Version classiqueVersion mobile

Plurilinguisme, politique linguistique et éducation

 | 
Foued Laroussi
, 
Fabien Liénard

Ire partie. La situation linguistique de Mayotte

La diversité des langues à Mayotte et les problèmes scolaires consécutifs

Haladi Madi

Texte intégral

INTRODUCTION

1Vu sa position géographique, Mayotte a été pendant plusieurs siècles un point de rencontre de plusieurs ethnies différentes. Elle présente aujourd’hui un éventail culturel et linguistique. C’est donc un pays doté d’une population multiethnique, multiculturelle et multilinguistique. Dans ce contexte est instauré un système éducatif importé qui ignore totalement cette réalité.

2Depuis son installation en 1864, ce système éducatif laïc tente en vain d’imposer le monolinguisme français. Pourtant, il existe dans l’île d’autres langues, plus particulièrement le shimaore et le kibushi. Cette politique éducative contribue à l’échec scolaire de nos enfants mais aussi à l’affaiblissement mutuel de nos langues et de nos cultures. Mayotte, gratifiée d’une population jeune, doit pouvoir miser, pour son développement, sur son potentiel éducatif. De ce fait, ce système éducatif est appelé à innover afin de créer les conditions indispensables pour la réussite de la jeunesse mahoraise. Il doit donc commencer à s’interroger sur le rôle et le sort qu’on peut réserver au shimaore et au kibushi dans le système éducatif de l’île. C’est pourquoi, notre étude aura pour premier objectif de faire l’état de la question, c’est-à-dire le constat. En second lieu, nous allons analyser la situation tout en proposant des solutions et, enfin, en troisième position nous parlerons de la revalorisation des langues mahoraises.

Constat

Éléments statistiques, sociolinguistiques, pédagogiques et psychologiques

Éléments statistiques

  • 2 En 1864, Mayotte était peu peuplée, il y avait donc peu de locuteurs. En 2010, Mayotte est très pe (...)
  • 3 Nous ne disposons pas des chiffres en pourcentage car le vice-rectorat de Mayotte refuse de les co (...)

3La situation du français à Mayotte en 2010 ne diffère pas de celle qu’il avait en 18642. Le français est toujours très peu parlé. Pourtant, l’île est française depuis 1841. Plusieurs raisons sont avancées pour justifier cette conjoncture. Mais celle qui nous semble la plus valable est le fait de considérer la langue française à Mayotte comme une langue maternelle et de l’enseigner comme telle dans les écoles laïques. En effet, depuis l’instauration des infrastructures scolaires à Mayotte, le français est toujours enseigné avec des méthodes calquées sur celles qui sont en usage en Métropole, alors que le contexte et le public ne sont pas les mêmes. Ce mimétisme méthodique qui est une politique assimilationniste du service éducatif de l’état, ne favorise pas l’expansion du français dans l’île et entraîne pas mal d’élèves dans une situation d’échec scolaire3. Des jeunes qui sombrent plus tard dans l’illettrisme.

4Ceci n’accommode pas les tâches de ceux qui œuvrent pour la lutte contre « l’analphabétisme en écriture latine ». En effet, la non-maîtrise du français par les Mahorais est un handicap majeur à la formation, à la qualification des jeunes mais aussi des adultes analphabètes cherchant à s’insérer professionnellement. En d’autres termes, la non maîtrise du français par les Mahorais pose de sérieuses difficultés à l’insertion professionnelle et sociale à Mayotte. Une tranche importante de la population est concernée par « l’analphabétisme en écriture latine ». De ce fait, elle ne participe pas à l’action du développement. En un mot, des talents dorment à cause de la barrière linguistique. Pourtant, cette population possède des langues maternelles qu’on peut mettre en valeur et utiliser pour l’insertion et la promotion sociale. Pourquoi s’obstiner à vouloir à tout prix alphabétiser en français alors qu’il existe d’autres possibilités qui peuvent permettre d’atteindre les mêmes objectifs ? N’oublions pas qu’il est beaucoup plus facile d’apprendre à lire et à écrire dans sa propre langue que dans une langue étrangère ! Le français est une langue étrangère à Mayotte, qu’on le veuille ou non, et doit être enseigné comme telle.

Éléments sociolinguistiques

5Les enquêtes et recherches sociolinguistiques menées à Mayotte ont révélé que l’une des principales causes de la non francophonie de l’île est une réticence psychologique de nombreux Mahorais face à la langue française. Cette réticence est consécutive à la place réservée à la culture mahoraise dans le système éducatif et dans la vie actuelle à Mayotte.

6Mayotte se développera harmonieusement si on arrive à établir dans cette région du monde un trilinguisme équilibré. Alors que l’absence totale d’une pédagogie adaptée à des situations où le français n’est pas la langue maternelle des gens enseignés dans le système éducatif de Mayotte n’arrange pas les choses. Donc, il est absolument nécessaire de valoriser les langues locales au même titre que le système écologique et les insérer dans le monde éducatif. Je pense qu’on pourrait mieux cultiver l’intelligence des élèves et atteindre plus sûrement le but de leur instruction si on commençait par l’étude de leur langue maternelle. En effet, une bonne maîtrise des Mahorais de leur propres langues aura pour conséquence une bonne maîtrise d’une langue seconde, en l’occurrence le français. Alors que la maîtrise de la langue de Molière est la clé de la réussite scolaire, mais aussi un enjeu fondamental pour le développement de notre île. Donc, nous ne pouvons pas laisser continuer une coexistence anarchique des langues de notre pays car la coexistence anarchique des langues amène leur affaiblissement mutuel.

Éléments pédagogiques

7Si nous observons la population scolaire à Mayotte, on s’aperçoit qu’elle se divise en trois catégories : une francophone, une shimaorephone et une autre kibushiphone.

8Ces trois catégories ne sont pas traitées de la même manière dans l’institution scolaire. La première catégorie est en fait favorisée par rapport aux deux autres. Elle bénéficie de ce qu’on appelle en pédagogie la continuité éducative et culturelle. Les deux autres subissent une rupture éducative et culturelle comme nous pouvons le constater dans les schémas suivants :

9Pour l’enfant francophone, il y a continuité éducative. La pédagogie scolaire poursuit et affine les acquis du milieu familial, l’enfant est entraîné à une maîtrise de plus en plus performante du français. Alors que pour l’enfant shimaorephone et kibushiphone, il y a d’abord rupture dans le processus d’acquisition de la langue maternelle. À quel stade l’enfant se trouve-t-il de son développement langagier en shimaore ou en kibushi ? L’institution scolaire à Mayotte ne cherche pas à le savoir.

10Nous constatons bien là qu’il y a inadaptation des méthodes d’acquisition du français : d’une part parce que l’enfant shimaorephone ou kibushiphone est placé sur la même ligne de départ que son homologue francophone qui a pourtant une longueur d’avance s’agissant des acquis primitifs dans la langue maternelle française.

Éléments psychologiques

11À Mayotte, le refus de l’école de baser sa pédagogie sur la réalité de l’enfant shimaorephone ou kibushiphone, à savoir partir de son vécu culturel et linguistique, conduit celui-ci à développer un processus de bilingualité soustractif (voir Hamers et Blanc, qui désignent sous le terme de bilingualité, l’état psychologique d’accessibilité à deux codes linguistiques et à leurs corrélats langagiers). Ainsi, la forme soustractive de bilingualité se constitue généralement dans une situation de diglossie c’est-à-dire lorsqu’une communauté rejette ses propres valeurs au profit d’une langue et d’une culture plus prestigieuses : la compétence langagière en langue maternelle en est affectée, et l’élève n’atteindra jamais en langue seconde le degré de compétence qu’il aurait atteint dans un contexte de bilinguisme additif.

12La communauté mahoraise ne rejette pas ses propres valeurs. Mais on contraint, par le biais de l’institution scolaire, les enfants de cette communauté à rejeter leurs propres valeurs en refusant de pratiquer une pédagogie intégrée des langues et cultures mahoraises.

13Les constatations que nous venons de faire appellent, de la part de l’institution scolaire, à une réflexion sérieuse quant aux conditions de réussite qu’elle offre aux jeunes enfants shimaorephone et kibushiphone.

Analyse de la situation et propositions

Le français et les langues mahoraises

14L’actuelle situation linguistique de Mayotte est complexe et présente un caractère particulier. Toutes les langues qui y sont présentes n’ont pas le même statut. Donc, on est dans une situation de diglossie. Et la diglossie se situe à plusieurs niveaux.

Le français

15Le français, depuis son introduction dans l’île, bénéficie d’un statut privilégié. Il est la langue de l’administration et de l’enseignement laïc, même s’il est très peu parlé par les Mahorais. Mayotte, comme la plupart des États africains francophones, s’est donc retrouvée, malgré elle, avec le français comme seule langue officielle. Cette décision n’a encore jamais été remise en question. Je pense qu’en l’état actuel des choses, il n’est même pas envisageable de la reconsidérer. Pourtant, la situation linguistique de Mayotte est en pleine évolution pour les raisons suivantes :

  • malgré l’expansion démographique et le taux de scolarisation en constante progression, les langues mahoraises restent largement les langues de la communication quotidienne ;
  • une seconde raison a été mise en relief par les nombreuses enquêtes menées à l’intérieur du pays sur les langues mahoraises, qui ont permis de rendre compte de la progression très nette du shimaore et du kibushi, devenus des langues véhiculaires parlées et comprises par plus de 95 % de la population.

16Ces deux raisons démontrent bien que quels que soient les efforts entrepris au niveau de l’éducation, le français ne sera jamais à Mayotte une langue de communication. D’ailleurs, d’autres enquêtes menées dans notre île ont permis de dégager les motivations qui poussent les Mahorais à continuer d’apprendre le français. Celles-ci sont, pour la plupart, extralinguistiques. On apprend le français quand on est Mahorais parce que c’est encore le seul moyen de se faire une place dans le système. On apprend le français parce qu’on ne voit pas comment faire autrement si l’on veut réussir. On apprend le français parce que ni le shimaore ni le kibushi ni aucune des autres langues mahoraises ne permet d’accéder au pouvoir. On apprend le français pour que le secret de mon corps ne soit pas connu par un tiers chez le médecin, etc.

17Nous voyons bien dans ces motivations que les Mahorais apprennent le français non pas pour communiquer mais dans un but précis. C’est pourquoi, je pense que le français ne sera jamais une langue de communication à Mayotte malgré les efforts financiers de l’État. Là, au moins, les choses sont claires car nous avons une nouvelle définition du rôle du français à Mayotte. Il faudrait donc changer de politique en valorisant les langues et la culture régionales. Il faudrait aussi penser à modifier les méthodes d’enseignement à Mayotte puisque le français n’est pas une langue de communication mais une langue étrangère dont les Mahorais usent dans des circonstances bien définies.

Les langues mahoraises

18Mayotte jouit d’une situation linguistique privilégiée. Le multilinguisme mahorais n’impose pas le français comme c’est le cas dans certains pays francophones, comme une langue de communication locale. En effet, ce multilinguisme est le plus simple possible puisqu’il y a une intercompréhension parfaite entre les différents locuteurs des différentes langues présentes dans l’île. En réalité, une langue prédomine dans l’île de Mayotte, on pourrait même dire qu’on est presque dans une situation de monolinguisme. C’est pourquoi certains intellectuels mahorais bienveillants s’accordent pour dénoncer cette situation paradoxale. Ils militent pour que les langues mahoraises soient introduites dans les programmes officiels de nos écoles. Ils bénéficient pour cela de l’appui des spécialistes de la pédagogie d’aujourd’hui qui ne cessent d’affirmer, c’est maintenant une évidence, que le développement intellectuel et affectif de l’enfant mahorais ne pourrait être que facilité par l’apprentissage des mécanismes de base, comme la lecture et l’écriture, en langue maternelle.

19Un autre facteur milite en faveur des langues mahoraises et plus particulièrement le shimaore. Nous faisons allusion aux immenses progrès qui ont été réalisés ces derniers temps dans le domaine de la recherche linguistique. Les systèmes de la principale langue parlée à Mayotte sont maintenant bien connus (grâce à deux thèses : celle de M.-F. Rombi [1983], intitulée Le shimaoré (île de Mayotte, Comores), première approche d’un parler de la langue comorienne et celle de M. Haladi [2005], Contribution à l’élaboration d’une description de référence) et l’on peut envisager avec réalisme la possibilité d’élaborer des manuels d’enseignement dans cette langue et, j’insiste, cela ne doit pas être uniquement dans cette langue ; il doit être élargi sur le kibushi. Les expérimentations actuelles menées au niveau des associations pourraient le laisser croire. Cet apport non négligeable de la linguistique s’est traduit par une délibération du conseil général portant sur la fixation de l’alphabet standard du shimaore. Des travaux sur le découpage des mots, c’est à dire sur la fixation d’une orthographe en shimaore sont en cours.

20On assiste donc à une convergence de facteurs d’ordre sociolinguistique, politique et linguistique qui modifient la situation des années précédentes. Donc, la méconnaissance des structures des langues mahoraises et l’absence des documents pédagogiques ne peuvent plus être la seule justification de l’utilisation unique de la langue française dans l’éducation.

21Pour clore cette partie, je dirai qu’il convient pour notre collectivité de définir une politique linguistique clairvoyante et à long terme, qui permettrait aux Mahorais de conserver et de valoriser l’utilisation de leurs langues maternelles pour un meilleur développement culturel, intellectuel et même technique, tout en réservant au français un statut particulier, celui d’une langue de communication internationale dont chaque pays historiquement francophone a besoin.

La revalorisation des langues mahoraises

22Il est nécessaire, en tout premier lieu, que les Mahorais fassent réellement confiance à la promotion possible de leurs langues maternelles. Les intellectuels, les membres de l’élite bourgeoise de l’île, doivent être les premiers à envoyer leurs enfants à l’école shimaorephone et kibushiphone.

23Dans le système éducatif instauré à Mayotte par la France, il a toujours existé un fossé assez énorme entre l’école et le milieu familial traditionnel. Ce fossé va devenir encore plus profond si l’enfant mahorais continue d’être coupé de son univers culturel par des barrières linguistiques, parce que le décalage entre le modèle de société moderne qu’on lui propose et celui de son univers traditionnel ne cesse de croître. Ces mesures doivent êtres prises dans plusieurs domaines.

Dans le domaine scolaire

24Les langues mahoraises doivent être introduites dans les écoles surtout dans l’enseignement préscolaire pour mieux asseoir l’apprentissage des mécanismes de base (la lecture et l’écriture) et réduire le fossé entre l’école et le milieu familial. D’ailleurs, l’enseignement préscolaire doit être mené intégralement en langues mahoraises.

Dans le domaine de l’alphabétisation

25Ce champ d’action est à mon avis très mal exploité. Les adultes à alphabétiser sont des gens qui ont des acquis linguistiques. Pourquoi ne pas se servir de leurs acquis linguistiques en les consolidant pour déboucher après au français ?

26La création des centres spécialisés, destinés à alphabétiser des paysans, des pêcheurs et des ouvriers dans leurs langues maternelles, doit leur permettre, s’ils en ressentent le besoin, de continuer par la suite à se perfectionner en ayant recours naturellement, si on leur en fournit les moyens, à la langue française.

Dans le domaine de la diffusion du shimaore ou du kibushi

27L’expérience a montré que de nombreux fonctionnaires et techniciens métropolitains gênés par leur incompétence en shimaore et kibushi se tournent vers la direction départementale des affaires culturelles du conseil général et d’autres structures associatives pour essayer de s’initier dans nos langues. Cela a permis l’élaboration d’une première méthode d’apprentissage de la langue mahoraise même si elle comporte encore plusieurs imperfections. Ces actions doivent être encouragées et élargies dans l’île.

Dans le domaine de l’édition

28La politique de revalorisation des langues mahoraises doit comprendre la publication du plus grand nombre possible d’ouvrages dans ces langues (poésies, romans, contes, journaux, dictionnaires, pièces de théâtres, berceuses, proverbes, devinettes, revues, etc.)

29Le problème de la promotion des langues mahoraises n’est pas sans inquiéter les autorités politiques de notre île. On le comprend aisément. Mais nous les rassurons en leur disant qu’une politique de cette envergure, si elle est bien conduite, ne risque pas de donner naissance à des problèmes comparables à ceux connu par Madagascar, le Zaïre ou le Cameroun. C’est justement parce que nous avons vu ce qui s’est passé dans ces pays que nous saurons comment faire pour éviter de tomber dans les mêmes erreurs.

30Si une telle politique est acceptée, nous tenons à le dire, la promotion des langues mahoraises ne doit pas être limitée ni dans l’espace ni dans le temps. Que cela veut-il dire ? Tout simplement qu’il ne faut pas délibérément et indéfiniment, parce que nous l’avons suggéré ci-dessus, maintenir ces langues dans le ghetto des trois premières années de pré-scolarisation et d’alphabétisation. Ceci doit être une première phase. En effet, c’est dans ces deux domaines que ces langues doivent, pour l’instant, jouer un rôle qu’elles sont les seules à pouvoir assumer.

31Le développement des langues mahoraises ne menace en rien, à Mayotte, l’expansion de la langue française. Celle-ci conservera toujours son statut de langue administrative et de communication internationale. Ce que nous suggérons ici, c’est de donner au français sa véritable place à l’école : celle d’une langue étrangère. Il faut absolument sortir l’enseignement du français à Mayotte de son paradoxe ombilical. C’est-à-dire cesser d’enseigner le français comme une langue maternelle. Il faut rendre au français la place qui est la sienne dans l’enseignement en le considérant réellement comme une langue étrangère, véhicule d’une culture et d’une civilisation étrangères.

CONCLUSION

32En guise de conclusion, je dirai que « toute langue véhicule une civilisation donnée, je pense donc qu’aussi longtemps que nous, Mahorais, continuerons à apprendre à nos enfants une langue étrangère quelle qu’elle soit, sans leur enseigner au préalable leurs langues maternelles, notre peuple sera aliéné ». Il est donc impératif que les langues mahoraises ne soient pas interdites de séjour dans les programmes scolaires.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Amsene J.-L., 2001, Vers un multiculturalisme français : l’empire de la coutume, Paris, Champs Flammarion, éd. revue et augmentée [1re éd. Aubier, 1996].

Azema M. et Rattier E., 1973, Cultures et langues maternelles à l’école, vers une pratique pédagogique intégrée des langues et cultures guyanaises, Cayenne, CRDP des Antilles Guyane, CDDP (973).

Haladi M., 2005, Contribution à l’élaboration d’une description de référence, université Lumière de Lyon II.

Laroussi F., 2009a, Mayotte, une île plurilingue en mutation, Mamoudzou, Éditions du Baobab.

Mollard C, 1999, L’Ingénierie culturelle, Paris, PUF, « Que sais-je ? », Paris.

Moulinier P., 1999, Les Politiques publiques de la culture en France, Paris, PUF, « Que sais-je ? », Paris.

—, 2002, Politique culturelle et décentralisation, Paris, L’Harmattan.

Rombi M.-F., 1983, Le Shimaoré (île de Mayotte, Comores), première approche d’un parler de la langue comorienne, Paris, SELAF.

Soibahaddine L, 2002, « Société et interculturalité à Mayotte », dans R. Lucas (dir.), Sociétés plurielles dans l’océan Indien, Enjeux culturels et scientifiques, Karthala-Paris, université de La Réunion, p. 85-105.

Urfalino P., 1996, L’Invention de la politique culturelle, Paris, La Documentation française.

Walter H., 2003, Le Français dans tous les sens, Paris, Robert Laffont.

Notes

2 En 1864, Mayotte était peu peuplée, il y avait donc peu de locuteurs. En 2010, Mayotte est très peuplée mais très peu de gens parlent le français. Donc, la situation pour le français est la même qu’en 1864.

3 Nous ne disposons pas des chiffres en pourcentage car le vice-rectorat de Mayotte refuse de les communiquer. Nous en ignorons le pourquoi. Nous sommes sûr d’une chose : le taux d’échec scolaire à Mayotte reste important.

Auteur

Docteur en sciences du langage et attaché territorial du conseil général de Mayotte.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search