Version classiqueVersion mobile

La Mémoire orale

 | 
François Calame
, 
Jean–Pierre Castelain
, 
Pierre Schmit

Une histoire, des mémoires

Jean-François Carenco, Cyrille Schott, Philippe Duron et Alain Le Vern

Texte intégral

1L’histoire permet, dit-on, de panser les plaies de la mémoire. En effet, la mémoire n’est pas l’histoire. Pourtant, elle se nourrit incontestablement des histoires. Dans notre pays de droit et de tradition écrits, le rôle formidable joué par la mémoire collective a trop longtemps été négligé. Juristes ou historiens ont longtemps suspecté ou dédaigné ces sources, considérées comme peu fiables.

2Aujourd’hui, au contraire, on assiste à une inflation du phénomène de mémoire qui rejoint et, parfois même, envahit l’actualité. Le passé récent, l’histoire du XXe siècle, fournit de trop nombreux exemples de la souffrance de personnes isolées ou de peuples entiers. Beaucoup d’entre eux conservent une soif de communiquer et un besoin de reconnaissance. Ils n’ont souvent que leur parole pour porter témoignage. Les débats récents sur des lois applicables à l’histoire ne sont-ils pas liés à ce développement spectaculaire de la mémoire collective ?

3La question de savoir s’il faut légiférer sur l’histoire fait débat. Les sciences sociales s’attachent aujourd’hui à comprendre le rôle de la mémoire et à aider ainsi le législateur à effectuer certains choix difficiles.

4Tour à tour, ferment de revendication ou de quête parfois véhémente, la mémoire collective est aussi et surtout agent de cohésion sociale. Elle porte la culture des groupes humains. Elle contribue à donner à chacun d’eux la coloration et la saveur qui lui sont propres. Elle aide la société dans son ensemble à élaborer la complémentarité de chacune de ses composantes.

5En Normandie, comme ailleurs, la culture est plurielle, construite grâce à la sédimentation d’apports sociaux et ethniques multiples. La présence de groupes issus d’une immigration plus ou moins lointaine est particulièrement sensible en milieu urbain. Elle est favorisée par la présence des ports et toujours connectée à une demande de main-d’œuvre généralement suscitée par les reconstructions et l’aménagement du territoire d’après 1945. Quels rapports entretiennent les membres de ces groupes avec la tradition de leurs pays d’origine ?

6Quelle est la culture propre aux différents groupes socioprofessionnels ? Existe-t-il une mémoire particulière aux gens de mer, aux ouvriers, aux habitants des différents quartiers, ainsi qu’une manière particulière d’utiliser cette mémoire ? Voilà quelques-unes des questions qui seront développées dans les pages qui suivent.

7Les contributions réunies ici ont été réalisées lors d’un colloque commun aux deux régions Basse et Haute-Normandie, tenu à Rouen en décembre 2005, sous l’égide du CRéCET et de la DRAC de Haute-Normandie, avec le concours des régions de Basse et de Haute-Normandie. Elles aident à placer au cœur du débat public la place de la mémoire, elles contribuent à redéfinir la question très actuelle des identités, à un moment où, plus que jamais, le rôle des pouvoirs publics doit prendre en compte l’enrichissement mutuel des classes d’âge, des quartiers, des corps de métiers ou des terroirs.

8Les catégories sont subtiles, les enjeux socio-économiques parfois cruciaux, et les sensibilités exacerbées. L’anthropologue, le sociologue et l’historien évoluent dans cet univers avec précaution. Leur apport est plus que jamais précieux pour l’avenir de notre société, faite de traditions et de constantes mutations.

Jean-François Carenco
Préfet de la Région Haute-Normandie. Préfet de Seine-Maritime

Cyrille Schott
Préfet de la Région Basse-Normandie. Préfet du Calvados

*

9Dans le cadre de la volonté partagée des régions Basse et Haute-Normandie de promouvoir une coopération dans le domaine culturel, se sont tenues les 9 et 10 décembre 2005, des rencontres ethnologiques interrégionales sur le thème de la mémoire orale.

10En effet, des acteurs intervenant sur des champs de compétences les plus divers (économie, patrimoine, culture...) ont recours de manière privilégiée à la mémoire orale comme outil d’investigation, de connaissance rétrospective et prospective. Conséquence de cette évolution, les collectivités locales sont de plus en plus sollicitées pour être partenaires de ce type de démarche.

11En Normandie, les mutations profondes et souvent même les crises auxquelles ont été confrontées depuis l’après-guerre les activités traditionnelles telles que la pêche, la construction navale, ou la production verrière se sont accompagnées du désir de conserver la trace des savoir-faire, des modes d’organisation du travail, des identités attachées aux métiers à travers les témoignages des derniers professionnels.

12De même le patrimoine bâti et l’urbanisme normands ont longtemps porté les stigmates des destructions massives lors du second conflit mondial. La mémoire orale peut alors être convoquée pour mieux saisir le rapport des habitants à l’espace, à leur cadre de vie. Les études conduites auprès des anciens des cités provisoires de Gonfreville l’Orcher et dans le quartier Saint-Jean Eudes à Caen l’illustrent. Cette question du rapport au territoire et de la définition de celui-ci rejoint une composante centrale des politiques contractuelles régionales en cours d’élaboration.

13Le présent ouvrage propose une transcription écrite de l’ensemble des interventions et contributions orales constitutives du colloque de décembre 2005. Par son processus même de fabrication, ce livre nous place au cœur des enjeux de la mémoire orale : comment transformer un matériau éphémère, la parole, en un support pérenne, l’écrit, avec quelle sélection, quelles techniques d’enregistrement, de restitution, de conservation ?

14L’intérêt croissant pour la mémoire orale découle de l’extension même de la notion de patrimoine. De fait, du XIXe siècle attribuant le statut de patrimoine uniquement à des monuments majeurs, le patrimoine a peu à peu pris en compte des éléments de l’architecture vernaculaire et rurale, puis technique et industrielle. Enfin, en 2003, l’Unesco adjoint au patrimoine matériel sa composante immatérielle. La Normandie a joué un rôle moteur dans l’émergence de la première conscience patrimoniale à travers la création de la commission des Antiquités de Seine-Inférieure (fondée à Rouen en 1818) et de la société des Antiquaires de Normandie (fondée à Caen par Arcisse de Caumont en 1824).

15Aussi, pouvons-nous souhaiter, qu’héritières de ces illustres précédents, les Rencontres ethnologiques interrégionales contribuent, même de manière beaucoup plus modeste, à promouvoir l’intérêt porté, cette fois-ci, au patrimoine immatériel.

Philippe Duron
Président de la Région Basse-Normandie

Alain Le Vern

Président de la Région Haute-Normandie

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search