Version classiqueVersion mobile

Plurilinguisme, politique linguistique et éducation

 | 
Foued Laroussi
, 
Fabien Liénard

IIIe partie. Des éclairages à partir de situations linguistiques étrangères

Langue des signes tunisienne (LST) et plurilinguisme

Modalités de contact et dynamique identitaire

Manel Khayech

Texte intégral

Particularité du plurilinguisme dans un contexte de surdité

Le « bilinguisme sourd » ou le bilinguisme bimodal

1Le phénomène de plurilinguisme en milieu de surdité, dans sa complexité, ne saurait être compris ni apprécié sans la prise en compte d’un bilinguisme particulier, le « bilinguisme sourd » qui est dit aussi bilinguisme bimodal LS/LO.

2La bimodalité a été définie comme étant comme étant « la façon dont la langue interne de l’individu se manifeste en surface. Les modalités ou moyens d’expression de la langue sont diverses : paroles, signes… » (Lepot-Froment et Clerebaut, 1996, p. 318). Le principe est basé sur le fait qu’il existe une modalité préférentielle pour chaque langue : les langues parlées sont audio-vocales, alors que les langues signées sont visuo-gestuelles.

  • 2 Traduction en anglais de « bilinguisme sourd » d’après les recherches américaines.

3Dans le bilinguisme bimodal, les sourds sont considérés comme bilingues car ils sont en contact quasi-permanent avec la langue majoritaire de la société où ils évoluent, à la différence du bilinguisme oral. Les deux langues sont donc structurées différemment. Dans notre cas, l’arabe tunisien est comme toute langue vocale linéaire. La LST, quant à elle, est gestuelle et spatiale. De la même manière, un sourd français est considéré comme bilingue du fait du contact de la LSF avec la langue française et un sourd américain peut recourir au sign bilingualism2 à travers l’usage de la ASL (langue des signes américaine) et de l’anglais…

4Cela dit, il serait important, à notre sens, de rappeler qu’il ne faut pas mettre sur le même plan ce bilinguisme avec un autre bilinguisme du type arabe/français qui est un bilinguisme sociétal. En effet, le bilinguisme sourd « n’est pas un bilinguisme de communauté et encore moins de société » (Estève, 2006) car, de ce point de vue, tous les individus sourds ne sont pas bilingues par nature et ont des parcours sociolangagiers et des vécus différents et propres à chacun.

Le plurilinguisme comme réponse à un besoin : une construction identitaire spécifique

5Le plus souvent, il émerge des nombreux cas de surdité que l’enfant et les parents d’une même famille ne parlent pas la même langue car, en effet, plus de 90 % des sourds ont des parents entendants. Ils nécessiteront, certes, ensuite d’être pris en charge par l’enseignement, mais le contact de langue prend place dans un premier temps, au sein de la famille elle-même, « première actionnaire du processus bilingue » (Delamotte-Legrand et Sabria, 2006) où l’on doit déjà reconnaître une situation exolingue. Ces familles sourds/entendants sont confrontées au « nécessaire contact de langues, aux attitudes complexes identitairement maquées » (ibid., p. 90). Il s’agit ici du premier bilinguisme des sourds caractérisé par la bimodalité. Pourquoi cette bimodalité ? Faut-il rappeler que la rupture du canal audio rend extrêmement difficile – voire impossible – l’accès à la modalité première de la langue et que cela reste une chose non naturelle pour le sourd ? L’articulation est laborieuse – voire impossible – pour certains sourds et la maîtrise de la langue vocale ne peut être que partielle en matière de réception comme de production. Le besoin de recourir à deux modalités de langues exprimées par deux canaux de transmission de la langue (orale et gestuelle) se fait sentir naturellement chez les sourds pour compenser ce déficit sensoriel les empêchant de bien communiquer.

6Les sourds vont « faire feu de tout bois pour communiquer » (Delamotte-Legrand, 1997). Le fort besoin de communication et la prodigieuse capacité d’adaptation des sourds expliquent, dans un sens, leur recours à la modalité orale, mais nous allons voir que cela peut ouvrir également à de réelles possibilités plurilingues mises en œuvre par les locuteurs sourds. La rupture avec la langue maternelle à tradition orale, l’accès impossible ou incomplet au canal sonore favoriserait non seulement le bilinguisme sourd (contact intermodal) mais également la rencontre des langues des signes et même, bien souvent, le contact entre LO en matière de labialisation (contact intramodal).

7Il nous a semblé primordial pour une meilleure compréhension du problème de bien expliquer cette particularité dans la construction identitaire des sourds qui les contraint quotidiennement à inventer les moyens et les stratégies communicatives adéquates dans le seul but de se faire comprendre, ce qui rejoindrait un peu la théorie d’accomodation (Giles et Smith, 1979). Ce besoin communicatif incessant a, quelque part, fait d’eux des êtres plurilingues par excellence. L’intérêt que nous portons à cette étude réside en effet dans la multiplicité des modalités de contact de langues et la richesse de leur mise en œuvre par des locuteurs sourds évoluant dans des terrains plurilingues.

Le cas tunisien : bilinguisme ou « plurilinguisme sourd » ?

8Dans un article d’A. Millet (2008) sur les pratiques de jeunes sourds grenoblois, le terme « plurilinguisme » figurait déjà dans l’intitulé pour aborder plus spécifiquement le bilinguisme bimodal. Notre idée est de faire, d’une part, le rapprochement entre le bilinguisme sourd et le phénomène du contact de langues répandu dans les sociétés plurilingues et, d’autre part, d’essayer d’analyser ce qui ne peut relever d’un modèle assez connu jusqu’ici et qui demanderait une approche différente et une considération individuelle du fait de la diversité des parcours sociolangagiers des individus sourds. En d’autres termes, pouvons-nous parler réellement du plurilinguisme chez la personne sourde comme nous parlons de plurilinguisme d’une personne entendante ?

9Par plurilinguisme sourd, nous entendons qu’en plus du contact intermodal auquel les sourds sont confrontés dans leurs pratiques du fait de leur surdité, d’autres manifestations langagières peuvent être observées grâce à la multiplicité des systèmes linguistiques caractérisant un terrain donné ce qui, nous allons voir, est le cas de la Tunisie. Nous examinons donc un cas de recherche désormais classique (terrain plurilingue) mais dans un contexte spécifique, celui de la surdité.

10Nous résumons la situation tunisienne en une équation simple que nous définissons, du moins provisoirement, comme suit :

11Cette situation présente des spécificités par rapport à ce bilinguisme sourd qui se trouve confronté à un plurilinguisme de terrain du fait de la triglossie (arabe dialectal/arabe littéraire/français). Nous allons voir comment la population de notre étude va nous permettre de réexaminer cette notion de bilinguisme sourd, d’élargir davantage la description du contact de langues et ainsi de mieux comprendre les phénomènes de plurilinguisme.

Plurilinguisme et pluriglossie en Tunisie

12Pour une meilleure compréhension, un bref rappel de la situation socio-linguistique en Tunisie s’impose. Celle-ci est, aujourd’hui, connue de nombreux chercheurs, linguistes et sociolinguistes intéressés de près ou de loin à ce terrain tunisien. Ce dernier est caractérisé, d’une part, par un bilinguisme arabe/français – et nous pouvons citer à ce titre les contributions de Fitouri (1984) et Hamzaoui (1970) – et, d’autre part, par le rapport diglossique spécifique aux terrains arabes entre les deux variétés dialectale et littéraire de la langue arabe (Karoui, 1983 ; Touzi, 1991).

13Le parler tunisien a également fait l’objet d’un bon nombre de recherches (Garmadi, 1974 ; Ghanem, 1986) dont certaines, un peu plus récentes, ont prouvé un recours fréquent et quasi-systématique des Tunisiens à des formes diverses d’alternance codiques entre l’arabe dialectal et le français (Laroussi, 1991) pour des raisons socio-historiques et psychologiques importantes. Sans parler bien évidemment aussi des recherches synchroniques ou encore diachroniques sur le statut du français en Tunisie, les représentations et les usages de ce dernier par des locuteurs tunisiens. (Chennoufi, 2009).

14La Tunisie a été, de tout temps, pluriculturelle et plurilingue et elle est d’ailleurs, selon Mackey, un exemple de la triglossie où l’arabe standard et le français bénéficient d’un statut privilégié lié à l’enseignement, l’arabe tunisien étant considéré comme variété basse en dépit de sa valeur incontestable concernant l’identité tunisienne. Telle que pratiquée de nos jours, la langue tunisienne est révélatrice de son riche passé, orné de grandes civilisations et de diverses cultures. Les emprunts, le code switching sont, aujourd’hui, la trace de presque un demi-siècle de colonisation française, de la politique linguistique et éducative dans le pays – y compris après l’indépendance – et des liens postcoloniaux. Le statut de la langue française se trouve changé, de langue « des colons » à une langue privilégiée d’enseignement permettant l’ouverture sur le monde et l’accès au savoir. Une vision des choses sans doute héritée de Bourguiba qui, à son arrivée au pouvoir, apparaissait comme le libérateur de la Tunisie ; premier président de la République tunisienne, il a tenu à transmettre cet héritage français à son peuple pour le sortir du fardeau pesant de l’analphabétisme.

15Ce brassage important durant l’histoire entre les deux cultures tunisienne et française n’a pas été sans influence sur les pratiques langagières des sourds tunisiens. Sans vouloir généraliser, nous dirons qu’une simple observation des pratiques langagières de quelques sourds tunisiens suffirait parfois pour rendre compte de l’existence de ces phénomènes de contact linguistiques où le français tient une place importante ; ce qui est tout à fait logique puisque, d’une part, les sourds sont en contact quasi permanent avec la langue tunisienne (orale) elle-même en contact avec le français et, d’autre part, il est question d’un même terrain, d’une même histoire coloniale partagée entre sourds et entendants tunisiens. Il est donc normal que la langue pratiquée par les sourds tunisiens ait été beaucoup influencée par les mouvements des sourds et des enseignants entre la France et la Tunisie. Aujourd’hui, elle porte en elle les traces de ce plurilinguisme tout comme le parler tunisien.

  • 3 Langue des signes arabe unifiée.

16De ce qui précède, nous pouvons conclure que l’environnement sociolinguistique du sourd tunisien repose sur un certain nombre de langues en contact à différents degrés d’usage : la LST, la LSF, la LSAU3, l’arabe tunisien, l’arabe standard et le français. Ce qui fait six langues au total, si nous considérons les deux modalités gestuelle et orale. De cette pluralité des langues et des modalités de langues, il serait intéressant de revoir et de tenter de redéfinir la distribution actuelle et la place qu’occupe chacune d’entre elles dans l’environnement socio-langagier du jeune sourd tunisien.

Situation de la LST aujourd'hui et la question de la normalisation

17Le plurilinguisme peut être envisagé également comme une conséquence directe ou non des politiques linguistiques, des rapports diglossiques, des processus de normalisation et de minoration linguistique… C’est pour cette raison qu’il nous a semblé légitime de donner un aperçu de ce qu’est la situation de la langue des signes tunisienne.

18La LST a été officiellement reconnue depuis 2006. Mais les dispositifs pour sa diffusion et son enseignement tardent à être définis et mis en place par les institutions à cause de sa non standardisation, condition sine qua non pour son institutionnalisation. De nombreuses questions restent en suspens telles que la formation des enseignants, la formation des interprètes, la place de la LST dans la classe et dans les enseignements, etc.

19En Tunisie, l’interprétation du journal télévisé se fait également en LST. Mais faut-il commencer par définir tout d’abord ce que c’est que la LST ? Cette appellation ne renvoie-t-elle pas plutôt aux simples pratiques langagières observées chez les sourds tunisiens « si ce n’est pas encore tunisois » qu’à une langue au sens d’un système linguistique bien codifié ? La réponse semble évidente car il demeure difficile de considérer des pratiques langagières n’ayant jamais fait l’objet d’études descriptives ni de recherches linguistiques comme étant un système linguistique stable et indépendant ayant ses propres normes. Ce même argument est exploité par certains qui vont jusqu’à nier l’existence même de la LST et font remarquer que, de leur point de vue, les signes sont utilisés d’une manière aléatoire et que le discours final n’est pas plus qu’un mélange essentiellement de signes de la LSF, de signes italiens et des signes de la langue des signes arabes unifiée (LSAU). Ils oublient, en revanche, qu’en dépit des nombreux emprunts, ces pratiques comporteraient des signes « tunisiens » sur lesquels il n’y a aucun moyen de se tromper quant à leur origine car ce sont des signes assez culturels renvoyant aux traditions, à l’histoire de la Tunisie et aux habitudes des sourds tunisiens.

  • 4 Journée mondiale des sourds.

20Nous voudrions ajouter un mot en ce qui concerne la LSAU pour mieux comprendre le contexte global et l’environnement socio-langagier dans lequel le sourd tunisien évolue. La Tunisie a participé à l’unification de la LSAU en 2000, suite à la tenue d’ateliers de travail faisant intervenir plusieurs représentants de plusieurs pays arabes pour mettre au point un dictionnaire commun de la langue des signes arabe. Loin de répondre aux attentes et aux besoins quotidiens des sourds tunisiens, l’usage de la LSAU se limitera plutôt à des meetings, des rencontres entre sourds arabes à la manière de la langue des signes internationale qui est, elle aussi, majoritairement usitée lors d’événements importants comme la JMS4. Aux regards des sourds tunisiens, la LSAU ne bénéficie point du statut privilégié dont bénéficie l’arabe littéraire dans le contexte diglossique tunisien. Il est donc clair que les rapports diglossiques diffèrent entre LS et LO car tout simplement les langues n’ont pas les mêmes rôles ni les mêmes fonctionnalités et ne répondent pas aux mêmes besoins au sein de la société et moins encore dans des communautés linguistiques différentes (sourds/entendants). On pourra imaginer dès lors les inconvénients majeurs des parallèles qu’on pourrait établir entre LS et LO dans le domaine de l’accessibilité du sourd à l’information et au savoir.

Choix méthodologiques

  • 5 Association voix du sourd de Tunisie.
  • 6 Il existe aussi des sourds oralisants.

21Dans cet article, nous ne prétendons pas traiter ni analyser tous les phénomènes de contact de langues dans les pratiques des sourds tunisiens. Le but est simplement de voir comment se manifestent ces modifications de langues chez ces locuteurs et d’envisager la manière dont ils usent de cette possibilité « plurilingue » et les stratégies qu’ils mettent en œuvre pour transmettre une représentation à leur interlocuteur à partir d’une première étude qualitative que nous espérons approfondir dans notre projet doctoral. Les pratiques décrites correspondent à celles de 6 jeunes adultes sourds tunisiens choisis parmi un groupe de l’association AVST5 qui ont accepté de participer à cette étude. On a mis l’accent sur les sourds sévères à profonds pour garantir au plus l’usage de la langue des signes6. L’association accueille des jeunes à partir de 15 ans, mais nous pouvons y trouver des sourds de tout âge. La population des jeunes reste cependant majoritaire. Nous avons été guidés naturellement par la population qui était présente lors de notre passage à l'AVST mais nous nous sommes limités à une tranche d’âge allant de 25 ans à 35 ans. Ce choix est, sans doute, justifié par le fait que des études antérieures sur le terrain tunisien ont montré que le contact de langues avec le français est plus marqué chez cette catégorie (Chennoufi, 2009). On parle alors d’une « langue des jeunes » ou d’un « parler jeune » très influencé par la langue française. Nous dressons un tableau récapitulatif des différents profils. Ces sujets choisis reflètent plus ou moins des usages différents des modalités vocale et gestuelle et des langues en présence. Leurs prénoms ont été changés afin de respecter l’anonymat.

Désignation du signeur

Prénoms

Année de naissance

Niveau d'étude

S1

lyed

1984

Bac

S2

llyes

1986

9e de base

S3

Mehdi

1984

7e de base

S4

Baya

1981

6e primaire

S5

Nour

1984

Bac + 5

S6

Yasmine

1979

4e secondaire

22Parmi les six langues majoritairement en présence, notre étude se limitera aux contacts de langues entre LST, LSF, arabe dialectal et français, cela pour deux raisons principales. La première est que nous pouvons noter à partir de la simple observation des pratiques que ce sont les contacts de langue les plus fréquents et il nous semble, tout de même, plus intéressant d’aller au-delà de la simple bimodalité pour exploiter la situation de plurilinguisme en Tunisie. La deuxième raison de ce choix est que les sourds tunisiens s’identifieraient plus à la LSF qu’à la LSAU qu’ils trouvent moins pratique et plus compliquée. Le contact avec la LSAU reste donc très négligeable dans les pratiques quotidiennes. D’ailleurs, l’alphabet de la LST empruntant les signes dactylologiques de la LSF et non ceux de la LSAU est un exemple parlant de ce phénomène d’appropriation de la LSF par les sourds tunisiens. Quant à l’arabe standard (littéraire), même si on note parfois sa présence dans les pratiques labiales, il reste réservé à l’écrit.

23Nous avons procédé à des entretiens individuels pour recueillir les parcours de ces jeunes en tant que locuteurs bi/plurilingues. Les situations d’entretien que nous avons pu mener jusque-là ont été réalisées grâce à la collaboration d’une interprète entendante ayant une compétence en LST. Cette situation de contact avec des entendants bilingues a, à notre avis, favorisé quelque part la production de pratiques bimodales. Rappelons enfin, avant de procéder à l’analyse des données, qu’en aucun cas nous voulons réduire les pratiques de ces jeunes sourds aux manifestations que nous allons décrire.

Résultats et discussions

24Nous avons constaté qu’en général, les sourds ont répondu d’une façon très serviable à notre demande, mis à part quelques-uns qui ne se sentaient pas prêts à relever le défi à cause de leur timidité ou d’interrogations sur l’utilité véritable de ces entretiens. Nous avons essayé de leur donner un bref aperçu sur la finalité de cette étude sans donner trop de détails car nous pensons que cela influerait sur les pratiques et les discours de nos collaborateurs.

Multiplicité des formes de contact de langues

25Beaucoup d’études sur les langues signées ont misé sur le caractère bimodal ou encore intermodal des pratiques langagières chez les sourds, donc sur la spécificité du bilinguisme sourd. R. Delamotte-Legrand a décrit le phénomène du bilinguisme sourd comme étant un parapluie car recouvrant une grande quantité et une grande diversité de situations. Nous pouvons imaginer dès lors l’éventail de possibilités linguistiques si nous travaillons sur des terrains plurilingues à la base. Malheureusement, ce volet plurilingue n’a pas été vraiment creusé par les chercheurs au sens où il y aurait très peu d’études consacrées aux contacts intramodaux, c’est-à-dire les contacts pouvant se manifester entre deux ou plusieurs langues des signes ou encore au niveau des labialisations qui peuvent être également un lieu très favorable pour des manifestations plurilingues. Un certain nombre de termes théoriques ont été développés pour décrire avec précision les phénomènes dus aux contacts de langues, mais il est clair que leur multiplicité rend parfois leur distinction difficile dans la pratique. C’est pour cette raison qu’au cours de notre analyse, nous allons suivre la distinction inter/intra modalité pour essayer au mieux d’expliciter ces phénomènes et donner un premier aperçu des différentes variations langagières dont font preuves les sourds bi-plurilingues, et de l’omniprésence de leur compétence communicative multiple dans leur production et leur expression.

Le contact intermodal : langue des signes/langue orale

Superposition codique (code blending) : contact par labialisation/vocalisation

26La différence de modalités offre la possibilité d’une production simultanée et donc de superposition d'’énoncés gestuels et oraux. On dit que les mots et les signes sont superposés ou synchronisés. Cette possibilité de superposition des deux modalités donne naissance à différentes variétés de ce qu’il est convenu d’appeler le bimodal vu un peu plus haut.

27Le bilinguisme sourd est donc le résultat de cette possibilité articulatoire. En effet, rien n’empêcherait matériellement de dire un mot quelconque tout en le signant ou de signer un mot en le vocalisant puisque les canaux utilisés sont différents.

28Emmorey (2005), à propos des sourds américains, fait remarquer que plutôt que recourir à de l’alternance codique, les bilingues bimodaux produisent ce qu’on appelle la superposition codique dans laquelle les signes de l’ASL sont produits simultanément avec des mots en anglais. « Rather than producing code-switches, bimodal bilinguals produced what we will term code-blends in which ASL signs are produced simultaneously with English words ».

29Parler de superposition codique impliquerait donc la présence de la modalité orale, qu’elle soit sous forme de labialisations et/ou vocalisations (mouthing). Mais ce principe de superposition ne contraint pas matériellement le locuteur à utiliser des associations de codes linguistiques connus et plutôt habituels du type ASL/anglais ou LSF/français, donc répondant au bilinguisme sourd. Il ressort, en effet, de notre analyse du corpus que les sourds tunisiens peuvent recourir aussi à des superpositions d'énoncés LST/français ou LSF/arabe tunisien.

30Il n’est plus question, dans ce cas, du bilinguisme sourd tel qu’il est communément perçu et défini jusqu’aux plus récentes études mais bien d’une autre forme spécifique de contact de langues intermodal.

31Dans tous les exemples que nous allons donner dans cette analyse, la ligne du haut correspond à la modalité orale du discours (labialisations et/ou vocalisations), celle du bas représente la phrase gestuelle donc les SIGNES.

32Dans ces deux exemples, nos collaborateurs ont produit simultanément le signe en LST (LUNDI dans S4 et ÉCOLE dans S1) accompagnée d’une labialisation française et non pas en arabe.

33Nous avons remarqué, dès les premières vidéos analysées, la fréquence de ce type de contact chez nos locuteurs sourds tunisiens. Nous pouvons poser la question du rapport entre ce phénomène et la pratique du code switching désormais connue chez les entendants tunisiens. Nous pensons effectivement que chaque LS possède plus ou moins ses propres labialisations qui font sens dans chaque société et quelles sont inévitablement en lien avec la langue vocale en présence. Nous pourrons à partir de là questionner la différence entre un code switching « entendant » et un code switching « sourd ».

Figure n o 1 Signe « LUNDI » en LST.

34Selon l’étude d’I. Estève (2006), ces labialisations ne peuvent relever de la variation individuelle puisqu’elles sont conditionnées par une langue vocale particulière. Cette affirmation, bien qu'elle soit valable dans le contexte français, est un peu à contester dans le cas des sourds tunisiens dont les pratiques labiales peuvent être sujettes à plus de variation du fait de la coexistence de trois langues. Celles-ci correspondent certes aux langues orales en usage dans l’espace tunisien, mais la fréquence et le recours à une langue plutôt qu’à une autre relèvent plutôt de l’individuel et sont déterminés par le vécu de chacun.

35Nous allons trouver des sourds tunisiens qui ne labialisent qu’en arabe car ils n’ont jamais été vraiment en contact avec la langue française ou qu’ils ne la maîtrisent pas ; d’autres qui y recourent très souvent, surtout pour ceux d’entre eux qui ont eu la chance de continuer leurs études ou qui évoluent dans un cercle francophone (parents éduqués, famille à l’étranger, amis français, etc.) ; mais pour la majorité, nous allons observer des labialisations/vocalisations où l’arabe et le français sont constamment présents et s’alternent continuellement.

Les signes initialisés et la dactylologie

36Les signes initialisés sont ceux où une partie de la structure du signe de la main utilise la lettre dactylologique initiale du mot écrit ou parlé que l’on veut exprimer. Bien que ces signes soient répandus dans plusieurs langues des signes car permettant aux malentendants de rappeler plus facilement un mot du langage écrit/parlé, il est très rare d’observer cette forme de contact de langues avec les LS arabes. En effet, l’alphabet arabe, par les sinuosités de sa calligraphie et la particularité de son système vocalique ne se prête pas facilement à la fabrication d’un alphabet manuel. Les sourds tunisiens, en revanche, grâce à une dactylologie et à un nombre non négligeable de signes empruntés à la LSF, peuvent recourir très facilement à cette pratique. Nous pouvons donner l’exemple des signes [REVER], [IMAGINER], […] basés respectivement sur les lettres R et I qui sont des lettres de la langue française. L’épellation des acronymes ou des prénoms arabes sont également réalisées à partir de lettres dactylologiques françaises.

Le contact intramodal ou unimodal

37L’intramodalité renvoie aux types de contact entre langues de même modalité. Il s’agit des contacts observés entre deux ou plusieurs langues des signes (modalité gestuelle) ou encore deux ou plusieurs langues orales (modalité orale).

38Chez les sourds, l’alternance des signes de deux ou plusieurs LS est une forme d’alternance codique appelée aussi code switching ou encore code mixing. Dans le cas des sourds tunisiens, le contact entre LST et LSF est assez fréquent. Le problème qui se pose dans ce type de contact c’est que les signes deviennent ambigus quant à leurs origines et nous nous retrouvons dans l’incapacité de juger s’il s’agit véritablement d’un signe de la LST ou plutôt d’un signe emprunté à la LSF, partant du principe que les langues des signes peuvent avoir des signes en commun et qu’un signe emprunté à un moment de l’histoire peut, beaucoup plus tard, être accepté par la communauté et considéré comme faisant partie de la langue emprunteuse. Nous pouvons donner l’exemple de sandwich ou de marketing, empruntés à l’anglais et qui font partie intégrante aujourd’hui de la langue française. Pour la LST, cela demanderait un vrai travail étymologique et diachronique sur les signes.

  • 7 Les 5 paramètres du signe sont : la configuration ; l’emplacement ; l’orientation ; le mouvement ; (...)

39Par ailleurs, les emprunts lexicaux sont également une des formes du contact intramodal engendrant ce qui est convenu d’appeler loans signs par les études américaines où des modifications peuvent intervenir au niveau d’un ou plusieurs paramètres du signe7 emprunté.

40Une de nos collaboratrices a employé un emprunt à la LSF pour signer VENDREDI. Cela n’est nullement le résultat d’un déficit vocabulaire en LST, puisque, en effet, le signe tunisien VENDREDI existe et fait d’ailleurs référence à la prière. Cet emprunt, conscient ou non, pourrait probablement être lié à une non-maîtrise de la LSF.

41Le signe emprunté et modifié par notre collaboratrice sourde, au niveau de son paramètre mouvement, prend la signification en LSF du pays VIETNAM et non plus de VENDREDI. On peut imaginer les conséquences de ces modifications de paramètres ainsi que de l’alternance entre différentes langues sur la compréhension des énoncés. Ici, c’est le contexte même de la phrase signée ainsi que la labialisation qui nous ont permis d’aboutir à la signification exacte du signe réalisé d’où le rôle important des labialisations en matière de désambiguïsation des signes.

42Le contact intramodal chez les sourds ne se limite pas aux contacts entre langues des signes (ici LST et LSF), mais concerne aussi la modalité orale. En effet, des signifiants labiaux correspondants à deux langues différentes peuvent faire l’objet d’une alternance de langues. Dans notre cas précis, l’observation des mouvements labiaux de nos jeunes sourds nous renseigne sur une forme spécifique d’alternance de langues arabe tunisien/français, une forme simplifiée de l’alternance des langues chez les entendants tunisiens que les sourds ont acquis grâce à la lecture labiale. Cette forme de contact de langues est généralement réalisée en complémentarité avec les signes et non indépendamment.

Figure n o 2Signe [VENDREDI] de S4 et signe [VENDREDI] en LSF.

43Nous allons reprendre le même exemple précédent pour illustrer ce phénomène. Tout en signant, notre collaboratrice produit des énoncés labiaux. En voici le résultat :

S4 :

[toujours]

[min] [lundi]

[hatta]

[vendredi]

TOUJOURS

LUNDI

JUSQU’A

VENDREDI

44Nous remarquons bien l’alternance des mots comme toujours, lundi et vendredi qui sont des mots du français avec des mots comme min (de) et hatta (jusqu’à) de l’arabe tunisien. Un deuxième exemple du même phénomène avec S6 signant l’énoncé « j’aime la vie » en employant un code switching labial français/arabe dialectal.

S6 :

[vie]

[nhibb]

VIE (1, 2)

AIMER (3)

Figure n o 3(1) (2) (3)

45Nous ajouterons un dernier exemple où le collaborateur reproduit quasiment le même type de contact de langue avec une alternance entre les signifiants labiaux « ministère » et « jaych ». Nous notons que le mot « jaych » signifie « armée » en arabe et non « défense ».

S3 :

[ministère]

[jaych]

MINISTÈRE (1, 2)

DÉFENSE (3)

Figure n o 4(1) (2) (3)

46L’alternance codique est possible aussi bien dans la modalité gestuelle qu’orale. Nous avons été contrainte, dans un souci de clarté, de séparer par moment les deux modalités bien qu’elles soient produites simultanément. Il serait intéressant de pouvoir analyser ces contacts linguistiques tant au niveau gestuel qu’oral pour enfin voir la multitude des possibilités combinatoires offerte par la bimodalité et le plurilinguisme combinés.

Alternance et superposition codique : un jeu de croisements linguistiques

47Les sourds tunisiens se trouvent confrontés à des modèles linguistiques où la LST, LSF, arabe et français oral sont souvent indifférenciés dans le sens où les quatre langues sont sujettes à de la superposition codique mais aussi à de l’alternance codique. Contact intermodal et intramodal peuvent donc coexister dans un même énoncé.

48Il serait, à notre sens, primordial de lever une fois pour toute l’ambiguïté sur les deux termes d’alternance codique (code switching) et de superposition codique appelée aussi code blending dans la littérature américaine. En effet, les productions bimodales ne répondent pas, du moins pas automatiquement, à l’acceptation actuelle du terme code switching car, comme le soutient I. Estève, « nous ne pouvons pas parler dans ce cas d’alternance de langues réellement, mais plutôt de modalités » (2006, p. 39). Il serait plus approprié de parler de superposition codique car les énoncés labiaux et gestuels peuvent se superposer et sont produits simultanément. Par ailleurs, nous entendons par code-switching, en tout cas en ce qui concerne les pratiques langagières des sourds, les manifestations du contact de langues sur une modalité prise isolément (gestuelle ou labiale) et non les deux en même temps.

49Nous postulons que le locuteur sourd exploite la totalité de ses ressources communicatives (gestuelles/vocales) quelles que soient les modalités choisies, ainsi les messages combinés peuvent-ils être de différentes natures, conformément aux stratégies communicatives de chacun des locuteurs. Chaque message utilisé dans une dimension particulière, prend en charge un aspect particulier de l’information. Il n’est pas impossible, en revanche, de pouvoir combiner alternance et superposition codique. On est, dès lors, face à des comportements linguistiques qui vont au-delà de la simple bimodalité. Les langues peuvent être sujettes, en effet, à de l’alternance des langues au sein même de chacune des deux modalités : la LST, la LSF pour la modalité gestuelle ; les deux variétés d’arabe et le français pour la modalité orale. Nous pouvons imaginer toutes les possibilités de combinaison générées par la coexistence de toutes ces langues dans un même énoncé. Nous ne pouvons présenter une liste exhaustive de ces combinaisons mais nous présentons quelques exemples illustratifs de ces pratiques plurilingues :

50Dans cet exemple, le discours de S5 repose sur un mélange apparent de codes : la LST/français/arabe dialectal/arabe standard. « Awadh » est la traduction en arabe standard du verbe « changer » en français. Elle aurait pu labialiser « baddal » qui veut dire la même chose en arabe tunisien à la manière du « kif kif » employé un peu plus loin pour signifier « pareil ».

51Nous avons un type d’alternance plutôt rare dans les pratiques observées, mais qui reste tout de même intéressant à mentionner. Il s’agit d’un contact labial arabe standard/français. L’emploi du verbe « Awadh » en arabe standard suivi de sa tradution en français « changer » est une forme d’alternance de langues mais aussi de répétition. Il s’agirait éventuellement d’une forme d’insistance de la part de notre collaboratrice pour mieux se faire comprendre ou pour montrer simplement qu'elle maîtrise les deux langues. Cette capacité à jongler et à alterner les langues n’est plus perçue comme un déficit linguistique mais plutôt comme une compétence plurilingue.

Problème statuaire des langues en contact et dynamique identitaire

52Il semble logique que si plusieurs langues coexistent dans la production d’un même locuteur, il faut qu’il en ait besoin. Chaque langue occupera une fonction différente, de même qu’à l’échelle sociétale, il devrait être possible d’identifier un rôle pour chaque langue. Le sourd reconnaît que les langues en présence couvrent des besoins différents (intégration, communication, adaptation, convergence ou divergence…) et qu’elles sont complémentaires… En ce qui concerne les sourds tunisiens, nous proposons une première distribution fonctionnelle des langues en contact :

  • l’arabe (dialectal et standard8), langue de la culture dominante dans la société dans laquelle ils vivent, et surtout langue des médias ; elle leur est nécessaire pour participer activement à cette communauté ;
  • le français jouit d’un statut de langue privilégiée lié à l’enseignement et au travail. L’insertion socioprofessionnelle du sourd est facilitée par la maîtrise de cette langue qui répond, de ce fait, à la fonction instrumentale qu’on peut attribuer à une langue. L’usage du français est ainsi signe d’émancipation, d’éducation et de culture… ;
  • la LST est depuis toujours leur langue naturelle. Elle leur assure une dimension plus personnelle, plus socialisée au sein de leur communauté mais elle est surtout l’instrument principal de revendication de leur identité en tant que sourd tunisien ;
  • la LSF, quant à elle, est synonyme d’une histoire riche pour tous les sourds du monde. Elle est considérée comme une référence en matière de codification, de recherche scientifique et de production théâtrale depuis l’attribution du Molière à Emmanuelle Laborit et la création d’IVT. Grâce à la médiatisation de la LSF et au nombre croissant de sites internet présentant des vidéos dans cette langue, les sourds tunisiens trouvent dans la LSF un moyen d’ouverture sur le monde.

53Le plurilinguisme de nos sujets n’implique pas forcément une maîtrise parfaite des langues en présence mais plutôt une capacité d’assumer des discours dans les différentes langues. Par ailleurs, nous avons ressenti qu’au-delà de la maîtrise ou non de ces langues par nos locuteurs sourds, se pose toujours le problème statutaire des langues et des rapports diglossiques entre celles-ci, ce qui n’est pas sans influence sur les choix de langues et les mécanismes identitaires, J. Gumperz souligne les deux niveaux présents dans le choix de langue d’un individu bilingue : les normes de la société et le choix de l’individu lui-même dans une interaction donnée.

54Une langue véhicule un système d’identifications très complexe. L’important à savoir est que la question d’identité est aujourd’hui une véritable question qui engage le destin des sourds tunisiens. Selon R. Delamotte-Legrand (1998) :

Le plurilinguisme exige que les personnes se mettent en situation d’interculturalité, c’est-à-dire quelles mettent ensemble leurs richesses respectives dans le but de construire un mode d’existence commun et de participer à une production d’identités multiples.

55La question des identités revenait donc systématiquement car étant en lien très étroit avec les manifestations langagières de nos locuteurs sourds et des représentations qu’ils ont des langues en contact. Nous n’avons pas trouvé une identité générique, mais une multiplicité de parcours en identité qui présentait des convergences et de nombreux paradoxes.

56Ce qui est à souligner en revanche, c’est la place importante de la langue française et de la LSF dans les pratiques de ces jeunes sourds tunisiens. Le désir de s’identifier à une communauté telle que la communauté des sourds français, de par son riche passé et ses longs combats pour faire de la LSF, aujourd’hui, une langue de référence pour les sourds du monde entier, motive quelque part l’acquisition de cette langue.

57Les labialisations interviennent en complémentarité avec les signes dans la construction du sens global. Elles constituent donc avec les signes de la main un tout presque indissociable si nous considérons qu’elles font partie de l’expression du visage, un des cinq paramètres linguistiques essentiels du signe. Nous pouvons suggérer que les labialisations sont empruntées en même temps que les signes de la LSF. L’emprunt des mots en français se fait au moyen de la lecture labiale, aussi bien avec des sourds français qu’avec des Tunisiens entendants.

58Nous avons remarqué que l’usage plus ou moins fréquent du français par nos locuteurs sourds est déterminé par, entre autre, le niveau de culture, d’éducation, l’âge et le milieu socioculturel dans lequel le sourd a évolué depuis la petite enfance… Il s’agit, encore une fois dans cet article, de définir essentiellement une démarche de recherche et de fixer les tendances générales de ces pratiques plurilingues avant de pouvoir approfondir plus tard nos analyses. Nous ne prendrons pas le risque pour le moment de donner des conclusions hâtives sur des types de locuteurs. Il y aurait, en revanche, deux grandes catégories de sourds tunisiens, certains sont francisants et d’autres qui plutôt arabisants dans l’expression de leurs pratiques et de leur identité. L’exemple de Nour est très représentatif d’un type de locuteurs sourds tunisiens à fort recours aux usages français. Elle fait partie, en effet, d’une minorité sourde ayant pu arriver au bout d’un long cursus universitaire basé sur un enseignement en français, avec toutes les difficultés que l’on connaît et la non adaptation des programmes d’enseignement et des contenus pédagogiques aux besoins des personnes sourdes. De ce fait, le contact avec la langue française, bien qu’il concerne un nombre considérable de sourds tunisiens, demeure beaucoup plus apparent chez les plus « intégrés » ou d’un certain niveau d’éducation du fait de l’enseignement bilingue en Tunisie (arabe standard/français).

59De même, entre en jeu la représentation que se fait le locuteur de l’autre langue ou des langues en présence, mais on a tout de même l’impression que les sourds tunisiens militent pour faire valoir une identité plurilinguistique et pluriculturelle. Ils restent, en revanche, très attachés à la LST qui est l’instrument de la revendication de leur identité en tant que sourd tunisien dans une période où la LST peine à se faire valoir en tant que langue d’enseignement pour les sourds tunisiens.

Un « continuum linguistique » revisité

60Les premières analyses ont permis de mettre en lumière différents phénomènes liés aux dynamiques des répertoires langagiers plurilingues et bimodaux des locuteurs sourds tunisiens. Plusieurs études ont mis en évidence cette notion de continuum linguistique dans la communauté des sourds entre les variétés de la langue des signes américaine et l’anglais (Stokoe, Moores, Woodward) et également entre la LSF et le français (Estève, Millet).

61Si nous reprenons cette même conception du continuum répondant au principe du bilinguisme bimodal, nous pouvons dire que, pour notre cas, les pratiques prennent place le long d’un continuum allant d'’énoncés monolingues en LST à des énoncés monolingues en arabe tunisien (langue majoritairement parlée en Tunisie). Au centre de ce continuum, nous allons retrouver des locuteurs qui utilisent presque à la même fréquence des signes de la LST et des vocalisations en arabe dialectal. D’autres pratiques pencheraient plus vers les deux extrémités en ayant une des deux langues comme support avec des manifestations ponctuelles de l’autre langue.

62Cependant, il nous semble que cette conception, si elle ne tient pas compte du plurilinguisme de terrain, reste très limitée. Nous dirons même qu'elle est assez simpliste car elle ne permet pas de décrire la réalité des pratiques plurilingues. En effet, le contact de langues déjà existant offre la possibilité d’un double continuum, au sens où chaque extrémité du continuum de base peut faire l’objet d’un deuxième continuum. La LST va interagir avec la LSF au niveau gestuel et il y aura des tendances vers l’arabe dialectal ou vers le français pour la modalité orale. Le continuum peut être dans ce sens inter et/ou intra-modal et nous allons pouvoir observer une multitude de pratiques oscillant entre quatre extrémités (si ce n’est plus) formant ainsi un pôle plurilingue. Pour mieux expliciter ces phénomènes, nous nous baserons sur le schéma proposé par I. Estève sur le continuum des pratiques bimodales LSF/français (2003, p. 36). Des données spécifiques ont été rajoutées pour l’adapter à notre cas :

63Ce schéma est un premier découpage possible qui nous permettra de saisir la particularité du continuum des pratiques plurilingues tant au niveau du bilinguisme bimodal que dans le bilinguisme unimodal.

CONCLUSION

64Ce que nous retiendrons de cette première approche de la problématique du plurilinguisme dans les pratiques des jeunes sourds tunisiens, c’est tout d’abord la richesse et la multiplicité des formes et des modalités de contact de langues. Nous insistons sur cette considération individuelle des pratiques plurilingues et bimodales dans l’expression particulière de chaque locuteur sourd afin d’éviter les généralisations trop faciles et fausses. Nous tenons à souligner, au contraire, la diversité des pratiques observées, révélant la richesse du plurilinguisme bimodal et la pluralité des possibilités de combinaisons.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bras G., 2003, « Bilinguisme et bilingualité chez l’enfant sourd, statuts respectifs du français et de la langue des signes française (LSF) », dans La scolarisation des enfants sourds, « Contact de langues modèles typologies et interventions ».

Delamotte-Legrand R., 1998, « Langues gestuelles : quels enjeux pour les sourds ? », Revue de linguistique et de didactique des langues, no 15, Grenoble, Lidilem, université Stendhal – Grenoble III.

— et Sabria R., 2006, « L’enfant sourd et ses langues : l’unicité des choix en parcours langagiers pluriels », dans D’une langue à l’autre, Mont-Saint-Aignan, PURH, « Dyalang », p. 81-109.

Estève L, 2006, Les pratiques communicatives des jeunes adultes sourds introduction à l’analyse, mémoire de master 1 langage et surdité, sous la direction d’A. Millet.

Laroussi F., 1993, L’alternance de codes arabe dialectal tunisien/français : une étude de quelques situations dans la ville de Sfax (Tunisie), thèse de doctorat, université de Rouen.

—, 1997a, « Plurilinguisme et identités au Maghreb ; en quels termes les dire ? », dans id. (dir.), Plurilinguisme et identités au Maghreb, Mont-Saint-Aignan, PURH.

Lawson-Sako S. et Sachdev L, 1997, « Accomodation communicative en Tunisie, une étude empirique », dans F. Laroussi (dir.), Plurilinguisme et identités au Maghreb, Mont-Saint-Aignan, PURH, p. 101-114.

Millet A., 2008, « Surdité et plurilinguisme, fragilité des constructions identitaires », dans P. Martinez, D. Moore et V. Spaeth (dir.), Plurilinguismes et enseignement identités en constructions, Paris, Riveneuve éditions.

—, 2010, « Surdité et contacts de langues », Langues et cité, bulletin de l’Observatoire des pratiques linguistiques, no 16.

Notes

2 Traduction en anglais de « bilinguisme sourd » d’après les recherches américaines.

3 Langue des signes arabe unifiée.

4 Journée mondiale des sourds.

5 Association voix du sourd de Tunisie.

6 Il existe aussi des sourds oralisants.

7 Les 5 paramètres du signe sont : la configuration ; l’emplacement ; l’orientation ; le mouvement ; et l’expression du visage.

8 Même si l’arabe standard reste plus réservé à l’usage écrit et à l’enseignement donc moins présent que l’arabe standard.

Auteur

Doctorante en sciences du langage, université de Rouen, LiDiFra.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search