Version classiqueVersion mobile

Plurilinguisme, politique linguistique et éducation

 | 
Foued Laroussi
, 
Fabien Liénard

Ire partie. La situation linguistique de Mayotte

La langue française dans l’archipel des Comores : statut, usages et pratiques de langue

Saïd Soihili

Texte intégral

1La France, dès son installation aux Comores en 1841, prescrit sa langue comme moyen de domination culturelle pour imposer sa civilisation aux populations locales. Le français devient alors une langue d’influence dans tout l’archipel.

2Après la rupture politique et diplomatique avec la France au lendemain de l’indépendance le 6 juillet 1975, le pouvoir révolutionnaire dans les trois îles (1975-1978) a fait table rase sur tout ce qui est hérité de la colonisation. La langue comorienne occupe alors la première place.

3Avec la restauration en 1978, la langue française reprend sa place de première langue officielle et administrative dans les trois îles. À Mayotte elle garde toujours sont statut de langue officielle.

4Conçu comme seule voie d’accès au savoir et à une vie meilleure, le français constitue un moyen de réussite sociale. Dans la conscience des Comoriens et des Mahorais, il est difficile de réussir socialement sans passer par l’école. Les arabophones et anglophones, au retour de leur formation, se plaignent d’une méconnaissance de cette langue ; ils cherchent alors les voies et moyens pour se l’approprier dans le but de faciliter leur insertion socioprofessionnelle.

5Par ailleurs, cette place prépondérante du français dans les quatre îles suscite beaucoup d’interrogations devant une population à 99 % musulmane et une société traditionnelle ancrée sur ses origines et traditions, en raison de l’arabe, langue de la religion, et une situation sociolinguistique très complexe vu l’influence des langues locales. Cette place qu’occupe le français dans les quatre îles pose encore beaucoup d’interrogations devant une population en grande majorité analphabète.

6Si le français représente la langue de la réussite dans les quatre îles, il apparaît également aux yeux de la population majoritaire comme une langue d’exclusion sociale pour beaucoup d’adultes n’ayant jamais été scolarisés et pour un nombre important de jeunes, écartés du système éducatif pour la simple raison qu’ils ont échoué aux examens.

Offïcialité

7Dans les trois îles, trois langues sont reconnues officiellement : le comorien, l’arabe et le français. Le comorien est la langue nationale vernaculaire utilisée exclusivement dans la communication quotidienne, dans l’éducation familiale, sociale et religieuse (dans une certaine mesure). L’arabe est la langue de la religion permettant de comprendre les règles de l’islam pour ceux qui le maîtrise. Il est également matière d’enseignement dès la classe de 6e. Dans l’administration, cette langue n’occupe pas encore de place, sauf pour quelques échanges entre arabophones. Avec le pouvoir du président Sambi, l’arabe obtient une audience considérable et devient une langue d’échange et d’ouverture avec le monde arabe. Le français reste la langue de l’administration, de l’école, de la presse, de la promotion sociale, de l’ouverture sur/dans le monde et de la réussite sociale. Dans leur classement, les trois langues officielles sont rangées comme suit : le comorien devance le français placé aussi devant l’arabe.

8À Mayotte, en vertu de l’article 2 de la Constitution française, le français demeure la langue officielle unique de l’île. Institutionnellement, il garde la même place qu’en Métropole dans toutes les instances. C’est pour cette raison que l’administration mahoraise fonctionne à la française, même si la primauté de cette langue ne se sent pas toujours au quotidien.

Usages de la langue française

9S’agissant de l’usage du français dans les trois îles, la situation présente des similitudes avec celles prévalant en Afrique noire francophone. Tous les textes officiels, décrets et arrêtés sont rédigés dans un français qui se réfère au modèle rédactionnel en vigueur en France. Tous les cadres qui rédigent ces documents ont été formés dans les universités françaises après avoir intégré l’école primaire et secondaire dans leur pays à l’époque coloniale. Cela leur donne l’avantage de garder une certaine fidélité au français normé.

Dans l’administration

10Sur le plan administratif, la langue française demeure la langue de travail. Tous les textes administratifs nationaux sont écrits exclusivement en français. Tous les documents produits restent fidèles à un français qui doit paraître normé ; d’où une attention particulière à la rédaction. Par contre les échanges oraux se font soit en français soit en comorien.

11L’administration, à Mayotte, reste le lieu par excellence où le français exerce sa domination en tant que variété « haute ». Elle est l’image de la prolongation de l’administration française dans l’île.

Enseignement

12Dans l’enseignement, le français est à la fois objet d’apprentissage mais également médium d’enseignement. On se sert du français pour apprendre le français dans tout l’archipel. Or l’enfant est plongé dans l’apprentissage de cette langue comme s’il s’agissait de sa langue maternelle.

13Malgré ceci, le niveau est légèrement meilleur aux Comores par rapport à Mayotte où les conditions d’apprentissage sont parfaites. Seuls les scolaires (et encore pas tous) et quelques cadres utilisent le français dans les communications courantes. Cette situation paradoxale suscite beaucoup d’interrogations chez les Métropolitains résidant à Mayotte. Les Mahorais ont fait le choix de rester français mais la langue française ne les imprègne pas encore tous.

14Contrairement aux autres îles, où les enfants n’ont ni bourse, ni allocation, ni moyen de transport public, ni aide au soutien scolaire et individualisée, cette langue occupe peu de place dans tous les milieux. À la différence des Antilles, Mayotte vit une situation où le français est relégué au second plan par les usagers.

Justice

15Dans la justice comorienne, les jugements, les arrêts, et toutes les décisions sont rédigés en français sauf dans les juridictions des cadis où les décisions sont écrites en arabe ou en comorien (transcrit avec les caractères arabes). Elles sont toujours traduites en langue française une fois parvenues à l’échelon supérieur, lorsqu’elles doivent passer en cour d’appel.

16À Mayotte, les tribunaux islamiques procédaient dans les deux langues. Mais les tribunaux français s’en tiennent à la langue officielle. Tous les actes juridiques, comme les actes de vente, sont rédigés uniquement en français. Néanmoins, les cadis et autres « fonctionnaires » musulmans peuvent utiliser l’arabe dans l’exercice de leurs fonctions. La cohabitation des deux systèmes pose un problème de fonctionnement à la justice mahoraise car, souvent, il est très difficile aux magistrats de passer d’un système à un autre. C’est la raison pour laquelle la justice locale devait être francisée.

Parlement

17Dans l’Assemblée nationale comorienne, la langue française constituait depuis l’autonomie interne une langue de travail. Ce choix était logique à l’époque coloniale, lorsque des délégués français participaient aux débats nationaux. Après l’indépendance, les députés comoriens continuent cette pratique même si la majorité ne parle pas cette langue. La démocratie naissante dans le pays en 1990 a favorisé l’adoption du comorien au sein de l’Assemblée nationale. Mais beaucoup ayant du mal à s’exprimer uniquement en comorien, l’interférence codique du français et du comorien était inévitable. Les rapports des travaux et les comptes-rendus se font ainsi en langue française.

18À Mayotte le problème ne se pose pas car le français continue d’être la langue de travail au conseil général lors des débats de la collectivité.

Économie

19Dans le domaine de la vie économique, le français à Mayotte occupe presque toute la place. La publicité en shimaore et kibushi est limitée, car elle est généralement perçue par les commerçants comme peu rentable. L’écoulement des marchandises, le commerce continue de se faire surtout en français même si le shimaore n’est pas exclu. La publicité dans cette langue se développe depuis un certain temps. Elle est surtout utilisée pour donner une couleur locale à certains produits commerciaux.

Milieux professionnels

20Dans les milieux professionnels, les relations entre dirigeants et salariés sont très souvent rendus difficiles par le manque de maîtrise de la langue française des uns et de la langue locale des autres. La non-maîtrise du français est alors le plus souvent stigmatisée comme une tare dans le discours patronal. Ceci dit, ce constat permanent du caractère obligatoire de la langue française dans certaines relations professionnelles crée, à terme, une espèce de maîtrise a minima du français chez les travailleurs. Mais cette pratique linguistique est entachée d’un sentiment de contrainte et d’un empirisme qui nuit à sa qualité.

Moyens de communication de masse

21En ce qui concerne les moyens de communication, le contact avec la langue française s’effectue à des degrés différents. Les Mahorais continuent de parler leurs langues locales, tout en employant irrégulièrement le français dans les communications informelles.

Presse écrite

22S’agissant de la presse écrite, tous les journaux sont écrits en français à l’exception du journal Albalade dont les articles sont écrits en français et en arabe dans les trois îles. À Mayotte, la seule langue utilisée est le français.

Radio

23La plupart des radios locales financées par la diaspora dans les trois îles assurent la diffusion d’une gamme des chansons en langue comorienne. Par contre la radio nationale, diffuse les informations dans les trois langues officielles (français, arabe et comorien).

24Sur les antennes de la radio mahoraise, la diffusion de l’information se fait d’une part en langue française et d’autre part en shimaore. Récemment une antenne privée kibushi a vu le jour pour assurer des émissions en malgache. Des programmes culturels sont également donnés en français et shimaore.

Télévision

25La télévision est apparue très récemment aux Comores. La vidéo-cassette introduite depuis les années 1980 projetaient des films de version française et indienne. Les antennes paraboliques privées ont fait leur apparition dans les années 1990. Des télévisions locales voient le jour et diffusent principalement des informations en langue nationale et de temps en temps des émissions en français.

26Parmi les quelques chaînes de télévision internationales captées sur place, on peut citer CFI, TV5 et RFO. Les Comoriens captent aussi des chaînes des pays arabes, de l’Afrique-du-Sud, de Russie, de Madagascar, des pays américains, etc. La télévision nationale, dont l’inauguration a eu lieu le 15 septembre 2002, diffuse dans les trois langues.

27À Mayotte, la seule chaîne RFO diffuse des émissions en français et en shimaore. Les paraboles sont largement répandues et offrent un plus grand choix. Mais il s’agit majoritairement de chaînes françaises puisque la version majoritairement commercialisée est celle de La Réunion.

Cinéma

28Les salles de cinéma aux Comores sont remplacées par les télévisions et antennes paraboliques en ce qui concerne la projection des films. Dans les programmes, les films français occupent la première place. Avec l’arrivée massive des arabisants, la population locale s’intéresse aux chaînes de version arabe, même si tous ne comprennent pas la langue.

29À Mayotte, le centre mahorais d’actions culturelles assure la diffusion cinématographique. Les projections concernent en majorité des films français. Dans les familles, ces appareils sont devenus des instruments indispensables pour occuper les habitants. Dans toutes les localités, la télévision mobilise tous les membres de la famille devant les écrans.

Production culturelle

30Pour ce qui est de la production culturelle, le théâtre occupe une place cruciale. Pendant la colonisation, des associations culturelles et artistiques organisaient des soirées théâtrales en français et comorien. Avec le retour massif des arabisants, des représentations théâtrales en version arabe commencent à voir le jour pour diffuser les différentes guerres saintes depuis le prophète Mohamed jusqu’aux Qalifs.

31Les actions engagées par l’Alliance franco-comorienne dans ce domaine se concrétisent peu à peu. Plusieurs troupes participent aux concours de théâtre de version française, organisés par la coopération française.

32À Mayotte, depuis la création du centre mahorais pour la culture (CMC), le théâtre a fait ses premiers pas en langue française. La production théâtrale a fait son entrée dans les établissements scolaires où des animateurs français assurent l’encadrement. Des initiatives individuelles et collectives sont à prendre en compte. C’est le cas par exemple de celle du professeur N. Atoumani, un des premiers producteurs et metteurs en scène local. Les enfants de Mabawa sont à soutenir également.

Contes

33Les contes restent jusqu’à nos jours des genres littéraires narrés en langue comorienne par les personnes âgées. Toutefois des initiatives commencent à se concrétiser avec la transcription progressive des contes en langue française. Plusieurs sont édités sous forme d’œuvres littéraires et sont vendus dans les librairies. D’autres apparaissent sous forme de sketchs dans les animations villageoises. Des jeunes conteurs, considérant la nécessité de diffuser la littérature orale, créent des mises en scène avec des petits sketchs en français. À Mayotte la situation ne diverge pas beaucoup d’avec celle des îles sœurs.

Musique

34Au niveau de la musique, les premiers musiciens comoriens ont d’abord chanté en swahili, arabe et comorienne pour louer les sultans avec leurs longs poèmes. Dans les années 1980, avec l’émergence de la culture occidentale, on assiste à une rénovation de la musique nationale. Des jeunes chanteurs compositeurs commencent à se faire connaître avec des chansons d’expression française. Actuellement beaucoup sont ceux qui composent en français.

Pratiques

35L’expression française est présente dans les familles dont les parents maîtrisent très bien le français. La communication au sein de la famille se fait dans cette langue. C’est le cas dans plusieurs familles modernes. Ce phénomène existe depuis longtemps à Mutsamudu dans l’île d’Anjouan. Par contre, dans les autres îles, cette nouvelle pratique est apparue avec l’avènement de l’école privée laïque en 1992.

36Compte tenu de l’échec de l’école publique, conséquence de l’instabilité politique et du séparatisme des îles, les responsables du privé veulent marquer la différence pour crédibiliser leurs établissements. Ainsi, ils incitent les parents à instaurer le dialogue avec les enfants en français. Le constat est positif pour cette langue car beaucoup d’enfants du privé s’expriment dans un bon français qui rivalise avec celui de l’école française de Moroni. Mais cette démarche est négative puisque ces enfants risquent de se trouver en marge des réalités de leur pays sans leur langue maternelle.

Secteur secondaire et tertiaire privés

37Dans les secteurs secondaire et tertiaire privés, la langue française joue un rôle prépondérant. Même si ces secteurs ne sont pas très développés, le marché du travail accorde plus de crédit au français. La maîtrise de cette langue est plus qu’indispensable pour être recruté. Les recrutements se font sur étude du dossier ou sur concours. Il est exigé du candidat une lettre de motivation écrite en français et une bonne maîtrise de cette langue à l’oral car l’entretien se fait toujours en français.

Milieu extra familial informel

38Le marché constitue un lieu privilégié où les échanges se concrétisent avec spontanéité. Ils se font librement car le plus important ici est la compréhension du message et la satisfaction du besoin immédiat. Toutes les langues se parlent en conséquence. Les étrangers qui séjournent dans le pays s’évertuent à apprendre les noms des produits alimentaires dont ils auront besoin régulièrement. C’est une manière pour eux de faciliter leurs achats. La vendeuse, pour sa part, doit apprendre quelques notions de base du français dans l’objectif de pouvoir convaincre son client.

39À Mayotte, le français employé au marché est un français destiné à accrocher le client mzungu : « Madame salade ! », « un euro », « Madame s’il vous plaît », « zoignons », « c’est joli », etc. Aucune conversation construite n’apparaît vraiment. En réalité, les marchands, dans leur majorité, ne maîtrisent pas la langue française. Ils fonctionnent par automatismes et approximations.

Activités commerciales « en magasin »

40À Mayotte, la situation est un peu semblable à celle du marché pour ce qui concerne les petites échoppes. La boutique familiale est souvent tenue par un jeune qui y officie en dehors de son temps scolaire et qui est aussi plus à l’aise avec le calcul. Par ailleurs, une grande partie du commerce de Mamoudzou est tenue par des Indiens qui ont en général une assez bonne maîtrise de la langue française. Certains magasins plus occidentalisés que la traditionnelle boutique (vêtements, souvenirs, électroménager…), sont tenus par des métropolitains qui se font seconder par un Comorien très rarement mahorais. Celui-ci fait office de vendeur auprès des non-francophones tandis qu’il devient homme à tout faire face au client francophone.

41Dans les autres îles, la situation est différente. Les boutiques familiales sont en général tenues par les femmes dont la plus grande majorité n’est pas scolarisée. Nous trouvons en outre des Indiens, installés aux Comores depuis plus de 30 ans et qui se sont intégrés normalement dans la société. Le comorien est devenu leur principale langue véhiculaire dans le quotidien.

Dans les rues

42À Mayotte, la langue de la rue est avant tout le shimaore. Le Métropolitain qui vient de débarquer s’étonne de se sentir aussi « étranger » dans un territoire qui se prétend aussi fortement français. C’est toujours un choc pour les nouveaux arrivants bercés par l’idée qu’ils arrivent « en France ». Le chauffeur de taxi maîtrise juste ce qu’il faut de français pour remplir sa mission et échanger des formules de politesse. Globalement, tous les échanges se font en langue locale. On notera cependant la prolifération d’expressions françaises réintégrées dans la langue et dont certaines sont déjà anciennes : « Alo » pour « Allons » (Alo dzatru), « Usi ni fe shie », etc. Mais il est rare de voir deux Mahorais converser en français spontanément dans les rues.

43Aux Comores la situation est identique. Quelques arabisants conversent de temps en temps en arabe dans les rues. Mais c’est chose très rare d’entendre des gens s’exprimer en français, sauf si les deux interlocuteurs sont francophones. C’est une des conséquences de la politique désastreuse de la coopération française à Moroni qui a interdit aux bacheliers de se rendre en Métropole pour poursuivre leurs études de 1990 à 2005. Ces jeunes, en quête d’un avenir stable, se sont aventurés dans les pays arabo-musulmans pour des formations souvent théologiques ou autres mais qui ne rentrent pas dans les besoins du pays.

44La politique linguistique dans les quatre îles consiste simplement à ignorer la langue locale, dans tous les domaines de la vie quotidienne. Cette pratique est relativement similaire à celle de bien des pays où la langue coloniale a supplanté les langues locales.

45Cependant, puisque la France vient de signer la charte européenne des langues régionales ou minoritaires, la politique linguistique pratiquée à Mayotte pourrait être profondément révisée. Sur le plan de l’éducation, la France pourrait laisser une place à l’utilisation du shimaore dans l’enseignement, une nécessité absolue pour la promotion du français.

Situation du français

46La situation de la langue française à Mayotte mérite une attention particulière à la veille de la départementalisation en 2011. En tant que langue de l’enseignement et de l’administration, le français rencontre, selon J. Cassagnaud, « beaucoup de problèmes sociaux-culturels à son apprentissage. Mal maîtrisé, il est à l’origine de nombreux échecs scolaires même si les représentations à son égard sont en train de changer compte-tenu de son poids sur le marché linguistique » et du travail.

47Lors d’une formation réservée aux intervenants en soutien scolaire mise en place par le CFSEM sur le thème de l’interférence des langues, au mois d’avril dernier, une Métropolitaine s’est déclarée étonnée. Elle relatait que des collégiens de Sada lui avaient déclaré ouvertement qu’ils ne parlaient pas français pour la simple et bonne raison qu’ils se faisaient ensuite traiter de mzungu. Une autre collègue métropolitaine a déclaré également qu’au collège de Mgombani, on observe une résistance chez les élèves à s’exprimer en français. Ceci prouve réellement que le défi n’est pas encore relevé et que la bataille est longue pour donner à la langue française sa place à Mayotte.

48La question mahoraise en matière d’enseignement est très délicate dans la mesure où l’identité mahoraise se perd progressivement chez la jeune génération par le rejet des fondements de la société. Le paradoxe est que les autorités françaises revendiquent incessamment la sauvegarde de la culture mahoraise dans la République sans faire barrage à la francisation des jeunes qui se trouve à cheval entre deux cultures diamétralement opposées et qu’ils ne maîtrisent pas du tout (française vs. mahoraise).

49Le constat formulé lors des assises sur l’illettrisme à Lyon (faisant état de 45 % d’illettrés à Mayotte), diffusé à RFO Mayotte, ne peut pas être passé sous silence. La prise en compte de cette situation concrète doit favoriser la réflexion en faveur d’une alphabétisation de masse en langue locale, dans un premier temps, avant de prôner une politique globale d’alphabétisation en langue française.

50Dans tout ceci, personne n’ignore le lien évident entre la réussite scolaire et la pratique du français dans la famille et à l’école. Parmi toute une série de causes de l’échec scolaire, il est allégué une insuffisance liée au fait que la langue française n’est ni parlée dans les endroits les plus importants (famille, école) ni considérée comme une langue de culture. La communication en français dans ces différents lieux semble importante pour la réussite scolaire. Malgré tout, l’enseignement en langue française est tel qu’aujourd’hui on peut affirmer que, nonobstant les efforts conjugués, la bataille pour sa valorisation est loin d’être gagnée.

51Dans les trois îles, jusqu’alors, aucune politique volontariste au niveau des gouvernements n’a été mise en vigueur pour encourager à parler français. C’est plutôt le comorien et l’arabe qui l’emportent et qui prennent le devant. L’arabe, conçu auparavant comme langue de la religion, est pratiquée couramment par les étudiants arabophones revenus massivement des pays arabo-musulmans ; il dépasse de nos jours le cadre d’un usage religieux.

52Cette place défaillante du français et la dégradation progressive de son niveau d’enseignement sont telles qu’aujourd’hui tout titulaire du baccalauréat en formation à l’extérieur de l’archipel se trouve confronté à un problème très sérieux de niveau.

53À Mayotte, ces derniers temps, il est fréquent d’entendre des bribes de conversation en français entre élèves. Ce sont en général des expressions ou des phrases n’appartenant pas à un échange conséquent ou construit. Ce phénomène nouveau peut aussi s’expliquer par la présence d’élèves métropolitains plus nombreux et plus proches de leurs homologues mahorais, malgré la persistance de clivages.

54Progressivement des conversations intégrales en français surgissent. Au lycée, il n’est pas rare actuellement d’entendre des élèves mahorais discuter entre eux, même si c’est encore très bref, en français. Toutefois, la colère et l’humour appellent immanquablement la langue maternelle. Parler français automatiquement pour le plaisir de le faire ou par jeu est une position très rare et il ne nous semble pas l’avoir vraiment constaté.

55L’introduction des langues locales dans les calendriers et programmes scolaires permettra alors aux enfants, par un apprentissage de leur langue maternelle, d’atteindre un niveau de communication et d’expression orale et écrite équilibré en langues locales et en français. La pratique des parlers locaux au travers de leur enseignement, favorisera l’ouverture des enfants aux divers aspects des réalités culturelles comoriennes et mahoraises, et inévitablement au fonctionnement du français et des richesses qu’il véhicule. La démarche favorisera sans doute des compétences de communication, des compétences linguistiques et langagières et des compétences métalinguistiques.

56Le processus ne peut être intéressant que s’il s’accompagne d’un apprentissage de la culture locale qui passe nécessairement par la reconnaissance des langues maternelles. Ceci a l’avantage de promouvoir la culture comorienne et mahoraise jusqu’ici négligée, Jugée minoritaire par rapport à la culture française imposée par le statut de privilège du français dans les îles, l’enseignement de la culture locale contribuera certes à réduire la représentation de suprématie de la culture française comme étant une menace de la disparition progressive de la culture locale et du dévoiement de la jeunesse du droit chemin surtout à Mayotte.

57Les débats dans les différents ateliers du colloque ont soulevé beaucoup d’interrogations surtout en ce concerne les jeunes et le français. Les enquêtes que nous menons tous les jours doivent se vérifier sur le terrain. Beaucoup de jeunes déclarent que le français est une langue de promotion sociale, mais, au fond, la réalité est contraire à ce qu’ils disent. Le constat est amer dans leur pratique en classe, où la langue locale prend le devant des communications entre les élèves.

58Au cours des discussions, nous avons entendu également parler de « bataille des langues » qui est pour nous une bataille des hommes, donc une bataille économique. La mondialisation se base dans ce sens.

59L.-J. Calvet, professeur de sociolinguistique à l’université de Provence (Aix-Marseille 1), et expert de l’Agence intergouvemementale de la francophonie, nous parle des rapports entre les langues et d’un niveau supérieur qui est celui de l’organisation mondiale des rapports entre ces langues. Son analyse présente une hiérarchisation des langues ; c’est à dire que les langues sont reliées entre elles par des bilingues et que le système des bilinguismes et leur étagement, nous permet de présenter leurs relations en termes gravitationnels.

60Ce professeur dit qu’autour d’une langue hyper centrale (l’anglais) gravitent ainsi une dizaine de langues super centrales (le français, l’espagnol, l’arabe, le chinois, le hindi, le malais, etc.) autour desquelles gravitent également cent à deux cents langues centrales qui sont à leur tour le pivot de la gravitation de quatre à cinq mille langues périphériques c’est dire langue de moindre diffusion, appelées un jour à disparaître.

61À chacun des niveaux de ce système peuvent se manifester deux tendances, l’une vers un bilinguisme « horizontal » (acquisition une langue de même niveau que la sienne) et l’autre vers un bilinguisme « vertical » (acquisition une langue de niveau supérieur), ces deux tendances étant, pour lui, le ciment du modèle.

62Cette organisation en quelque sorte statistique des langues du monde se vérifie pratiquement chaque jour. Un bilingue arabe/kabyle en Algérie est, dans 99 % des cas, de première langue kabyle, un bilingue bambara/français au Mali est toujours de première langue bambara, un bilingue breton/français a toujours le breton pour première langue, un bilingue français/shimaore a toujours le shimaore pour première langue, etc. Les exemples pourraient se multiplier à l’infini, mais ceux-ci suffisent pour nous montrer que le ciment de cette organisation gravitationnelle témoigne de rapports de force, d’où une bataille de langue.

63L’organisation mondiale des rapports entre les langues, dont veut rendre compte le modèle gravitationnel, est en quelque sorte une photographie d’un processus mouvant de rapports de force. L’anglais en est aujourd’hui le pivot, la langue hyper centrale, mais il va de soi que cette situation peut évoluer et qu’une autre langue peut, dans l’avenir, prendre cette place. Peut-être le chinois…

64Ce qu’il faut comprendre pour que la bataille n’existe pas, c’est qu’il peut y avoir une relation de complémentarité entre les langues étrangères officielles dans les pays africains et les langues africaines surtout de moindre diffusion ou minoritaire. L’enseignement du shimaore peut être un moyen efficace pour promouvoir le français à Mayotte et inversement. L’expérimentation en Guyane le prouve concrètement.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Calvet L.-J., 1996, Les Politiques linguistiques, Paris, PUF.

Cassagnaud J., 2000/2001, Analyse d’une méthode d’apprentissage du français à Mayotte, DESS, coopération éducative et langue française, université de Lyon II.

—, 2010, Jeux et Enjeux de langues pour les jeunes de Mayotte, Paris, Éditions Connaissances et Savoirs.

Cellule « Maîtrise de la langue française à Mayotte », 1997, Rapport sur la réunion entre la commission no 5 de la cellule « Maîtrise de la langue française » et des instituteurs responsables d’associations.

Collectivité territoriale de Mayotte, 2001, Synthèse no 3 sur didactique du français langue seconde, Mayotte.

—, 2001-2002, Développer au moyen de la langue maternelle des compétences pour favoriser les apprentissages en langue française, Mayotte, Recherche-Action, Institut de formation des maîtres.

Couvert C, 1984, La Langue française dans l’archipel des Comores, Paris, IRAF, commissariat général de la langue française.

Damir B. A. et Elhad M., 1977, La Langue nationale dans le système éducatif aux Comores, séminaire international sur le thème « Langues nationales et enseignement », Bujumbura, ACCT.

Institut d’apprentissage du français, 1999, Séminaire sur la pratique du français à Mayotte, document de référence, Mayotte.

Maandhui O., 1998, Les sources de blocage dans l’apprentissage du français, mémoire de maîtrise, université Bordeaux II.

Manessy G., 1994, Le Français en Afrique noire. Mythe, stratégie, pratiques, Paris, L’Harmattan.

Mission de coopération d’action culturelle de l’ambassade de France aux Comores, 1996, Francophonie aux Comores, Moroni.

Said S., 2004, Le français dans l’archipel des Comores, statut, usages et pratiques de la langue, thèse de doctorat en sciences du langage, université d’Aix-Marseille I, université de Provence.

Soibahddine L, 1996, Éléments pour une politique d’adaptation de l’enseignement du français à Mayotte : Quelques suggestions, Institut des langues et des civilisations de Mayotte, Mayotte.

Thanani B. A. S., 1990, La situation sociolinguistique du français aux Comores, mémoire de maîtrise, université de Provence.

Thomy J., 1997, Pratique du français oral dans une classe de CM2, Mayotte, mémoire de maîtrise, université de Rouen.

Auteur

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search