Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Plurilinguisme, politique linguistique et éducation

 | 
Foued Laroussi
, 
Fabien Liénard

Ire partie. La situation linguistique de Mayotte

Le shimaore et le kiswahili à Mayotte

Réflexions sociolinguistiques

Musanji Ngalasso-Mwatha

Texte intégral

  • 2 Je tiens à remercier très vivement le conseil général de Mayotte qui a financé mon séjour à Mamoud (...)
  • 3 ANR-swahili, « Dimensions de l’objet swahili : textes et terrains », quadriennal 2007-2011.

1Le présent article propose quelques réflexions concernant le rapport entre le shimaore, principale langue de Mayotte, et le kiswahili, langue bantoue de grande expansion parlée dans une large partie de l’Afrique orientale et centrale. On ne cherchera pas à répondre de manière péremptoire à la question de savoir si le kiswahili et le shimaore sont une même langue ou deux langues différentes. On montrera les convergences qui sont nombreuses et on soulignera les divergences les plus remarquables qui témoignent d’une évolution lente mais progressive tendant à installer une distance interlinguistique de plus en plus perceptible entre les deux idiomes. La distance géographique qui sépare les îles comoriennes et le continent africain n’y est pas pour rien. Les critères sociolinguistiques seront évoqués pour étayer les arguments relevant de la linguistique interne. S’agissant des emprunts du shimaore au kiswahili on tentera de discerner la nature de ce qui peut les différencier des éléments du fonds bantou relevant de l’héritage commun aux deux parlers. Cette étude, esquissée à partir d’un court séjour à Mayotte lors d’une mission effectuée au printemps 20092, est la première ébauche d’un travail qui doit être approfondi dans le cadre d’une recherche actuellement en cours au sein d’une ANR portant sur l’objet swahili3.

Mayotte : une situation linguistique complexe

  • 4 Sur un aspect de l’histoire concernant le statut politique de Mayotte, lire notamment A. W. Mohamo (...)

2Mayotte4 (environ 190 000 habitants) est, géographiquement, l’une des îles constitutives de l’archipel des Comores situé dans l’océan Indien, à environ 400 kilomètres des côtes africaines et quelques 300 kilomètres de Madagascar. Elle a, politiquement, le statut de collectivité d’outre-mer appartenant à la France. Les résultats d’un référendum organisé le 29 mars 2009 prévoit le passage du statut de colonie à celui de département français dès 2011 : Mayotte deviendra ainsi le cinquième département d’outre-mer, avec la Guyane, la Guadeloupe, la Martinique et la Réunion.

  • 5 Ces chiffres sont fournis par J. Leclerc, 2009, « Mayotte », dans L’aménagement linguistique dans (...)

3La situation linguistique de Mayotte s’avère complexe puisqu’il se parle dans ce petit territoire insulaire (376 km2) plusieurs langues : le shimaore (71 % de la population), le kibushi (22 %), le kiswahili (2,4 %), le français (2,2 %), le makhuwa (0,6 %), le makonde (0,3 %), le créole5 (0,1 %).

  • 6 Sur le shimaore, lire M.-F. Rombi, 1983, Le Shimaore (île de Mayotte, Comores) : première approche (...)
  • 7 Sur les langues des Comores lire M. Ahmed-Chamanga, 1997, Dictionnaire français-comorien (dialecte (...)
  • 8 M. Guthrie, 1948, The Classification of the Bantu Languages, Londres, Oxford University Press for (...)

4Le shimaore6 (ou mahorais) est la langue dominante de l’île. Il fait partie du groupe des langues comoriennes7 qui comprend également le shingazidja (appelé « grand comorien »), le shimwali (parlé à Mohéli) et le shindzwani (parlé à Anjouan). Dans la classification du linguiste britannique M. Guthrie8 (1903-1972), l’ensemble des langues comoriennes, affilié aux langues bantoues, famille niger-congo, porte le numéro G 44 et sont rattachées au groupe « swahili » (G 40). Il est proche du tikuu (G 41), du kiswahili (G 42) et du kimpemba (G 43) qui appartiennent au même groupe. Pour la majorité de la population le shimaore est à la fois langue première (vernaculaire) et langue seconde (véhiculaire) : il est utilisé par les natifs comme langue identitaire et par les nonnatifs comme médium dans toute interaction entre locuteurs qui ne partagent pas la même langue maternelle. Le shimaore est l’unique langue des personnes les plus âgées qui n’ont pas été scolarisées et qui sont demeurées unilingues.

  • 9 Bushi signifie « Madagascar », Bushini « à Madagascar ».

5Le kibushi9, langue austronésienne apparentée au malagasy (parlé à Madagascar), est la deuxième langue la plus importante de l'île. Ses locuteurs sont rarement unilingues : ils apprennent volontiers le shimaore pour communiquer avec le plus grand nombre de leurs concitoyens alors que l’inverse, c’est-à-dire l’apprentissage du kibushi par des locuteurs du shimaore est rare, sauf cas de mariages mixtes.

  • 10 Le texte de la charte peut être consulté sur http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/Europe/charte.htm.

6Il est important de signaler que, d’ores et déjà, le shimaore et le kibushi figurent au nombre des 75 langues parlées sur le territoire français et recensées dans la charte européenne des langues régionales ou minoritaires signée (mais non ratifiée) par le Gouvernement français le 7 mai 1999 à Budapest10 (Hongrie). En signant cette charte, la France s’engageait à encourager l’usage oral et écrit des langues régionales et à renforcer leur enseignement à l’école, à côté de sa langue officielle, le français.

7Les langues bantoues de la zone P de M. Guthrie, comme le makhuwa (P 31) et le makonde (P 23) parlées sur le continent par les populations du Mozambique et du Malawi, très minoritaires à Mayotte, ne sont en usage que parmi les populations d’immigration ancienne. Un créole à base de français est également présent ; il est parlé par des personnes d’origine réunionnaise ou mauricienne. L’arabe semble limité à un usage exclusivement religieux alors que la population est à plus de 90 % musulmane.

  • 11 Wazungu est le terme qui désigne en shimaore, comme en kiswahili, « les Européens, les Blancs » ; s (...)

8Le français est la langue officielle. Acquis exclusivement par le canal de l’école, il est peu pratiqué au quotidien par les Mahorais. Il n’est la première langue maternelle d’aucun natif de Mayotte. Son statut est plutôt celui d’une langue seconde voire d’une langue étrangère que l’on ne parle qu’à l’école ou dans les échanges formels avec les fonctionnaires de l’administration ou encore dans les interactions avec les Européens qui ne parlent généralement aucune langue locale, même après un séjour de plusieurs années sur l'île. Le français reste avant tout la « langue des Wazungu11 » c’est-à-dire des Européens.

  • 12 D. Barreteau, 2006, Premiers Résultats d’une enquête sociolinguistique auprès des élèves de CM2 de (...)

9Dans une enquête sociolinguistique effectuée récemment (en 2006) auprès des élèves de CM2 de Mayotte, D. Barreteau note, à la suite de nombreux autres observateurs, ce qui suit : « Bien que nous ne disposions [pas] de données vraiment fiables, il semble que la majorité de la population adulte de Mayotte n’a pas été scolarisée (en dehors de l’école coranique) et ne pratique pas le français. Bien qu’étant la langue officielle, la langue de l’administration et de la scolarisation, la langue de la “vie moderne”, la langue française est très peu pratiquée dans la vie quotidienne et donc, pour une majorité d’enfants entrant à l’école, c’est une langue seconde (pour ne pas dire une langue “étrangère”). [...] Cette situation est due, en grande partie, au fait que les progrès de la scolarisation sont très récents et que le taux d’alphabétisation des adultes est encore extrêmement faible. Il n’y a donc pas de “bain linguistique francophone12”. » La position du français, actuellement fragile, ira sans doute en se renforçant avec la départementalisation de Mayotte qui apportera probablement des progrès de la scolarisation et une intensification de la pratique de cette langue dans l’administration et dans la vie de tous les jours.

Le kiswahili à Mayotte : une présence très ancienne

  • 13 http://fr.wikipedia.org/wiki/Mayotte.

10La présence du kiswahili à Mayotte, favorisée par l’expansion de l’islam, est historiquement très ancienne : elle remonte aux VIIIe et IXe siècles. Les premiers habitants de File sont des Waswahili : « Les VIIIe et IXe siècles voient les premières installations humaines. Il semble que les premiers habitants appartiennent déjà aux premiers peuples swahilis, caractérisés par une riche culture répandue sur l’ensemble des rivages de l’Afrique orientale, de la Somalie au Mozambique. Mayotte et Anjouan ont été occupées apparemment plus tardivement car les deux îles se différencient de l’ensemble des Comores par une évolution linguistique spécifique. La civilisation swahilie qui aborde ces îles inoccupées est donc d’emblée sophistiquée. Le commerce maritime, très actif dès cette époque, atteste de contacts avec le Moyen Orient islamisé. Aux XIIIe et XVe siècles, l'île est sous la domination de chefs islamisés, les Fani. Les contacts culturels avec la côte swahilie et Madagascar sont importants13. »

11Cette présence, toujours bien réelle dans tous les secteurs de la vie sociale et culturelle, est aujourd’hui moins sensible directement : on entend peu parler le kiswahili dans les rues de Mamoudzou et de Daoudzi, les deux principales agglomérations de File, mais tout y fait penser : les sons et la musique de la langue shimaore, les mots et les lettres dans les slogans publicitaires et l’affichage commercial. La mention du kiswahili dans l’inventaire de J. Leclerc (université Laval, Québec) fournissant un nombre de locuteurs de 2,4 %, juste avant le français (2,2 %), mais loin après le shimaore (71 %) et kibushi (22 %), laisse quelque peu songeur d’autant que la majorité des sources font rarement état de la langue swahili parmi les langues parlées à Mayotte autrement qu’à travers le shimaore, le shindzwani, le shimwali et le shingazidza considérés comme ses variantes dialectales. Cette omission du kiswahili dans les inventaires habituels des langues de Mayotte et même de l’ensemble des langues des Comores revêt une certaine importance, car elle peut signifier deux choses opposées : soit qu’on considère que le shimaore et les autres parlers comoriens sont le kiswahili, soit qu’on estime que le kiswahili est une langue à part qui est formellement absente du paysage linguistique de Mayotte en tant que langue spécifique ; dans les deux cas la mention explicite du kiswahili est sentie comme superflue.

  • 14 M.-F. Rombi et A. Pierre, 1991, « Réseaux linguistiques », dans F. Le Guennec-Coppens et C. Pat (d (...)

12Il existe une confusion facile entre la langue et la culture, entre les locuteurs d’une langue et ceux qui subissent l’influence de la culture qu’elle porte. C’est ainsi, par exemple, que les habitants des pays ayant le français, l’anglais ou le portugais comme langue officielle sont dits globalement francophones, anglophones ou lusophones, alors même qu’en général c’est une infime minorité des citoyens qui pratique la langue de façon aisée et régulière. Il en va de même de l’identité swahilie. Le terme Waswahili véhicule un sens plus sociologique que linguistique : il désigne les musulmans autochtones, fréquemment swahiliphones, par opposition aux musulmans étrangers, généralement arabophones. Le lien avec la langue parlée sur le continent en pays essentiellement anglophones s’est de plus en plus distendu du fait que la colonisation française a tendance à tout miser sur la langue française au détriment des langues autochtones. En l’occurrence, cette attitude consistant à mettre sous contrôle l’ensemble du réseau swahili dans l’océan Indien permettait, l’isolement insulaire aidant, de contrer l’influence grandissante de l’islam. Cette opinion est celle de P. Alexandre et de M.-F. Rombi : « En ce qui concerne le swahili, le problème, en dépit d’avances récentes, reste compliqué à la fois par la persistance d’idées reçues et par certains décalages terminologiques entre réalités linguistique et sociale. Idée reçue - et qui procède d’une confusion entre langue et culture globale - celle qui confond swahili et parlers comoriens : tout au plus est-il exact que des Comoriens (ceux de la diaspora) parlent kisanifu ou kiunguja. Il en allait sans doute autrement au XIXe siècle, du fait de la prédominance politique et économique de Zanzibar, mais la politique linguistique de la colonisation française a abouti à isoler en grande partie l’archipel du réseau swahili. Le phénomène est encore plus net à Madagascar où ne subsiste plus qu’une toute petite colonie swahiliphone, en voie d’extinction démographique14. »

13On en arrive donc à se poser la question de savoir si le kiswahili et le shimaore sont bien deux langues distinctes, comme on distingue le kiswahili du kishambala et du kizigula (parlés en Tanzanie), ou s’il s’agit seulement des variantes de la même langue, comme le sont le kiamu, le kimvita, le kiunguja ou le kingwana parlés dans diverses régions du continent africain.

Kiswahili et shimaore : une ou deux langues ?

14Pour répondre objectivement à cette question il faudrait interroger plusieurs faits en rapport à la fois avec les langues elles-mêmes et avec les usagers de ces langues. On ne peut pas y parvenir sans faire référence aux critères scientifiques qui permettent habituellement de distinguer une langue d’un dialecte, d’identifier deux langues différentes ou deux dialectes d’une même langue. Or ces critères, qui relèvent à la fois de la linguistique interne (critère systémique) et de la sociolinguistique (critère socioculturel), sont : i) la similitude des structures lexicales et grammaticales, ii) le degré d’intelligibilité des idiomes considérés et iii) la dénomination des parlers par les habitants eux-mêmes (autonyme) et, subsidiairement, par leurs voisins (hétéronyme).

  • 15 On retrouve le même système dans le groupe D 60 (D 61 kinyarwanda, D 62 kirundi et D 63 fuliiro, e (...)

15Beaucoup de linguistes, suivant en cela la classification des langues bantoues proposée par M. Guthrie, assimilent les parlers comoriens en général, y compris le shimaore, au kiswahili, en en faisant de simples dialectes de cette langue, en se fondant uniquement sur le critère systémique. La position de M. Guthrie est, en réalité, plus nuancée : il place les parlers comoriens dans le groupe dit « swahili » (G 40), le même que le kiswahili (G 42), en raison de leurs fortes affinités lexicales et grammaticales sans cependant en faire nécessairement des dialectes de la même langue. On trouve, en effet, cette présentation dans d’autres groupes, par exemple le groupe ngiri (C 30) comprenant le bobangi (C 32), le sengele (C 33), le bolia (C 3 5) et le lingala (C 36) sans qu’il soit suggéré qu’il s’agit d’une même et unique langue15.

  • 16 http://fr.wikipedia.org/wiki/shimaore.

16Mais l’opinion unitariste intégrant les langues comoriennes dans le kiswahili est largement reprise dans le discours scientifique et dans toute la littérature populaire concernant le shimaore. Ainsi dans un article sur le mahorais (shimaore) peut-on lire : « Le mahorais (ou shimaore dans la langue) est une des deux principales langues indigènes parlées sur File de Mayotte. C’est un dialecte swahili, alors que le kibushi est une langue austronésienne proche des langues parlées à Madagascar16. »

17Il y a dans cette affirmation une ambiguïté terminologique patente : le shimaore est un « dialecte » du kiswahili alors que le kibushi est qualifié de « langue » austronésienne au même titre que le malagasy et les variétés merina.

  • 17 Lien avec leur site : http://shime.free.fr/.
  • 18 C. B. A. Kordjee, M. Jaquin et al, 2006, Apprenons le shimaore – Narifundrihe shimaore., Mamoudzou (...)

18L’association SHIME17 (Le shimaore méthodique), fondée en 1998 à Mamoudzou dans le but d’encourager l’enseignement méthodique des langues mahoraises (shimaore et kibushi), considère, elle aussi, le shimaore comme un dialecte du kiswahili, même si certains de ses auteurs affirment : « C’est une langue bantoue, proche du swahili d’Afrique de l’Est18. »

19Cette opinion, largement répandue, ne fait cependant pas l’unanimité : il y a ceux qui sont pour, comme on vient de le voir, et que je nomme unitaristes ; il y a ceux qui sont contre, comme P. Alexandre et M.-F. Rombi. Je désigne ce camp de dualiste. On trouve, à la vérité, de solides arguments en faveur de l’un et l’autre camp ; mais l’évocation des critères autres que systémiques (notamment l’intercompréhension) donne incontestablement du poids au camp des dualistes.

  • 19 M.-F. Rombi, 1983, Le Shimaore (île de Mayotte, Comores) : première approche d’un parler de la lan (...)

20P. Alexandre et M.-F. Rombi fustigent le point de vue unitariste comme erroné. M.-F. Rombi, qui considère le shimaore comme un dialecte du comorien et celui-ci comme une langue distincte du kiswahili, parle d’une assimilation abusive due au fait que les deux parlers (kiswahili et comorien) partagent un fort taux de mots empruntés à l’arabe (environ 30 % du vocabulaire) : « Cet apport lexical arabe sur fond structurel bantou a été à la base d’une assimilation abusive au swahili. La quasi totalité des bantouistes croyait que le comorien était un dialecte swahili, voire du swahili déformé19. »

  • 20 Voir notamment ses articles : « Introduction à la dialectométrie synchronique » et « Les parlers b (...)
  • 21 Voir leur article écrit en tandem : A. Pierre et M.-F. Rombi, 1982, « Les parlers comoriens, carac (...)

21Elle soulève la question du rattachement du comorien au groupe swahili (G 40) pour souligner les divergences importantes qui existent entre le comorien et le kiswahili sur les plans phonologique et morphosyntaxique (notamment système adjectivo-pronominal et verbal) ; bien plus, elle remet en question le rattachement du comorien au G 40 et insiste sur le fait que l’intelligibilité n’est pas garantie entre les parlers comoriens et le kiswahili standard fondé sur le kiunguja, parler urbain de Zanzibar. Elle pense même, en s’appuyant sur les recherches dialectométriques de J. Wilhelm et J. G. Möhlig20, que le comorien serait plus proche des parlers kenyans et autres langues tanzaniennes que du kiswahili. Voici en quels termes elle exprime cette opinion qu’elle partage avec P. Alexandre21 (d’où le pluriel) :

  • 22 Ibid., p. 20.

Notre point de vue est qu’en l’état actuel de notre connaissance des langues de cette région, on peut avancer que, si le comorien paraît effectivement ressortir à la zone G, son rattachement au groupe G 40 de cette zone est possible mais nullement certain. Il conviendrait de chercher à faire d’autres comparaisons, portant cette fois sur les langues du continent, en particulier les parlers dits « makua » du Nord du Mozambique... et étendre la recherche aux parlers du groupe shona. Ce point de vue a été confirmé ultérieurement par une analyse fondée sur la méthode dialectométrique du professeur Möhlig de Cologne, qui indique que le comorien serait plus proche des parlers continentaux kenyans et tanzaniens que du swahili [...] Il y a lieu de préciser qu’il y a intercompréhension entre les locuteurs des quatre îles de l’archipel, même si elle demande un effort plus grand dans le sens anjouanais-mahorais grand-comorien ; par contre il n’y a pas intercompréhension entre comorien et locuteur d’un dialecte swahili22.

22D. Barreteau qui a effectué, en 2006, une enquête auprès des écoliers mahorais, considère le shimaore comme un parler faisant partie (avec le shindzwani) du dialecte mahorais de la langue dénommée « comorien-mahorais ». Ce linguiste note les convergences systémiques et évoque, prudemment, la question de la dénomination :

  • 23 D. Barreteau, 2006, Premiers Résultats d’une enquête sociolinguistique auprès des élèves de CM2 de (...)

D’un stricte [sic] point de vue linguistique, on devrait probablement considérer le « comorien » (comprenant les dialectes shingazidza et shimwali) comme une langue distincte du « mahorais » (comprenant les dialectes shimaore et shindzwali [sic]). Au stade des hypothèses où nous en sommes, nous préférons considérer le « comorien » et le « mahorais » comme étant des variantes dialectales d’une même langue. En tout état de cause, pour des raisons politiques évidentes, la dénomination de « la » langue pose problème23.

  • 24 Rappelons que si, géographiquement, Mayotte appartient à l’archipel des Comores, elle ne fait pas (...)

23D. Berreteau considère le « comorien » et le « mahorais » (entendez le shimaore) comme des variantes de la même langue mais, « pour des raisons politiques évidentes24 », il évite soigneusement de désigner ladite langue par son nom : le comorien commun.

24En se fondant sur les critères systémiques et non systémiques (socioculturels) on peut établir i) qu’il existe d’importantes similitudes entre le shimaore et le kiswahili et, d’une façon générale, les langues bantoues parlées sur le continent africain ; ii) qu’il existe également des divergences remarquables sur les plans phonologique et morphologique qui soutiennent l’idée qu’il s’agit désormais probablement de langues différentes séparées par une distance interlinguistique objectivement mesurable ; iii) que l’intercompréhension est désormais partielle, sinon nulle, ce qui veut dire, en sens inverse, que l’incompréhension a gagné du terrain.

25Un aspect tout à fait indispensable, qui constitue un préalable à toute enquête sociolinguistique, c’est donc l’étude et la comparaison des structures internes des deux idiomes : structures lexicales, phonologiques et grammaticales.

Des similitudes frappantes

  • 25 Pour la comparaison avec le kiswahili, il existe une abondante littérature scientifique. Je me sui (...)
  • 26 Ces critères sont bien exposés dans A. Pierre, 1968, « Le bantu et ses limites », dans A. Martinet (...)

26Le shimaore, comme les autres parlers comoriens, est incontestablement un idiome bantou très proche du kiswahili25. Mais des affinités importantes, d’ordre lexical, mais aussi phonologique, morphologique et syntaxique sont également observables en comparant le shimaore avec d’autres langues bantoues proches du littoral oriental (langues parlées au Mozambique, au Malawi, au Kenya ou en Tanzanie) et même éloignées du littoral comme le lingala (zone C), le kikongo (zone H), le gipende ou le ciluba (zone L). L’application des critères de bantuité26 proposés par M. Guthrie le confirme.

  • 27 On rencontre ce système à cinq voyelles dans d’autres langues comme le kinyarwanda (D 61), le kiko (...)

27Les parlers comoriens (y compris le shimaore) partagent avec le kiswahili plusieurs traits linguistiques. Ceux-ci relèvent d’abord du lexique avec un important fonds commun des mots hérités du proto-bantou et un taux de cognats (traduisant le coefficient de proximité linguistique) sans doute supérieur à 70 %. Ils ressortissent également à la phonologie avec un système vocalique constitué de 5 voyelles27 (/i, u, e, o, a/), la présence de nombreuses consonnes prénasalisées (/mb, mp, nd, nt, ng, nk, etc./) et une structure syllabique canonique ouverte : CV. L’absence d’un système tonal très caractéristique des langues bantoues remplacé ici, comme en kiswahili, par un système accentuel de type paroxytonal (l’accent tombe régulièrement sur l’avant-dernière syllabe :’mutru « homme »,’shitru « chose », mu’tsanga « sable », ma’yangu « ma mère », mata’mbezi « promenade », mara’haba « merci », bisiki’leti « vélo, bicyclette », muguru’guru « machine », pelape’laka « papillon ») est un autre trait de rapprochement entre les deux langues.

28Sur le plan morphologique on note l’existence d’un système presque complet des classes nominales (18 classes) et très productif (car participant largement à la dérivation nominale et verbale), et la présence d’un système verbal très agglutinatif fait de multiples affixes dérivationnels et flexionnels. Enfin, sur le plan syntaxique, on retrouve l’ordre canonique des constituants dans les langues bantoues : déterminé + déterminant dans le syntagme de détermination ; sujet + verbe + objet dans la phrase simple.

29Si la proximité paraît évidente entre les parlers comoriens et le kiswahili sur la base des critères de bantouité énoncés par M. Guthrie, des divergences de plus en plus importantes apparaissent qui relativisent l’homogénéité supposée intacte des parlers du groupe G 40 « swahili » de M. Guthrie.

Des différences remarquables

30Les différences entre le kiswahili et le shimaore peuvent être identifiées sur les mêmes plans : phonologique, morpho-syntaxique et lexical.

31Sur le plan phonologique c’est la présence de voyelles nasales (/ĩ, ẽ, ã, õ/) en shimaore qui frappe. Ces articulations nasales sont dues à l’influence de l’arabe et du français. On remarque également, en shimaore, la présence de certaines consonnes ou combinaisons de consonnes inconnues du kiswahili : ɓ, ɗ, β, ȥ, dr, tr, dz, ts, etc. Les consonnes avec transcription spéciale, qui ne sont pas héritées du proto-bantou, proviennent, selon toute vraisemblance, de l’arabe. Il en va de même de la structure syllabique fermée CVC qui ne peut être qu’un emprunt à l’arabe (alhamdulilahi « Dieu merci ! », burdajini « dépôt d’ordures », hamsini « cinquante ») ou au français (duktera « médecin », prefektwiri « préfecture », zafurmie « infirmier »). Enfin, il y a des correspondances régulières de certains sons du kiswahili en shimaore : k > h (kati > hati « milieu », kazi > hazi « travail », kule > hide « là-bas », mkate > muhare « gâteau », mkono > muhono « bras, main », mwaka > mwaha « année », nyoka > nyoha « serpent », kupika > upiha « cuisiner », etc.) ; d > dr (kenda > shendra « neuf », kitanda > shitandra « lit », mwendo > mwendru « voyage », punda > pundra « âne ») ; t > tr (tatu > traru « trois », mtu > mutru « personne », tumbo > trumbo « intestin », etc.) ; z > dz (kuzaa > udzaa « accoucher », zima > dzima « entier », zito > dziro « lourd », (ma)ziya > dziya « lait », etc.) ; s > ts (shifarantsa vs. kifalansa « langue française ») ; p > v (pilipili > vilivili « poivre », polepole > volevole « lentement », kupumwa > uvuma « souffler, respirer », pamoja na > vamoja na « ensemble, avec »).

  • 28 Sur ces aspects je renvoie à M.-F. Rombi, op. cit.

32Au niveau de la morphologie on note quelques particularités dans le système des classes nominales : la classe 5 est marquée par le morphème dzi- à la place de ji- en kiswahili (dzina vs. jina « nom », dzinyo vs. jinyo « dent », dzitso vs. jicho « œil », etc.) ; la classe 7 offre shi- au lieu de ki- (shiri vs. kiti « chaise », sharaɓu vs. kialabu « langue arabe », shiswahili vs. kiswahili « langue swahili », shingereza vs. kingeleza « langue anglaise », shitru vs. kitu « chose ») ; la classe 8 a zi- au lieu de vi- (ziri vs. viti « chaises », zitru vs. vitu « choses ») ; les classes 11, 12 et 13 sont absentes ; la classe 15 offre u- au lieu de ku- pour les infinitifs de verbe (ula vs. kula « manger ») ; les classes locatives 16,17 et 18 sont marquées respectivement par v-, h- et m-. Le shimaore utilise, en outre, des augments, sorte de pré-préfixes de formes adaptées à chaque classe avec le sens de « défini », inexistants en kiswahili : classe 1-2 umutru-uwatru « l’homme - les hommes (dont il a déjà été question) », umuhono-imihono « la main - les mains », ligari-yamagari « la voiture - les voitures », ihazi-zihazi « le travail - les travaux », etc. Les systèmes pronominal, adjectival et verbal présentent également quelques différences remarquables28.

33Sur le plan lexical, on note qu’en raison de l’histoire coloniale et des contextes géolinguistiques différents il y a plus d’emprunts à l’anglais en kiswahili et davantage d’emprunts au français en shimaore. Je reviendrai plus loin sur la question de savoir si l’on peut parler d’emprunts mutuels entre le kiswahili et le shimaore. Pour l’instant concluons sur les convergences et les divergences observées entre les deux idiomes.

Une distance interlinguistique de plus en plus importante

  • 29 http://fr.wikipedia.org/wiki/Mahorais.

34Ce que la comparaison révèle c’est qu’il existe naturellement des convergences importantes entre le kiswahili et le shimaore, deux langues bantoues, et des divergences non négligeables. Voilà qui permet de comprendre pourquoi, en dépit de nombreuses similitudes lexicales et morphologiques l’intercompréhension n’est pas totale entre les parlers comoriens (y compris le shimaore) et le kiswahili : « L’intercompréhension entre le mohélien, l’anjouanais et le mahorais est presque totale ; seules quelques différences phonétiques mineures, et quelques particularités lexicales les distinguent, elle l’est un peu moins avec le grand-comorien tandis que la compréhension est partielle, et à sens unique, vis-à-vis des autres swahili29. »

  • 30 http://ylangue.free.fr/chap_ooo.htm.

35On retrouve ici l’idée que, malgré tout, l’ensemble des parlers comoriens c’est toujours du kiswahili : ils sont globalement considérés comme des variantes dialectales du kiswahili. Les parlers étiquetés « autres swahili », ce sont sans doute les variétés continentales du kiswahili : kimvita, kiunguja, etc. La remarque sur la compréhension « partielle et à sens unique » suggère qu’il s’agit de langues différentes, quoique très proches génétiquement et typologiquement, différentes ou en train de se différencier. Ylangue-e-langue, premier site d’initiation à l’apprentissage du shimaore va encore plus loin : « Au-delà des Comores, cette langue fait partie de la grande famille des langues bantoues, caractérisées par un système de classes nominales et une construction verbale agglutinante. On l’assimile souvent au kiswahili (swahili), langue parlée et écrite d’Afrique de l’Est (Tanzanie, Zanzibar, Kenya), car elle possède une même grammaire bantoue, et un même vocabulaire mixte d’origine bantoue et arabe. Pourtant, en dépit de ces ressemblances, certaines particularités phonétiques et sémantiques, et une syntaxe verbale quelque peu différente, ne permettent pas l’intercommunication complète entre swahiliphones et locuteurs de shimaore30. »

36Rappelons que le critère habituellement utilisé pour déterminer si on a affaire à deux langues différentes ou à des dialectes d’une même langue est, à cet égard, assez clair : intercompréhension totale = dialectes ; intercompréhension partielle ou nulle = langues. Il semble bien que ce soit la situation actuelle du rapport entre le kiswahili et les parlers comoriens.

  • 31 Rappelons ici l’excellent ouvrage de G. Guarisma et Wilhelm J. G. Möhlig (dir. - 1986), La Méthode (...)

37Pour parvenir à une certitude sur ce point il faudrait aller au-delà de la comparaison des structures linguistiques31 pour mesurer de façon fine le degré d’intercompréhension existant d’une part entre les parlers comoriens et d’autre part entre ceux-ci et le kiswahili parlé sur le continent (en Tanzanie, au Kenya, au Rwanda, au Congo-Kinshasa). Cette étude n’a jamais été faite de façon extensive. Il faudrait aussi effectuer une enquête sociolinguistique intensive sur le « sentiment linguistique » des usagers des deux idiomes et relever précisément leurs attitudes épilinguistiques. Il faudrait, de plus, étudier la portée des diverses dénominations utilisées pour désigner les différents parlers ainsi que leur implication du point de vue de l’identité des locuteurs à partir de leur conscience linguistique et culturelle.

À propos des emprunts du shimaore au kiswahili

  • 32 Voir M. Guthrie, 1967-1971, Comparative Bantu, An Introduction to the Comparative Linguistics and (...)

38Peut-on parler d’emprunts du shimaore au kiswahili et vice versa ? Assurément oui, quelle que soit, par ailleurs, l’identité de ces parlers en tant que langues ou dialectes. Il est certain que la frontière entre emprunts mutuels (interlinguistiques ou interdialectaux) et éléments relevant de l’héritage commun à partir du bantou est très ténue. En d’autres termes il est difficile de décider de ce qui remonte à l’héritage bantou par rapport à ce qui relève de l’interférence réciproque. Cet aspect de la question, qui n’est pas sans intérêt, me semble cependant relativement peu urgent à étudier, étant donné que les éléments relevant du fonds commun bantou sont facilement identifiables avec des listes des racines bantoues déjà établies par les linguistes32. Des mots shimaore comme ceux qui suivent, qui ne remontent à aucune racine du bantou commun, proviennent probablement du kiswahili : asante « merci », bange « chanvre », bengani (< sw. bilingani) « aubergine », bibi « madame », bwana « monsieur », Mgombani < sw. mgombani « au bananier » [nom d’un quartier de Mamoudzou], simba « lion » et quelques autres.

  • 33 M. Ngalasso-Mwatha, 1981, « Structure du lexique pende. Éléments d’emprunt aux langues romanes », (...)

39Il est, en revanche, plus important de clairement identifier les emprunts que le shimaore a fait à des langues comme l’arabe, le persan (indo-iranien), le français, l’anglais ou le portugais et qui ont transité par le kiswahili. Une comparaison rigoureuse des structures linguistiques en présence doit permettre de définir avec précision les processus qui ont rendu possible le passage des diverses unités d’une langue à l’autre et les règles qui ont présidé à leur insertion à la nouvelle langue. Ceci est d’autant plus intéressant qu’il s’agit de langues génétiquement et typologiquement éloignées. En m’inspirant d’une recherche antérieure33, je me propose d’analyser les faits du shimaore de façon approfondie sur les plans phonologique, lexico-sémantique et morpho-syntaxique en liaison avec les aspects sociolinguistiques.

40D’ores et déjà, on peut penser que les emprunts en provenance de l’arabe et de l’indo-iranien ont suivi une voie directe en raison des contacts séculaires par l’Islam. Ainsi les mots suivants : afudhawali < āfaDal « il vaut mieux que », asubuhi < subH « matin », baridi < bard « froid », bunduki < bunduqīA « fusil », fulani <fulan « un tel », habari < khabar « information, nouvelle », huri < hurr « libre », kafiri < kafir « incroyant, mécréant, athée », karibu < qarib [près, proche] « bienvenue », kauli < qaūl « mot, parole », lugha < lughA « langue », maesha < ma'īshA « vie », makasi < miqaSS « ciseaux », malaika < malā’ika (pl.) « ange », maansui < ma’SiA « péché », marahaba < marHaba [bienvenue] « merci », marashi < marashsh « parfum », masikin < masākin « pauvre », risasi < raSaSa [balle] « pistolet », saa < sā’A « heure, moment », sabuni < Sabūn « savon », twabibu < tabib « médecin, docteur ».

41De la même manière les emprunts du shimaore au français ont été directs en raison de l’histoire coloniale. Ainsi : adiresi < adresse, banki < banque, barji < barge, bi < but, biro < bureau, bisikileti < bicyclette, dara < drap, dipe < du pain « pain », direktera < directeur, dukutera < docteur, fenya < fainéant, garamu < gramme, kilasi, klasi < classe, lapitali < l’hôpital, pasiporo < passeport, polisi < police, saki < sac, utara < tard « être en retard », uvote < voter, vulvera < révolver, zalumeti < les allumettes.

42Seuls les emprunts en provenance de l’anglais et du portugais ont transité par le kiswahili et peuvent être considérés comme des emprunts à cette langue. De l’anglais au shimaore par le kiswahili : aeroplani < aeroplane « avion », bangili < bangle « bracelet », beredre < bread « espèce de galette », donasi < doughnuts « beignet rond », gashi < gas « pétrole (lampant) », kilometa < kilometer « kilomètre », kotri < coat « veste », nambawani < number one « tissu de coton imprimé », penatsi < peanuts « cacahuète », tabaku < tobacco « tabac ». Du portugais au shimaore par le kiswahili : bata < bata « canard », batata < batata « pomme de terre », bendera < bandeira « drapeau », karata < carta « carte », kopo < copo [coupe] « boîte de conserve », meza < meza « table »,puruku (pl. mavuruku) < porco « porc », papaya oupwapwaya (pl. mavwavwaya) < papaia « papaye », sabuni < sabão « savon », sukari < açucar « sucre ».

CONCLUSION

  • 34 M.-F. Rombi, op. cit.

43La relation très étroite entre le shimaore et le kiswahili, qui remonte à leur commune origine bantoue, atteste d’une grande proximité typologique de leurs structures linguistiques. Cette proximité est si frappante qu’elle a poussé le linguiste britannique M. Guthrie à classer les deux parlers dans le même groupe G 40, dit « swahili », dans la zone G. Le discours scientifique s’en est fait l’écho, à juste titre, et la littérature populaire en a déduit qu’il s’agissait strictement d’une même langue. Cette opinion a été discutée par P. Alexandre et M.-F. Rombi (qui a consacré un travail de recherche approfondi à cette question34). Leur position peut être aujourd’hui soutenue par une recherche sociolinguistique qui souligne, à côté d’importantes convergences entre les deux parlers, les divergences remarquables qui témoignent d’une distance interlinguistique de plus en plus perceptible entre les deux idiomes géographiquement très éloignés, en même temps que le sentiment des usagers par rapport aux langues qu’ils pratiquent. Le fait que, aux dires des usagers, l’intercompréhension soit de moins en moins assurée entre les deux langues qui portent, depuis longtemps, des noms (ethnonymes) différents, est un autre argument en faveur de la thèse de la dualité.

44S’agissant des emprunts du shimaore au kiswahili, il semble qu’ils soient davantage à chercher du côté du vocabulaire en provenance de l’anglais ou du portugais avec lesquels le kiswahili a un contact ancien sur le continent plutôt que du côté de l’arabe ou du français avec lesquels le shimaore est en contact direct depuis longtemps. L’étude ici esquissée doit être poursuivie et approfondie dans le cadre d’une recherche sociolinguistique en cours visant à comprendre ce qu’il reste de l’identité swahilie à Mayotte et dans l’ensemble de l’archipel des Comores à travers les langues qui s’y parlent. C’est la meilleure façon de découvrir, par ricochet, ce qui fait l’identité mahoraise d’aujourd’hui à travers son altérité culturelle et linguistique.

Notes

2 Je tiens à remercier très vivement le conseil général de Mayotte qui a financé mon séjour à Mamoudzou du 20 au 29 mars 2009 et le CNFPT (Centre national de la Fonction publique territoriale) qui m’a accueilli pour animer une session de formation des fonctionnaires de la territoriale (agents des bibliothèques publiques).

3 ANR-swahili, « Dimensions de l’objet swahili : textes et terrains », quadriennal 2007-2011.

4 Sur un aspect de l’histoire concernant le statut politique de Mayotte, lire notamment A. W. Mohamoud, 1981, Mayotte : le contentieux entre la France et les Comores, Paris, L’Harmattan ; J. Fasquel, 2000, Mayotte, les Comores et la France, Paris, L’Harmattan ; P. Caminade, 2004, Comores-Mayotte : une histoire néo-coloniale, Marseille, Agone.

5 Ces chiffres sont fournis par J. Leclerc, 2009, « Mayotte », dans L’aménagement linguistique dans le monde, Québec TLFQ, Université Laval (6 juin) : http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/afrique/mayotte.htm.

6 Sur le shimaore, lire M.-F. Rombi, 1983, Le Shimaore (île de Mayotte, Comores) : première approche d’un parler de la langue comorienne, Paris, SELAF ; S. Blanchy, 1987, L’Interprète. Dictionnaire mahorais-français et français-mahorais, Paris, L’Harmattan ; O. Maandhui, 1996, Parlons shimaore, Mamoudzou, Éditions du Baobab ; A. D. Cornice, 1999, Manuel grammatical de shimaore, Mamoudzou, association SHIME-Le shimaore méthodique ; C. B. A. Kordjee, M. Jaquin et al, 2006 [1999], Narifundrihe shimaore – Apprenons le shimaore, Mamoudzou, association SHIME-Le shimaore méthodique.

7 Sur les langues des Comores lire M. Ahmed-Chamanga, 1997, Dictionnaire français-comorien (dialecte shindzuani), Paris, L’Harmattan ; M. Lafon et J.-L. Sibertin-Blanc, 1975, Langues et contact des langues dans l’archipel des Comores, Paris, Inalco ; Cheikh Yahaya Moinaecha, 1992, Parler le comorien, Moroni, Impredoc ; A. Saleh, 1971, « Le swahili, langue véhiculaire de l’Afrique orientale et des Comores », Revue française d’études politiques africaines, no 70, p. 82-94.

8 M. Guthrie, 1948, The Classification of the Bantu Languages, Londres, Oxford University Press for the International Africain Institute; ainsi que son monumental, 1967-1971, Comparative Bantu, An Introduction to the Comparative Linguistics and Prehistory of the Bantu Languages, 4 vol. , Farnborough, Gregg.

9 Bushi signifie « Madagascar », Bushini « à Madagascar ».

10 Le texte de la charte peut être consulté sur http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/Europe/charte.htm.

11 Wazungu est le terme qui désigne en shimaore, comme en kiswahili, « les Européens, les Blancs » ; singulier : mzungu.

12 D. Barreteau, 2006, Premiers Résultats d’une enquête sociolinguistique auprès des élèves de CM2 de Mayotte, communication au colloque « Bilinguisme et interculturalité à Mayotte. Pour un aménagement du système éducatif », IFM de Dembéni, 20-23 mars, p. 7.

13 http://fr.wikipedia.org/wiki/Mayotte.

14 M.-F. Rombi et A. Pierre, 1991, « Réseaux linguistiques », dans F. Le Guennec-Coppens et C. Pat (dir.), Les Swahili entre Afrique et Arabie, Paris, Karthala, p. 16.

15 On retrouve le même système dans le groupe D 60 (D 61 kinyarwanda, D 62 kirundi et D 63 fuliiro, etc.), le groupe H 10 (H 11 beembe, H 12 vili, H 13 kunyi, H 16 kongo, etc.), le groupe L 10 (L 11 gipende, L 12 samba-holu, L 13 kwese, etc.), le groupe L 30 (L 31 luba-lulua, L 32 kanyoka, L 33 luba-katanga, L 34 hemba, L 35 sanga), le groupe P 30 (P 31 makua, P 32 lomwe, P 33 ngulu, P 34 cuabo), etc.

16 http://fr.wikipedia.org/wiki/shimaore.

17 Lien avec leur site : http://shime.free.fr/.

18 C. B. A. Kordjee, M. Jaquin et al, 2006, Apprenons le shimaore – Narifundrihe shimaore., Mamoudzou, association SHIME-Le shimaore méthodique, p. 6.

19 M.-F. Rombi, 1983, Le Shimaore (île de Mayotte, Comores) : première approche d’un parler de la langue comorienne, Paris, SELAF, p. 20.

20 Voir notamment ses articles : « Introduction à la dialectométrie synchronique » et « Les parlers bantous côtiers du Nord-Est », dans G. Guarisma, et Wilhelm J. G. Möhlig (dir. – 1986), La Méthode dialectométrique appliquée aux langues africaines, Berlin, Dietrich Reimer Verlag.

21 Voir leur article écrit en tandem : A. Pierre et M.-F. Rombi, 1982, « Les parlers comoriens, caractéristiques différentielles : position par rapport au swahili », dans id. (dir.), Études sur le Bantu oriental, langue des Comores, de Tanzanie, de Somalie et du Kenya, Paris, SELAF, p. 17-39.

22 Ibid., p. 20.

23 D. Barreteau, 2006, Premiers Résultats d’une enquête sociolinguistique auprès des élèves de CM2 de Mayotte, communication au colloque « Bilinguisme et interculturalité à Mayotte. Pour un aménagement du système éducatif », IFM de Dembéni, 20-23 mars.

24 Rappelons que si, géographiquement, Mayotte appartient à l’archipel des Comores, elle ne fait pas partie, politiquement, de l’État comorien, mais de la France puisqu’elle est une collectivité d’outre-mer et bientôt un département français d’outre-mer.

25 Pour la comparaison avec le kiswahili, il existe une abondante littérature scientifique. Je me suis servi essentiellement des ouvrages suivants : P. M. Wilson, 1977, Le Swahili simplifié, Nairobi, Kenya Literature Bureau ; B. Kajiga, 1975, Dictionnaire de la langue swahili, Goma, Librairie Les Volcans ; A. Lenselaer, 1983, Dictionnaire swahili-français, Paris, Karthala ; A. Haddad, 2006, Dictionnaire lexicologique swahilo-arabe. Étude sémantique des mots swahili d’origine arabe, Beyrouth, Al-Biruni.

26 Ces critères sont bien exposés dans A. Pierre, 1968, « Le bantu et ses limites », dans A. Martinet (dir.) Le Langage, Paris, L’encyclopédie de la Pléiade, p. 1388-1413.

27 On rencontre ce système à cinq voyelles dans d’autres langues comme le kinyarwanda (D 61), le kikongo (H 16), le cokwe (K 11), le gipende (L 11), etc.

28 Sur ces aspects je renvoie à M.-F. Rombi, op. cit.

29 http://fr.wikipedia.org/wiki/Mahorais.

30 http://ylangue.free.fr/chap_ooo.htm.

31 Rappelons ici l’excellent ouvrage de G. Guarisma et Wilhelm J. G. Möhlig (dir. - 1986), La Méthode dialectométrique appliquée aux langues africaines, Berlin, Dietrich Reimer Verlag.

32 Voir M. Guthrie, 1967-1971, Comparative Bantu, An Introduction to the Comparative Linguistics and Prehistory of the Bantu Languages, 4 vol., Farnborough, Gregg ; A. E. Meeussen, 1980 [1967], Bantu Lexical Reconstructions, Tervuren, Musée royal de l’Afrique centrale ; et « Bantu Grammatical Reconstructions », Annales du Musée royal de l’Afrique centrale, no 61, p. 81-121 ; D. Nurse et G. Philippson (dir. – 2003) The Bantu Languages, Londres-New-York, Routledge.

33 M. Ngalasso-Mwatha, 1981, « Structure du lexique pende. Éléments d’emprunt aux langues romanes », La linguistique, no 17-2, p. 53-78.

34 M.-F. Rombi, op. cit.

Auteur

Université Michel-de-Montaigne (Bordeaux 3), directeur du CELFA.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540