Version classiqueVersion mobile

L'archéologie en Haute-Normandie, Bilan des connaissances

 | 
Florence Carré

11. Bilan et perspectives

Florence Carré

Texte intégral

11.1. Sites, acteurs de la recherche, activité éditoriale

1Dans la région, les fouilles archéologiques effectuées depuis les années 1980 portent sur des sites du haut Moyen Âge relativement diversifiés puisqu’elles concernent les deux principales villes (Évreux et Rouen ; occupation, cimetières, groupe épiscopal), quelques agglomérations secondaires (occupation et cimetières) et les zones rurales (atelier de potiers, habitats, cimetières et églises). En revanche, le corpus récent est relativement pauvre en ce qui concerne les lieux de pouvoir, et l’archéologie du bâti reste anecdotique.

2Certaines découvertes ont un intérêt qui dépasse le cadre haut-normand en permettant d’aborder des thèmes comme :

  • l’organisation et l’évolution d’un groupe épiscopal (Rouen, « Cour d’Albane » et « Cour des Maçons »),

  • l’origine des habitats groupés médiévaux (Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie),

  • la structuration d’un atelier de potiers (La Londe)

  • l’évolution de l’occupation d’un domaine antique (Guichainville, « Le Long Buisson », IVe-Ve s. ; Isneauville),

  • la typologie et la fonction des églises rurales (Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie ; Romilly-sur-Andelle ; Notre-Dame-de-Bondeville),

  • la transformation d’un édifice antique en lieu de culte (Saint-Martin-de-Boscherville),

  • la réoccupation funéraire de mégalithes (Porte-Joie, « Fosse XIV » ; Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie ; Val-de-Reuil, « Beausoleil »),

  • les pratiques funéraires des élites (Notre-Dame-de-Bondeville ; Louviers, rue du Mûrier ; Longroy).

3À côté de ces sites exceptionnels, qui constituent en quelque sorte la « vitrine régionale », un grand nombre d’interventions, plus ou moins modestes, alimentent les recherches et révèlent par petites touches le quotidien des hommes du haut Moyen Âge : gestion du paysage, habitat, activités, pratiques funéraires et religieuses…

4La matière est fournie essentiellement par les fouilles préventives, quelquefois poursuivies sur plusieurs années, comme celle de Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie. À l’exception de l’habitat d’Aubevoye, « La Chartreuse », abordé lors d’une fouille pluriannuelle portant sur un site néolithique (2005-2008), du cimetière de Longroy (1998-1999) et de l’atelier de potiers de La Londe, (1987-1991), les opérations programmées sont anciennes : ce sont celles du cimetière de Gisay-la-Coudre, de 1975 à 1986, du palais ducal de Fécamp, entre 1972 et 1984, et du site de Saint-Martin-de-Boscherville, en 1981-1982. Il faut donc se contenter d’un corpus dont les faiblesses et les forces sont celles de l’archéologie préventive.

5Les responsables d’opération, issus jusqu’en 1993 d’horizons variés incluant les associations, sont ensuite recrutés uniquement dans le milieu professionnel (SRA, CNRS, services de collectivités et surtout AFAN - INRAP). La multiplicité des intervenants, parfois extérieurs à la région ou aujourd’hui éloignés de la Haute-Normandie, explique en partie l’absence de travail collectif sur le haut Moyen Âge. Elle ne facilite pas la continuité des recherches dont la coordination est principalement assurée par le SRA.

6Elle ne favorise pas non plus une démarche éditoriale. Si les rapports sont en majorité rendus et constituent la base de la recherche régionale, les publications sont encore insuffisantes en regard du nombre de sites, quoique le diagramme donne une image positive de l’activité éditoriale (fig. 89). Il s’agit en majorité d’articles de synthèse généraux à destination locale (36 depuis 1990) ou nationale (56 depuis 1990), d’études sur des points spécifiques (mobilier, méthodologie : une cinquantaine depuis 1990), de travaux destinés au grand public (24 depuis 1990) et rarement de monographies (2 monographies de cimetières, 1 de site monastique - résidentiel, 3 CAG, 1 catalogue de mobilier). On peut en particulier déplorer l’absence de données détaillées sur des sites majeurs qui sont aujourd’hui utilisés comme références sur la base d’articles de synthèse très interprétatifs où la documentation brute est absente (Saint-Martin-de-Boscherville, Rouen, « Cour des Maçons » et « Cour d’Albane », Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie ou Notre-Dame-de-Bondeville). Par ailleurs, il serait intéressant d’envisager la publication conjointe d’ensembles comparables et complémentaires, comme les petits cimetières de Saint-Just, Eu et Courbépine, ou encore les habitats de Guichainville.

Fig. 89 – Nombre et type de publications par an depuis 1990 portant sur des sites du haut Moyen Âge hauts-normands (F. Carré).

7Les travaux universitaires portant sur des sites ou des thèmes régionaux sont peu nombreux depuis 1990 (4 thèses, 2 DEA et 9 maîtrises ou masters dont deux en cours). Ils émanent des établissements de Rouen et Caen, mais également de Bordeaux, Paris I, Nanterre et Rennes. Ils sont rares entre 1999 et 2008, en raison d’une dynamique régionale nettement orientée vers les fortifications médiévales au détriment d’autres problématiques. La mise en place d’une collaboration entre le SRA et l’université de Rouen depuis 2009 devrait permettre d’aborder, à moyen terme, dans le cadre de masters, des sites ou des questions restées en suspens dans les recherches régionales.

11.2. Impact de la politique nationale et régionale

8L’évolution des connaissances archéologiques, principalement due à l’archéologie préventive, est de ce fait la conséquence directe du mode de gestion du SRA, lui-même généré en grande partie par la législation. En 15 ans, de véritables mutations ont eu lieu et d’autres s’amorcent encore. Leurs conséquences ne sont pas identiques pour toutes les périodes mais aussi pour tous les secteurs.

9Les opérations en milieu urbain sont en diminution depuis 1996. De plus, elles ne portent que rarement sur des vestiges du haut Moyen Âge, très discrets dans le centre des villes (fig. 1). Bien que les dossiers d’aménagement soient transmis systématiquement au SRA, la recherche de solutions techniques pour éviter les fouilles, en raison de l’augmentation des coûts qui met souvent en péril l’équilibre budgétaire des projets, limite les observations archéologiques. Les grands projets d’aménagement de la région (métro-bus, parkings souterrains) sont achevés sauf exception (Port 2000 au Havre) ; les travaux sont reportés en périphérie des villes (ZAC). Il faut donc rester extrêmement vigilants pour recueillir le maximum d’information des quelques opérations menées dans les centres urbains : le bilan fait apparaître l’indigence des données dont nous disposons.

10Les petites agglomérations constituent le maillon faible de la gestion archéologique. La plupart, en attente de zonage, ne font l’objet que d’un suivi discontinu, voire inexistant par le SRA : peu de permis d’aménager sont traités. Il y a pourtant de nombreuses questions en suspens sur la transition entre l’Antiquité et le Moyen Âge ; en effet, les données archéologiques permettant de comprendre l’évolution, au cours du haut Moyen Âge, du statut ou encore des formes de l’habitat, sont particulièrement rares. Seuls deux sites, l’habitat des Andelys et le cimetière de Louviers, ont offert récemment des perspectives sur ce sujet.

11En milieu rural, le nombre d’opérations est relativement régulier depuis 1999 (fig. 1). Il bénéficie de la mise en place de la gestion des ZAC et des lotissements par le SRA. En revanche, le seuil de consultation du SRA pour les permis d’aménager est passé au cours de l’année 2008 de 1 à 3 ha (application tardive du décret 2004-490 du 3 juin 2004), ce qui apportera sans doute une baisse du nombre de fouilles à partir de 2011, le stock de prescriptions étant encore important. Cette diminution devrait concerner plus particulièrement les zones de plateaux éloignées des centres urbains, où les carrières et les ZAC, très rares, ne compenseront pas la perte des petits lotissements. Il s’agit bien évidemment des secteurs les moins dynamiques, pour lesquels les informations sont déjà anecdotiques (le Pays de Caux, par exemple).

12Ce changement de seuil de consultation frappe aussi de plein fouet l’archéologie en milieu villageois, qui pose déjà un certain nombre de problèmes (Carré et al. 2009). Jusqu’en 2008, les diagnostics effectués au cœur des villages étaient peu nombreux mais réguliers (entre 3 et 10 par an). La morphologie de la majorité de nos villages, à l’intérieur desquels de vastes parcelles sont encore vierges de bâti, permettait d’y pratiquer des interventions archéologiques, bien que le seuil de consultation du SRA soit de 1 ha. Les aménagements villageois portant sur plus de 3 ha sont très rares, et nous allons perdre cette possibilité d’information. Pour faire évoluer la question de l’histoire des villages, il serait nécessaire d’en suivre un certain nombre comme des sites urbains, en traitant de toutes petites surfaces. Il est évident que ce travail est de longue haleine mais il permettrait à long terme d’asseoir la réflexion sur des bases fiables. Le choix de l’échantillon est cependant très délicat : il faut sélectionner des villages encore peu touchés par les aménagements non surveillés des 30 dernières années, mais dont le développement s’accélère, pour obtenir régulièrement des données.

13Néanmoins, il devient urgent de mettre en place des solutions pour la gestion de ce patrimoine : l’histoire des villages reste d’actualité, nous ne disposons pas de plus d’éléments sur leur formation qu’il y a 20 ans, et restons dans l’impossibilité de comparer les habitats fouillés en périphérie avec ceux qui existent certainement sous les localités actuelles.

14Les choix du SRA en matière de prescription influencent donc directement les résultats obtenus. Ainsi, il peut par exemple décider de privilégier la réalisation de diagnostics dans quelques secteurs ou agglomérations secondaires où les problématiques sont bien définies, comme c’est le cas pour le sud de la ville d’Évreux ou encore Louviers et ses environs. Au-delà de cette simple détermination géographique, le contenu des cahiers des charges annexés aux prescriptions de fouilles est d’une importance majeure dans l’évolution des connaissances, car il est susceptible de générer une véritable dynamique dans le traitement de certains thèmes. L’un des objectifs de ce bilan était d’identifier les lacunes régionales afin d’établir des cahiers des charges qui permettent, dans les années à venir, de maintenir ou d’intégrer la région dans certaines problématiques de recherches nationales. Les chapitres qui suivent évoquent ces perspectives en ce qui concerne les principaux thèmes abordés dans le bilan : l’habitat rural, le domaine funéraire et les édifices religieux.

11.3. Perspectives pour l’étude de l’habitat rural

15La Haute-Normandie a été l’une des régions pionnières dans le domaine de l’archéologie de l’habitat rural du haut Moyen Âge (Carré 1988), dont les questionnements ont été mis en place et progressivement affinés à partir des années 1980 (Peytremann 2003, 2009). Après une vingtaine d’années de recherches régionales, force est de constater que ces habitats restent en partie hermétiques à notre perception, en raison des difficultés de lecture chronologique et de l’apparente désorganisation de l’espace. Le bilan témoigne de ces problèmes, qui pourraient être partiellement résolus par l’approfondissement des études synthétiques et interprétatives, par exemple sur l’organisation spatiale, l’architecture des bâtiments ou les modes de stockage des habitats régionaux. En revanche, pour ne pas limiter le propos à une énumération de structures ou d’ensembles, il faut interroger différemment ces vestiges, en particulier par des études paléoenvironnementales qui devraient permettre une caractérisation des pratiques agricoles et de l’alimentation. Leur enjeu est important : la mise en évidence de constantes ou de particularismes, d’évolutions ou de mutations des activités ou de l’alimentation peut s’avérer cruciale dans l’interprétation et la hiérarchisation des habitats. L’un des objectifs majeurs est donc le développement de ces travaux, encore rares dans la région. Il est également possible et souhaitable de reprendre certaines données recueillies depuis 1985, en particulier dans le domaine de l’archéozoologie, où le mobilier est encore disponible. Il en est de même pour d’autres activités, comme la métallurgie, dont le rôle dans la définition des statuts des habitats peut s’avérer non négligeable.

16Il serait intéressant d’analyser les résultats paléoenvironnementaux obtenus dans d’autres régions pour réfléchir sur les attentes des archéologues. En effet, il ne s’agit pas de juxtaposer aux données archéologiques classiques des données paléoenvironnementales, mais de les utiliser pour mieux percevoir ces vestiges austères d’habitats. Ainsi, la réponse négative d’un palynologue en fonction de la quantité de taxons peut être discutée, si la question posée est celle de l’identification des variétés cultivées dans le secteur : un résultat anecdotique vaut peut-être mieux qu’aucune donnée dans des terroirs où les pollens sont mal conservés. Pour mener ce type de réflexion, les responsables d’opération, qui sont ceux qui vont effectuer le choix des prélèvements sur le terrain ainsi que celui de poursuivre ou non la démarche en fonction des premiers résultats, devraient peut-être avoir accès à des formations spécifiques. Leur questionnement auprès des laboratoires doit être précis pour éviter la disparité des niveaux d’information, simples déterminations ou réflexion plus élaborée.

17De plus, la multiplicité des intervenants ne doit pas s’opposer à la réalisation de travaux plus synthétiques. Sur le seul site régional où ces études sont complètes, Guichainville, « Le Long Buisson », elles pourraient être valorisées par une synthèse commune des spécialistes, en particulier ceux de la végétation. En effet, chacun apporte des données qui se rattachent à des thèmes différents, paysage, cultures, élevage, alimentation etc. qui gagneraient à être déployés individuellement à travers une vision transversale.

18À terme, il serait possible de développer des approches plus générales, par exemple celle des pratiques alimentaires, qui couvre à la fois la production et la collecte des ingrédients ainsi que la manière de les préparer (grillage, cuisson, mouture des grains, découpe de la viande, types de foyers et de fours, essences de bois brûlées, fumage, vaisselle utilisée…), et qui fait appel à des sources issues de plusieurs disciplines (palynologie, carpologie, archéozoologie, archéologie, sources écrites). Ce serait un magnifique sujet de thèse…

11.4. Perspectives dans le domaine funéraire

19Le domaine funéraire est particulièrement bien illustré dans la région, qui possède une tradition de recherche sur ce sujet, insufflée par l’abbé Cochet. D’ailleurs, les découvertes anciennes sont encore imparfaitement exploitées et des collections intéressantes reposent dans les musées et aux archives. Le « sondage » réalisé pour le secteur de Louviers en témoigne : malgré leurs importantes lacunes documentaires, les sites de Muids, « Gare », Tournedos-sur-Seine et Saint-Pierre-du-Vauvray apportent des éléments majeurs dans la caractérisation sociale des cimetières fouillés récemment (Carré dir., à paraître).

20Les fouilles des 20 dernières années fournissent un corpus conséquent et varié, tant sur le plan de la dimension des ensembles funéraires (sépultures isolées, petits groupes, cimetières plus ou moins importants) que sur les associations (avec un habitat, une église) ou le choix d’implantation (sur un mégalithe, un fanum ou une villa). Les cimetières urbains sont néanmoins peu concernés, les opérations ayant porté en majorité sur des inhumations postérieures au Xe s.

21La documentation provient essentiellement de rapports plus ou moins détaillés. Un gros travail d’étude et de publication reste donc à faire, et il s’avère ardu pour les fouilles antérieures à 1994, qui ne disposent plus de financement. En effet, ces sites funéraires requièrent des moyens considérables : l’étude anthropologique, la restauration et le dessin du mobilier, sans lesquelles l’enquête ne peut réellement aboutir, sont indispensables, et les analyses complémentaires menées sur les fouilles de Louviers ont montré les résultats que l’on peut obtenir avec quelques moyens supplémentaires (étude des textiles, détermination des essences de bois, datations 14C). Ces coûts expliquent en partie le retard de publication, les subventions ne prenant pas en charge les études qui n’ont pas pu être réalisées en post-fouille. De plus, sur les 14 opérations récentes, cinq n’ont pas eu de moyens de restauration. Le report des coûts sur les musées régionaux est illusoire, ces derniers n’ayant pas non plus de budgets suffisants.

22Au-delà de cet objectif d’étude et de publication de chaque cimetière, une approche comparative peut être envisagée. Elle compléterait efficacement la démarche de hiérarchisation des habitats. Elle se heurte néanmoins au problème de la disparité des travaux. Ainsi, la mise en œuvre de la publication du site de Louviers a montré qu’il est laborieux de trouver une documentation qui permette des comparaisons régionales, pour des questions comme celle de l’état sanitaire des populations, ou celle des éléments en matériaux périssables (aménagements et surtout textiles et cuirs). La première est entravée par l’évolution des grilles de lecture et les différences de traitement des squelettes selon les spécialistes sollicités. La seconde est encore au stade expérimental et documentée essentiellement par l’anthropologie de terrain. La disparité des enregistrements d’anthropologie de terrain et des résultats ou hypothèses qui en découlent est un frein important à l’évolution de la réflexion sur les éléments funéraires périssables, tant architecturaux que mobiliers. La difficulté reste maintenant d’avancer tous dans le même sens en produisant des documents comparables ; cela nécessite l’utilisation d’un enregistrement équivalent des os et du mobilier et une concertation des responsables collaborant à un objectif précis. Cette démarche est encore loin d’exister à l’échelle régionale, alors même qu’il serait tellement souhaitable qu’elle le soit déjà à l’échelon national !

23Les constats qui précèdent témoignent de l’ampleur de la tâche qui reste à accomplir sur les fouilles passées, du besoin de réflexion et de bilan sur les méthodes utilisées et leurs résultats pour aboutir à une démarche commune. La production de données fraîches ne doit pas pour autant être limitée : de nouvelles exigences intellectuelles apparaissent régulièrement dans les techniques d’enregistrement ou d’étude, pour répondre à l’évolution des questionnements. Cela implique la nécessité, pour les responsables d’opération, de maîtriser au mieux les problématiques et les techniques du moment.

24Enfin, au-delà de cette approche technique des sépultures, les objectifs ne doivent pas être oubliés : il s’agit non seulement d’établir des référents typo-chronologiques mais aussi de faire progresser la réflexion sur la signification – historique, religieuse et anthropologique – des différences ou des changements observés dans les pratiques funéraires (Treffort 2010).

11.5. Question des édifices religieux

25Les établissements monastiques avérés sont peu concernés par les interventions archéologiques, qui se limitent à des sondages ponctuels dans le cadre de travaux de restauration, plus rarement à des études du bâti.

26Néanmoins, la Haute-Normandie offre des exemples diversifiés d’édifices religieux dont le caractère exceptionnel provient probablement en partie de la rareté des découvertes. Il explique la parution rapide d’articles synthétiques, qui font de ces monuments des références nationales. En revanche, le dépouillement de ces sources fait apparaître l’absence cruelle de publication de type monographique avec une documentation détaillée, qui étayerait véritablement les interprétation proposées.

27En outre, deux démarches pourraient apporter des compléments d’information : une meilleure gestion des travaux effectués dans les églises rurales et la mise en œuvre de fouilles programmées, par exemple sur la partie encore accessible de la nef de l’église de Notre-Dame-de-Bondeville.

11.6. Archéologie : un programme commun

28Ces constats thématiques se rejoignent dans une perspective plus générale. La spécialisation des études, bénéfique pour la qualité des résultats dans chaque domaine, a eu tendance à fractionner les questionnements au détriment d’une démarche réellement commune : les spécialistes de l’habitat méconnaissent parfois les problématiques du domaine funéraire et réciproquement, les questions paléoenvironnementales, séparées en plusieurs disciplines, ne sont pas examinées réellement par les archéologues… Des problématiques communes, comme celle de la hiérarchisation des communautés, sont abordées par chaque intervenant sans perspective plus globale. Les clivages observés entre les utilisateurs des sources écrites et archéologiques tendraient, si l’on manque de vigilance, à s’installer au sein même de la discipline archéologique. De véritables collaborations sont nécessaires à l’évolution des connaissances, et la difficulté à surmonter est en partie la conséquence de cette spécialisation. Sa gestion encore maladroite va probablement se structurer.

29Un autre type de morcellement se profile également dans la région : l’ouverture de l’archéologie à la concurrence s’est illustrée en 2009 par l’attribution de deux tranches de fouille d’un même habitat à des opérateurs différents (Honguemare-Guénouville). L’inquiétude suscitée par cette évolution contrainte est normale, le caractère mercantile et politique de ce nouveau cadre paraissant peu compatible avec l’exercice d’une activité scientifique dont l’évolution repose sur un processus de collaborations. L’exercice est particulièrement difficile dans la région en ce qui concerne la chronologie des habitats ruraux, qui repose en grande partie sur la datation de petits fragments de céramique effectuée jusqu’à présent par un spécialiste de l’INRAP, qui met en application plus de 15 ans d’observations et d’études. Ses publications ne permettent pas d’appréhender véritablement la pâte, alors qu’elle reste souvent le seul indice datant en l’absence d’élément de forme. À moins d’une coopération, les datations des sites fouillés par d’autres opérateurs perdront en fiabilité pendant quelques années.

30Depuis les années 1990, l’archéologie préventive a généré un apport considérable de données sur le haut Moyen Âge. Afin de poursuivre cet essor et pour l’avenir de la discipline, il faut donc espérer que les archéologues et leurs structures respectives parviendront à éviter la rupture apportée par le phénomène de concurrence et à établir de fructueuses collaborations.

MUN : service archéologique municipal ; UNIV : université ; MUS : musées départementaux de Seine-Maritime ; ASSO : association ; MADE : mission archéologique départementale de l’Eure ; SMAVE : service municipal d’archéologie de la ville d’Eu.
Fig. 90 et 91 – Listes des opérations régionales mentionnées et des responsables (diagnostics et sondages en italique). Les responsables des diagnostics qui ont été suivis de fouilles ne sont pas cités.

Table des illustrations

Légende Fig. 89 – Nombre et type de publications par an depuis 1990 portant sur des sites du haut Moyen Âge hauts-normands (F. Carré).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5114/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende MUN : service archéologique municipal ; UNIV : université ; MUS : musées départementaux de Seine-Maritime ; ASSO : association ; MADE : mission archéologique départementale de l’Eure ; SMAVE : service municipal d’archéologie de la ville d’Eu.Fig. 90 et 91 – Listes des opérations régionales mentionnées et des responsables (diagnostics et sondages en italique). Les responsables des diagnostics qui ont été suivis de fouilles ne sont pas cités.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5114/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5114/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 866k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search