Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Plurilinguisme, politique linguistique et éducation

 | 
Foued Laroussi
, 
Fabien Liénard

Ire partie. La situation linguistique de Mayotte

La langue comorienne

Unité et diversité

Mohamed Ahmed-Chamanga

Texto completo

Situation

1La langue comorienne est appelée par ses locuteurs shimasiwa, mot qui veut dire « langue de l’archipel ». On entend actuellement shiKomori qui signifie « langue des Comores ».

  • 2 Recensement de 2004 aux Comores.
  • 3 Recensement de 2007 de l’INSEE.

2D’une manière générale, elle est parlée comme langue première par la très grande majorité des habitants des quatre îles de l’archipel : Ngazidja (Grande-Comore, 363 000 habitants), Ndzuani (Anjouan, 252 000 habitants), Mwali (Mohéli, 31 000 habitants2) et Maore (Mayotte, 186 452 habitants3) soit un total de 832 000 habitants. Compte tenu d’un taux de croissance de la population de 3,02 % et d’un taux de natalité de 39,52 ‰, ce total a certainement augmenté depuis. À Mayotte une minorité, un tiers peut-être des habitants, parle comme langue première un dialecte malgache, le kibushi. Mais ils sont souvent bilingues, avec le shiMaore comme seconde langue. À cela, il faut ajouter naturellement l’importante population comorienne émigrée Outre-mer, qui compte sans doute plus de 200 000 personnes. Soit un total approximatif de plus de 1 000 000 d’individus.

3En plus de ces langues maternelles de la population comorienne, d’autres langues sont employées sur l’archipel, dans des domaines bien précis.

Langue de religion : arabe

4Musulmane et de rite chaféite dans sa grande majorité, la population apprend à lire et à écrire l’arabe dès la petite enfance. Pour certains, cet apprentissage se complétera plus tard par l’étude de cette langue qui est considérée comme « la » langue de la religion par excellence. C’est donc la langue des cultes, mais aussi des études religieuses et des pratiques confrériques. Alors que le swahili servait de relais dans ces apprentissages, nous observons, depuis quelque trois décennies, un nombre croissant d’étudiants qui vont directement dans les pays arabes poursuivre leurs cursus scolaire et universitaire. Ceci renforce encore plus le poids de cette langue. La multiplication des écoles arabo-islamiques dans le pays en est une preuve évidente.

Figure no 1Comores : carte de situation.

Langue de communication régionale : swahili

  • 4 Comme la chronique de S. Bakari, dans M. Ahmed-Chamanga et N.-J. Gueunier (1979) Le Dictionnaire co (...)

5Jusqu’au début de la colonisation, c’est le swahili qui jouait le rôle de langue de communication. Des chroniques4, ainsi que les traités et les correspondances avec les représentants de la France sous le protectorat, étaient souvent rédigés dans cette langue. On avait ainsi recours à des interprètes coloniaux qui traduisaient du comorien en swahili et/ou du swahili au français. Langue véhiculaire dans toute l’Afrique orientale, son influence s’étendait jusqu’à la côte nord-ouest de Madagascar.

6Bénéficiant encore d’un grand prestige dans la mémoire collective des Comoriens, le swahili reste une source importante de néologie dans le domaine religieux, grâce notamment au rôle joué par Zanzibar dans la formation des juristes et des théologiens comoriens jusqu’au milieu du XXe siècle, et le domaine politique avec la révolution tanzanienne du charismatique président Julius Nyerere, en particulier sous Ali Soilihi (1975-1978).

Langue de pouvoir et d’institution : arabe, swahili, français

7Au temps des sultanats, l’arabe et le swahili servaient de langues administratives. Le swahili, employé sur place, était d’ailleurs légèrement influencé par le comorien. Depuis la colonisation, le français est devenu de fait langue officielle. Son influence s’est renforcée à partir du milieu du XXe siècle, et plus particulièrement depuis l’avènement de l’autonomie interne et la multiplication des écoles. Langue de l’enseignement public, le français est présent dans toute l’administration coloniale et est devenu la langue des échanges internationaux.

8L’indépendance des Comores et le maintien de la France à Mayotte n’ont pas vraiment changé la donne. La langue française, devenue par la force des choses langue de pouvoir pendant la période coloniale, reste encore la langue du pouvoir politique après l’indépendance.

9Mais cette position est aujourd’hui malmenée, du moins dans les trois îles sous administration comorienne. Le nombre de plus en plus important de cadres formés dans les pays arabes du Moyen-Orient, le prosélytisme des islamistes, l’adhésion des Comores à la Ligue arabe, l’environnement régional dominé par l’anglais, et la dégradation de la situation socioéconomique expliquent sans doute cette situation. De plus en plus, on voit le pouvoir politique et administratif échapper aux cadres issus de l’école française.

Dialectologie du comorien

  • 5 Shi- est le préfixe qui indique une langue. Il peut se placer devant n’importe quel nom de lieu pou (...)

10Les Comoriens ont une manière, très généralement acceptée, de se représenter la classification des dialectes de leur langue. Selon cette représentation, il y a quatre variétés principales, ou dialectes principaux, qui correspondent chacun à l’une des îles : le shiNgazidja qui est parlé à Ngazidja, le shiMwali parlé à Mwali, le shiNdzuani parlé à Ndzuani et enfin le shiMaore parlé à Maore5.

11En fait, la situation à l’intérieur d’une même île n’est pas si homogène qu’on pourrait le croire. Aussi, parler du « vrai » shiNgazidja, du « vrai » shiMwali, du « vrai » shiNdzuani ou du « vrai » shiMaore (comme on a souvent tendance à le dire) est un non-sens. Des différences existent par exemple entre le shiNgazidja de Moroni et celui de Mbéni ou de Foumbouni, le shiMwali de Fomboni et celui de Nyumashiwa ou de Miringoni, entre le shiNdzuani de Mutsamudu et celui de Domoni ou de Koni-Djodjo ou enfin le shiMaore de Tsingoni et celui de Mwanatrindri ou de Labatwara. Qui peut prétendre parler le vrai dialecte ?

Figure no 2Comores : carte linguistique

12D’aucuns se demandent comment, sur une échelle aussi petite que les Comores, il peut exister des différences parfois aussi sensibles entre les dialectes. Cela est sans doute inhérent à l’évolution normale de toute forme linguistique dans une situation de communications réduites entre les régions et en l’absence de standardisation par l’écrit. Durant des siècles, la grande majorité de la population était enracinée dans leur zone pour les travaux champêtres, les gens pouvaient cultiver plus facilement des particularismes locaux, caractérisés par la conscience à l’appartenance à une communauté. En effet, dans une civilisation où les jeunes passent la plus grande partie de leur vie dans le village, et y reçoivent leur éducation et leur instruction ensemble, il n’y a pas de raison que la variété du village soit abandonnée au profit d’une autre.

  • 6 Habitat Mahorais, fasc. I, « Une perspective ethnologique », étude réalisée par J. Breslar, Paris, (...)
  • 7 Selon N.-J. Gueunier, professeur d’ethnologie à l’université de Strasbourg et spécialiste de Madaga (...)

13Naturellement, il arrive aussi que les mouvements de population jouent un rôle dans l’apparition, ou dans le maintien, de variétés dialectales. Dans l’enquête que l’anthropologue J. Breslar6 avait faite sur Mayotte au milieu des années 1970, on lui avait expliqué que les variantes micro-dialectales entre des villages proches les uns des autres venaient du fait que la compagnie coloniale qui exploitait les plantations dans ces villages avait recruté ses ouvriers dans des îles différentes. En outre, les nouveaux venus sont souvent désireux d’apprendre la langue de l’endroit où ils s’installent. Comme le montre l’exemple du nord de Madagascar où une grande partie de la population actuelle, issue de migrations venant du Sud-Est (Antaisaka), ou du Sud (Antandroy) parlent à présent la variété locale du malgache7.

14Le linguiste ne raisonne pas nécessairement dans les mêmes termes que les habitants. En se fondant sur les différences et les ressemblances objectives entre les variétés de la langue, le linguiste répartit plutôt les variétés de la langue comorienne en deux groupes, chacun de ces groupes étant à son tour subdivisé. On distingue ainsi un groupe occidental et un groupe oriental. Les différences à l’intérieur de chacun des deux groupes sont modestes. Le groupe occidental est formé par le shiNgazidja et le shiMwali (gr. 1) et le groupe oriental comprend le shiMaore et le shiNdzuani (gr. 2).

15Les différences entre les deux groupes se manifestent essentiellement sur quatre niveaux :

le niveau phonologique

16Les phonèmes présentent des correspondances régulières presque générales, à titre d’exemple, prenons le cas du shiNgazidja (gr. 1) et du shiNdzuani (gr. 2) :

le niveau de la morphologie verbale

17Le système verbal comorien est très complexe. Les marqueurs de temps ou d’aspect peuvent changer selon le statut affirmatif ou négatif du verbe. Prenons par exemple le cas du shiNdzuani :

  • 8 Absence d’un morphème de manière explicite, mais qui existe implicitement dans la structure sous-ja (...)

18à l’affirmatif, le marqueur de l’aspect est le signe zéro (Ø8), associé ici à la voyelle finale e qui reprend la voyelle du radical -pvendz-. Au négatif, c’est le morphème -a- qui vient immédiatement après le pronom tsi- qui assure la valeur aspectuelle de l’accompli. Le pronom de la 1re personne du singulier peut également être fonction du temps. Par exemple :

19C’est d’ailleurs dans les formes verbales que l’on rencontre les différences essentielles entre les deux groupes des parlers comoriens.

Le présent affirmatif

20Nous pourrons illustrer cette thèse en prenant l’exemple du verbe huona, « voir » à la première personne du pluriel du présent affirmatif entre le groupe occidental (shiNgazidja) et le groupe oriental (shiNdzuani) :

  • on voit que dans ce verbe qui signifie « nous voyons », la base verbale est la même : -ona ;

  • l’élément préfixé qui signifie « nous » est commun lui aussi : c’est ri ;

  • mais l’élément qui marque le temps présent est différent. Dans le premier cas, c’est l’élément nga, placé en début du mot. L’élément qui a la même fonction dans la variante des dialectes du deuxième groupe est un préfixe qui vient se placer avant le radical (mais après l’élément qui traduit « nous ») : si.

Le futur négatif

21Dans la forme du groupe oriental, le verbe -ona, « voir » est affecté :

  • d’un premier préfixe indiquant la négation ka, « ne… pas » ;

  • d’un deuxième préfixe indiquant la personne sujet ri, « nous » ;

  • et d’un troisième préfixe indiquant le temps futur tso.

  • 9 C’est la raison pour laquelle nous avons proposé d’écrire cette forme en deux mots.

22Dans la forme du groupe occidental, la base verbale reste la même et les deux premiers préfixes aussi. Mais le futur est exprimé d’une autre manière, qui peut se comparer aux temps avec auxiliaire du français ; en effet, karina signifie « nous n’avons pas » et il est suivi de unona, « voir » qui commence par le préfixe de l’infinitif u-9.

Le futur affirmatif

23Le shiNgazidja utilise le morphème auxiliaire -djo-. Exemple :

ngaridjohenda « nous irons »

24Nous voyons ici que le morphème est employé avec le marqueur du présent nga, vu précédemment. Le shiNdzuani utilise le morphème -tso- comme marqueur du futur simple. Exemple :

ritsoendra « nous irons »

25Ces différences n’empêchent pas des usages croisés.

Au futur affimatif

26Ainsi, l’équivalent du morphème -djo- en shiNdzuani est -jo-. Associé au marqueur -si- du présent, il exprime l’idée d’un futur immédiat. Exemple :

risijoendra (voir ngaridjohenda du shiNgazidja)
« nous allons aller (dans très peu de temps) ou nous n’allons pas tarder à aller »

27Le cas du shiMwali est encore plus intéressant, car ce dialecte utilise, pour le futur, les morphèmes du futur -tso- (rencontré en shiNdzuani) et -djo (rencontré en shiNgazidja). Le premier (-tso-) est employé dans une phrase simple ou dans la phrase principale dans une phrase complexe :

ritsoenda « nous irons »

28et le deuxième (-djo-) est employé lorsque le verbe se trouve dans une phrase subordonnée relative :

(wakati) ridjoenda… « (quand) nous irons… »

Au futur négatif

29On retrouve la même situation. La forme du groupe occidental karina uona que nous avons déjà vu, existe aussi dans le groupe oriental. Mais elle exprime dans ce dernier groupe l’idée d’un futur négatif absolu. Ainsi :

en shiNgazidja karma uona « nous ne verrons pas »
et en shiNdzuani karina huona « jamais nous ne verrons »

30En revanche, les différences morphologiques entre les deux groupes s’effacent complètement à la forme négative du présent de l’indicatif. Cela nous donne :

le niveau de la morphologie nominale

31Il peut exister à ce niveau des différences dans la classification de certains noms ou même dans la forme des préfixes. Exemples :

  • 10 Cet élément n’est pas attesté en swahili.

32Tous les dialectes comoriens connaissent un morphème actualisateur appelé augment ou pré-préfixe devant un nom défini10. L’absence de marqueur exprime une généralité ou un indéfini. La forme du pré-préfixe dépend de la classe du nom à déterminer. Exemples :

Le niveau lexical

33Aucune étude statistique n’a été réalisée jusqu’ici. Selon nos recherches en cours, le pourcentage de vocabulaire commun se situerait à environ 80 % à 90 % entre les deux groupes. En voici quelques exemples en shiNgazidja et shiNdzuani :

34On voit que la plupart des mots courants sont communs. Quelques-uns sont réellement différents (épaule et derrière par exemple). D’autres sont proches, visiblement de même origine, mais avec des différences phonétiques (tête, nez, cuisse et joue). On comprend alors que les grandes divisions données en deux groupes sont souvent schématiques et ne reflètent que de manière partielle et partiale la réalité linguistique de cette langue.

35Si nous prenons le cas du shiMwali, que nous avons rangé dans le groupe occidental, et si nous prenons en compte tous les traits de ce dialecte, on s’aperçoit qu’il se situe à mi-chemin entre le shiNgazidja avec lequel il partage le système phonologique et une partie de sa morphologie verbale, et le shiNdzuani avec lequel il partage un stock très important de son lexique et également une bonne partie de sa conjugaison.

36De même, si nous observons le cas du shiNdzuani et du shiMaore, nous nous apercevons que les différences sont souvent négligeables et en tout cas ne gênent en rien l’intercompréhension entre les locuteurs des îles de Ndzuani et de Maore.

  • 11 Voir M. Ahmed-Chamanga (2010), Introduction à la grammaire structurale du comorien. vol. I : Le shi (...)

37Les quelques difficultés que l’on peut rencontrer, en particulier entre locuteurs du shiNgazidja et du shiNdzuani/shiMaore, ne sont pas souvent dues à des différences lexicales, morphologiques ou syntaxiques, mais plutôt à des différences de réalisation phonétique ou morphophonologique. En effet, on observe en shiNgazidja une tendance très poussée à la contraction, à l’élision et l’amalgame11. Cette difficulté de communiquer entre ces locuteurs s’estompe souvent très vite si l’on réduit le débit de la parole.

Position du comorien par rapport au swahili et à l’arabe

  • 12 C. Sacleux (1909) Grammaire des dialectes swahilis, Paris, Procure des Pères du Saint-Esprit ; id. (...)
  • 13 D. Nurse et T. J. Hinnebusch (1984) Swahili and Sabaki. A linguistic History, Berkeley-Los Angeles- (...)

38On entend parfois dire que le comorien est une variété de swahili. Cette idée est fausse. Mais il est vrai que le swahili est une langue bantoue, comme le comorien, et qu’ils sont proches. Déjà le linguiste C. Sacleux, qui avait composé des dictionnaires du swahili et du comorien, avait montré cette différence dans la première moitié du XXe siècle12. Les linguistes actuels, spécialistes du swahili, comme G. Philippson et D. Nurse13, sont catégoriques sur cette question : le comorien n’est pas un dialecte swahili.

  • 14 Nous avons même, il y a quelque temps, été consulté par une étudiante qui nous demandait des consei (...)

39C’est un peu la même chose avec l’idée que le comorien serait une sorte d’arabe14. La raison de cette confusion, c’est que dans le lexique (ou le vocabulaire) de la langue comorienne, on remarque un grand nombre de mots d’origine arabe. Mais il s’agit du lexique, pas de la structure de la langue. La structure de la langue, elle, est très différente de celle de la langue arabe.

40Le comorien n’est donc pas un mélange d’arabe et de swahili. C’est une langue distincte de l’arabe et distincte du swahili. Elle appartient à la famille que les linguistes appellent la famille des langues bantoue.

  • 15 Carte extraite de : http://en.wikipedia.org/wiki/Bantu_languages.

41Dans la classification de M. Guthrie, qui sert de référence aux spécialistes, elle porte un numéro : G 44 (la lettre G correspond à une des zones régionales de la classification des langues bantoue, qui s’étendent sur la plus grande partie de la moitié sud de l’Afrique15).

  • 16 P. Alexandre (1968), « Le bantu et ses limites », dans André Martinet (dir.), Le Langage, Paris, Ga (...)

42Si l’on considère la classification des langues bantoue, le comorien, qu’elle qu’en soit la variante, répond parfaitement à tous les critères définis par cet éminent comparatiste16. Nous pouvons citer plusieurs de ces critères.

Les critères principaux

  • 17 Les exemples que nous donnons sont en shiNdzuani.

43D’abord l’existence d’un système de genres grammaticaux qui présentent les traits suivants17 :

  • les indicateurs sont des préfixes qui permettent de ranger les noms dans un certain nombre de classes ;

  • les classes s’associent généralement par paires en opposition de nombre singulier/pluriel. Nous avons par exemple le genre des humains (Muntru « une personne » / wantru « des personnes » ; mzungu « un Blanc » / wazungu « des Blancs »…), le genre des plantes (mri « un arbre » / miri « des arbres », mnadzi « un cocotier » / minadzi « des cocotiers »…), etc. En comorien, on compte quinze classes nominales. On signalera aussi l’existence des genres à une seule classe, c’est-à-dire sans référence à l’opposition entre singulier et pluriel. C’est le cas en comorien avec le genre des liquides (maji « eau » ; mare « salive » ; matra « huile »…), le genre des infinitifs (hula « manger », hutseha « rire », husoma « étudier ou lire »…), etc. ;

  • quand un mot appartient à une classe donnée, tous les mots qui dépendent de lui (comme les adjectifs qualificatifs, les démonstratifs ou les verbes) s’accordent avec lui au moyen de préfixes d’accord propres à chaque classe. En prenant le thème adjectival -zuri « beau », nous obtiendrons les accords suivants : mntru mzuri « une belle personne », wantru wazuri « de belles personnes », mri mzuri « un bel arbre », miri mizuri « de beaux arbres », etc.

  • les genres n’ont aucune signification en rapport avec le sexe (pas de masculin, ni de féminin). En revanche ils ont un certain rapport avec des classifications sémantiques : il y a un genre qui contient les noms des humains, un genre qui contient les noms des arbres, etc. Mais, en dehors du premier genre qui ne contient que des noms d’humains (et celui de Dieu), ces classifications sémantiques des noms entre les genres sont partielles et souvent peu cohérentes.

  • 18 Voir M. Guthrie (1971), Comparative Bantu, vol. 2. Farnborough, Gregg International.

44Ensuite, la possibilité de rattacher selon des règles rigoureuses un minimum de vocabulaire commun à une racine supposée commune18 (le bantou commun : BC). Prenons par exemple le comorien et trois autres langues bantoues (swahili, kinyarwanda et kikongo) et faisons quelques rapprochements :

Les critères secondaires

Critères morphologiques

45Ils concernent la structure des mots qui se forment par agglutination d’affixes autour d’un radical généralement de type CVC. Exemples :

Critères phonologiques

46Le système vocalique est équilibré pour les radicaux, avec un /a/ médian et des voyelles antérieures et postérieures en nombre égal :

Antérieurs

Centrale

Postérieures

1erdegré

i

u

2e degré

e

o

3e degré

a

47avec une fréquence d’harmonie vocalique très élevée dans les thèmes nominaux (même dans les emprunts) : ɓandra, mpindri, ɓele, domo, putu, puzi, taravo kisi, pulisi…

Particularité du comorien par rapport à l’arabe

  • 19 Voir la thèse de M. Lafon (1987), Le shingazidja, une langue bantu sous influence arabe, PhD, INALC (...)

48Si le comorien s’avère donc être une langue bantoue à part entière, il n’en reste pas moins qu’il est très influencé par l’arabe sur le plan phonologique, lexical, morphologique, voire syntaxique, au point d’en perturber son système originel19.

Sur le plan phonologique

  • 20 Le système phonologique étant légèrement différent entre les deux groupes dialectaux, ce tableau es (...)

49Si l’on considère les mots d’étymologie « strictement » bantoue, le système phonologique se résume à ceci20 :

50La plupart des sons d’emprunts s’intégrent dans le moule bantou. Par exemple, l’un des traits remarquable est la présence des consonnes implosives ɓ et ɗ. Ces consonnes sont absentes en arabe, mais la langue l’introduit souvent même dans des emprunts à l’arabe : ɓahati « chance » ; ɓaɓu « chapitre » ; ɗaɗa « idiot » ; ɗifu « fibre, tamis ».

51Mais l’arabe a aussi introduit dans la langue d’autres phonèmes, en particuliers les dentales. Ce qui nous donne le tableau consonantique suivant :

  • 21 La dentale t est attestée dans quelques rares mots non d’origine arabe comme -towa « sortir, extrai (...)

Note 2121

Sur le plan lexical

52C’est là que le rapprochement avec le swahili est le plus spectaculaire. Comme le swahili, le comorien a un lexique mixte : une partie d’étymologie bantoue et une partie d’étymologie arabe, même dans les mots du vocabulaire de base. Exemples :

Sur le plan morphologique

Les classes nominales

53Nous avons vu que la classification nominale est le critère fondamental et le plus évident de l’attachement à la famille bantoue dans la structure. Ce critère doit s’appliquer aussi au lexique d’emprunt. Un nom se range dans une classe donnée, au moyen souvent d’un indicateur de classe qui est un préfixe. Or dans les mots d’emprunt, cet indicateur est souvent absent (marque Ø-), d’où les hésitations ou les différences de classication de ces mots dans les différents dialectes (Ng = Ngazidja ; Nz = Ndzuani). Exemples :

54Signalons encore le cas très intéressant du mot malaika « ange(s) ». En shiNdzuani, ce mot est rangé en classe 9/10, c’est-à-dire qu’il a la même forme au singulier et au pluriel, avec comme préfixe Ø-. En shiNgazidja, en revanche, il est considéré comme un mot de la classe 6, c’est-à-dire, comme un pluriel, en considérant la première syllabe du mot, ma-, comme un préfixe de classe. Par cette interprétation, le shiNgazidja a forgé un singulier du mot : ɗaika « (un) ange » (qui n’existe pas en arabe), par analogie aux mots de la classe 5 qui commencent par ɗ, comme ɗaho « maison » qui donne malaho « maisons » au pluriel ou encore ɗomo « lèvre » qui donne malomo « lèvres » au pluriel.

La morphologie verbale

  • 22 Sauf pour le verbe shiNgazidja –trend e « être devant », tous les verbes qui se terminent par la vo (...)

55Les verbes d’étymologie bantoue se terminent presque tous par la voyelle-suffixe /a/. Mais un nombre important de verbes d’emprunt ne se terminent pas par ce suffixe, mais une voyelle lexicale qui peut être i ou u ou e22. Exemples :

56Cela n’est pas sans conséquence dans la conjugaison des verbes. C’est ainsi que les verbes de la première colonne (bantous) et les verbes de la deuxième colonne donnent à la première personne du singulier et à l’accompli affirmatif ceci :

  • 23 Voir M. Lafon (1984) « Régularité et irrégularité dans le système verbal du shingazidja (grand-como (...)

57Nous constatons que dans la première colonne, la voyelle finale des verbes conjugués est la même que celle du radical (il y a donc harmonie vocalique), alors que dans la deuxième colonne, la voyelle finale des verbes conjugués reste la même que celle de l’infinitif23.

Sur le plan syntaxique

58Le comorien est une langue du type SVO.

Umwana ano lidzia /l’enfant / il a bu / le lait / « L’enfant a bu le lait »

59L’arabe, langue du type VSO, joue un rôle très important dans la vie spirituelle des Comoriens ; il arrive ainsi que les locuteurs en viennent à calquer la structure syntaxique de l’arabe pour l’appliquer dans la structure du comorien. Cela s’entend plus particulièrement dans la traduction des textes religieux. Par exemple, l’expression arabe :

qâla al-lahu ta’âla / a dit / Allah / le-très-haut/

60est souvent traduit en comorien par :

arongoa Mnyezi-Mngu mtukufu

61c’est-à-dire, en adoptant le même ordre des mots que l’arabe :

« A-dit Allah Le-Très-Haut »

62alors qu’on devrait dire, si on suivait l’ordre des mots de la langue courante :

Mnyezi-Mngu mtukufu arongoa

En guise de conclusion

63Il nous paraît clair que le comorien est une langue unique, différente du swahili et de l’arabe, avec une variation dialectale qui n’empêche pas l’intercompréhension.

64La tentative d’officialisation du comorien par A. Soilih au lendemain de l’indépendance avait le mérite d’amorcer un début de standardisation de la langue comorienne, du moins sur les plans orthographique et lexical. Les nombreuses néologies politiques et techniques introduites lors d’une vaste campagne d’alphabétisation avaient renforcé le sentiment à tous les Comoriens de posséder déjà une langue standard. La meilleure connaissance que nous avons aujourd’hui sur la langue comorienne montre que cette standardisation est possible, pourvu qu’on le veuille.

65Aujourd’hui, aussi bien à Moroni qu’à Mamoudzou, l’idée d’introduire la langue dans le système éducatif fait son chemin. Il nous paraît primordial que le système orthographique soit harmonisé et que l’on réfléchisse sur cette langue standard que tous les habitants de l’archipel des Comores appellent de leurs vœux. Ne serait-ce que pour des raisons économiques, il serait contreproductif que chaque partie favorise un développement séparé de sa variété, sans tenir compte de ce qui se fait à côté.

Notas

2 Recensement de 2004 aux Comores.

3 Recensement de 2007 de l’INSEE.

4 Comme la chronique de S. Bakari, dans M. Ahmed-Chamanga et N.-J. Gueunier (1979) Le Dictionnaire comorien-français et français-comorien du R.P. Ch. Sacleux, Paris, SELAF.

5 Shi- est le préfixe qui indique une langue. Il peut se placer devant n’importe quel nom de lieu pour en désigner le parler. C’est ainsi qu’on peut parler par exemple de shiPamandzi, shiLabatwara, shiMomoju, shiSada, shiTsingoni… pour désigner les variétés locales, ou sous-dialectes, du shiMaore parlé à Pamandzi, Labattoir, Mamoudzou, Sada, Tsingoni, etc.

6 Habitat Mahorais, fasc. I, « Une perspective ethnologique », étude réalisée par J. Breslar, Paris, Édition AGG, s. d. (1979), 237 p., cartes, phot., dessins, tabl., bibl.

7 Selon N.-J. Gueunier, professeur d’ethnologie à l’université de Strasbourg et spécialiste de Madagascar (communication personnelle).

8 Absence d’un morphème de manière explicite, mais qui existe implicitement dans la structure sous-jacente.

9 C’est la raison pour laquelle nous avons proposé d’écrire cette forme en deux mots.

10 Cet élément n’est pas attesté en swahili.

11 Voir M. Ahmed-Chamanga (2010), Introduction à la grammaire structurale du comorien. vol. I : Le shiNgazidja, Moroni, Komedit ; vol. II : Le shiNdzuani (sous presse).

12 C. Sacleux (1909) Grammaire des dialectes swahilis, Paris, Procure des Pères du Saint-Esprit ; id. (1939), Dictionnaire swahili-français, Paris, Institut d’éthnologie ; M. Ahmed-Chamanga et N.-J. Gueunier (1979) Le Dictionnaire comorien-français et français-comorien du R.P. Sacleux, Paris, SELAF.

13 D. Nurse et T. J. Hinnebusch (1984) Swahili and Sabaki. A linguistic History, Berkeley-Los Angeles-Londres, University of California Press.

14 Nous avons même, il y a quelque temps, été consulté par une étudiante qui nous demandait des conseils pour un mémoire quelle voulait faire sur le sujet : l’arabe comorien. Nous avons été obligé de la décevoir en lui disant que nous ne pouvions pas l’aider sur ce sujet, parce que l’arabe comorien n’existe pas ! Il y a bien eu quelques manuscrits en arabe, écrits par des sheikhs comoriens du XIXe siècle, qui employaient une variété d’arabe un peu spéciale. Les experts qui étudient ce genre de littérature peuvent dire, sans doute, que c’est « de l’arabe comorien ». Mais ce genre de langue est restreint à l’écrit.

15 Carte extraite de : http://en.wikipedia.org/wiki/Bantu_languages.

16 P. Alexandre (1968), « Le bantu et ses limites », dans André Martinet (dir.), Le Langage, Paris, Gallimard, « Encyclopédie de la Pléiade », p. 1388-1413.

17 Les exemples que nous donnons sont en shiNdzuani.

18 Voir M. Guthrie (1971), Comparative Bantu, vol. 2. Farnborough, Gregg International.

19 Voir la thèse de M. Lafon (1987), Le shingazidja, une langue bantu sous influence arabe, PhD, INALCO, sous la dir. du pr. P. Alexandre, 3 volumes.

20 Le système phonologique étant légèrement différent entre les deux groupes dialectaux, ce tableau est basé sur celui du shiNdzuani/shiMaore.

21 La dentale t est attestée dans quelques rares mots non d’origine arabe comme -towa « sortir, extraire ». Elle peut aussi être une variante régionale de ts comme mtao au lieu de mtsao « oreiller ». Il en est de même pour le son d qui peut être une variante régionale de dz comme dans le mot dimku au lieu de dzimku « ogre ».

22 Sauf pour le verbe shiNgazidja –trend e « être devant », tous les verbes qui se terminent par la voyelle e sont d’origine française.

23 Voir M. Lafon (1984) « Régularité et irrégularité dans le système verbal du shingazidja (grand-comorien). La voyelle finale des thèmes verbaux (avec référence au swahili) » dans Afrique et Langage, p. 5-33.

Índice de ilustraciones

Leyenda Figure no 1Comores : carte de situation.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5186/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 44k
Leyenda Figure no 2Comores : carte linguistique
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5186/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5186/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5186/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5186/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5186/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 8,0k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5186/img-7.jpg
Archivo image/jpeg, 8,0k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5186/img-8.jpg
Archivo image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5186/img-9.jpg
Archivo image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5186/img-10.jpg
Archivo image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5186/img-11.jpg
Archivo image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5186/img-12.jpg
Archivo image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5186/img-13.jpg
Archivo image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5186/img-14.jpg
Archivo image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5186/img-15.jpg
Archivo image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5186/img-16.jpg
Archivo image/jpeg, 28k
Leyenda Note 2121
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5186/img-17.jpg
Archivo image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5186/img-18.jpg
Archivo image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5186/img-19.jpg
Archivo image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5186/img-20.jpg
Archivo image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5186/img-21.jpg
Archivo image/jpeg, 25k

Autor

INALCO, Paris/CNDRS, Moroni.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540