Version classiqueVersion mobile

La Mémoire orale

 | 
François Calame
, 
Jean–Pierre Castelain
, 
Pierre Schmit

Introduction

La mémoire orale, hypothèses et finalités

François Calame

Texte intégral

1La mémoire orale a été longtemps suspectée par les historiens, et les juristes, car peu fiable et donc difficilement considérée comme matériau scientifique. Elle bénéficie aujourd’hui d’un regain d’intérêt, voire d’un engouement certain, de la part d’un nombre important d’intervenants, parmi lesquels les historiens figurent en bonne place. À charge pour eux de soumettre cette mémoire orale à la question ordinaire et extraordinaire, c’est-à-dire à l’appareil critique propre à l’examen des sources historiques. C’est ainsi que l’on se demandera systématiquement par qui et dans quelles circonstances est tenu le discours, s’agit-il d’une parole officielle ? La douloureuse affaire du procès d’Outreau et de sa révision prouve une fois de plus que la parole d’un témoin doit être analysée et décryptée avec un soin extrême.

2La mémoire orale constitue une matière riche de sens, à différents titres et pour différents types d’acteurs. Chacun peut y trouver, au moins théoriquement, un type d’intérêt particulier.

3 Elle est vecteur d’émotion : la mémoire orale est un symbole d’authenticité, de force de l’expérience vécue. C’est le « langage des tripes ». Elle peut aussi être associée à une valeur affective liée à la nostalgie, à un certain âge d’or survalorisé, ou à une valorisation mythique d’une période, d’un contexte ou d’un groupe d’individus ; cette valeur affective de la mémoire orale nourrit un lien privilégié avec les veillées et la sociabilité. Sans être nécessairement explicitement mentionnée, cette dimension concerne le travail des conteurs, et par ailleurs, plus ou moins spontanément, les démarches de collectages amateurs encouragés en milieu scolaire, ou pratiqués dans le cadre familial associatif, etc.

4La mémoire orale ne renvoie pas forcément à des contextes hors d’âge, à des témoins centenaires (les derniers poilus de la Grande Guerre ou la dernière lavandière à la cendre). Elle peut évoquer des faits récents, particulièrement brûlants. Elle peut se combiner avec d’autres forme de mémorisation et d’expression de la mémoire. On citera ainsi la mémoire des violences urbaines véhiculée par les jeunes Noirs de Los Angeles. Cette mémoire, orale bien sur, est devenue également somatique et chorégraphique, puisqu’est né dans les quartiers défavorisés de cette ville un type de danse hip-hop, connu sous le nom de krumping. Les « krumpers » revivent dans leur danse des gestes et des scènes de violence dont ils ont été témoins. (cf. le film Rize de David Lachapelle).

5 • Elle est source d’information factuelle : la mémoire orale contient des informations factuelles inconnues de l’historien, du juriste, jusque-là focalisés sur l’approche des sources écrites. Par exemple, le récit de tel témoin mettant en doute l’authenticité de la répression à Timişoara en 1989, ou la fusillade visant le général de Gaulle à Paris le 25 août 1944.

6 • Elle est source d’information contextuelle : l’historien accorde un intérêt à ces nouvelles sources pour découvrir des informations sur le contexte, les modes de vie, les mentalités, le vécu quotidien, propres à faire comprendre des grandes données factuelles des périodes historiques. On peut noter comme exemple en négatif que lorsque Christian Faure écrit sa thèse La politique culturelle de Vichy, il s’abstint étrangement d’interroger oralement les acteurs de l’époque, G. -H. Rivière ou Marcel Maget, sur la pratique de l’ethnologie sous l’Occupation. Ces témoignages auraient pu nuancer l’image très sévère que l’historien donne du rôle du musée national des Arts et Traditions populaires durant cette période.

7 • Elle renseigne sur les données du social : l’anthropologue pour sa part questionnera moins directement la chronologie, pour tenter de saisir dans le présent ou le passé proche, des éléments révélateurs des systèmes de représentation, des pratiques coutumières, de l’organisation sociale et familiale, des systèmes économiques et techniques, de modes de transmission de savoirs…

8 • Elle nous éclaire sur l’utilisation de la mémoire : l’ethnologue s’intéresse enfin au processus même de la mémoire, de son exercice, de son actualisation, de sa mise en scène, de son utilisation par ceux qui en sont dépositaires. La démonstration même de l’existence de cette mémoire joue un rôle important pour les groupes humains, par rapport à leur existence, leur territoire, etc. Pour Florence Levert qui étudie la relance récente de la fête de la Saint-Pierre des marins terre-neuvas, la mémoire orale ou écrite des marins est intéressante entre autres par l’utilisation que ceux-ci en font aujourd’hui pour revendiquer une identité alors que l’activité de la Grande Pêche a disparu depuis quinze ans.

9Pour toutes sortes de raisons et pour plusieurs catégories d’utilisateurs de cette mémoire donnée à entendre, la tâche est donc riche et stimulante. Mais de quelle tâche s’agit-il, au juste ? et quels sont les écueils qui attendent ces utilisateurs ?

10Ce qui fascine les utilisateurs de la mémoire, c’est sa vulnérabilité, sa fragilité, sa fugacité. Il faut rappeler ici l’importance du talent de l’enquêteur dans la qualité du témoignage recueilli. On sait que bien souvent la parole, son contenu, sa performance ont d’autant plus de qualité que l’enquêteur a su par toutes sortes de moyens s’en montrer digne. Le convocateur doit avoir le don de faire éclore la parole.

11Le corollaire des qualités qui provoquent l’enthousiasme face à cette mémoire, ce sont justement les pièges liés à sa médiatisation. Dès lors que la performance a lieu, la mémoire est médiatisée (comme de la lave en fusion se pétrifie). Plusieurs mots viennent ici désigner ce qui advient de la matière orale exprimée : oubli (verba volent), pérennisation, utilisation, transmission, restitution, instrumentalisation, etc. À noter que le terme restitution a toujours entraîné des protestations à la mission du patrimoine ethnologique du ministère de la Culture, sur le mode « nous n’avons rien volé ».

12Le grand écueil, c’est donc la réification, la fossilisation, le détournement. Dès qu’il y a médiatisation, il y a subjectivation, parfois simplement par changement de contexte : ce n’est pas la même parole, ce n’est pas le même outil.

13On détaillera à travers certains exemples les différents modes de restitution et les pièges qu’ils recèlent :

Restitution par l’écrit publié

  • 1 2005, Havre du monde, Portraits d’immigrés, Sainte Marguerite sur Mer, éditions des Équateurs.

14Celui qui publie a toujours un dessein, conscient ou inconscient, des présupposés éditoriaux, commerciaux, politiques, esthétiques. Ceux-ci l’amènent à sélectionner, orienter, transcrire les témoignages d’une certaine façon. Ces partis rédactionnels visent tout d’abord à rendre « lisibles », « accessibles », « agréables à lire » les témoignages. Ils visent parfois simplement à restituer « l’esprit » de la performance qui s’est déroulée avec des gestes, des intonations, des mimiques que l’on ne peut rendre par l’écrit. On tente souvent également de rétablir certaines erreurs grammaticales pour ne pas donner une image défavorable du témoin, etc. On supprime des bafouillages ou des bégaiements… Certains choix deviennent carrément militants lorsqu’il s’agit de prouver par des exemples avantageux que la politique d’une ville en faveur de l’immigration a été un succès, ou que les Français « gaulois » doivent se réconcilier avec les immigrés1.

Restitution par l’écrit exposé

15Lors d’expositions temporaires ou permanentes, des portions de discours sont présentées, parfois décontextualisées, ce qui peut en infléchir le sens. La parole sortie de son contexte prend valeur d’exergue, de maxime, de sentence, de catéchisme : « Ce qu’il faut dire à nos enfants » était ainsi le titre d’un panneau didactique d’une exposition organisée avec la ville du Havre, reprenant des paroles d’habitants issus de l’immigration et destiné à circuler dans les écoles.

16La nécessité de contextualiser l’artefact exposé ne touche pas que les portions de paroles, mais bien l’ensemble des documents mis en scène dans la muséographie, que celle-ci soit classique ou multimédia.

Restitution par le film de TV

17Le miracle du montage image/son peut permettre d’aboutir à des contrevérités sans limites, à partir d’un témoignage ; les plans sont plus ou moins mis en scène (champ-contrechamp, etc), pour respecter le langage conventionnel du cinéma. Le dessein du journaliste ou du réalisateur est toujours emprunt de partis-pris, présupposés, choix, qui sont la base même du projet.

Restitution par le film de documentaire, réalisé ou non par un ethnologue

18Le film documentaire plan fixe en temps réel de l’action ou du discours tel qu’il a pu être réalisé de façon expérimentale par Jean-Dominique Lajoux (CNRS audiovisuel) tend à réaliser la restitution la plus fidèle possible de la performance ou de l’action. Il vise, par exemple, à rendre compte le plus objectivement possible de gestes ou de paroles habituellement rejetés du produit final, car jugés trop longs, non spectaculaires, non « représentatifs », etc. Utilisé même dans le cinéma de fiction sous forme de plan-séquence (voir le célèbre Profession reporter d’Antonioni), ce type de regard ne peut de toute façon rendre compte de la globalité d’un fait humain dont certains aspects échappent nécessairement au regard de l’observateur. De plus, ce mode de travail appliqué au cinéma ethnographique se heurte à de nombreux obstacles, entre autres celui de l’attention du spectateur, nécessairement limitée.

19Même tourné et/ou monté par un anthropologue, le film documentaire ne saurait de toute façon constituer autre chose qu’un compromis à partir de la perception de la réalité et des moyens d’en rendre compte à un public donné.

Restitution par l’autofilm

20Je souhaiterais ici évoquer brièvement l’expérience tentée par la Scène nationale le Volcan du Havre, autour de « cartes postales filmées » réalisées par des personnes issues de l’immigration. Assistés par des professionnels de l’audiovisuel, les auteurs ont réalisé des courts métrages porteurs d’un message de leur choix et de leur plume sur leur identité et leur itinérance. Évidemment imprégnés de toute la subjectivité qu’on imagine, et avec l’assistance non neutre des conseillers techniques en cinéma, ces témoignages constituent un mode de médiation du témoignage oral intéressant.

Restitution par la parole enregistrée et contextualisée

21Différents produits culturels permettent aujourd’hui d’utiliser la parole comme document central ou d’accompagnement d’un propos pédagogique, documentaire ou muséographique (CD Rom, bornes sonores dans des expositions, accompagnant ou non des objets). Le concepteur peut ainsi multiplier les moyens de contextualisation des témoignages, mais toujours dans les limites de digestibilité du produit. Comme d’habitude l’utilisation des paroles est soumise à une autorisation légale accordée par le locuteur. Faute de l’avoir acquise, certaines productions ont parfois été astreintes à rendre le témoignage anonyme en le faisant réinterpréter par des comédiens. Ce traitement extrême entraîne évidemment une grande déperdition qualitative.

Restitution par le contage

22Selon un processus bien connu de la littérature orale dans toutes les sociétés, les récits porteurs de sens sont écoutés, recueillis et transmis par des conteurs, amateurs ou professionnels. Ce genre social et littéraire connaît aujourd’hui un grand enthousiasme.

23Le conteur est-il est un médiateur ou un auteur ? Il revient évidemment en priorité aux conteurs eux-mêmes de répondre à cette question délicate. On cherchera tout d’abord à déterminer quel est le lien de proximité ou de parenté entre le conteur et le locuteur dont il tient ses sources. Lorsque le conteur conte les chantiers navals du Trait sur les bords de la Seine, il raconte d’abord son enfance sur place, la blessure de la fermeture des chantiers, ce qu’il a vu et entendu tout au long de sa vie au Trait, et enfin les témoignages plus ou moins récents qu’il a continué à collecter puis à enregistrer. Il puise enfin une partie de son inspiration dans les documents (écrits, photos, lettres) qu’il a également collectés parfois récemment auprès d’anciens du chantier. Il agit tout à la fois du dedans et du dehors, en enfant du pays, en historien. Il se soucie tout à la fois de pérenniser la mémoire matérielle et immatérielle de la communauté à laquelle il se sent appartenir, mais il s’exprime également en tant qu’artiste dans sa performance. Lorsque le conteur mime, par une sorte de chorégraphie, les postures des métallos ou des riveteurs, il crée tout autant qu’il rapporte et qu’il témoigne. Là encore, nous voilà dans la subjectivité la plus totale. Quel que soit le rapport entretenu avec la mémoire, qu’elle soit matérielle ou immatérielle, l’important n’est-il pas de commencer par reconnaître que le rapport que nous entretenons avec elle est imprégné d’affectivité ?

Quelques titres récents d’une littérature scientifique qui marque un intérêt croissant pour la mémoire orale.

Notes

1 2005, Havre du monde, Portraits d’immigrés, Sainte Marguerite sur Mer, éditions des Équateurs.

Table des illustrations

Légende Quelques titres récents d’une littérature scientifique qui marque un intérêt croissant pour la mémoire orale.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5141/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 154k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search