Version classiqueVersion mobile

La Mémoire orale

 | 
François Calame
, 
Jean–Pierre Castelain
, 
Pierre Schmit

4° Mémoire des communautés

Le Havre, mémoire de l’immigration : que demande l’historien à la mémoire orale ?

John Barzman

Texte intégral

1La commande qui m’est faite est double : celle de parler en tant qu’historien accueilli par un colloque à dominante anthropologique, puis de parler comme animateur d’un projet de recherche pluridisciplinaire sur l’immigration.

L’historien et la mémoire orale

  • 1 Joutard Philippe, 1983, Ces voix qui nous viennent du passé, Paris, Hachette.

2Le thème de cette rencontre « La mémoire orale » est l’un de ceux qui peut rapprocher les praticiens de l’histoire et de l’ethnologie. Les organisateurs ont demandé à l’ethnologue Denis Chevallier, qui a ouvert les débats de ces journées, d’encourager la collaboration entre l’histoire et l’ethnologie, et, plus largement, les autres sciences humaines. L’approche me convient car depuis plusieurs années je collabore à divers projets avec des ethnologues. L’exposé d’ouverture de M. Chevallier a montré comment la discipline de l’histoire s’est graduellement ouverte en France aux apports du témoignage oral. Il a retracé les débuts de cet enrichissement, les réticences et les avancées jusqu’à la contribution de Philippe Joutard, penseur original, un des pionniers de l’histoire orale en France1.

  • 2 Descamps Florence, 2001, L’historien, le magnétophone et l’archive. De la constitution de la sourc (...)
  • 3 Des bilans sont tentés par Christian Chevandier, « Ne pas construire d’aporie » et Jean-Louis Robe (...)

3Je voudrais prolonger le récit de cette acceptation vers le présent. En effet, depuis les premières interventions de Joutard, les débats théoriques sur la fiabilité de la source orale par rapport à l’écrite et sur la pertinence de la dénomination « histoire orale » se sont apaisés. Un livre de Florence Descamps paru en 2003 fait le point sur le sujet2. Véritable encyclopédie, il englobe dans son champ tout ce qui touche aux sources orales dans la discipline historique, de la consultation de témoins oculaires par Hérodote au taux horaire moyen qu’elle recommande de payer à ceux qui font les transcriptions des témoignages. Le recours aux sources orales « suscitées » (c’est-à-dire au recueil de témoignages) est aujourd’hui largement accepté en France, à condition qu’il se fasse dans les règles de l’art et avec un regard critique. La réflexion ne porte plus sur le bien-fondé théorique de la méthode, mais sur les problèmes particuliers rencontrés dans sa mise en œuvre dans différents domaines. Plusieurs groupes d’historiens ont engagé des travaux collectifs de recueil de la mémoire orale portant sur des quartiers, des entreprises ou des administrations3.

4Quelles sont les particularités de l’historien, comparé aux praticiens des autres sciences sociales, dans son rapport à la mémoire orale ?

  • 4 J’ai fait quelques entretiens peu systématiques, pour un travail de thèse d’histoire vers 1983-84 (...)

5Il n’est pas question ici d’approfondir la question, mais simplement de livrer les impressions d’un chercheur qui a fait quelques tentatives de recueil de cette mémoire, depuis environ 1985, en Normandie4. Une première spécificité provient de la relation de l’historien aux institutions qui s’intéressent à la mémoire et s’adressent à lui. Si ces dernières accordent généralement aujourd’hui plus d’importance à la préservation de la mémoire, il ne s’agit pas forcément dans leur esprit de la préservation de la mémoire orale, livrée par la parole de témoins. Le recueil des témoignages doit souvent s’insérer dans le champ du recensement du bâti digne d’être préservé (critères de patrimonialisation), de la construction d’identités collectives par les collectivités territoriales soucieuses d’asseoir leur légitimité, et de la conservation et de la valorisation de documents par des organismes ou des associations. La plupart des institutions se préoccupent plus de la mémoire incarnée dans des monuments, des noms de rue, des objets, des écrits, que de la mémoire orale ; ces deux types de mémoire, incarnée et orale, entretiennent entre elles un rapport voisin de celui du patrimoine matériel au patrimoine immatériel.

6L’historien, de par sa réputation de spécialiste des archives et des monuments historiques, est souvent invité à insérer son travail sur la mémoire orale dans une recherche s’appuyant sur d’autres sources de la connaissance du passé (archives écrites, observation de sites archéologiques). Les ouvrages d’historiens qui utilisent le recueil d’entretiens, s’intitulent donc souvent « Mémoire et histoire de… », la mémoire étant la représentation que les témoins se font du passé au moment de l’entretien, et l’histoire, la reconstruction par l’historien de ce passé dans les règles de l’art, à partir de sources diverses, notamment écrites. C’est peut-être là une première spécificité de l’historien : la place moins centrale accordée aux sources orales que dans d’autres disciplines. Mais s’agit-il d’une exigence intrinsèque, incontournable, ou simplement de prudence par rapport aux usages courants de la discipline ?

7Une deuxième particularité des historiens, du moins ressentie comme telle par certains d’entre eux, réside dans l’exigence de double contextualisation de la parole des témoins. Quand on veut retrouver des indications sur le passé, on ne met pas simplement un micro devant la bouche de quelqu’un. Il faut choisir la personne, l’intéresser en lui montrant qu’on comprend le sujet sur lequel on l’interroge et qu’on veut en savoir plus. Après l’entretien, il faut replacer les informations qu’elle a livrées dans le contexte des événements évoqués tel qu’il se dégage de sources écrites et d’autres témoignages sur le même sujet. On peut alors réfléchir sur le deuxième contexte du témoignage, celui de l’expérience et de l’environnement idéologique du témoin depuis l’événement évoqué, y compris les circonstances de l’entretien.

8Tous les historiens ne partagent pas la même disposition à recourir aux témoignages oraux. En France, le métier se divise en contemporanéistes, modernistes, médiévistes et antiquisants. Plus on recule dans le temps, plus il y a des doutes sur l’utilité des sources orales. Cependant, même certains antiquisants disent que pour retrouver des vestiges archéologiques à la campagne, on interroge le paysan du coin, on essaie de retrouver les traditions locales. L’historien distingue la tradition transmise oralement par la coutume ou par des groupes spécialisés (tradition orale), des indications tirées d’entretiens de témoins sur leur propre expérience ou celle de leurs proches, livrées généralement sous la forme d’un récit de vie. Il établit une hiérarchie de fiabilité de la source, selon sa proximité dans le temps et dans l’espace aux faits évoqués. Il accorde donc une grande importance à la réinsertion du témoignage oral dans le double contexte de l’événement évoqué et du moment de l’entretien.

9Enfin, l’historien qui recueille la parole se trouve plongé, presque immédiatement après la collecte, dans un débat particulier sur l’utilisation des témoignages. En effet, des divergences se sont exprimées parmi les historiens et les archivistes sur la durée nécessaire de conservation des témoignages avant leur ouverture au public, puis sur les modalités de leur consultation et de leur utilisation. C’est une question un peu complexe. Certains historiens privilégient une forme particulière d’entretien, au cours duquel l’historien interroge et enregistre un témoin, puis lui soumet une transcription écrite, que le témoin corrige et valide ; l’historien dépose alors l’enregistrement et la transcription dans un centre d’archives, de préférence public, où il est conservé sous clé, dans certains cas pendant soixante ans. Sauf dérogation - dérogation accordée selon des critères variables, parfois assez subjectifs. Pour certains, ce n’est que dans ces conditions qu’on peut parler « d’archive orale », toutes les sources orales ne devenant pas des archives orales.

  • 5 Il s’agit du cas des fonctionnaires dans lequel leur témoignage pourrait être assimilé à un docume (...)

10Ce mode d’entretien est proposé notamment à ceux qu’on appelle « les grands témoins », c’est-à-dire les hauts responsables. Le soupçon pèse sur les chercheurs qui voudraient mettre ces témoignages à la disposition du public avant la durée prescrite, évidemment sous réserve de l’accord du témoin, de ne pas respecter la distance critique nécessaire à l’examen scientifique du passé5. La gestion de ce soupçon est une autre particularité de l’historien s’appuyant sur la mémoire orale.

11Pour résumer, les historiens qui pratiquent les sources orales doivent les combiner avec d’autres sources, les croiser entre elles et avec ces autres sources, les contextualiser, les mobiliser pour une reconstruction objective du passé, et se garder de l’accusation de manque de distance critique.

12Ces particularités, réelles ou exagérées (ce genre de rencontres permet de le savoir) mises à part, nous partageons avec les ethnologues le postulat que l’entretien qui permet de parler de mémoire orale se différencie de plusieurs autres formes d’entretien : études de marché, études d’opinion, dépositions judiciaires, entretiens d’embauche, interviews journalistiques, etc. Ces entretiens méritent parfois le titre de témoignages. Conservés, ils peuvent servir de documentation. Mais l’entretien de recueil de la mémoire est différent, puisqu’il implique une interaction complexe entre le chercheur et le témoin sur l’expérience vécue de ce dernier : les historiens de l’oral et les ethnologues partagent ce rapport vivant avec l’informateur.

13Enfin, l’histoire n’a jamais été purement scientifique ; elle a toujours comporté un élément d’art et de littérature. Les historiens le savent bien : quand on écrit de l’histoire, il faut que le produit soit lisible et intéressant, pour qu’on soit entendu par un public. On essaie d’écrire bien, tant du point de vue de la mise en intrigue que de celui de l’expression. Ce côté littéraire et artistique se sent particulièrement dans le travail sur les témoignages. La place de l’émotion dans la mémoire orale est importante. Tout ce qui est authenticité, poésie, vécu, doit être valorisé. Je me sens sur ce point assez proche des ethnologues, notamment en ce qui concerne l’effort d’utiliser la parole du témoin comme matériau de l’écriture historique. Ces remarques valent au niveau des principes. Qu’en est-il dans la pratique ? Je répondrai à partir de l’expérience d’un projet de recherche sur l’immigration au Havre que j’ai animé cette année.

Un projet de recherche sur l’immigration au Havre en 2005

  • 6 Ces contacts ont mené à la création d’un groupe de travail issu de l’équipe CIRTAI (Centre de rech (...)
  • 7 On trouvera une présentation de l’origine et des structures de la Cité nationale de l’histoire de (...)

14Si nous avions eu beaucoup de temps, d’argent et de chercheurs disponibles, les choses auraient été organisées d’une certaine façon. Mais la réalité est faite des contraintes du moment, en l’occurrence, des sollicitations de deux institutions : la ville du Havre et la Cité nationale de l’histoire de l’immigration qui nous ont contactés6. La Cité a vu le jour en 2005 et son président est Jacques Toubon7. Elle comportera un musée (à la Porte Dorée, à Paris), qui manque pour l’instant de collections à exhiber. D’où la recherche de matériaux présentables au public.

15Pour enrichir ses fonds, la Cité organise chaque année des Journées nationales de l’immigration (JNI), centrées sur un thème et dans une ville différente. Le maire du Havre aurait fait savoir à Jacques Toubon qu’il souhaitait accueillir la manifestation dans sa ville en 2005, ce qui fut accordé.

  • 8 Barzman et Saunier (sld) : voir le détail des co-auteurs et chapitres en annexe.
  • 9 Ce rapprochement a pris la forme de la Convention de collaboration de recherche « Trente entretien (...)

16Comme la politique municipale du Havre met en avant la « maritimité », la thématique retenue fut celle de l’histoire et de la mémoire de l’immigration dans les villes portuaires. Le Havre aime à se comparer à Marseille et à se présenter comme une ville cosmopolite, véritable tour de Babel, comme sa grande sœur méditerranéenne. Cette image de ville-port attirant l’immigration a été passablement écornée par les études effectuées ces dernières années. Toutefois la ville voulait offrir un panorama de ses expériences migratoires à l’occasion d’un colloque qui couronnerait les Journées nationales de l’immigration 2005. Elle a donc suscité d’abord un, puis plusieurs projets sur l’immigration au Havre, mais avec l’obligation de tout finir pour novembre 2005. Notre projet a été un des premiers à se positionner dans cette perspective. Le colloque final, prévu pour novembre 2005, devait à l’origine accorder une place importante à la recherche scientifique, et notamment aux résultats du travail de notre équipe, et accueillir trois ministres et de nombreuses personnalités. Mais la « révolte des banlieues » a surgi dans les dernières semaines de la préparation de la rencontre à l’automne 2005. En fin de compte, la manifestation a été remodelée pour accorder beaucoup plus de place à l’animation et à la communication qu’à la recherche, et les personnalités de premier plan se sont fait excuser. Malgré ces modifications, les organisateurs du colloque nous ont permis de présenter notre travail, notamment le livre collectif que nous avons réalisé8. L’acceptation de notre projet a marqué un pas significatif dans la collaboration entre la ville et l’université du Havre dans le domaine de la recherche en sciences sociales9.

17Il est utile de réfléchir sur les implications de ce type de collaboration qui tend à devenir plus fréquent. Un des problèmes rencontrés semble lié au mode de gestion des différentes phases de la recherche mis en œuvre par la ville. Disposant de diverses subventions pour l’objectif annoncé, les services municipaux concernés ont fait savoir assez tôt qu’ils recherchaient des idées ou des projets, mais ont retardé la définition exacte de leur demande et la décision de financer tel ou tel projet jusqu’à ce que des travaux effectifs aient déjà été engagés. Il fallait donc constituer une équipe, définir des orientations et commencer le travail avant de pouvoir finaliser une convention de collaboration intellectuelle ou un contrat. Ceci n’est pas à la portée d’individus isolés ou de groupements de recherche modestes. Comme la date butoir de remise des résultats reste la même, la durée de la négociation réduit d’autant le temps disponible pour l’essentiel du travail. Dans notre cas, l’échéance très rapprochée (octobre 2004 à novembre 2005) a imposé de restreindre le champ de l’étude à une mise en forme de travaux historiques ou sociologiques déjà existants et au recueil de trente entretiens, avec transcription mais sans analyse. Pour la ville, cet agencement des opérations permettait de verser ces trente entretiens à la Cité, donc de contribuer à l’œuvre nationale, tout en réservant sa décision sur la façon de restituer ces entretiens au public local (c’est-à-dire sur la « valorisation » de la recherche).

  • 10 Voir une liste partielle des divers projets dans la fiche du site de la Cité « Mémoire des migrati (...)

18Un autre problème a concerné la délimitation de notre champ d’action. La ville a décidé de susciter plusieurs autres projets soit sur le même sujet, soit sur des sujets voisins. Nous avons ainsi eu durant environ un an plusieurs projets parallèles travaillant sur des commandes semblables pour le même commanditaire. Tous avaient le même objectif de contribuer au colloque de novembre 2005 au Havre, et plus largement à l’enrichissement du fonds de la Cité de l’histoire de l’immigration au plan national. Mais les équipes ont avancé avec relativement peu d’échanges entre elles, sans connaissance réciproque véritable. Aujourd’hui, après la fin du colloque, on constate que les produits réalisés par elles avec un matériel identique aboutissent à des résultats très différents10. Trois sont fondés principalement sur des témoignages enregistrés pour l’occasion, l’un dans une perspective de recherche en sciences sociales centrée sur l’histoire orale, l’autre dans une perspective de documentation pédagogique, le troisième dans une perspective journalistique de communication sur la ville. C’est une expérience qu’il est intéressant d’analyser.

  • 11 Ce parcours est visible chez Gérard Noiriel, 1984, de Longwy : immigrés et prolétaires 1880-1980, (...)
  • 12 Un résumé de ses remarques ont circulé dans une note « Journées nationales La mémoire de l’immigra (...)

19Au début, la ville du Havre semble avoir pris pour modèle les colloques de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, dont l’organisation était confiée en grande partie à un comité où figurent des historiens reconnus. Ceux-ci ont souvent commencé leur carrière par des études de l’histoire ouvrière et syndicale, ce qui les a amenés à l’histoire des travailleurs immigrés, puis de l’immigration en général. Ce profil concerne par exemple Gérard Noiriel et Nancy Green. Le discours prononcé par Jacques Toubon au Havre en octobre 2004, pour lancer les opérations des Journées nationales de l’immigration 2005, reprenait largement le discours sur l’histoire de l’immigration qui apparaît dans les publications de ces auteurs11. Il insistait pour que le projet soit conçu dans une optique historique plutôt que sociologique ou ethnologique. À tort ou à raison, son discours associait la discipline de l’histoire à l’histoire de la République française, et celle de la sociologie à l’examen des problèmes sociaux actuels et du communautarisme. Son choix était de valoriser la République, donc l’histoire12.

20S’appuyant au moins en partie sur cette argumentation, les responsables de l’action pour la ville du Havre ont d’abord semblé souhaiter mettre les historiens de l’université du Havre au centre du dispositif. Mais, ayant peu travaillé avec eux dans le passé, ils n’étaient pas sûrs du type d’informations que ces derniers rechercheraient, de leur capacité à se tenir à un calendrier et de la lisibilité des résultats. La commande a maintenu un certain flou sur le public visé. Les membres de l’équipe du CIRTAI ont été priés d’abord d’écrire pour le grand public, puis pour des jeunes, puis pour des enfants.

21Lors d’une réunion à l’Hôtel de ville, il est apparu que l’équipe du CIRTAI ne pouvait pas livrer tout ce qu’un des secrétaires politiques du maire voulait. Celui-ci a donc décidé de lancer un nouveau projet, dans une logique de communication, dont les contours exacts ne nous ont été révélés que lors du colloque. D’autres projets, centrés soit sur la documentation pédagogique pour les écoles, soit sur l’animation d’ateliers de quartier, soit sur d’autres modes d’expression (multi-média, carte postale filmée, etc.), ont vu le jour. Les responsables de l’action de la ville ne sont pas revenus sur l’idée de soutenir le projet de l’équipe universitaire : faire connaître au grand public des résumés des travaux déjà faits sur l’histoire de l’immigration au Havre, l’enrichir d’entretiens nouveaux et si possible intégrer ces connaissances à une reconstruction historique. Mais ils ont proposé de découper le projet en tranches, dont la première consisterait dans le recueil de témoignages, quitte à préciser leur utilisation dans un deuxième temps.

22Le principe d’une collaboration étant retenu, il fallait encore savoir quels moyens, pour combien d’entretiens, avec quels témoins, restitués au public de quelle manière ? Nous sommes tombés d’accord sur trente entretiens, dont vingt d’immigrés, étant entendu qu’on inclurait dans ces vingt, des personnes dont le parcours présentait des similarités avec celui des immigrés, comme les enfants d’immigrés, les originaires des DOM-TOM ou les Bretons parlant breton du tout début du XXe siècle. Les dix autres seraient d’accueillants, au sens de « Français depuis plus longtemps » qui reçoivent des immigrés. Nous nous sommes aperçus par la suite que la distinction était artificielle parce que beaucoup des accueillants sont eux-mêmes des immigrés ou descendants d’immigrés, probablement parce qu’ils se sentent concernés par la question, et que beaucoup des immigrés qui voulaient être interviewés avaient des fonctions d’accueillants.

23Pour l’équipe universitaire, ces trente entretiens devaient constituer une partie importante d’un ouvrage destiné au grand public, qu’elle préparait. Il restait à obtenir des garanties sur le respect de l’impression générale qui sortirait de l’étude… Le discours de Jacques Toubon du 21 octobre 2004 donnait des points d’appui pour une démarche scientifique. Il affirmait que l’image qu’on donnait de l’histoire de l’immigration ne devait contenir « ni pathos, ni rose bonbon », mais qu’il fallait présenter la vérité, parce qu’elle seule est reconnaissable par les immigrés, et donc capable de leur parler. Mais des inquiétudes demeuraient.

  • 13 Un débat existe sur le terme à employer : « traite des esclaves » ou « traite des Noirs ». J’ai re (...)

24Nous fûmes surpris de constater qu’en 2005 encore, certains élus souhaitaient éviter l’étude du rôle du port du Havre et de ses négociants dans la traite des Noirs13. Or, plusieurs historiens avaient le sentiment que le sujet était pertinent, non parce que cette traite avait laissé une importante population d’origine africaine au Havre, mais parce qu’elle avait sans doute eu des séquelles dans les représentations qui sous-tendent les rapports entre immigrés d’origine africaine et la population locale aujourd’hui. De plus, il s’est avéré qu’il y avait eu à cette époque lointaine des établissements de quelques Africains du sud du Sahara au Havre, comme esclaves, affranchis, ou hommes libres, et que ceux-ci se sont mêlés à la population. Des Normands de souche auraient donc des ascendants africains à neuf ou dix générations en amont. Certains responsables de la ville ont pensé résoudre ce problème en décidant que l’étude n’aborderait rien avant 1900. Mais une telle délimitation était contradictoire avec la volonté de montrer que l’immigration est un phénomène ancien et que, chaque fois, « cela s’est finalement bien passé ».

  • 14 Ce fut l’objet de l’avenant à la convention, cité plus haut, qui apportait une subvention à la pub (...)

25Face à ces incertitudes, l’équipe universitaire (historiens, géographes, sociologues, ethnologues) a décidé de préparer un livre dans une logique de recherche indépendante, comportant des chapitres fondés sur les archives et un chapitre fondé sur le recueil de témoignages. La mairie restait évidemment libre de faire elle-même ce qu’elle souhaitait et a lancé d’autres projets, tout en continuant de soutenir le recueil de témoignages par l’équipe universitaire, puis dans un deuxième temps, l’aide à l’édition d’un livre14.

26Le travail de collecte des témoignages s’est heurté à quelques problèmes qui découlaient probablement de l’existence de plusieurs projets parallèles avec une médiatisation éventuelle. Nous avons d’abord dû choisir les vingt immigrés et dix accueillants. Nous sommes partis de deux listes, l’une fournie par le service politique de la ville, l’autre par les archives municipales, que nous avons enrichies de nos suggestions personnelles. Puis nous avons établi des critères de diversités : Etats et groupements d’Etats d’origine, hommes-femmes, arrivés récemment ou anciennement, notables ou peu connus. Il fallait encore que les personnes choisies soient disponibles quand nous l’étions, qu’elles veuillent témoigner, qu’elles acceptent de signer leur témoignage au vu de sa transcription. Nous avons rencontré des réticences inattendues.

27Dans un cas, les choses sont allées très loin. Il s’agit du cas d’une personne du Quartier des Neiges, dont les ancêtres sont originaires de plusieurs pays d’Europe méridionale. Elle a accepté le rendez-vous, ses réponses ont été enregistrées, puis transcrites. L’entretien correspondait à 12 ou 15 heures de travail. Elle a d’abord signé le contrat de communicabilité, puis, tout à coup, s’est présentée chez l’intervieweur un soir assez tard avec son mari, en disant : « Rendez-nous notre témoignage. On ne veut pas que ce soit connu. On ne veut pas que nos petits-enfants nous voient sous ce jour-là ! », comme s’ils avaient une pudeur par rapport à leur passé. Nous ignorons les raisons exactes de ce revirement, mais le mari avait déjà publié des souvenirs sur le quartier. Comme dans d’autres cas où les témoins, surtout s’ils ont un témoignage assez construit, pensent pouvoir le publier eux-mêmes, notre témoin désirait peut-être se réserver la primeur d’une édition éventuelle. Nous apparaissions dès lors comme des concurrents dans le domaine de la valorisation de la mémoire. S’y ajoutait le fait que les témoins potentiels étaient contactés par plusieurs équipes, ce qui leur donnait l’impression de détenir un patrimoine précieux, que d’autres voulaient capter, pour en tirer profit d’une façon ou d’une autre.

  • 15 Castetz Natalie (coordination), 2005, Havre du monde. Portraits d’immigrés, Sainte-Marguerite sur (...)

28La deuxième équipe suscitée par la mairie était composée surtout de journalistes. Ils ont apparemment utilisé un questionnaire très voisin du nôtre. Le nôtre n’étant pas si original, il est possible qu’ils aient construit le leur eux-mêmes. Il est possible aussi que notre questionnaire ait circulé. Pour faire nos trente entretiens, nous avions construit une liste d’une centaine de noms. Il semble que les journalistes aient disposé de la même liste. Ils ont utilisé beaucoup des mêmes noms que nous, passant parfois après nous, parfois avant, le témoignage recueilli au deuxième passage étant nettement moins spontané que le premier. Ils en ont tiré ce qu’ils ont appelé une galerie de portraits. Le livre s’appelle Havre du monde15. C’est un ouvrage présentant de belles photos noir et blanc d’immigrés, accompagnées de récits de réussite sur le canevas suivant : « Je viens de telle région, très exotique, très différente, et, au Havre, j’ai évidemment rencontré des difficultés mais finalement, en travaillant beaucoup, j’ai réussi à percer, je suis très content ».

29J’ai pu, depuis, parler avec deux des personnes interviewées pour cette galerie de portraits. L’un est un Portugais, propriétaire d’un restaurant. Il m’a dit à peu près : « C’est très bien, ils m’ont publié, mais ils ont coupé la moitié de ce que j’avais dit. J’avais dit : moi, j’ai réussi en travaillant beaucoup, mais moi, ce n’est pas comme les autres. Il y en a qui viennent ici, ils ne viennent pas pour travailler, ils viennent pour profiter, et ça, c’est dégoûtant. Ce devrait être interdit, etc. ». L’autre est un associatif mauritanien qui s’est plaint de ce que nombre de propos qu’il jugeait importants n’avait pas été conservés et qu’il n’avait pas vu l’équilibre des propos retenus dans la version finale.

  • 16 Il s’agit du sens des paroles de Serge Reneau, telles que je les ai notées lors du débat. Le DVD H (...)

30Le troisième projet simultané comportant des entretiens enregistrés était mené par des pédagogues travaillant avec le Centre régional de documentation pédagogique (CRDP). Ils ont réalisé un certain nombre d’entretiens, en on tiré un DVD avec un texte d’explication et une indexation thématique. Dans le débat, lors du colloque des JNI de novembre 2005, l’historien Serge Reneau qui présentait ce travail, a dit que leur objectif n’était pas du tout de reconstruire un pan de l’histoire de façon scientifique, mais de fournir une illustration pour les cours d’histoire et d’éducation civique dispensés dans les écoles16.

31Outre ces trois projets qui visaient à reconstruire de façon relativement globale l’histoire de l’immigration à partir de témoignages oraux, près d’une dizaine d’autres projets ont été mis en branle pour les JNI.

  • 17 Simon Yoland, Simon Matthieu, 2005, Histoires simples. Textes et photographies, Le Havre, Quartier (...)

32Un projet de conteurs, visant à recueillir de témoignage d’immigrés des quartiers sud du Havre pour les mettre en scène dans une représentation quasi théâtrale, n’a pas été retenu par la ville. Il y avait des ateliers mémoire, par quartier, pour le déroulement desquels la ville convoquait des spécialistes de cabinets parisiens, qui venaient animer des séances. Il y avait des expositions de photos, un essai littéraire et photographique17.

33Un des projets nous a posé des questions. Il s’agissait d’un montage audio-visuel à partir de témoignages enregistrés, peut-être à partir de certains témoignages que notre équipe avait recueillis et pour lesquels des contrats de communicabilité avaient été signés. Nous nous demandions par quelle équipe ce montage serait réalisé, avec quels matériaux sonores et avec quelles instructions. Je me demandais, par exemple, « Quel est leur objectif ? Vont-ils essayer de faire ressortir le côté exotique, les accents ? Vont-ils simplement utiliser les témoignages comme du son, ou faire quelque chose de musical ? » Or, comme les témoignages oraux que nous avions recueillis comportaient deux signatures, l’une avant le témoignage, l’autre après la transcription, ils présentaient parfois dans leur version écrite des passages barrés, qui signifiaient que le témoin n’autorisait pas la diffusion du passage. Il nous a semblé que l’entreprise multimédia parisienne qui a fait ce montage audiovisuel, que je n’ai pas encore vu, n’avait pas été mise au courant de ce que les témoins avaient autorisé, et de ce qu’ils n’avaient pas autorisé.

34L’équipe des universitaires et associés a donc recueilli et engrangé trente entretiens. D’autres ont été recueillis par les journalistes et l’équipe pédagogique. Dans le peu de temps qui nous restait entre la fin des transcriptions et la date de parution du livre, nous ne pouvions pas analyser cet ensemble comme nous l’espérions au départ, dans le but de reconstruire les soixante dernières années de l’immigration dans la région havraise. Nous avons donc décidé de réaliser une étape : un chapitre rédigé par Jean-Pierre Castelain en collaboration avec d’autres, qui envisagerait uniquement un aspect des témoignages, celui qui concernait les impressions à l’arrivée en France. Ce chapitre intitulé « Paroles de migrants » montre la diversité des situations, même sur ce point unique, et l’importance des premiers contacts dans le pays d’accueil. Il s’insère dans l’ensemble des articles qui composent le livre comme un premier aperçu de ce que peuvent apporter les sources orales.

  • 18 Un marché public a été signé le 26 décembre 2005 : FASILD 2005 33 DED 02 (« Histoire et mémoire de (...)

35Notre perspective est actuellement de continuer à approfondir et élargir ce sujet. Pendant l’année de préparation des JNI, beaucoup de temps a été consacré à la négociation des accords et à la gestion des premières phases de la recherche. Or, après la collecte, il faut un temps d’analyse, de maturation et de réflexion. Heureusement, je peux annoncer qu’un prolongement du projet décrit ici se profile : le Fonds d’action sociale pour l’intégration et la lutte contre les discriminations (FASILD) a lancé un appel d’offre pour l’histoire et la mémoire de l’immigration en régions. Apparemment l’offre présentée par le CIRTAI et ses associés a été retenue. Dans les dix-huit mois à venir (janvier 2006-juin 2007), nous allons donc ouvrir un nouveau chantier18. Le FASILD demande un inventaire commenté des études historiques déjà existantes, un inventaire commenté des activités associatives et autres réalisées dans la région, la création d’un répertoire d’expertises et de ressources, une liste de gens et d’associations auxquelles les autorités locales peuvent s’adresser en cas de besoin urgent, enfin quelques pistes de recherche. Nous pourrons donc je l’espère par ce moyen continuer à faire du nouveau.

Annexes

Annexe 1. Fiche des projets « Mémoire des migrations dans les villes portuaires »

On trouve sur le site de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration une fiche de présentation du cadre dans lequel s’insérait le projet de l’université du Havre :

Mémoire des migrations dans les villes portuaires

Domaine : Projet d’action sociale

Date du Projet : 2004 – 2005

Ville du Projet : Le Havre

Populations Concernées : L’ensemble de la population du Havre ; la population des autres villes portuaires concernées par le colloque.

Objectif : Favoriser l’intégration et la cohésion sociale en s’appuyant sur les rapports qui lient « mémoire - identité - intégration » en mettant en évidence l’apport positif de l’immigration au Havre ; faire émerger une mémoire collective des migrations au Havre qui reflètera les histoires singulières des migrants havrais et pourra devenir un objet de fierté (des Havrais et des étrangers et descendants de migrants).

Description : À l’initiative de la ville du Havre, des Journées Nationales sur la mémoire des migrations dans les villes portuaires se déroulent au Havre.

Un colloque, coordonné par la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, réunissant des professionnels de la politique de la ville, des historiens, des élus et des acteurs culturels du Havre et d’autres villes portuaires en France (Marseille, Bordeaux, Cherbourg...) a lieu les 24 et 25 novembre. Le colloque est accompagné d’une programmation reflétant la diversité culturelle de la ville : spectacle musical et pièce de théâtre au Théâtre de la ville, projection d’un documentaire de création réalisé par le Volcan, Cité littéraire, exposition de peintures et sculptures et d’une exposition multimédia retraçant l’histoire des migrations au Havre.

En amont des journées, un travail de fond est effectué par la ville sur l’histoire de l’immigration au Havre. Un comité d’experts a été constitué pour réaliser l’état des lieux des travaux existant sur ce thème et permettre l’approfondissement des recherches. Grâce à une convention passée entre la ville et l’Université, des collectes de témoignages ont eu lieu dans les quartiers. Des ateliers de mémoire et de citoyenneté sont organisés, de janvier à novembre 2005, avec les habitants sur les thèmes de la transmission de l’histoire familiale de la migration, du travail, des femmes et des hommes dans la migration sur cinq quartiers du Havre en s’appuyant sur l’Adric qui anime ces ateliers (construction d’une exposition avec paroles et photographies).

La collecte de témoignage a également pris la forme d’un travail journalistique sur le territoire havrais ; quatre journalistes sont allés à la rencontre de migrants et ont dessiné 31 portraits d’immigrés qu’on retrouve dans le livre « Havre du monde » aux Éditions des Equateurs.

Partenariat : État (FIV) ; Fasild ; Caisse des dépôts et consignations ; Caf ; FSE (Fonds social européen) ; Cité nationale de l’histoire de l’immigration ; Conseil général ; Conseil régional.

Restitution

– Dossier de presse - Journées nationales mémoire des migrations dans les villes portuaires. 24 et 25 novembre 2005, Le Havre

– Ouvrage -Havre du monde

– Ouvrage -Migrants dans une ville portuaire, le Havre (XVIe-XXIe siècles)

Annexe 2. Le DVD pédagogique Histoire(s) d’immigration(s)

On trouve la présentation suivante sur le site du Centre régional de documentation pédagogique de Haute Normandie :

La France s’est construite sur une succession d’immigrations.

Ce document propose aux enseignants et au grand public :

– d’apporter des témoignages et des matériaux pour construire une réflexion sur les réalités de l’immigration

– de prendre appui sur l’Histoire pour analyser et comprendre les situations d’aujourd’hui

– de travailler à la construction de la citoyenneté dans le cadre républicain.

Trois entrées sont possibles :

Récit de vie : vidéos de douze rencontres

Pour débattre : points de vue croisés

Pour construire : textes, documents et références.

Auteur(s) : Bouffenie Fabien, Bourgade Serge, Reneau Serge, Vepierre Philippe

Discipline(s) : ECJS éducation civique, juridique et sociale, éducation à la citoyenneté, éducation civique

Niveau(x) : collège, enseignement supérieur, formation des personnels de l’Éducation Nationale, formation professionnelle des adultes, lycée, préparation aux concours de la fonction publique Thésaurus Motbis : citoyenneté/éducation civique/histoire/immigration/interview

ISBN : 2-86635-220-3

Éditeur(s) : Mont-Saint-Aignan : CRDP de Haute-Normandie, 2006

Label National

Annexe 3. Migrations dans une ville portuaire : Le Havre (XVIe-XXIe siècle sommaire

Sous la direction de John Barzman et Eric Saunier

Remerciements

Introduction : John Barzman et Eric Saunier

Première partie : Des migrations à l’intégration : l’observatoire havrais

Jean Legoy, Une migration maritime : les Bretons au Havre

Eric Saunier, L’accueil des étrangers au Havre : le legs du passé

Claude Malon, Travailleurs étrangers et coloniaux au Havre (1880-1962)

Philippe Manneville, Migrants et protestantisme au XIXe siècle

Annexe 1, Migrations forcées, migrations oubliées

Annexe 2, Jacques et Sylvie Barot, Hommes et femmes mariées au Havre et à Ingouville de 1793 à 1900

Deuxième partie : Itinéraires

Elisabeth James, Algériens, Marocains et Tunisiens de 1914 à 1920

Marianne Hue, Les Polonais : de l’exil politique à l’usine

Marie-Paule Dhaille-Hervieux, Les Juifs au Havre pendant l’occupation allemande : entre exode et destruction

Laure Pitti, Ouvriers étrangers dans l’industrie automobile havraise, les premiers temps de l’usine Renault de Sandouville

Annexe 3 : Des lieux de prédilection

Troisième partie : Migrants dans la cité

Albert Nicollet, Les travailleurs d’Afrique Noire : étapes et métamorphoses d’une immigration

Benjamin Steck, Une immigration méconnue : les étudiants étrangers au Havre

Sous la direction de Jean-Pierre Castelain avec la collaboration de Vincent Ales, John Barzman et Marianne Hue, Paroles de migrants : entretiens recueillis au Havre (printemps-été 2005)

Sylvie Barot, Morceaux choisis : Le Havre vu par les visiteurs et par les Havrais

Repères chronologiques

Morgan Le Dez, Bibliographie sélective

Remerciements :

À ceux sans qui ce livre n’aurait pu être publié : le Conseil Général de Seine-Maritime et la ville du Havre.

Merci également à Françoise Guyot, Valentin Porte, Nsenga Sebinwa et Pierre Aubry

Notes

1 Joutard Philippe, 1983, Ces voix qui nous viennent du passé, Paris, Hachette.

2 Descamps Florence, 2001, L’historien, le magnétophone et l’archive. De la constitution de la source orale à son exploitation, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 864 pages. Une nouvelle édition vient de paraître à la Documentation française en janvier 2006. Voir aussi le nouveau recueil, plus maniable : Descamps Florence (sld), 2006, Les sources orales et l’histoire. Récits de vie, entretiens, témoignages oraux, Paris, Bréal, 288 pages. Cette approche générale est déjà complétée par un recensement des enregistrements déjà disponibles : Callu Agnès Lemoine Hervé (sld), 2005, Patrimoine sonore et audiovisuel français. Entre archive et témoignage : guide des recherches en sciences sociales, 7 vol., Paris, Belin.

3 Des bilans sont tentés par Christian Chevandier, « Ne pas construire d’aporie » et Jean-Louis Robert, « Conclusions » dans « De la série à l’individu, archives du personnel et archives orales », La Gazette des archives, nlle série n ° 198, 2005-2. Il s’agit d’un numéro spécial de 190 pages issu d’un colloque tenu à Montpellier en 2003, qui comprend de nombreux autres articles intéressants sur le sujet. La recherche dans ce domaine donne lieu à des tentatives de récapitulation des travaux en cours et de réflexion sur ceux-ci à des intervalles raisonnables ; citons parmi elles la Journée d’étude « Histoire et enquête orale », organisée par le séminaire d’histoire de l’université d’Avignon en janvier 2006. En Normandie, un projet financé par la Région Haute-Normandie en 2004-2005, « Mémoire et histoire des identités sociales et professionnelles en Haute-Normandie » (Misphaunor-projet coordonné par J. Barzman, Université du Havre/CIRTAI) a fait l’objet d’une réunion à Beaurepaire les 2 et 3 octobre 2004 pour recenser et analyser différentes initiatives existantes dans la région ; les contributions à ces journées sont en cours d’édition, sous la responsabilité de J. Barzman et J.-P. Castelain.

4 J’ai fait quelques entretiens peu systématiques, pour un travail de thèse d’histoire vers 1983-84 (celui-ci a débouché sur l’ouvrage Mouvements sociaux et cultures militantes : Le Havre 1913-1923, publié en 1997). Le manuscrit De la brouette au portique : les dockers du Havre XIXe-XXe siècles, rédigé vers 1999-2000 en vue d’une habilitation (en cours de publication), intègre davantage d’informations tirées de sources orales, et le recueil de la parole de témoins a été au cœur de quatre projets collectifs que j’ai dirigés depuis :

  • « Quelque part ça laisse des traces », mémoire et histoire des électriciens et gaziers de la région du Havre (PURH, 2004),
  • Misphaunor, voir ci-dessus,
  • Gonfreville-l’Orcher 1947-1980 : mémoire des cités (Editions des Falaises, 2005),
  • « Trente entretiens sur les migrants du Havre », dont les premiers résultats ont paru dans « Paroles de migrants », chapitre sous la direction de J.-P. Castelain, dans Barzman John et Saunier Eric (sld), Migrants dans une ville portuaire : Le Havre (XVIe-XXIe siècle) (PURH, 2005),
  • et le volet recueil de la mémoire du projet « Histoire et mémoire de l’immigration en Normandie », dont je m’occupe actuellement.

5 Il s’agit du cas des fonctionnaires dans lequel leur témoignage pourrait être assimilé à un document d’État. L’historienne Georgette Elgey défend ce point de vue dans sa présentation de « “Les Archives orales”. Rôle et statut. » (Journal Officiel 17 janvier 2001). Florence Descamps se démarque de cette version extrême du souci de confidentialité dans la postface de son livre : « Nous nous demandons en définitive si cette préconisation n’est pas guidée par des préoccupations tenant “trop” exclusivement aux archives orales vues d’en haut (la comparaison avec les archives des cabinets ministériels en témoigne) et si elle ne porte pas la marque conjoncturelle d’un contexte “sensible” (celui des affaires de torture en Algérie) » (L’historien, le magnétophone…, p. 832).

6 Ces contacts ont mené à la création d’un groupe de travail issu de l’équipe CIRTAI (Centre de recherche interdisciplinaire mobilités, identités, transport) du laboratoire IDEES FRE 2795 CNRS et de l’université du Havre, à laquelle se sont associés des chercheurs extérieurs. Animé par John Barzman, il comprenait notamment Jean-Pierre Castelain, ethnologue (CETSAH EHESS-CNRS), Sylvie Barot (Conservatrice en chef des Archives municipales du Havre), Eric Saunier, historien, CIRTAI, Albert Nicollet, sociologue (Institut de sociologie du Havre), Benjamin Steck, géographe, CIRTAI, et des étudiants avancés en histoire, sociologie et géographie.

7 On trouvera une présentation de l’origine et des structures de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration sur son site Internet (2006) : http://www.histoire-immigration.fr/upload/file/ext_media_fichier_72_comite_histoire.pdf

8 Barzman et Saunier (sld) : voir le détail des co-auteurs et chapitres en annexe.

9 Ce rapprochement a pris la forme de la Convention de collaboration de recherche « Trente entretiens sur les migrants du Havre », signée le 19 avril 2005 entre la ville du Havre, l’université du Havre et le CNRS, et d’un avenant entre les mêmes parties portant sur la publication des résultats dans un livre, en octobre 2005.

10 Voir une liste partielle des divers projets dans la fiche du site de la Cité « Mémoire des migrations dans les villes portuaires », en annexe à cet article.

11 Ce parcours est visible chez Gérard Noiriel, 1984, de Longwy : immigrés et prolétaires 1880-1980, Paris, PUF, et 1986, Les ouvriers dans la société française XIXe-XXe siècle, Paris, Seuil, à une série d’ouvrages sur l’immigration en général comme 2002, Atlas de l’immigration en France : exclusion, intégration, Paris, Autrement ; et chez Nancy Green, 1985, de Les travailleurs immigrés juifs à la Belle Epoque. Le « Pletzl » de Paris, Paris, Fayard, à 2002, Repenser les migrations, Paris, PUF.

12 Un résumé de ses remarques ont circulé dans une note « Journées nationales La mémoire de l’immigration et les villes portuaires. Lancement officiel du projet le 21 octobre 2004, Hôtel de ville du Havre. Compte-rendu partiel de la table ronde, intervention de Jacques Toubon, Président de la mission de préfiguration. »

13 Un débat existe sur le terme à employer : « traite des esclaves » ou « traite des Noirs ». J’ai retenu le second parce qu’il semble qu’en France, on considère qu’« esclave » implique un objet, alors que « Noir » désigne une personne humaine.

14 Ce fut l’objet de l’avenant à la convention, cité plus haut, qui apportait une subvention à la publication du livre Migrants dans une ville portuaire, le Havre (XVIe-XXIe siècle), afin de valoriser la collecte d’entretiens et la bibliographie prévues dans la convention initiale.

15 Castetz Natalie (coordination), 2005, Havre du monde. Portraits d’immigrés, Sainte-Marguerite sur Mer, Éditions des Équateurs/Mairie du Havre.

16 Il s’agit du sens des paroles de Serge Reneau, telles que je les ai notées lors du débat. Le DVD Histoire(s) d’immigration(s) est présenté en annexe de cet article.

17 Simon Yoland, Simon Matthieu, 2005, Histoires simples. Textes et photographies, Le Havre, Quartier Libre/Centre social Pierre Hamet. La présentation dit : « Le présent ouvrage est publié par le Centre social Pierre Hamet du Havre, dans le cadre de l’opération “Reconstruire ensemble” inscrit dans le Grand Projet de Ville (GIP/GIPV). »

18 Un marché public a été signé le 26 décembre 2005 : FASILD 2005 33 DED 02 (« Histoire et mémoire des immigrations en région »), lot no 8, Haute et Basse Normandie.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search