néanmoins lui aussi intéressant sous cet angle patrimonial, en raison des discussions animées que suscite depuis quelques années la confrontation à l’héritage architectural et urbanistique6. Là encore, la reconstruction moderne et en particulier le concept de ville adaptée à l’automobile avaient suscité beaucoup de réserves dans les années 1970 : les crises pétrolières rendaient problématique cette orientation qui s’était pourtant voulue futuriste dès la fin des années 1940 et était entrée dans les annales sous l’expression de « miracle de Hanovre7 », à l’époque où la RFA connaissait un essor économique sans précédent. Les principaux détracteurs de Rudolf Hillebrecht lui reprochaient aussi d’avoir sacrifié à sa vision d’une ville au plan aéré et organisée en différents espaces fonctionnels un certain nombre de monuments historiques qui avaient pourtant échappé aux destructions de la seconde guerre mondiale8. Or, depuis quelques années, on a développé une réflexion d’envergure sur l’« avenir de l’héritage9 », comme l’affectation de bâtiments marquants de l’après-guerre à de nouveaux usages. Le mouvement d’initiative citoyenne qui s’est développé à Hanovre pour s’opposer à la démolition planifiée de la salle plénière du parlement régional (Landtag) de Basse-Saxe, une construction moderne que l’architecte Dieter Oesterlen avait envisagée comme symbole du renouveau politique, est quant à lui emblématique de la volonté de se réapproprier une architecture liée à l’histoire de la démocratie après 1945 - à l’heure où les débats sont également nombreux, en Allemagne, à propos de la réédification de monuments anciens disparus non reconstruits dans les premières décennies d’après-guerre.

  • 10 Pour un bilan historiographique récent, voir Georg Wagner-Kyora, « Wiederaufbau und Stadtgeschicht (...)
  • 11 Voir en particulier, pour la France, Danièle Voldman, La Reconstruction des villes françaises de 1 (...)
  • 12 On peut toutefois citer deux publications importantes : Jeffrey Diefendorf (dir.), Rebuilding Euro (...)
  • 13 Wiederaufbau der Stadte : Europa seit 1945/Rebuilding European Cities : ReconstructionPolicy since (...)
  • 14 Pour un compte rendu détaillé de la manifestation, voir Katharina Bartels, « Review of Wiederaufba (...)

5L’histoire urbaine s’est emparée depuis une vingtaine d’années de la thématique de la reconstruction des villes détruites par les bombardements de la seconde guerre mondiale. Les recherches se sont accentuées plus récemment avec le spatial turn qui, dans le cadre plus général des cultural studies et de l’histoire des représentations, met davantage en avant la question des mentalités et de l’appropriation par les citadins des paysages urbains reconstruits ou à reconstruire. Ont pu être ainsi analysés, au-delà des aspects politiques, économiques et urbanistiques, les références locales et le rapport historico-politique des habitants à leurs villes, par exemple à travers l’étude de monuments emblématiques nouveaux ou reconstruits générateurs d’identité10 Alors que les monographies consacrées à différentes villes reconstruites sont relativement nombreuses et que quelques travaux importants replacent les reconstructions urbaines dans leur contexte national11, la dimension européenne de la reconstruction a été relativement peu étudiée12, jusqu’à ce qu’un colloque international résolument comparatiste organisé en 2009 par Georg Wagner-Kyora ne place au cœur des problématiques abordées la question de la reconstruction des villes européennes de 1945 à nos jours13. Une des lignes de force du projet était de prendre en compte les recherches récentes sur les représentations urbaines pour analyser l’image que les villes cherchent à donner d’elles-mêmes dans leur processus de reconstruction moderne ou historicisante, ainsi que le rôle joué par les traditions et les ruptures dans la formation des identités des sociétés locales14.

  • 15 Corinne Bouillot, « Wiederaufbau-Regionen in Europa : Normandie und Niedersachsen im Vergleich », (...)

6Ce colloque, qui reposait principalement sur une comparaison entre villes (telles Berlin, Rotterdam, Varsovie, Tallinn, Hambourg, etc.), a permis d’évoquer aussi la question de la pertinence d’une étude comparée qui porterait sur des régions européennes sinistrées tout en incluant les différences de perspectives nationales15. En effet, il semblerait que les approches transnationales aient été longtemps bloquées, malgré les similitudes observables dans les processus de la reconstruction, en raison de contextes mémoriels très variables dans les pays sortis vainqueurs de la seconde guerre mondiale, dont certains furent bombardés par leurs alliés, et les pays vaincus. Pour la France, on peut d’ailleurs considérer que les études sur la reconstruction sont restées assez peu nombreuses du fait des tabous qui ont longtemps pesé sur la mémoire des bombardements alliés.

  • 16 Les collaborations existaient antérieurement et sont particulièrement importantes dans le domaine (...)
  • 17 Statistische Monatshefte Niedersachsen, no 10, 2006, publié par Niedersächsiches Landesamt für Sta (...)
  • 18 Recensement de 1946, documentation en ligne de l’INSEE.
  • 19 Pour la répartition des destructions de guerre en France, voir D. Voldman, op. cit. Pour un bilan (...)
  • 20 Respectivement 12,5 % et 20 %. Statistique dans Annette von Boetticher, Klaus Fesche, Rolf Kohlste (...)
  • 21 Voir les contributions de Jochen Oltmer, Christiane Schroder et Thorsten Heese.

7Il est clair que dans le cas du présent ouvrage, l’élément déterminant pour une comparaison a été constitué par les liens politiques et culturels déjà établis par la région Haute-Normandie et le Land de Basse-Saxe, jumelés officiellement depuis 200016, mais que l’importance du territoire normand dans son ensemble pendant les opérations militaires de la seconde guerre mondiale nécessitait d’étendre la problématique traitée aux départements de Basse-Normandie et en particulier à l’exemple de la ville de Caen. Aussi bien d’un point de vue administratif (dans la France centralisée et l’Allemagne fédérale) que démographique (la population de la Basse-Saxe s’élevait en 1946 à 6,4 millions d’habitants17, contre 2,27 millions pour l’ensemble de la Normandie18), les deux objets d’étude ne sont certes pas comparables à tout point de vue. À la partition administrative du territoire normand, sujet de nombreux débats et de maintes discordes, correspond toutefois l’hétérogénéité du Land de Basse-Saxe (Niedersachsen), qui ne s’est constitué qu’en novembre 1946 sur décision des forces d’occupation en Allemagne, par fusion des anciens Lander ou provinces de Hanovre, Brunswick, Oldenbourg et Schaumburg-Lippe. La Normandie fait partie des régions les plus sinistrées de France19, tandis que le degré moyen de destruction du territoire bas-saxon, plus éloigné des principales opérations de guerre, se situait en dessous de la moyenne allemande20. Sa structure à dominante agraire fait que la situation en matière de logement y était au départ moins catastrophique que dans d’autres Länder ; or, en devenant l’une des principales régions d’accueil des millions de réfugiés et expulsés allemands de l’Est de l’Europe21, la Basse-Saxe connut elle aussi un problème crucial de logement qui dut être compensé par d’importants programmes de construction. D’autant plus que les destructions provoquées par les bombardements alliés avaient gravement touché six villes du futur Land : Hanovre (qui allait devenir la capitale régionale), Brunswick (Braunschweig), Osnabrück, Hildesheim, Wilhelmshaven et Emden. Cinq d’entre elles avaient été bombardées par les Anglo-américains surtout en 1943 et 1944 pour des raisons stratégiques (nœuds de circulation importants, infrastructures industrielles et portuaires), tandis que Hildesheim n’avait été détruite qu’en mars 1945, dans le cadre de la Moral Bombing Strategy alliée. La Normandie avait quant à elle déjà souffert des attaques allemandes en 1940, mais subit ses principales destructions en 1944 dans le contexte de l’Overlord, donc des bombardements qui précédèrent le débarquement allié et des opérations militaires qui lui succédèrent. Aux destructions terrestres de la bataille de Normandie, qui toucha également petites villes et villages, s’ajoutèrent les attaques aériennes qui avaient pour cibles les ponts, les axes de circulation, ainsi que les complexes ferroviaires et portuaires. C’est en septembre 1944, après les bombardements meurtriers sur le port et la ville du Havre, que l’ensemble du territoire normand put être libéré - alors que la guerre se poursuivait en Allemagne, touchant encore durement la Basse-Saxe. La stratégie anglo-américaine d’Area Bombing fut certes critiquée en France par la population civile, qui, malgré la propagande de Vichy, semble toutefois avoir davantage « toléré » les bombardements, en vue de la Libération, que ne le fit la population allemande face aux attaques ennemies.

  • 22 Selon les évaluations du ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme, 421 communes normandes (...)
  • 23 On renoncera ici à une comparaison statistique détaillée, dans la mesure où les critères choisis s (...)

8Si, en Normandie, les campagnes furent aussi touchées, contrairement à la Basse-Saxe - et donc le nombre de communes sinistrées bien supérieur22-, les taux de destruction dans les grandes villes et villes moyennes sont comparables23 à ceux des six villes de Basse-Saxe évoquées plus haut : on nommera ici sans être exhaustif Le Havre (Seine-Inférieure), Saint-Lô (Manche), Caen (Calvados), Évreux (Eure), ainsi que Rouen et son agglomération (Seine-Inférieure). Les centres-villes de ces villes normandes et bas-saxonnes furent parfois détruits jusqu’à 80-90 %, ce qui créa en matière de reconstruction une situation bien souvent similaire.

Figure no 2 – Caen, 10 juillet 1944. En arrière-plan, les clochers intacts de l’Abbaye-aux-Hommes.

  • 24 Sur le centralisme français en matière de reconstruction, qui s’oppose au fédéralisme ouest-allema (...)
  • 25 De nombreuses monographies ont déjà été publiées sur Le Havre, voir en particulier Joseph Abram, L (...)
  • 26 Sur Rudolf Hillebrecht et l’empreinte durable qu’il laissa sur « sa » ville, voir notamment Sid Au (...)
  • 27 Voir la contribution de Gabi Dolff-Bonekàmper.

9Le volet le plus « visible » du processus de reconstruction concerne la réalisation de programmes architecturaux et urbanistiques ambitieux qui donnèrent lieu à des processus décisionnels complexes ayant abouti à des degrés variables de « modernité ». Ont déjà été évoqués plus haut les projets d’envergure, caractérisés par une relative homogénéité, réalisés dans les centres-villes du Havre et de Hanovre sous la houlette de deux « décideurs » qui marquèrent profondément le paysage urbain de leur empreinte. Le ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme (MRU), créé dès l’automne 194424, avait confié à Auguste Perret le projet de plan directeur pour un centre-ville totalement remanié qui prévoyait, outre de nouvelles infrastructures, un grand programme de logement pour environ 40 000 sinistrés. Dans la réception des projets réalisés jusqu’en 1964, c’est l’harmonie des quelque 200 îlots réalisés par différents architectes selon les techniques de préfabrication et avec une revalorisation du béton apparent – que le « maître » avait souhaité transformer en matériau noble – qui fut saluée par la profession25. Comme pour Le Havre, l’urbaniste en chef Rudolf Hillebrecht, en poste à Hanovre pendant plusieurs décennies26, satisfaisait dans son projet d’urbanisme adopté en 1951 par le conseil municipal aux exigences d’une ville au plan aéré répondant aux nouveaux principes hygiénistes ; mais voulant faire de la capitale régionale une city commerciale et administrative, il préconisa quant à lui davantage la localisation des quartiers d’habitation à la périphérie du centre-ville reconstruit. Parmi les projets résolument novateurs, il faut bien sûr aussi évoquer, pour la Normandie, la « Zone verte » conçue par l’adepte du mouvement moderne Marcel Lods, un ensemble architectural implanté dans le centre-ville de Sotteville-lès-Rouen anéanti par les bombardements du 19 avril 1944. Cette réalisation, bien que restreinte en termes de superficie occupée, n’en demeure pas moins majeure et comparable à d’autres grandes créations architecturales européennes ; elle peut être considérée comme l’un des tous premiers « grands ensembles » en France27.

Figure no 3 – Commerce de fortune dans les mines de Hanovre vers 1946. À l’arrière-plan, l’église du Marché (Marktkirche), très endommagée.

  • 28 Voir les contributions de Sid Auffarth, de Georg Wagner-Kyora, de Peter Stettner, d’Élisabeth Chau (...)
  • 29 Voir la contribution de Peter Stettner dans cet ouvrage, ainsi que son article « Auf dem steinigen (...)
  • 30 Voir la contribution de Cécile-Anne Sibout.
  • 31 Il s’agit de l’organisme chargé de gérer les fonds du plan Marshall. Les lotissements en question (...)
  • 32 Sur l’histoire des appartements témoins du Havre, voir Élisabeth Chauvin et Pierre Gencey, Apparte (...)
  • 33 Voir la contribution d’Élisabeth Chauvin et Pierre Gencey dans cet ouvrage.

10Les reconstructions du Havre et de Hanovre, mais aussi celle de Rouen, ont en commun une forte médiatisation étudiée dans plusieurs contributions de cet ouvrage, qui analysent d’ailleurs assez diversement la question de la participation des citoyens aux processus décisionnels et/ou des initiatives destinées à les informer tout en les « éduquant28 ». Le travail pédagogique mis en œuvre pour convaincre les sinistrés du bien-fondé des projets d’urbanisme et d’architecture et des normes sociétales qu’ils contribuaient à établir donna lieu à de nombreuses expositions (comme Constructa à Hanovre en 1951), à de nombreux articles dans la presse ou encore à des films documentaires ou publicitaires, comme celui réalisé en 1952 par la firme Gaumont intitulé « Renaissance du Havre » et ceux du journaliste Heinz Koberg, qui présenta pas à pas la reconstruction de Hanovre pendant une décennie, avec une narration mettant en valeur la réussite de l’entreprise29. La presse s’inscrivit aussi dans cette perspective didactique, expliquant et vantant à la population les choix opérés en matière d’urbanisme ou d’architecture et donnant même des conseils pratiques aux sinistrés sur les démarches à effectuer. Elle se réserva parfois dans le même temps, comme le montre l’exemple du quotidien Paris-Normandie pour la reconstruction rouennaise, le droit de critiquer la lenteur des réalisations en relayant les frustrations de ceux qui tardaient à être relogés30. Autre forme de médiatisation, Hanovre et Brunswick participèrent en 1952-1953, avec de nouveaux lotissements, à une campagne fédérale de promotion de nouvelles normes pour le logement social sous l’égide de l’Economic Cooperation Administration31 (ECA). Le MRU avait quant à lui fait construire dès 1947 les premiers Immeubles sans affectation individuelle (ISAI) au Havre, qui s’est doté aussi très tôt d’appartements témoins destinés à convaincre les sinistrés de se réinstaller au centre-ville32. La présentation de logements neufs équipés de meubles en série donna même lieu à une véritable propagande censée, au moins au départ, propager les idéaux de la modernité33.

Figure no 4 – Affiches appelant la population à participer à la reconstruction de Hanovre. Photogramme du film Hannover 1949-1950 de Heinz Koberg.

Figure no 5 – La place du Marché à Osnabrück en 1959, après sa reconstruction.

  • 34 Voir les contributions de Danièle Voldman ou encore Georg Wagner-Kyora.
  • 35 Le présent ouvrage est consacré principalement à la reconstruction des grandes villes et villes mo (...)
  • 36 On a utilisé pour désigner la reconstruction de Hanovre plus volontiers le terme de Neuaufbau que (...)
  • 37 Voir la contribution de Georg Wagner-Kyora.
  • 38 Pour Hildesheim, voir en particulier Manfred Overesch, « Auf dem Wege zur GroBstadt. Der Wiederauf (...)
  • 39 Voir les contributions de Pierre Bergel et Patrice Pusateri.
  • 40 Sur l’expérience originale – mais souvent méconnue – que représente la reconstruction de Caen, voi (...)
  • 41 Patrice Pusateri, Rouen. La reconstruction, Rouen, Inventaire général, « Itinéraires du patrimoine (...)

11La modernité revendiquée pour cette période de l’après-guerre conçue comme une rupture radicale ne peut faire oublier les continuités, par exemple concernant le rôle des architectes et urbanistes dont une partie avait déjà travaillé en France comme en Allemagne sous les régimes précédents34. Mais dans les paysages urbains eux-mêmes, on constate à travers les exemples normands et bas-saxons une variété d’options de reconstruction35 qui impliquent des attitudes variables par rapport au passé et à la tradition. Ainsi, même dans la ville « nouvelle » de Hanovre36, Rudolf Hillebrecht avait préconisé, pour conserver à la ville son « identité », la reconstruction de ce qu’il appelait des « îlots de tradition » autour des principaux monuments emblématiques de la ville très endommagés et restaurés – un concept appliqué également dans la ville de Brunswick et qui supposait la réédification plus ou moins à l’identique d’édifices disparus, voire le remontage de façades sauvées des destructions à un nouvel emplacement37. À Hildesheim et Osnabrück, les débats sur modernité et tradition conduisirent à des compromis : Osnabrück reconstruisit à l’identique dès 1948 son hôtel de ville, lieu de mémoire emblématique car c’est là que la paix de Westphalie avait été proclamée 300 ans auparavant, et opta pour une reconstruction historicisante de la place du Marché (Markt) sur laquelle se trouvait cet édifice. Hildesheim reconstruisit ses principales églises, tout en réorganisant sa place du Marché selon des principes novateurs et en renonçant dans un premier temps à réédifier sa célèbre maison de la Guilde des bouchers (Knochenhaueramtshaus), un édifice à colombages de la Renaissance38. Les exemples de Caen et de Rouen s’inscrivent dans les mêmes compromis, avec une volonté appliquée au cours de la reconstruction de mettre en valeur les principaux édifices médiévaux sauvegardés et restaurés39. Pour la reconstruction de Caen prévalurent la mise en valeur du château, les toits en pente en ardoise et l’utilisation de la pierre de Caen comme matériau traditionnel, mais aussi l’application de savoir-faire urbains novateurs40. À Rouen, où une grande partie du patrimoine architectural avait échappé aux destructions mais où notamment tout le quartier au sud de la cathédrale a dû être reconstruit, « tout a été mis en œuvre pour que la ville reconstruite s’amalgame avec la ville ancienne dans une même orchestration, sans pour autant recourir au pastiche41 ». Une grande partie des villes normandes et bas-saxonnes put ainsi conserver des édifices sacrés ou profanes qui servaient de repères identitaires à la population, tandis qu’au Havre, ce sont des constructions modernes comme l’église Saint-Joseph et l’hôtel de ville, avec sa tour de 70 mètres, qui devaient servir de nouveaux points d’ancrage dans le paysage urbain.

Figure no 6 – Les travaux de la reconstruction rouennaise, au sud de la cathédrale, en 1951.

  • 42 Sur le choix de la reconstruction du Leineschloss, le château sur la Leine, voir la contribution d (...)

12Au-delà des similitudes dans les choix de reconstruction – bien souvent imposés aussi par le pragmatisme – la question du rapport au passé plus ou moins récent semble toutefois se poser différemment dans les deux régions, mais plus généralement dans les deux pays bombardés respectivement par leurs ennemis et par leurs alliés. La question du lien entre renouveau démocratique après 1945 et modernité architecturale semble avoir davantage été posée en Allemagne, au moins dans les milieux spécialisés : ce fut par exemple le cas de l’architecte hanovrien Dieter Oesterlen, qui conçut pour le nouveau Parlement régional un bâtiment résolument moderne destiné à héberger la salle plénière, lieu de débat démocratique s’il en est. Cet hémicycle était par ailleurs accolé à l’ancien château de Hanovre reconstruit, dans un dialogue clairement revendiqué entre modernité et tradition42.

  • 43 Voir la contribution de Peter Stettner.

13Dans le cas, par exemple, d’un édifice de représentation comme le nouveau palais des consuls de Rouen, achevé en 1954 et rappelant l’architecture monumentale du palais de Chaillot à Paris, on peut en revanche se demander si la rupture avec le passé récent a vraiment suscité une réflexion sur le lien entre formes architecturales et représentation de la démocratie. Mais même en Allemagne où les discussions furent peut-être plus nombreuses, on observe une tendance massive à présenter la reconstruction comme une véritable « performance » sans prendre en considération les causes de la destruction. Cette fuite en avant ou ce refoulement du passé récent est par exemple manifeste dans les films de Heinz Koberg sur Hanovre, qui occultent totalement le nazisme43.

  • 44 Aux différences de contexte s’ajoute ici une difficulté de traduction, l’allemand distinguant les (...)
  • 45 En revanche, on apporta un soin particulier à la restauration des monuments emblématiques endommag (...)
  • 46 La publication récente par l’hebdomadaire Der Spiegel d’un article de fond sur ces questions, trai (...)
  • 47 Voir la contribution de Georg Wagner-Kyora.
  • 48 Les exemples les plus connus sont ceux de la Frauenkirche de Dresde et du débat sur la reconstruct (...)
  • 49 W. G. Sebald, Luftkrieg und Literatur, Munich-Vienne, Carl Hanser Verlag, 1999 (traduction françai (...)
  • 50 Peter Bürger, « Moderne – Identität – Rekonstruktion », dans Identitat durch Rekonstruktion ? Posi (...)

14Un autre élément pertinent de comparaison et de divergence concerne le poids radicalement différent accordé à la problématique de la réédification de monuments disparus44. À titre d’exemple, la perte totale d’un des édifices sacrés majeurs de Rouen, l’église Saint-Vincent pulvérisée en 1944 par un bombardement allié, n’a à notre connaissance pas donné lieu à un débat sur une réédification qui aurait pu inclure une réflexion sur sa destruction45. En Allemagne, les débats furent en revanche très nombreux – dans les années d’après-guerre puis de nouveau après 1975, et encore davantage depuis une vingtaine d’années – sur l’opportunité de reconstruire des monuments détruits (presque) entièrement par les attaques ennemies46. La Basse-Saxe offre plusieurs exemples marquants de cette thématique encore très actuelle. Il serait toutefois abusif de considérer schématiquement que les adeptes d’une reconstruction historicisante furent nécessairement des traditionalistes et les tenants d’une architecture nouvelle des démocrates convaincus. La reconstruction de monuments anciens issus d’époques considérées comme « progressistes » devait en effet, dès les années d’après-guerre, fournir aux populations urbaines des références historiques « acceptables » après la période nationale-socialiste, néanmoins bien souvent occultée dans les débats. Inversement, l’exemple de la démolition de la ruine du château de Brunswick, qui avait servi après 1935 de centre de formation de la SS, montre que le rapport au passé allemand récent était déterminant dans les choix de reconstruction, mais de manière plus ou moins explicite. La réalité, très complexe, ne peut être ici étudiée qu’en fonction des contextes locaux, particulièrement variables d’une ville à l’autre47. Avec toute la vigilance nécessaire, on retiendra peut-être que l’engouement actuel, en Allemagne, pour la reconstruction de monuments anciens48 témoigne d’un rapport désormais plus décomplexé au passé dans un contexte de revendication d’une identité allemande « normalisée ». On peut émettre l’hypothèse que le sentiment de perte qui s’accompagne d’un intérêt croissant (médiatique et historiographique) pour les victimes allemandes de la fin de la seconde guerre mondiale favorise aujourd’hui un désir plus affirmé de retrouver le paysage urbain d’avant-guerre. Ainsi, dans une documentation récente réunie par le ministère fédéral de la construction et du développement urbain, un des auteurs s’appuie sur les thèses de l’écrivain W. G. Sebald à propos des « silences » sur la guerre aérienne49 pour considérer la reconstruction tardive comme une réaction légitime à une perte traumatique qui aurait longtemps été tabouisée50.

Figure no 7 – Extension moderne du château de Hanovre conçue par Dieter Oesterlen entre 1957 et 1962 pour abriter le nouveau Parlement de Basse-Saxe.

  • 51 Sur l’idée d’une « reconstruction comme “silence de la mémoire” » après le traumatisme de la destr (...)
  • 52 Henning Meyer, « Les musées de la seconde guerre mondiale et la transmission de la mémoire. Les ex (...)
  • 53 Voir en particulier Andrew Knapp, « The Destruction and Liberation of Le Havre in Modem Memory », (...)
  • 54 Voir la contribution de Pierre Bergel.
  • 55 Voir la contribution de Corinne Bouillot.
  • 56 Voir la contribution de Patrice Gourbin.
  • 57 Comme celle qui a sous-tendu la proposition (non retenue) soumise au Parlement européen en 2005 pa (...)

15Ces différents contextes nationaux suscitent une interrogation sur la place qu’occupent les constructions mémorielles dans la réalité multiple désignée sous le vocable générique de « reconstruction ». Une question notamment s’impose dans ce cadre : pouvait-il y avoir concomitance entre la mémoire des destructions et une reconstruction matérielle et économique qui, après le traumatisme, a pu prendre la forme d’une fuite en avant51 ? Comme ceci a pu être noté pour Caen, le « besoin social de construction de la mémoire » des bombardements n’a pu se manifester qu’après que le besoin de reconstruction matérielle fut satisfait52. Par ailleurs, l’effet de sidération et le traumatisme profond provoqués par exemple par le pilonnage systématique et très meurtrier du Havre en septembre 1944 ont manifestement retardé, voire empêché l’émergence d’un discours mémoriel construit, alors que les souvenirs des bombardements sont toujours restés très présents en arrière-plan53. L’exemple de Caen, dont le patrimoine issu des modalités pourtant novatrices de la reconstruction semble souffrir d’une longue « amnésie urbaine54 », montre explicitement ce lien peu abordé jusqu’ici par la recherche entre mémoire des destructions et mémoire des reconstructions. Le cas de la mémoire des bombardements rouennais de l’après-guerre jusqu’à nos jours55 s’inscrit aussi dans une étude des champs mémoriels qui contribuent à produire notre perception de l’espace et à le visualiser, de même que l’exemple de la construction du territoire commémoratif des plages du débarquement permet de comprendre quels étaient les priorités et les schémas dominants dans une Normandie où les enjeux de la mémoire étaient multiples56. Si cet ouvrage revendique son inscription dans une perspective transnationale, l’européanisation de la mémoire des destructions et des reconstructions nécessite néanmoins une vigilance particulière, à l’heure où des initiatives révisionnistes57 tentent, à propos des victimes civiles des bombardements et autres conséquences humaines de la seconde guerre mondiale, de gommer les responsabilités et d’occulter les contextes historiques locaux et nationaux.

  • 58 Pour la situation matérielle au lendemain de la guerre en Basse-Saxe et la précarité qui la caract (...)

16Cette vigilance est également de mise lorsqu’on étudie les conséquences immédiates des destructions sur la vie des populations, même si cet ouvrage montre bien par ailleurs les similitudes en termes de précarité matérielle et sociale dans les deux régions sinistrées. Les programmes de reconstruction d’envergure qui suscitent aujourd’hui un regain d’intérêt sous l’angle patrimonial ne doivent en effet pas faire oublier la situation catastrophique, en matière de logement, au lendemain du conflit. Cette crise du logement ayant particulièrement affecté les deux régions à comparer, plusieurs contributions reviennent sur la question du logement provisoire dans lequel s’entassaient les sinistrés des principales villes normandes et bas-saxonnes. Ce phénomène des mal-logés pose aussi la question des constructions identitaires et de la mémoire des cités provisoires58.

Figure no 8 – Les hébergements d’urgence en demi-lunes (Nissenhütten) dans le parc du château d’Osnabrück vers 1955.

  • 59 Voir l’exemple de la vie dans les quartiers insalubres de Rouen et des actions menées contre les « (...)
  • 60 Sur le dilemme consistant à construire vite pour reloger les sinistrés ou à prendre le temps d’éla (...)
  • 61 Voir la contribution de Corinne Bouillot.
  • 62 Voir la contribution de Jean-Marie Cipolat-Gotet.

17Ajoutée à la problématique du logement insalubre, que l’application des principes hygiénistes dans la période de la reconstruction condamnait à la démolition, cette crise posait de graves problèmes sociaux et incitait des acteurs locaux et nationaux à réagir, à l’instar de l’abbé Pierre dans son célèbre appel de 195459. Elle imposait ainsi aux décideurs une prise de conscience des lenteurs souvent observables dans les processus de reconstruction60, les projets-phares très médiatisés mis à part. L’histoire de l’immédiat après-guerre dans les villes détruites est également étudiée en lien avec le rôle des femmes dans la réorganisation du quotidien et l’image des Trümmerfrauen allemandes, ces femmes qui déblayaient les décombres des villes en ruines – image qui a été à maints égards érigée en mythe61. La problématique sociale est aussi abordée sous l’angle des conséquences des choix de reconstruction eux-mêmes, comme à travers l’exemple de la dédensification du centre-ville reconstruit de Rouen et de l’éviction des catégories populaires reléguées à la périphérie de la ville, prélude aux grands ensembles62.

  • 63 Le rapport des habitants d’Osnabrück aux travailleurs forcés ou prisonniers polonais et soviétique (...)
  • 64 Voir la contribution de Jochen Oltmer.
  • 65 Voir la contribution de Cécile-Anne Sibout, qui l’évoque rapidement à propos du journal Paris-Norm (...)

18Plus généralement, l’ouvrage soulève la question de la recomposition des sociétés urbaines dans une période où les migrations furent importantes : retour des prisonniers de guerre et des personnes déportées ou déplacées63, arrivée de très nombreux réfugiés et expulsés des anciens territoires de l’est de l’Allemagne, dont la proportion fut particulièrement importante en Basse-Saxe. Ces derniers contribuèrent aussi de manière décisive à la reconstruction, au sens matériel comme dans une perspective économique plus large, un sujet que la recherche a (re)découvert en Allemagne depuis une dizaine d’années et qui est plus particulièrement étudié en Basse-Saxe par l’Institut de recherche sur les migrations de l’université d’Osnabrück64 (IMIS – Institutfür Migrationsforschung und Interkulturelle Studien). Parmi les sujets sur lesquels subsiste en revanche un certain silence, on notera celui de l’affectation des prisonniers de guerre allemands aux opérations de déminage, de déblaiement des décombres et de reconstruction en France65.

  • 66 Voir par exemple les contributions de Christiane Schroder, Thorsten Heese et Corinne Bouillot (sur (...)
  • 67 Voir la contribution d’Élisabeth Chauvin et Pierre Gencey.
  • 68 Voir en particulier l’ouvrage collectif suivant : Adelheid von Saldern (dir.), Bauen und Wohnen in (...)
  • 69 Voir Holger Lüning, Das Eigenheim-Land. Der öffentlichgeforderte Soziale Wolmungsbau in Niedersach (...)

19Une partie des thèmes abordés dans cet ouvrage collectif l’est sous l’angle des représentations et de la perception de la reconstruction dans le contexte plus général de l’évolution de la société d’après-guerre66. On observe ainsi des similitudes dans les réactions des habitants des deux pays, pour lesquels le début du « miracle économique » ou des « trente glorieuses » marque une première césure importante. S’installe alors le sentiment d’un « retour à la normale » qui favorise des tendances conservatrices en même temps qu’un glissement de la modernité vers la société de consommation. Dans les problématiques d’histoire culturelle s’inscrit aussi la question des relations entre projets architecturaux et représentations de l’habitat, ce qui place au cœur de la reconstruction non seulement la dimension « extérieure », mais également la sphère privée. Une des approches évoquées rapidement plus haut, celle du genre, trouve ici un autre terrain d’application, avec l’interaction entre habitat fonctionnel, rationalisation du travail domestique et revalorisation de l’image de la « ménagère », à travers l’exemple des appartements témoins du Havre67. À noter ici que pour la Basse-Saxe, la recherche régionale – plus développée qu’en France – a déjà assez largement exploré, pour l’après-guerre, le thème du logement en relation avec la construction de normes sociétales68. On remarquera aussi, même si les contributions l’abordent finalement peu, que la bipolarisation croissante du monde, qui fait des zones occidentales de l’Allemagne (puis de la RFA) et de la France des enjeux économiques, idéologiques et identitaires de la guerre froide, a des impacts sur la problématique du logement. Ainsi, par exemple, la question du logement social, placée sous des auspices différents en France et en RFA (pour laquelle les choix opérés par la RDA servent souvent de repoussoir), fait apparaître la particularité du Land de Basse-Saxe dans ses choix privilégiés en faveur d’un encouragement de l’accession à la propriété privée69, sous-tendu par une représentation de la famille traditionnelle.

  • 70 Voir les contributions de Pierre Bergel, Patrice Pusateri et Stephanie Springer.

20Dans la continuité de cette histoire des représentations et des problématiques relevant d’une approche culturelle, le présent ouvrage fournit de nombreux éclairages sur la confrontation actuelle au patrimoine et sur la transmission de l’héritage. Ceci implique une périodisation qui ne se limite pas aux années 1944 ou 1945-1960, souvent retenues par la recherche sur la reconstruction. Au-delà de la question abordée plus haut de la « reconstruction tardive », thématisée principalement pour la Basse-Saxe, plusieurs contributions optent pour une mise en perspective historique du sujet, avec des ouvertures en amont et en aval. Ceci permet entre autre de comprendre dans quelle mesure les choix de reconstruction opérés dans les années d’après-guerre marquent la relation actuelle au paysage urbain, la réflexion sur son devenir et plus généralement l’identité de la ville. La comparaison entre Caen, Rouen et Hanovre, par exemple, montre toutefois qu’il y a des degrés très variables dans la prise en compte de cet héritage70, qui influent aussi sur l’appropriation des villes par leurs habitants.

  • 71 Voir la contribution d’Élisabeth Chauvin et Pierre Gencey, ainsi que id., Appartements témoins de (...)
  • 72 Voir la contribution de Thorsten Heese.
  • 73 Voir la contribution de Sandra Schmidt.
  • 74 Voir la contribution de John Barzman.

21Au-delà de l’héritage architectural et urbanistique, cet ouvrage met en relation plusieurs formes de patrimoine et de mise en patrimoine. La prise en compte de l’objet culturel comme source historique, ainsi que sa réception, sont par exemple étudiées à travers le rôle du musée dans la société : on retiendra ici l’exemple novateur du micro-musée que constitue l’appartement témoin reconstitué du Havre, et qui plonge le spectateur dans le « patrimoine des styles de vie » de la reconstruction71 ; mais aussi le projet relativement inédit, en matière de didactique muséographique, du cercle de témoins du musée d’histoire culturelle de la ville d’Osnabrück. De l’interaction entre témoignages matériels (objets exposés) et récits personnels (témoignages recueillis et confrontés au sein d’un groupe) émergent conscience historique et capacité à débattre, dans un dialogue intergénérationnel qui associe les visiteurs du musée. L’impact didactique est, pour cette période de l’après-guerre, d’autant plus grand que le vécu finalement assez récent des témoins correspond à l’horizon historique du public72. On fera ici le parallèle avec les approches pédagogiques interculturelles qui ont sous-tendu un échange universitaire régional entre la Haute-Normandie et la Basse-Saxe sur le thème de la destruction et de la reconstruction. Celles-ci se sont en effet inscrites dans le contexte des sciences de la culture – telles qu’elles se sont surtout développées en Allemagne (Kulturwissenschaften) – qui permettent de lire et d’interpréter les paysages urbains comme un texte et de s’intéresser aux multiples mises en scène de la ville à travers sa culture et sa mémoire73. Différents supports ont été ici utilisés, auxquels le présent ouvrage entend également accorder une place. L’histoire orale en est un des volets, puisqu’à côté du projet de cercle de témoins d’Osnabrück décrit ci-dessus, la contribution qui retrace la genèse du projet de collecte de la mémoire des cités provisoires de l’agglomération havraise a pour point de départ des témoignages oraux74. Cette approche est complétée par une annexe reprenant quelques transcriptions de témoignages sur les bombardements, la vie dans l’après-guerre, l’activité de reconstruction et sa perception. Y figurent notamment des extraits d’interviews réalisées par deux étudiantes ayant participé à l’échange universitaire précédemment évoqué.

  • 75 Voir la contribution de Peter Stettner.

22Une deuxième annexe présente rapidement quelques films documentaires sur la reconstruction réalisés au cours de la première décennie d’après-guerre dans les deux régions. Une partie d’entre eux avaient pu être projetés par le Pôle image Haute-Normandie à l’occasion du colloque bilatéral dont cet ouvrage est principalement issu. Bien plus qu’une simple illustration des thématiques traitées, ces documents d’archives auxquels se réfèrent plusieurs contributions constituent des sources à part entière dont la lecture s’avère fructueuse à qui s’intéresse aux représentations de la reconstruction75. Ces films d’amateurs, semi-professionnels ou professionnels conservés dans les deux régions constituent eux aussi un patrimoine à découvrir, à entretenir et à valoriser. Ils ont donné lieu depuis plusieurs années à une coopération culturelle entre la Basse-Saxe et la Haute-Normandie, dans la continuité de laquelle s’inscrivent aussi les présents travaux.

  • 76 On trouvera à la fin de ce livre un résumé des contributions.

23On l’aura compris, la conception de cet ouvrage collectif privilégie de multiples lectures et regards croisés à partir de sources variées, auxquelles il faut aussi ajouter la documentation iconographique souvent inédite réunie par les différents acteurs et actrices du projet d’ensemble avec l’aide des institutions partenaires du projet. Les lecteurs et lectrices sont ainsi invités à cheminer à travers la publication en choisissant différents axes d’approche et de comparaison – entre les villes, entre les régions, entre les thématiques ou encore entre les différents supports étudiés76. De sorte qu’ils contribueront eux-mêmes à construire et à prolonger la réflexion sur les représentations, les mémoires et les patrimoines de la reconstruction qui constituent une part de notre identité européenne.

Notes

1 Pour un aperçu général, voir le livret d’accompagnement Rouen et Hanovre. La reconstruction après 1945 publié dans la collection Histoire(s) d’agglo de l’agglomération de Rouen, no 34. L’ensemble des panneaux de l’exposition est en outre consultable sur : http://dyn2.hannover.de/europa/data/download/Veranstaltungen/Expo_Agglomeration/Expo_Agglomeration_franzoesisch.pdf.

2 « Hillebrecht. Das Wunder von Hannover », Der Spiegel, no 23, 3 juin 1959, p. 56-69, ici p. 62.

3 Claire Étienne-Steiner, Le Havre, Auguste Perret et la Reconstruction, Rouen, Inventaire général, « Images du patrimoine », 1999, p. 3 et 6.

4 Maria Gravari-Barbas, « Patrimonialisation et réaffirmation symbolique du centre-ville du Havre. Rapports entre le jeu des acteurs et la production de l’espace », Annales de géographie, no 640, 2004, p. 589-611, ici p. 514. Voir aussi, sur ces questions de mise en patrimoine, Benoît Raoulx, « Lectures et représentations du patrimoine de la reconstruction, Le Havre et Caen », Eso, no 23, septembre 2005, p. 17-24.

5 Voir la présentation de ce patrimoine sur le site de la ville du Havre, http://www.le-havre.fr.

6 Voir la contribution de Stephanie Springer, qui étudie aussi les conditions juridiques de ce rapport au patrimoine.

7 Voir le titre de l’article du Spiegel cité plus haut : « Das Wunder von Hannover », art. cité.

8 Voir en particulier les publications de l’architecte Friedrich Lindau, notamment Hannover. Wiederaufbau und Zerstorung. Die Stadt im Umgang mit ihrer bauhistorischen Identität, Hanovre, Schlüter, 2000.

9 Pour une réflexion générale – mais qui prend principalement appui sur l’exemple de Hanovre – à propos de la confrontation actuelle au patrimoine architectural de l’après-guerre en Allemagne, voir Michael Braum et Christian Welzbacher (dir.), Nachkriegsmoderne in Deutschland. Eine Epoche weiterdenken, Bâle, Birkhäuser, 2009.

10 Pour un bilan historiographique récent, voir Georg Wagner-Kyora, « Wiederaufbau und Stadtgeschichte. Neuorientierungen nach dem spatial turn », Informationen zur modernen Stadtgeschichte, no 2, 2010 (Stadt und Nachhaltigkeit), p. 83-102.

11 Voir en particulier, pour la France, Danièle Voldman, La Reconstruction des villes françaises de 1940 à 1954 : histoire d’une politique, Paris, L’Harmattan, 1997 ; pour l’Allemagne, Klaus von Beyme, Werner Durth, Niels Gutschow, Winfried Nerdinger et Thomas Topfstedt (dir.), Neue Stadte aus Ruinen. Deutscher Stadtebau der Nachkriegszeit, Munich, Prestel Verlag, 1992.

12 On peut toutefois citer deux publications importantes : Jeffrey Diefendorf (dir.), Rebuilding Europe’s Bombed Cities, Londres, Palgrave Macmillan, 1990 ; Dominique Barjot, Rémi Baudouï et Danièle Voldman (dir.), Les Reconstructions en Europe (1945-1949), Bruxelles, Complexe, 1997.

13 Wiederaufbau der Stadte : Europa seit 1945/Rebuilding European Cities : ReconstructionPolicy since 1945, colloque international organisé par Georg Wagner-Kyora, Adelheid von Saldern et Axel Schildt, université de Hambourg, 23-25 septembre 2009. À paraître à Stuttgart, Franz Steiner Verlag, « Beiträge zur Stadtgeschichte und Urbanisierungsforschung », 2012.

14 Pour un compte rendu détaillé de la manifestation, voir Katharina Bartels, « Review of Wiederaufbau der Stadte : Europa seit 1945/Rebuilding European Cities : Reconstruction-Policy since 1945 », H-Soz-u-Kult, Η-Net Reviews, décembre 2009, http://www.h-net.org/reviews/showrev.php?id=26547.

15 Corinne Bouillot, « Wiederaufbau-Regionen in Europa : Normandie und Niedersachsen im Vergleich », colloque précédemment cité, contribution à paraître.

16 Les collaborations existaient antérieurement et sont particulièrement importantes dans le domaine de la culture et de l’éducation. Les deux régions ont également une représentation commune à Bruxelles.

17 Statistische Monatshefte Niedersachsen, no 10, 2006, publié par Niedersächsiches Landesamt für Statistik.

18 Recensement de 1946, documentation en ligne de l’INSEE.

19 Pour la répartition des destructions de guerre en France, voir D. Voldman, op. cit. Pour un bilan au moins provisoire des destructions en Normandie, voir Dominique Barjot, « La reconstruction en Normandie : une première approche », dans Louis Le Roc’h Morgère (dir.), Les Normands 1945-1947, Caen, archives départementales du Calvados, 2001, p. 223-235.

20 Respectivement 12,5 % et 20 %. Statistique dans Annette von Boetticher, Klaus Fesche, Rolf Kohlstedt et Christiane Schroder, Niedersachsen zwischen Kriegsende undLandesgründung : Befreiung, Neubeginn und Demokratisierung in den Ländern Braunschweig, Hannover, Oldenburg und Schaumburg-Lippe, Hanovre, ecrivir, 2004, p. 19.

21 Voir les contributions de Jochen Oltmer, Christiane Schroder et Thorsten Heese.

22 Selon les évaluations du ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme, 421 communes normandes sur 3 381 étaient sinistrées. Chiffres donnés par D. Barjot, dans op. cit., p. 227.

23 On renoncera ici à une comparaison statistique détaillée, dans la mesure où les critères choisis sont souvent variables, en particulier dans une perspective transnationale. Les données sur les victimes civiles des bombardements sont souvent encore plus problématiques.

24 Sur le centralisme français en matière de reconstruction, qui s’oppose au fédéralisme ouest-allemand et au poids des communes de RFA dans les processus décisionnels, voir D. Voldman, op. cit., ainsi que sa comparaison des politiques de la reconstruction en France et en Allemagne dans le présent ouvrage.

25 De nombreuses monographies ont déjà été publiées sur Le Havre, voir en particulier Joseph Abram, Le Havre patrimoine mondial : 1945-2005. Le destin singulier d’une reconstruction, Paris, Jean-Michel Place, 2007.

26 Sur Rudolf Hillebrecht et l’empreinte durable qu’il laissa sur « sa » ville, voir notamment Sid Auffarth et Ralf Dorn (dir.), Ein Leben für Hannover. Festschrift zum 100. Geburtstag von Rudolf Hillebrecht, Hanovre, Stadt Hannover, 2010.

27 Voir la contribution de Gabi Dolff-Bonekàmper.

28 Voir les contributions de Sid Auffarth, de Georg Wagner-Kyora, de Peter Stettner, d’Élisabeth Chauvin et Pierre Gencey, et de Cécile-Anne Sibout.

29 Voir la contribution de Peter Stettner dans cet ouvrage, ainsi que son article « Auf dem steinigen Weg zum Erfolg. Der Aufbau in den 50er Jahren im Spiegel der zeitgenossischen Informationsfilme der Stadt Hannover », dans Adelheid von Saldern, Bauen und Wolmen in Niedersachsen während der fünfziger Jahre, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung Hannover, 1999.

30 Voir la contribution de Cécile-Anne Sibout.

31 Il s’agit de l’organisme chargé de gérer les fonds du plan Marshall. Les lotissements en question étaient d’ailleurs connus sous le nom d’ECA-Siedlungen.

32 Sur l’histoire des appartements témoins du Havre, voir Élisabeth Chauvin et Pierre Gencey, Appartements témoins de la reconstruction du Havre, Le Havre, Points de vue, 2007 ; id., « L’Appartement témoin Perret au Havre. Un idéal de modernité au service d’une œuvre urbaine globale », dans Dominique Hervier (dir.), Villes nouvelles et grands ensembles. Espace, urbanisme et architecture, Histoire urbaine, no 20, décembre 2007, p. 39-54.

33 Voir la contribution d’Élisabeth Chauvin et Pierre Gencey dans cet ouvrage.

34 Voir les contributions de Danièle Voldman ou encore Georg Wagner-Kyora.

35 Le présent ouvrage est consacré principalement à la reconstruction des grandes villes et villes moyennes. La diversité des reconstructions est encore plus flagrante quand on aborde celle des zones rurales et des petites villes, comme le fait par exemple Patrice Gourbin dans sa publication sur la reconstruction du Calvados. Voir Patrice Gourbin, L’architecture et l’urbanisme de la Reconstruction dans le Calvados. Du projet à la réalisation, Caen, conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement du Calvados, 2011.

36 On a utilisé pour désigner la reconstruction de Hanovre plus volontiers le terme de Neuaufbau que celui de Wiederaufbau.

37 Voir la contribution de Georg Wagner-Kyora.

38 Pour Hildesheim, voir en particulier Manfred Overesch, « Auf dem Wege zur GroBstadt. Der Wiederaufbau nach dem Zweiten Weltkrieg », dans Hildesheim, Stadt und Raum zwischen Borde und Bergland, édité par la Niedersächsische Landeszentrale für politische Bildung, Hanovre, 2001, p. 96-109.

39 Voir les contributions de Pierre Bergel et Patrice Pusateri.

40 Sur l’expérience originale – mais souvent méconnue – que représente la reconstruction de Caen, voir Pierre Bergel, « La reconstruction à Caen : un héritage mal maîtrisé », dans L’Agglomération de Caen, parcours géographiques, Caen, éditions de la MRSH, p. 9-22, ainsi que sa contribution dans le présent ouvrage.

41 Patrice Pusateri, Rouen. La reconstruction, Rouen, Inventaire général, « Itinéraires du patrimoine », 2005, p. 14-15.

42 Sur le choix de la reconstruction du Leineschloss, le château sur la Leine, voir la contribution de Georg Wagner-Kyora.

43 Voir la contribution de Peter Stettner.

44 Aux différences de contexte s’ajoute ici une difficulté de traduction, l’allemand distinguant les termes Wiederaufbau (reconstruction au sens large, y compris sous des formes nouvelles) et Rekonstruktion (pour désigner la réédification – plus ou moins à l’identique – de monuments disparus).

45 En revanche, on apporta un soin particulier à la restauration des monuments emblématiques endommagés tels la cathédrale ou le palais de justice. Voir la contribution de Patrice Pusateri.

46 La publication récente par l’hebdomadaire Der Spiegel d’un article de fond sur ces questions, traitées sur le long terme, témoigne d’un intérêt très large qui dépasse le cercle des spécialistes. Voir R. Leick, M. Schreiber et H. U. Stoldt, « Auferstanden aus Ruinen », Der Spiegel, no 20,17 mai 2010, p. 154-164.

47 Voir la contribution de Georg Wagner-Kyora.

48 Les exemples les plus connus sont ceux de la Frauenkirche de Dresde et du débat sur la reconstruction du château de Berlin depuis l’unification allemande.

49 W. G. Sebald, Luftkrieg und Literatur, Munich-Vienne, Carl Hanser Verlag, 1999 (traduction française : De la destruction comme élément de l’histoire naturelle, Arles, Actes Sud, 2004).

50 Peter Bürger, « Moderne – Identität – Rekonstruktion », dans Identitat durch Rekonstruktion ? Positional zum Wiederaufbau verlorener Bauten und Räume, Dokumentation der Baukulturwerkstatt vom 16.10.2008, hrsg. v. Bundesministerium für Verkehr, Bau und Stadtentwicklung, 2009, p. 22-29.

51 Sur l’idée d’une « reconstruction comme “silence de la mémoire” » après le traumatisme de la destruction, voir en particulier Rémi Baudouï, « Imaginaire culturel et représentations des processus de reconstruction en Europe après 1945 », dans D. Barjot, R. Baudouï et D. Voldman (dir.), op. cit, p. 309-321.

52 Henning Meyer, « Les musées de la seconde guerre mondiale et la transmission de la mémoire. Les exemples du centre national Jean-Moulin de Bordeaux, du Mémorial de Caen – un musée pour la Paix et du centre de la mémoire d’Oradour-sur-Glane », dans Stephan Martens (dir.), La France, l’Allemagne et la seconde guerre mondiale. Quelles mémoires ?, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2007, p. 194.

53 Voir en particulier Andrew Knapp, « The Destruction and Liberation of Le Havre in Modem Memory », War in History, no 14, 2007, p. 476-498.

54 Voir la contribution de Pierre Bergel.

55 Voir la contribution de Corinne Bouillot.

56 Voir la contribution de Patrice Gourbin.

57 Comme celle qui a sous-tendu la proposition (non retenue) soumise au Parlement européen en 2005 par un député du parti populiste autrichien d’instaurer une journée européenne à la mémoire des victimes civiles de la guerre aérienne – présentée quelques semaines seulement après l’adoption par ce parlement d’une résolution sur la mémoire de la shoah.

58 Pour la situation matérielle au lendemain de la guerre en Basse-Saxe et la précarité qui la caractérise, voir la contribution de Christiane Schroder, qui fournit aussi des introductions précieuses sur l’arrière-plan politique et administratif général. Sur les cités provisoires et les baraquements en Normandie, ici plus spécifiquement l’agglomération havraise, voir la contribution de John Barzman. À noter, à ce propos, une similitude de formes avec l’utilisation de baraquements en « demi-lunes » en Normandie ou Nissenhütten dans la Basse-Saxe occupée par les Britanniques.

59 Voir l’exemple de la vie dans les quartiers insalubres de Rouen et des actions menées contre les « taudis » dans la contribution de Sophie Victorien.

60 Sur le dilemme consistant à construire vite pour reloger les sinistrés ou à prendre le temps d’élaborer des projets d’urbanisme, voir la contribution de Danièle Voldman.

61 Voir la contribution de Corinne Bouillot.

62 Voir la contribution de Jean-Marie Cipolat-Gotet.

63 Le rapport des habitants d’Osnabrück aux travailleurs forcés ou prisonniers polonais et soviétiques vivant en Allemagne dans l’attente de leur rapatriement est décrit dans la contribution de Thorsten Heese.

64 Voir la contribution de Jochen Oltmer.

65 Voir la contribution de Cécile-Anne Sibout, qui l’évoque rapidement à propos du journal Paris-Normandie. Au cours des débats du colloque qui a précédé le présent ouvrage, un bref débat s’était engagé à ce propos. Voir aussi Danièle Voldman, Le Déminage en France après 1945, Paris, Odile Jacob, 1998.

66 Voir par exemple les contributions de Christiane Schroder, Thorsten Heese et Corinne Bouillot (sur les femmes en Basse-Saxe) qui associent aspects matériels et politiques.

67 Voir la contribution d’Élisabeth Chauvin et Pierre Gencey.

68 Voir en particulier l’ouvrage collectif suivant : Adelheid von Saldern (dir.), Bauen und Wohnen in Niedersachsen, op. cit. Sur la question du genre et du logement en Basse-Saxe, voir aussi la contribution de Corinne Bouillot.

69 Voir Holger Lüning, Das Eigenheim-Land. Der öffentlichgeforderte Soziale Wolmungsbau in Niedersachsen während der 1950er Jahre, Hanovre, Verlag Hahnsche Buchhandlung, 2005.

70 Voir les contributions de Pierre Bergel, Patrice Pusateri et Stephanie Springer.

71 Voir la contribution d’Élisabeth Chauvin et Pierre Gencey, ainsi que id., Appartements témoins de la reconstruction du Havre, op. cit., où est décrite plus précisément la conception de ce micro-musée.

72 Voir la contribution de Thorsten Heese.

73 Voir la contribution de Sandra Schmidt.

74 Voir la contribution de John Barzman.

75 Voir la contribution de Peter Stettner.

76 On trouvera à la fin de ce livre un résumé des contributions.

Table des illustrations

Légende Figure no 1 – Le centre-ville du Havre vu de la tour de l’hôtel de ville, avec l’église Saint-Joseph.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5315/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Légende Figure no 2 – Caen, 10 juillet 1944. En arrière-plan, les clochers intacts de l’Abbaye-aux-Hommes.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5315/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Figure no 3 – Commerce de fortune dans les mines de Hanovre vers 1946. À l’arrière-plan, l’église du Marché (Marktkirche), très endommagée.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5315/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Légende Figure no 4 – Affiches appelant la population à participer à la reconstruction de Hanovre. Photogramme du film Hannover 1949-1950 de Heinz Koberg.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5315/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Figure no 5 – La place du Marché à Osnabrück en 1959, après sa reconstruction.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5315/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Légende Figure no 6 – Les travaux de la reconstruction rouennaise, au sud de la cathédrale, en 1951.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5315/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Légende Figure no 7 – Extension moderne du château de Hanovre conçue par Dieter Oesterlen entre 1957 et 1962 pour abriter le nouveau Parlement de Basse-Saxe.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5315/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Figure no 8 – Les hébergements d’urgence en demi-lunes (Nissenhütten) dans le parc du château d’Osnabrück vers 1955.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5315/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

Auteur

Maître de conférences en études germaniques à l’université de Rouen, est agrégée d’allemand et auteure d’une thèse de doctorat d’histoire contemporaine intitulée De la genèse du mouvement des femmes est-allemandes à l’encadrement des femmes par le pouvoir. De l’occupation soviétique à l’État socialiste 1945-1952 (Lille, Septentrion, 1996). Ses domaines de recherche ont d’abord été les études de genre dans l’Allemagne de l’après seconde guerre mondiale, et elle a publié, en collaboration avec Paul Pasteur, Femmes, féminismes et socialismes dans l’espace germanophone depuis 1945 (Paris, Belin, 2005). Ses recherches et publications plus récentes portent sur les mémoires et politiques mémorielles en Allemagne (immédiat après-guerre, RDA) et les représentations, en France et en Allemagne, des destructions et des reconstructions. À paraître en allemand sur le sujet du présent ouvrage : « Wiederaufbau-Regionen in Europa : Normandie und Nierdersachsen im Vergleich », dans G. WagnerKyora (dir.), Wiederaufbau der Stadte : Europa seit 1945 / Rebuilding European Cities : Reconstruction-policy since 1945, Stuttgart, Franz Steiner, « Beiträge zur Stadtgeschichte und Urbanisierungsforschung », 2013.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540