Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Plurilinguisme, politique linguistique et éducation

 | 
Foued Laroussi
, 
Fabien Liénard

IIe partie. Des éclairages à partir de situations linguistiques d'outre-mer

Aspects des recherches concernant Mayotte menées ou publiées à l’université de La Réunion

Paule Fioux

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 2 Groupe de recherche sur le plurilinguisme à Mayotte, 2009, Mayotte, une île plurilingue en mutatio (...)
  • 3 On pourrait citer les problématiques du choix d’une graphie de la langue vernaculaire, ou du passa (...)
  • 4 À ce fonds correspondent un lieu (situé au rez-de-chaussée de la bibliothèque lettres et droit), u (...)

1De façon pragmatique et spontanée, on conçoit bien que, si de multiples recherches concernant Mayotte ont été menées et/ou publiées à l’université de La Réunion, elles intéressent tout chercheur qui se penchera sur les réalités mahoraises. Aussi, bien que ces publications ne soient pas simples à recenser ni à décrire, cet inventaire nous a-t-il semblé être l’un des préalables à la création de liens institutionnels pérennes, permettant d’accéder aisément, depuis Mayotte, à ces ressources scientifiques localisées à La Réunion. En fonction des enjeux de ce colloque, nous commencerons par préciser ce que signifie « recherches concernant Mayotte ». En effet, on pourrait dire d’une multitude de travaux portant sur le contexte de La Réunion qu’ils « concernent » Mayotte dans la mesure où ils traitent de problématiques similaires à celles du terrain mahorais dans une insularité voisine. Par exemple, la plupart des articles de l’ouvrage Mayotte, une île plurilingue en mutation2, ont des « correspondants » réunionnais qui explorent de façon fort proche les mêmes problématiques à La Réunion3. Mais ce n’est pas sur les « correspondances » de recherches explorant une même thématique ici et là-bas, dans les deux îles, que cet article veut attirer l’attention. Il tend à signaler l’existence de travaux dont l’intitulé lui-même comporte les mots « Mayotte » ou « mahorais » ou « mahoraise », publiés à La Réunion et recensés au service commun de la documentation de l’université de La Réunion. Ces ressources sont cataloguées au fonds « océan Indien » de la bibliothèque universitaire de La Réunion4 (désormais SCD de l’UR).

Les ressources recensées au fonds océan Indien

2Avant de délimiter exactement les ressources documentaires du fonds océan Indien de l’UR, rappelons la place capitale que tient l’activité de lecture dans les travaux de tout chercheur. L’élaboration et la production d’une recherche s’inscrivent toujours dans une intertextualité, dans une relation dialogique entre auteurs par le truchement de leurs écrits. Certes, c’est une activité silencieuse, dont on ne parle pas souvent, mais qui conditionne en grande part la teneur de toute production scientifique. C’est une activité sous-jacente mais intense comme le prouvent les chiffres descriptifs de la base SUDOC, c’est-à-dire du service universitaire de documentation qui regroupe l’ensemble des services de documentation de toutes les universités françaises, dont fait donc partie également le SCD de l’UR.

Les données globales du catalogue du SCD de l’UR

  • 5 V. Mesgouez, « Pleins feux sur… le fonds océan Indien. Une salle de lecture spécialisée au SCD de (...)

3Un article intitulé « Pleins feux sur… le fonds océan Indien. Une salle de lecture spécialisée au SCD de l’université de La Réunion », et rédigé par V. Mesgouez, responsable de ce service5, présente le SUDOC par ces données : sa base au 1er juin 2007 comptait 7 788 341 notices bibliographiques localisées (c’est le nombre de documents décrits dans cette base de données) et 23 330 746 localisations (ce nombre est le total de toutes les occurrences de présences dans toutes les bibliothèques partenaires de tous les documents décrits). L’état de l’activité pendant deux mois (du 1er avril au 31 mai 2007) est décrit, entre autres chiffres clés, par la mention de 263 880 connexions professionnelles, 3 464 746 recherches publiques, 36 740 demandes de prêts entre bibliothèques, dont 29 501 demandes satisfaites. Ces chiffres ne sont guère connus mais suggèrent pourtant, de façon très éloquente, l’impact de l’arrière-plan « lecture » dans le monde universitaire. Le SCD de l’UR compte, lui, près de 200 000 ouvrages, 1 500 titres de périodiques et 725 000 entrées à la même date. Quant au fonds océan Indien, il représente aujourd’hui, dans cet ensemble, environ 26 000 documents, répartis ainsi, hors cartes, périodiques et documents électroniques (bases de données, CD audio, DVD, documents multimédia, documents en ligne) :

  • 75 % de monographies ;
  • 20 % de thèses et de mémoires ;
  •  % de brochures6.
  • 7 Sur le site de l’UR, http://www.univ-reunion.fr, choisir « Bibliothèques » dans la liste des ongle (...)

4Notre exposé conservera cette classification du SCD. Les documents consultables au SCD sont annoncés dans le catalogue en ligne des bibliothèques de l’UR, catalogue libre d’accès sur Internet7. Pour recenser les recherches menées ou publiées à l’université de La Réunion, nous avons, dans un premier temps, recherché tous les titres contenant le mot Mayotte, puis ceux contenant le mot mahorais, puis le mot mahoraise, en ajoutant comme critère un tri par date de publication, à partir de la plus récente. S’ouvre alors une page telle que celle-ci (où nous retrouvons, au nombre des acquisitions 2009, l’ouvrage Mayotte, une île plurilingue en mutation mentionné ci-dessus) :

Extrait du catalogue : titres contenant le terme Mayotte : 311 occurrences
- Pourquoi voulez-vous que j’oublie Mayotte ? / Joëlle Herry (2010)
- Scènes de Mayotte / photographies Luc Reynaud ; textes de Bernard Grollier et Sylvie Chaussée-Hostein (2010)
- 47 balades et randonnées à Mayotte / Marie-Céline Moatty (2010)
- Histoire de Mayotte, département français / Jean Martin (2010)
- Parisi, Damiano, De la Mer Méditerranée à l’océan Indien [Texte imprimé] : Maurice-La Réunion-Madagascar-Mayotte : le métissage de la cuisine / de Damiano Parisi & [et] Jacques Rombi (2009)
- Tarnaud, Laurent (1970-….), L’ontogenèse du comportement alimentaire du primate Eulemur fulvus en forêt sèche, Mayotte, archipel des Comores, en relation avec le lien mère-jeune et la disponibilité des ressources alimentaires [Texte imprimé] / Laurent Tarnaud ; directeurs de thèse [Jacques] Goldberg… [Claude Marcel] Hladick… (2009)
- Boisadam, Philippe, Mais que faire de Mayotte ? [Texte imprimé] : chronologie commentée d’une « affaire aussi dérisoire », 1841-2000 / Philippe Boisadam (2009)
- Askandari, Allaoui (1976-….), Logiques politiques et mahorité dans la postcolonie de Mayotte [Texte imprimé] : à partir d’un regard critique sur la mise en place des politiques éducatives locales / Allaoui Askandari (2009)
- Oraison, André, Nouvelles Réflexions sur la conception française du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes à la lumière du « cas mahorais » [Texte imprimé] : les problèmes juridiques et politiques posés à Mayotte sur le plan interne et au niveau international après le vote de la loi organique du 21 février 2007 / par André Oraison (2009)
- Kamardine, Rouhania, La départementalisation de Mayotte expliquée à la jeunesse mahoraise [Texte imprimé] : l’ultime étape / Rouhania Kamardine et Mansour Ka mardine (2009)
- Moatty, Marie Céline, Mayotte en 200 questions-réponses [Texte imprimé] / Marie Céline et Yves Moatty ; [préface de Ahamed Attoumani Douchina] (2009)
- Groupe de recherche sur le plurilinguisme à Mayotte (Rouen), Mayotte [Texte imprimé] : une île plurilingue en mutation / [Groupe de recherche sur le plurilinguisme à Mayotte] ; sous la direction de Foued Laroussi (2009)
[Tri selon la date de publication la plus récente, page 1]

5Lorsque nous cliquons sur un intitulé, se déroule une notice donnant les principaux éléments descriptifs du document, et en particulier le lieu de l’édition, ce qui permet d’opérer alors un second tri, manuel, en fonction des données éditoriales fournies.

Inventaire des travaux publiés à l’université de La Réunion, figurant au catalogue du fonds océan Indien

6Les notices du catalogue permettent de savoir (voir les exemples ci-dessous) que Scènes de Mayotte est un ouvrage publié en France métropolitaine, et que De la mer Méditerranée à l’océan Indien : Maurice-La Réunion-Madagascar-Mayotte, le métissage de la cuisine est publié à l’île Maurice. S’il s’agit d’un ouvrage universitaire, l’université de soutenance est indiquée. Ainsi, la thèse portant sur Le comportement alimentaire du primate Eulemur fulvus en forêt sèche, Mayotte,… a été soutenue à Paris, université René-Descartes.

Titre : Scènes de Mayotte / photographies Luc Reynaud ; textes de Bernard Grollier et Sylvie Chaussée-Hostein
Édition : Nouv. éd.
Éditeur(s) : Chevagny-sur-Guye (Saône-et-Loire) : Orphie, 2010
Description : 159 p. : illustrations en couleur ; 22 x 27 cm
Collection : Beaux livres
ISBN : 978-2-87763-558-5 (rel. ss jaq.) : 34,50 EUR

Auteur : Parisi, Damiano
Titre : De la mer Méditerranée à l’océan Indien [Texte imprimé] : Maurice-La Réunion-Madagascar-Mayotte : le métissage de la cuisine / de Damiano Parisi & [et] Jacques Romb
Éditeur(s) : [s. 1.] : [s. n.], [2002] (Île Maurice : Precigraph Ltd.)
Description : 160 p. : ill. ; 33 cm
Sujet(s) : Cuisine créole – Cuisine réunionnaise – Cuisine malgache – Cuisine mauricienne – de Mayotte
ISBN : 2-9520627-0-6

Auteur : Tarnaud, Laurent (1970-….)
Titre : L’ontogenèse du comportement alimentaire du primate Eulemur fulvus en forêt sèche, Mayotte, archipel des Comores, en relation avec le lien mère-jeune et la disponibilité des ressources alimentaires [Texte imprimé] / Laurent Tarnaud ; directeurs de thèse [Jacques] Goldberg… [Claude Marcel] Hladick…
Éditeur(s) : Lille : ANRT, 200X, cop. 2002
Description : 1 vol. (139-XXII p.) : ill., cartes ; 25 cm
Notes générales : Choix de documents en annexes
Note de reproduction : Reproduction en fac-similé de l’exemplaire de soutenance, 2002
Note de thèse : Reproduction en l’état de thèse de doctorat : sociologie : Paris 5 : 200
Sujet(s) : Primates – Alimentation – Mayotte – Ontogenèse – Mères et enfants
ISBN : 978-2-7295-5286-2 (br.) : 17,50 EUR
Auteur(s) : Goldberg, Jacques, directeur de thèse
Hladik, Claude Marcel, directeur de thèse
Université René-Descartes (Paris) (université de soutenance)

7Ces renseignements ont donc permis un second tri où nous avons fait apparaître à quelle discipline appartient le document retenu et sa catégorie pour aboutir au recensement des travaux publiés à l’université de La Réunion comportant les mots Mayotte, mahorais, ou mahoraise dans l’intitulé, inventaire dont la première page est reproduite ci-dessous.

Travaux publiés à l’université de La Réunion recensés
2009 – Droit – Revue juridique
14 – Association de la recherche en droit dans l’océan Indien, Mayotte 2009 [Texte imprimé] : questions sur l’avenir du 101e département / Association de la recherche en droit dans l’océan Indien ; [sous la direction d’Élise Raiser…] (2009)
2009 – M2 – Géographie
20 – Götz, Benedikt (1984-….), Le système industriel de Mayotte [Texte imprimé] : approche globale du processus d’industrialisation en tant que composante du développement / Benedikt Gotz ; sous la direction de Guy Fontaine (2009)

2009- M2 – Géographie

21- Götz, Benedikt (1984-….), Le système industriel de Mayotte [Ressource électronique] : approche globale du processus d’industrialisation en tant que composante du développement / Benedikt Gotz ; sous la direction de Guy Fontaine (2009)
2009 – M2 – Histoire
22 – Ahamada, Inssa (1986-….), 1846, abolition de l’esclavage à Mayotte [Texte imprimé] / Ahamada Inssa ; sous la direction de Sudel Fuma (2009)
2007 – Thèse – Sciences de l’éducation
43 – Berteaux, Patrick (1964-….), Influence de l’acculturation sur les processus de traitement catégoriel chez l’enfant [Texte imprimé] : étude comparative en Grande-Comores, à Mayotte et à La Réunion / par Patrick Berteaux ; sous la direction de Michel Latchoumanin (2007)
2006 – M2 – Histoire
71 – Mouslimou, Hamida (1983-….), Les danses traditionnelles mahoraises à La Réunion et à Mayotte de 1983 à nos jours [Texte imprimé] : approche d’une étude comparative / Hamida Mouslimou ; sous la direction de Prosper Eve (2006)
2005 – Maîtrise – Droit-AES
76 – Assoumani, Anfiya, L’insertion professionnelle et sociale [Texte imprimé] : le cas de la mission locale de Mayotte / Anfiya Assoumani ; sous la dir. de Houbia Youssouffa et Michel Paul (2005)
2005 – DESS – Sciences & gestion de l’environnement tropical
79 – Durasnel, Léonard, Méthodologie et propositions pour la mise en place d’un plan d’interprétation, pour la sauvegarde et la valorisation du patrimoine mahorais [Texte imprimé] : les sentiers de la maison de la forêt : rapport de stage effectué au sein de la direction de l’agriculture, de l’environnement et des territoires (DAET) du conseil général de Mayotte / Léonard Durasnel ; sous la direction de Sandrine Mahler Lombard… Gilles Lajoie… (2005)

8Cet inventaire a été complété par un troisième tri qui a ciblé les publications de l’université de La Réunion comportant en titre les mots « Comores » ou « océan Indien », ou « indianocéanique » et pour lesquelles les termes de « Mayotte », ou « mahorais » ou « mahoraise » figurent non dans l’intitulé du document, mais dans la notice descriptive de celui-ci. En effet, au sein de cette salle spécialisée, l’information est mise en lumière par tous les mots de la notice afin d’être disponible pour qui interroge le catalogue. Cette ressource est un exemple de la valeur ajoutée par le travail de description bibliographique pour le chercheur, un des objectifs scientifiques de la gestion de cette collection. Ainsi, les deux mémoires ci-dessous ne contiennent pas le terme « Mayotte » dans le titre, mais dans le résumé et dans l’indexation.

Bédier-Roux, Marie-Lyse, La scolarité des élèves originaires de l’archipel des Comores à La Réunion : entre paradoxes et stigmatisation / Marie-Lyse Bédier-Roux – [s. 1.] : [s. n.], 2000 – 2 vol. (221,196 f.) : ill. en noir et en coul. ; 30 cm.
Bibliogr. f. 218-221 (vol. 1). Notes bibliogr. Annexes (vol. 2)
Mémoire de maîtrise : Sc. de l’éducation : La Réunion : 2000
Échec scolaire – Réunion
Enfants d’immigrés – Éducation – Réunion
Comoriens – Éducation – Réunion
Mahorais – Éducation – Réunion
Tupin, Frédéric. Dir.

Rajaonah, Ihaja, Les émigrés de l’archipel des Comores [Texte imprimé] : statuts et intégration / Ihaja Rajaonah ; sous la direction de Jean-Louis Guébourg-[s.l.] : [s. n.], 1998 – 1 vol. (66 f.-[12] f. de pl.) : ill. ; 30 cm, Bibliogr. [2] f.
Mémoire de DEA : Géographie : La Réunion : 1998
(… Résumé de l’auteur…)
Mahorais – Réunion
Comoriens – Réunion
Réunion – Émigration et immigration – Thèses et écrits académiques
Comores – Émigration et immigration – Thèses et écrits académiques
Mayotte – Émigration et immigration – Thèses et écrits académiques
Guébourg, Jean-Louis, directeur de recherche université de La Réunion. UFR de lettres et sciences humaines (université de soutenance)

9Ces divers tris ayant été effectués, les ressources du fonds Océan Indien que nous recherchons peuvent être d’abord décrites par quelques chiffres, qui seront commentés dans un second temps.

Premier bilan, quelques distributions chiffrées

  • 8 Ou qui ne sont pas en mesure de procéder à certaines acquisitions, ainsi que l’explique l’article (...)
  • 9 « Le choix de la langue française est à la fois un choix objectif et un choix par défaut, explique (...)

10À la date du 15 mai 2010, l’inventaire général du fonds sur Mayotte fait apparaître 311 titres contenant le mot « Mayotte », 58 titres contenant le mot « mahorais » ou « mahoraise », et 17 documents mentionnant « Mayotte » ou « mahorais » dans l’indexation de leur notice, c’est-à-dire 386 références. Les principaux lieux d’édition sont Mayotte, la France hexagonale, La Réunion. Il est intéressant de noter que chacun de ces trois lieux d’édition rassemble sensiblement le même volume de productions, autour d’une centaine. Pour Mayotte figurent en bonne place Les Éditions du Baobab, Les Éditions mahoraises et des institutions comme le vice-rectorat, le conseil général, la direction de l’agriculture et de la forêt, le centre pédagogique, etc. À ces trois lieux éditoriaux (Mayotte, la France hexagonale, La Réunion) s’en ajoutent quelques autres (île Maurice, Madagascar, États-Unis, Canada…) mais nettement moins fréquents. Évidemment, il ne faut pas considérer que cet inventaire du fonds océan Indien couvre de façon exhaustive toutes les productions existant (ou ayant existé) sur Mayotte que l’on pourrait trouver en librairies ou dans les bibliothèques des universités. Les documents présents au fonds océan Indien du SCD résultent du choix des responsables successifs de ce service de l’université qui ont sélectionné les acquisitions8. La primauté donnée aux publications en français9 explique, tout autant que la difficulté des acquisitions à l’étranger, ces sources éditoriales. Sur l’ensemble de ces documents, les travaux publiés à l’université de La Réunion qui comportent le mot « Mayotte » dans leur titre sont au nombre de 58, ceux qui comportent les mots « mahorais » ou « mahoraise » au nombre de 26. Ces recherches ainsi sélectionnées représentent 84 références auxquelles s’ajoutent 6 publications comportant en titre « océan Indien » ou « Comores » et dont la notice mentionne « Mayotte » ou « mahorais » dans la description du sujet.

Décrire les ressources du fonds océan Indien

11Pour décrire les ressources du fonds océan Indien, continuons par avancer quelques chiffres parce qu’ils sont comme une vitrine de cette collection. Nous reprendrons toujours les catégorisations en vigueur au sein des SCD pour sérier les différents types de documents, répartis en monographies, thèses et mémoires, brochures – hors cartes –, périodiques et documents électroniques (bases de données, CD audio, DVD, documents multimédia, documents en ligne). Les écrits universitaires qui apparaissent en plus grand nombre sont les thèses et les mémoires de recherche (masters 2, DEA et DESS, ou maîtrises). Le tableau récapitulatif ci-dessous les regroupe selon la discipline d’appartenance. Les monographies, brochures ou autres publications sont en nombre moins important.

Les objets : thèses et mémoires, monographies et brochures, autres publications

  • 10 Ainsi, le département de didactique du Français Langue Etrangère et Seconde et le groupe de recher (...)

12Les thèses et les mémoires ont pu être décomptés selon leurs disciplines d’appartenance et selon les UFR, droit et économie, lettres et sciences humaines, sciences et technologie auxquelles celles-ci sont rattachées. Les dates de soutenance/publication courent de 1985 à 2010. Le tableau récapitulatif fait apparaître une plus forte fréquence de travaux produits en sciences de l’éducation, puis en anthropologie-ethnologie et en géographie. Toutefois, il faut déjà préciser ici que tous les mémoires de recherche produits à l’université de La Réunion ne sont pas transmis – donc répertoriés – au SCD et tous ne sont donc pas décomptés dans ce tableau10. Malgré ces manques quantitatifs, signalons la qualité de ressources présentes. Ainsi figurent des travaux anciens dont les auteurs sont devenus des notoriétés du domaine, comme, par exemple, le mémoire de DEA de S. Blanchy : Lignée féminine et valeurs islamiques à travers quelques contes de Mayotte (Comores), DEA d’ethnologie mené sous la direction de R. Chaudenson et soutenu en 1985.

13Permettons-nous aussi un petit détour pour mentionner que l’ouvrage le plus ancien du fonds océan Indien, en édition originale, date de 1656 et qu’il intéresse Mayotte… Ce joyau du fonds documentaire peut être consulté sur place. Voici la notice descriptive de cet ouvrage :

Auteur : Sanson, Nicolas, (1600-1667)
Titre : L’Afrique en plusieurs cartes nouvelles et exactes et en divers traités de géographie, et d’histoire… / par le S. Sanson d’Abbeville… [Texte imprimé]
Éditeur(s) : Paris : chez l’auteur, [1656]
Description : 96 p. : cartes gr. col. ; 26 cm
Notes générales : Mentions ms.
Notes sur l’édition : Éd. originale.

14La catégorie des monographies publiées à La Réunion est peu représentée. En effet, la plupart des chercheurs de l’université spécialistes du domaine ont publié des monographies en passant par des maisons d’éditions métropolitaines. Ainsi G. Fontaine, après avoir soutenu sa thèse de géographie sur Mayotte en 1985, publie une monographie intitulée Mayotte aux éditions Karthala en 1995. De même, S. Blanchy publie La Vie quotidienne à Mayotte aux éditions L’Harmattan en 1990, bien que sa thèse, La vie quotidienne à Mayotte, essai d’anthropologie compréhensive, fût soutenue à l’université de La Réunion sous la direction de P. Ottino en 1988. Quant aux ouvrages collectifs, actes de colloques, ils sont aussi fréquemment publiés, nous le verrons, par des maisons d’édition de France hexagonale. Les revues considérées comme « brochures », publiées à La Réunion sont au nombre d’une vingtaine. Elles figurent au catalogue sous le nom général du périodique mais chaque numéro est décrit par une notice. En voici un exemple :

Auteur : Association de la recherche en droit dans l’océan Indien
Titre : Mayotte 2009 [Texte imprimé] : questions sur l’avenir du 101e département / Association de la recherche en droit dans l’océan Indien ; [sous la direction d’Élise Raiser…]
Éditeur(s) : Sainte-Clotilde (Réunion) : ARDOI, impr. 2009
Description : 1 vol. (239 p.) : couv. ill. en coul. ; 21 cm
Notes sur l’édition : Numéro de : « Revue juridique de l’océan Indien », ISSN 1630-6910, no spécial 2009
Titre général : Revue juridique de l’océan Indien, 1630-6910
Sujet(s) : Mayotte (collectivité territoriale)
Auteur(s) : Ralser, Élise (1970-….), directeur de publication

15Dans cette catégorie, soulignons l’existence d’un très riche document, le Colloque pluridisciplinaire, organisé du2i au 23 avril 1991 à Mamoudzou par l’université de La Réunion pour célébrer le cent cinquantenaire du rattachement de Mayotte à la France. Les actes en ont été publiés en 1992 sous la direction d’O. Gohin et P. Maurice. Ils comportent, au fil des articles, des témoignages irremplaçables (ainsi un état des lieux et une rétrospective de l’instruction publique à Mayotte écrits par J.-P. Eyrard).

Interprétation des présences/absences selon les disciplines

  • 11 Ainsi, un mémoire tel celui d’A. Issoufi, 1999, Les langues des familles comoriennes à La Réunion,(...)

16Cette description à partir du catalogue de l’université de La Réunion est à considérer comme une « entrée » dans la littérature du domaine et ne prétend pas à l’exhaustivité. Elle permet toutefois de s’interroger, en tant que chercheur, sur la configuration de l’inventaire, particulièrement sur les présences et absences de travaux dans certaines disciplines. Par exemple, presque rien ne figure en sciences du langage. Pourquoi ? Hormis le fait que tous les travaux ne sont pas recensés11, deux types de réponses peuvent être apportés : les unes seraient d’ordre épistémologique, les autres d’ordre politique.

Des raisons épistémologiques

  • 12 Ce n’est pas une nécessité scientifique ; c’est un choix méthodologique découlant d’un choix théor (...)

17En sciences du langage, il est aisé de mettre en relation la quasi-absence de travaux concernant Mayotte pendant de longues années (sauf ceux de S. Blanchy qui font exception…) avec les courants épistémologiques dominants lors de la naissance du centre universitaire. Ceux-ci ont privilégié le terrain réunionnais. À partir des années 1974, les recherches de l’université de La Réunion se sont constituées sur des questionnements concernant la description du créole réunionnais, puis les usages de ce créole en relation avec ceux du français à La Réunion. En sciences du langage, le premier groupe de chercheurs « réunionnais », R. Chaudenson, C. Barrat, M. Carayol et P. Cellier sont identifiés comme « pères fondateurs » de cette créolistique. Dans un second temps, en socio-linguistique, les positions dominantes des recherches sur la thématique de la diglossie ont conduit vers une focalisation créole/français. À La Réunion, les autres langues pratiquées sur l’île ne figuraient pas comme objets d’étude. Les schémas diglossiques, de plus, resserraient les terrains d’observation à une société bien modélisée où pouvaient être décrits strictement les rapports entre dominants et dominés, laissant peu de place à la mobilité des acteurs et aux modifications des fonctions des langues, dans des périmètres voulus clos pour en préciser les contextes à un temps T de l’histoire, en synchronie12.

  • 13 Le contexte de Mayotte n’est pas représenté, et une hypothèse d’explication de ces absences sera e (...)
  • 14 Voir, pour une histoire de la notion, M. Beniamino, « Camille de Rauville et l’indianocéanisme », (...)
  • 15 M. Latchoumanin (dir.), L’Éducation et la formation dans les sociétés multiculturelles de l’océan (...)
  • 16 La quatrième de couverture dit exactement : « Les textes réunis dans cet ouvrage émanent d’un coll (...)
  • 17 R. Lucas (dir.), Les Sociétés plurielles dans l’océan Indien ; enjeux culturels et scientifiques, (...)

18Cette première observation conduit à une question épistémologique plus générale, celle de la vision des objets d’études, de leur définition et de leur construction. En effet, si l’on compare des recueils collectifs traitant de thématiques de Sciences du langage ou d’éducation dans les sociétés de l’océan Indien, deux types d’ouvrages seront à distinguer selon leur approche. Les uns pratiquent un « isolationnisme » des terrains, comme Le Français dans l’espace francophone (D. de Robillard et M. Beniamino (dir.), 1993, Paris, Champion), Sur la route des Indes orientales. Aspects de la francophonie dans l’océan Indien (P. Carile (dir.), université de Ferrare, 2002), ou École et plurilinguisme dans le Sud-Ouest de l’océan Indien (R. Tirvassen (dir.), 2002, ACCT-L’Harmattan). Selon le même schéma théorique, les territoires insulaires sont traités un par un13. D’autres travaux lancent, au contraire, des visions d’ensemble du Sud-Ouest de l’océan Indien et cherchent à explorer une même problématique dans la diversité d’apports théoriques ou méthodologiques. Visions fragmentées et additives ou visions extensives et globalisantes, ni les unes ni les autres ne « vont de soi ». Il y a toujours à identifier quels sont les caractères transversaux comparables et à comparer, tout autant que les conditions de ces comparaisons, du transfert des concepts et des méthodologies d’un contexte à l’autre. À ce niveau d’interrogation, l’histoire de l’appellation « indianocéanique » est riche d’enseignements. « L’indianocéanisme » fut un terme proposé d’abord dans le champ littéraire par C. de Rauville, en 1960, pour désigner « le brassage des ethnies, de leurs coutumes, pensées et croyances » dans l’espace géographique constitué de « l’archipel des Comores, Madagascar, l’archipel des Mascareignes et des Seychelles ». Ce terme fut d’abord contesté, voire rejeté par une partie des chercheurs, parce qu’il pose l’existence de ce vaste objet d’étude sans la construire et la légitimer au préalable. La désignation ne suffit pas14. Puis les historiens et les géographes ont adopté le terme, et c’est suite à cette extension d’usage qu’il pénètre les sciences du langage. Mais certains sociolinguistes considèrent toujours que ces îles et territoires ont des passés trop dissemblables, des conditions socio-économiques trop disparates, des peuplements trop différents pour envisager de construire un tel objet d’étude « englobant », indianocéanique. D’autres chercheurs, au contraire, mettent en avant des traits communs à partir desquels il s’agit de questionner la diversité pour mieux approfondir la thématique centrale. Par exemple, deux ouvrages, bien que publiés en Métropole, rassemblent les travaux tenus à La Réunion de colloques « indianocéaniques » où ont été déclinées les problématiques mahoraises. L’un et l’autre de ces ouvrages annoncent une ligne de réflexion commune à creuser. Le premier15 donne une définition transversale de ces sociétés indianocéaniques : « Une partie du monde caractérisée par une diversité culturelle propre aux sociétés postcoloniales au passé marqué par l’esclavage16. » Quant au second ouvrage17, il met en avant les liens « inter îles » forgés au cours de l’histoire : « La prise de conscience par les scientifiques de l’unité historique et culturelle de l’océan Indien remonte à un demi-siècle seulement. Comores, Mascareignes, Seychelles et Madagascar forment incontestablement un ensemble dans un océan extrêmement complexe, où les contacts et les influences remontent à la plus haute antiquité. Ces îles n’ont jamais été isolées et les mouvements de populations générés par les navigations ont marqué leur évolution. »

19Toutefois les différences de postulats théoriques ne sont pas seules à expliquer les présences et absences de travaux concernant Mayotte dans les ouvrages collectifs.

Des paramètres politiques et institutionnels

20D’autres facteurs, hors du champ scientifique mais interférant avec ce dernier, peuvent également expliquer la présence ou l’absence de travaux concernant Mayotte dans les publications de l’université de La Réunion recensées au SCD. Bien que cet aspect des choses ne nous soit pas transparent, admettons que la recherche est tributaire de paramètres extra-scientifiques.

  • 18 Centre d’études et de formation supérieures de Mayotte.
  • 19 Sous la direction de M. Latchoumanin.

21Ainsi, lorsque les relations de coopération universitaire entre le vice-rectorat de Mayotte, le CEFSM18, le rectorat de la Réunion, l’université de La Réunion furent actives, comme dans les années 1995, se remarquent alors des productions conséquentes concernant Mayotte publiées à La Réunion. La dynamique impulsée par la création du DUFA (diplôme universitaire de formation d’adultes) déboucha sur une licence en sciences de l’éducation et un DESS. Une vingtaine de mémoires de DESS figurent au fonds océan Indien. Citons, comme exemples de travaux soutenus de 1997 à 200019 : Formation des Mahorais à la responsabilité de cadres locaux ; Les Mahorais et l’agriculture. Insertion professionnelle des élèves du lycée agricole de Mayotte ; La formation en milieu carcéral outil d’insertion sociale : application et réalisation à Mayotte ; Publics d’alphabétisation à Mayotte ; Les adultes salariés et la reprise d’études, le DAEV ; L’enseignement du premier degré. Les instituteurs à la recherche d’une reconnaissance institutionnelle… Pour des raisons qui échappent au chercheur, cette fructueuse collaboration ne fut pas pérenne.

  • 20 Le bureau océan Indien est installé à Antananarivo.

22Autre point à noter, le fait que n’existe pas à Mayotte une antenne universitaire ou une université naissante a écarté ses chercheurs des rencontres régionales organisées en ateliers de travail par l’AUF (Association des universités francophones20). Or ces séminaires régionaux réguliers, préparés en préliminaires des assises internationales sur une thématique liée aux sciences du langage, sont toujours très stimulants pour les chercheurs de la zone. Outre qu’ils sont le lieu d’échange des dernières informations scientifiques sur les différents terrains d’études que sont les îles du Sud-Ouest de l’océan Indien, ces ateliers permettent que se forgent des liens interpersonnels qui tendent ensuite à se constituer en réseaux de recherche.

  • 21 Au 15 mai 2010, les actes sont consultables sur http://www.regionreunion.com/fr/assises/index.htm.

23Enfin, le statut politique de File de Mayotte, aussi, a pu être un facteur d’exclusion de rencontres institutionnelles dans le cadre de conventions bi- ou multilatérales. Jusqu’à un temps très récent, il était convenu que, pour ne pas créer d’incident diplomatique avec la république des Comores, n’ayant pas reconnu le statut de Mayotte, il fallait éviter d’inviter à une même manifestation scientifique des chercheurs mahorais et des chercheurs comoriens. Sans doute est-ce la raison expliquant qu’aucun chercheur de Mayotte ne fut invité aux « Assises de la recherche dans l’océan Indien » tenues en juin 2003 à La Réunion. Pourtant, les actes de ces rencontres comprennent des déclarations qui concerneraient tout à fait la recherche à Mayotte. Ainsi, pouvons-nous lire21 :

2.3 À propos des spécificités de la coopération Sud-Sud
Notre appartenance commune à une même aire géopolitique, nos particularités, nos sensibilités culturelles et notre histoire, notre volonté conjointe qui s’exprime à travers une communauté d’intérêts et de valeurs partagés, dans le respect de nos diversités, sont autant de signes qui nous rapprochent. […]
Il y a là, pour la recherche et la formation de notre jeunesse, des conditions exceptionnelles de coopération et d’échanges réunies, car il y a les hommes, la solidarité des langues, les cultures et l’histoire, comme liens fondamentaux. […]
Nous constatons malheureusement un certain niveau de duplication de nos recherches, alors que nos ressources humaines, techniques et financières sont limitées… Pour progresser, il est nécessaire que nous mettions nos ressources en commun, en induisant le niveau voulu de synergie et de consolidation au niveau régional, puisque l’ampleur des domaines et des projets dépasse de loin les possibilités de l’un quelconque d’entre nous. […]
Nous devons promouvoir la mobilité et motiver nos laboratoires et nos universités à coopérer davantage et à partager des infrastructures et des outils.

24Ce texte incite à définir encore un peu mieux ce qui peut correspondre à « une mise des ressources en commun » à travers la consultation des recherches menées ou publiées à l’université de La Réunion concernant Mayotte.

Caractériser les apports de ces ressources scientifiques

25Définir des liens et des apports d’intertextualité entre différents travaux dans un champ de recherche n’est pas simple. Au risque de réduire ce lacis des recherches, nous distinguerons cependant, dans ce foisonnement de problématiques, d’explorations de terrains, d’hypothèses et de résultats, quelques grandes raisons épistémologiques qui poussent à ouvrir le dialogue aujourd’hui, pour les chercheurs mahorais, avec les travaux publiés à l’université de La Réunion. En effet, outre qu’ils illustrent la nécessaire réciprocité des apports de chercheurs à chercheurs, ils bénéficient de deux caractères qui les spécifient : la « coincidence » de leurs problématiques, du fait de la circulation des chercheurs d’île en île, et la complémentarité des objets d’étude, du fait de la circulation des publics d’île en île.

Une relation de nécessaire réciprocité

  • 22 J. Chérel et F. Eglin (dir.), 2004, Des repères pour Mayotte, Éditions du Baobab-vice-Rectorat de (...)

26La réciprocité des apports de recherche va de soi dans une même discipline, et s’étend d’une discipline à un champ voisin. Sans s’attarder sur ce constat général, notons cependant que, sur le terrain régional des sciences du langage ou des sciences de l’éducation, par exemple, les apports des géographes et des historiens sont souvent nécessaires pour contextualiser des hypothèses et une problématique. Ainsi, l’ouvrage Des repères pour Mayotte, bien qu’élaboré et publié à Mayotte pour les classes de seconde en histoire et en géographie, apporte des repères indispensables à une unité d’enseignement de l’université de La Réunion comme « Langues et systèmes éducatifs de la région océan Indien ». Mais ce livre, rédigé par des professeurs d’histoire et de géographie du lycée de Mamoudzou et publié aux Éditions du Baobab, comporte aussi quelques citations de chercheurs de l’université de La Réunion. Les apports d’information scientifique vont dans les deux sens22.

La visibilité éditoriale de problématiques mahoraises

  • 23 Mémoire présenté par A. Cogghe, sous la dir. de T. Gaillat et A. Coïaniz en 2007. Ayant été enseig (...)
  • 24 Dirigée par P. Fioux (2008), E. Trendel, professeur des écoles en poste à La Réunion, a obtenu un (...)
  • 25 Soutenue sous la direction de M. Latchoumanin, en 2007.

27Toutefois, il est à souligner que les travaux concernant Mayotte publiés à l’université de La Réunion ont des traits particuliers liés à la proximité des deux îles. En effet, certains de ces travaux ont été menés à Mayotte par des chercheurs mahorais dont les études sont publiées à l’université de La Réunion ou bien par des chercheurs réunionnais vivant ou se déplaçant à Mayotte. Cette mobilité des chercheurs fait que les publications de l’université de La Réunion sont une des vitrines éditoriales de recherches menées à Mayotte. Nous avons déjà mentionné les communications d’O. Maandhui ou d’I. Soibahaddine, invités à des colloques à La Réunion, qui sont éditées par un universitaire réunionnais (voir supra, notes 15 et 17). Mais les recherches produites en conclusion d’un cursus universitaire, d’auteurs moins illustres, constituent aussi des données scientifiques intéressantes. Ajoutons même que, plus le temps avance, plus elles prennent de valeur ajoutée scientifique car elles constituent des témoignages objectivés du passé de Mayotte. Nous citerons à nouveau, à ce titre, les recherches des DESS « formation d’adultes ». Enfin, troisième cas de figure, il existe aussi des chercheurs de La Réunion qui viennent de Mayotte et d’autres qui se déplacent spécialement à Mayotte pour une étude (comparative ou non) portant sur Mayotte. Sont liés à cette circulation de chercheurs plusieurs exemples de travaux de l’université de La Réunion. Ainsi, ce mémoire de master intitulé Performance universitaire et adaptation des étudiants mahorais en France23 traite d’une question cruciale, à partir du constat que : « Sur l’ensemble des étudiants inscrits en 1re année de DEUG en 2001, un suivi de 2003 permet d’observer que seuls 8 % ont obtenu leur diplôme et continuent leurs études, 50 % sont encore en DEUG, 25 % ont abandonné à la fin de la 1re année d’études. » Cette étude éclaire certains aspects de la préparation des lycéens de Mayotte au départ en métropole pour la poursuite de leurs études. Autre exemple, un mémoire de master, intitulé Projet interculturel à l’école primaire à Mayotte et apprentissage de l’argumentation orale, rend compte de façon très détaillée d’un projet didactique réalisé dans une école de Mayotte, avec pour support la réalisation effective d’un herbier sur le sentier ethnobotanique de Jimawéni24. Citons encore la thèse, déjà consultable en ligne, de P. Bertaut, en anthropologie cognitive, intitulée Influence de l’acculturation sur les processus de traitement catégoriel chez l’enfant : étude comparative en Grande-Comore, à Mayotte et à La Réunion25.

28Nul ne peut nier l’intérêt de ces travaux et les prolongements qu’ils suggèrent pour la salle de classe, notamment. Évidemment, ces textes ne sont pas à considérer comme des modèles, encore moins des credo. Mais leur lecture critique participe du débat scientifique sur ces thématiques mahoraises et c’est pourquoi leur existence mérite d’être rappelée.

Des complémentarités rares : en diachronie et selon la mobilité des sujets

29La proximité des deux îles favorise la circulation non pas uniquement des chercheurs mais aussi des habitants de Mayotte qui viennent s’installer à La Réunion, plus ou moins durablement. Le déplacement d’une importante population mahoraise à La Réunion fait que les recherches menées dans les deux îles ont aussi des liens de complémentarité très étroits, dans l’espace et dans le temps.

  • 26 Mémoire présenté par M. Plu, dirigé par B. Champion (1994).

30Le premier type de complémentarité est celui qui permet, dans le temps, une vision diachronique d’une problématique. En effet, les thématiques traitées il y a une dizaine d’années sont encore (ou peuvent être encore) à la source de recherches actuelles, et alors, pour cette île en mutation qu’est Mayotte, ces recherches anciennes permettent de tracer des continuités et des ruptures. Citons, par exemple, des intitulés de recherche recensés en anthropologie et en ethnologie, dont la plupart des thématiques traitées ne sont pas passées de mode. Ainsi, trouvons-nous un mémoire intitulé : Adolescence mahoraise : ushababi : maunga, dunia havi umani ? La jeunesse : la relève ou le conflit ? Que répondre aujourd’hui à cette interrogation posée en 199426 ? D’autres thématiques « anciennes » sont toujours d’actualité comme : Les représentations de la maladie. La santé mentale à Mayotte, aux Comores et chez les migrants comoriens et mahorais à La Réunion ; Les modalités migratoires ; Être français et mahorais. Essai d’anthropologie politique de la citoyenneté à Mayotte.

  • 27 L’intégration sociale des collégiens mahorais dans le système éducatif réunionnais : étude d’une re (...)

31Le second type de complémentarité, tout aussi précieux, est celui qui permet le suivi du vécu de la population mahoraise une fois qu’elle est installée à La Réunion. Maints travaux en sociologie ou ethnologie portent sur ces thématiques : Acculturation de la jeunesse mahoraise à La Réunion. Éducation, socialisation, identité culturelle ; Pratiques sociales des objets techniques de communication en milieu domestique. Études de cas de quelques familles comoriennes et mahoraises à La Réunion ; Entre 2 âges et 2 cultures : l’image du corps chez les lycéennes mahoraises à La Réunion… ; L’intégration des élèves d’origine mahoraise à l’école primaire à La Réunion ; La communauté mahoraise à La Réunion : intégration ou adaptation ? Des mémoires en didactique du FLE/S fournissent également des repères pour répondre à des interrogations sensibles dans les deux îles. Ils cherchent à caractériser, par exemple, les attitudes des jeunes Mahorais dans les établissements scolaires ; comment s’affirment les identités linguistiques et culturelles ; ce qu’il en est de la maîtrise du français, ou de l’usage du shimaore… Nous pensons à quelques titres tels que : L’intégration sociale des collégiens mahorais dans le système éducatif réunionnais : étude d’une représentation sociale interindividuelle élève/enseignant ; Une approche systémique de l’intégration dans le cadre scolaire : les élèves d’origine mahoraise face aux attentes de l’école ; Les populations migrantes de l’archipel des Comores à l’île de La Réunion : état des lieux des dispositifs d’intégration sociale pour la maîtrise du français27. Nous sommes ici aussi au cœur des préoccupations du colloque de mai 2010 à Mamoudzou.

32La proximité des îles et leur appartenance politique commune à l’ultrapériphérie d’une même métropole, la mobilité et des chercheurs et des populations de l’une à l’autre, l’ancienneté des intérêts pour Mayotte ou les Comores de plusieurs universitaires et étudiants réunionnais dessinent une configuration de champ de productions scientifiques tout à fait exceptionnelle. Il serait donc dommage d’oublier qu’il existe des traits particuliers de complémentarités de thématiques scientifiques, pour des recherches passées et à venir, entre les problématiques traitées à Mayotte et les productions publiées à La Réunion.

CONCLUSION

33Notre conclusion sera brève, pour rappeler uniquement l’intention de cet article : il ne cherche pas à mettre en concurrence des recherches publiées à La Réunion et d’autres publiées à Mayotte ou en d’autres lieux. Son seul objectif est de porter à la connaissance du plus grand nombre qu’il existe au SCD de l’université de La Réunion des ressources scientifiques concernant Mayotte, dont nous espérons avoir montré comme elles sont précieuses, et dont le fonds océan Indien de la bibliothèque universitaire est dépositaire. Comme il s’agit, de fait, d’une partie de la mémoire de Mayotte, en même temps que d’une banque de données scientifiques, la finalité de notre propos aura été atteinte si se tissent des liens fonctionnels et institutionnels pérennes entre les groupes de recherche de Mayotte et le fonds océan Indien de l’université de La Réunion, tant pour la consultation des ressources recensées que par l’intégration de nouvelles ressources produites à Mayotte, ou concernant Mayotte. La numérisation des mémoires de recherche facilitera l’enrichissement et l’utilisation d’une telle banque de données, partagée et actualisée. Mais il ne faudra pas oublier, non plus, qu’est nécessaire aussi une construction épistémologique rigoureuse pour mener avec profit des confrontations et des approches comparatistes dans le cadre de ces recherches futures.

Notes

2 Groupe de recherche sur le plurilinguisme à Mayotte, 2009, Mayotte, une île plurilingue en mutation, Éditions Le Baobab.

3 On pourrait citer les problématiques du choix d’une graphie de la langue vernaculaire, ou du passage de la langue de la famille à langue de l’école, ou bien d’une recherche-action travaillant à introduire en maternelle la langue de la famille, etc.

4 À ce fonds correspondent un lieu (situé au rez-de-chaussée de la bibliothèque lettres et droit), un service spécifique et une entrée dans le catalogue numérisé du SCD. Ce service est dirigé par Mme Valérie Mesgouez que nous remercions vivement pour ses réponses à nos questions et ses observations suite à la lecture de cet article qui ont permis d’en préciser le texte.

5 V. Mesgouez, « Pleins feux sur… le fonds océan Indien. Une salle de lecture spécialisée au SCD de l’université de La Réunion », Arabesques, n° 47, revue en ligne des SCD, juillet-août-septembre 2007.

6 Le chiffre de 26 000 nous a été communiqué par V. Mesgouez, de même que les critères de catégorisation des documents. Le classement en brochures est déterminé par l’aspect physique du document : petit, souple, peu de pages. Ce document pourrait être perdu, abîmé s’il était classé dans les monographies.

7 Sur le site de l’UR, http://www.univ-reunion.fr, choisir « Bibliothèques » dans la liste des onglets de gauche.

8 Ou qui ne sont pas en mesure de procéder à certaines acquisitions, ainsi que l’explique l’article déjà cité de V. Mesgouez : « Malgré la proximité géographique, les difficultés de repérage et d’acquisition sont importantes pour tout ce qui est produit dans la zone océan Indien, hors Réunion. Les frais d’envoi et les nombreux aléas possibles rendent complexe l’achat de documentation à Madagascar, tandis que les règles commerciales mauriciennes (paiement avant livraison des ouvrages) font souvent de la mise en œuvre d’une commande un casse-tête comptable… »

9 « Le choix de la langue française est à la fois un choix objectif et un choix par défaut, explique V. Mesgouez. C’est un choix objectif fait en fonction des compétences linguistiques dominantes du public, mais aussi en fonction du budget d’acquisition. C’est aussi un choix par défaut fait en fonction de la difficulté de repérage et d’acquisition d’ouvrages étrangers. Nombreux sont les soucis de conversion de monnaie (l’achat d’un lot de thèses américaines a été très long et très compliqué, par exemple). Néanmoins, régulièrement, de la documentation en langue étrangère, essentiellement en anglais, est achetée pour des ouvrages destinés aux étudiants en master et doctorat. Les domaines sont souvent ceux de la linguistique et de l’histoire. À noter qu’avec l’ouverture du nouveau rayon Afrique (Afrique-du-Sud, Mozambique, Tanzanie), il y aura davantage de documentation en anglais, car c’est dans cette langue, pour l’Afrique-du-Sud en tous cas, que la production est la plus nombreuse ».

10 Ainsi, le département de didactique du Français Langue Etrangère et Seconde et le groupe de recherche DIFLEUR (Didactique du FLE à l’UR), appartenant au laboratoire du CIRCI (Centre Interdisciplinaire de recherche sur la Construction Identitaire) ont préféré monter une bibliothèque regroupant tous les mémoires soutenus depuis 2000 au sein du département pour en stimuler la consultation par les étudiants de la filière, selon un prêt géré en interne. Cet exemple de pratiques n’est pas unique, vu le nombre d’étudiants inscrits à l’UR devant fournir un mémoire de recherche. Ceci dit, la numérisation des mémoires et leur intégration au SCD du moment que l’auteur(e) en donne l’autorisation résoudra très bientôt cette absence de nombreux mémoires de recherche au catalogue du SCD. En revanche, notons que le SCD se procure aussi des mémoires ou thèses soutenus dans d’autres universités et en rapport avec la thématique Océan Indien.

11 Ainsi, un mémoire tel celui d’A. Issoufi, 1999, Les langues des familles comoriennes à La Réunion, mémoire de maîtrise, sous la dir. de P. Fioux, polycopié, université de La Réunion.

12 Ce n’est pas une nécessité scientifique ; c’est un choix méthodologique découlant d’un choix théorique, celui de reproduire la modélisation dominante à ce moment, celle de la diglossie. Au contraire, un projet d’étude comme celui de décrire L’Aventure des langues en Occident, de H. Walter, par exemple, ouvre les espaces pour traiter des usages des langues et de leurs transformations sur de grandes périodes. L’auteur explique ce choix méthodologique par une position théorique exposée dans sa préface : « Il s’agit donc d’une sorte de voyage guidé à travers l’histoire et la réalité actuelle des langues de l’Europe. Il aurait pu s’organiser dans le cadre de chacun des pays. Mais cela aurait conduit à brouiller les pistes car les frontières des langues ne sont pas celles des États. Or ce sont les langues qui sont le centre de ce livre. » Ou encore « Les langues de l’Europe y sont présentées à la fois en relation avec les populations qui les parlent ou les ont parlées, et avec les lieux où elles se sont développées au cours des siècles. L’histoire et la géographie des langues s’éclairent alors mutuellement. » (1994, Paris, Robert Laffont, p. 13).

13 Le contexte de Mayotte n’est pas représenté, et une hypothèse d’explication de ces absences sera esquissée au paragraphe suivant.

14 Voir, pour une histoire de la notion, M. Beniamino, « Camille de Rauville et l’indianocéanisme », dans Kumari R. Issur et Vinesh Y. Hookoomsing (dir.), L’Océan Indien dans les littératures francophones, 2001, Presses de l’université de Maurice/Karthala ; et Camille de Rauville, Indianocéanisme, humanisme et négritude ; suivi des mythes et structures indianocéaniques, Port-Louis, Le Livre mauricien, 1970.

15 M. Latchoumanin (dir.), L’Éducation et la formation dans les sociétés multiculturelles de l’océan Indien, université de La Réunion/Karthala, 2005. Cet ouvrage contient un article d’O. Maandhui, « Pratiques d’écriture à Mayotte : perspectives anthropo-éducatives », p. 319-335.

16 La quatrième de couverture dit exactement : « Les textes réunis dans cet ouvrage émanent d’un colloque international qui s’est tenu en novembre 2003 à l’université de La Réunion. Les travaux présentés donnent un aperçu diachronique et synchronique du fonctionnement et du développement des systèmes éducatifs dans une partie du monde caractérisée par une diversité culturelle propre aux sociétés postcoloniales au passé marqué par l’esclavage. »

17 R. Lucas (dir.), Les Sociétés plurielles dans l’océan Indien ; enjeux culturels et scientifiques, université de La Réunion/Karthala, 2003. Cet ouvrage contient un article d’I. Soibahaddine, « Société et interculturalité à Mayotte », p. 85-105.

18 Centre d’études et de formation supérieures de Mayotte.

19 Sous la direction de M. Latchoumanin.

20 Le bureau océan Indien est installé à Antananarivo.

21 Au 15 mai 2010, les actes sont consultables sur http://www.regionreunion.com/fr/assises/index.htm.

22 J. Chérel et F. Eglin (dir.), 2004, Des repères pour Mayotte, Éditions du Baobab-vice-Rectorat de Mayotte. Y est cité, par exemple, l’ouvrage de S. Fuma, 1992, L’Esclavagisme à la Réunion, 1794-1848, Paris, L’Harmattan.

23 Mémoire présenté par A. Cogghe, sous la dir. de T. Gaillat et A. Coïaniz en 2007. Ayant été enseignante de philosophie en classe de terminale à Mayotte, A. Cogghe a été sensibilisée à cette question par le vécu de ses anciens élèves, parmi lesquels elle en a interrogé certains, partis puis revenus à Mayotte.

24 Dirigée par P. Fioux (2008), E. Trendel, professeur des écoles en poste à La Réunion, a obtenu un « congé formation » qui a permis de conduire cette expérimentation à Mayotte. Son mémoire est déjà en ligne et peut être consulté sur http://www.Maisondeslangues.univ-reunion.fr/Recherchessurleslanguesetleplurilinguisme/Travauxd’étudiants/EmmanuelleTrendel.

25 Soutenue sous la direction de M. Latchoumanin, en 2007.

26 Mémoire présenté par M. Plu, dirigé par B. Champion (1994).

27 L’intégration sociale des collégiens mahorais dans le système éducatif réunionnais : étude d’une représentation sociale interindividuelle élève/enseignant, soutenu par M. Marché-Rat, dirigé par T. Gaillat et A. Coïaniz (2008) ; Une approche systémique de l’intégration dans le cadre scolaire : les élèves d’origine mahoraise face aux attentes de l’école, soutenu par N. Buisson de Larichaudy, dirigé par A. Coïaniz (2009) ; Les populations migrantes de l’archipel des Comores à l’île de La Réunion : état des lieux des dispositifs d’intégration sociale pour la maîtrise du français, soutenu par N. Sansig, dirigé par A. Coïaniz (2009).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5218/img-1.jpg
Fichier image/, 42k

Auteur

Université de La Réunion.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540