Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Plurilinguisme, politique linguistique et éducation

 | 
Foued Laroussi
, 
Fabien Liénard

Ire partie. La situation linguistique de Mayotte

Choix des langues et représentations des jeunes à Mayotte

Une approche quantitative

Mehmet-Ali Akinci, Foued Laroussi et Kutlay Yağmur

Texte intégral

INTRODUCTION

1Mayotte est une île pluriculturelle et plurilingue. Sa situation linguistique est le résultat d’un peuplement multiple et varié. Deux principales langues locales y sont parlées : le shimaore, une variété bantoue et le kibushi, une variété malgache. Sont aussi parlés à Mayotte le français, langue officielle, administrative et scolaire, l’arabe, langue liturgique, trois langues comoriennes : le shindzouani (Anjouan), le shingazidja (Grande-Comore) et le shimouali (Mohéli). À ces idiomes, il faut ajouter le créole réunionnais.

Le plurilinguisme à Mayotte : pourquoi une telle étude ?

2C’est à ce plurilinguisme complexe que nous consacrerons cet article. D’un point de vue sociolinguistique, nous faisons l’inventaire des usages linguistiques et analysons les discours épilinguistiques des locuteurs à leurs égards. Une langue n’étant pas uniquement un code linguistique mais surtout un système de représentations complexe, il est question d’appréhender ces représentations sociales dans la mesure où elles participent à la construction des pratiques langagières. À travers une enquête quantitative, il s’agit aussi de dégager les consensus ou les dissensions des groupes linguistiques et de mesurer les écarts, les contradictions, voire les conflits d’opinion entre eux. Une langue véhiculant aussi un système d’identifications très complexe, nous analyserons les processus identitaires liés à chacune des langues en place. Quels discours les locuteurs tiennent-ils sur chacune des langues et quelle valeur symbolique y attribuent-ils ? Le français, langue officielle et administrative à Mayotte, est-il suffisamment maîtrisé par les Mahorais ? Comment faire pour que ce dernier ne soit pas perçu comme un danger pour les langues locales ? Comment valoriser les langues vernaculaires ? Quelles retombées les politiques linguistiques auront-elles sur le système éducatif ? Comment gérer la variation linguistique au sein de l’école ? Quel statut accorder aux langues vernaculaires absentes du système éducatif ?

La méthodologie préconisée dans cette étude

3Les buts de cette étude sont : 1) identifier les répertoires langagiers, les usages, les choix et les compétences langagiers des jeunes Mahorais, 2) décrire et comparer les multiples profils langagiers des communautés de langues majeures à Mayotte, 3) présenter l’étude sociolinguistique réelle sur l’usage, les choix et les attitudes langagiers de 652 jeunes Mahorais. Ainsi, l’étude du plurilinguisme à Mayotte consiste à cerner de façon systématique les dynamiques langagières à travers le repérage des usages, de leur dynamisme et évolution en établissant quels faits sociaux déterminent les usages linguistiques et quelles valeurs symboliques les usages associent à leurs variétés linguistiques afin d’apprécier leur incidence sur la dynamique des pratiques langagières.

4Les études, consacrées jusque-là aux langues de Mayotte, ont souvent comparé les répertoires et les représentations des locuteurs. Elles ont montré une hétérogénéité des comportements face au français et aux langues vernaculaires (Laroussi, 2009b). Mais aucune étude n’a constitué une base de données permettant de cerner les enjeux de la situation plurilingue de l’île. Une telle base de données permettra non seulement de développer la conscience de l’existence du plurilinguisme sur l’île, mais contribuera également à la mise en place d’une politique commune d’enseignement des langues locales et à une meilleure prise en compte du rôle du français, langue de l’enseignement et de la communication des jeunes dans leurs activités quotidiennes.

  • 4 Le traitement des données de l’enquête n’étant pas encore achevé, il s’agit donc uniquement d’une (...)

5Il s’agit d’une enquête à grande échelle sur l’usage et le choix des langues et les compétences langagières des jeunes à Mayotte4. L’enquête a été réalisée par l’équipe de recherche FUSAF (francophonie et usages du français) du laboratoire LiDiFra (linguistique, didactique et francophonie) en partenariat avec le CEFSM (Centre des études et de formation supérieures de Mayotte). Elle a trois visées :

  • dans une perspective démographique, les données en langues jouent un rôle crucial dans la définition et l’identification des populations multilingues. À Mayotte, compte tenu du taux de natalité élevé et d’une immigration importante, en particulier en provenance des autres îles comoriennes, la démographie, évoluant sans cesse, et entraîne une recomposition de la population mahoraise. Partant, il est indispensable de recueillir des informations sur les structures culturelles et économiques de ces groupes multiculturels. Comme le soulignent Extra & Yağmur (2004, p. 25) : « Dans la plupart des pays européens, il n’y a aucune tradition d’effectuer des recensements sur l’ethnicité des habitants, et les seules données disponibles sont généralement fondées sur la nationalité et ou le critère de pays de naissance. » Identifier les compostions des multilingues peut s’avérer très utile surtout dans la mise en place d’une éducation plurilingue.
  • dans une perspective sociolinguistique, les données en langues offrent un aperçu approprié tant sur la distribution que sur la vitalité des langues communautaires à travers les divers groupes qui les parlent et augmentent ainsi la conscience publique du multilinguisme. Les enquêtes sur les pratiques langagières constituent des outils indispensables pour la planification et des politiques éducatives cohérentes. Skutnabb-Kangas (1995, p. 7) suggère « qu’il ne doit y avoir aucun besoin de débattre le droit au maintien et au développement de sa langue maternelle. C’est un droit linguistique humain évident en soi, fondamental et de base ». Les droits aux langues sont des données plutôt variables, qui dépendent du contexte situationnel, de la perspective culturelle et des facteurs sociaux, politiques et extralinguistiques. Par ailleurs, ce que l’on considère comme « un droit » dans un contexte peut être très différent dans un autre, plus particulièrement dans des pays où la diversité des langues est perçue comme une menace à la cohésion sociale et à l’unité nationale. Dans un tel contexte, les minorités linguistiques sont considérées comme une source de problèmes pour les États-nations qui ont mis en place des politiques linguistique homogénéisantes, voire assimilationnistes. Différents mouvements de populations ethno-linguistiques étant de plus en plus fréquents, de nombreux pays sont confrontés aux flux migratoires. Ces mouvements de population constituent une composante essentielle du processus de mondialisation et aboutissent à la diversité des langues dans les pays d’accueil.
  • dans une perspective éducative, les données en langues constituent des outils indispensables pour la planification et la mise en place de politiques éducatives adéquates en tenant compte des langues vernaculaires. Deux stratégies sont généralement mentionnées comme des pré-requis pour le maintien de la langue vernaculaire : sa transmission intergénérationnelle et son enseignement à l’école.

Le questionnaire

6Il a été conçu en tenant compte de certains pré-requis : 1) il doit être approprié à tous habitants de l’île de Mayotte et inclure non seulement des questions classiques sur les pratiques langagières mais aussi des questions portant sur les activités littéraciées des enquêtés ; 2) il doit être aussi court que possible afin de permettre aux enquêtés (des élèves) de répondre rapidement à toutes les questions. Compte tenu des visées multiples de notre enquête, nous n’avons pas pu empêcher la longueur du questionnaire, puisqu’il est composé de 6 pages.

7Pour cela, l’étude a été réalisée sur la base d’un questionnaire à choix multiples composé de 57 questions dans sa version finale. Il est composé de sept parties distinctes :

  • les questions 1 à 13 sont destinées à recueillir des données de base sur les personnes interrogées (date et lieu de naissance, études poursuivies, lieu d’habitation) ;
  • les questions 14 à 33 traitent des langues, des attitudes et représentations des Mahorais sur elles ;
  • les questions 34 à 36 interrogent les pratiques langagières en famille et avec les proches (à la maison, dans la rue, dans le quartier) ;
  • les questions 37 à 46 portent sur l’usage des langues à l’école (en classe, à la récréation, à l’école coranique) et/ou au travail ;
  • les questions 47 à 52 s’intéressent aux activités littéraciées des enquêtés (lecture et écriture en dehors des devoirs de l’école), les usages des langues dans les médias et les nouvelles technologies ;
  • les questions 53 à 57 portent sur les loisirs et les pratiques extrascolaires des enquêtés, de manière générale.

Collecte et traitement des données

8Nous avons réalisé notre enquête dans les lycées de l’île lors de deux séjours à Mayotte. Les premières collectes ont eu lieu durant un séjour d’une semaine au mois de novembre 2008 où il a été question d’étude pilote, indispensable à toute enquête par questionnaire afin de vérifier la durée nécessaire à sa passation mais aussi la compréhension des questions. À la suite de cette session, quelques questions ont été reformulées alors que d’autres, considérées comme inutiles, ont été supprimées suivant les commentaires et suggestions des enquêtés. Lors de ce séjour nous avons collecté 270 questionnaires. Le second séjour a été effectué durant le mois de mars 2009. En accord avec le vice-rectorat de Mayotte, nous avons décidé de distribuer le questionnaire à tous les lycéens de l’île. Cette tâche a été confiée au CEFSM. Un mini guide de passation du questionnaire a été rédigé à destination des enseignants chargés de le faire remplir par les élèves de leurs classes.

9Le traitement des données a été fait au laboratoire LiDiFra par les chercheurs impliqués dans le projet. Compte tenu de la taille de la base de données (plus de 600 questionnaires), une vacataire a été recrutée pour saisir les données par l’intermédiaire du logiciel SPSS. Elle a été auparavant formée à cet outil informatique. Les données ont été analysées à l’aide de ce même logiciel. Faute de place, seuls les résultats les plus significatifs seront rapportés et commentés ici.

La population

10Sur 1 000 questionnaires reçus, seuls 652 ont pu être traités à ce jour.

Tableau no 1 – Nombre de sujets par sexe et âge moyens des enquêtés.

Tableau no 1 – Nombre de sujets par sexe et âge moyens des enquêtés.

11Sur l’ensemble de l’échantillon, 394 (60,4 %) sont des femmes et 250 (38,3 %) des hommes. 8 (1,2 %) ont omis de répondre à la première question sur leur sexe. L’âge moyen des femmes est de 18,09 et celui des hommes est de 17,69. La majorité de notre population étant constituée de lycéens, les âges moyens concordent. Dans le tableau suivant, nous avons représenté les lieux de naissance des enquêtés ainsi que ceux de leurs parents (mère et père).

Tableau no 2 – Les lieux de naissance des enquêtés et leurs mères et pères (nombre et %).

Tableau no 2 – Les lieux de naissance des enquêtés et leurs mères et pères (nombre et %).

1262,8 % des enquêtés sont nés à Mayotte ; les trois autres îles des Comores, en particulier Anjouan et Mohéli arrivent après. Même si tous les jeunes ne sont pas nés à Mayotte, au total, plus de 85 % sont nés dans l’archipel des Comores. Viennent ensuite la métropole et l’île de la Réunion (10,4 %). Ceux qui sont nés en dehors de Mayotte y sont arrivés depuis plus de dix ans.

13Pour les parents, les pourcentages sont très similaires : environ 40 % sont nés à Mayotte. Ceux qui sont nés dans les autres îles des Comores sont autour de 30 % et 8 % sont nés à Madagascar. Cela signifie que presque la moitié des parents viennent des îles environnantes et ne sont pas natifs de Mayotte. Par ailleurs, nous constatons un grand nombre de sans réponses pour les lieux de naissance des pères (16 %) et des mères (11,5 %).

L’usage des langues en famille

14Avant d’analyser le choix des langues par les enquêtés dans l’interaction, nous leur avons demandé d’abord de nous dire, de manière générale, les langues pratiquées à Mayotte.

Tableau no 3 – Les langues que l’on parle à Mayotte (nombre et %) [question 14].

Les langues que l’on parle à Mayotte

Nombre

N. en %

shimaore

642

98,5

français

595

91,

kibushi

559

85,5

shindzouani

414

63,5

shingazidja

405

62,

shimouali

270

41,5

arabe

180

27,5

15Ces résultats sont à prendre avec précaution dans la mesure où les écarts pourraient s’expliquer par le fait que, d’une part, la collecte des données a été effectuée principalement à Mamoudzou (chef-lieu de l’île et par conséquent elle est linguistiquement hétérogène) et, d’autre part, auprès de lycéens, chez qui incontestablement le français est devenu la langue de communication avec les parents, la fratrie et l’entourage. Nous pensons que c’est la raison pour laquelle le français, en tant que langue parlée à Mayotte, arrive en deuxième position là où on aurait attendu le kibushi, la seconde langue de File. Il sera intéressant par la suite d’effectuer un croisement des résultats par âge et langue utilisée. Les trois langues comoriennes arrivent juste après le kibushi : le shindzouani (la variété d’Anjouan) ; le shingazidja (pratiqué essentiellement à la Grande-Comore) et le shimouali (parlé à Mohéli). Ces résultats corroborent ceux du tableau 2 quant aux lieux de naissance des parents, qui à plus de 30 % viennent de ces trois îles. Pour ce qui est de l’arabe, 27,5 % des enquêtés pensent que cette langue est parlée à Mayotte. Bien que l’arabe ne soit pas véritablement enseigné, il bénéficie d’attitudes très favorables, et son usage est valorisant. La langue arabe est bien intégrée dans la culture locale, si l’on en juge par la quantité de mots que le shimaore lui a empruntés.

16Il est également possible que cette question ait été mal comprise comme « quelle langue tu parles à Mayotte », puisque parmi les réponses, nous avons eu l’anglais, l’espagnol, l’allemand, lesquelles sont apprises comme langues étrangères ou encore le créole. Pour ce dernier, il s’agit certainement des personnes originaires de l’île de la Réunion.

17Ces différentes langues citées par les enquêtés montrent le caractère indéniablement plurilingue de File. Mais qu’en est-il réellement des pratiques langagières au sein des familles ? Comme le soulignent Dabène et Moore (1995, p. 24) : « À cause de son fort pouvoir emblématique, le choix de langue définit l’adhésion à des valeurs propres à un groupe et fixe les limites entre ceux qui peuvent parler la langue et ceux qui ne le peuvent pas. » Les tableaux suivants présentent les résultats des choix des langues avec les proches à la maison (4) et en public (5).

Tableau no 4 – Choix des langues à la maison avec les proches (nombre et %) [question 34].

Tableau no 4 – Choix des langues à la maison avec les proches (nombre et %) [question 34].

Tableau no 5 – Choix des langues en public (dans la rue, le quartier) avec les proches (nombre et %) [question 34].

Tableau no 5 – Choix des langues en public (dans la rue, le quartier) avec les proches (nombre et %) [question 34].

18Le shimaore et le français occupent incontestablement les positions dominantes ; sont utilisés à la fois dans la sphère privée que dans la sphère publique et aussi bien avec les parents qu’avec les frères et sœurs. Paradoxalement, l’usage du français avec les parents ou la fratrie diminue légèrement lorsque les interactions ont lieu en public. Il est très difficile de donner une interprétation à ce résultat.

19Lorsque l’on croise les résultats sur les langues pratiquées généralement à Mayotte et les pratiques réelles, on constate très facilement les disparités entre les représentations dans le premier cas et les usages réels dans le second. On cite souvent les autres langues des îles comoriennes comme des langues de Mayotte alors qu’en réalité, les pourcentages de ceux qui les utilisent sont bien faibles. Il en est de même pour l’arabe. Les quelques personnes qui ont déclaré pratiquer cette langue en famille ou en dehors sont ceux, notamment dont les parents sont originaires d’Algérie.

20Tous ces résultats sont confirmés par ceux sur les choix des langues en public avec d’autres interlocuteurs (question 35) et notamment avec les amis, les vendeurs et les voisins. Le seul résultat intéressant concerne la pratique du français avec les voisins. Comme le prouve le tableau 6 : si respectivement 83 % et 69 % déclarent utiliser le français avec les amis ou les vendeurs dans les magasins, ils ne sont plus que 49 % à l’utiliser avec les voisins.

Tableau no 6 – Choix des langues en public avec les amis, les vendeurs et les voisins (nombre et %) [question 34].

Tableau no 6 – Choix des langues en public avec les amis, les vendeurs et les voisins (nombre et %) [question 34].

21Ces résultats obtenus par des questionnaires (déclarations) devraient être corroborés par des études d’échanges effectifs aussi bien dans le cadre familial qu’extra familial afin d’affiner ces résultats. C’est ce que Deprez (2000, p. 60) nomme « le lieu idéal de l’articulation entre les approches macro et micro ».

22Par ailleurs, nous avons tenté de comprendre le degré du plurilinguisme réceptif de nos enquêtés en leur demandant de nommer les langues qu’ils comprennent mais qu’ils ne pratiquent pas (question 36).

Figure n o 1 Les langues comprises par les participants mais non parlées

23Ces résultats donnent une explication quant à l’origine même des familles et les langues qui s’y parlent : outre les langues qu’ils parlent, la majorité des interrogés sont plurilingues réceptifs à Mayotte. Alors que 10 % des enquêtés ont déclaré parler le kibushi et les autres langues de l’archipel des Comores, plus de 30 % d’entre eux déclarent comprendre ces langues. Et 15 % déclarent comprendre l’arabe. On peut expliquer cela par l’importance de la religion musulmane à Mayotte.

Représentations et attitudes envers les langues parlées à Mayotte

  • 5 Pour une étude détaillée des attitudes et des représentations en linguistique, voir Castellotti et (...)

24D’après Castellotti et Moore (2000), les études portant sur les attitudes des locuteurs sur les langues et leurs usages « explorent les images des langues pour expliquer les comportements linguistiques, en s’intéressant aux valeurs subjectives accordées aux langues et à leurs variétés, et aux évaluations sociales quelles suscitent chez les locuteurs5 » (2000, p. 7).

25La figure suivante présente les langues les plus valorisées à Mayotte (question 17).

Figure n o 2Les langues les plus valorisées sur l’île de Mayotte (question 17).

26On y observe que les deux langues les plus privilégiées à Mayotte sont le français et le shimaore. Viennent ensuite le kibushi et dans une moindre mesure l’arabe tandis que les trois autres langues de l’archipel ne font pas partie des langues valorisées, ce qui confirme les enquêtes qualitatives effectuées déjà par le GRPM (groupe de recherche sur le plurilinguisme de Mayotte).

27Dans la question suivante, nous avons demandé aux enquêtés de nous dire les langues qui sont socialement acceptées et valorisées à Mayotte. La figure 3 donne les résultats pour cette question.

28Contrairement à la figure 2 où le français arrive en tête des langues les plus valorisées sur l’île, lorsqu’il s’agit de la valeur sociale des langues, le shimaore est de loin la langue qu’il faut posséder, si l’on souhaite être apprécié dans son village. Ce résultat est confirmé par les réponses à la question 19 : « Être Mahorais, c’est parler quelle langue ? » À cette question, 82 % des enquêtés ont répondu le shimaore et 56 % le français. Toutes les autres langues ont obtenu de très faibles scores (moins de 3 %) excepté le kibushi (15 %). Il en résulte que le shimaore joue le rôle de langue véhiculaire au sein de la communauté mahoraise et domine les autres langues vernaculaires, kibushi compris. Quant au français, avec les effets de la scolarisation, il s’impose de plus en plus dans l’île quel que soit son domaine d’utilisation. Ce que confirment les résultats des figures 4 et 5 qui, respectivement, nous donnent les réponses obtenues aux questions 20 (les langues d’avenir à Mayotte) et 21 (les langues assurant la promotion sociale).

Figure n o 3Dans votre village, quelle langue devrez-vous parler pour être mieux écouté(e) et apprécié(e) ? (question 18).

Figure n o 4Quelle est la langue ou quelles sont les langues d’avenir à Mayotte ? (question 20).

29Les résultats des figures 4 et 5 montrent que le français apparaît comme seule langue d’avenir et de promotion sociale.

30Les réponses obtenues dans la figure 6, traitant des langues que les jeunes souhaitent transmettre à leurs enfants, confirment les résultats des figures précédentes (4 et 5), puisque 91 % des enquêtés déclarent souhaiter transmettre le français à leurs enfants contre 46 % pour le shimaore. On le sait, la transmission d’une langue détermine son avenir, son maintien ou son attrition.

Figure n o 5Quelles sont les langues gui assurent la promotion sociale à Mayotte ? (question 21).

Figure n o 6Quelle(s) langue(s) souhaiteriez-vous transmettre à vos enfants ? (question 22).

31Pour les lycéens interrogés dans cette enquête, outre leur souhait de transmettre le français à leurs enfants, ils préfèrent que cette langue soit aussi celle des apprentissages scolaires. En revanche, il est étonnant de ne point retrouver dans cette liste l’anglais qui est considéré dans le monde entier comme une langue vivante étrangère incontournable. À la place de l’anglais, on retrouve, à Mayotte, la langue arabe dont l’apprentissage est souhaité par 31 % des enquêtés. Dès lors, on peut comprendre culturellement l’implantation de l’arabe comme langue liturgique. Dans une récente interview, le ministre de l’Éducation nationale, Luc Châtel, vient de se prononcer pour l’apprentissage généralisé de l’anglais dans les écoles, et cela, dès l’âge de trois ans, il compte ainsi « tirer toutes les conséquences de l’apport des nouvelles technologies dans l’enseignement des langues » et « revoir en profondeur les pratiques pédagogiques » dès le plus jeune âge. L’arabe fait partie des langues qui seront enseignées davantage dans les collèges français. Notre enquête, à Mayotte peut servir de base de réflexion pour la mise en place d’une langue comme l’arabe.

Figure n o 7Quelle(s) langue(s) souhaiteriez-vous que vos enfants apprennent à l’école (question 23).

L’usage des langues à l’école

32L’école constitue un lieu où les langues vernaculaires sont en contact avec le français, unique langue de scolarisation. Il est dès lors légitime de se demander quelle(s) langue(s) les élèves utilisent lorsqu’ils sont en classe ou à la récréation avec les différents interlocuteurs : leurs copains d’école, les enseignants et tous les autres acteurs du système éducatif. D’un autre côté, quelle(s) langue(s) ont recours leurs interlocuteurs lorsqu’ils s’adressent à eux dans les mêmes situations ? Il s’agit, pour nous, de faire un état des lieux des pratiques réelles des langues en situation formelle (en classe) et informelle (en récréation).

33La figure 8 présente les réponses à la question (37a) concernant les langues utilisées en classe avec les amis.

34En situation formelle (en classe), le français reste incontestablement la langue la plus majoritaire (87 %). Avec 52 %, le shimaore se place en deuxième place. Des entretiens semi-directifs peuvent éclairer ces pratiques déclarées dans la mesure où nous ne savons pas dans quelles circonstances les élèves utilisent le shimaore.

35La figure 9 répond en partie à cette question.

36En salle de classe, l’interaction avec les enseignants se fait majoritairement en français. Le pourcentage cependant est identique à celui obtenu pour les interactions avec les amis (87 %). En revanche, le pourcentage d’utilisation du shimaore avec les enseignants est nettement moindre, puisque seuls 15 % déclarent l’utiliser alors qu’ils étaient 52 % à l’utiliser avec les amis. Nous supposons que la majorité des enseignants mahorais sont aussi des locuteurs du shimaore. L’usage des autres langues en classe est très résiduel : pour certaines, il est réduit à quelques locuteurs ; pour d’autres, il y est totalement absent.

Figure n o 8Quelles langues parlez-vous quand vous êtes dans votre salle de classe à l’école, avec vos ami(e)s (question 37a).

Figure n o 9Quelles langues parlez-vous quand vous êtes dans votre salle de classe à l’école avec vos professeurs mahorais ? (question 37b).

37Pour ce qui est des interactions avec les enseignants métropolitains, l’usage unique du français s’impose, puisqu’ils sont plus de 94 % à déclarer n’utiliser que le français avec eux.

Figure n o 10Quelles langues parlez-vous quand vous êtes dans votre salle de classe à l’école avec vos professeurs métropolitains (question 37c).

Figure n o 11Quelle(s) langue(s) utilisent vos professeurs mahorais en classe (question 38).

38Pour ces interactions, il est utile d’établir leur caractère symétrique (les interactions se font dans la même langue par les deux interlocuteurs) ou asymétrique (les échanges se font dans des langues différentes). Dans le cas du français, nous observons une symétrie parfaite, puisqu’il y a autant de jeunes qui l’utilisent pour s’adresser aux enseignants mahorais que d’enseignants mahorais qui ont recours à cette même langue pour s’adresser à leurs élèves. Il n’est pas de même pour le shimaore qui est utilisé dans des interactions asymétriques. Seuls 9 % des élèves déclarent que leurs enseignants mahorais utilisent le shimaore pour s’adresser à eux alors qu’ils sont 15 % à déclarer utiliser cette langue avec leurs mêmes enseignants. On suppose donc que 6 % des enseignants mahorais répondent en français même lorsque leurs élèves leur parlent en shimaore.

Figure n o 12Quelle(s) langue(s) utilisent vos professeurs métropolitains en classe (question 39).

39La figure 12 montre des interactions symétriques avec les enseignants métropolitains.

CONCLUSION

40La demande de reconnaissance et de prise en compte des langues vernaculaires à l’école s’accompagne d’une forte revendication du français à l’école. Loin d’être surprenante, cette attitude témoigne du pragmatisme des Mahorais qui savent que le français représente à Mayotte l’outil de la réussite sociale et de l’insertion professionnelle. Nos résultats confirment ce pragmatisme, puisque, pour la grande majorité de nos enquêtés, le français demeure l’unique langue d’ascension sociale qu’il faut transmettre aux enfants et qui a un bon avenir à Mayotte et semble devenir une langue territorialisée.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Castellotti V. et Moore D., 2002, Représentations sociales des langues et enseignements, Strasbourg, Conseil de l’Europe.

Dabene L. et Moore D., 1995, « Bilingual Speech of Migrant People » dans L. Milroy et P. Muysken (dir.), One Speaker, Two Languages: Cross-disciplinary Perspectives on Code-switching, Cambridge, Cambridge University Press, p. 27-44.

Deprez C, 2000, « Le jeu des langues dans les familles bilingues d’origine étrangère », Estudios de Sociolingüïstica, no 1 (1), p. 59-74.

Laroussi F. (dir.), 2009a, Mayotte, une île plurilingue en mutation, La Réunion, Éditions du Baobab.

—, 2009b, « Le plurilinguisme à Mayotte : état des lieux et perspectives », dans idem (dir.), Langues, identités et insularités : regards sur Mayotte, Rouen, Publications des universités de Rouen et du Havre, p. 27-44.

Skutnabb-Kangas T., 1995, « Multilinguals and The Education of Minority Children », dans O. Garcia et C. Baker (dir.), Policy and Practice in Bilingualism: Extending The Foundations, Clevedon (UK), Multilingual Matters, p. 40-62.

Notes

4 Le traitement des données de l’enquête n’étant pas encore achevé, il s’agit donc uniquement d’une partie de l’analyse qui est livrée ici.

5 Pour une étude détaillée des attitudes et des représentations en linguistique, voir Castellotti et Moore (2000).

Table des illustrations

Titre Tableau no 1 – Nombre de sujets par sexe et âge moyens des enquêtés.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5188/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Tableau no 2 – Les lieux de naissance des enquêtés et leurs mères et pères (nombre et %).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5188/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Tableau no 4 – Choix des langues à la maison avec les proches (nombre et %) [question 34].
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5188/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Tableau no 5 – Choix des langues en public (dans la rue, le quartier) avec les proches (nombre et %) [question 34].
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5188/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Tableau no 6 – Choix des langues en public avec les amis, les vendeurs et les voisins (nombre et %) [question 34].
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5188/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Figure n o 1 Les langues comprises par les participants mais non parlées
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5188/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Figure n o 2Les langues les plus valorisées sur l’île de Mayotte (question 17).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5188/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende Figure n o 3Dans votre village, quelle langue devrez-vous parler pour être mieux écouté(e) et apprécié(e) ? (question 18).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5188/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Figure n o 4Quelle est la langue ou quelles sont les langues d’avenir à Mayotte ? (question 20).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5188/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Figure n o 5Quelles sont les langues gui assurent la promotion sociale à Mayotte ? (question 21).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5188/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende Figure n o 6Quelle(s) langue(s) souhaiteriez-vous transmettre à vos enfants ? (question 22).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5188/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Figure n o 7Quelle(s) langue(s) souhaiteriez-vous que vos enfants apprennent à l’école (question 23).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5188/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Figure n o 8Quelles langues parlez-vous quand vous êtes dans votre salle de classe à l’école, avec vos ami(e)s (question 37a).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5188/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Figure n o 9Quelles langues parlez-vous quand vous êtes dans votre salle de classe à l’école avec vos professeurs mahorais ? (question 37b).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5188/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Figure n o 10Quelles langues parlez-vous quand vous êtes dans votre salle de classe à l’école avec vos professeurs métropolitains (question 37c).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5188/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende Figure n o 11Quelle(s) langue(s) utilisent vos professeurs mahorais en classe (question 38).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5188/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende Figure n o 12Quelle(s) langue(s) utilisent vos professeurs métropolitains en classe (question 39).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5188/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 24k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540