Version classiqueVersion mobile

La Mémoire orale

 | 
François Calame
, 
Jean–Pierre Castelain
, 
Pierre Schmit

1° Mémoire des territoires

Mémoire du quartier, mémoire sur le quartier

Nathalie Lemarchand

Texte intégral

De haut en bas :
Quartier Saint-Jean Eudes, rue de L’Epargne, 1935. coll. Blanchemin.
Quartier Saint-Jean Eudes, le coteau avant la construction des immeubles, rue Basse, 1970. coll. Bonin.
Quartier Saint-Jean Eudes, les HBM côtoient les immeubles, rue du Docteur Gibon, 2006. photo N. Lemarchand

1Le travail sur la mémoire est-il de nature à faciliter la recomposition des liens sociaux entre les groupes, à réduire les tensions sociales et à participer à la construction d’une mémoire collective, d’une histoire, partagée par les habitants d’un quartier ou d’une commune ?

2Depuis plus de vingt ans, de nombreuses actions mémorielles accompagnent les mutations rurales ou industrielles. Désormais, sous l’impulsion de la politique de la ville, ces opérations autour de la mémoire visent les mutations urbaines et en particulier accompagnent la requalification de certains quartiers. Au plus près des territoires d’habitat social, de nombreux projets relevant des dispositifs initiés par la politique de la ville et associant de manière transversale une diversité de partenaires institutionnels (associations de quartier, bailleurs sociaux, Drac…) inscrivent, dans leurs procédures d’action sociale et culturelle, un volet « mémoire ». Tel est le cas de l’action conduite dans le quartier Saint-Jean-Eudes à Caen.

Présentation du projet

3En 2002-2003, la municipalité de Caen est à l’initiative d’un projet visant à interroger la mémoire d’un quartier de la ville, le quartier Saint-Jean Eudes. Cette opération mémorielle qui entre dans le cadre de la mission DSU (développement social urbain) est une des actions relevant des dispositifs mis en place par les contrats de ville entre 2000 et 2006. Le service contrat de ville, maître d’œuvre, a pour objectifs « de proposer aux habitants du quartier un travail de mémoire qui permettra de créer du lien en valorisant l’image du quartier pour aboutir à des projets de développement ».

4Afin de mener à bien ce travail, un agent de développement local de la mairie a sollicité différents partenaires. Tout d’abord, l’association des habitants de Saint-Jean Eudes considérée comme point d’ancrage et relais car certains de ses adhérents avaient déjà mené un travail de collecte sur la mémoire du quartier, constitué essentiellement de photos et de cartes postales. Le contrat de ville a mobilisé d’autres acteurs du quartier (école, club sportif, association de grapheurs, bailleur social et Service d’action préventive) ainsi que des organismes culturels comme l’association Archipels (Maison des arts et culture de Basse-Normandie), le musée de Normandie, le CPIE (Centre permanent d’initiatives pour l’environnement), l’Atelier de Cinéma de Basse-Normandie et le CRéCET (Centre régional de culture ethnologique et technique de Basse-Normandie).

Manoir des Gens d’Armes, rue Basse, locaux du CRéCET au cœur du quartier. photo N. Lemarchand

5Ce dernier, nouvellement installé dans le quartier, est sollicité pour le volet « recueil de mémoire » auprès des habitants. Ethnologue au Crécet, j’ai ainsi été amenée à participer à ce projet nommé « Passeurs d’histoire ».

Le terrain de l’enquête : le quartier Saint-Jean Eudes à Caen

6Caen est une ville de 115 000 habitants environ ; situé en bordure du centre ville, Saint-Jean-Eudes est, au vu de ses 3 000 habitants, un petit quartier.

7En 2002, au début de l’étude, quelques données chiffrées sur le quartier ont été transmises par le service du contrat de ville aux différents partenaires du projet. Le document comportant des données INSEE mises en forme et commentées par l’agent du contrat de ville permettait, selon ses termes, d’élaborer une « proposition de diagnostic pour le développement du quartier Saint-Jean Eudes ». Ces données présentées sous forme de tableaux offraient une comparaison du quartier Saint-Jean Eudes avec d’autres quartiers de la ville également considérés comme « territoires prioritaires ». En voici une brève synthèse :

8Le logement est composé à 48,3 % d’HLM appartenant à des bailleurs sociaux dont 350 maisons HBM datant des années 1920 et 1930 et onze petits immeubles de trois ou quatre étages construits dans les années 1970. L’habitat privé concerne des maisons anciennes datant pour certaines des XVIe et XVIIe siècles. mais également un lotissement construit dans les années 1990 qui possède la particularité d’être sécurisé (l’un des seuls à Caen), « comme aux Etats-Unis », souligne le contrat de ville. La partie ancienne du quartier est désormais convoitée car elle représente l’une des rares zones de la ville à avoir été préservée des bombardements lors de la Seconde Guerre mondiale. On y trouve même d’anciens corps de ferme, aujourd’hui assez rares en ville. Le quartier comprend également un centre hospitalier régional, une école, une antenne de la mairie, un centre médico-social, une maison de quartier, un club du troisième âge, deux ou trois commerces ainsi qu’un hôtel particulier, le manoir des Gens d’armes, propriété de la Région de Basse-Normandie.

De gauche à droite : zone d’habitat ancien. photo N. Lemarchand.
Lotissement sécurisé. photo N. Lemarchand.

9Si les petites maisons HBM sont occupées principalement par des retraités (moyenne d’âge 62 ans), la population des immeubles est, avec une moyenne d’âge de 45 ans, beaucoup plus jeune. Dans ces logements collectifs, le taux de chômage qui atteint 46 % est, selon le contrat de ville, particulièrement inquiétant pour les jeunes puisqu’il concerne près de 24 % des 15-24 ans dont au moins la moitié d’entre eux sont sans activité depuis plus d’un an. La formation est de faible niveau puisque plus de 50 % de la population âgée de plus de quinze ans possède un niveau d’étude inférieur au CAP. Avec un niveau scolaire assez faible des enfants, l’école du quartier a, jusqu’il y a peu, pâti d’une mauvaise réputation ; de nombreuses dérogations ont été demandées pour des raisons de violences. Aussi les effectifs sont passés, avec la fermeture de deux classes, de 166 élèves en 1996 à 109 en 2000.

10En lien avec ces données, le service du contrat de ville évoquait notamment des financements supplémentaires car « un soutien au développement du quartier passe inévitablement par un soutien financier » et un manque de locaux (crèche, centre d’animations pour les enfants et les adolescents). À la suite de ce diagnostic, un travail autour de la « mémoire » fut préconisé.

En quête de lien social

11Sur un territoire travaillé à la fois par la précarité économique et par la diversité culturelle, le « travail de mémoire » devient un outil du « vivre ensemble ». Le passé devient une ressource utilisée par les collectivités territoriales pour refaire un territoire. Il s’agit de redire le passé pour l’avenir, faire ressurgir le passé pour que le présent advienne. Dans le projet initial diffusé par le contrat de ville aux partenaires, il s’agissait de créer du lien entre les jeunes et les personnes âgées, entre ceux d’en haut (des HBM) et ceux d’en bas (de la rue Basse) – le quartier est situé sur un coteau – entre les nouveaux habitants et les anciens…, « parce que le quartier vit et existe par ses habitants, il est important de se rencontrer pour échanger des points de vue et des histoires sur le quartier. […] Ce projet fera de chaque habitant du quartier un “passeur d’histoire”, un maillon de la grande histoire du quartier », Caen Magazine.

12Le projet avait avant tout pour but de créer du lien entre les habitants à partir d’une histoire commune, d’une mémoire commune, celle du quartier, de leur quartier et de valoriser l’image de Saint-Jean Eudes. Mais de quelle histoire parle-t-on ? De quelle période ? Les traces d’hier feront-elles socle commun pour les habitants du quartier, pour tous les habitants…

De haut en bas :
Fête de quartier, 1932. coll. Blanchemin.
Train « Le decauville ». coll. Félicité.
Famille de maraîchers. coll. Félicité.

La nostalgie, le quartier avant la guerre 1939-1945

13L’article de présentation du projet dans le journal municipal, « Saint-Jean Eudes, Les passeurs d’histoire » Caen Magazine (n ° 56 de novembre-décembre 2002) donne quelques réponses à ces questions et annonce le quiproquo dans lequel je me suis trouvée à l’époque. Le ton de l’article est empreint de nostalgie et ses propos semblent être extraits d’un guide touristique faisant l’apologie du quartier. « C’est un quartier méconnu, exceptionnellement riche des traces de son passé : Saint-Jean-Eudes présente une véritable mosaïque de types architecturaux et de paysages, où se lit l’histoire de la ville. » Le quartier est présenté comme un haut lieu du patrimoine de la ville. « Des carrières de pierre de Caen exploitées au Moyen-Âge à Jean-Eudes, fondateur du quartier, les pistes ne manquent pas. La SMN, les habitations HBM d’après-guerre et demeures d’armuriers, les chantiers navals, et les exploitations agricoles ont laissé leurs marques dans ces lieux et lui donnent son âme. Imaginons-nous un instant au temps des guinguettes et des bains douches, près du port. Le paysage porte encore les traces des anciens méandres de l’Orne, avant le creusement du canal de Caen à la mer, l’emplacement des fermes et jardins maraîchers s’y devine. De quoi passionner jeunes et moins jeunes. » Ces hauts lieux patrimoniaux cités dans l’article restent certes dans la mémoire des habitants du quartier et plus largement de ceux de l’agglomération caennaise. Cependant évoquer ces traces du passé sans les interroger et en leur conférant des pouvoirs positifs et bénéfiques pour le présent voire le futur, c’est peut-être déjà faire preuve d’oubli. En effet, parler de la SMN, Société Métallurgique de Normandie fermée en 1994 qui a laissé plusieurs centaines de sans-emploi au terme des procédures de reclassement, se souvenir des chantiers navals inactifs depuis plus de cinquante ans ou évoquer les anciennes exploitations agricoles et maraîchères, tout en omettant la parole et le vécu des hommes et des femmes qui y ont travaillé, c’est retenir des traces matérielles de ces activités l’idée d’un âge d’or aujourd’hui disparu, voire oublié. Désormais pour les habitants du quartier la réalité est tout autre : une réalité marquée par le chômage, par les petites maisons murées, les jardins en friche ; une frange du quartier presque laissée à l’abandon, oubliée. L’oubli participe à la construction mémorielle de l’histoire du quartier, cependant le comble de l’histoire serait qu’elle soit écrite sans les habitants.

14L’article nous donne à nouveau des réponses, le quartier est bien habité ! « Ses habitants ont commencé une importante collecte de cette mémoire pour mieux affirmer l’identité présente et à venir du quartier. […] Ils se sont fait “Passeurs d’histoire”, une histoire peu commune pour un projet bien original. Eux, ce sont les habitants de Saint-Jean-Eudes, avec à leurs côtés de nombreux acteurs », les différents partenaires du projet.

15« Eux » et « nous », les « passeurs d’histoire », avions une mission et un objectif définis par la Mission DSU du contrat de ville. « Leur mission à tous : collecter objets, photos, et surtout témoignages et récits pour faire revivre les souvenirs encore récents. […] L’objectif est de voir comment utiliser tout ce patrimoine pour vivre mieux ensemble le présent et envisager l’avenir », explique un agent culturel de la ville de Caen.

16La conclusion de l’article est à mentionner car elle augure de ma mission « Les passeurs d’histoire se projettent dans le futur. » Ce village dans la ville, ce petit coin de campagne dans la ville, ce petit coin de paradis…, cette vision enchantée reflète la vie de ce quartier entre les années 1900 et 1960-70, mais qu’en est-il aujourd’hui ?

Comment « l’histoire m’était contée » !

17Les passeurs d’histoire, les habitants du quartier, les personnes que j’ai rencontrées, exclusivement des membres de l’association des habitants du quartier Saint-Jean Eudes, faisaient pour la plupart aussi partie du club du troisième âge. Ainsi les témoins ne constituaient pas un échantillon représentatif de la population du quartier. De plus, les difficultés signalées par le contrat de ville touchent principalement les jeunes, les 15-25 ans et de façon plus générale les actifs et non les retraités.

Club du troisième âge. coll. Charon.

18Le travail de collecte de témoignages s’est également trouvé biaisé par le temps imparti très bref pour le réaliser (15 jours de travail : repérages, entretiens, collecte des documents…). Je devais nécessairement m’appuyer sur l’association des habitants, définie par le contrat de ville comme le relais local du projet, en fait mes informateurs désignés. J’ai réalisé une dizaine d’entretiens, sur la mémoire du quartier, entretiens fortement axés sur l’habitat notamment sur les maisons HBM, les anciennes fermes et le maraîchage et les bains douche. j’ai rencontré une trentaine de personnes et collecté environ deux cents photos, cartes postales et documents divers. Mon travail, dans le cadre de cette opération mémorielle, a consisté concrètement à prendre rendez-vous avec chaque personne interrogée, à passer au moins une demi-journée avec elle, réaliser l’entretien, collecter les documents, retranscrire les entretiens, les mettre en forme et les analyser, scanner les documents... puis assister aux différentes réunions avec tous les partenaires pour réfléchir à l’élaboration des actions.

19La grande majorité des partenaires ont mené chacun une action dans leur domaine. En voici quelques exemples :

  • Le musée de Normandie avec l’école du quartier a mené un travail sur l’histoire de l’école et a élaboré un parcours de découverte du quartier avec l’édition d’un livret.
  • Le CPIE Vallée de l’Orne a conduit avec l’école et le centre de loisirs tout un travail autour de l’eau, des carrières.
  • Le CPIE vallée de l’Orne en collaboration avec le Crécet a conçu un livret sur le quartier avec une grande partie consacrée aux différentes formes d’habitats rencontrées sur le quartier, « Du village de Calix au quartier Saint-Jean Eudes, un village dans la ville ».
  • L’association Archipels a collaboré à la publication « Un village dans la ville » notamment sur le thème des guinguettes, dans le prolongement d’un travail antérieur, et a organisé les concerts lors de la « fête des habitants » dans le cadre du projet « passeurs d’histoire » dans le but de restituer les travaux des différents partenaires.
  • L’ACCAAN, l’atelier de cinéma a réalisé un film vidéo sur le quartier, notamment à partir de mes contacts et entretiens, des documents que j’avais collectés.
  • Le centre de loisirs a mené avec l’aide d’un sculpteur, un travail avec les enfants sur la tour des Gens d’armes.

20Beaucoup de ces actions ont concerné les retraités et les enfants mais la tranche d’âge diagnostiquée par le contrat de ville comme étant en difficulté et avec laquelle il fallait créer des liens n’a pour ainsi dire pas été prise en compte par le projet « passeurs d’histoire ». Il faut aussi noter que Saint-Jean Eudes est un quartier que l’on peut qualifier de « sensible » pour la mairie et les bailleurs sociaux car les HBM, que nos actions ou nos interventions étaient susceptibles de mettre sur la voie d’une certaine patrimonialisation, doivent être détruites. En outre, il s’agit d’un quartier d’entrée de ville aux enjeux urbanistiques forts. Très sensibles aux incertitudes pesant sur le devenir du quartier, les témoins ont peiné à situer leur interlocutrice par rapport aux autorités locales et ont hésité à livrer leur pensées.

De gauche à droite :
Cité d’urgence appelée « le bidonville », rue Basse, années 1960. coll. Bonin.
Immeubles érigés dans les années 1970 à l’emplacement du bidonville, rue Basse. Photo N. Lemarchand.

L’action mémorielle, un bilan mitigé

21La mémoire orale du quartier reste ainsi la mémoire des anciens, la mémoire de ce qu’ils ont vécu, une mémoire empreinte de nostalgie, figée aux années 1960-1970, époque de la construction des immeubles au lieu et place du bidonville. Les habitants du bidonville étaient déjà ostracisés. La population du quartier n’avait pas beaucoup de liens avec celle du bidonville. Un médecin qui le fréquentait demeure encore aujourd’hui, pour tous les habitants, une figure héroïque. Ce lieu terrorisait les riverains ; ce qui s’y passait restait mystérieux, c’était un ailleurs, une pièce rapportée dans le quartier. Certains disent qu’il avait été bâti pour les Pieds noirs, alors qu’il a été construit juste après la Seconde Guerre mondiale pour reloger les sinistrés.

22Les habitants ont cependant un discours ambigu sur le bidonville. Si à l’époque, ce lieu évoquait pour eux la terreur, le mystère, cet endroit fait désormais partie, malgré tout, des éléments très souvent évoqués lors des entretiens. Une grande partie des sinistrés qui habitaient le bidonville a été relogée dans les immeubles érigés dans les années soixante-dix. Aujourd’hui, les immeubles et leurs habitants sont stigmatisés à leur tour, ce sont « ceux d’en bas » et eux-mêmes se définissent comme tels. À l’école, les enfants se nomment eux-mêmes comme « ceux d’en haut » ou « ceux d’en bas » et ne se mélangent guère.

23Créer artificiellement des liens n’était pas chose aisée. La barrière existant entre ceux d’en haut et ceux d’en bas paraissait difficile à franchir. La mission assignée aux « passeurs d’histoire » était certainement très ambitieuse. Ce quartier est en effet un petit quartier qui, pendant longtemps, n’a pas été considéré comme un territoire prioritaire : un jeune du quartier, dans le film vidéo réalisé par Jean-Jacques Lion, dit : « On ne s’intéresse pas à nous, on devrait peut-être brûler des voitures comme à la Grâce de Dieu » (autre quartier prioritaire du contrat de ville). En un an, par le contrat de ville, Saint-Jean Eudes devenu « territoire prioritaire » avait changé de statut. L’objectif poursuivi par la collectivité et ses partenaires imposait de mener un maximum d’actions dans un laps de temps très court : revaloriser les espaces, l’image de l’école, créer des espaces verts, des jeux pour les enfants, trouver des locaux pour le centre d’animations…

24Mon travail a été de participer à cette opération de « mémoires instituées » qui a engagé à la fois des populations, des associations et les institutions sollicitées dans un travail de co-construction de « récits de ville » afin de revaloriser l’image du quartier.

25Car que voulait-on faire de cette mémoire, quels étaient les enjeux de la commande de l’institution ? Il semble, rétrospectivement, que l’idée prévalente était que la ville-centre – les quartiers, les banlieues – sont victimes d’un malaise profond, lié à une mauvaise prise en compte de leur histoire et que, en conséquence, la convocation du passé est susceptible de produire une catharsis permettant de résoudre ce malaise. Ces groupes sans Histoire, ces territoires sans récit sont mouvants, inqualifiables, hétérogènes en comparaison avec la ville-centre qui, elle, possède une mémoire forte et appropriée, confondue d’ailleurs avec son patrimoine bâti, ses monuments. Il s’agissait donc par l’intermédiaire des récits recueillis de n’en faire qu’un, le Grand Récit du quartier, afin de lui donner une identité homogène, stable et sans aspérité. Rétrospectivement, le titre de la publication est très évocateur « du village de Calix au quartier Saint-Jean Eudes, un village dans la ville » comme si on voulait retrouver une sorte d’âge d’or de la communauté villageoise, de territoire du « nous » mais un « nous » qui ne ferait qu’un.

26En effet, la convocation du passé par l’institution, le recueil de mémoire n’a eu d’autre fin que de mettre en scène les monuments et le patrimoine bâti du quartier. À l’instar de la ville-centre, la mémoire s’est vue confondue avec le patrimoine permettant ainsi de légitimer l’espace et de l’inscrire comme un territoire « accédant à la propriété » de l’histoire. La mémoire devient aujourd’hui un nouvel objet d’action publique car pour faire face au problème crucial du « vivre ensemble » dans la ville, le recours à la mémoire des lieux et des gens apparaît comme une sorte de panacée. Articulant des enjeux d’identité et d’image avec des enjeux économiques et sociaux, l’institution commanditaire cherche souvent à faire du passé une ressource lui permettant de réanimer un territoire. Cependant les méthodes utilisées et les moyens mis en œuvre ne sont pas toujours à la hauteur de ces territoires déficitaires.

27Ainsi dans le cadre du projet « passeurs d’histoire », la mémoire n’a été qu’un support, une trame, un temps de parole et d’écoute. La mémoire que l’on a suscitée, que j’ai été chercher, que j’ai captée lors des entretiens est une mémoire, il me semble, plus sur le quartier qu’une mémoire du quartier. De fait, il apparaît que dans son investissement sur le champ de la mémoire, dans ses choix et ses manières de travailler, l’institution peut orienter les recueils de témoignages, donner plus ou moins de poids à certains récits, occulter, relativiser ou mettre en débat certains éléments. On comprend alors comment dans les processus de connaissance de la société locale sur elle-même mais aussi dans la manière dont celle-ci donne à voir son histoire, sa culture et ses projets, l’interprétation publique des mémoires locales peut jouer un rôle déterminant.

Ouvrage « Du village de Calix au quartier Saint-Jean Eudes, Un village dans la ville », publication réalisée dans le cadre du projet « passeurs d’histoire »

Table des illustrations

Légende De haut en bas : Quartier Saint-Jean Eudes, rue de L’Epargne, 1935. coll. Blanchemin. Quartier Saint-Jean Eudes, le coteau avant la construction des immeubles, rue Basse, 1970. coll. Bonin. Quartier Saint-Jean Eudes, les HBM côtoient les immeubles, rue du Docteur Gibon, 2006. photo N. Lemarchand
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5150/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Manoir des Gens d’Armes, rue Basse, locaux du CRéCET au cœur du quartier. photo N. Lemarchand
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5150/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende De gauche à droite : zone d’habitat ancien. photo N. Lemarchand. Lotissement sécurisé. photo N. Lemarchand.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5150/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende De haut en bas : Fête de quartier, 1932. coll. Blanchemin. Train « Le decauville ». coll. Félicité. Famille de maraîchers. coll. Félicité.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5150/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5150/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Club du troisième âge. coll. Charon.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5150/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende De gauche à droite :Cité d’urgence appelée « le bidonville », rue Basse, années 1960. coll. Bonin.Immeubles érigés dans les années 1970 à l’emplacement du bidonville, rue Basse. Photo N. Lemarchand.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5150/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Légende Ouvrage « Du village de Calix au quartier Saint-Jean Eudes, Un village dans la ville », publication réalisée dans le cadre du projet « passeurs d’histoire »
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5150/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 277k

Auteur

Centre régional de culture ethnologique et technique de Basse-Normandie (CRéCET)

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search