Version classiqueVersion mobile

Plurilinguisme, politique linguistique et éducation

 | 
Foued Laroussi
, 
Fabien Liénard

Ire partie. La situation linguistique de Mayotte

Propositions pour une graphie normalisée des langues de Mayotte - kibushi et shimaore - en caractères latins

Rastami Spelo

Texte intégral

INTRODUCTION

1Le débat autour de la question de la transcription des langues de Mayotte est assez vieux, mais jusqu’à très récemment, il ne concernait qu’un petit groupe bien isolé de quelques passionnés des langues.

2Le colloque sur le « Bilinguisme et inter culturalité à Mayotte pour un aménagement du système éducatif », organisé en mars 2006 par le vice-rectorat de Mayotte, l’institut de recherche pour le développement (IRD) et soutenu par le conseil général relance une nouvelle fois le débat sur leur fixation.

3À ce titre, différentes propositions ont été formulées. Et force est de constater que toutes les écoles s’accordent unanimement sur la plupart des phonèmes, et notamment sur l’utilisation de digraphes tels que la fricative chuintante sourde sh, la fricative inter dentale sourde th, la fricative inter dentale sonore dh, les affriquées apico-alvéolaires tr et dr, la nasale palatale ny, l’affriquée post-alvéolaire dj.

4Mais la divergence réside essentiellement dans la graphie à accorder aux implosives, aux explosives, à la fricative bilabiale sonore, ainsi qu’aux sons nasalisés. Sur ce point, chacun campe sur sa position. Toute une décennie s’est écoulée sans avancées réelles.

5En 2009, l’association SHIME en collaboration avec la Direction des langues régionales reviennent sur le débat en s’appuyant, cette fois, sur les différents travaux de spécialistes du shimasiwa (shimaore, shindzuani, shimwali, shingazidja), sur ceux de spécialistes des langues africaines de manière générale et en s’inspirant des « Propositions pour une écriture et une orthographe officielle du comorien » avancées en novembre 2007 par M. Ahmed-Chamanga.

6La nouvelle démarche consiste à remettre en cause le travail de recherche effectué depuis 1997 par SHIME, association loi 1901, composée de chercheurs d’horizons divers (linguistes, instituteurs, formateurs, professeurs de shimaore, de kibushi, de kiswahili, d’arabe, de français et d’anglais), dans le souci d’une meilleure prise en compte de la polémique qui perdure. Les présentes propositions ont déjà été exposées et débattues devant un groupe représentatif des locuteurs du shimaore et du kibushi.

7À l’heure actuelle, notre objectif est de faire part du résultat final de toutes ces discussions dans l’espoir d’aboutir à une validation du système de transcription de nos langues. Pour ce faire, nous vous inviterons, dans un premier temps, à prendre connaissance des lettres que nous proposons pour l’alphabet du kibushi et du shimaore suivi des graphies composées. Ensuite nous nous attarderons sur les graphies qui font encore objet de débat (notamment, les fameux caractères spéciaux). Ici nous ferons part des raisons et arguments qui ont guidés nos choix. Enfin, une démonstration sur la création de raccourcis pour les caractères spéciaux vous sera présentée.

L’alphabet du shimaore et du kibushi et les graphies composées

L’alphabet

8L’alphabet du shimaore et du kibushi comporte 26 lettres. Nous les présentons ici sous leur forme majuscule et minuscule.

Les majuscules

Les minuscules

Les graphies composées

Les digraphes

Les trigraphes

9Bien qu’ils soient très courants dans les deux langues, ils ne nous semblent faire l’objet d’aucune opposition. Nous nous contenterons donc simplement de vous les présenter et de les illustrer.

10DHW NDJ NDR NDZ NGW TSH

Dhw, comme dans dhwamana

Ndr, comme dans ndra

Ndj, comme dans ndjema

Tsh, comme dans tshora

Les voyelles du shimaore

11Le shimaore et le kibushi comportent cinq voyelles : a e i o u. Mais bien quelles soient identiques à celles du français, il convient de souligner que la voyelle e n’est jamais muette et u se prononce comme le ou de poule. Voici quelques exemples pour illustrer l’ensemble des voyelles.

a

comme dans mataba

e

comme dans ewa

o

comme owa mwana owa !

i

comme dans silisili

u

comme dans murututu

12Voilà, en bref, l’ensemble des graphèmes choisis par l’association SHIME pour écrire les langues locales de Mayotte. Mais comme nous l’avons déjà souligné, certains font l’objet d’un long débat.

Les graphèmes qui font l’objet de nos débats

13Il s’agit principalement des graphèmes suivants :

14Nous les présentons ici sous forme d’un tableau dans lequel sont indiquées : la graphie, sa prononciation, sa valeur phonologique et une illustration en shimaore et en kibushi.

15Ces graphèmes, l’association ne les a pas inventés. Des recherches nous ont permis de constater que bien de pays du continent africain les utilisent. En voici quelques exemples :

Pourquoi ce choix ?

16Les caractères spéciaux ont été critiqués par certains à cause de ce qu’ils présentaient comme une difficulté : les utilisateurs se posaient sans cesse la question de savoir comment écrire ces lettres à l’ordinateur, les claviers standards ne proposant pas de caractères spéciaux.

17Mais il s’avère que cette difficulté, Mayotte la partage avec les locuteurs et utilisateurs de plusieurs pays africains, car de nombreuses autres langues utilisent ces graphèmes. D’ailleurs, conscients de l’existence de ce problème, des linguistes et des informaticiens travaillent pour pallier cette difficulté, et nous avons eu accès à des systèmes plus ou moins adéquats permettant l’accès à ces caractères.

18L’appartenance du shimaore à la grande famille des langues africaines n’étant plus à démontrer, on comprend alors facilement notre choix de nous tourner vers l’existant afin de mieux asseoir notre réflexion pour une proposition de graphie pour les langues de Mayotte. Mais le choix de chaque graphème repose aussi sur des critères bien spécifiques.

Ɓ ɓ / Ɗ ɗ

19Concernant les implosives, (Ɓ ɓ / Ɗ ɗ), notre choix des lettres bouclées porte, d’abord, sur une recherche de simplicité de lecture et d’écriture. Ensuite, il est motivé par un souci d’ouverture : ces graphies sont utilisées par de nombreuses langues bantoues pour le même son. Mais surtout, parce que le résultat des tests réalisés en 1999 par l’association SHIME et l’IAF classe ces lettres parmi les premiers choix des Mahorais. Enfin, et c’est sans doute un argument de haute importance : on peut les écrire facilement sur le clavier avec le système Unicode.

VH

20Bien que le v surligné, anciennement utilisé par SHIME, soit le premier choix des Mahorais lors de nos tests, nous avons opté pour son remplacement par le vh car il n’est pas encore disponible en Unicode, par conséquent, on ne peut pas l’écrire sur le clavier.

21Concernant le vh, nous notons avec intérêt que le son [b] bilabial en shimaore évolue vers le [v] labiodental (les deux prononciations sont couramment utilisées sur tout le territoire) d’où l’importance de mettre la lettre v en relief.

22De plus, comme il s’agit d’une fricative et non d’une affriquée (occlusive + fricative), nous avons évité le pv. Le pv est utilisé aux Comores et tout prête à penser que ce choix est motivé par des raisons étymologiques. Le son [b] correspond souvent au [p] dans plusieurs langues du groupe Sabaki, surtout le swahili. En effet, nos recherches ont montré qu’il existe une alternance consonantique p/b presque systématique entre le swahili et le shimaore, par exemple : pona/vhona ; peleka/vheleha ; pahali/vhahali ; etc.

23Par ailleurs, en shimaore, le p devient v bilabial dans le pluriel de certains mots. D’autre part, quand on apprend à prononcer ce son, on part du [v] (et non du [p] par exemple). Enfin, il s’agit ici du deuxième choix des Mahorais lors des tests en 1999.

tsh

24Préférable au « c » ou au « ch » utilisés dans d’autres langues proches, cette graphie est très bien acceptée par la plupart des usagers à Mayotte. Ce phonème étant relativement rare en shimaore, le choix d’un trigraphe ne devrait donc pas trop importuner. Un tel choix est d’autant plus intéressant qu’il nous évite surtout d’introduire une nouvelle lettre « c » dans l’alphabet juste pour ce phonème finalement très rare.

Ɗy

25Enfin, le ɗy, son palatal implosif, n’est pas très courant mais nous estimons que sa différence phonique claire qui le distingue du [d] doit être marquée. Nous avons donc choisi pour cela, un ɗ (et non d) suivi d’un y pour le matérialiser.

Les voyelles nasalisées : ã ẽ ĩ ũ õ

26Deux choix nous étaient offerts : l’accent circonflexe et le tilde. Le choix de SHIME porte sur le tilde pour trois raisons :

  • parce qu’en phonétique internationale, le tilde est la marque standard pour représenter la nasalisation ;
  • parce que c’est le symbole le plus utilisé par les autres langues pour représenter la nasalisation ;
  • parce qu’il est désormais possible et facile de les écrire à l’aide d’un clavier standard.

Comment installer les raccourcis des caractères spéciaux dans votre ordinateur ?

27Toute personne ayant des connaissances de base en Word peut installer les raccourcis afin d’obtenir les caractères spéciaux. Il suffit d’utiliser une police Unicode (Arial Unicode par exemple) à chaque fois que l’on souhaite écrire en shimaore ou en kibushi. En voici une procédure simple.

Mode d’emploi pour créer des raccourcis pour les caractères spéciaux

281. Ouvrir un document Word ;

292. Choisir une police Unicode, par exemple Arial Unicode MS ;

303. Aller au menu « Insertion » en haut de l’écran et cliquer ;

314. Cliquer sur « caractères spéciaux » ;

325. Une boîte « caractères spéciaux » apparaît ;

336. Sur l’onglet « symbole » à gauche, choisir la police Arial Unicode ;

347. Choisir le sous-ensemble « Latin étendu-A » à droite ;

358. Chercher le caractère voulu, par exemple le Ɓ et cliquer dessus ;

369. Cliquer sur « touche de raccourci » en bas de la boîte de dialogue ;

3710. Une autre boîte apparaît. Sur « nouvelle touche de raccourci », appuyer sur Ctrl + Alt + le chiffre 1 simultanément ;

3811. Cliquer sur « Attribuer » puis « Fermer » ;

3912. Répéter l’opération pour attribuer des raccourcis à d’autres caractères spéciaux, la seule différence étant de choisir un nouveau chiffre pour chaque nouveau caractère ;

4013. Ɓ ɓ, Ɗ ɗ, Ĩ ĩ, Ũ ũ se trouvent sur « Latin étendu-A » ;

4114. Ẽ ẽ se trouvent dans « Latin étendu-additionnel » ;

4215. Vous pouvez choisir vos raccourcis, mais il faut faire très attention de ne pas annuler des raccourcis déjà attribués par Word.

Les raccourcis clavier de SHIME

43Les membres de l’association ont choisi les raccourcis ci-dessous parce qu’ils n’ont pas d’autres fonctions en Word :

44Précisons que les lettres ã et 5 s’écrivent à l’aide des touches Alt Gr + ~.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Ahmed-Chamanga M., 2007, « Propositions pour une écriture et une orthographe officielle du comorien », version extraite et modifiée de id., Grammaire comorienne.

« Traitement informatique des langues africaines », Cahier du Rifal, 2003.

Auteur

Association SHIME (shimemayotte@voila.fr).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search