Version classiqueVersion mobile

La Mémoire orale

 | 
François Calame
, 
Jean–Pierre Castelain
, 
Pierre Schmit

1° Mémoire des territoires

Dieppe : le pont tournant et le quartier du Pollet

Dominique Mas

Texte intégral

Une vieille machine en plein cœur de la ville

  • 1 Dominique Mas et Olivier Mériel, mars 2005, Le pont tournant de Dieppe, éditions les Cahiers du Te (...)

1La Direction régionale des Affaires culturelles de Haute-Normandie marque depuis 2001 un intérêt particulier pour le devenir d’un élément essentiel du patrimoine régional, le pont métallique mis en service en 1889 dans le port de Dieppe, au croisement du chenal du port de commerce avec la route qui mène à Eu. Cet équipement d’une qualité architecturale, sociale et technique exceptionnelle porte le nom de pont Colbert. Il a la particularité de pouvoir pivoter afin de laisser passer tantôt les bateaux, tantôt les véhicules et les piétons. L’état du pont donnant actuellement des signes de vétusté, la DRAC s’est préoccupée du devenir de ce témoignage du patrimoine industriel, investi d’une fonction sociale et technique forte, et identifié au titre de l’étude de ZPPAUP sur la ville. Une mission d’étude ethnologique a donc été confiée à l’association des Amys du Vieux Dieppe durant l’hiver 2002-2003. La publication d’un livret restitue l’enquête de terrain, ainsi que le remarquable travail photographique d’Olivier Mériel1.

2Dieppe est un port d’intérêt national depuis 1984 et ce sont les services de la Direction Départementale de l’Equipement qui veillent à la sécurité et à la fiabilité des trafics tant maritimes que routiers. À ce titre, ils sont chargés de la maintenance de deux ponts, ouvrages nécessairement mobiles pour assurer l’alternance du flux des bateaux et de celui des véhicules et piétons. Circulation intense du fait que le port de commerce et le port de pêche se situent au cœur d’un quartier de la ville. Une étude a dénombré 12 000 voitures et plusieurs centaines de piétons par jour.

3Le pont Colbert, le plus ancien des deux, actionné à chaque mouvement de navire par le mécanisme hydraulique d’origine, avait fait l’objet en 1999 de travaux de consolidation qui, pour les experts, lui accordaient un sursis de cinq ans. Diverses études techniques furent réalisées, à la demande de la DDE, afin de trancher entre le remplacement intégral de l’ouvrage ou sa restauration complète ou partielle.

4Ayant vécu et travaillé, de 1994 à 1997, à Dieppe, j’étais très tentée par une enquête ethnologique sur ce pont, sa fonction technique et sociale. La parole de ses gestionnaires et de ses utilisateurs méritait une attention particulière. Curieusement je n’avais jamais entendu parler de ce pont, bien qu’ayant participé aux nombreuses visites et conférences organisées par l’association « ville d’art et d’histoire ». J’avais bien, une nuit, été « prise au pont », selon l’expression du quartier, mais je n’avais jusque là pas pris conscience de l’existence de cet équipement étonnant mais très peu valorisé. Le quartier lui-même ne faisait l’objet d’aucune attention touristique, les circuits fléchés n’y conduisaient pas et les Dieppois que je rencontrais disaient ne jamais y aller.

5J’étais peu attirée, a priori, par l’aspect technique du patrimoine industriel, mais, ayant en mémoire ce moment magique d’une masse énorme de fer qui pivotait sans bruit dans la nuit, j’eus le sentiment qu’une machine pouvait gagner une part d’humanité, celle de son concepteur, celle des hommes qui l’animent et celle de ses usagers.

6C’est ainsi que, pendant l’hiver 2002-2003, je vécus trois semaines dans le quartier du Pollet à quelques enjambées du pont, participant à seize « prises de marées », aux côtés des pontiers tout en partageant le quotidien des Polletais.

La parole aux pontiers

7Les pontiers titulaires du pont Colbert, qui se sont révélés très attachés à leur ouvrage et fiers de le manœuvrer, ont eu pour premières paroles : « Les gens du Pollet ne nous aiment pas… On n’habite pas au Pollet. » Ils évoquent les ouvriers d’une usine qui ont perdu leur bonus à cause des retards dus au pont, événement ancien inscrit dans la mémoire collective. Ils subissent la mauvaise humeur des habitants « pris au pont » alors que le navire n’est pas en vue : « Les gens ne comprennent pas qu’on est aux ordres de la vigie. » Ils sont responsables de la sécurité alors que les Polletais ne respectent pas la signalisation précédant la manœuvre. « On a rattrapé un bébé avant que la poussette soit écrasée entre le pont et le parapet. »

La parole aux Polletais

8On assiste là à un conflit implicite, les Polletais s’appropriant ce pont qui, disent-ils, « est l’aorte du quartier, son poumon, son charme, le folklore de chez nous ». Il rythme leur vie quotidienne : « On est pris au Pont, ça fait partie de la vie. Quand on attend… on se parle. »

9Ils ne se lassent pas du spectacle du passage des bateaux : « certains plus hauts que les maisons… Il faut lever la tête pour les voir ». Ce privilège est doublé lorsqu’ils parviennent à rester sur le pont pendant la manœuvre. « Au bout de la volée, ça bouge, on se croirait sur un bateau… C’est notre manège à nous. »

10Tous les Polletais de souche évoquent le temps où ils se baignaient à la « Carpente », en amont du pont : « C’était notre plage à nous… là où ma sœur aînée nous apprenait à nager et quand ont était plus avertis… on allait au pont, on se mettait sur la passerelle, on se jetait dans le bassin. Et quand on était plus audacieux, on montait sur les arcs en haut… attention… ça fait une sacrée hauteur ! ». « Le pont, c’est notre symbole, le premier plongeon du pont, c’était quand on devenait un homme… »

11Aujourd’hui, le défi prend d’autres formes : sauter sur le bahut (parapet) au-delà des barres de protection ou rester sur la roue arrière de son booster le plus longtemps possible. Pour les Polletais, ce pont rouillé, vétuste, est à l’image de leur quartier : « Nos trottoirs ne sont pas nettoyés », « Le Pollet est sous-estimé. » Les commerçants se considèrent à l’écart des opérations promotionnelles initiées par la CCI.

La parole aux Dieppois

12Les Dieppois de souche considèrent le Pollet comme « un vieux quartier de pêcheurs, quartier pauvre, populaire, où ils n’aimeraient pas habiter ». Ils ont le souvenir des établissements peu attractifs qui y avaient été installés « la prison, les abattoirs, la morgue, l’usine à gaz, l’hôpital des fous et le dépotoir ». À cette époque, le quartier avait la réputation d’abriter des illettrés et des alcooliques et d’être un réservoir de marins pour les armateurs de Dieppe, en plus d’un lieu de prostitution.

13Aujourd’hui, les Dieppois disent reconnaître le Polletais à sa façon de s’exprimer. Au Pollet, on reconnaît parler « la goélante ». Encore aujourd’hui, quand le temps le permet, les chaises sont installées sur le trottoir : « C’est le dernier quartier où l’on se parle… tout le monde se connaît… tout le monde se dit bonjour. »

Le pont : limites et territoire

14La politesse est une valeur revendiquée et la courtoisie est de mise notamment au passage du pont. Un code permet aux personnes qui ont un parapluie de se croiser sur la passerelle sans se gêner, « Ce n’est pas comme dans la Grande Rue à Dieppe. » Une règle tacite permet aux voitures qui sont sur la voie non prioritaire de s’intercaler entre celles qui ont la priorité, à l’entrée du Pont. Ceci est attesté par la police municipale qui n’intervient pas, de ce fait, à ce carrefour. « On est civilisés ici, c’est pas comme à Paris. »

15L’Office de Tourisme réduit le Pollet à un vieux quartier pêcheur typique. Un panneau, placé à l’entrée du pont Colbert, limite son espace à sa partie continentale.

16Pour les Polletais, leur quartier s’étend, côté falaise, à l’espace délimité par les chantiers navals et comprend le territoire appelé « Ile du Pollet », qui se situe entre les deux ponts. Les boutiques l’affirment par leurs enseignes et la poste du Pollet trône depuis 1928 au cœur de l’Ile. Les enseignes relevées :

  • Bar le Polletais,
  • Aux pêcheurs du Pollet,
  • La Pharmacie du Pollet
  • L’Ultime Station du Pollet
  • Le Bistrot
  • Fournée polletaise, (boulangerie qui a créé la tarte polletaise et la baguette polletaise.)
  • La Boucherie
  • La Boucherie chevaline

17(À noter que l’association des Polletais a édité, en 2002, des fèves représentant les monuments du Pollet, au nombre desquels on compte le pont Colbert et la poste).

18La poste et tous ces commerces assurent une parfaite autonomie aux habitants qui demeurent le plus souvent dans des logements exigus et n’ont pas de voiture. « On fait les courses au jour le jour. » Pour ces familles, la vie sociale s’organise en dehors du foyer. Une nouvelle habitante du quartier constate : « La vie se déroule sur les pas de porte » ou en des lieux-dits non inscrits au cadastre « le trou au chien », « la femme grosse », « le trou à Louise », « les barres blanches », « les marches ». Codification d’un territoire qui a conservé un réseau dense de ruelles, impasses et escaliers menant à la falaise, qualifié par un professeur de « labyrinthe, cheminement magique des enfants ».

19Le secteur des chantiers navals comprend une cité d’habitations bon marché (H.B.M.) construites en 1945 où cohabitent ouvriers, pêcheurs, marins et employés. Cet ensemble de petites maisons mitoyennes jouxte l’église Notre-Dame-des-Grèves appelée aussi église du Pollet. « On était réveillés en semaine par les coups de marteau sur la tôle et le dimanche par les cloches. »

Activités et habitats au Pollet

20L’Ile du Pollet était, jusqu’aux années 1980, un haut lieu des activités liées à la pêche et à la navigation : poissonnerie, saurisserie, forme de radoub, manufacture de filets, coopérative maritime. Les cafés du Mille où se traitaient les embarquements y étaient installés. « On ne passait pas le pont pour se nourrir… » « Aujourd’hui, l’entre-deux ponts est un no man’s land, un grand parking. » À peine la moitié des cafés s’est maintenue. Ils restent les lieux de rassemblement des marins pêcheurs du fait de la proximité du bassin Duquesne (bassin de pêche), des quais de déchargement et du bureau des Affaires Maritimes. Dans ce troisième espace, la taille des logements convient à des revenus modestes, tout comme les deux précédents.

21La population du Pollet, caractérisée par la relative exiguïté des logements, apparaît, contrairement aux idées reçues, liée à des activités professionnelles diverses.

22De plus, une grande variété d’origine géographique s’y observe à la différence de la population dieppoise : l’association des Polletais a ravivé et met en scène la croyance selon laquelle une population de Vénitiens se serait installée dans ce quartier au XVIe siècle, léguant au chapeau traditionnel, une plume en verre.

23Plus près de nous, pendant la première guerre Mondiale, de nombreuses familles de pêcheurs de Berck sont venues s’installer, suivies, plus ponctuellement, de familles de marins de Basse-Normandie et de Bretagne.

24L’installation du camping dans les années cinquante a permis à des familles citadines modestes de la Somme et des régions rouennaise et parisienne de partager la vie des Polletais. « Certains sont venus s’installer ici à leur retraite. » On note aussi le retour d’anciens Polletais dans le quartier pour installer un commerce ou écouler leur retraite.

25Les propriétaires de logements font peu appel aux agences immobilières qui déconseillent à leurs clients d’habiter le Pollet. Une personne à la recherche d’un appartement a dû s’adresser au « tas de mémés », trois femmes âgées nées dans les Gobes qui, aux beaux jours, emportent leur chaise au pied de la falaise pour discuter. Un autre personnage emblématique du Pollet est né dans les Gobes. Il s’agit du gardien de la morgue qui a été élu roi du Pollet en 1929 en qualité du plus bel homme de Dieppe. Clin d’œil malicieux à l’élection de la reine de Dieppe.

26Pour les Polletais, la reine était manouche. Elle régnait sur le dépotoir de Dieppe dit « la Mine », situé à l’emplacement de la nouvelle gare maritime. « On allait à la Mine, on faisait du tago », allusion aux métaux récupérés et vendus aux ferrailleurs du quartier.

27Les Gobes, ce haut lieu emblématique du quartier laisse penser que les Polletais considèrent leur vie modeste comme une fatalité. Il est vrai qu’orienté à l’ouest, il est ensoleillé tardivement, contrairement à la Falaise aval, appelée « Caude-Côte », et que les légendes locales entérinent cette malchance : « Lorsque les fées tenaient leur foire dans la cité de Limes, elles attiraient jusqu’au bord de la falaise, ceux qui se laissaient prendre à leurs agaceries, leur donnaient une poussée et les précipitaient en riant dans la mer. Alors qu’un sentier qui serpentait sur le plateau opposé à celui de la cité de Limes était, au contraire, fréquenté par une fée aimable. Elle se montrait à un pêcheur et, quand elle lui avait souhaité le bonsoir, il était sûr de trouver ses filets remplis de poisson. »

28Les Polletais n’envient pas l’aisance des Dieppois mais ressentent une certaine injustice et ne peuvent oublier qu’en 1886 leur quartier fut en partie détruit pour creuser le chenal. La mairie de Dieppe, en 1887, présente cette saignée dans le quartier du Pollet comme un progrès : « Notre Pollet, cette vieille cité légendaire, va voir aussi sa large part de progrès : le nouveau canal de navigation, passant à travers ses rues désormais aérées et embellies, va lui rendre la jeunesse et la santé : l’eau bienfaisante de la mer entrant et se renouvelant à chaque marée, va lui rendre la fraîcheur, la force et la vie, en même temps que de plus grandes facilités de navigation pour nos intéressants et laborieux pêcheurs. »

29Plusieurs familles ne trouvant pas à se reloger durent se réfugier dans les Gobes. Ces cavités, creusées dans les falaises, résultaient de l’extraction des matériaux nécessaires à la reconstruction de Dieppe, après son anéantissement en 1694 par l’artillerie de la flotte anglo-hollandaise. Territoire « en creux » de Dieppe, son négatif en quelque sorte et au final, l’un des principaux espaces emblématiques du Pollet.

30Petits revenus et enfants nombreux entraînent des pratiques en marge des circuits économiques. Chaque débarquement de bateau de pêche permet encore aujourd’hui d’enrichir le menu quotidien d’une « creuille » (poissons donnés en échange d’un coup de main), que l’on soit du monde maritime ou non.

31J.-P. Villain, champion d’Europe steeple 1971 raconte : « Quand j’étais gamin, je ramassais sur la grève des bouchons et des morceaux de bois lorsqu’il n’y avait plus de quoi se chauffer à la maison. » De nos jours, les palettes mises à disposition par les chantiers navals Allais utilisées comme bois de chauffage sont les bienvenues dans ce quartier qui compte un fort taux de chômage, mais un faible taux de délinquance.

32Quand un marin disparaît en mer, sa famille est soutenue par la communauté. Cette solidarité peut s’exprimer sous d’autres formes. Chaque café du Pollet a son lot de personnes à la dérive, accepté par la clientèle et intégré aux conversations.

33Le Pollet tient également du milieu maritime des croyances, observances et cérémonies qui diffèrent du milieu terrestre, en l’occurrence de Dieppe. Aujourd’hui, les observances sont discrètes : le patron de pêche ne donne plus le signal pour saluer le Christ et la chapelle en sortant du port, mais « dans un mauvais coup, on prie la Vierge ».

34La chapelle Notre-Dame de Bon Secours est ouverte toute la journée grâce à l’engagement d’une personne qui assure le gardiennage et le nettoyage. Cette mission se transmet depuis trois générations dans une même famille connue de tous.

35Les murs sont tapissés d’ex-voto. Sur de simples bancs sont alignés des quantités de vases de fleurs fraîches. Des rubans sur lesquels des prières sont écrites sont accrochés aux statues. De nombreux cierges sont allumés. « La prière du pauvre » selon le curé du Pollet qui, pour la fête de la Mer, dit la messe à la criée avant de bénir les bateaux. « Les gens sont très respectueux même s’ils ne sont pas pratiquants. » On peut observer que les dix Vierges logées dans les murs des habitations du Pollet n’ont jamais subi aucun outrage.

36Le cimetière, situé sur la falaise, lieu-dit « cité de Limes », est un lieu de passage pour les habitants du Pollet. Les tombes des marins, reconnaissables aux ancres de marine et aux représentations de bateaux côtoient les tombes des manouches : « La vie se déroulait entre la pesée du Pollet et le cimetière, on allait à Dieppe pour le marché du samedi matin ou pour acheter un vêtement. »

37L’identité des habitants du Pollet qui se disent Polletais avant d’être Dieppois semble, en partie, forgée par la proximité des activités maritimes et par des conditions de vie modestes, voire insalubres. Les références aux Gobes sont nombreuses. La chanson « la Marie Bézette », composée en 1929 et fredonnée par tous les Polletais, relate la vie d’une figure du Bout du Quai, second quartier pêcheur de Dieppe, et de son compagnon polletais, né dans les Gobes.

Quel avenir pour le quartier du Pollet ?

38Une population identifiable par son parler et identifiée par ses familles et personnages emblématiques. Des espaces de rencontre, des lieux-dits chargés de mémoire collective, des commerces de proximité et un service public (poste et facteur) sont les éléments qui font du Pollet un « village » comme dit le médecin de quartier.

39Pour combien de temps encore, compte tenu des projets immobiliers ambitieux et de l’éventuel remplacement du pont du Pollet ? Ces phénomènes, qui vont bouleverser le territoire du quartier et les habitudes de ses habitants, étant inéluctables, ne faut-il pas accompagner les Polletais dans leur deuil ?

Notes

1 Dominique Mas et Olivier Mériel, mars 2005, Le pont tournant de Dieppe, éditions les Cahiers du Temps.

Auteur

Chercheure en ethnologie

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search