Version classiqueVersion mobile

La Mémoire orale

 | 
François Calame
, 
Jean–Pierre Castelain
, 
Pierre Schmit

4° Mémoire des communautés

Kilim ou Halı ?

Turcs et Normands : une longue mémoire textile

François Calame et Florence Levert

Texte intégral

1La présence des Turcs en Haute-Normandie est un phénomène important de la deuxième moitié du XXe siècle. Et pourtant, dans cette région, les Ottomans sont loin d’être des nouveaux venus.

2Au XVIIIe siècle, les manufacturiers normands, réputés pour l’impression sur coton des tissus d’indiennes, comptaient déjà sur le savoir-faire des habitants de la Turquie en matière de teinture : l’emploi du rouge turc était réputé grâce à l’emploi de la racine de garance. Les teinturiers d’Andrinople (Edirne) ou de Smyrne (Izmir) étaient spécialement recherchés par les industriels de la région rouennaise.

3La vallée de la Seine, pays de contact et d’entreprise, fait appel après 1945 à une main-d’œuvre réputée robuste et disciplinée. C’est la période de la reconstruction puis des grands équipements : les Turcs y jouent un rôle déterminant. Vers 1960, l’entreprise Quillery, de Grand-Quevilly, accueille les premiers ouvriers du bâtiment, venus de toute la Turquie. Par la suite les gens de la Mer Noire (Karadeniz) seront majoritaires autour de Rouen (Canteleu, Grand-Couronne, etc.).

4Les grands chantiers des centrales nucléaires normandes de Paluel et Penly, celui de l’aéroport de Roissy emploient massivement les maçons recrutés en Turquie par les institutions françaises sur des critères médicaux très stricts. Les maçons vivent longtemps seuls en foyer, puis commencent à faire venir leurs familles à partir de la fin des années soixante-dix. Canteleu compte aujourd’hui environ 500 personnes d’origine turque, l’agglomération rouennaise, environ 3 500. Le Havre accueille plutôt des familles d’origine kurde.

L’image du tapis apparaît sur l’invitation de la fête de la circoncision (Sünnet), agglomération rouennaise, 2005 (collection Erdoğan)

5Les Turcs, fidèles à leurs origines rurales, gardent le goût des plaisirs simples et des fêtes familiales. Au beaux jours, de nombreux habitants de Canteleu ou de Petit et Grand-Quevilly cultivent leur jardin ouvrier, cuisent les gözleme et déjeunent au bord de la Seine. Si les ruraux que continuent d’être ces travailleurs acharnés restent fidèles au rapport à la terre, les femmes pour leur part conservent également une sensibilité textile forte. Dans la Turquie paysanne d’aujourd’hui certaines régions sont toujours attachées à la production manuelle de tapis destinés à l’usage domestique ou au négoce. C’est le cas de la région de Bergama, d’Uşak ou de Kayseri par exemple.

6En 2004 et 2005, dans le cadre d’un projet de recherche et de valorisation monté en partenariat entre la DRAC, la ville de Canteleu et l’association culturelle franco-turque, nous nous sommes interrogés sur la permanence de cette activité textile chez les femmes turques vivant en France. Les questions initiales furent de savoir si après l’immigration, les femmes avaient pratiqué le tissage, pour quelle finalité et dans quelles conditions techniques et sociales. La question de modes de transmission du savoir se posait évidemment. En fonction de ce qui aurait pu être révélé, la tentation était grande de participer à la mise en place d’atelier de transmission de savoir-faire. Mais voyons d’abord quels types de techniques s’offrent dans la tradition en Turquie, et dans quel contexte social s’effectue la pratique du métier de tisserande.

Tapis de Turquie

7En Anatolie, de nombreuses techniques coexistent et se maintiennent vigoureusement encore aujourd’hui. Les plus connues sont le halı (prononcer haleu, avec h aspiré), c’est-à-dire le tapis à points noués, donnant l’aspect du velours, et le kilim dont la technique de liage est bien repérable par les fentes verticales qui subsistent dans l’étoffe après tissage. Très valorisé, car plus moelleux et beaucoup plus long à tisser, le halı est plutôt un tapis d’hiver, que remplacent en été les kilim, de contact plus léger. D’autres variantes techniques sont aussi pratiquées en Turquie, voire en France, parmi elles, le cicim appelé aussi çatma en mer Egée. Certains tapis sont moelleux, d’autres très rugueux lorsqu’ils utilisent du poil de chèvre, mais dans tous les cas, la coutume est de se déchausser avant de marcher sur un tapis. Ce signe de respect pour l’intimité du foyer s’exprime aussi à l’égard du travail minutieux et créatif de la tisserande, autrefois mené sans l’aide d’un quelconque plan.

8Les Turcs racontent volontiers que les motifs figurant sur les tapis sont l’expression plastique de la chanson qui habite les lèvres de la tisserande. Dans un tapis, on lit à la fois de l’habileté et du goût, mais aussi des états d’âme et des rapports familiaux. Bien plus que de l’ameublement !

9Le tapis sert aussi de berceau pour les enfants. Il lui est ajouté un dispositif de bois et de corde et il est suspendu au plafond. Le tapis assemblé en cacolets est fixé sur les flancs des ânes ou… sur les mobylettes. Il peut servir à porter de jeunes enfants partout avec soi.

10Le tapis prend par ailleurs une place importante lors des funérailles. Il contient le corps du défunt pendant son transport de la maison familiale au cimetière. Le mort, simplement recouvert d’un linceul, sera enterré à même la terre ; après la cérémonie, la famille fera don du tapis à la mosquée.

11Formellement, rien ne distingue le tapis domestique du tapis de funérailles : il n’y a pas de couleur ni de motif spécifiques. Seul le mihrab, qui indique la direction de La Mecque et impose un sens au tapis, distingue le tapis de prière.

Rôles et temporalité

12Le tissage manuel est une pratique féminine en Turquie, contrairement aux usages français pré-industriels qui voulaient que l’homme soit plus vigoureux pour manœuvrer la mécanique. La tisserande turque travaille aujourd’hui au village saisonnièrement à domicile, sans statut officiel lié à son art. Elle travaille pour l’usage de sa maisonnée, ou à la commande pour des négociants urbains. Il existe en revanche près de grands centres à vocation touristique, comme Bergama, des entreprises privées contrôlées par l’administration qui embauchent de jeunes tisserandes ou font travailler à façon dans les villages proches.

13Usage et fabrication des tapis obéissent à une temporalité bien définie. Au printemps, les tapis sont sortis, étalés dans les jardins, sur les terrasses des maisons, ou bien suspendus aux balcons. Ils sèchent après avoir été lavés à grande eau. Pour la belle saison, seuls quelques tapis retrouveront leur place dans la maison. Les autres seront remisés jusqu’à l’hiver suivant. La maison d’été est « déshabillée », elle se distingue de la maison d’hiver par le nombre de tapis recouvrant le sol.

14C’est l’hiver que les tapis sont tissés à domicile par les femmes. Cette activité est l’aboutissement d’un processus qui prend place sur une année entière et au sein duquel les hommes ont leur part de travail : élevage et tonte des moutons, cueillette et préparation des matériaux nécessaires à la teinture, construction des métiers en bois parfois très lourds (palamut, espèce proche du chêne vert méditerranéen). Avant l’hiver, les femmes ont également teint et filé la laine.

De haut en bas : Jeune fille de l’escorte lors d’un mariage en mer Egée, Karacaahmet Köyü, 2005 (photo F. Calame)
Présentation d’un kilim neuf sur le capot de la voiture des mariés, Karacaahmet Köyü, 2005 (photo F. Calame)
L’enfant turc dans son berceau réalisé ans un tapis, Karacahmet Köyü (photo F. Calame)

15Au village, la jeune fille fait son apprentissage de tisserande auprès de sa mère. Elles réalisent ensemble les tapis qui composeront le trousseau de mariage. Part importante de la dot, ils sont exposés le jour de la noce. Une jeune femme de la petite ville de Kula se souvient des journées passées avec sa mère. Assises côte à côte, devant le métier installé dans la pièce commune de la maison, elles parlaient de l’avenir, évoquant la belle maison qu’elle aurait plus tard.

16Le temps de cet apprentissage, les jeunes filles tissent trois ou quatre tapis pour leur propre dot. Ils seront utilisés dans leur ménage (d’abord au domicile des parents du mari, peu après le mariage, puis dans la maison du couple devenu indépendant). Parmi ces tapis, un ou deux seront gardés pour enrichir le trousseau des enfants à naître.

17Le trousseau du marié compte aussi des tapis. Durant son apprentissage auprès de sa mère, la jeune fille participe à la réalisation du trousseau de son frère. Les mariages entre cousins sont fréquents dans les villages de la région d’Uşak. Il se peut alors qu’à la génération suivante, les enfants de l’apprentie tisserande et du frère pour lequel elle tisse, se marient. Ainsi, le tapis tissé par la jeune fille pour son frère et non utilisé reviendra à l’enfant de la tisserande. Tissant pour son frère, la jeune fille transmet ainsi à sa propre descendance à venir.

18La mère de l’apprentie tisserande, grand-mère des futurs époux à naître et responsable des opérations de tissage, réalise ainsi un tapis unique dont l’usage sera partagé par deux de ses petits-enfants. Le schéma idéal de parenté s’inscrit ainsi dans une économie du tapis.

Femme tisserande d’Anatolie et de Normandie

19Dans la tradition rurale, la femme entretient avec le tissage une pratique particulière selon sa situation familiale : jeune fille, elle réalise son apprentissage auprès de sa mère.

20Devenue femme mariée, elle aura un statut différent à l’égard de l’activité collective du tissage selon qu’elle vit encore chez ses beaux-parents ou dans sa propre maison avec son mari. Elle peut donc avoir le statut de belle-fille (gelin) dans le premier cas.

21Avec sa belle-mère, la jeune mariée va achever son apprentissage. En règle générale, elle participe au tissage du tapis de funérailles de ses beaux-parents. Devenue mère, elle obtient implicitement le titre de tisserande « certifiée ». « Je me suis équipée d’un métier et remise à tisser pour apprendre à ma fille » explique Zekiye Eski, jeune femme de Kula (mer Egée).

22Ces pratiques et ces représentations sont encore perceptibles de nos jours en milieu rural en mer Egée. Qu’est-il advenu pour les femmes migrantes dans les dernières années ? Quelques éléments d’enquête nous ont permis certains constats.

23Lorsque Sultan Eroğlu, paysanne originaire de Karacaahmetköyü en mer Egée, vint en France avec son mari Hassan, maçon, s’installer en ville, elle lui demanda de lui construire un métier à tisser pour poursuivre ses activités textiles. Hassan réalisa ainsi un métier en récupérant et en détournant une galerie de voiture métallique. Sultan put ainsi, durant quelques années, s’adonner de temps à autre au tissage dans son immeuble HLM. Jugée bruyante par le voisinage à cause des coups de peigne, l’activité ne put guère se maintenir par la suite. En outre, la tisserande était très prise par le commerce qu’elle tient au pied de l’immeuble de la cité Bizet à Canteleu (Eroğlu export). Plusieurs femmes originaires de diverses régions de Turquie ont ainsi maintenu durant quelques années ces activités résiduelles, mais devant le manque de stimulation rencontré auprès de l’entourage, elles finirent peu à peu par renoncer. La génération des jeunes filles est restée par contre très concernée par le tricot ou la broderie selon des modèles dits traditionnels turcs.

  • 1 Nous tenons tout particulièrement à remercier tous les membres de l’Association culturelle turque d (...)

24Sultan nous a été présentée par l’association culturelle franco-turque de Canteleu1 lorsque nous avons demandé s’il existait encore dans la communauté turque des personnes ressources en matière de tissage. Très attachée à la dimension textile, Sultan n’a toutefois pas accepté d’assurer la fonction de monitrice. L’idée de participer à l’organisation d’un atelier de pratique artistique dans le cadre de l’espace culturel municipal de Canteleu n’a pas rencontré chez elle d’enthousiasme apparent. Toutefois, après de longs travaux d’approche, nous nous sommes rendu compte que le fils de Sultan, Can Eroğlu, avait été baigné durant ses années d’enfance dans cette pratique quotidienne du tissage de haute lisse. Enfant des cités franco-turques, Can a accepté avec plaisir de remplir la fonction de moniteur, prolongeant en cela l’enseignement que sa mère lui avait prodigué. Le fait qu’un jeune homme pratique l’art du textile constituait toutefois une situation tout à fait exceptionnelle. La position de moniteur pour un collectif de stagiaires était également une situation complètement inhabituelle. Durant six mois, douze apprenties ont donc fréquenté cet atelier peu ordinaire, pour moitié jeunes femmes turques ou d’origine turque, pour moitié d’autres origines (française, allemande, australienne).

25De l’avis de différentes personnes d’origine turque, le stage de tissage était susceptible d’intéresser une catégorie précise de jeunes femmes, les gelin. C’est-à-dire des épouses récemment arrivées de Turquie, sans profession. En fait la participation fut assez variée et l’engouement pour le geste textile indéniable. Alors que le processus est très long et demande une grande patience, les stagiaires d’origine turque furent les plus motivées et s’attachèrent pour la majorité d’entre elles à achever leur kilim. Celui-ci devint un élément important et valorisé de la décoration de la maison. Deux des tisserandes prêtèrent leur œuvre le 17 juin 2006 lors de l’inauguration du centre culturel turc de Canteleu, installé dans le même bâtiment que la mosquée.

Originaire de la mer Noire, la famille Çolak cultive un jardin ouvrier sur les bords de la Seine à Canteleu, printemps 2007 (photo F. Calame)

Notes

1 Nous tenons tout particulièrement à remercier tous les membres de l’Association culturelle turque de Canteleu pour leur aide active et amicale tout au long de ce projet de recherche et de valorisation, ainsi que Gaye Petek, présidente de l’association Elele, pour son soutien précieux.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5166/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende L’image du tapis apparaît sur l’invitation de la fête de la circoncision (Sünnet), agglomération rouennaise, 2005 (collection Erdoğan)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5166/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5166/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5166/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende De haut en bas : Jeune fille de l’escorte lors d’un mariage en mer Egée, Karacaahmet Köyü, 2005 (photo F. Calame)Présentation d’un kilim neuf sur le capot de la voiture des mariés, Karacaahmet Köyü, 2005 (photo F. Calame)L’enfant turc dans son berceau réalisé ans un tapis, Karacahmet Köyü (photo F. Calame)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5166/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5166/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Originaire de la mer Noire, la famille Çolak cultive un jardin ouvrier sur les bords de la Seine à Canteleu, printemps 2007 (photo F. Calame)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5166/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search