Version classiqueVersion mobile

Plurilinguisme, politique linguistique et éducation

 | 
Foued Laroussi
, 
Fabien Liénard

IIIe partie. Des éclairages à partir de situations linguistiques étrangères

Le statut et la place du français dans l’enseignement et la société en Tunisie

Évolution et représentations

Zeineb Touati

Texte intégral

INTRODUCTION

1Le français est officiellement présent en Tunisie depuis 1881, date du début de la colonisation française, qui va durer jusqu’en 1956. Cette période sera marquée par l’instauration et l’adoption de la langue française dans l’enseignement, l’administration et dans les échanges et les documents officiels. Après l’indépendance en mars 1956, le français est resté pendant plusieurs années la principale langue de l’enseignement et cela malgré les tentatives d’arabisation progressive lancées par le président Bourguiba dès 1958. En effet, la majorité écrasante des enseignants et des universitaires avaient suivi leurs études et formations en français et ne maîtrisaient pas l’arabe littéraire. Par ailleurs, une grande partie de l’élite tunisienne, qui représentera les premiers responsables politiques, a étudié en France. À cela s’ajoute la présence de beaucoup d’enseignants français recrutés en tant que coopérants.

2Le choix du terrain tunisien est motivé par plusieurs raisons qui montrent une ressemblance avec Mayotte et c’est pour cette raison que cet exemple pourrait apporter un éclairage et permettrait d’explorer une autre expérience de l’enseignement et d’autres usages du français. La première raison qui explique le choix du terrain tunisien est la présence, comme à Mayotte, de la religion musulmane qui est majoritaire en Tunisie, puisque la quasi-totalité de la population est de confession musulmane. 85 % sont de rite malikite, majoritaire au Maghreb, et 15 % de rite hanafite. On compte une minorité de juifs qui ne représenteraient, selon les autorités tunisiennes, que 3 000 personnes sur une population de plus de 10 millions d’âmes. Une deuxième raison de choix du terrain tunisien réside dans la richesse linguistique et la présence de quelques langues et dialectes parlés par les Tunisiens ainsi que la présence de la langue arabe, ce qui marque plusieurs points de rapprochement avec Mayotte. Le terrain tunisien se distingue par le bilinguisme, le plurilinguisme, par une forte alternance codique et par des emprunts évidents. Nous nous basons dans cette contribution sur une trentaine d’entretiens semi-directifs réalisés avec des enfants et des jeunes scolarisés dans les établissements publics en Tunisie ainsi qu’avec des enseignants tunisiens. Ces entretiens ont été réalisés courant février 2010. Nous nous référons également à l’analyse de contenu des programmes scolaires des différents niveaux du primaire et du secondaire ainsi que l’analyse de contenu des textes des différentes réformes de l’enseignement primaire et secondaire effectuées en Tunisie depuis une trentaine d’années.

3Nous allons, dans une première partie, présenter brièvement la situation linguistique en Tunisie avant de passer, dans une deuxième partie, à l’analyse de la place du français dans l’enseignement primaire et secondaire en Tunisie en passant en revue le nombre d’heures qui lui sont réservées, l’évolution de cette place en fonction des réformes adoptées par le ministère de l’Éducation nationale tunisien. Dans une troisième partie, nous présenterons le statut dont jouit le français dans la société tunisienne, les représentations sociales qui sont véhiculées en étudiant entre autre le rôle des médias arabes et les différents événements politiques des dernières années dans le changement des images de la langue française dans la société tunisienne.

La situation linguistique en Tunisie

4L’article 1er de la constitution de 1992 (modifiée en 2002) stipule que : « La Tunisie est un État libre, indépendant, souverain ; sa religion est l’islam, sa langue l’arabe et son régime, la république. » L’arabe est la langue officielle du pays et de la population. La Tunisie serait, sur un plan linguistique, le pays le plus homogène au Maghreb et en Afrique du Nord. 92 % des Tunisiens parlent l’arabe ou l’une de ses variétés. Les autres utilisent le français et le berbère. Tous les Tunisiens arabophones parlent l’arabe tunisien qui offre certaines spécificités et des différences par rapport à l’arabe littéraire connu et maîtrisé par tous les tunisiens scolarisés.

5L’arabe tunisien communément appelé Darija ou âamiya est majoritaire dans les échanges quotidiens et est présent dans les médias mais banni à l’école où règne l’arabe littéraire. L’arabe tunisien n’est pas uniforme parce qu’il intègre des spécificités régionales notamment les accents et l’usage de certains termes régionaux. Les versions régionales sont parfaitement compréhensibles pour la totalité de la population. Les pratiques langagières sont loin d’être homogènes. Les échanges quotidiens montrent des mélanges et des emprunts fréquents. L’arabe tunisien y est souvent mélangé avec la langue française et ponctué par des mots empruntés à d’autres langues telles que l’italien. À côté de l’arabe, on peut retrouver des groupes linguistiques mineurs comme le berbère qui n’est officiellement parlé que par 1 % de la population mais qui selon plusieurs sources et études indépendantes concernerait 5 % à 10 % de la population, donc entre 500 000 et 1 million de personnes. Selon le congrès mondial des Amazigh, les Berbères représentent environ 10 % de la population tunisienne et vivent essentiellement dans certaines villes et villages du Sud ainsi que près de la frontière algérienne. Les berbérophones sont moins nombreux puisqu’ils ne dépassent pas selon la même source 78 000 personnes qui parlent également l’arabe. Le berbère n’est pas enseigné à l’école, n’est pas l’objet de revendications politiques ou identitaires importantes à l’instar des pays maghrébins voisins et surtout ne constitue pas une langue reconnue par les autorités tunisiennes. En effet, l’arabe est la seule langue officielle reconnue dans le pays, comme stipulé dans la constitution. C’est donc la langue des différents ministères (la Justice, l’Intérieur et la Défense), la langue de la législation et du Parlement ainsi que la langue de l’éducation. L’article 1er de la loi no 91-65, du 29 juillet 1991, relative au système d’éducation stipule que :

Le système éducatif a pour objectif de réaliser, dans le cadre de l’identité nationale tunisienne et de l’appartenance à la civilisation arabo-musulmane, les finalités suivantes : […] 4- donner aux élèves la maîtrise de la langue arabe, en tant que langue nationale, de façon qu’ils puissent en faire usage, dans l’apprentissage et la production, dans les divers champs de la connaissance : sciences humaines, sciences exactes et technologie. 5- faire en sorte que les élèves maîtrisent une langue étrangère et au moins de façon à leur permettre d’accéder directement aux productions de la pensée universelle, technique, théories scientifiques, et valeurs humaines, et les préparer à en suivre l’évolution et à y contribuer d’une manière propre à réaliser l’enrichissement de la culture nationale et son interaction avec la culture humaine universelle.

6L’article 9 de la même loi indique que « Dans les deux degrés de l’enseignement de base, toutes les matières concernant les humanités, les sciences et les techniques sont enseignées en arabe. » Dès le primaire la langue arabe occupe le plus grand nombre d’heures. La présence de la langue arabe s’est en effet renforcée au fil des ans et des réformes qui ont notamment visé à diminuer le nombre d’heures de français en faveur de l’arabe et de l’anglais ainsi que l’arabisation du système d’éducation en Tunisie achevée pour le primaire et le secondaire et en cours pour l’enseignement supérieur. En effet, l’arabisation progresse lentement dans le supérieur. Elle est partielle dans les sciences humaines et sociales comme la philosophie, la sociologie, l’histoire et le droit alors que les matières scientifiques et techniques restent majoritairement enseignées en français.

Les réformes et l’enseignement du français en Tunisie

7Il y a trois réformes importantes dans l’histoire de l’Éducation nationale en Tunisie. La première date de 1958, deux ans après l’indépendance du pays. Cette réforme visait essentiellement l’ouverture de l’enseignement au plus grand nombre d’enfants tunisiens sans distinction de sexe, de race ou de religion (contre une minorité de 14 % de la population scolarisée à l’époque) ainsi que la formation rapide des futures élites et cadres du pays en construction. Dans un souci de renforcement de l’identité nationale et d’effacement des conséquences de la colonisation française, la réforme visait également l’arabisation progressive de l’enseignement.

8La seconde réforme est celle de 1989, consacrée par la loi du 19 juillet 1991. Elle a redéfini les finalités et les missions de l’école, pointé l’importance de l’ouverture à plus de langues étrangères autres que le français, comme elle a institué l’enseignement de base obligatoire et gratuit tout en restructurant l’enseignement secondaire et ceci en concrétisant la politique d’arabisation déjà réalisée dans les autres pays du Maghreb. C’est d’ailleurs cette deuxième réforme qui a réellement affecté le français puisqu’en instaurant et en concrétisant l’arabisation, elle a réduit les heures d’enseignement du français et en français.

9À peine cette 2e réforme mise en place, des évaluations internes réalisées à partir de 1992 par le ministère de l’Éducation nationale ont pointé de grandes lacunes et des manques importants à plusieurs niveaux (prédominance des aspects théoriques dans l’apprentissage, forte tendance quantitative et cumulative des programmes, rigidité des programmes, faiblesse des élèves en expression écrite, en arabe et en français). À ces évaluations internes, s’ajoutent treize évaluations externes réalisées dès 1992 par des bureaux d’études et des experts canadiens, belges, français et américains. Ces évaluations ont pointé une vie scolaire réduite à la seule activité d’enseignement, une désaffection des enseignants et des élèves, un manque de maîtrise des langues étrangères, etc. C’est suite aux conclusions alarmantes de ces évaluations internes et externes que le ministère a lancé en 2002 la troisième réforme importante, qui s’est achevée en 2007. Elle vise notamment le renforcement de la présence des langues étrangères, l’introduction des supports des technologies de l’information et de la communication dès l’enseignement primaire, etc. Les principaux protagonistes du secteur, les enseignants et les universitaires rejoignent le constat de ces études concernant le manque de maîtrise des langues et pointent un problème révélateur, celui de la baisse de la maîtrise du français par les étudiants futurs enseignants de français ou en langue française. M. Hédi Touati, l’ex-secrétaire général du syndicat national de l’enseignement supérieur, nous déclarait :

Le manque de maîtrise des langues est flagrant. Les élèves ne maîtrisent même plus leur langue maternelle. Nous arrivons à un niveau tel qu’une réforme est indispensable parce que le niveau même des enseignants s’est dégradé. Nous assistons depuis quelques années à l’arrivée de nouveaux enseignants de français et de matières enseignées en français qui ont eux-mêmes beaucoup de difficultés en français : un accent marqué, des problèmes de prononciation, beaucoup de fautes à l’oral, sans parler de l’écrit. Comment voulez-vous transmettre les bases d’une langue étrangère à des élèves qui ne la parlent quasiment que pendant les cours avec des enseignants qui souffrent de lacunes importantes.

10Une enseignante de français dans un lycée de la capitale nous confie :

Les jeunes diplômés maîtrisent de moins en moins bien la langue française. Je passe mon temps à corriger leurs fautes à l’écrit et à l’oral. Dans quelques années, l’ancienne génération aura laissé la place à des jeunes mal formés qui pratiquent peu la langue qu’ils enseignent en dehors du lycée et dont la culture générale se limite à ce qu’ils voient à la télévision. Leur rapport au français est un rapport professionnel, une langue qui permet de gagner sa vie. Ils ne voyagent pas et quand c’est le cas, la France n’est pas leur destination favorite, ils ne lisent pas d’œuvres contemporaines et n’essaient pas d’actualiser leurs connaissances de la langue et du pays.

11C’est justement dans ce climat d’inquiétude des universitaires et de résultats alarmants des expertises externes qu’a été élaborée la dernière réforme de l’enseignement du français en Tunisie. Il s’agit du « programme de rénovation de l’enseignement du français dans le système éducatif tunisien » (PREF/SET) lancé en 2003 et clôturé en 2007, réalisé conjointement par le ministère de l’Éducation tunisien et le ministère français des Affaires étrangères. Le point de départ était le constat partagé par les deux parties des carences évidentes de la maîtrise du français chez un nombre de plus en plus important d’élèves tunisiens au terme de leur cursus scolaire. Il s’agit de grandes difficultés d’expression orale, une pauvreté lexicale et une diction médiocre, au niveau de l’écrit, les rapports révèlent des fautes d’orthographe, de conjugaison et de grammaire qui témoignent de grandes lacunes, et ce, malgré l’importance du nombre d’heures consacrées à l’enseignement du français et en français. Ce programme qui s’est terminé en 2007 avait pour objectif d’assurer une mise à niveau (linguistique, culturelle, scientifique et pédagogique) des enseignants dont la formation initiale est lacunaire, favoriser un meilleur environnement francophone à destination des élèves et des enseignants en dehors de la classe et apporter des supports pédagogiques favorisant le renouvellement des pratiques de classe. Des tests de langue française ont été administrés dès 2005 aux enseignants de langue française (600 d’entre-eux ont passé le TCF le 11 mai 2005), en fonction de leurs niveaux, des stages de formation ont été organisés en France et en Tunisie. Par ailleurs, nous notons l’introduction de nouveaux supports audiovisuels et informatiques dans l’enseignement de la langue française (CD, DVD et logiciels) afin d’augmenter l’interactivité et de favoriser l’expression orale. Il est évident que nous ne pouvons, à peine 3 ans après la fin de ce programme, procéder à une évaluation ou en donner les résultats. Le ministère de l’Éducation envisage une première évaluation vers 2015.

  • 2 Programme de français, p. 3.

12La multiplication des réformes et des évaluations prouvent l’intérêt dont jouit le français sur un plan institutionnel et politique. En effet, le français bénéficie en Tunisie d’un statut à part comparé aux autres langues. Le directeur général de la formation déclarait au journal La Presse en octobre 2005 : « Le français fait partie intégrante de notre histoire et possède de ce fait le statut de langue étrangère privilégiée. » C’est ce statut privilégié qui fait que la langue française est enseignée pour elle-même dès la 3e année du 1er cycle de l’enseignement de base du primaire, environ vers l’âge de 8 ans. Après 7 années d’apprentissage de la langue (les 4 dernières années du primaire et les 3 années du collège), le français devient, pendant les quatre années du lycée, la langue d’enseignement des disciplines scientifiques, techniques, économiques et de gestion. Le français dispose ainsi d’un volume horaire conséquent qui va de 8 heures-10 heures en primaire et au collège à 4 heures et 5 heures selon les options au lycée, en plus des heures consacrées aux matières enseignées en français au lycée et qui dépassent les 10 heures par semaine. L’article 9 de la loi d’orientation de l’éducation et de l’enseignement scolaire no 80 du 23 juillet 2002 indique : « L’école est appelée essentiellement à donner aux élèves les moyens : de maîtriser la langue arabe, en sa qualité de langue nationale ; de maîtriser deux langues étrangères au moins ». Étant la première langue étrangère étudiée par l’élève tunisien, « le français devra contribuer à sa formation intellectuelle, culturelle et scientifique. Il sera pour l’élève, un moyen complémentaire pour : – communiquer avec autrui ; – découvrir d’autres civilisations et cultures et se situer par rapport à elles ; – accéder à l’information scientifique et technique2 ». Dans le cycle préparatoire de l’enseignement de base, les objectifs de l’enseignement du français s’articulent autour de trois grandes orientations :

  • développer la compétence de lecture chez les élèves ;
  • affiner leurs capacités d’expression à l’oral et à l’écrit ;
  • développer leur autonomie par l’acquisition de méthodes de travail appropriées.

13L’enseignement est organisé autour de capacités et de compétences à acquérir et à développer. Au collège, l’enseignement du français vise à permettre à l’élève de présenter/se présenter, informer/s’informer (7e année), il doit être capable d’expliquer/justifier et discuter (8e année et 9e année).

14En plus du français, les élèves tunisiens étudient l’anglais qui prend de plus en plus d’importance depuis quelques années. En 2005, le français a été amputé de deux heures pour renforcer l’enseignement de l’anglais. Une mesure assumée par le directeur de la formation qui déclarait en 2005 : « Le français bénéficie du statut de langue étrangère privilégiée alors que l’enseignement de l’anglais s’inscrit dans une perspective de plurilinguisme utilitaire anti-historique qui nous permettra de dépasser le bilinguisme actuel. »

15Par ailleurs, les élèves ont, à partir de la 2e année de l’enseignement secondaire, la possibilité de choisir en option une troisième langue qui peut être l’allemand, l’italien ou l’espagnol et qui est enseignée pendant deux ans à raison de 3 à 4 heures par semaine.

16Le français, principale langue d’enseignement et de l’administration pendant la colonisation française, a vu sa place dans l’enseignement en Tunisie se réduire et même dégringoler tout au long des réformes et surtout de la politique d’arabisation. Le nombre d’heures et de matières étudiées en français n’a, en effet, cessé de baisser depuis les années 1980. L’arabisation a été un choix politique fait par plusieurs pays du Maghreb en réponse à des besoins culturels et identitaires essentiellement, chose qui a été fortement critiquée par les gouvernements et ministres des Affaires étrangères français ainsi que par plusieurs spécialistes comme G. Grandguillaume. La baisse de maîtrise du français observé chez les élèves en Tunisie comme chez les étudiants tunisiens souhaitant poursuivre leurs études en France, a amené les responsables à revoir l’enseignement du français dans les établissements publics tunisiens et privés relevant du ministère de l’Éducation. L’enseignement du français n’a par contre pas souffert de ces réformes dans les écoles françaises installées en Tunisie qui appliquent les programmes français. Nous ne nous attardons pas sur ce cas parce que le nombre de ces écoles est devenu insignifiant (comparé au nombre d’écoles publiques et privées tunisiennes, ainsi qu’en raison du nombre des élèves qui y sont inscrits) et qu’elles perdent de leur importance chose à laquelle nous reviendrons dans la partie suivante.

Statut social et usage quotidien du français en Tunisie

17Selon plusieurs études, en Tunisie comme dans d’autres pays, le français était perçu comme une langue de prestige qui accorde à celui qui le maîtrise une sorte de statut social distingué. Il a longtemps été vécu en Tunisie comme un signe de distinction sociale et un symbole de l’élite et des cadres. Avec la massification scolaire, l’apprentissage est devenu accessible à tous et le fait de parler français n’est plus vraiment un signe de distinction sociale. Il est vrai que la qualité de prononciation, l’absence d’accent sont encore remarquées et permettent parfois aux élèves d’être valorisés et de se distinguer par rapport aux amis ou collègues. Farès, élève dans un lycée de Tunis, affirme :

Je dois à mes parents une très bonne maîtrise du français et une prononciation irréprochable. Comme pour le reste de la famille, mes parents ont tenu à assurer eux-mêmes l’enseignement de la langue française parce qu’ils considèrent le niveau des enseignants que j’ai eus moyen. Ils pensent – et à juste titre – que sans une maîtrise du français, je ne pourrai pas poursuivre mes études supérieures en France et ce sera déroger à la règle de la famille : obtenir des diplômes français pour décrocher un bon poste.

18Quant aux avantages présents de cette maîtrise, Farès avoue en bénéficier au quotidien :

Les profs sont plus indulgents avec moi, ils me donnent la parole et me valorisent par rapport à mes collègues. C’est flatteur. Le gros avantage n’est pas scolaire mais le succès auprès des filles qui craquent pour moi parce quelles adorent mon français impeccable. Ce qu’elles aiment surtout c’est ce qu’est censé cacher ma maîtrise du français : une bonne famille, des parents cadres et un bon avenir.

19Farès met l’accent sur la représentation véhiculée de ceux qui parlent « bien » le français : généralement habitants de Tunis et de sa banlieue nord plus huppée, fils de cadres ou issus de la classe aisée et ayant généralement des facilités pour voyager et la possibilité de participer à des soirées, à des activités culturelles ou d’être membres de clubs de sport. En effet, l’usage et la maîtrise du français correspond en Tunisie à des disparités géographiques et sociales. Les disparités géographiques sont marquées par les différences importantes entre le Nord et le Sud. La région Nord qui correspond essentiellement à la ville de Tunis, sa banlieue nord et s’étend jusqu’à la ville de Bizerte, se distingue par une offre culturelle riche et par une ouverture importante comparée aux autres régions du pays. Le nombre de jardins d’enfants dits à programmes de la maternelle française est passé d’à peine une dizaine en 1990 à plus de 100 en 2006. Par ailleurs, le nombre d’élèves inscrits au centre de langue de l’institut français est passé de 5 500 en 2000 à 12 500 en 2006 ce qui selon C. Veltcheff indiquerait l’inquiétude des parents face à la baisse du niveau du français. Le constat est contraire au Sud où on ne note aucun engouement pour la langue française. En témoigne d’ailleurs la fermeture de l’école française de Sfax, la seule qui était présente dans le Sud, et ceci faute d’élèves. Les résultats des tests de TCL indiquent également des différences très marquées entre le niveau des étudiants et des enseignants du nord et du sud.

20Les disparités sociales s’expriment en termes de classes sociales. En effet, la maîtrise du français est spécifique des classes moyennes et surtout aisées. La relation classe sociale/maîtrise du français est relevée par plusieurs enseignants qui notent que plus on monte dans l’échelle sociale, plus la maîtrise du français est évidente et plus la prononciation est meilleure.

21Les enseignants témoignent d’un désintérêt croissant pour le français de la part des élèves qui sont plus assidus et plus motivés pendant les cours d’anglais ou d’italien. Par ailleurs, plusieurs témoignages montrent une dévalorisation des diplômes français et des études en France en faveur d’autres destinations telles que le Canada, la Grande-Bretagne ou les États-Unis.

22Il s’agit d’une situation ambiguë et paradoxale puisque le français est la langue du travail, celle des cadres et des élites. Elle est pourtant délaissée – dénigrée même par certains interviewés. Cette ambiguïté serait le signe d’une phase de transition pour les représentations du français. Cette évolution, notée par plusieurs spécialistes, est récente (la dernière décennie). Elle pourrait être expliquée par plusieurs éléments dont certains reviennent dans les discours de nos enquêtés.

23Nous pouvons en effet noter le rôle joué par la position de la France par rapport à l’islam (loi sur le voile, débat sur le voile intégral, débat sur la construction des minarets) et à l’immigration (médiatisation des reconduites massives aux frontières, stigmatisation des immigrés, rapport colons/colonisés) dans ce changement des représentations de la langue française, notamment chez les jeunes décrits comme plus attachés à l’identité nationale, à l’appartenance arabo-musulmane dans un contexte de retour au religieux (qui se situe dans l’après attentat du 11 septembre 2001 et de l’invasion de l’Irak) et d’une prise de position par rapport à l’Occident.

24Nous relevons également l’importance de l’anglais talonné par l’espagnol à l’échelle internationale évoquée, à juste titre, par plusieurs enquêtés qui considèrent que le français n’est plus la langue de l’ouverture ni celle de l’avenir.

  • 3 Bilan annuel médias et publicité 2009 (SIGMA).

25Nous attirons l’attention sur un facteur qui nous paraît déterminant, à savoir l’invasion des médias arabes qui ont largement surclassés les chaînes françaises. Selon les chiffres de 2009, la part d’audience des chaînes de télévision arabes était de 54,7 %, celle des chaînes locales de 43 %, et toutes les chaînes françaises réunies peinent à dépasser une part d’audience de 1,7 % et 0,6 % pour les autres chaînes3.

26Cette tendance a été relevée pour le grand Tunis depuis le début de cette décennie. En 2000, 69 % des Tunisois regardaient quotidiennement la chaîne publique tunisienne Tunis7, suivie par France 2 avec 18,8 %. En 2005, seules deux chaînes françaises se trouvaient encore dans le tableau du « top 10 » des chaînes de télévision les plus regardées, avec un taux d’audience pour TFA de 6,6 % et de 4,8 % pour M6, respectivement 6e et 9e dans le classement de janvier 2005, précédée déjà par Tunis7 (49,1 %), la chaîne libanaise : LBC (13,3 %), la chaîne arabe Rotana cinéma (10,8 %), la chaîne arabe d’information générale : Al fazeera (10,1 %) et Rotana Music (7,4 %). Fin 2009, aucune chaîne française de télévision ne figure dans le « top 10 » des chaînes les plus regardées dans le grand Tunis, et encore moins si on considère l’ensemble du territoire. M6, 1re chaîne française regardée en Tunisie actuellement, se classe en 20e position avec près de 100 000 téléspectateurs par jour. La chute d’audience des chaînes françaises est donc évidente et critique.

CONCLUSION

27En Tunisie, tout au long des cinquante dernières années, la place du français a subi plusieurs réformes dont certaines étaient contradictoires, d’autres étaient inadaptées ou guidées par des impératifs identitaires et culturels et pas forcément par des besoins et des objectifs éducatifs. C’est ainsi que l’arabisation a entraîné la réduction de la place du français dans l’enseignement primaire et secondaire. Le français, qui bénéficie du statut de langue privilégiée, est aussi menacé par l’anglais considéré, par les enquêtés, comme la langue de l’international, de la science et de l’avenir. Le français serait délaissé en faveur de l’anglais et de l’arabe fortement présent sur les chaînes satellitaires arabes. D’où les questionnements actuels qui émergent, comme c’est le cas dans d’autres pays du Maghreb, sur l’intérêt de l’arabe standard, sur la place du français et sur l’articulation de l’enseignement de plusieurs langues.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Boukhari A., 2006/3, « La réforme de l’enseignement du Français en Tunisie : enjeux et difficultés », Le Français aujourd’hui : former au français dans le Maghreb, no 154, Paris, Armand Colin, p. 35-41.

Grandguillaume G., 1995, Arabisation et politique linguistique au Maghreb, Paris, Maisonneuve et Larose.

Hammami M. et Dutrey J.-F., 2006/3, « L’enseignement du Français en Tunisie : un programme ambitieux de rénovation et de soutien », Le Français aujourd’hui : former au français dans le Maghreb, no 154, Paris, Armand Colin, p. 67-74.

Naffati H., 2000, Le français en Tunisie : étude sociolinguistique et lexicale, thèse de doctorat, université de Provence.

Veltcheff C, 2006/3, « Le français en Tunisie : une langue vivante ou une langue morte ? », Le Français aujourd’hui : former au français dans le Maghreb, no 154, Paris, Armand Colin, p. 83-92.

Documents officiels

Les programmes officiels de français, 2005, Tunis, ministère de l’Éducation et de la Formation.

Les programmes de français cycle préparatoire de l’enseignement de base, 2006, Tunis, ministère de l’Éducation et de la Formation.

La loi d’orientation de l’éducation et de l’enseignement scolaire n o 80 du 23 juillet 2002, Tunisie.

La loi d’orientation de l’éducation et de l’enseignement n o 91-65 du 29 juillet 1991, Tunisie.

Notes

2 Programme de français, p. 3.

3 Bilan annuel médias et publicité 2009 (SIGMA).

Auteur

Université du Havre – CIRTAI.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search