Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Mémoire orale

 | 
François Calame
, 
Jean–Pierre Castelain
, 
Pierre Schmit

1° Mémoire des territoires

Gonfreville-l’Orcher, mémoire des cités provisoires : regard géographique sur un projet de mémoire orale

Yann Leborgne

Texte intégral

1La mémoire collective est un objet de recherche dont la grande complexité nécessite une approche pluridisciplinaire. À travers cette communication, nous proposons un éclairage géographique sur les conditions de la production d’une mémoire orale : celle des cités provisoires à Gonfreville-l’Orcher (Seine-Maritime).

2Ancien bourg situé à une dizaine de kilomètres au nord-est du Havre, Gonfreville-l’Orcher est aujourd’hui une commune périurbaine de près de 10 000 habitants dont une partie du territoire s’étend sur la plaine alluviale industrialisée de l’estuaire de la Seine. Consécutivement à l’anéantissement du centre-ville du Havre en septembre 1944, elle fut concernée dans l’immédiat après-guerre par l’arrivée massive de réfugiés et de sinistrés placés dans l’impossibilité de regagner leur toit. Ce sont alors les restes réaménagés d’un ancien camp militaire américain localisé sur le plateau d’Orcher qu’ont investi près de 4 000 personnes comptant parmi les plus pauvres de l’agglomération. À partir de 1947, dans cet espace autrefois réservé à l’agriculture puis au transit de soldats, s’est ainsi progressivement mise en place une société spécifiquement ouvrière. Elle devait se maintenir près de vingt-cinq ans durant, jusqu’à ce que soit décidée au milieu des années 1970 la destruction totale des « cités provisoires ».

  • 1 J. Barzman (dir.), V. Ales, A. Duboc, R. de Filipis, J.-D. Emion, M. Hue, E. James, Y. Leborgne, M (...)
  • 2 Extrait du document introductif concernant le projet « Mémoire des cités », présenté en février 20 (...)

3C’est trois décennies après la disparition des cités à Gonfreville, en janvier 2004, que deux employés de la médiathèque de Gonfreville-l’Orcher ont pris contact avec un historien de l’université du Havre. Ils lui proposaient de participer à la réalisation d’un ouvrage1 ambitionnant de retracer le quotidien des habitants des cités provisoires : « Plus qu’un épisode secondaire dans notre histoire, le camp Philip Morris et les cités qui lui ont succédé marquent en quelque sorte la deuxième naissance de notre commune, puisque c’est son affectation aux populations civiles sinistrées qui a transformé le gros bourg rural qu’était Gonfreville en 1945 pour en faire la commune que nous connaissons aujourd’hui. Une véritable vie s’y est organisée et développée ; des générations y sont nées, y ont grandi, y ont vécu et prospéré, et y ont pris racine. C’est cette vie particulière dans un univers particulier que la médiathèque souhaite valoriser au travers d’un programme de collecte de témoignages sur la vie quotidienne dans les cités provisoires »2. Soutenu par la commission culturelle municipale, dans le cadre d’une collaboration de recherche entre l’université du Havre, le CNRS et la ville de Gonfreville, le projet « Mémoire des cités » fut alors engagé.

4Bien que la conception de l’ouvrage ait mobilisé une équipe d’une dizaine de personnes pendant près d’un an, il est important de souligner que c’est finalement l’ensemble des institutions communales qui se sont impliquées dans le travail de remémoration. En 2005, nombreuses sont les manifestations populaires ou culturelles qui ont été organisées sur le thème des cités : la période a fait l’objet d’un film porté par le Centre d’Action Sociale. Une compagnie théâtrale gonfrevillaise a mis en scène le quotidien dans les cités. Une association nouvellement créée s’est donné pour objectif ultime d’obtenir la création d’un musée. De fait, une véritable dynamique à l’échelle de la commune s’est enclenchée qui témoigne de l’importance nouvelle accordée aux cités provisoires à Gonfreville-l’Orcher.

5Une question majeure peut alors être soulevée : pourquoi après près de trente années de silence institutionnel a-t-il été décidé d’engager un travail de mémoire sur cette période du passé gonfrevillais ? Pourquoi, en privilégiant la parole des habitants, a-t-on entrepris de redonner symboliquement corps à ces territoires qui n’ont plus d’existence matérielle ? Afin de commencer à répondre à cette interrogation, il est utile de rappeler ce qu’ont été les cités provisoires à Gonfreville-l’Orcher. Car sans se livrer à un quelconque déterminisme géo-historique, nous estimons que le travail de mémoire actuel puise pour partie son énergie dans la puissante relation qui s’est forgée par le passé entre ces lieux et la population qui les a investis dans l’immédiat après-guerre.

6Ainsi que nous l’avons dit plus haut, ce sont la destruction puis la reconstruction du centre-ville du Havre, mais aussi plus généralement les problèmes considérables de logement rencontrés à l’issue du second conflit mondial qui expliquent la naissance des cités provisoires à Gonfreville. C’est l’impossible retour chez elles de familles entières complètement démunies par les années de guerre qui a conduit à leur installation dans un ancien camp militaire abandonné par l’armée américaine. L’emprise considérable de cet établissement sur le plateau d’Orcher est attestée par les cartes établies à partir de clichés aériens de l’époque. En 1946 il s’étendait sur pratiquement 3 km. Si les aménagements qui ont précédé l’implantation des nouveaux occupants ont réduit sa superficie, ils ont surtout eu pour conséquence de le diviser en trois ensembles distincts. Ces différentes entités furent surnommées cités de l’Hôpital, Marcel Gondouin et Arthur Fleury.

7Le confort qu’offrait la multitude de baraquements où ont dû vivre des familles souvent nombreuses était très rudimentaire. Ceux des cités Marcel Gondouin et de l’Hôpital étaient construits en tôles ondulées, certains ayant la forme de demi-lunes. À Arthur Fleury, les habitations ressemblaient à des pavillons de plain-pied dont les murs en bois ont été plus tard couverts de briques. Mais comme le sous-entend leur dénomination, ces cités n’ont pas été de simples zones de relogement. Les enfants y sont allés en classe, les parents y ont fait leurs courses qui se résumaient la plupart du temps aux premières nécessités. La plupart des activités de loisirs elles-mêmes s’y sont déroulées. Après les journées de travail sur la zone industrielle et portuaire du Havre éloignée de plusieurs kilomètres, on fréquentait les quelques cafés implantés dans les anciens camps, des terrains de sport improvisés, les petits jardins potagers, les champs ou les bois proches… Peu à peu, s’est donc organisée sur un plateau d’Orcher jusqu’ici voué à l’agriculture une société intimement liée aux cités provisoires.

La pétrolette dans les cités provisoires (collection Laurent, D. R.)

8Il faut dire qu’au fil des pratiques de cet espace social, l’identification de la population à son environnement quotidien est devenue particulièrement forte. Hormis dans la cité de l’Hôpital qui n’a existé que peu de temps puisque démantelée dès 1955, les habitants ont fini par se réclamer volontiers de Marcel Gondouin ou d’Arthur Fleury. Ces territoires étaient à ce point délimités que leurs ressortissants en sont arrivés à très peu se fréquenter. Ce n’est pas seulement parce qu’ils étaient dotés de leurs propres commerces, c’est aussi parce que des territorialités très exclusives s’y exprimaient. Les habitants d’Arthur Fleury pouvaient être inquiétés s’ils s’aventuraient dans la cité Marcel Gondouin. De même, les enfants de chaque cité avaient leurs aires de jeux réservées. Seuls quelques lieux étaient alors témoins d’un véritable brassage des populations : citons le cinéma Le Capitole, le Mont Cabert qui servait aux pique-niques familiaux, ou bien les Sept-Mares où les plus jeunes partaient nager aux beaux jours. Quant aux manifestations sportives, si elles étaient l’occasion d’échanges conviviaux, les hymnes entonnés à la gloire d’une cité révélaient des rivalités associées à de forts sentiments d’appartenance.

9Cette forme d’expression des identités, basée sur la fierté d’appartenir à l’un ou l’autre des camps, renvoyait probablement à la stigmatisation dont ils faisaient l’objet. Pour la plupart des Havrais en effet, l’image des cités provisoires dépeignait des espaces insalubres occupés de pauvres en proie à l’alcoolisme, à la délinquance et aux mauvaises mœurs. Les témoignages récemment recueillis indiquent que leurs habitants auraient intériorisé cette représentation d’eux-même, tout en affichant extérieurement le sentiment inverse. Il est d’ailleurs intéressant d’observer qu’une stigmatisation certaine affectait à une autre échelle les relations entre les cités. Il était en effet moins bien de vivre à Marcel Gondouin, qui cumulait les difficultés sociales et dont les jeunes étaient qualifiés de « zonards », que d’habiter Arthur Fleury caractérisée par des baraquements de meilleure tenue. Dans le même temps, l’attachement à Marcel Gondouin apparaissait plus fort que celui qui liait les ressortissants d’Arthur Fleury à leur cité.

10Compte tenu de cette identification aux cités provisoires, leur destruction entre 1969 (Marcel Gondouin) et 1975 (Arthur Fleury) fut généralement vécue comme un déchirement par leurs habitants. Toutes ces familles étaient, il est vrai, brusquement séparées de la terre où elles avaient pu reconstruire une vie après la guerre.

11Les baraquements, souvent devenus de petites maisons individuelles arrangées de jardins ouvriers, faisaient partie de l’être même des habitants. Mais cette déterritorialisation forcée fut d’autant plus durement ressentie qu’elle faisait remonter à la conscience la mise au ban dont cette population se sentait victime. Elle signifiait pour beaucoup la dévalorisation d’une partie d’eux-même. L’acte ultime de la stigmatisation prenait la forme de l’expropriation : « On a détruit nos cités parce qu’on nous pensait sales » affirment encore aujourd’hui certains témoins, « Mais ce n’était pas vrai ! » répliquent-ils alors. La fin des cités fut donc vécue comme une injustice doublée d’une négation de leur existence : « Quand les cités ont disparu, […] j’ai pensé que… C’était vraiment très mal parce que c’est tout notre passé qui est parti en même temps. On a tout effacé comme si on n’avait pas existé ! Je n’ai pas trouvé ça très bien », nous a confié une ancienne résidente de Marcel Gondouin.

12En quoi le traumatisme associé à la fin des camps a-t-il pu contribuer à la production d’une mémoire des cités ? Compte tenu de la nature du phénomène et de la complexité des mécanismes socio-spatiaux qui président à la genèse d’un travail de mémoire collective, il s’avère difficile d’y évaluer le poids des héritages historiques. Deux observations tendent néanmoins à confirmer leur importance. La première vient de la reconstruction symbolique qu’implique la réalisation d’un tel projet. Elle pourrait effectivement correspondre au désir de nombreux anciens habitants des cités provisoires, de réparer la blessure que fut pour eux la destruction au bulldozer de leur territoire. Ensuite, dans la mesure où « Mémoire des cités » revalorise des lieux longtemps stigmatisés, elle s’assimile à une célébration publique de leur réhabilitation.

13Si le projet engagé au début de l’année 2004 renvoie ainsi pour partie à un événement traumatisant vécu il y a trois décennies, il importe de préciser que l’attachement aux cités n’a jamais cessé de se manifester durant ces années qui nous séparent de leur disparition. Nombreux sont d’ailleurs les éléments révélés par les entretiens qui nous indiquent que la destruction aurait essentiellement concerné l’infrastructure de ces territoires, épargnant leur superstructure idéelle. À l’aube du lancement du projet « Mémoire des cités », les Gonfrevillais réunis manquaient rarement d’évoquer entre eux ces lieux et ce vécu communs. Des cas extrêmes témoignent de la volonté de certains à vouloir construire un pavillon à l’emplacement exact de leur ancien baraquement. Mais la présence des cités provisoires pouvait se montrer plus discrète, circonscrite dans l’intimité. Elle se traduisait jusque récemment par la production de plans, de cartes à main levée que l’on conservait précieusement chez soi. Compte tenu de cette omniprésence des camps dans le quotidien de leurs anciens habitants, le terrain semblait donc favorable pour que s’engage à Gonfreville-l’Orcher un projet de mémoire collective sur le sujet.

14Ce n’est pourtant pas d’anciens habitants qu’est venue l’initiative. Car si la plupart des Gonfrevillais sont les héritiers directs de cette période de l’histoire communale, son évocation a longtemps relevé du domaine privé. On n’en parlait qu’entre soi, c’est-à-dire en famille ou en compagnie d’anciens des cités. Cela s’explique à l’analyse des entretiens réalisés pour notre étude. Le silence des témoins vis-à-vis des horsains pourrait être une survivance du rapport très exclusif au territoire qui s’était forgé dans les camps. Il révélait aussi la difficulté des anciens Gonfrevillais à exprimer publiquement la grande précarité de leurs conditions passées. Il traduisait enfin cette honte intériorisée d’avoir vécu en ces lieux. L’attachement historique aux cités provisoires n’a donc pas suffi pour que se construise une véritable mémoire collective. Il manquait un ingrédient fondamental : une rencontre avec l’altérité.

15Une mémoire collective du territoire ne saurait en effet émerger ni s’affirmer sans que la grande diversité des mémoires individuelles recouvre une unité par la rencontre avec l’Autre, l’étranger, l’inconnu. Cette condition essentielle paraît avoir longtemps manqué aux cités gonfrevillaises. Il a finalement fallu attendre la proposition de deux employés de la médiathèque municipale, qui n’avaient jusqu’ici qu’un rapport professionnel à Gonfreville-l’Orcher, pour que soit engagé un travail sur cette période de l’histoire communale.

16Il s’agit de préciser qu’en l’espace de quelques mois, ces deux horsains sont devenus aux yeux des anciens habitants impliqués dans le projet des symboles de leurs retrouvailles avec les cités. Le président de la jeune Association gonfrevillaise des cités provisoires les a même sollicités pour un siège honorifique. Mais malgré cette reconnaissance officielle, nous ne pouvons nous contenter ici d’une explication aussi égocentrée de la naissance de « Mémoire des cités ».

17Il est en effet surtout intéressant de s’interroger sur les facteurs qui pourraient avoir motivé une telle initiative. Car là encore des enjeux territoriaux nous apparaissent occuper une place centrale.

18À l’occasion d’un entretien, les initiateurs du travail de mémoire justifient volontiers leur démarche par la singularité de leur histoire personnelle. Pour le discothécaire par exemple, ce serait un interview audio réalisé dans les années 1980 auprès d’un parent âgé qui serait à la base de son engagement dans un travail de mémoire orale : « Pour moi, l’idée elle est très ancienne. […] Il y a une vingtaine d’années, j’ai enregistré mon grand-père racontant des souvenirs de sa jeunesse […]. J’avais gardé cette cassette et je l’ai retrouvée il y a quelques années complètement par hasard. » Ce souvenir aurait alors été assez marquant pour être mobilisé sur les lieux d’une pratique professionnelle : « C’est en discutant avec des collègues ici, […] en cherchant à imaginer des projets d’animations, que je me suis dit : ce qui serait pas mal, ce serait de faire se rencontrer des personnes âgées et des jeunes de façon à ce que les personnes âgées leur racontent un petit peu leur vie, leur expérience passée. Parce que quand j’avais enregistré mon grand-père j’avais 20 ans à peu près, il devait en avoir 84 ou 85 et je souhaitais reconstituer un peu cette expérience-là. »

19Passer d’un désir de renouvellement de l’échange intergénérationnel de l’échelle familiale à celle d’une commune impliquait néanmoins une adaptation du projet aux conditions locales. Le discothécaire l’a compris, qui a rapidement entrepris de chercher une thématique susceptible d’être en phase avec le terrain gonfrevillais. Mais sans véritable connaissance de la ville ni de son histoire, trouver le sujet porteur s’est avéré difficile. C’est alors qu’une rencontre avec une employée de la médiathèque se serait avérée déterminante pour l’orientation thématique définitive du projet. Également très intéressée par l’idée d’un travail associant mémoire et oralité, cette bibliothécaire avait décelé un grand vide documentaire sur l’histoire de Gonfreville. Il concernait surtout la période des cités provisoires, dont elle avait appris l’existence quelque temps auparavant : « Moi j’ai eu connaissance de cette histoire en discutant tout simplement avec un ancien collègue qui travaillait dans le service. » a-t-elle reconnu. « Une fois j’ai parlé avec lui et il [m’a dit] qu’il y avait eu des cités provisoires. […]. J’ai voulu savoir un petit peu plus de quoi il retournait, et là je me suis aperçue qu’effectivement il y avait eu quelque chose de particulier sur Gonfreville. »

20Il nous faut préciser que cette curiosité ne relevait pas seulement de l’exercice professionnel. Elle était indissociable d’un trouble que ressentaient les deux horsains depuis leur arrivée dans la commune : « Il y a quelque chose qu’on a ressenti quand on a commencé à travailler à Gonfreville », nous a confessé le discothécaire. « Tous les deux, on a ressenti ça. […] L’équipe qui a été recrutée à la médiathèque a été recrutée en fin 98. Et sur l’équipe il y en avait la moitié de Gonfrevillais et la moitié de non Gonfrevillais. On a vraiment senti que par rapport aux collègues, fonctionnaires de la ville par exemple déjà, on était un peu… hors norme. Enfin on n’était pas de la même famille ! On s’en est encore plus rendu compte à l’ouverture de la médiathèque (on a ouvert au public en avril 2000) où là on voyait du public qui venait aux banques de prêt et qui s’adressait spontanément à l’employé qui était d’origine gonfrevillaise, mais il ne s’adressait pas à celui qui était un horsain ! […] Moi ici, je travaillais avec un collègue qui est de Gonfreville aussi depuis des générations (depuis très longtemps, c’est pareil), le public s’adressait à lui, plus difficilement à moi. Alors, on peut se dire : “ils sont d’ici, il sont connus, les gens les connaissent”, mais c’était quand même un peu..., un peu gros quand même ! Il y avait plus que ça ! »

21Les deux employés de la médiathèque ont donc été marqués par la marginalisation dont ils se sentaient victimes de la part de la population qui fréquentait leur lieu de travail. La bibliothécaire avoue en avoir été affectée : « Moi, je l’ai assez mal vécu ça. Je l’ai mal vécu parce que même au sein de collègues qui travaillent juste en face, quand ils venaient ils disaient bonjour à Fanny mais jamais ils ne me disaient bonjour ! Sans même se présenter en disant : voilà, bonjour, je suis untel, on va travailler ensemble ! » Tout semble alors indiquer que l’exclusion d’une sociabilité quotidienne a été à l’origine de l’orientation thématique du projet de mémoire orale. Les deux horsains ont finalement compris que la barrière élevée entre eux et les autres était liée à leur non-appartenance à ce passé commun des cités provisoires.

22S’intégrer pleinement au territoire gonfrevillais, ne plus y apparaître comme des étrangers afin de briser la logique de leur exclusion, tel aurait été le souhait des initiateurs. Cette hypothèse n’écarte pas la sincérité de leur démarche de transmission intergénérationnelle. Elle ne contredit pas non plus l’idée selon laquelle l’histoire personnelle des employés de la médiathèque a joué un rôle majeur dans leur initiative. Pour impulser la production d’une mémoire urbaine qui devait leur permettre de faire face à la marginalisation, ces employés de la médiathèque ont puisé dans les ressources de leur histoire personnelle. Ce fut de leur avis un succès : « Maintenant, on est vraiment considérés comme des Gonfrevillais de base » affirme aujourd’hui avec satisfaction la bibliothécaire. « Ah oui, de souche ! » ajoute son collègue : « À tel point que quand on a rencontré certains témoins, que ce soit pendant l’élaboration du [projet] ou depuis, les gens nous font voir des photos et nous disent : “Ça c’est à côté de la mère machin… ! Vous avez connu la mère machin ?”. [Lui] : “Bah, non… !” Ils ne se rendent même pas compte parfois des aberrations liées à l’âge ! « Alors vous avez bien connu la mère machin ? Elle habitait ici en 53 ! » [Lui] : « Ah oui, mais non ! ». L’implication d’« Armelle et Jean Daniel » dans la réalisation du travail de mémoire a donc eu pour effet leur admission dans la sociabilité quotidienne gonfrevillaise. Leur assimilation est telle qu’ils sont désormais inclus dans un passé et des lieux qu’ils n’ont jamais vécus.

23L’examen de la démarche des employés de la médiathèque le confirme : si les territorialités héritées des cités ont joué un rôle fondamental dans la genèse du projet de mémoire orale, c’est aussi le désir de deux horsains de surmonter leur sentiment d’exclusion qui fut un élément déclencheur de cette dynamique. L’intégration territoriale s’est ici associée à une relation affective au territoire pour initier la production d’une mémoire urbaine.

24La genèse du projet « Mémoire des cités » n’est cependant pas le seul produit d’une rencontre entre deux employés de la médiathèque et une population gonfrevillaise marquée par le souvenir des cités provisoires. L’affirmer reviendrait à attribuer un poids excessif à la démarche des initiateurs, tandis que leur action s’est inscrite dans des cadres territoriaux plus globaux. Celui de la commune est l’un d’eux, car le soutien de l’autorité municipale fut effectivement décisif. Il a permis le déblocage des fonds nécessaires pour que soit menée une vaste campagne d’entretiens. Il a conditionné la conception de l’ouvrage dans la mesure d’une forte participation de la Ville au financement ; la quatrième de couverture incrustée de l’écusson gonfrevillais en témoigne.

25Pour expliquer l’engagement d’un tel travail de mémoire à Gonfreville-l’Orcher, il est alors intéressant de s’interroger sur les bénéfices attendus de cette opération par le pouvoir local.

  • 3 Extrait de J. Soreau, 2003, Gonfreville-L’Orcher : d’un village à une ville de banlieue (1944-1978 (...)

26Le soutien apporté par l’autorité municipale au projet « Mémoire des cités » pourrait d’abord se comprendre pour des raisons historiques : les cités provisoires ont été traditionnellement utilisées par les communistes gonfrevillais pour la mise en scène de leurs succès. Coïncidant pratiquement avec leur arrivée aux affaires en 1945, l’affectation aux civils de l’ancien camp Philip Morris a longtemps marqué dans les discours une sorte « d’année zéro » à partir de laquelle les réalisations des maires successifs furent valorisées auprès de la population. En la matière l’Histoire officielle s’est ainsi montrée très élogieuse : « Force est de constater que les élus gonfrevillais ont su faire preuve d’audace et de pugnacité pour mener à bien un projet de société, relativement inaccessible en 1944. […] Le résultat est perceptible très nettement en 1978 : le paysage de la commune n’a plus grand-chose à voir avec celui de 1944. […] Gonfreville-L’Orcher s’est dotée d’équipements divers et variés (infrastructures routières, réseau d’assainissement, ensembles sportifs, logements collectifs, écoles, etc.), qu’est venu renforcer un important dispositif d’assistance sociale et d’aides publiques. »3 C’est donc principalement par le fort contraste qu’elles offraient entre la précarité des baraquements et le confort des logements HLM, entre les terrains vagues et les équipements sportifs de haut niveau, entre l’extrême pauvreté et les généreux dispositifs d’aide sociale, que les cités furent jusqu’ici instrumentalisées par l’autorité municipale pour démontrer son bilan positif.

27Il est intéressant d’observer que le projet « Mémoire des cités » qui fut validé par le pouvoir actuel rompt clairement avec cette approche. Si la destruction des camps était jusqu’alors présentée comme une victoire des politiques municipales en faveur des conditions de vie des citoyens, le travail de mémoire tend au contraire à la réhabilitation du quotidien en ces lieux. Celui-ci n’est pas non plus sans revisiter le mythe fondateur du Gonfreville moderne. L’Histoire officielle expliquait encore récemment par l’accession des élus communistes aux affaires municipales le développement formidable de Gonfreville dès l’après-guerre. Or le texte introductif de « Mémoire des cités » présenté aux universitaires impose une interprétation différente. Ce seraient désormais « le camp Philip Morris et les cités […] qui [auraient] transformé le gros bourg rural qu’était Gonfreville en 1945 pour en faire la commune que nous connaissons aujourd’hui. » Ce projet porte donc une double atteinte au discours dominant jusqu’à présent en vigueur. D’une part il relativise un acte fort de la politique municipale que fut le remplacement des baraquements par des logements HLM ; d’autre part les cités provisoires, et avec elles leurs habitants, sont substituées au pouvoir communal dans la justification du Gonfreville contemporain.

28Si cette rupture avec la tradition n’a pas empêché le travail de mémoire d’être soutenu par l’autorité municipale, c’est parce que ce projet s’avère finalement compatible avec son idéologie territoriale. La revalorisation des cités provisoires s’accompagne d’abord d’une mise en avant des valeurs de solidarité et d’entraide. Nombreux sont les anciens habitants des camps qui ont témoigné avec émotion d’un « esprit des cités » dont ils associent la disparition aux relogements dans les HLM. Cette mémoire renvoie ensuite à l’engagement en faveur du progrès social. Les cités provisoires furent le terrain d’un important militantisme syndical et politique, et leur souvenir rappelle inévitablement les temps pionniers du communisme à Gonfreville-l’Orcher.

29On peut alors se demander si le projet « Mémoire des cités » n’aurait pas été soutenu par le pouvoir car il allait réaffirmer l’ancrage sur le territoire communal, des valeurs dont la majorité municipale s’estime porteuse. Cette hypothèse en soulève une seconde. Si « Mémoire des cités » devait resituer l’action de la municipalité dans une continuité historique gonfrevillaise, la production de mémoire ne fut-elle pas favorisée pour légitimer un nouveau projet de territoire pour Gonfreville-l’Orcher ? Les entretiens réalisés dans le cadre de cette étude ne nous permettent pas d’avancer très loin dans cette démonstration, mais deux observations semblent appuyer la pertinence de ces pistes de réflexions.

30D’abord, le projet « Mémoire des cités » s’accorde tout à fait avec le principe de démocratie participative que souhaite mettre en pratique la municipalité de Gonfreville-l’Orcher. Il est basé sur l’oralité, condition même de sa réalisation dictée par l’impératif d’une démarche laissant une large part à l’expression des habitants. Au sein de l’équipe de travail, œuvrant aux côtés des universitaires, les initiateurs ont été les garants et les gardiens de la « démocratie culturelle » prônée par la médiathèque, selon laquelle les Gonfrevillais devaient désormais devenir les « acteurs de leur histoire ». Outre la vaste campagne de recueil de témoignages et de documents photographiques, ceci explique toute une série d’actions engagées auprès de la population, notamment avec les collégiens de la ville qui furent initialement conviés à produire des légendes de l’ouvrage.

31La seconde observation concerne enfin un parallèle qui semble devoir être établi entre la production d’une mémoire des cités et des transformations urbaines projetées à Gonfreville. À l’instar de bien d’autres zones périphériques de grandes agglomérations, le plateau d’Orcher devrait en effet connaître prochainement des opérations de renouvellement urbain. Elles impliqueront la destruction de barres HLM et leur remplacement par des maisons individuelles. On assistera ainsi symboliquement au processus inverse de celui qui avait signifié la fin des cités Arthur Fleury et Marcel Gondouin. Le projet « Mémoire des cités » qui remet au goût du jour des lieux et une époque ayant précédé la construction des grands ensembles, qui s’accompagne dans le discours des habitants d’une mise en cause de cet urbanisme, ne viendrait-il pas à point pour justifier l’imminente mutation du territoire gonfrevillais ?

32Les géographes s’intéressent à la mémoire dans la mesure où elle participe de la construction et de la pérennisation de territoires. L’analyse des projets mémoriels peut également s’avérer d’une grande utilité lorsqu’elle permet de révéler l’existence d’enjeux et de stratégies liés à l’appropriation de l’espace par des individus ou des groupes. Les territorialités apparaissent alors productrices de mémoire.

33Il est certain que le regard que nous venons de porter sur la naissance d’une mémoire des cités à Gonfreville-l’Orcher ne saurait prétendre épuiser la réflexion sur les conditions territoriales de son élaboration. Il aurait été intéressant d’interroger par exemple le rôle des universitaires dans la fabrication de l’identité locale gonfrevillaise. Il ne fut pas négligeable puisque, co-productrice des témoignages réalisés avec les anciens habitants des cités, rédactrice de l’ouvrage majoritairement financé par la ville de Gonfreville, l’équipe de travail a imprimé sa marque sur le contenu final de la mémoire des cités. Pourtant, au-delà de l’inévitable incomplétude de cette analyse, retenons qu’elle réaffirme la place de la mémoire dans le processus de transformation des rapports que les individus, les groupes et les sociétés entretiennent avec l’espace et l’environnement. C’est en effet lorsqu’ils font face à de nouveaux enjeux à portée existentielle que les acteurs territorialisés entreprennent de produire de la mémoire. Ils puisent dans l’histoire de leur territoire les éléments capables d’assurer la continuité de leur identité tandis qu’ils intègrent les changements qui actualisent leur rapport au monde. La mémoire collective renvoie ainsi à la trajectoire des sociétés et à la façon dont celles-ci se projettent dans le temps et dans l’espace. Son étude implique de penser le changement, l’évolution et même l’avenir, bien plus que le passé et l’immuable.

Notes

1 J. Barzman (dir.), V. Ales, A. Duboc, R. de Filipis, J.-D. Emion, M. Hue, E. James, Y. Leborgne, M. Touzan, 2005, Gonfreville-l’Orcher, 1947-1980, Mémoire des cités, Fécamp, éd. des Falaises.

2 Extrait du document introductif concernant le projet « Mémoire des cités », présenté en février 2004 à J. Barzman par A. Duboc et J.-D. Emion.

3 Extrait de J. Soreau, 2003, Gonfreville-L’Orcher : d’un village à une ville de banlieue (1944-1978), Mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine, Université du Havre.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5148/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende La pétrolette dans les cités provisoires (collection Laurent, D. R.)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5148/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5148/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 170k

Auteur

Géographe, CIRTAI, université du Havre

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540