Version classiqueVersion mobile

La Mémoire orale

 | 
François Calame
, 
Jean–Pierre Castelain
, 
Pierre Schmit

3° Port et littoral, questions d'identités

Identités docker et terre-neuvas

Florence Levert

Texte intégral

1Au siècle dernier, les trois grands ports littoraux haut-normands que sont Dieppe, Fécamp et Le Havre ont des spécialisations bien distinctes. Une large part de l’activité maritime de Dieppe est consacrée à la pêche fraîche. Fécamp reste célèbre pour avoir été un grand port de pêche salée, notamment morutière. Le port du Havre, quant à lui, occupe une place de premier plan pour le transport de passagers et de marchandises.

2Dans le cadre de deux études différentes, j’ai rencontré les populations dockers du Havre et les anciens pêcheurs morutiers du port de Fécamp.

  • 1 La mission « Kollar », soutenue par la direction régionale des affaires culturelles de Haute-Norma (...)

3Un corpus de photographies datées des années trente et signées François Kollar, se trouve à l’origine de l’enquête réalisée en 2004 auprès des dockers havrais1. Cette profession existant encore aujourd’hui, il m’a semblé pertinent d’interroger le maintien identitaire de cette population, ou plus justement la revendication de ce maintien, malgré la profonde transformation du métier.

4Si la pêche à la morue n’a plus cours aujourd’hui, on en parle pourtant beaucoup à Fécamp. Le musée des Terre-Neuvas a ouvert ses portes en 1988. Par ailleurs, depuis 1999, des anciens morutiers réunis en association rééditent chaque année leur traditionnelle fête de la Saint-Pierre des marins. L’association des Terre-Neuvas est composée essentiellement de capitaines et d’officiers en retraite. Parmi eux, figurent ceux dont l’équipe du musée des Terre-Neuvas a fait ses informateurs.

  • 2 Sous la direction de Martine Segalen.

5En tant qu’attachée de conservation au musée des Terre-Neuvas de Fécamp, je rencontre fréquemment ces anciens marins. Dans le cadre plus précis d’une thèse de doctorat en ethnologie qui a pour thème la fête de la Saint-Pierre des marins, je m’interroge sur les usages de la mémoire et les phénomènes de recomposition identitaires dans le contexte présent d’une forte patrimonialisation du maritime2.

6À l’occasion de ces journées d’étude sur la mémoire orale, la mise en parallèle de ces deux recherches m’a semblé intéressante : il s’agira ici de comparer la place de la mémoire et ses modes de transmission, de la tradition et de ses fonctions, dans les manières particulières qu’ont ces deux populations de se dire aujourd’hui.

Précisions concernant la démarche

7Dans le cadre de mon activité au musée des Terre-Neuvas et, notamment, de l’inventaire des collections, je sollicite et recueille des informations à propos d’objets utilisés dans un passé de référence. La mémoire des anciens est, dans cette perspective, le moyen d’y accéder et leur parole vaut pour son contenu informatif. C’est, en revanche, la performance du témoin évoquant le passé qui est le sujet principal de ma thèse. Le centre d’intérêt passe ainsi du passé au présent et de l’artefact à l’être social doué de mémoire. La parole est un acte qui peut être soumis à l’attention de l’ethnographe.

8Dans la réalité, toutefois, les deux démarches sont menées de front. Il est communément admis qu’à un métier correspond une culture partagée. Les outils sont indissociables des manières de faire, lesquelles sont liées à des manières de penser et à une identité partagée. Aussi, la question posée est la suivante : comment, malgré la mutation profonde du métier de docker et la disparition de celui de terre-neuvas, ces populations expriment-elles aujourd’hui une appartenance identitaire inchangée ?

9J’ai souvent noté que la fidélité à la tradition, ou du moins ce qui est présenté comme telle, était convoquée pour compenser de profondes transformations ou pertes s’appliquant par ailleurs. Il m’importe d’examiner les adaptations nécessaires à l’affirmation du fait qu’on « en est » encore et toujours.

10À travers les quelques exemples tirés de mon expérience auprès des dockers et des terre-neuvas, je tenterai de montrer comment chaque groupe met en œuvre des stratégies singulières pour résoudre sa propre équation identitaire. Les expériences de terrain ont montré que malgré l’instabilité de ce qui la définit, l’identité reste un référent constant pour les populations qui s’en réclament.

Les dockers du port du Havre

11Le terrain auprès des dockers a été un terrain court. Il n’y a pas eu d’observation sur le travail lui-même. Le terrain a été court mais riche, et notamment en parole. Considérant la richesse et la nature très élaborée de leurs discours, il semble juste d’affirmer que l’une des grandes affaires des dockers aujourd’hui est de se définir et que celle de leur syndicat, très puissant, est de rester maître de la parole.

12Je ne savais pas de quelle manière entrer en relation avec les dockers, d’autant que les quais sont aujourd’hui inaccessibles au public. Mais, la prise de contact a été plus facile que je ne l’imaginais. Je suis allée du côté de la place Léon Carlier, au cœur du quartier de l’Eure, à proximité immédiate des quais et anciens docks désormais délaissés. C’est là où se faisait l’embauche des dockers jusque dans les années soixante.

13Sur cette place, il y a un grand bistrot. J’entre. Un homme est au comptoir. Je sais qu’il est docker. Sur son bras est tatoué un croc. Bien qu’il ne soit plus utilisé depuis longtemps, je connais cet objet comme étant l’emblème de la profession. J’engage la conversation. Je dis mon projet de rencontrer des dockers. L’homme est peu loquace. Il accepte néanmoins que je photographie son bras tatoué. Le patron du bistrot qui suit la conversation me propose de me présenter les « gars » du syndicat : « Ils te donneront toutes les infos que tu veux. » Le lundi suivant, il me présente au syndicat CGT des dockers du port du Havre. Je suis reçue longuement par le secrétaire général, par son adjoint et par le responsable de la sécurité. Le secrétaire adjoint formule un discours élaboré, clair et précis. À mes questions, des réponses sont données sans hésitation. L’accès aux archives du syndicat m’est toutefois refusé. J’apprends que les anciens dockers se réuniront le dimanche suivant pour leur repas annuel. Je demande à pouvoir y participer. Le secrétaire général me fait savoir qu’il est inutile d’insister. Je remarque que ce qui m’a été refusé, l’a été par la voix du secrétaire général, non par son adjoint, porte-parole officiel du syndicat.

14J’ai revu les membres du syndicat trois autres fois. Ils m’ont guidée sur le port, nous avons visité hangars, terminaux et quais. J’ai toujours été systématiquement accompagnée d’au moins deux hommes. Jamais, je n’ai pu me trouver seule avec un docker. J’ai réalisé par ailleurs une série d’entretiens (cinq au total) avec un docker aujourd’hui retraité et rencontré par l’intermédiaire d’un ami. Cette personne m’a affirmé n’avoir plus aucun lien avec son ancien milieu professionnel.

Le syndicat CGT des dockers est exclusif et obligatoire

15Nul ne peut être docker s’il n’est fils de docker : « C’est comme ça. Ça a toujours été. C’est la tradition et c’est bien », énonce le secrétaire général du syndicat. « Entrer sur le port », c’est être présenté au syndicat par son père. Le jeune homme est âgé d’au moins dix-huit ans et remplit les critères physiques. Il reçoit sa carte. Il est devenu un docker. Lorsqu’il est embauché, le jeune docker a une dette morale envers son père, lequel engage publiquement sa responsabilité. Le père, s’il n’a plus rien à prouver au niveau de l’exercice du métier, doit achever son rôle sur le port en se montrant comme un père respecté. Le fils appliquera les lois régissant le groupe : telle est l’expression de son respect filial.

16Le métier met à profit une relation de subordination préexistante entre père et fils et, de la bonne entente professionnelle pourra dépendre la vie de famille. Respect filial, gratitude, loyauté et honneur sont des valeurs revendiquées par le groupe, envers le père et envers le syndicat pensé comme le chef d’une grande famille.

17Le jeune homme héritant du statut de son père, en l’acceptant, est lui-même dans l’obligation de le léguer à son fils. Il s’engage ainsi à transmettre le métier tel qu’il l’a lui-même reçu, à le défendre comme ses pères l’ont fait avant lui.

18L’accès réservé au métier est pensé comme un avantage, mais c’est un avantage qui se mérite. Et, la grande ingéniosité du système docker semble résider dans le fait que ce mérite ne revient pas à l’individu lui-même mais à son père et à son fils. Le docker est ainsi le récipiendaire momentané de ce privilège dont il n’est qu’un passeur. Le temps de l’échange qui transcende les générations, qui subordonne l’individu à être un relais dans une lignée, est gage de survie de la population docker. Il protège de démarches individualistes qui sont pensées comme un danger pour le groupe.

19Sur le port, le docker est plus qu’un travailleur. Il est un père, il est un fils, il est un homme dont les qualités dépassent le champ des savoir-faire. À la maison, en revanche, les hommes n’évoquent jamais explicitement le métier. « En famille, on parle d’autre chose, mais pas boulot ! » Les épouses savent peu de choses de l’univers professionnel de leur mari. Le syndicat offre le service de fournir et laver les vêtements de travail. À la maison, donc, pas de linge à laver, à repriser, dont l’entretien dirait aux femmes un peu du quotidien de l’homme. Avant les années quatre-vingts et la généralisation des virements bancaires, c’était la paye en liquide et « la tarte à la crème », prime mensuelle dont nombre de femmes de dockers n’ont jamais eu connaissance.

La réforme de 1992, sujet incontournable

20La réforme de 1992 a été le sujet incontournable de tous les entretiens réalisés avec les dockers du port du Havre. En 1992, en effet, les dockers ont vécu un changement de statut. Ils étaient des intermittents, ils sont devenus des salariés. Avant 1992, les dockers venaient quotidiennement proposer leurs services aux entreprises de manutention, le trafic des marchandises et des voyageurs étant variable d’un jour à l’autre.

  • 3 L’embauche des dockers prendra place au Bureau Central de la Main-d’œuvre (BCMO) situé à quelques (...)
  • 4 Avant leur intégration au syndicat des dockers dans les années soixante.

21Voici comment, chaque jour, se déroulait l’embauche des dockers. Place Léon Carlier3, au cœur du port, une cloche rythme le temps de l’embauche. Les entreprises de manutention inscrivent sur un panneau le nombre de dockers dont elles ont besoin pour la journée. Premier coup de cloche. Les dockers professionnels offrent leurs services. Dix minutes ont passé et la cloche sonne de nouveau. Si le nombre d’ouvriers présents est supérieur à la demande des entreprises, les dockers professionnels qui n’ont pas trouvé de place bénéficient du chômage. Un homme du syndicat est alors chargé de clamer l’invariable formule : « Embauche terminée, chômage. » Les jours de grand trafic, en revanche, si tous les dockers professionnels ont du travail et s’il reste des postes à pourvoir, la cloche sonne une troisième fois. Des « magasiniers » ou « charbonniers » qui appartiennent à d’autres corporations de travailleurs portuaires avec leurs syndicats propres4, peuvent alors être embauchés. Si le besoin de main-d’œuvre est très élevé, alors la cloche sonne une quatrième fois : des « occasionnels » compléteront les équipes.

22La réforme de 1992 veut que chaque docker ait un poste salarié dans une entreprise de manutention. Mais la réforme passe mal. De grandes grèves bloquent le trafic mais le changement de statut est opéré. « Avant, on travaillait, on était payé, on travaillait pas, on touchait le chômage, une indemnité garantie. Maintenant, ils ont trouvé qu’on rentre, qu’on devienne comme tout le monde », argumente un docker du syndicat. L’embauche, par son rituel orchestré par le syndicat répété quotidiennement, avait d’abord la fonction de définir le docker comme catégoriquement distinct des autres, de remettre en scène chaque jour les privilèges des dockers visant au maintien une hiérarchie portuaire.

23Au système d’embauche correspondait des modes de sociabilité particuliers. « Avec la réforme, le plus gros problème, c’est qu’on ne se voit plus comme avant. Le BCMO, c’était le lieu de rencontre quotidien. On était amenés à se voir du fait qu’on allait à l’embauche. Maintenant, on n’a plus ce pôle d’attraction. En plus, maintenant, on est regroupés par entreprises. Au départ, c’est vrai qu’on a senti un manque… Mais on a gardé un syndicat interentreprises donc, on a pas eu de coupure totale. On a des délégués d’entreprise qui se regroupent au niveau du bureau central donc, tous les jours, ils viennent se rencontrer et ils font passer la parole. Ça permet de garder le contact. Et, dans toutes les entreprises, il y a deux délégués permanents qui ne font que ça, ils sont chargés d’aller sur les chantiers, de vérifier que tout fonctionne bien et de ramener les infos. »

24L’adoption du statut salarié a été vécue comme la fragilisation de leur différence, de leur supériorité même, dans la représentation qu’ils ont d’une hiérarchie ouvrière. La formulation de la différence ne suffisant pas toujours au maintien d’une distinction efficace, le syndicat a pour charge d’inventer des outils palliant le danger d’un « devenir comme tout le monde ». Le docker attend de son syndicat qu’il maintienne toujours un avantage d’avance sur les autres ouvriers non dockers. Il entend se faire offrir les raisons et les moyens d’être fier de ce qu’il est et de pouvoir l’exprimer. En échange, les dockers respectent les mots d’ordre du syndicat et, en particulier, ce qu’il convient de dire. Dans le monde docker, la parole est l’une des stratégies les plus fortes pour rester soi et entre soi.

Maintien des mots et des expressions

25Lorsque je suis arrivée sur le port, j’ai supposé que le maintien identitaire passait par la référence à un vocabulaire évoquant le métier d’antan et à des objets emblématique.

26En effet, on a par exemple : « C’est stocké sous tente » pour dire c’est stocké sous hangar. « Le brouettage : c’est la traction des conteneurs sur le site portuaire », c’est-à-dire le transport routier.

27Voici des mots dont le signifiant moderne se cache sous la référence à la version ancienne de l’objet qu’il est venu remplacer. Cela exprime le fait que ces hommes, en tant que professionnels, s’adaptent à la modernité, aux outils nouveaux. Pourtant, on sent toujours poindre le port d’autrefois sous celui que nous avons devant les yeux. Leurs mots convoquent un imaginaire fort.

28« La brême » : c’est la carte de docker professionnel. Avant la réforme, elle était nécessaire pour accéder à l’embauche. Elle facilitait l’enregistrement des corvées réalisées pour telle entreprise ou pour telle autre. À la fin de chaque semaine, le docker présentait cette carte à chacune des sociétés pour lesquelles il avait travaillé et sa paye hebdomadaire lui était immédiatement versée en espèces. Aujourd’hui, les dockers sont des salariés payés par virements bancaires mais la carte existe encore. Elle porte les tampons des cotisations annuelles au syndicat. Elle reste emblématique de l’appartenance au monde actif des dockers. Mais le mot, véritablement spécifique aux dockers, est élevé au rang d’emblème, au même titre que l’objet. Pour parler du BCMO (là où les témoins que j’ai rencontrés ont tous connu l’embauche) beaucoup disent encore « le pont », constituant une territorialisation nostalgique du port : « Le matin, quand on arrivait au pont… Ah, oui, on dit “le pont “pour le BCMO en référence à l’embauche qui se faisait avant au pont III, place Léon Carlier. On disait « le pont », on descendait “au pont”. “T’as été au pont ?” Moi qui n’ai pas connu le pont III, j’ai “descendu au pont” pendant des années ! » Un autre exemple est l’expression « la tarte à la crème » déjà évoquée. Aujourd’hui, l’expression n’est liée à aucune pratique mais elle revient souvent dans les conversations. Comme le croc, l’expression ne correspond plus à aucun usage, sauf à convoquer la tradition constitutive de l’identité.

Le discours nostalgique : raconter la perte pour la combler et rester qui on est

29Le registre nostalgique est très présent dans le discours des dockers d’aujourd’hui. Le rituel quotidien de l’embauche qui distinguait les dockers est en partie remplacé par le discours nostalgique qui, d’une certaine manière, permet de maintenir cette distinction. Le rappel de la menace de dissolution du lien social que fut la réforme, crée aujourd’hui du lien et le maintien de leur identité par la communion dans un discours nostalgique.

30Le métier a changé et, pour exprimer la nécessité du changement, son caractère inéluctable, il y a une expression : « ne plus mettre 800 kilos à la palanquée ». « On ne peut plus mettre 800 kilos à la palanquée aujourd’hui ! À bord, les gars faisaient une énorme palanquée avec beaucoup de sacs. À terre, les gars la recevaient et tout tombait évidement, et il fallait ramasser. Pendant ce temps, à bord, vous étiez bien : au lieu d’avoir trois minutes pour préparer la suivante, vous aviez huit minutes. Ça gueulait ! Ça arrivait souvent… C’était un peu le sel. Pensez-vous : l’équipe à terre avait été faite n’importe comment avec des occasionnels qui n’avaient pas l’habitude et à bord c’était une équipe de pros… » La métaphore est issue du monde ancien. Elle réinscrit la distinction docker/occasionnel dans le présent où elle n’existe plus. C’est une référence commune, qui montre également que chez les dockers, on apprécie l’esprit frondeur. Aujourd’hui, cette référence sert à se reconnaître comme de la même espèce.

31De la même manière, il y a une expression pour se saluer entre anciens dockers. Elle fait directement référence au rituel de l’embauche : « Dans le travail, il y avait tout un vocabulaire. Nous, parfois, avec les copains « embauche terminée, chômage » : on se dit bonjour. »

32Ils se montrent parfois sensibles aux intérêts de populations non dockers ; nous savons que l’inverse leur a souvent été reproché : « Il n’y a plus rien maintenant dans le quartier. Vous seriez venue ne serait-ce qu’il y a quinze ou vingt ans, ça grouillait de monde, tous les commerces vivaient avec l’embauche des dockers. Quand on a mensualisé les dockers dans les entreprises, il n’y a plus eu le pôle d’attraction qu’était l’embauche deux fois par jour. Il y avait des bistrots partout. On allait prendre un « petit sou » (café arrosé de calva) après l’embauche. Maintenant, il y a plus rien ou presque. Tous les bistrots étaient le long du quai. Ti-Guy, avec son bistrot, il doit pas gagner grand-chose maintenant. Je crois même que ça doit lui coûter de l’argent de rester ouvert. Déjà, il y a eu moins de commerces quand on a été payés par chèque. Avant, on allait chercher notre paye sous l’embauche. Après, on pouvait aller boire un coup. Les commerces en ont pâti. » Posant en autres victimes de la réforme des populations extérieures au monde docker, comme les bistrots et les petits commerçants du quartier du port, ils disent l’importance économique de la classe docker. Ils insistent encore ici sur l’erreur commise par les fossoyeurs du statut docker : sacrifier les dockers au nom de la réforme, c’était aussi sacrifier les petits commerçants. L’expression nostalgique prend ici pour prétexte une condescendance à l’égard du petit commerçant, ou plus justement de ce qu’il fut, puisque aujourd’hui, il n’existe plus. Il n’est plus qu’un mot.

Identité rétroactive

33Inversement, on note parfois une recomposition du passé pour définir le docker aujourd’hui. À la question posée : « Votre père, il était docker ? » un homme me donne cette réponse surprenante : « Oui, parce que je suis docker. » Le père de cet homme était, en réalité, « camionneur », c’est-à-dire membre d’une corporation, à l’époque, proche de celle des dockers, mais avec son propre syndicat, parmi celles qui au moment de l’embauche, s’il restait des place à prendre, pouvaient en bénéficier, après les dockers professionnels mais avant les « occasionnels ». Ces corporations voisines ont, depuis lors, été intégrées à celle des dockers. Ainsi, des pères, justifiant du devenir docker de leur fils, sont rétrospectivement devenus dockers. Aujourd’hui, on en parle comme d’anciens dockers, alors qu’ils ne l’ont pas été du temps de leur activité. Ce à quoi les dockers restent fidèles, le rôle du discours nostalgique et les transformations (nous avons vu que la mémoire est aussi outil du changement et de l’adaptation), sont autant de gages de leur confiance en l’avenir qui engage leur grande affaire : celle d’élaborer une définition distinctive d’eux-mêmes afin de se survivre.

Les marins terre-neuvas

34Des anciens marins terre-neuvas de Fécamp se sont constitués en association et rééditent chaque année leur fête traditionnelle : la Saint-Pierre des marins. C’est un exercice de mémoire entre oralité et performance. En 1999, date à laquelle sa première réédition est célébrée, il y a vingt ans que la communauté maritime ne se réunit plus pour sa fête annuelle. Elle célébrait la vitalité de la pêche. Elle s’est naturellement éteinte avec elle. Du début des années soixante-dix au milieu des années quatre-vingts, qui sonneront le glas définitif de l’industrie morutière, à mesure que les navires ont été désarmés, elle s’est faite chaque année plus grave et plus modeste aussi.

35La Saint-Pierre de l’époque où ils naviguaient est aujourd’hui présentée comme la fête de référence. La Saint-Pierre était célébrée au mois de février, avant les départs pour la pêche et était organisée par le comité de la Saint-Pierre tenu par les armateurs. À la fois fête familiale, religieuse et corporative, elle prenait place sur deux jours. Le dimanche commençait avec un réveil en fanfare. Suivait une grand-messe à l’église des marins. À l’issue de la messe, une procession avec ex-voto figurant des bateaux et une statue de la Vierge Marie sillonnait la ville. La foule faisait étape au monument aux morts pour la cérémonie de remise de médailles. Ensuite, avait lieu la cérémonie de la bénédiction des bateaux de pêche sur lesquels étaient embarqués les marins et leurs familles. Elle prenait place avant le partage du « chanteau ». Le midi, c’était l’occasion d’un repas en famille. Le soir enfin, un bal était donné. Le lendemain, une messe pour les marins disparus était dite à la chapelle Notre-Dame de Salut et l’après-midi les orphelins étaient conviés à un goûter.

Une « Saint-Pierre » en 1951. (D. R.)

36Il semble d’abord qu’au niveau familial, la Saint-Pierre, par sa répétition annuelle et par son inscription sur le territoire fécampois, de la ville et du port, participe à la pensée symbolique d’un espace et d’un temps commun pour des familles dont les membres vont vivre séparés une bonne partie de l’année.

37Je pense que la Saint-Pierre se réalise en trois temps, avec pour impératif la répétition fidèle du rituel d’une année à l’autre. Toute fête de la Saint-Pierre est, en effet, idéalement identique à celle qui la précède. Dans le même temps, une Saint-Pierre ne trouve son sens entier que dans la perspective de celle qui suivra. La Saint-Pierre est un vaste marché d’échange qui prend place d’une Saint-Pierre à une autre. Et ces trois temps sont nécessaires à l’échange. Au titre des multiples niveaux d’échanges, citons notamment :

  • L’échange avec le divin : à chaque édition de la Saint-Pierre, le marin chante, écoute, et il est entendu. Il marche, mange et boit. Il réalise un don de soi. Il attend, en retour, une protection : il a formulé l’espoir de vivre à nouveau une performance identique. La Saint-Pierre est votive. Le marin remercie la Vierge Marie pour avoir été épargné durant la campagne précédente. Dans le même temps, il demande protection pour l’année qui commence.
  • L’échange au sein des équipages, entre matelots et capitaine entre capitaine et armateurs : être présent à la Saint-Pierre, c’est exprimer sa volonté de faire de son mieux pour que la campagne de pêche soit réussie.

Bénédiction des bateaux au bassin Bérigny Saint-Pierre 1938 Coll. musée de Fécamp

38À chaque nouvelle campagne, en effet, le pêcheur de morue, qu’il soit mousse ou capitaine, gagne son salaire tout en remettant en question son avenir. S’il a été bon, à la fin de l’année, le matelot pourra renégocier sa part pour la voir augmenter. Dans le cas contraire, le capitaine lui signifiera qu’il n’a plus besoin de lui. De la même manière, la réussite d’un capitaine peut déboucher sur une promotion, comme l’obtention d’un bateau plus performant grâce auquel il pourra se payer de meilleurs spécialistes motivés par l’espoir de faire une campagne hors du commun. À l’inverse, il pourra perdre ses meilleurs éléments si la performance n’a pas été à la hauteur de leurs espérances et si un autre capitaine leur offre mieux. Il pouvait arriver aussi qu’il perde son bateau et se trouve sans travail. La position du pêcheur morutier, qu’il soit matelot ou capitaine, est ainsi remise en question chaque année au sein de ce jeu d’engagements réciproques.

39Après la bénédiction de la flotte des navires, familles de marins, armateurs et officiels se retrouvaient pour le partage du chanteau, ou pain bénit. Ce pain, qui au dire des témoins des Saint-Pierre d’après-guerre, était une grosse brioche circulaire, était découpé en parts égales. L’administrateur des Affaires maritimes prononçait alors ces mots : « On coupe le pain comme on coupe le travail. » Ensuite, durant la distribution, il prononçait un discours développant le pourquoi du chanteau : à l’unicité du pain correspond la cohésion de la communauté ; son morcellement et sa distribution sont symboles du partage des emplois en son sein ; l’équité dans le partage, enfin, impose l’idée que le rôle de chacun est aussi important que celui de tout autre.

Saint-Pierre 2007 Photo F. Levert

40À l’heure où le chanteau est partagé, ceux qui vont bientôt partir ont signé leur feuille d’engagement. Au sein des familles de marins en présence ce jour-là, les plus jeunes sont engagés comme mousses, des mousses sont devenus novices, des seconds ont été jugés aptes à être capitaines... Chaque nouvelle campagne en effet porte son lot de promotions, selon l’âge et le mérite, mais amène aussi ses disgrâces. Et, à travers le passage d’une Saint-Pierre à une autre, via la mise en scène des faveurs accordées aux meilleurs des pêcheurs de l’année précédente, se dessine l’un des principes fondamentaux de l’industrie morutière : une concurrence acharnée où le sort de chacun est remis en jeu chaque année.

41La Saint-Pierre est une vaste scène, génératrice d’images et de tableaux vivants. Elle crée des modèles auxquels la communauté restera fidèle, quand bien même au niveau individuel rien n’est moins sûr… Nul ne peut être assuré de tenir la même position sociale d’une année sur l’autre.

La Saint-Pierre des marins aujourd’hui

  • 5 Le récit a été pour eux un formidable outil de revendication sociale et durant la pause de vingt a (...)

42Aujourd’hui, la Saint-Pierre des marins est organisée non plus par les armateurs mais par les anciens pêcheurs eux-mêmes. La réédition de la fête des marins rompt avec toutes les formes de gestion de la mémoire qui étaient jusqu’alors pratiquées par les anciens terre-neuvas depuis la fin de la pêche5. Dans cet exercice, nul discours sur le passé : le rituel est revendiqué comme étant répété à l’identique. Je pourrais m’amuser à comparer point par point les fêtes anciennes et les nouvelles, et je l’ai fait en partie. Mais cela n’est pas un objectif en soi. Ce qui m’intéresse, c’est qu’aujourd’hui, les anciens marins disent répéter la fête à l’identique. Les similarités ne prouveront pas plus leur bonne foi que les différences ne dévoileront leurs mensonges. La revendication de la fidélité n’est pas une tromperie : dans la perspective qui est la mienne, le fait que les gens de l’association se disent fidèles est suffisant pour qu’ils le soient. Les anciens marins membres de l’association des Terre-Neuvas réalisent un exercice de mémoire collective pour rééditer cette fête. Ils mettent un point d’honneur dans leur précision à l’égard du passé. Pourtant, les départs pour Terre-Neuve, n’étant plus aujourd’hui qu’un souvenir, la fonction de la Saint-Pierre ne peut être identique à ce qu’elle était naguère.

43Sans que cela soit contradictoire, le glissement de la fonction du rituel, de la demande de protection à la célébration de la mémoire, s’opère dans l’impératif du maintien de la forme. La répétition du même est un objectif en soi : il faut donner à voir le même. La fidélité semble être ici de l’ordre de la preuve : elle atteste du fait que ceux qui, aujourd’hui, refont les rituels ont été, hier, des marins. Elle montre, dans le même temps, qu’ils connaissent leur histoire.

44La Saint-Pierre d’aujourd’hui trouve sa place au sein d’un contexte qui valorise le métier de terre-neuvas tout en reconnaissant la valeur de qui a des connaissances sur le sujet. Il est fort probable que si le musée des Terre-Neuvas n’avait pas ouvert ses portes, la fête de la Saint-Pierre n’aurait jamais été rééditée : l’intérêt des autres pour le sujet a rendu le terrain favorable et l’association est aidée financièrement par la municipalité et par la Chambre de Commerce. La fête dit la volonté des marins de devenir enfin les entiers propriétaires de leur histoire. Le président de l’association exprime aujourd’hui son sentiment à l’égard du passé : il pense qu’ils ont été lésés par les armateurs. Il explique aussi que l’une des raisons de la création de l’association des Terre-Neuvas est « d’empêcher que soient diffusées des bêtises sur ce que, nous seuls, avons vécu ; de remettre les choses à leur place pour lutter contre les extrapolations de ceux qui ont lu ». Face aux professionnels du patrimoine, les anciens marins revendiquent ainsi la richesse incomparable du vécu. Avec leur Saint-Pierre, ils sont devenus les véritables artisans de leur mise en valeur. À la fête de la Saint-Pierre aujourd’hui, les anciens marins sont à la fois acteurs et metteurs en scène, objets et sujets.

Saint-Pierre 2007 Photo F. Levert

45Ils réajustent le costume de héros qui leur avait été fait sur des mesures approximatives et se font historiens par la qualité de la précision, valeur elle-même revendiquée par les institutions patrimoniales.

46Le passé maritime de Fécamp est aujourd’hui ce sur quoi gagent les responsables locaux. Il est d’abord une manne économique : Fécamp développe un tourisme fondé sur le patrimoine maritime. Il est également considéré comme une richesse culturelle et sociale et, nombre d’institutions, qu’elles soient scolaires ou patrimoniales, revendiquent la mission de faire se réapproprier ce passé aux enfants de l’ensemble de la communauté fécampoise. Des chantiers de réinsertion y font également référence.

47Au sein de la fête de la Saint-Pierre, les anciens capitaines terre-neuvas restent, comme ils l’étaient naguère sur leurs navires, au plus haut de la hiérarchie. Ils veillent à ce que les cérémonies se déroulent selon ce qu’ils ont planifié et dirigent les opérations en étant secondés par ceux qui furent, en mer, leurs subalternes immédiats. En organisant la Saint-Pierre, ils ont toutefois acquis ce qui, autrefois, était l’apanage des armateurs.

48En tant que génératrice d’images, la fête reste, en 2006, ce qu’elle était déjà hier : un auxiliaire commercial de premier ordre. Autrefois, néanmoins, les armateurs diffusaient le symbole constitué de ce qu’ils avaient eux-mêmes à vendre. Aujourd’hui, le réseau d’échanges est redéfini et la fête œuvre à la constitution d’une image dont s’emparent et qu’utilisent, à leurs propres fins, la municipalité et la Chambre de Commerce. En échange de la possibilité matérielle et financière d’organiser leur fête, les anciens marins offrent aux responsables locaux une image publicitaire pouvant attirer les touristes : celle de la tradition. Les anciens terre-neuvas, quant à eux, tout en disposant d’un terrain pour revendiquer leur identité, gagnent le prestige d’être courtisés par les notables de la ville comme ils ne l’ont jamais été. Aujourd’hui, objet de mémoire, mise en démonstration du souvenir que les anciens marins en ont, la fête de la Saint-Pierre interroge l’instrumentalisation de la connaissance de sa propre histoire dans la revendication identitaire des populations terre-neuvières, et ceci dans le contexte inédit de la patrimonialisation de la mémoire maritime et du développement touristique qui lui est en partie subordonné. Se pose également la question d’une identité rétroactive qui ouvre bien des pistes.

49Dans les deux cas exposés ici, la réédition, la convocation fidèle du passé, parce qu’elle est copie conforme, s’adapte et accompagne les transformations sociales et culturelles. C’est par la répétition du même, par le biais de l’exercice de mémoire, qu’une fonction nouvelle apparaît. Dans les deux cas, le même, parce que répétition à l’identique, trouve une fonction sociale inédite adaptée au contexte présent.

Saint-Pierre 2007 - Après le messe des défunts à la chapelle Notre-Dame-de-Salut - Photo F. Levert.

Notes

1 La mission « Kollar », soutenue par la direction régionale des affaires culturelles de Haute-Normandie, a été confiée à l’Association French Lines.

2 Sous la direction de Martine Segalen.

3 L’embauche des dockers prendra place au Bureau Central de la Main-d’œuvre (BCMO) situé à quelques mètres seulement de la place Léon Carlier à partir des années soixante.

4 Avant leur intégration au syndicat des dockers dans les années soixante.

5 Le récit a été pour eux un formidable outil de revendication sociale et durant la pause de vingt ans entre les deux Saint-Pierre, une petite partie de la communauté maritime a en effet su bien l’utiliser.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5160/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5160/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Une « Saint-Pierre » en 1951. (D. R.)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5160/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Bénédiction des bateaux au bassin Bérigny Saint-Pierre 1938 Coll. musée de Fécamp
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5160/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5160/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Saint-Pierre 2007 Photo F. Levert
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5160/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5160/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Saint-Pierre 2007 Photo F. Levert
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5160/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Saint-Pierre 2007 - Après le messe des défunts à la chapelle Notre-Dame-de-Salut - Photo F. Levert.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5160/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 202k

Auteur

Musée des Terre-Neuvas, Fécamp. Doctorante en ethnologie, université Paris X-Nanterre

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search