Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Mémoire orale

 | 
François Calame
, 
Jean–Pierre Castelain
, 
Pierre Schmit

Introduction

Quelle place pour la mémoire orale dans les politiques patrimoniales ?

Denis Chevallier

Texte intégral

1Merci pour votre accueil en Normandie où je suis particulièrement heureux de me retrouver en terrain de connaissance. Je retrouve des collègues avec qui j’ai eu toujours plaisir à travailler : mon ami François Calame qui m’a convaincu de venir vous parler aujourd’hui ; Pierre Schmit ; Alain Joubert ; Dominique Parthenay avec qui j’ai une passion commune pour le Vercors puisque j’y ai fait mes premières armes d’ethnologue.

2Cette rencontre inattendue me permet de rentrer directement dans notre sujet ; vous allez comprendre pourquoi. À la fin des années soixante-dix j’ai eu l’occasion de collaborer à un programme du CNRS : l’action thématique programmée (ATP) « ethnotextes ». Ce programme consistait à recueillir systématiquement des textes oraux. Il avait permis de monter, entre le Parc régional du Vercors et le musée dauphinois, une autre opération dont Dominique Parthenay se souvient sûrement, l’Inventaire du Patrimoine Iconographique et de la Mémoire Orale du Vercors (IPIMOV) qui nous avait amenés à collecter très systématiquement les témoignages oraux des habitants du Vercors, de toutes catégories, de toutes qualités, de tous statuts, et de réaliser dans la foulée une restitution de ces données aux populations enquêtées sous la forme itinérante d’un muséotente ou parfois sous celle plus pérenne de « maisons de la mémoire » où les gens pouvaient, grâce à des casques, écouter des montages que l’on avait faits à partir de leurs paroles. Voilà pour ce rappel très personnel.

3Comme vous m’avez demandé d’introduire ces journées, je voudrais tout d’abord évoquer brièvement l’histoire de notre discipline, l’ethnologie, dans ses relations avec d’autres disciplines comme l’histoire, la linguistique ou la dialectologie.

4Pour nous anthropologues, le témoignage oral, l’oralité est, avec l’observation directe, la source principale sur laquelle nous travaillons. La plupart des cultures humaines se sont développées sans autre moyen de transmission de l’information que la parole humaine, et sans autre moyen de stockage que la mémoire individuelle. La question de la mémoire orale est donc au cœur des disciplines anthropologiques au sens large du terme, qui intègrent aussi bien l’ethnologie et la sociologie que l’histoire, les sciences linguistiques et d’autres disciplines qui portent sur les sociétés dans leur environnement comme la géographie humaine.

5Ces paroles, ces témoignages ne vont pas sans poser question sur leur pertinence et sur leur validité d’un point de vue épistémologique. J’en prends pour preuve les relations complexes, parfois difficiles entre l’histoire et l’ethnologie et donc sur la confiance que l’on fait au sources orales par rapport à l’écrit.

6L’historien Philippe Joutard fait dans son ouvrage intitulé Ces voix qui nous viennent du passé une bonne synthèse de ce débat entre l’importance de l’oralité et ses rapports difficiles avec une histoire qui veut se fonder sur des faits attestés. Philippe Joutard nous rappelle que le débat sur la validité de l’oral par rapport à d’autres sources se pose dès les origines des sciences historiques. Les historiens de l’antiquité comme Hérodote ou Thucydide se fondaient sur les témoignages oraux. Thucydide dans la préface de sa guerre du Péloponnèse signalait déjà les problèmes qu’il rencontrait à faire une description des faits passés. Je le cite quand il se pose des questions sur la validité de ses sources : « Il se trouvait que les témoins d’un même événement en donnaient des relations discordantes, variant selon les sympathies qu’ils éprouvaient pour l’un ou l’autre camp ou selon leur mémoire ». Pourtant, bien que ces sources soient sujettes à caution, elles sont utilisées par les précurseurs des ethnologues. Philippe Joutard évoque le moine Ioan Caioni qui, au XVIIe siècle, se met à collecter des hymnes et des mélodies religieuses dans la région d’Europe qui correspondait à l’époque à la Roumanie. Un autre habitant de ces terres-là, Ion Neculce, administrateur de la Moldavie du sud au début du XVIIIe siècle, avait placé au début de ses annales quarante-deux légendes historiques, qui, disait-il, sont écoutées d’homme en homme par les anciens et les vieillards.

7Pourtant, si l’on utilise la mémoire orale comme une source historique, cette source est contestée. En France au XVIIe siècle, un Jean-Baptiste Thiers se met bien à l’écoute du peuple mais ce sera pour mieux dénoncer des pratiques qu’il juge superstitieuses. Et ainsi, dans notre pays comme le note encore Philippe Joutard, au moment où se fonde et se construit la science historique, « tout se passe comme si l’historiographie française avait une allergie invincible à l’égard de la tradition orale qui, dans d’autres pays, est ferment d’unité et fournisseur de la mythologie nationale ». À l’appui de cette remarque on pourrait citer un des fondateurs de la science historique, Charles Seignobos, qui disait dans son introduction aux études historiques qui furent éditées en 1899 : « La tradition orale est par sa nature une altération continue, aussi dans les sciences constituées, n’acceptera-t-on jamais que la transmission écrite. Les historiens n’ont pas de motif avouable de procéder autrement tout du moins lorsqu’il s’agit d’établir un fait particulier. Il faut donc rechercher dans les documents écrits, les affirmations venues de la tradition orale pour les tenir en suspicion. »

8Vous voyez que du côté des historiens la source orale, la mémoire orale, n’est pas valorisée. Il faudra attendre la deuxième moitié du XXe siècle pour que, effectivement, un certain nombre d’historiens s’intéressent aux cultures populaires, et fassent appel aux sources orales.

9De leur côté, les ethnographes, ceux que l’on appelle alors les folkloristes, n’ont pas, bien au contraire, les mêmes réticences vis-à-vis des sources orales. En 1804, la création de l’Académie celtique inaugure la mode des grandes enquêtes : l’enquête de Fortoul sur les langues, les collectes de chansons de la Villemarqué en Bretagne ou de Tiersot dans les Alpes, etc.

10Il faut noter ici que cette volonté de connaître les cultures des gens correspond à la création des nations modernes à partir de la fin du XVIIIe siècle. Les grands précurseurs de la collecte des traditions orales sont aussi des militants des cultures nationales comme les frères Grimm, des philosophes comme Herder, des romantiques comme Goethe. À cette époque, la littérature orale est mobilisée pour construire l’idée de la nation. L’ethnologue norvégien Orvar Löfgren inscrit la culture orale dans une sorte de « kit identitaire » qui correspond à un ensemble de procédures d’élaboration des cultures nationales, qu’il s’agisse d’établir la continuité avec de grands ancêtres, de mettre au jour une série de héros parangons des vertus nationales, de valoriser la langue comme expression de l’âme de la nation. N’oubliez pas que Herder fonde la nation allemande sur l’expression de la langue allemande et considère qu’il y a une relation, je dirais, charnelle entre le peuple et sa langue. Et que valoriser une langue, c’est valoriser le peuple et sa culture. Il y a aussi dans ce kit et dans ces manipulations qui sont réalisées à ce moment-là, des monuments culturels, un folklore qui tient beaucoup évidemment à des expressions orales. Löfgren énumère aussi des hauts lieux, un paysage typique, une mentalité particulière, des représentations officielles, un costume, des spécialités culinaires et parfois un animal emblématique. Tous ces ingrédients, ce kit, vont alors permettre de construire l’idée des nations qui vont utiliser ces traits identitaires pour revendiquer leur indépendance. Pour l’empire des Habsbourg, ce fut le cas des nationalismes hongrois ou tchèques, ou pour le monde scandinave, celui du nationalisme norvégien.

11À la période contemporaine, cette culture orale populaire est mise en valeur par les historiens qui ont pris conscience qu’il y a là tout un pan de l’histoire du peuple qui leur échappe, celle des classes sociales populaires, paysannes et ouvrières. Il faut citer les historiens de l’Ecole des Annales qui comme Lucien Febvre dans ses travaux sur les artisans ou sur le folklore des enfants furent dans les années trente des précurseurs. Mais Il faut attendre les années soixante pour que ces travaux soient très largement diffusés dans le grand public. On se souvient de grand succès comme Grenadou, paysan français qui est publié en 1966, Mémé Santerre, Le cheval d’orgueil, Gaston Lucas serrurier. Tous ces ouvrages sont proposés et commentés par des historiens, tous accordent une place à la parole et à la mémoire orale. En 1975 aux États-Unis ce sont des historiens qui s’intéressent aux archives orales de la sécurité sociale. Ils collectent ainsi la parole des fondateurs, des usagers, des agents. En France, viendront ce que l’on a appelé les ATP ethnotextes que lancent l’historien Philippe Joutard et le dialectologue Jean-Claude Bouvier. Ce travail permettra d’engranger une immense quantité de paroles enregistrées sur bandes magnétiques, qui sont conservées aux Archives nationales ou dans les musées.

12Collecter, archiver furent les premières préoccupations de ceux qui se sont intéressés à la mémoire orale mais bien vite se posa la question de la conservation de ce matériel. En 1911, les archives de la parole à la Sorbonne furent les précurseurs de la phonothèque nationale qui ouvre en 1938. Ces organismes inaugurent un ensemble de politiques concertées au niveau de l’État bien vite relayé par des associations comme Dastum en Bretagne, l’UPCP en Poitou.

13Parler de la collecte de la mémoire orale à cette époque de la fin des années soixante c’est aussi évoquer les nouvelles dimensions du patrimoine qui doit être abordé de façon globale.

14Les parcs naturels furent un excellent terrain d’expérimentation de cette nouvelle façon d’approcher le patrimoine qui entraîne de nouvelles conceptions de la protection qui prend un caractère global mais concerté avec les différents acteurs afin de sauvegarder, au sens de « garder sauf », des ensembles culturels vivants.

15Je pense ici aux ZPPAUP, les zones de protection du patrimoine architectural urbain et paysager. Il s’agit de faire désigner par les usagers quels sont les éléments, quels sont les objets qui font sens sur les territoires, c’est-à-dire font patrimoine pour les usagers. On s’attend à ce que les gens désignent une cathédrale, une place publique, un édifice, une école, un édifice plutôt ancien, voire parfois un arbre ou un jardin comme des éléments importants qui sont importants pour eux. Mais ce n’est pas toujours le cas, car pour faire ce travail de mise au jour des composantes du territoire vécu il faut faire appel à la mémoire. Ce qui va ici justifier le choix de tel ou tel objet c’est la façon dont il s’inscrit dans la mémoire individuelle ou collective. Dans le cas de la ZPPAUP du Planay en Vanoise, un petit village de montagne, on avait eu la surprise de constater que l’objet patrimonial désigné par les habitants n’était pas la chapelle baroque ou tel édifice particulier, mais des façons de faire constructives, des techniques de construction. La démarche a donc consisté à faire appel à une certaine forme de mémoire, une mémoire technique, pour transmettre des savoir-faire pour fabriquer les tuiles de bois ou les pavés des rues ; la mémoire orale est ressortie comme un outil patrimonial fort.

16Autre exemple d’action pilotée directement par le ministère de la culture et qui se poursuit actuellement : l’expérience des maîtres d’art menée depuis 1994. Elle consiste à désigner chaque année entre cinq et dix artisans d’excellence dans les disciplines des métiers d’art, et de faire en sorte que ces personnes acceptent de transmettre à un apprenti leur savoir-faire technique. L’objectif est de conserver un patrimoine de savoir-faire technique qui ne peut pas être protégé par d’autre moyen qu’une transmission in-situ dans une situation de travail. Là aussi c’est la parole et l’observation du geste qui vont permettre de construire une mémoire technique qui, pour être efficace, devra rester vivante.

17Mon dernier exemple sera pris dans le travail que nous menons aujourd’hui au musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée. Je vais rappeler quelques faits, quelques chiffres. Le musée national des ATP dont nous sommes issus a été créé par Georges-Henri Rivière en 1937. Georges-Henri Rivière a toujours considéré que le patrimoine immatériel et donc la mémoire orale faisait partie du patrimoine du musée, au même titre que les objets à deux et trois dimensions. En 1950 la phonothèque du musée comptait déjà près de 20 000 phonogrammes. Il y en a 80 000 aujourd’hui. Le musée compte aussi plus de 6 431 partitions et 1 500 instruments de musique. Nous disposons par ailleurs de plusieurs dizaines de milliers d’enregistrements sonores.

18Aujourd’hui les collectes touchent de nouveaux domaines comme les musiques électro-amplifiées. Le rock notamment que nous abordons grâce aux archives du célèbre golf Drouot qui ont été acquise par le musée, mais aussi plus récemment le hip-hop. Dans le cadre de la préfiguration du musée à Marseille, nous avons présenté une exposition sur le hip-hop qui nous a permis de mettre au point des dispositifs originaux de restitution non seulement de la mémoire de ce mouvement musical et artistique mais aussi de son actualité. Nous avons organisé au dernier niveau de notre exposition un espace destiné à la création. Un système permettait de créer des rythmes grâce à un tapis musical et de s’enregistrer. On donnait même aux gens la possibilité d’organiser de façon virtuelle des concours de danse que l’on nomme « battle » ce qui a permis au musée dans une certaine mesure d’engranger la mémoire de demain tout en participant à la création contemporaine. Une façon donc de participer à la transmission d’un patrimoine immatériel.

Collecter les mémoires urbaines d’aujourd’hui : le danseur Joel Dirat lors du Battle of the Year, Braunschweig 2006. (D. R.)

19Pour conclure, il me reste à poser quelques questions dont vous vous emparerez certainement pendant ces journées. Par exemple comment intégrer dans un même ensemble, dans un même dossier, des éléments matériels et immatériels, sachant la nécessité de conserver l’objet patrimonial comme un tout ?

20Comment conserver ce patrimoine, comment le restituer sans le figer ?

21Nous n’avons pas de solutions parfaites mais un certain nombre d’expériences à étudier. Je pense ici à ces « chemins qui parlent », imaginés par notre collègue Jean-Luc Obereiner qui consistaient à associer la découverte d’un patrimoine paysager à une mémoire populaire des lieux transmise de façon orale dans des écouteurs.

22Mais, et ce seront mes derniers mots, nous devons toujours avoir en matière de politique patrimoniale, qu’il s’agisse du patrimoine matériel ou immatériel, un regard critique. Nous devons garder à l’esprit que cette quête patrimoniale est une des façons que nos sociétés ont adoptées pour faire un travail de deuil. Mais nos institutions ne doivent pas pour autant être des lieux voués à la nostalgie. Le travail que nous menons tous, chacun à notre niveau, sur la sauvegarde et donc la transmission d’une mémoire orale, doit nous aider à ne pas céder à cette facilité mais à faire du patrimoine un instrument pour mieux vivre le présent et construire l’avenir.

Table des illustrations

Légende Collecter les mémoires urbaines d’aujourd’hui : le danseur Joel Dirat lors du Battle of the Year, Braunschweig 2006. (D. R.)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5137/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 109k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site