Version classiqueVersion mobile

Plurilinguisme, politique linguistique et éducation

 | 
Foued Laroussi
, 
Fabien Liénard

Ire partie. La situation linguistique de Mayotte

Le SMS à Mayotte

Le cas d’un écrit ordinaire et quotidien favorisant la pratique des langues

Fabien Liénard

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 2 Nous citons simplement F. Laroussi sur ce point. Il explique que Mayotte compte deux langues princ (...)

1Cet article propose un regard sur les pratiques scripturales électroniques à Mayotte. Les différentes recherches conduites depuis une dizaine d’années démontrent en effet qu’elles favorisent souvent les pratiques d’écriture des langues. Les scripteurs en situation de plurilinguisme tendent ainsi vers la rencontre des différentes langues qu’ils pratiquent très largement et ce, quel que soit leur degré d’expertises et de compétences vis-à-vis d’elles. Si les contacts de langues sont un phénomène avant tout oral et étudié comme tel, les technologies de l’information et de la communication (désormais TIC) et les usages qui les accompagnent rendent possibles des contacts de langues écrits et réguliers. Qu’en est-il pour Mayotte, île plurilingue par excellence2 ? Pour tenter de répondre à cette question, nous procéderons à un état des lieux des TIC à Mayotte, malgré le nombre très faible de données dont nous disposons comparativement à la Métropole, ou même à d’autres îles françaises. Cela nous conduira à nous focaliser sur la pratique d’écriture électronique qui nous intéresse à savoir le SMS. Le principe même de la communication médiée par téléphone (désormais CMT), subissant des contraintes de natures diverses, est caractérisable et caractérisé. Nous passerons donc en revue les typologies (des procédés scripturaux) existantes afin de produire ensuite une analyse du corpus de SMS recueillis à Mayotte. Celle-ci reposera en partie sur la typologie que nous présentons depuis un moment déjà mais aussi sur ce que d’autres chercheurs ont dit de la pratique SMS à Mayotte.

État des lieux des TIC à Mayotte

2Même si cet article se propose d’observer les pratiques relatives au SMS et donc à la CMT, nous ne pouvons faire l’économie ici d’un état des lieux plus large intégrant la communication médiée par ordinateur (désormais CMO). Pourquoi ? Parce que la CMO et la CMT sont constitutives de la performance électronique, du savoir numérique qui permet d’appréhender et d’utiliser la/les langue(s) en fonction du mode communicationnel sollicité : ils sont une étape indispensable à la production d’une « littératie numérique » (Gerbault, 2011). Dès lors, les Mahorais se trouvent-ils donc dans un même rapport aux TIC que leurs concitoyens en Métropole ?

CMO et accès à Internet

  • 3 Source : recensement INSEE 2007.

3Les spécificités socio-économique et géographique de Mayotte font que la comparaison avec la Métropole est effectivement difficile. Première donnée, le taux d’équipement en ordinateur à Mayotte était de 7,4 % en 2002 et de 17,2 % en 20073. La progression sur cinq ans est modeste et ce chiffre faible d’autant plus lorsque nous constatons qu’il est, à la même date (en 2007), de 38,6 % à La Réunion et de 5 5,7 % en Métropole. Même si des lieux privés (les entreprises), des lieux publics (les écoles notamment) et quelques web-cafés permettent à la population d’utiliser l’ordinateur, les manques sont considérables à ce niveau. S’il est toutefois possible d’utiliser un ordinateur, est-il possible de se connecter à Internet ?

  • 4 Akamai est une société de gestion des performances des applications web, des services de streaming(...)
  • 5 Consultable à l’adresse suivante :
    http://www.pcinpact.com/actu/news/55223-debits-internet-coree-du (...)
  • 6 20 gigabits représentent 20 000 000 kilobits (approximativement) ce qui signifie que la connexion (...)
  • 7 Source : ARCEP.

4Une récente étude de la société Akamai4, synthétisée et publiée sur le site pcin-pact5, classe Mayotte dernière mondiale en termes d’accessibilité à Internet. Elle est le lieu où la vitesse de connexion est la plus lente au monde avec un débit moyen de 43 kilobits/seconde ! À titre indicatif, et pour prendre conscience de l’énormité de ce chiffre, le débit moyen mondial est de 1,7 mégabits par seconde soit presque 40 000 fois plus qu’à Mayotte ! À titre indicatif encore, le débit minimum pour commencer à parler de haut débit est de 512 kilobits par seconde. L’affichage d’une simple page Internet peut ainsi prendre plusieurs minutes… ou ne jamais se réaliser. Cette incroyable réalité fait dire aux Mahorais qu’ils sont malheureusement en très bas débit. Mais cela devrait évoluer rapidement. En effet, le haut débit est annoncé pour la fin 2011 et fait suite aux travaux engagés depuis avril 2010. Ils doivent permettre de relier Madagascar à Mayotte par un câble sous-marin (dénommé Lion II) passant déjà par La Réunion et Maurice. Le promoteur (Orange et quelques partenaires) affirme que cette liaison par fibre optique permettra d’offrir jusqu’à 1,3 terabits par seconde de vitesse de connexion tout en reconnaissant qu’elle avoisinera plus les 20 gigabits par seconde6. Une vraie révolution donc qui devrait permettre aux 15 000 foyers mahorais7 disposant d’une ligne téléphonique fixe supportant le haut débit de naviguer confortablement sur Internet… pour peu qu’ils disposent d’un ordinateur et d’un abonnement. Au-delà, l’arrivée du haut débit doit permettre aussi le développement du wi-fi et donc favoriser les usages électroniques de toutes sortes (en CMO comme en CMT) en attendant une 3G efficiente.

CMT et taux d’équipement

  • 8 Le prépayé signifie que l’utilisateur achètera une carte de recharge chaque fois qu’il aura consom (...)
  • 9 Ce type de forfait est relativement nouveau dans cette zone puisque c’est en novembre 2007 qu’il a (...)
  • 10 Plus 25 milliards de SMS ont été envoyés sur la même période en Métropole (hors DOM-TOM).

5Selon l’autorité de régulation des communications électroniques et des postes (désormais ARCEP), la zone Réunion-Mayotte comptait plus d’un million de téléphones mobiles actifs (1,077 million pour être précis) en 2010. Sur ce total, 52 % des téléphones fonctionnent à l’aide de forfaits postpayés contre 48 % en prépayés8. Cette précision a son importance car les forfaits postpayés intègrent le plus souvent, en plus d’un nombre de minutes de communication orale, un accès SMS illimités9. Ce n’est pas le cas en prépayé. Or, nous découvrons, toujours grâce à l’ARCEP, que si le taux d’équipement en téléphonie mobile à Mayotte est de 97 % (toujours en 2010), ce parc de téléphones repose à 70 % sur la logique du prépayé. Ces habitudes de consommation font que, dans leur grande majorité, les Mahorais paient à l’unité les SMS qu’ils envoient. Cela explique sans doute que les chiffres relatifs au nombre de SMS envoyés par téléphone actif dans cette zone soient, avant tout, du fait de La Réunion. La zone Réunion-Mayotte consomme ainsi plus de SMS mensuellement que la Métropole. Sur le mois de septembre 2010, 160 SMS/téléphone actif ont été envoyés dans cette zone contre « seulement » 139 en Métropole. Cela représente pour cette zone, à la même date et cumulés sur l’année 2010, plus 1,2 milliard de SMS10. La pratique scripturale électronique est donc largement répandue (malgré ce que nous disions supra) et coexiste avec un usage plus classique : la voix. Et la CMT à Mayotte se limite, généralement, à ces deux usages.

  • 11 http://www.arcep.fr/uploads/tx_gspublication/consult-umts-900-dom-juil10.pdf, p. 6.
  • 12 http://www.arcep.fr/uploads/tx_gspublication/consult-umts-dom-maio7.pdf, p. 17

6En effet, comme pour le haut débit Internet, Mayotte est confrontée à un déficit technologique et si les téléphones mobiles 2G fonctionnent pleinement, la 3G est loin d’être une réalité. La réflexion a pourtant débuté en 2002 si bien que la 3G était annoncée sur l’île pour la fin 2008. Une nouvelle consultation publique de l’ARCEP est lancée en juillet 2010. Elle permet d’annoncer que le processus engagé sous son égide « a ainsi permis le lancement de la troisième génération de réseau mobiles (UMTS) outre-mer, afin de faire bénéficier les consommateurs ultra-marins de cette nouvelle génération de systèmes de communications mobiles, au même titre qu’en Métropole11 ». L’ARCEP, lors de la précédente consultation, avait en effet rappelé les obligations faites aux opérateurs intéressés : couvrir 90 % de la population d’ici 2013 ; « Assurer le service téléphonique, l’accès à internet, la transmission de données à 384 kbps au moins et, si la norme le permet, la géo localisation12. » En fait, si les trois opérateurs de la zone (à savoir Orange Réunion, SFR et Outremer Télécom) sont autorisés depuis 2008 à utiliser la bande 2,1 gigahertz nécessaire au déploiement de la 3G, les coûts financiers, les obligations qui leur sont faites et les habitudes de consommation évoquées supra font qu’ils sont clairement réticents. Nous découvrons ainsi, en annexe de la dernière consultation publique de l’Arcep, qu’aucun des trois opérateurs ne s’est positionné (ou s’est vu attribué) une bande 2,1 gigahertz. Cela n’empêchera pas les Mahorais d’utiliser certains avantages de la 3G, mais cela rendra impossible des usages comparables à ceux des autres départements et collectivités d’outre-mer ou à ceux de la Métropole. L’internet mobile par exemple est illusoire pour le moment.

Synthèse

7Si une partie du chemin conduisant à une utilisation pleine des TIC à Mayotte a été parcourue, il reste encore beaucoup à faire pour que les pratiques communicationnelles électroniques se développent (tant du point de vue de la CMO que de la CMT). L’arrivée du haut débit changera la vie et les habitudes numériques des Mahorais et développera sans doute le marché insulaire. Nous pouvons en effet supposer que le faible taux d’équipement en ordinateurs notamment s’explique par la quasi-impossibilité de se connecter à Internet. Une vitesse de connexion élevée et une fiabilité renforcée changeront peut-être la donne et aideront l’île à combattre son isolement numérique. Nul doute que cela aura des répercussions à de nombreux niveaux de la société mahoraise. Cela vaudra aussi pour la CMT, même si l’étape importante (pour un développement des pratiques électroniques toujours) réside dans la transformation des offres de téléphonie mobile. Les opérateurs ont donc un rôle majeur à jouer, tout comme la jeune génération qui est souvent friande de ces petits messages électroniques qu’il est possible d’envoyer à qui l’on veut où que l’on soit et quand on le souhaite…

Le SMS : une pratique répandue

8Personne n’avait prédit aux SMS un tel succès mondial. Ces petits messages participent largement à la réussite de la téléphonie mobile et ils représentent aujourd’hui un outil de communication essentiel et quotidien pour un grand nombre d’hommes et de femmes. Pourquoi séduisent-ils autant les utilisateurs ? Les explications sont nombreuses et, au-delà de sa dimension pratique, économique et intimiste (que nous évoquerons ponctuellement), nous préférons, dans cet article, insister sur la dimension ludique (et identitaire) via les spécificités scripturales de la pratique qui permettent aux utilisateurs, aux scripteurs de s’emparer pleinement de la démarche d’écriture.

Spécificités de la pratique scripturale SMS

  • 13 Les scripteurs ont rarement « le temps » de la rédaction qui se fait couramment dans un lieu peu p (...)
  • 14 L’écran et le clavier sont les deux contraintes techniques principales.

9La pratique scripturale électronique SMS conduit tous les utilisateurs à jouer avec la langue et/ou à l’altérer. Les raisons en sont simples et ont été explicitées à de nombreuses reprises. Elles résident principalement dans une gestion des contraintes temporelles13, techniques14 et financières. Ces deux dernières contraintes tendent à disparaître puisque les acteurs du domaine (constructeurs de terminaux et opérateurs de téléphonie mobile) font les efforts nécessaires à leur atténuation : l’ergonomie des téléphones croît pendant que les forfaits SMS illimités se généralisent malgré ce que nous avons expliqué concernant Mayotte. Dès lors, la logique d’économie du nombre de caractères saisi dans un même SMS n’a plus de raison d’être puisque la facture ne s’alourdit pas si le scripteur dépasse les, autrefois fatidiques, 160 caractères. De plus en plus d’informateurs, parmi les plus importants consommateurs de SMS (la fameuse génération Messenger que nous avons décrite par ailleurs : Jacob et Liénard, 2009), reconnaissent recourir à l’écriture intuitive : la saisie à l’aide de la T9 qui permet de ne saisir que les premières lettres d’un mot que le programme intégré au téléphone se charge ensuite de proposer laissant le choix final, parmi une liste réduite de mots, au scripteur. Tout cela aura sans doute une incidence sur l’écriture électronique SMS dans les années à venir. Nous assisterons peut-être à une évolution de la pratique même si les dimensions ludiques et identitaires interviennent aussi dans la manière qu’ont certains scripteurs d’altérer la langue. Ces précautions et avertissements pris, nous poursuivons en remarquant que l’écriture SMS se caractérise formellement.

  • 15 Les ouvrages ou les articles dans lesquels ces typologies figurent sont référencés en bibliographi (...)
  • 16 Nous ne définissons pas tous les procédés et renvoyons aux articles en questions, sauf pour R. Pan (...)

10Plusieurs chercheurs ont proposé des typologies visant à décrire les procédés scripturaux couramment utilisés dans ce cadre. R. Panckhurst, dans un article récent (2009), fait la synthèse de ces typologies avant d’en proposer une à son tour. Cette synthèse pertinente permet d’identifier cinq typologies15 que nous relatons maintenant à travers le tableau suivant16 :

  • 17 Trois types de substitutions phonétisées selon l’auteur qui correspondent globalement aux notation (...)
  • 18 Par substitutions graphiques, R. Panckhurst entend ce que nous désignons élisions d’éléments sémio (...)
  • 19 Les troncations (par apocope, aphérèse), les sigles et les acronymes sont des Réductions phonétisé (...)
  • 20 Les réductions graphiques, catégorie dans laquelle les troncations ne figurent pas, regroupent les (...)
  • 21 Les suppressions graphiques correspondent à ce que nous dénommons Elisions d’éléments sémiologique (...)
  • 22 La catégorie Augmentation regroupe enfin les émoticones, les répétitions de graphèmes (ponctuation (...)

Note 1717
Note 1818
Note 1919
Note 2020
Note 2121
Note 2222

  • 23 Ces déictiques prennent la forme de pronoms personnels : 1re et 2e personne du singulier généralem (...)
  • 24 Au détriment des verbes et surtout des adjectifs et des adverbes.

11J. Anis, qui propose la typologie la plus dense, sémiolinguiste qu’il était, précise par ailleurs que l’écriture SMS se caractérise par une hétérogénéité scripturale (dans le sens où les scripteurs combinent bien souvent plusieurs procédés), une certaine polysémie (une même graphie peut référer à plusieurs signes et le récepteur décodera, construira le sens en contexte) et une courante variation (un même signe peut se « graphier » de nombreuses manières différentes). À ces précisions très importantes qui ne transparaissent pas dans les typologies successives, R. Panckhurst (2009, p. 38) ajoute un certain nombre de caractéristiques syntaxiques que nous validons bien évidemment. Elle explique que l’écriture SMS s’organise le plus souvent autour de l’utilisation du présent de l’indicatif, de déictiques23 et du recours aux formes nominales24. Elle s’appuie, pour formuler ces remarques, sur une étude diachronique de l’écriture électronique, tous genres communicationnels confondus. C. Fairon et al. complètent en intégrant deux aspects tout autant intéressants qu’ils dénomment discours (qui correspond à ces réponses en rafale si courantes qui font suite à des questions multiples) et variété des formes. Ce dernier fait référence à la richesse et à la créativité lexicales omniprésentes dans ce type d’écriture conduisant à une confusion des genres que personne n’a encore « élucidée ».

  • 25 A. Cougnon et G. Ledegen (2008), allant dans le sens de tout ce que nous venons d’exposer, préfère (...)
  • 26 Le téléphone permet depuis longtemps de parler immédiatement sans être présent mais il est à resit (...)

12Il s’agit de l’idée première d’Anis qui aimait à dénommer le langage SMS par-lécrit. Exception faite de F. Gadet (2008) peut-être, il semble qu’il y ait consensus pour considérer que l’écriture SMS est en effet une forme hybride même si R. Panckhurst dit que : « Le DEM [discours électronique médiatisé] peut se rapprocher de l’oral ou de l’écrit, et cela varie selon l’outil de communication adopté […] le chat apparaît comme correspondant à un moyen de communication plus “oral”, tandis que les forums et le courriel semblent être davantage rattachés à un moyen plus “écrit”. » (2009, p. 39). Tout en reconnaissant qu’en situation d’écriture SMS, la néologie et la néographie favorisent la présence de « phénomènes incluant l’oralité, l’écrit et le lien entre les deux » (ibid.), elle paraît davantage accorder de l’importance à la nature du mode communicationnel comme facteur influant sur la pratique scripturale. Nous la rejoignons en partie notamment parce que cela permet de pointer la difficulté première qui est de catégoriser une pratique scripturale qui est par définition instable, qui puise son essence dans la créativité lexicale et la variété. Relativisons en rappelant que l’objectif des typologies ne peut pas être de décrire exhaustivement toute les manières de dire (ou d’écrire) par SMS mais bien de figer, synchroniquement, des usages révélateurs de l’émergence d’une variété de langue. Allant dans le sens de C. Fairon et al. ou de R. Panckhurst, nous percevons ainsi le langage SMS comme une simple variété de la langue électronique qui nous intéresse : le français. Et coexistent sur les réseaux (en CMO comme en CMT) diverses variétés de français électronique selon que les scripteurs cherchent à remplir des objectifs précis. Nous voulons dire que nous ne sommes pas certain que la nature des outils communicationnels utilisés par un scripteur à un moment donné ait une si grande influence que cela sur la « qualité » de la langue, sur le choix d’une variété de la langue au détriment d’une autre. C’est bien plus la relation à l’autre, le rapport à cet autrui interpellé (faisant partie généralement du cercle amical ou même intime [Rivière, 2002] puisque ses coordonnées figurent dans le carnet de contacts) qui va faire que le scripteur va opter pour le recours à certaines formes graphiques. Ces formes vont lui permettre de construire ou de confirmer une relation étroite par ce que certains perçoivent comme de la familiarité scripturale. Car finalement, qu’est ce qui, dans le langage SMS25, dérange véritablement ses détracteurs, abstraction faite du classique argument de la langue malmenée ? C’est sans aucun doute cette nouvelle forme d’échange, d’interpellation, de communication informelle qui nie ou fourvoie la plupart des rites interactionnels sur lesquels la société s’est construite dans la manière de percevoir et de se positionner toujours par rapport à l’autre. Cet autre à qui il est désormais possible de parler immédiatement sans être présent26 et à qui est imposée une vision du monde par le biais d’une manière d’écrire, d’interpeller. Un SMS est une interpellation lancée au milieu d’une éventuelle conversation tenue par le récepteur (qui, de plus en plus, s’interrompt pour prendre connaissance de ce message, transgressant lui aussi, presque inconsciemment, les règles de base de l’échange en face-à-face qu’il tenait). Une interpellation qui se caractérise par l’absence courante des formules de salutation : le scripteur n’ouvre et ne clôt plus son message oubliant lui aussi les fondamentaux interactionnels. Les constatations de R. Panckhurst vont dans ce sens : elle relate cette nouvelle donne, ces nouveaux rites interactionnels lorsqu’elle pointe deux dimensions extralinguistiques caractéristiques de la communication électronique : le relationnel et la situation de communication (ibid.). Ses variétés les plus relâchés (ou spécialisées et expressives) sont les indices d’un « coup de gueule », d’une réaction, d’une déclaration lancés furtivement par un scripteur à un récepteur intimement proche.

13Au-delà du souci de la description (et donc des typologies), les réflexions proposées supra sont, selon nous, au cœur du débat. Elles doivent permettre de comprendre ce que représente cette variété de français électronique pour les scripteurs qui l’utilisent, encore une fois, pour remplir des objectifs précis. Raisonner ainsi, c’est s’inscrire dans une perspective sociopragmatique en considérant que dire est effectivement faire au sens d’Austin et Searle. Nous allons montrer, à travers l’analyse du pré-corpus de SMS de Mayotte, que le dit peut signifier bien plus que l’écrit peut laisser le croire et ce, malgré ce qu’avance J. Cassaganaud.

Le SMS à Mayotte

14J. Cassagnaud, dans son ouvrage sur les jeunes de Mayotte, consacre un chapitre entier au SMS : « chapitre x : Le SMS, nouveau langage de Mayotte ? » (2010, p. 13). Ce questionnement apparaît très intéressant d’autant qu’il se trouve supporté par d’autres grandes interrogations concernant la TIC téléphone mobile : « Renforcera-t-elle le lien social en renouvelant les formes de sociabilité et de socialisation ou provoquera-t-elle un appauvrissement culturel de ceux qui s’habituent, par exemple, au langage simplifié des textos ? Quelles nouvelles représentations du français et des langues locales sont engendrées par le portable, compte tenu que les SMS sont devenus le nouveau langage de Mayotte et qu’ils se substituent, pour les adolescents, aux lettres d’amour ? » (ibid., p. 545).

  • 27 J. Cassagnaud va dans le même sens lorsqu’elle cite Ivanova (1999, mémoire de maîtrise IC - Paris (...)
  • 28 Voir sur ce thème l’ouvrage de V. Lane : Textos in love (2011, Éditions Bruno Leprince) notamment (...)
  • 29 Voir F. Laroussi et F. Liénard (2008) sur ce point, mais aussi G. Ledegen (2008).

15Passons outre cette dernière remarque parce que si le SMS renforce les liens intimes, réduit les distances et permet d’être relié à l’autre (quelque soit la nature des rapports que nous entretenions avec cet autre), il paraît difficile de voir en lui, en sa pauvreté lexicale et syntaxique, la qualité d’une lettre d’amour27. Il permet de rappeler sa présence, son existence ou, éventuellement, ses sentiments à l’être chéri mais la démarche est bien souvent plus ludique que profondément sentimentale28. Nous préférons retenir et discuter brièvement deux autres propositions de l’auteur découlant de la pratique du SMS à Mayotte : la première concerne le prétendu appauvrissement culturel et la seconde porte sur les nouvelles représentations du français et des langues locales, J. Cassagnaud avance en effet que le SMS est devenu le nouveau langage de Mayotte, confirmant ce que nous expliquions en chiffres supra. C’est donc reconnaître que la pratique est répandue à Mayotte : que les scripteurs (et notamment les jeunes), n’ont jamais autant recouru à la langue française écrite. Est-ce donc un réel appauvrissement culturel que d’écrire comme jamais auparavant ? Est-ce que la pratique d’écriture d’une langue, quelque soit sa qualité, ne peut pas constituer une passerelle vers une pratique plus experte et plus standardisée, normée ? Au regard des rapports complexes qu’entretient bon nombre de jeunes Mahorais avec l’école, ne pouvons-nous pas observer ces pratiques d’écriture quotidiennes d’un autre œil que celui du bon usage de la belle langue française ? Vaste question qui est étroitement liée à celle des nouvelles représentations du français et des langues locales. Écrire en français sans que la qualité de ce français ne soit remise en cause (et même en étant autorisé à le malmener, le maltraiter) fait glisser progressivement cette langue vers un statut vernaculaire. Elle devient une langue du quotidien et de l’intimité que les scripteurs utilisent pour communiquer avec leur entourage proche (familial, amical, amoureux). Elle conserve, de sa dimension véhiculaire, sa finalité pratique ; elle accède à la dimension vernaculaire par son entrée dans l’intimité et l’identité scripturale (numérique) personnelle. Ce « nouveau » statut, cette nouvelle représentation de la langue soudainement à égalité avec les langues locales peut conduire, selon nous, à une réelle rencontre de toutes ces langues (à travers la pratique SMS). En effet, comme nous l’avons démontré par ailleurs29, de tels usages électroniques favorisent indéniablement les contacts de langue. Nous postulons que les scripteurs mahorais, tous confrontés au plurilinguisme, feront se rencontrer dans leurs écrits électroniques, et donc leurs SMS, les langues qu’ils utilisent. Nous postulons aussi que les difficultés pour écrire le français (niveau scolaire) ou les langues locales (avant tout orales et dépourvues de standardisation alphabétique) vont se trouver en partie neutralisées en situation d’écriture électronique. Nous nuançons toutefois en rappelant que, parmi les entretiens conduits au cours de son enquête par J. Cassagnaud, les informateurs déclarent tous rédiger des SMS d’abord en français. Nous proposons ici la transcription d’un passage qui illustre cela (ibid., p. 562) :

  • 30 D’autres disent : « […] quand c’est entre les copains [rires] / je fais en kibushi / c’est spontan (...)

Josy : [rires] Et est-ce que tu envoies des SMS / des textos ?
Rama : Oui / des textos / oui //
J : Qu’aux filles ?
R : Non / aux filles / aux amis :: / en français //
J : Et pourquoi pas en shimaore ? ou en kibushi ?
R : C’est très difficile / c’est long en plus / et tu dois réfléchir beaucoup // et en français c’est plus facile / tu sais lire / tu sais écrire / c’est plus facile30 //

  • 31 Nous insistons : ce « choix » n’en est pas vraiment un. Nous le disons : il se fait par défaut par (...)

16Le SMS est une pratique de l’immédiateté, de la synchronicité. Dès lors, le temps de la saisie (en tant que contrainte temporelle) couplé à la durée d’encodage (traitement cognitif du message à saisir) font que les scripteurs peuvent s’orienter par défaut vers la langue à propos de laquelle ils considèrent disposer d’une certaine expertise scripturale : le français31. La nuance est importante mais ne remet pas en cause les hypothèses présentées supra et que, finalement, l’analyse d’un corpus de SMS mahorais peut permettre de (in)valider.

Synthèse

17Le fameux langage SMS découle à la fois des caractéristiques techniques des TIC chargées de le médier et de procédés scripturaux, en nombre limité (et variable selon les typologies), subissant la variation. Ce langage SMS permet de remplir des objectifs (des effets perlocutoires visés et effectivement réalisés) variés et ces objectifs vont influencer la manière dont les scripteurs vont construire les messages électroniques, les SMS. J. Cassagnaud s’appuie sur un ensemble d’entretiens pour avancer qu’à Mayotte, les jeunes qui utilisent majoritairement le SMS pour communiquer (comme partout dans le monde) recourent à la langue française avant tout pour construire ces messages. Parce qu’il s’agit d’une pratique d’écriture ludique (et en même temps susceptible de recouvrir une dimension identitaire forte), nous posons l’hypothèse que les langues locales peuvent intervenir davantage que ce que les informateurs veulent bien… avouer.

Analyse du corpus

18Nous l’appelons corpus mais il s’agit d’un pré-corpus dans le sens où nous le percevons comme l’occasion de réfléchir au traitement futur d’un corpus de SMS mahorais conséquent. Pour cela, nous devrons affiner la méthodologie de recueil qui est toujours délicate à établir lorsqu’il s’agit de collecter des SMS. En effet, le recueil a été réalisé par des collègues du centre des études et de formation supérieure de Mayotte (désormais CEFSM). Ils ont ainsi interpellé de manière aléatoire des étudiants afin de « négocier » une copie des SMS qu’ils acceptaient de fournir pour cette recherche une fois l’anonymat garanti. Cela a permis de récolter 88 SMS (qui figurent en annexe) qui ne peuvent donc pas être représentatif de la pratique des Mahorais mais qui doivent nous permettre tout de même de formuler quelques observations. Elles reposent sur une analyse conduite à partir de notre typologie des procédés scripturaux de l’écriture électronique.

Premières remarques : rien de nouveau sous le soleil

  • 32 Voir Liénard (2007, 2005, 2004).
  • 33 Nous proposons les SMS tel qu’ils ont été retranscrits par les enquêteurs puis nous proposons clas (...)

19D’abord, nous constatons que, comme pour les autres corpus sur lesquels nous avons pu travailler32, le processus de simplification de la langue (qui regroupe les quatre premiers procédés pour nous : abréviation, troncation, élision d’éléments sémiologiques et siglaison) est largement représenté. Il est même présent dans tous les SMS recueillis et nous pouvons citer aléatoirement33 :

(19) G pa pu taplé. (14.)
Je n’ai pas pu t’appeler. (25.)

(21) Kesk ta o just ? (16.)
Qu’est ce que tu as au juste ? (30.)

(84) J ten supli jtémeré pr tte la vi j te feré ma grde dam. (55.)
Je t’en supplie, je t’aimerai pour toute la vie. Je te ferai ma grande dame.
(76.)

  • 34 Nous faisons figurer en italique les signes que nous souhaitons mettre en relief ici.

20Si nous ne relevons pas de siglaisons dans ces exemples, les trois autres procédés sont présents avec des abréviations (tte pour toute ou grde pour grande), des troncations (pa pour pas ou supli pour supplie) et de nombreuses élisions (signes de ponctuation, signes diacritiques, articles, adverbes…) D’autres SMS mobilisent ces mêmes procédés et nous ne pouvons que relever leurs particularismes34 :

(59) Bsr.excuz g pa d cmt a te rndr mé jte di jsor pa avc lu.2+ on ne parl 2cekon
c pa. (82.)
Bonsoir. Excuse je n’ai pas de compte à te rendre mais je te dis que je ne
sors pas avec lui. De plus, on ne parle pas de ce que l’on ne sait pas. (146.)

(70) Je su ds itaco jtapel dkjseré arivé ok. (41.)
Je suis dans un tacot. Je t’appelle dès que je serai arrivé. D’accord. (70.)

(74) J 2neré lé sou a él é pu el te lé filra. (40.)
Je donnerai les sous à elle et puis elle te les filera. (55.)

  • 35 La variation (sociolinguistique) justifie d’ailleurs la présence du signe tacot pour voiture
  • 36 Nous nous limitons à ces trois exemples mais nous trouvons cette troncation à plusieurs reprises : (...)

21L’abréviation cmt pour compte est remarquable. Nous n’avons jamais rencontré une telle forme qui pose problème au niveau du décodage (le récepteur tendra plus facilement vers comment). Sa rareté fait que nous mobilisons la notion de variation (voir d’erreur de saisie) pour la justifier35. L’abréviation rndr est elle aussi très intéressante mais nous préférons nous attarder sur un autre procédé simplificateur (troncation). Il est remarquable et nous le relevons à de nombreuses reprises dans un corpus quantitativement faible. Il s’agit de la suppression du graphème i en position finale : lu pour lui, su pour suis ou pu pour puis36 De là à considérer que la semi-voyelle [ui] se trouve neutralisée dans ce corpus, il n’y a qu’un pas que nous nous garderons de franchir et ce, pour deux raisons essentielles. La première, parce que le corpus n’est pas représentatif ; la seconde parce que nous trouvons à deux reprises (24 et 65) cette semi-voyelle « correctement » orthographiée : nuit pour nuit et enui pour ennui. Nous considérons toutefois que cette troncation typique et sa fréquence peuvent constituer une piste intéressante pour caractériser une variété de français électronique mahorais. Et il semble quelle ne soit pas la seule…

Un processus de spécialisation omniprésent

  • 37 Par manque d’espace, nous notons parfois notations sémiophonologiques : NSP.

22Nos précédentes études montraient que le processus de spécialisation, s’il était présent, se trouvait largement supplanté par le processus de simplification. Dans ce pré-corpus, l’équilibre paraît davantage valide. En effet, nous relevons un grand nombre de notations sémiophonologiques syllabiques, bisyllabiques et même totales ! La figure suivante illustre parfaitement ce propos37 :

23Nous relevons ainsi 7 NSP et deux écrasements de signes (kon pour qu’on et jte pour je te) contre 10 procédés visant à simplifier l’écriture des signes. Et cette tendance vaut pour une majorité des SMS du corpus. C’est vraiment remarquable, d’autant que tous les procédés de spécialisation sont présents. Ainsi, même le procédé dénommé emprunt est largement représenté. Une première catégorie correspond strictement à la définition que nous en proposons et se traduit par des emprunts à la langue anglaise (i love you, kiss, week…) ou à l’arabe (inchallah). Une seconde catégorie regroupe les emprunts aux langues locales et surtout au shimaore. Si nous distinguons ces derniers c’est parce qu’il s’agit davantage de contacts de langue que d’emprunts : les scripteurs ne recourent pas à un terme d’une langue étrangère mais intègrent des formules des langues locales (et premières) ou rédigent complètement le SMS dans ces langues comme c’est le cas dans les exemples suivants :

(7) Ça va mogné wahayiri 1peu fatigué mé la jrné pace ka mem. Gté fé d gro calin. (77.)
Ça va homme de bien, un peu fatigué mais la journée passe quand même.
Je te fais de gros câlins. (102.)

(20) Slt moi sava tte mé felicatio pr ta sœur air kom sa tu cherch du boulo si
ten trouv tu cherchera oci pr moi bé madza tsiléméwa ousoma. Pac bone
soiré biz. (154.)
Salut. Moi, ça va. Toutes mes félicitations pour ta sœur. Alors comme cela,
tu cherches du boulot. Si tu en trouves, tu chercheras aussi pour moi car
je suis fatigué d’étudier. Passe(z) une bonne soirée. Bises. (211.)

  • 38 Nos informateurs n’ont pas su traduire [anchoki]. Ils supposent donc qu’il s’agit d’un nom ou d’un (...)

(81) Jouwaw amba [anchoki] yangu déwawé gnadzo zay who zangu… wawé dé uliyo whoni hangu… (83.)
Tu sais [anchoki38], c’est toi le bien aimé de mon cœur, c’est toi qui est
dans mon cœur. (84.)

24Ce dernier exemple est très intéressant. S’il est le seul du pré-corpus exclusivement en shimaore, sa présence nous conduit tout de même à nuancer en partie les conclusions de J. Cassagnaud. Si, comme elle l’avance, la pratique du SMS permet de remplir des effets perlocutoires en rapport avec la vie sentimentale avant tout, cela ne se traduit pas toujours par des messages en langue française. La preuve avec ce SMS (81). Les informateurs shimaorephones sollicités pour la traduction ont d’ailleurs rencontré de réelles difficultés pour le traduire : pour identifier les signes linguistiques mais aussi pour interpréter le message. Ils ont ainsi témoigné de la dimension poétique de celui-ci tout en insistant sur un fait : la maîtrise orale de cette langue est déjà remarquable et hyper-valorisée à Mayotte ; la maîtrise scripturale l’est encore plus et en interpellant ainsi l’altérité, le scripteur en dit bien plus que ce qui est écrit. Nous nous trouvons ainsi complètement immergé dans le processus de spécialisation (et d’expressivité) au point que les signes diacritiques sont, dans cette langue, tous saisis. Le but n’est plus de simplifier la pratique mais de recourir à la langue locale pour marquer identitairement l’interaction et la relation engagée. À moins qu’il ne s’agisse que d’un jeu engagé avec l’altérité et dès lors, la dimension ludique suffirait à expliquer la démarche. Seule la conduite d’entretiens avec ces scripteurs pourrait nous permettre de formuler des conclusions. À ce stade du travail, nous ne pouvons qu’évoquer des pistes interprétatives.

Synthèse

25Comme dans la plupart de nos corpus, les procédés du processus de simplification sont nombreux dans les SMS mahorais. Leur proportion est globalement équivalente à ceux du processus de spécialisation largement représenté lui aussi. Notons quelques marques du processus d’expressivité qui ne se traduisent pas par des émoticones ou des répétitions de graphèmes mais par des « jeux » de graphie essentiellement. Nous n’intégrons pas cette démarche dans la typologie que nous défendons et c’est sans doute une erreur à corriger. Pour notre défense, nous dirons que nous n’en avons jamais relevé dans nos corpus. Celui-ci en compte quelques-uns et, pour insister sur un terme, pour « crier » un mot, le(s) scripteur(s) propose(nt) une mise en lettres capitales du signe. Nous pouvons ainsi citer les SMS (57) : « BIZ », SMS (83) : « BIG BIZ » et SMS (87) : « ANRAFA ». Au-delà, nous considérons que la vraie découverte, la vraie nouveauté réside dans le fait que seule une minorité de signes n’est pas altérée, n’est pas transformée par les scripteurs. Sur les 8 920 signes linguistiques qui composent le corpus, seuls 270 sont correctement saisis, sans subir d’altération ! Cela représente seulement 3 % des signes linguistiques qui respectent les règles lexicale et grammaticale de la langue française. Aucun de nos corpus de SMS n’offre de tels résultats. Quels enseignements tirer, quelles pistes ces résultats nous ouvrent-ils ?

CONCLUSION

26Il est possible de proposer plusieurs explications à ce phénomène. D’abord, nous l’avons expliqué supra, si Mayotte est enclavée numériquement, le SMS est une pratique électronique qui connaît un succès comparable à ce que nous constatons dans le reste du monde. Allant aussi dans le sens de ce que relate J. Cassagnaud, le thème de l’amour est central pour ces scripteurs. Ces deux paramètres peuvent en partie justifier la richesse et la créativité lexicale dont ils font preuve parce que :

  • la pratique très régulière conduit à développer une expertise scripturale et une dextérité technologique (lors de la saisie du message) qui influencent incontestablement la forme des messages ;
  • l’objectif (les effets perlocutoires visés) est de tisser des liens forts, de réduire la distance en engageant de véritables dialogues émotionnellement marqués et cela conduit les scripteurs à jouer avec la langue, avec les langues ;
  • cette dimension expressive et ludique est à croiser avec une approche pratique : les SMS recueillis sont longs (comparativement à la longueur des SMS recueillis dans d’autres corpus) et les scripteurs sont sans doute confrontés à la contrainte temporelle de la saisie des messages.
  • 39 Il ne s’agit pas d’une habitude seulement : le PIB/habitant à Mayotte est l’un des plus faibles au (...)

27Mais ces remarques sont « classiques ». La spécificité de ce corpus nous oriente vers d’autres pistes qui devront servir d’hypothèses de travail pour le recueil et l’analyse de futurs corpus de SMS mahorais. La première de ces pistes réside dans les habitudes de consommation téléphonique à Mayotte. Nous disions que la facturation prépayée, l’achat de cartes créditées de minutes d’appel et/ou d’un nombre limité de SMS étaient largement répandus sur l’île39. Les opérateurs ne se retrouvent pas dans ce type de consommation insuffisamment rémunérateur. Leurs offres sont donc réduites et les téléphones « dernier cri » n’y sont pas intégrés : les smartphones tant prisés par les jeunes en Métropole sont rares à Mayotte. Or ces téléphones facilitent incontestablement la saisie des messages parce qu’ils disposent de véritables claviers. Ce n’est pas le cas des téléphones d’ancienne génération (à 10 touches pour l’ensemble des graphèmes), dont sont majoritairement équipés les jeunes Mahorais. Ce constat, couplé au fait de la faible utilisation de l’écriture intuitive (T9), de l’aveu même des informateurs, peut expliquer en partie encore que les scripteurs plébiscitent le processus de spécialisation presque par défaut. Nous voulons dire que dans nos précédents corpus, le recours aux procédés constitutifs de ce processus trouvait sa justification dans le besoin et la volonté de marquer identitairement le discours (Liénard, 2005, 2006). Cette fois, nous avançons que les lacunes linguistiques des scripteurs peuvent davantage expliquer cette surexploitation des notations sémiophonologiques et autres écrasements de signes (les contacts de langues relevés s’inscriront par contre dans cette perspective identitaire). Les scripteurs vont ainsi tendre vers une écriture phonétique de la langue française pour pallier leur méconnaissance/incompétence lexicale et grammaticale dans la langue. Et le raisonnement contraire peut fonctionner aussi : n’est-ce pas ce type d’écriture électronique qui conduit les jeunes Mahorais à tant malmener la langue française ? Ces interrogations sont constitutives des recherches sur l’écriture électronique et finalement le recueil d’un corpus conséquent et la conduite d’entretiens avec les scripteurs pourront permettre de confirmer ces pistes interprétatives. Cela devra permettre de déterminer si, comme il semble poindre, nous pouvons parler d’une variété de français électronique mahorais.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Anis J., 2001, Parlez-vous texte ?, Paris, Le Cherche-Midi.

—, 2003, « Communication électronique scripturale et formes langagières », actes des quatrièmes rencontres réseaux humains/réseaux technologiques, Poitiers, 31 mai et 1er juin 2002, CNDP, « Documents, actes et rapports pour l’Éducation », p. 57-70.

Cassagnaud J., 2010, Jeux et enjeux de langues pour les jeunes de Mayotte, Paris, Éditions Connaissances et Savoirs.

Cougnon A. et Ledegen G., 2008, « “c’est écrire comme je parle”. Une étude comparatiste de variétés de français dans l’écrit SMS (La Réunion-Belgique) », communication présentée à l’occasion du congrès international de l’Association of French Language Studies : « Les voix du français : usages et représentations », université d’Oxford.

Fairon C, Klein J.-R. et Paumier S., 2006b, Le Langage SMS. Étude d’un corpus informatisé à partir de l’enquête « Faites don de vos SMS à la science », Louvain-la-Neuve, Presse universitaire de Louvain.

—, 2007, « Un corpus transcrit de 30 000 SMS français » dans J. Gerbault (dir.), La Langue du cyberespace : de la diversité aux normes, Paris, L’Harmattan, p. 173-182.

Gaglio G., 2004, « La pratique du SMS : analyse d’un comportement de consommation en tant que phénomène social », Consommations et sociétés, no 4, Paris.

Gerbault J., 2007, La Langue du cyberespace : de la diversité aux normes, Paris, L’Harmattan.

—, 2011, « Littératie numérique : les nouvelles dimensions de l’écrit au XXIe siècle », communication présentée à l’occasion de la journée d’étude NEQ : « Les littératies », université de Cergy-Pontoise.

Klinkenberg J.-M., 2009, « Vers une typologie générale des fonctions de l’écriture », dans L. Hebert et L. Guillemette (dir.), Intertextualité, interdiscursivité et intermédialité, Québec, Presses de l’université Laval, p. 11-38.

Lardellier P., 2006, Le Pouce et la souris, Paris, Fayard.

Laroussi F., 2009a, Mayotte, une île plurilingue en mutation, Mamoudzou, Éditions du Baobab.

—, 2009b, Langues, identités et insularité : Regards sur Mayotte, Mont-Saint-Aignan, PURH.

Laroussi F. et Liénard F., 2008, « Éléments d’analyse de la communication médiée par téléphone mobile (CMT) de scripteurs plurilingues franco-arabes », actes du colloque international « Interagir et transmettre, informer et communiquer : quelles valeurs, quelle valorisation ? », Tunis.

Ledegen G., 2008, « Résonance SMS “Jc c koi mé javé pa rèalizé sur le coup !” », dans F. Gadet et E. Guerin (dir.), Français parlés/français hors de France/créoles à base française d’un point de vue syntaxique, LINX, no 57, p. 101-112.

Liénard F., 2004, « Analyse linguistique et sociopragmatique d’une pratique scripturale particulière », actes des XVIIIe JDL, Québec.

—, 2005, « Langage texto et langage contrôlé. Descriptions et problèmes », Linguisticae Investigationes, vol. 28, no 1, Amsterdam.

—, 2007, « Analyse linguistique et sociopragmatique de l’écriture électronique - Le cas du SMS tchaté », dans J. Gerbault (dir.) La Langue du cyberespace : de la diversité aux normes, Paris, L’Harmattan, p. 265-278.

Marcoccia M., 2004, « La communication écrite médiatisée par ordinateur : faire du face à face avec de l’écrit », journée d’étude de l’ATALA : « Le traitement automatique des nouvelles formes de communication écrite (e-mails, forums, chats, SMS, etc.) », ENST Paris, consultable à l’adresse suivante : http://www.up.univ.-mrs.fr/\textasciitilde{}veronis/je-nfce/Marcoccia.pdf.

Panckhurst R., 2007, « Discours électronique médié : quelles évolutions depuis une décennie ? », dans J. Gerbault (dir.), La Langue du cyberespace : de la diversité aux normes, Paris, L’Harmattan, p. 121-136.

—, 2009, « Short Message Service (SMS) : typologie et problématiques futures », dans T. Arnavielle (coord.), Polyphonies, pour Michelle Lanvin, université Paul-Valéry – Montpellier 3, p. 33-52.

Rivière A.-C., 2002, « La pratique du mini-messsage. Une double stratégie d’extériorisation et de retrait de l’intimité dans les interactions quotidiennes », Réseaux, nos 112/113, Paris.

Veronis J. et Guimier de Neff E., 2006, « Le traitement des nouvelles formes de communication écrite », dans G. Sabah (dir.), Compréhension automatique des langues et interaction, Paris, Hermès Sciences, p. 227-248.

Annexes

ANNEXE

1

J’tm, jtador i love mi amort a ou si te di tou sa c parske ta une grade place ds mn cœur. Kiss

2

Pire cochmar sache ke je t’aimeré pr jr kan tu ora 2la pén noubli pa ke je seré tjr la pr tékkouté konsélé tru é dé solution je priéré tjr pourke ntr amitié dur.

3

Té vrma bo jsu ravi 2vr un bogs cm toi.

4

Je te souhét joyeu st valent1 ke dieu vs donne la joi pé bnheur lamour ke d bn choz kil réaliz vos rev lé + cher é kil vs protég 2 tt malhr.

5

Amine groz biz toi é tn cher amr. Toi ta 2 la chnz en amr mé moi no.

6

Toi té 1vrai merveil kon trve pa n1port ou é ossi 1hom 2kalité si joz dir ki me fé tourné la têt

7

ça va mogné wahayiri 1 peu fatigué mé la jrné pace ka mem. Gté fé d gro calin.

8

Ok merci bocou mn cane a sucr bizou a toi choupinet jtm bocou é tu mren fou.

9

Pa de souci di a ta famiy ke jvien avc une dote é rien dotr. Et il ns mari… Dacor ?

10

Vnir comen ?

11

Jc pa coma fair car en + on se voit pas.

12

G compri ke tu men veu mé sach ke jtaim sincermen.

13

Tu te retien é te mefi de moi alrs parfoi du mal a le compren.

14

Tu vi pr le passé et tu reni le presen.

15

Slt bb d’amr sava bi1 alr tu pense tjr a mwa wami mahoukou namitsana tsisilala tsissiwona wanguina dévo wanimégna piya mafikira dan mo roho tu vivra tjr ds mo dzobo tu restera tjr alr wami na wawé c est pr la vi sourayaho dé y chido yangou ntr coupl est deja decidé o paradi passé un agréabl jrné nissou houvendza ta chahoula tsi chondro yla mana dzina laho lissinikourassa.

16

Excuz moi m jté tre tre pri duran la jrné jpaa eu ok1 moma 2 repli.

17

Prkoi tu deraéngé lo1 2la.

18

Loin 2la gde ke t.

19

G pa pu taplé.

20

Slt moi sava tte mé felicatio pr ta soeur alr kom sa tu cherch du boulo si ten trouv tu cherchera oci pr moi bé madza tsiléméwa ousoma. Pac bone soiré biz.

21

Kesk ta o just ?

22

Moi je menu car je né person a ki parlé…. jespr k tu ten sortira je tien for a toi majgr tou.

23

Ma puz jespr ke ts va bi1-tu m’amnk énormemmt.

24

Stp n m lése pa soufrir parck jtm dtou mon keur e oubli ts lé kon se fé e contun ntr rlation cm dpar e jt souhét bn nuit e bn rev e jtm e j v fr ma rest d ma vi avc toi m pa kelk1 dotr e kan jrflechir ts lé bn momen kon avé ensembl cela ke j mal en regardan ke tu ma motré d truk ke j n jamé vu ni fr surtu kan jtadmir tn cor sa mfé du bi1 é c prcela k jsu jalou d toi e dpu ma nésanz j né jamué vu ceke tuport en toi e jte 2mad 2me pardoné stp.

25

Slt ma puz, jesper ke sava moi sava trankil. Dsl mé ché moinya pa d encr Kiss.

26

J regret 2 tavr conu prkoi Dieu a fé ke j croise tn chem1.

27

C metna kr je coné ta vrai personnalité.

28

Nn jne finité pa avc toi tan ku tu n’aretera pa 2 m’acusé ou 2 m roproch é ds chse ke g jmé pensé.

29

E le credi c est pa ton pb.

30

Ske tu ne pig pa dan tou sa c ke jlué parlé 2 chaouki é tu c chao nou a montré sk’il fé. Il nou disé jtrvl ché moi obou du cpte il me di k’il na ri1 fé. C moi ki a fourni tt ls tach ke javé a fer avc lu.

31

Slt mwa jvé b1 & jlesper osi pr toi. Voilà mn ad.

32

Alé miss dja o li? Jspr q tt s pass b1. sino jt souhét 2pasé 1 week en plein form santé & fierté.

33

Avc tt mes respect jt di Peace & Love.

34

Tu a été alé o cité ? pr toi sasa ? tu peu fer ce k tu veu 2 mn kere le lancé le torturé le brulé mefé etention tu é a lintérieur bn jrné boté biz.

35

Exucuz.jvé vnir mé jc pa tro akel h jvé arivé. la jsu dja 2bou.a+.

36

Merci bcp, jpensé pa sa 2toi.

37

Tmank bcp jte jur.jtm 2tte mo ame

38

Jvé pa tré bi1 mé pa tro grav c sa letr hum1.

39

Tu m’mank grav. Tu me mank grav.G k1 seul pensé vnir te rejoindr.

40

Jpensé pa ke jpouvé tfer 2lefé vu ke jsu k1 gamine.En tt ka jador jm sen fam kan jsu avc toi.Jtador

41

Bjr ! jesper ke tu profit 2te vacnz malgré froi. Ici yari1 dnew ou jc pa. En tt ka moi g hat davr t nvl. Tmank enormema.

42

Ne te prez pa .Jatendré cm dab.Biz.

43

Bjr mn amr tn absenz mtu te bezé me mank t pti carez.Jamé tu nsora cmbi1 jsu eperduma amruz 2toi .tu c g casé avc lu car jtm 2tt mo keur malgré ke jc ke sa ne durera pa mé jvoulé etr ri1 ke pr toi é c le ca.

44

Tu c ke jtm.ier g revé kon fesé lamr a la mer é jte di mem pa koma 7é.

45

Slt ! Ici sava bi1 apar ke jregret 1 peu 2né pa etr parti avc vs ts.Jvoi kasima t ami tt ltan sr mmdzou.Tmank gravisine jte jur .groz biz.

46

Dimoi t marié san me doné d1vitation ? kel genr damitié avns ns.Jpensé etr ta meyeur ami.

47

2 7amr nétra 1mnd 2pé 2tendrez é 2confianz pr ke chak1 puz y trouvé sa plaz ds lkeur 2lotr san sucmbé a la trichri ki circul ds 7univer. Tu npeu jamé imaginé cmbi1 tm’mank. jté fé mavi mo am tt ceke g2+cher sr ter. jte done mo keur cm proméz mo am pr la fidélité é mo cor pr te rechofé.

48

Joyeu aniv ke 7ag tport santé pé serenité é armoni.soi heureu avc ceu ki tentour é ke tu trv 1bo boulo é 1tre bel fam avc d gro nichon é d groz féz.

49

Slt copine alr comt va ?Bi1 jspr sinn bin cT pr te mntré ke jsu pa encor mor lol.A+

50

Tan ke le ter trnera ds mé vne tu culra tu a pri mn ker en otag jsu cm 1 oizo encag té mn+bo payzag jnevi ke prtn imag c1 évidence té ma seul chnce témn unik importance mn am apri consiance JTM.

53

Slt miss sava merci di ta dja comencé tes cour é la té ou mana la jpar a maamdzou cicé posible on va ce voir léo. Bjr cmt va ? bi1 dormi ? té prét ?

54

Bjr mis sava exus si jte pa rpd hier kia sinon sabou sava meme moi jenvi 2te voir envoi moi ton num only haya bon journé base.Wami mchachi ! Tu lé+ ke moi, ier ta reusi a menlevé ma gourmandiz

55

Bjr vé bi1 é toi ? ri1 2bo a raconté ! juste le vif souvenir d’1 étreint rempli 2douceur é 2passion. Mé bra otour 2ta tail mé yeu é m cor ds le ti1. 1tourbillon 2plésir ki me nouri par ta bel silouèt vetu d’1 tendres enivran.

56

Tu c bi1.1truc ki va te fer mal.

57

Slt alr koi 2 9 a myte? Jspr jktu va bi1 é te ke t cour spass bi1, bin pr tfr pti cc.A+. Tu peu fer ceke tu veu 2 mn ker le lancé le torturé le brulé mé f atention tu é a l1térieur.Bn jrné boté BIZ

58

G + dcredi.il me rest ke d txto.si 1 jr tu veu mvoir tu coné mo num.paz 1 agréabl soiré.

59

Bsr.excuz g pa d cmt a te rndr mé jte di jsor pa avc lu.2+ on ne parl 2cekon c pa.

60

Jvlé just t1formé 2me resulta c tt.

61

Bsr ésay 2fer en sort prke jpu te parlé ce mecrdi.

62

Pr dir vré jvé pat ré bi1 mé c pa tro grav ?bne f1 dweek.

63

Tu mparl 2koi ? Jc pa ceki mariv en tt ka ceke jc ke jtourn par on ce tan ci.

64

Jpaz 1movéz faz é c tré dur.

65

Bnjr b1 revelé jspr ke sava chak jr ki se lev jtm davatag esayon 2sevoir léo b tum mnk tro g jé enui du visversa 2cek tumavé envoyé jtador bn matiné bizz.

66

Di c ok pr 2m1 aprm en sortn du boulo ?

67

Moi il y a pa k cel 2 2m1 si ct posibl joré émé kon se voyé ts lé js.

68

Tu c ke le mr é mor la on é o cimtier.

69

Ma bel jé hat kn seret coracor ds lendroi person k ns 2 lerest dieu seul le c fé bn rev mm ti keur.

70

Je su ds 1taco jtapel d k jseré arivé ok.

71

Té ma cheri repon moi stp, jfé jrné cntinu juska 15h je su o dpo kaweni je tembraz jpenz for a te tu m mank.

72

Ne tenfé pa g eu dsouci mé jsu vivan.

73

Tu viendra lé fer cz moi au tu va le avr cmt ?

74

J 2neré lé sou a él é pu el te lé filra.

75

Te dcevoir jipenz pa ke sa me traversera ds ma tet c vré ts ceke j t di jtador jéméré tan ke sa march pr ns 2 a 2m1.

76

Bnjr b1 revéyé, il é areté joseré pa te trté com tu le pense jtm é jveu resté avc te pr 2bn… j jamé eu 1arier penc sr te ou te cnsdré com tul pens jtadr.

77

Tamal ou ?jespr k c grav ! jé bezoin dentendr ta voi avt 2 dormir.

78

Je peu taplé sr kel num ?

79

Je termine a 12h je feré posibl dy etr laba pluto k posibl pr kon puz se voir ichalah.

80

Sach k la ou tu sera je su tjr avec toi mn ker é ouver k pr te il ya k te ki ya pu entréé ts lé rest on fé kk le parcourir je c ke jamé je pouré émé com jtm mon gran souhé c 2 vivr avc toi.

81

Jouwaw amba anchoki yangu dewawé gnadzo zay roho zangu… wawé dé uliyo rohoni hangu…

82

Il fo k tu sach k san te se gach malgré le tps ki pace jamé mn ker ne se lache a te je je m atach lamur prnd tt sa place.

83

R1 ni pers ne peu savr lamour k jé pr te mn ker é ouver k pr te ne me lès spa ds la solitud é linkietud… BIG BIZ

84

J ten supli jtémeré pr tte la vi j te feré ma grde dam.

85

Bnjr b1 reveyé jesper t envi fol 2 te voir ac la vie é simpl ds t yeu j lisé joi é foli Anrafa revin.

86

Bnjr b1, je revé 2 sourir t c koi oidu mn ker segn car j n pa pu te gard te prouvé cmb1 jtm, jtm pr léternitéé javé cru pvoir ts oublié mé j mé j m trmpé en moi é resté gravé j t dmdé just 1 chnce.

87

Je n c pa kel miracl san j su encor vivan on m di k ts soubli avc le tps du ven a koi ser dexisté si t né + a mé coté k fer ds la vi qd on a pa son am son espri ANRAFA j c plu nou jen su donon ns 1 chanz bigg bizz.

88

Anraf jtm tro j su pré a prndr le risk avc te j n veu ni la ter ni le ciel k toi pers

Notes

2 Nous citons simplement F. Laroussi sur ce point. Il explique que Mayotte compte deux langues principales : « le shimaore, une langue bantoue, appartenant à Faire swahilie et le kibushi [appelé kibushi par les shimaorophones], une variété malgache de la famille malayo-polynésienne, la seule qui soit parlée en dehors de Madagascar. […] S’y ajoute le français, langue de l’administration et de l’école. D’autres langues sont présentes dans l’île, à savoir l’arabe (enseigné à l’école coranique et utilisé comme langue liturgique), trois variétés comoriennes : le shindzouani (Anjouan), le shingazidja (Grande-Comore), le shimouali (Mohéli), un parler indou, le shihindi (l’idiome parlé par les Indiens) et le créole. » (2009, p. 22-23).

3 Source : recensement INSEE 2007.

4 Akamai est une société de gestion des performances des applications web, des services de streaming multimédia et de la diffusion de contenus.

5 Consultable à l’adresse suivante :
http://www.pcinpact.com/actu/news/55223-debits-internet-coree-du-sud-japon-hongkong.htm.

6 20 gigabits représentent 20 000 000 kilobits (approximativement) ce qui signifie que la connexion Internet à Mayotte sera 465 000 fois plus rapide que ce qu’elle est aujourd’hui !

7 Source : ARCEP.

8 Le prépayé signifie que l’utilisateur achètera une carte de recharge chaque fois qu’il aura consommé ses crédits téléphoniques. Les cartes rechargeables sont plus coûteuses qu’un abonnement (avec facturation en fin de mois : il s’agit du postpayé) mais permet une gestion « au plus près » de sa consommation. Toujours à titre indicatif, sur les 62,6 millions de téléphones actifs en Métropole, 45,2 millions sont en postpayés contre 17,4 millions en prépayés.

9 Ce type de forfait est relativement nouveau dans cette zone puisque c’est en novembre 2007 qu’il a été proposé pour la première fois à La Réunion.

10 Plus 25 milliards de SMS ont été envoyés sur la même période en Métropole (hors DOM-TOM).

11 http://www.arcep.fr/uploads/tx_gspublication/consult-umts-900-dom-juil10.pdf, p. 6.

12 http://www.arcep.fr/uploads/tx_gspublication/consult-umts-dom-maio7.pdf, p. 17

13 Les scripteurs ont rarement « le temps » de la rédaction qui se fait couramment dans un lieu peu propice à un encodage complexe : transports en commun, lieux publics, simultanément avec d’autres occupations…

14 L’écran et le clavier sont les deux contraintes techniques principales.

15 Les ouvrages ou les articles dans lesquels ces typologies figurent sont référencés en bibliographie mais nous précisons ici que la typologie que nous présentons date de 2005 (Liénard, 2005a) et pas de 2007 comme le stipule R. Panckhurst. Nous avions d’ailleurs présenté cette typologie à l’occasion du congrès organisé par J. Anis à la Cité des sciences et de l’industrie de Paris, congrès intitulé : « Le SMS : enjeux linguistiques, sociaux et culturels ». Dans un article de 2007 (Liénard, 2007), nous nous contentons d’affiner la typologie en question sous l’éclairage de nouvelles analyses de corpus.

16 Nous ne définissons pas tous les procédés et renvoyons aux articles en questions, sauf pour R. Panckhurst qui produit cette synthèse des typologies pour mieux justifier de celle qu’elle présente alors.

17 Trois types de substitutions phonétisées selon l’auteur qui correspondent globalement aux notations sémiophonologiques que nous décrivons par ailleurs (Liénard, 2005, 2007). Un intérêt de la proposition réside dans la prise en compte de la variation comme 3e type de substitution et de donner comme exemple bisou susceptible de devenir bizoo.

18 Par substitutions graphiques, R. Panckhurst entend ce que nous désignons élisions d’éléments sémiologiques à laquelle elle ajoute le remplacement de certains signes par des symboles, des icônes ou caractères spéciaux.

19 Les troncations (par apocope, aphérèse), les sigles et les acronymes sont des Réductions phonétisées. R. Panckhurst ajoute, comme pour les précédentes catégories, une entrée Variation (cette fois, de donner en exemple ui pour oui ou i pour il).

20 Les réductions graphiques, catégorie dans laquelle les troncations ne figurent pas, regroupent les suppressions de fins de mots muettes et les e instables (que nous considérons pour notre part comme des types de troncations). Elle y intègre les abréviations, les troncations par aphérèse interne et les écrasements de signes (qu’elle dénomme agglutinations).

21 Les suppressions graphiques correspondent à ce que nous dénommons Elisions d’éléments sémiologiques (disparitions de la typographie, de la ponctuation et des signes diacritiques).

22 La catégorie Augmentation regroupe enfin les émoticones, les répétitions de graphèmes (ponctuation, caractères ajoutés ou répétés) et les onomatopées… procédé qui manque clairement à notre typologie.

23 Ces déictiques prennent la forme de pronoms personnels : 1re et 2e personne du singulier généralement.

24 Au détriment des verbes et surtout des adjectifs et des adverbes.

25 A. Cougnon et G. Ledegen (2008), allant dans le sens de tout ce que nous venons d’exposer, préfèrent retenir la proposition de R. Panckhurst (2007) et parler d’écrit SMS que toutes notent : e-sms (R. Panchurst parle même d’écriture SMS et pas d’écrit SMS). A. Cougnon et G. Ledegen ajoutent, pour justifier cette dénomination :« […] médialement parlant, il s’agit d’un écrit qui s’adresse à notre vision (et non pas d’un oral qui est capté par notre ouïe). » Cette remarque est vraiment très intéressante et va dans le sens de ce qu’expose par ailleurs J.-M. Klinkenberg (2009). Nul doute que nous reviendrons sur cet aspect dans d’autres recherches. Mais revenons à e-sms car selon nous, une limite de la proposition réside dans la polysémie de la notation. Elle renverra pour beaucoup à un « sms internet » (e-renvoyant communément à Internet : e-learning, e-marketing, e-pub…)

26 Le téléphone permet depuis longtemps de parler immédiatement sans être présent mais il est à resituer dans une situation classique de dialogue : le ton, les intonations, l’identité vocale sont autant d’éléments qui permettent d’appréhender concrètement l’autre et son discours.

27 J. Cassagnaud va dans le même sens lorsqu’elle cite Ivanova (1999, mémoire de maîtrise IC - Paris VIII) à propos de la lettre d’amour : « C’est un genre où l’écriture ordinaire frôle les belles lettres, où elle se nourrit d’une ambition littéraire. » (ibid. : p. 550). Nous postulons que le SMS et plus précisément ici, le SMS amoureux et/ou érotique n’aura que rarement une telle ambition…

28 Voir sur ce thème l’ouvrage de V. Lane : Textos in love (2011, Éditions Bruno Leprince) notamment pour le corpus de SMS d’amour et d’érotisme que l’auteur présente.

29 Voir F. Laroussi et F. Liénard (2008) sur ce point, mais aussi G. Ledegen (2008).

30 D’autres disent : « […] quand c’est entre les copains [rires] / je fais en kibushi / c’est spontané / quoi / c’est comme ça / ça arrive comme ça / mais ça peut être aussi en français / » (ibid., p. 569).

31 Nous insistons : ce « choix » n’en est pas vraiment un. Nous le disons : il se fait par défaut parce que, encore une fois, rares sont les Mahorais qui disposent d’une expertise scripturale des langues locales qui ne s’écrivent pas ou peu.

32 Voir Liénard (2007, 2005, 2004).

33 Nous proposons les SMS tel qu’ils ont été retranscrits par les enquêteurs puis nous proposons classiquement une « traduction » en français standard. Le chiffre entre parenthèses intervenant à la fin de chaque énoncé (le SMS et sa traduction) représente le nombre de pressions nécessaire à la saisie du message pour un téléphone classique. En effet, parmi les consignes données aux enquêteurs, figurait le relevé du type de téléphone utilisé. Pas un seul smartphone n’est signalé (parce qu’ils disposent de claviers qui rendent caduque la prise en compte du nombre de pressions et donc la prise en considération de l’économie réalisée par le recours au procédé scriptural).

34 Nous faisons figurer en italique les signes que nous souhaitons mettre en relief ici.

35 La variation (sociolinguistique) justifie d’ailleurs la présence du signe tacot pour voiture

36 Nous nous limitons à ces trois exemples mais nous trouvons cette troncation à plusieurs reprises : SMS 3, 22, 24, 30, 35, 40, 43, 47, 49, 50, 59, 61, 70, 71, 74, 79, 80, 85, 87 et 88. Nous trouvons ainsi à 25 reprises cette troncation avec des formes comme su pour suis, pu/puz pour puis/puisse(s), dpu pour depuis, lu pour lui ou, plus rare, menu pour m’ennuie et ajdu pour aujourd’hui.

37 Par manque d’espace, nous notons parfois notations sémiophonologiques : NSP.

38 Nos informateurs n’ont pas su traduire [anchoki]. Ils supposent donc qu’il s’agit d’un nom ou d’un surnom donné par le scripteur au destinataire du message.

39 Il ne s’agit pas d’une habitude seulement : le PIB/habitant à Mayotte est l’un des plus faibles au monde et logiquement, le poste de dépenses téléphonie mobile est pour beaucoup un vrai luxe…

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search