Version classiqueVersion mobile

La Mémoire orale

 | 
François Calame
, 
Jean–Pierre Castelain
, 
Pierre Schmit

2° Mémoire des métiers

Mémoires plurielles de la SMN : discours unitaires et divisions socio-spatiales

Stéphane Valognes

Texte intégral

  • 1 Valognes Stéphane, De l’espace usinier aux nouveaux territoires urbains : mémoires collectives, pro (...)

1Mon propos sur les mémoires plurielles de la SMN s’inscrivent au sein d’une recherche comparative1, effectuée de 1991 à 2002 portant sur la reconversion urbaine de trois sites usiniers et portuaires, marqués et structurés par l’industrie lourde (sidérurgie, chantiers navals) et les activités ferroviaires et portuaires : l’ancien site SMN situé sur plusieurs communes dans la périphérie de Caen, l’île Sainte-Anne et le site des anciens chantiers Dubigeon à Nantes et le quartier industriel ouvrier et portuaire de la Bastide à Bordeaux. Trois niveaux d’analyse ont été construits et mobilisés : les morphologies sociales et les formes urbaines et usinières héritées (traces industrielles, productions culturelles, processus de « patrimonialisation »), les formes urbaines projetées que l’on nomme souvent « projet urbain » (modes de composition urbaine, références urbanistiques...) et enfin les formes urbaines produites, les nouvelles situations construites (acteurs de la production urbaine, insertion dans le tissu urbain, modes d’appropriation sociale des nouveaux espaces).

2Dans le cadre de ces rencontres portant sur la mémoire orale, après une présentation rapide de l’univers SMN, je proposerai trois ou quatre moments d’analyse des dynamiques mémorielles ayant eu lieu entre 1991 et 2002, en confrontant des récits de vie, des productions et des événements culturels, des mouvements sociaux et des politiques d’aménagement. Je mettrai notamment l’accent sur les figures des discours énoncés, mais aussi les zones d’ombres, ou la violence sociale ou symbolique.

La SMN dans les années cinquante (photographie issue d’un document publié en 1993 par le comité d’entreprise).

L’univers SMN : un isolat industriel

3La Société métallurgique de Normandie, initialement fondée avant la première guerre mondiale avec des capitaux allemands, sous un autre nom, capitaux attirés par la présence de mines de fer et le canal de Caen à la mer, puis passée sous contrôle français à l’issue du conflit, aura été la seule installation sidérurgique de grandes dimensions de l’Ouest français. L’entreprise avait créé dès l’origine autour d’elle un système socio-spatial relativement intégré (cités ouvrières, installations sportives, culturelles et de loisirs, centre d’apprentissage, écoles...), caractéristique du « paternalisme des maîtres de forges », qui se délitera à partir de la fin des années soixante. L’usine et ses dépendances (installations portuaires et ferroviaires) occupait une emprise d’environ 220 hectares répartis sur les communes de Colombelles, Mondeville, Hérouville et Giberville, sur l’axe de Caen à la mer, le long du canal maritime.

4La nouvelle société doit affronter une pénurie de main-d’œuvre dans un contexte local marqué par une natalité déprimée, une forte émigration et une perception plutôt négative de l’industrie. Il sera alors fait appel à l’immigration, et ce en plusieurs périodes, dans des cadres juridiques et des contextes politiques différents : filières d’immigration italiennes, marocaines, polonaises sont ainsi activées. La première guerre mondiale va introduire une série de ruptures dans le processus d’implantation de la future Société métallurgique de Normandie : fin de la mainmise allemande sur l’entreprise, qui passe sous le contrôle de Schneider, emploi de prisonniers de guerre, recrutement de main-d’œuvre chinoise, appel aux colonies... Après le premier conflit mondial, l’immigration reprend, avec la venue de Russes fuyant le régime soviétique, de Polonais, de Belges et d’Italiens. Ces divisions « ethniques » ou nationales seront souvent minimisées, dans le cadre de discours dominants insistant sur l’unité de la communauté usinière.

5L’entreprise a employé jusqu’à 6 400 salariés au milieu des années soixante-dix. Avec la crise européenne de la sidérurgie, les effectifs ont décru de manière progressive, au fur et à mesure des différents plans sociaux, pour se stabiliser à 1 300 personnes (sans compter les sous-traitants) en 1991, avant la fermeture des installations et leur destruction en 1993 et 1994. Il est estimé qu’environ 70 000 personnes sont « passées » par la SMN depuis 1917. L’entreprise était spécialisée dans la catégorie des « produits longs », c’est-à-dire le fil-machine, qui une fois transformé donne des vis, des pointes, des ressorts, des chaînes, ou du fil pour pneumatiques.

  • 2 Jean-Pierre Terrail, Destins ouvriers, culture d’entreprise et pratiques syndicales, volume 2, Pari (...)
  • 3 Alain Leménorel, novembre-décembre 1991, « Le paternalisme, version XXe siècle : l’exemple de la SM (...)

6Les études sociologiques ou historiques consacrées à l’entreprise dans les années quatre-vingts faisaient montre d’un désaccord nuancé entre elles quant aux déterminants de « l’identité SMN ». Pour Jean-Pierre Terrail2, la communauté productive apparaissait comme structurée par une double articulation, différenciant le personnel selon l’origine de ses membres (« hérédité SMN » ou pas) et leur fonction (entretien ou fabrication) : il y a « ceux qui savent » et « ceux qui cassent ». Cette double articulation expliquerait le fait que les salariés issus de l’ancien système paternaliste, diplômés de l’école technique, occupaient une position hégémonique. Pour sa part, l’historien Alain Leménorel3 mettait l’accent sur l’importance de l’intervention patronale dans la sphère hors travail, notamment le rôle des cités ouvrières et de leurs modes de socialisation, comme éléments structurants de l’identité SMN.

7Si le système d’intervention dans la sphère hors travail mis en place par l’entreprise n’a pas survécu aux années soixante et a vu ses attributions se réduire au fur et à mesure de la reprise de ses fonctions par d’autres institutions (passage des écoles à l’Éducation nationale, transformation de l’école d’apprentissage en centre de formation des apprentis de l’industrie...), le tissu associatif organisé autour du comité d’entreprise s’est maintenu. Ce tissu associatif comprend par exemple l’Association sports et loisirs, l’Union sportive normande, la Société musicale de normandie. Cet ensemble continue d’apporter des services aux anciens salariés de l’entreprise, qu’ils soient retraités ou en reconversion ainsi qu’aux populations riveraines de l’ancien site sidérurgique. Tout comme l’ancien siège social de l’entreprise, les « grands bureaux », le siège du Comité d’entreprise est situé à Mondeville, tandis que la majeure partie des installations productives était localisé sur le territoire de la commune voisine de Colombelles, les cités ouvrières quant à elles étant réparties sur trois communes, Mondeville, Colombelles et Giberville.

8Les formes d’organisation sociale inscrites dans l’espace de la SMN resteront déterminantes dans les processus travaillant les mémoires collectives des groupes issus de la SMN, tout comme les conflits induits par les rivalités syndicales entre la CFDT-SMN, majoritaire depuis le milieu des années soixante-dix et la CGT-SMN.

Ré-interprétation du passé et ressentiment

  • 4 Entretien, août 1992, durée 1 h 30.

9Jusqu’en 1987, les plans sociaux affectant la SMN n’utilisent qu’une seule des mesures prévues par la convention générale de la protection sociale de la sidérurgie de 1984, le départ en pré-retraite. Puis à partir de l’année 1987, l’ampleur des réductions d’effectifs programmées par la direction de l’entreprise oblige à l’utilisation des autres mesures prévues par la convention générale de protection sociale spécifique à la sidérurgie : mutation, congé formation conversion, et départ volontaire assorti d’une prime. En 1992, alors que l’ultime groupe ouvrier se trouve confronté aux processus de fermeture et à l’obligation de se « reconvertir », le bilan officieux du reclassement sur la période 1987 / 1990 n’est pas bon : sur 1078 salariés ayant quitté l’entreprise hors pré-retraite, seulement 52,18 % de cette population apparaît comme « reclassée » selon les critères de la cellule conversion mobilité. Tandis que 530 personnes sur deux années, soit 22,29 % des effectifs de l’entreprise avaient opté pour un « départ volontaire » assorti d’une prime. Pour un ancien délégué du personnel CFDT, le succès des mesures de départ volontaire sur cette période (antérieure à l’annonce de la fermeture de l’entreprise à la fin de l’année 1991) a été une « catastrophe, car la direction se contentait de faire un chèque et beaucoup ont tout bouffé en six mois et pointent aujourd’hui au RMI »4.

10Les entretiens réalisés après l’amorce du processus de fermeture, en 1992 et 1993 indiquaient que les attitudes au sein de l’ultime groupe ouvrier oscillaient entre une certaine forme d’attentisme, pour les détenteurs d’un certain capital scolaire et professionnel et la défiance, pour les plus « démunis ». La perspective d’une mobilité sociale descendante, perçue comme une déchéance peut conduire à une ré-interprétation du passé. M., 39 ans en 1992, sorti de l’école technique d’apprentissage de la SMN avec un CAP d’électricien, rentré à la SMN en 1971, habitant dans un lotissement d’une commune de la périphérie caennaise, agent de maîtrise en feux continus, indique que la modernisation progressive de l’entreprise a changé les rapports sociaux : « Il y a une quinzaine d’années (l’entretien date de 1992), quand un ouvrier signalait une panne ou un dysfonctionnement, la réparation n’était pas faite, parce que c’était un ouvrier... Pour être contremaître, il fallait être une peau de vache, juste savoir commander les gens. »

11Avec les nouveaux rapports sociaux construits sur les ruines du système antérieur, « le contremaître doit savoir tout faire »… La mise en place des « groupes de recherche de solutions » et des « groupes de recherche d’actions de progrès » selon « une méthode venue du Japon » portait en elle la fin du dualisme entretien / production qui structurait les rapports professionnels au sein de la communauté usinière depuis l’origine.

  • 5 Entretien, 10 septembre 1992, durée deux heures.

12À partir de 1984, tous les salariés ont été formés aux nouvelles méthodes de gestion de production induites par les « groupes de recherche d’action de progrès », les salariés devenant membres et les agents de maîtrise animateurs… Tous ont touché des primes pour cette formation conduite hors temps de travail. Cette importation de nouveaux modèles de management a fait fortement évoluer les rapports sociaux : « Ça a responsabilisé les gens, et les gens, ils aiment bien qu’on leur fasse confiance », au point que depuis 1984, « ça a bien facilité la vie des ingénieurs, dont certains disaient : il y a un problème, eh hop !… un groupe de travail… et nous (les agents de maîtrise), on a joué le jeu… »5

  • 6 Entretien, 10 septembre 1992, durée deux heures.

13Ainsi M., ancien chef d’équipe passé par l’école d’apprentissage de la SMN indiquait d’emblée au début de l’entretien, en 1992, que ses parents avaient fait une « bêtise » en ne l’obligeant pas à suivre les cours d’une école privée orientée vers les métiers du tertiaire, attiré qu’il était par la « récompense » que constituait la petite somme d’argent versée chaque mois aux élèves de l’école technique d’apprentissage de la SMN. Il considère que « maintenant, il obligerait ses enfants à prendre une voie qui lui semble correcte »6. L’expérience passée du travail au sein de l’univers SMN est réinterprétée négativement.

Un entretien de groupe imposé à des salariés en « parcours 3 P » (extraits des notes de terrain, 1992)

14En 1992, à l’issue d’un entretien avec un responsable du reclassement à la Sodie (filiale d’Usinor-Sacilor chargée du reclassement et de la réindustrialisation), ancien syndicaliste et ancien administrateur de la SMN, je sollicite de pouvoir rencontrer des salariés en reconversion sans penser que cette demande puisse être rapidement satisfaite. Il m’emmène aussitôt dans les locaux dédiés aux sessions de formation « 3 P », « Pôles de performance Professionnelle », en fait des sessions de remise à niveau en français et en mathématiques pour les salariés de l’entreprise les plus démunis en capital scolaire (ici des salariés de la fabrication, sans diplôme professionnel supérieur au CAP). Cinq salariés se trouvent devant une machine à café, alors que les salles de cours semblent vides. Il me présente rapidement comme « étudiant en sociologie », et s’éclipse en lançant « ces messieurs vont répondre à vos questions ». Les cinq personnes ne peuvent se déprendre de cet entretien imposé par effet d’autorité. L’épisode lève le voile sur les rapports de domination au sein de l’entreprise et dans une période critique. L’effet de surprise est total et réciproque, mes questions ne sont pas préparées, la défiance et la méfiance sont palpables, dans les premiers silences, les regards et postures (ils restent debout). Puis la tension diminue ; l’entretien durera environ 45 minutes.

Le « parcours 3 P » et les perspectives

– G. commence par indiquer « qu’il n’est pas venu là par la main... ça n’intéresse personne de perdre son boulot. »

– S. : « plutôt traîné par les ch’veux. »

– G. : « On nous a présenté pas mal de trucs au début et puis on s’aperçoit que leur pas mal de trucs, c’est rien du tout, du moins pour moi personnellement, on te fait faire un parcours 3 P, trois semaines de rattrapage, et puis t’arrives au bout du rouleau, on sait plus quoi faire de toi.... Le chargé de reclassement qui s’occupe de moi, y passe plus de temps à chercher du boulot pour lui que pour moi vu que lui aussi il est notifié » (la « notification » signifie que la procédure de licenciement est engagée). [...] « Les cours ça se passe relativement bien... dans les quinze premiers jours on nous a dit qu’à la fin des 3P on allait avoir un emploi à la fin... c’est ce qu’il ont proposé à M. Vendredi ils m’ont dit de venir lundi et puis lundi ils ne savaient pas quoi faire de moi... ils vont nous envoyer en stage puis en entreprise... y’en a qui ont déjà travaillé en entreprise mais c’est pas une obligation, celui qui veut vraiment pas y reste chez lui, c’est dans la convention » (l’entretien portera ensuite sur ceux qui travaillent au noir tout en cumulant avec leur salaire).

– A. : « Je viens de l’Est et j’ai jamais entendu une connerie pareille... qui casse paye, c’est l’usine qui doit payer. »

– D. : « Oui mais G., ça va pas se passer comme ça, au bout de huit mois on t’a déjà proposé un emploi, que t’es allé visiter... »

– A. : « Oui mais c’était une PMI et faut voir les pertes de salaire, quand tu perds trois mille balles de salaire par mois et puisque t’as deux mille balles de loyer. »

« Grand chef et petit chef »

– G. : « À la SMN, c’était la hiérarchie et ainsi de suite... On n’arrive pas à en sortir... Ils appelaient ça l’Taylor, la pyramide... »

– S. : « Y’avait le petit chef, le grand chef et chacun prenait sa décision et celui qu’était en bas, si il prenait une décision, le chef lui disait qui c’était le chef... mais tu vas voir la prochaine fois tu seras pas déçu du voyage. »

– D. : « De toute façon c’est toujours l’ouvrier qui paie les pots cassés. »

La fragmentation de l’ultime groupe usinier

  • 7 Du grec husterein : être en retard.

15Ce qui se dessine, lors de la période de fermeture des installations sidérurgiques, que l’ultime groupe ouvrier perd littéralement de vue, puisque l’usine est démolie alors que beaucoup d’ex-salariés suivent des sessions de formation à proximité, c’est un éclatement de l’ancienne communauté usinière, sur fond de ressentiment et de sentiment de déclassement. Les groupes ou les catégories les plus démunies en capital social ou scolaire de l’univers SMN développent une sorte d’hystérésis7 de l’habitus, pour reprendre ce concept de Pierre Bourdieu, où l’empreinte de l’idéologie paternaliste incorporée tout en étant objectivée par les sessions de formation agit comme un effet retard, ce qui augmente le sentiment de déclassement et le ressentiment vis-à-vis de soi et des autres, poussant comme dans l’entretien de groupe à la dénonciation allusive de ceux qui tentent de gruger le dispositif de reconversion. Les autres fractions de l’univers SMN, plus dotées en capital social et scolaire tenteront quant à elles de se reconvertir en se détachant de l’univers SMN, comme on le voit dans l’entretien avec l’ancien agent de maîtrise.

Des productions culturelles entre lecture mythologique et concurrence mémorielle

16Au cours des deux années du processus de « repli industriel » (1993-1994), sont apparues des productions culturelles diverses, appartenant à différentes catégories : livres, films, spectacle d’insertion, exposition de photographies, réunion débat à la FNAC de Caen.

  • 8 Les références à des figures mythologiques sont également des anciens de la navale nantaise. Dans l (...)

17Au sein des productions culturelles ayant été conçues et diffusées de manière parallèle au processus de fermeture de l’usine, la préface du livre de photographies de Tristan Jeanne-Valès, rédigée par Michel Onfray ou le texte de Marie-Jean Cheminade, texte parsemé de photographies, présentent des points communs. Leur lecture est dominée par des références littéraires qui font largement abstraction des rapports sociaux à l’intérieur de l’usine, pour se centrer sur les aspects technico-mythiques et symboliques de la production d’acier : la matière en fusion, qui fait jaillir des « abeilles d’or », la pénibilité du travail comparable à « l’enfer de Dante »8, image utilisée tant par Michel Onfray que par Marie-Jean Cheminade.

La SMN en couverture des rendez-vous culturels de la FNAC de Caen, décembre 1994, photographie de T. Jeanne-Valès.

18Le spectacle « Feux », bien que d’un contenu très différent, et utilisant en arrière-fond sonore des extraits d’entretiens, présente également des analogies avec les deux textes cités. Les autres productions telles les films vidéo, celui produit par France 3 Basse-Normandie ou par le Centre régional de culture ethnologique et technique sont plus centrés sur les aspects sociaux de l’entreprise, sur son histoire particulière, le brassage des hommes et des cultures. Cependant c’est le film réalisé par Franck Lermier, instituteur à l’école du Plateau, qui vient bousculer quelque peu les représentations de l’histoire de la SMN. Constitué de témoignages et d’archives, avec des entretiens menés directement par les enfants de sa classe auprès des anciens de la SMN, le film met l’accent sur la violence interne à l’entreprise, les morts de la reconstruction, les rapports de domination.

  • 9 Centre régional de culture ethnographique et technique, cofinancé par le Conseil Régional de Basse- (...)

19Un trait commun à ces productions culturelles apparaît : elles sont issues d’agents spécialisés du champ de la production culturelle ou scolaire, et donc hétéronomes à l’univers SMN, hétéronomes vis-à-vis de la culture comme ensemble de pratiques et de représentations inscrites dans les collectifs de travail, du groupe usinier lui-même. La dépossession économique et sociale dont est l’objet le groupe usinier, de par la fermeture du site se double partiellement d’une dépossession symbolique. Autre trait commun à l’ensemble de ces productions culturelles : elles ont toutes reçu l’appui moral et financier des collectivités locales. La diversité des approches et des supports révèle également les divisions dites ou non-dites entre groupes, sous-groupes, communes, organisations syndicales, courants culturels : la CGT SMN a aidé Tristan Jeanne-Valès, la ville de Mondeville a subventionné et édité le livre de M.-J. Cheminade, le district du Grand Caen et le Conseil régional ont soutenu le film du Crecet9.

Le débat urbanistique de 1994

  • 10 Déclaration de Jean Nouvel, reproduite dans Ouest-France du 28 mars 1994.

20Lors de la présentation à la presse locale des équipes d’architectes urbanistes et des projets du District (aujourd’hui communauté d’agglomération Caen la mer) en mars 1994, Jean Nouvel, appuyé par l’équipe Perrault, après une première visite du site SMN se prononce pour la sauvegarde du maximum de bâtiments, notamment les grandes halles abritant le train à fil. Jean Nouvel déclare notamment : « Un lieu comme ça ne peut être gommé d’un simple coup de bulldozer. Il faut en garder des traces, pas seulement dans les mémoires »10. Pour sa part, un des architectes de l’équipe caennaise compare le site « à un château fort et à un volcan ».

21La déclaration de Jean Nouvel va déclencher un débat que l’on peut qualifier de tronqué dans les colonnes du journal Ouest-France sur l’héritage légué par la SMN et l’opportunité et / ou la nécessité d’en conserver des traces et des bâtiments sur le site. Les organisations syndicales resteront silencieuses, de même que les élus locaux regroupés dans le District ou les partis politiques : c’est le reclassement des ex-sidérurgistes, les conséquences sur les entreprises sous-traitantes de la SMN ainsi que l’impératif de ré-industrialisation qui semblaient constituer les fondements d’une réflexion sur le devenir du site. Un autocollant, vraisemblablement édité par la CGT mais non signé, montrant la silhouette de l’usine barrée de rouge avec l’inscription « et nos 2 000 emplois » résume le débat et les revendications de la période 1993-1994. Même si le comité d’entreprise avait organisé une exposition photographique sur l’usine et ses activités, une fois annoncée la fermeture du site, l’espace usinier semble avoir perdu toute valeur pour les organisations syndicales de l’entreprise, mais également pour le mouvement ouvrier caennais.

  • 11 Lautier François, « Notes et lectures pour proposer quelques repères dans l’histoire des espaces du (...)

22On mesure la distance entre cette attitude et celle des militants de l’ancien comité d’entreprise de Dubigeon attachés à la conservation des archives et plus important encore à la sauvegarde des cales de lancement, qui comme on l’a vu, même après le démantèlement du chantier ont de nouveau permis le lancement d’un navire en leur sein. Si la production « donne sa forme à l’espace »11, la préservation des cales a été très importante pour conserver la capacité à produire de nouveau, dans un cadre culturel et social très différent et permettre la transmission d’une mémoire opératoire s’appuyant sur un espace matériel.

Une mémoire autonome

23L’expression publique d’une volonté d’appropriation autre que celle du propriétaire du site, le District du Grand Caen, ou émanant de groupes spécifiques, s’appropriant des parties du site de manière momentanée et épisodique (ravers, gens du voyage) s’amorce au début de l’année 2001. L’association Loisirs solidarité de Colombelles, association de retraités liée à l’Union Syndicale des Retraités CGT annonce lors d’une journée portes ouvertes au lycée professionnel Jules Verne (Mondeville) en janvier 2001, qu’elle a noué un partenariat avec le lycée et ses ateliers métallerie et chaudronnerie pour la réalisation, dans un premier temps d’un prototype du profil d’un fondeur, puis dans un second temps, d’un profil de fondeur de deux mètres cinquante de haut et de un mètre vingt-cinq de large (comportant deux cents boulons et d’un poids de deux cents kilos).

24Ce partenariat s’est noué sur la base d’un réseau d’amitiés et d’interconnaissance entre anciens de la SMN (un des enseignants responsable de la réalisation du fondeur est passé par la SMN), et élus locaux, parfois membres du PCF ou de la CGT. Le Fondeur sera inauguré une première fois de manière informelle lors des Journées du Patrimoine de Septembre 2001 (annulées) puis réinscrit au sein des premières Germinales de Colombelles, consacrées à la culture ouvrière en avril-mai 2002, lors d’une cérémonie au cours de laquelle les militants de LSR (association Loisirs Solidarité Retraités) remettront aux lycéens un livret et un CD-Rom sur le projet et la réalisation du fondeur, insistant sur la transmission de la culture ouvrière.

Le fondeur, inauguré en septembre 2001 (photographie S. Valognes).

Le retour du refoulé : les premières Germinales de Colombelles

  • 12 Alain Leménorel et Marc Potttier, dont les travaux sont cités dans ce travail.
  • 13 Il se trouve que je suis le sociologue annoncé, mais que je ne suis pas intervenu, la soirée révéla (...)

25C’est sous l’appellation de Germinales Café, que s’est déroulée dans le cadre des premières Germinales de Colombelles en avril-mai 2002, une soirée débat consacrée à la SMN, la cité du Plateau, avec d’anciens sidérurgistes et de syndicalistes en présence d’historiens12, d’un philosophe, d’un photographe et d’un sociologue13.

26La manifestation se déroule dans un gymnase du centre-ville de Colombelles, le gymnase Pierre Rival. La soirée comportait environ 37 intervenants ou invités (élus et « personnalités », universitaires, photographe, anciens sidérurgistes, syndicalistes). Les intervenants étaient disposés autour de tables, rappelant la disposition d’un café, avec un bar sur la gauche et l’exposition consacrée à la SMN prêtée par l’Association de solidarité et de loisirs SMN (émanation de l’ancien comité d’entreprise, dirigé par la CFDT SMN), sur la droite. Le public, comprenant entre 130 et 150 personnes se trouvait sur les gradins du gymnase, en surplomb des intervenants du Germinales Café. La soirée était animée par un médiateur, journaliste à Ouest-France Caen. On trouvera ci-dessous une retranscription partielle de nos notes de terrain.

27Après une courte présentation de la part du maire et du maire adjoint chargé de la coordination des Germinales de Colombelles, évoquant les thèmes de discussion, « la vie dans les cités », « rentrer dans l’usine », « comment les sidérurgistes ont ressenti le paternalisme », l’historien Alain Leménorel fit un exposé à partir de ses travaux sur la cité du Plateau et le paternalisme. Après l’exposé, d’une durée d’environ 45 minutes, la discussion s’engage.

28Les premiers témoignages sont le fait de personnes ayant connu la cité du Plateau avant la deuxième guerre mondiale, comme Gisèle Guillemot : « Le Plateau, c’est là que j’ai grandi, dans les valeurs républicaines, ce n’était pas toujours facile. C’était très divisé, avec le château de la direction, comme un bloc… avant-guerre on étaient liés par une sorte de fraternité… Il y avait le monde des ouvriers, puis Caen la bourgeoise, avec autour une campagne assez riche… Le Plateau, c’est là où j’ai pris le goût de la liberté… En 1936, il y a eu des améliorations, une grande fête et des réjouissances, mais pas de grève, on n’était pas très fiers… les ouvriers n’étaient pas endormis mais ils étaient tenus par le paternalisme. Tout appartenait à l’usine. C’était vivre en autarcie, ça m’inquiétait. »

29Puis la discussion devient plus vigoureuse, des segments d’un passé plus douloureux refont surface au fur et à mesure des interventions.

30Un homme dans le public évoque son propre cas, quand élève à l’école du Plateau, alors sous tutelle de la SMN, il n’a pu aller en sixième parce que « fils d’ouvrier. Et c’était monsieur C. qui dirigeait l’école à cette époque-là. Il y avait un déterminisme. Les enfants d’ingénieurs eux pouvaient aller en sixième. C’était un phénomène imposé. »

31Un ancien syndicaliste de la CGT SMN, aujourd’hui enseignant retraité, s’en prend vigoureusement à « ce que vient de dire notre historien (Alain Leménorel). Pour bénéficier d’une promotion et aller aux cours du CNAM, mon ingénieur divisionnaire m’a dit : si vous choisissez d’aller aux cours, il faut quitter la CGT. J’ai mieux terminé ma carrière en faisant ce que j’ai fait que d’accepter une place de petit chef. »

32Jean-François Sobecki, ancien dirigeant de la CGT SMN, et aujourd’hui permanent syndical, témoigne de l’emprise du paternalisme, même après 1968 : « Je suis arrivé à la SMN en 1972, j’avais 17 / 18 ans, et c’était quatre ans après mai 1968. J’ai eu la surprise de voir un salarié tirer son casque lorsque l’ingénieur lui passait un coup de fil… Il y avait une allégeance, une domination. La culture d’entreprise de l’époque était un moyen de gestion et de domination. »

33Un ancien couvreur zingueur intégré à la SMN à partir de 1955 donne sa version du paternalisme : « Le paternalisme, c’était des choses que l’on ne pouvait pas dire tout haut… On avait un prêt pour construire sa maison, de nombreux avantages… J’avais été proposé par mon chef pour aller chercher les nouveaux tracteurs sur rails de l’usine en Suède (ils passaient de la vapeur au diesel). Mais comme j’avais été candidat sur la liste pour être délégué du personnel, bien que non éligible, je n’ai pas pu y aller. L’ingénieur m’a dit : “Monsieur si vous faites grève, où j’irai chercher les ouvriers”. Non, on ne pouvait pas parler de paternalisme. On le payait durement et chèrement… Les Polaks étaient considérés par les Français comme des lèche-culs… Ils payaient cher le droit de travailler à la SMN, et beaucoup pleuraient à la SMN. On leur a donné des meubles pour leurs maisons, c’était peu pour ce qu’ils subissaient, vu le nombre de morts au travail, il pourrait y avoir un monument. »

34Marc Pottier, coordinateur des Germinales, et historien, recadre la discussion, en soulignant la diversité des « manières de ressentir », en soulignant que « le racisme a été une réalité », et « l’usine une dévoreuse d’hommes ». La discussion semble de nouveau s’apaiser après cette intervention quant un intervenant anonyme rebondit sur « le paternalisme » dans un propos énigmatique (évoquant peut-être le rôle des prêtres ouvriers au sein de la CFTC SMN avant la transformation en CFDT) : « En 1955, il y a eu 15 jours de grève, le lundi quatre jours supplémentaires et à la soupe !… il n’y avait pas beaucoup de paternalisme… C’était les prêtres ouvriers qui faisaient les délégués, c’était pas du tout du paternalisme ! »

35Un intervenant rend ensuite hommage à son père, qui était un « pontonnier et fier de son travail, avec un héritage culturel très limité. Toute sa vie ça a été un travailleur… il était rentable mon papa, il en a fait du tonnage, il saluait avec son béret, il était paternaliste, il a eu onze enfants… il s’imprégnait de Ouest-France, il a connu la guerre, il avait beaucoup de richesse humaine, il travaillait dans un atelier pas ventilé, il est mort à 58 ans à la veille de sa retraite. »

36L’intervenant ayant évoqué le « déterminisme » des trajectoires scolaires lié aux origines sociales au sein de l’école SMN ré-intervient : « il y a eu des vies brisées du temps de monsieur C. : les filles ménagères à l’école Sainte-Marie... »

37Pierre Robert, ancien dirigeant de la CFDT-SMN indique « qu’il y a eu un recrutement familial à la SMN, de 1945 à 1977. Ça comptait. Il y avait un poids de la hiérarchie, une action de la direction… Mais il faut insister sur l’autre réalité, les salariés qui ont accepté d’être délégués ou collecteurs, qui ont fait vivre le syndicat. En 1976, la CFDT comptait mille salariés syndiqués. Il est sorti de ce lieu une quantité de militants qui assument des responsabilités, dans des organisations politiques syndicales... les chercheurs doivent nous dire combien tous ces gens ont modelé la région… La SMN il y a eu des moments douloureux, des blessés, des morts, combien de situations inoubliables... »

Le « paternalisme » entre héritage et incompréhension

38Cette soirée de 2002 et son déroulement, les confrontations et les avis divergents sont de bons indicateurs, bien que produits dans un cadre public et inscrits dans la dynamique de la parole orale, de ce qui reste de l’univers SMN et des enjeux d’histoire, de mémoire et de transmission qui s’y font jour. La mémoire de la SMN est une mémoire en éclats, travaillée par de multiples expériences, affrontements, entre groupes, temporalités, organisations, municipalités, qui s’affronte avec des discours vantant souvent l’unité de l’univers SMN.

39Ce que nous avions déjà pu constater en entretien individuel ou collectif, c’est-à-dire la difficulté de nombreux anciens salariés à entendre ou à appréhender le concept de « paternalisme » tel que les sciences sociales l’ont progressivement construit, se révèle ici toujours valable. L’imputation de « paternalisme » inhérent à l’univers SMN et aux dispositifs de contrôle mis en place hors des rapports de travail est interprétée de plusieurs manières : les militants mettent en avant leur lutte quotidienne contre les dispositifs ou les schémas de domination intériorisés, mais aussi quelquefois leurs déceptions ; de nombreux anciens salariés confondent paternalisme et humanisme, et face à l’âpreté de certaines situations passées dénoncent au contraire, la dureté du système ; d’autres refusent d’entendre, entrevoyant peut-être un mot compris comme infantilisant. Certains confondent aussi « paternalisme » avec « paternel » ou le fait d’être père.

40Quelle que soit la réalité du système paternaliste de la SMN, et son héritage social et psychique, il ressort que nommer cet héritage avec le mot « paternalisme » continue d’engendrer de la violence symbolique, en imputant aux anciens de la SMN une forme d’incapacité à être sujets de leur histoire.

  • 14 Koselleck Reinhart, 1990, « Champ d’expérience et horizon d’attente », in Le futur passé, contribut (...)

41Comme le souligne Reinhart Koselleck, « les expériences se recouvrent, s’imprègnent mutuellement. Plus encore, de nouveaux espoirs ou déceptions, de nouvelles attentes s’y insèrent rétroactivement. Donc les expériences aussi se modifient, quand bien même elles sont faites une fois pour toutes et restent identiques à elles-mêmes »14.

De la « table rase » à l’ombre portée

42À la fin de l’année 2006, d’anciens salariés de la SMN ont été invités à l’ouverture de certains bâtiments du campus technologique Effiscience, afin d’assurer le « passage du témoin ». Ce campus, initié par Philips Composants (devenu NXP), et ses partenaires, est localisé sur l’ancien site SMN.

  • 15 Garçon Anne-Françoise, 2000, « “L’ouvrier ne fait pas patrimoine”, De la difficulté en France de fa (...)
  • 16 Pontalis Jean-Baptiste, 2003, Traversée des ombres, Paris, Gallimard.

43Cette importance sociale et symbolique du « passage du témoin », à rebours de la logique de la table rase de la période précédente durant laquelle « l’ouvrier ne fait pas patrimoine »15 n’est pas exempte de contradictions ni d’ambiguïtés. Le campus Effiscience Normandie Technologie est né de la confluence entre un processus de séparation de la recherche développement d’avec la production, lié à la stratégie globale d’une firme multinationale, d’une offre foncière et immobilière proposée par la communauté d’agglomération sur un site accessible et offrant une sorte de réassurance symbolique quant à « l’enracinement » de Philips / NXP dans la région de Caen du fait de son passé industriel encore récent liée à « l’ombre portée »16 de la SMN.

Notes

1 Valognes Stéphane, De l’espace usinier aux nouveaux territoires urbains : mémoires collectives, projets urbains, appropriation de l’espace, 2002, thèse d’études urbaines, Paris, EHESS. On peut trouver un résumé de la démarche sur http://strates.revues.org/document408.html.

2 Jean-Pierre Terrail, Destins ouvriers, culture d’entreprise et pratiques syndicales, volume 2, Paris, CRESF, p. 141.

3 Alain Leménorel, novembre-décembre 1991, « Le paternalisme, version XXe siècle : l’exemple de la SMN 1910-1988 », Vie sociale et Cahiers de la recherche sur le travail social, Caen.

4 Entretien, août 1992, durée 1 h 30.

5 Entretien, 10 septembre 1992, durée deux heures.

6 Entretien, 10 septembre 1992, durée deux heures.

7 Du grec husterein : être en retard.

8 Les références à des figures mythologiques sont également des anciens de la navale nantaise. Dans l’avant-propos au livre d’Yves Rochcongar, 1999, Des navires et des hommes, de Nantes à Saint-Nazaire deux mille ans de construction navale, édité par la Maison des Hommes et des Techniques, Nantes, Gérard Tripoteau utilise avec force les images du combat ainsi que le nom de la grue (« Titan » qui reste au pied des cales de l’ex-chantier Dubigeon) : « mais le combat n’est pas fini. Lorsque l’on erre sur ce site, transformé par oubli en “friche industrielle” et qu’on s’approche des deux cales qui s’arc-boutent entre les quais déserts, on entend encore les coups sourds des masses sur le métal, le grésillement des baguettes de soudure, les interjections répétées des compagnons qui s’interpellent, tandis que, du haut de ses quarante mètres, Titan contemple ce théâtre d’ombre » ; op. cit., p. 5.

9 Centre régional de culture ethnographique et technique, cofinancé par le Conseil Régional de Basse-Normandie et la Direction régionale des affaires culturelles.

10 Déclaration de Jean Nouvel, reproduite dans Ouest-France du 28 mars 1994.

11 Lautier François, « Notes et lectures pour proposer quelques repères dans l’histoire des espaces du travail », in Hourcade Cl. Nick Ph. Schalchli Th. (dir.), 1981, L’usine et son espace, Editions de la Villette, collection Penser l’espace, p. 25.

12 Alain Leménorel et Marc Potttier, dont les travaux sont cités dans ce travail.

13 Il se trouve que je suis le sociologue annoncé, mais que je ne suis pas intervenu, la soirée révélant ce sur quoi je voulais intervenir, c’est-à-dire une mémoire en éclats, ce qui aurait été malvenu.

14 Koselleck Reinhart, 1990, « Champ d’expérience et horizon d’attente », in Le futur passé, contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, éditions de l’EHESS, (édition allemande 1979), p. 307-329.

15 Garçon Anne-Françoise, 2000, « “L’ouvrier ne fait pas patrimoine”, De la difficulté en France de faire se rejoindre mémoire du travail et archéologie industrielle », L’archéologie industrielle en France, n° 36.

16 Pontalis Jean-Baptiste, 2003, Traversée des ombres, Paris, Gallimard.

Table des illustrations

Légende La SMN dans les années cinquante (photographie issue d’un document publié en 1993 par le comité d’entreprise).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5153/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende La SMN en couverture des rendez-vous culturels de la FNAC de Caen, décembre 1994, photographie de T. Jeanne-Valès.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5153/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Le fondeur, inauguré en septembre 2001 (photographie S. Valognes).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5153/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 142k

Auteur

Sociologue, maître de conférence, université de Caen

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search