Version classiqueVersion mobile

L'archéologie en Haute-Normandie, Bilan des connaissances

 | 
Florence Carré

9. Échanges

Florence Carré, Yves-Marie Adrian et Jens-Christian Moesgaard

Texte intégral

  • 1 Sur le plan archéologique bien sûr. Sur le plan historique, voir Musset 1969 et Le Maho 2004e.

1Le thème des échanges est essentiellement documenté par la circulation des produits1. En effet, les infrastructures, chemins, voies, ports, quais ou encore gués, sont globalement peu abordées par les opérations archéologiques, comme nous l’avons vu dans les chapitres qui précèdent (cf. 4.2 et 5.3.6). Le mobilier funéraire initie souvent des réflexions sur la circulation des objets, témoignant de celle de populations ; cette question est très brièvement abordée dans ce chapitre, tout comme celle des vikings.

9.1. Monnaies2

  • 2 Jens-Christian Moesgaard, Musée national du Danemark.

2Lorsqu’on utilise la monnaie pour étudier les échanges, il convient de distinguer sa fabrication et son utilisation. Pour le haut Moyen Âge, les textes attestant l’utilisation de la monnaie sont extrêmement rares ; les découvertes monétaires constituent la plus grande partie de la documentation disponible. L’étude de la circulation monétaire est donc largement dépendante de l’archéologie, c’est pourquoi elle sera abordée plus longuement ici après une présentation succincte de la fabrication.

9.1.1. Fabrication

3L’étude de la fabrication monétaire vise à établir le corpus des types, leur datation et leurs lieux de frappe, ainsi que l’ampleur des émissions. La datation a été abordée de manière générale dans le chapitre 2. Ici, il sera question plus spécifiquement des émissions faites dans la future Haute-Normandie.

4Le monnayage issu des invasions était la continuation du monnayage tri-partite, or-argent-bronze, du Bas-Empire. Très vite, le monnayage en bronze fut abandonné, suivi de celui d’argent, et seule la fabrication des tiers de sou (trientes) en or subsista. Vers 675, les trientes furent remplacés par les proto-deniers d’argent. Pour la période mérovingienne, on connaît des monnaies frappées à Rouen (au nom de la cité, de l’église et de Saint-Ouen), à Jumièges et dans le Vexin, ainsi que peut-être à Évreux (parfois les noms de lieux inscrits sur les pièces sont difficiles à interpréter). Ce nombre d’ateliers est réduit par rapport à d’autres régions. En revanche, Rouen se situe parmi les ateliers prolifiques sur le plan national.

5Pour l’étude de ces monnaies mérovingiennes hautnormandes, nous en sommes toujours réduits à utiliser les corpus classiques du XIXe s. (Belfort 1892-1895 ; Prou 1892), complétés par quelques travaux ponctuels (par exemple Lafaurie 1978), par les catalogues raisonnés de collections de musées (par exemple Delaporte 1978) et ceux édités à l’occasion d’expositions (par exemple Lafaurie 1985 ; Pilet-Lemière, Moesgaard 1993) ou de ventes aux enchères. Un recensement complet reste à faire ainsi qu’une étude typo-chronologique incluant les données métrologiques et métallurgiques, à l’instar de celle menée par B. Leroy (2008) pour la Bretagne.

6Les Carolingiens réussirent à renforcer le contrôle central du monnayage, et à imposer une circulation homogène, à l’exclusion des monnaies étrangères ou anciennes. Seuls deniers et oboles (demi-deniers) furent fabriqués. En Haute-Normandie, on connaît des monnaies issues des ateliers de Rouen, d’Évreux et du Talou (fig. 13). Pour leur étude, les ouvrages classiques restent indispensables (Gariel 1883-1884 ; Prou 1896), utilement complétés par les listes d’exemplaires présentées dans les ouvrages plus récents, mais imprécis dans le détail des attributions et datations (Morrison, Grunthal 1967 ; Depeyrot 1993). Trois nouveaux types monétaires sont apparus récemment : le denier de Carloman de Rouen (Grut, Mazimann 2005), l’obole du Talou (Daillan 2008, p. 83, n ° 29) et le denier faisant le lien entre les ateliers de Rouen et Quentovic (Moesgaard 2010). Le denier frappé à Rouen au portrait de Charlemagne, réputé disparu depuis le XIXe s., a été retrouvé (Delaporte 1989) et sa date a été précisée à 813-814 (Garipzanov 2005).

7Pour progresser dans notre connaissance des monnaies carolingiennes, il faudrait lancer un recensement de tous les exemplaires connus afin de faire une étude globale par coins. En effet, ces derniers sont fabriqués manuellement et présentent de petites différences. En examinant de près les pièces, on peut déterminer le nombre de coins utilisé pour une émission, ainsi que leur succession. Ceci représente un travail fastidieux, mais fructueux, car il permet d’élucider la chronologie interne des séries, l’organisation des ateliers ainsi que de préciser l’ampleur des émissions. L’étude des monnaies au type GDR (nom tiré de l’inscription Gratia Dei Rex), frappées à partir de 864 à Rouen – l’un des grands ateliers sur le plan national – serait un grand pas en avant. D’autres travaux moins importants et donc plus abordables seraient également souhaitables, sur les produits d’ateliers secondaires tels qu’Évreux (Marquigny 1983) et le Talou, ou encore sur l’émission de 818-822 à Rouen. Une autre piste à explorer est l’étude pondérale et les analyses métalliques. Le poids permet parfois de distinguer plusieurs phases d’un monnayage (par exemple Lafaurie 1965) et les analyses révèlent les variations dans la teneur en argent et quelquefois l’origine du métal (par exemple Sarah et al. 2008).

8Le monnayage normand ducal était le prolongement du monnayage carolingien. Seul l’atelier de Rouen est connu, avec des monnayages au nom du duc, de Saint-Ouen, de Saint-Romain et de l’archevêque. La transition entre les monnaies carolingiennes et ducales a été étudiée récemment (Moesgaard 2007b, 2009). Les monnaies normandes proprement dites ont bénéficié de recherches approfondies par F. Dumas ; son étude du trésor de Fécamp propose une chronologie fine des émissions du duc Richard Ier (942/945-996) (Dumas 1971, complété par : Dumas 1979 ; Dumas, Pilet-Lemière 1989 ; Moesgaard 1998, 2006b, 2009).

9Depuis, quelques monnaies inédites ou rares ont été ajoutées au corpus, attestant notamment l’émission d’oboles (demi-deniers), jusqu’alors inconnue (Dhénin 1995, 1997 ; Merson, Woodhead 1997 ; Le Roy, Moesgaard 1999). Les monnaies de Guillaume Longue-Épée (927/932-942 ; Moesgaard 2007b), du roi Louis IV (942-945 à Rouen ; Moesgaard 2003) et certains types, très abondants, de Richard Ier ont fait l’objet d’une étude par coins (Dumas 1971). Les implications historiques de l’émission au nom de Saint-Romain ont été traitées par J. Le Maho (2000a).

9.1.2. Circulation

10Pour aborder la question de la circulation monétaire régionale, il faudrait disposer d’une documentation importante afin de pouvoir faire des analyses sérielles sur une base fiable. Mais la Normandie n’a pas connu la même multiplication de découvertes que celle qui a permis le renouvellement de l’étude de la circulation monétaire au Danemark et en Angleterre. Au Danemark, par exemple, le nombre de monnaies carolingiennes répertoriées est passé de 9 en 1975 à 54 aujourd’hui. En Normandie, le chiffre n’a même pas doublé pendant la même période (fig. 82, 83 et 84). Cette différence s’explique par la politique vis-à-vis de l’utilisation des détecteurs de métaux par les particuliers, légale sous réserve de communication des découvertes au Danemark et en Angleterre, mais interdite en France. L’étude de la circulation monétaire en Normandie repose donc sur une documentation limitée. Toute étude doit commencer par l’établissement du corpus des découvertes, et dans ce domaine, des efforts considérables ont été faits depuis une trentaine d’années.

Fig. 82 – Tableau récapitulatif des découvertes de trésors en Haute-Normandie, publiées, hors sépultures (chaque trésor comporte quelques monnaies à plusieurs milliers).

Fig. 83 – Tableau récapitulatif des découvertes isolées de monnaies en Haute-Normandie, publiées, hors sépultures (en nombre de monnaies).

Nbre : nombre ; sép. : sépulture.
Fig. 84 – Tableau récapitulatif du nombre de sépultures contenant une ou plusieurs monnaies en Haute-Normandie, d’après les publications.

11Les découvertes de monnaies mérovingiennes ont récemment fait l’objet d’un inventaire exhaustif (Lafaurie, Pilet-Lemière 2003), remplaçant l’inventaire précédent (Lafaurie 1980) et englobant la publication d’un certain nombre de découvertes récentes (Laufaurie 1982 ; Rolland 1983 ; Pilet-Lemière, Le Maho 1990 ; Renoux et al. 1991 ; Mantel et al. 1999). Depuis, quelques compléments ont été publiés (Moesgaard 2005b ; Pilet-Lemière 2008). D.-M. Metcalf a exploité cette documentation de qualité pour faire une synthèse sur la circulation monétaire (Metcalf 2006 ; cf. Metcalf 1993, p. 263-285).

12L’inventaire national des trésors médiévaux par J. Duplessy (1985) couvre les périodes carolingienne et ducale. Une remise à jour pour la Haute-Normandie est en préparation par J.-C. Moesgaard, qui a également publié des inventaires de découvertes isolées de monnaies carolingiennes (Moesgaard 1995, 2006a). Pour la Haute-Normandie, les grands inventaires allemands n’apportent rien de nouveau (Völckers 1965 ; Haertle 1997). Les inventions de monnaies ducales sont couvertes par les travaux de F. Dumas et J. Pilet-Lemière (Dumas 1979 ; Dumas, Pilet-Lemière 1989). Une série d’études de trésors et de sites individuels complète ce panorama (antérieurs à l’an mil : Pilet-Lemière 1979, n ° 45 ; Renoux et al. 1991 ; Crinon, Dhénin 1992 ; Pilet-Lemière 1993 ; Moesgaard 1997 ; Salaün 2000 ; Le Roy, Moesgaard 2000 ; Cardon et al. 2008) et le trésor de Saint-Taurin à Évreux a été réétudié (Moesgaard 2003). Plusieurs études proposent également des analyses assez complètes de la circulation monétaire et ses implications pour l’histoire économique (par exemple Dumas 1971, 1979 ; Metcalf 1990 ; Moesgaard 2007b, 2008a). L’impact des attaques vikings a fait l’objet d’une approche critique (Armstrong 1998). Le premier trésor en Normandie de type viking (associant lingots et monnaies) vient d’être publié (Cardon et al. 2008). Par ailleurs, l’installation des Vikings en Normandie passe presque inaperçue en raison de leur intégration rapide dans la société franque en produisant leur propre monnayage selon le modèle franc (Moesgaard 2007b).

13Si l’on veut tirer un bilan, plusieurs phénomènes s’imposent. Les découvertes isolées forment la catégorie de découvertes ayant progressé le plus vite ces dernières décennies (fig. 83 et 84). Cela permet de tirer des conclusions nouvelles, à peine visibles auparavant, sur la vivacité de la circulation monétaire courante. En effet, parmi les découvertes récentes de monnaies mérovingiennes, les proto-deniers d’argent (vers 675-754) constituent la majorité, contrairement aux découvertes anciennes, dominées par les trientes en or (avant 675 environ), plus faciles à reconnaître et d’une qualité plus attirante pour les antiquaires d’autrefois. L’image que l’on peut brosser aujourd’hui est certainement plus proche de la réalité. On constate que les monnaies issues de fouilles ne représentent qu’une minorité de découvertes. Il convient donc de poursuivre l’enregistrement des découvertes fortuites afin de disposer d’une base de données convenable.

14Dans le cas de l’utilisation des monnaies comme dons dans les sépultures, deux constats s’imposent (fig. 84). Premièrement, leur domination flagrante parmi les découvertes anciennes s’estompe petit à petit. En effet, si les archéologues du XIXe s., tel l’abbé Cochet, privilégiaient la fouille des cimetières, l’éventail des sites fouillés est aujourd’hui beaucoup plus diversifié. Deuxièmement, ce phénomène concerne en premier lieu la période mérovingienne. Des monnaies romaines sont fréquemment découvertes dans les tombes des VIe-VIIIe s., en guise d’offrandes comme à Hondouville où elles sont placées dans la bouche d’un défunt (Roussel 1979), ou encore utilisées pour orner le costume, comme dans la sépulture 107 de la rue du Mûrier à Louviers (Pilet-Lemière 2008). De plus, les argentei du VIe s. sont nombreux, les trientes d’or des VIe-VIIe s. fréquents mais les proto-deniers d’argent absents. À l’époque carolingienne, les monnaies dans les tombes sont rares puis disparaissent complètement.

15Il reste des lacunes dans nos connaissances sur la circulation monétaire, plus attribuables au manque de documentation qu’à celui d’études. Dans la vallée de la Seine, par exemple, nous ne connaissons aucun trésor du temps de Rollon ou de Guillaume Longue-Épée. La masse monétaire dans cette partie centrale du duché est-elle identique à celle de la région d’Évreux, bien connue par les trésors de Coudres et de l’église Saint-Taurin d’Évreux (Moesgaard 2003, 2007b) ? Une comparaison avec des régions voisines, à l’instar de celles faites par D.-M. Metcalf (1990, 2006) serait souhaitable. S. Coupland prépare actuellement dans cette optique un article portant sur le IXe s. Il faudrait également poursuivre l’effort de publication ; par exemple, deux monnaies mérovingiennes et une ducale issues des fouilles du Métro de Rouen sont restées inédites, alors que trois monnaies des IXe-Xe s. ont déjà été publiées sommairement (Moesgaard 2006a) ; le denier de Cambrai de Louis le Pieux découvert à Romilly-sur-Andelle et identifié récemment par T. Cardon ainsi que le denier normand des fouilles de la rue des Bons-Enfants à Rouen pourraient aussi être publiés.

16On ne peut passer sous silence la diffusion des monnaies haut-normandes hors des limites de la région, tel le denier rouennais dans le trésor viking découvert à Ashdon en Angleterre (Blackburn 1989). Mais en dresser la liste exhaustive dépasse largement les limites de cet aperçu rapide (Moesgaard 2005a, 2007b).

9.2. Circulation des produits

9.2.1. Matériaux et sarcophages

17La circulation des matériaux de construction, abordée par les textes de manière anecdotique (Le Maho 2004a), gagnerait à être mieux connue à travers le développement d’études lithiques des monuments fouillés ou en élévation.

18La circulation de sarcophages ou de matériaux destinés à leur fabrication est globalement renseignée. L’importation significative de plâtre ou de gypse et de sarcophages en calcaires lutéciens entre la fin du VIe s. et le milieu du VIIIe s., témoigne des échanges avec l’Île-de-France, où se situe le cœur du royaume mérovingien (cf. 6.6.3 et fig. 70). Une grande partie de la Haute-Normandie s’inscrit pleinement dans ces réseaux d’échanges alors que le sud-ouest de l’Eure, comme les départements bas-normands, en semblent exclus, au moins en ce qui concerne les sarcophages (Hincker, Carré à paraître).

9.2.2. Céramique3

  • 3 Yves-Marie Adrian, INRAP Grand Ouest, UMR 7041 (équipe Gaule, Nanterre).

19Malgré l’inégalité des informations selon les secteurs géographiques et les périodes (cf. 5.5.1), quelques constats sur la circulation des poteries au sein du territoire ainsi qu’avec les régions voisines sont possibles. Ils intègrent aussi bien les sites funéraires que les habitats (fig. 85).

20Aux Ve-VIe s., il apparaît que de nombreuses céramiques, peut-être la majorité, proviennent des territoires voisins, en particulier du nord-est et de l’est : du Beauvaisis, du nord et de l’ouest de l’Île-de-France, voire de Champagne. Elles sont identifiables en particulier par leurs pâtes grossières ou granuleuses, en raison de leurs argiles spécifiques, à sables abondants et grossiers, issues de formations superficielles d’origine tertiaire. Selon les endroits, ces nombreux approvisionnements extérieurs s’accompagnent de productions locales plus ou moins importantes et dynamiques, dont la diffusion s’étend parfois sur plusieurs plateaux (ceux au sud de la Seine), tandis que d’autres semblent très ponctuellement distribuées.

21Au VIIe s., les approvisionnements extérieurs à la région persistent, en particulier pour la céramique commune (pâtes granuleuses), mais ils sont quantitativement moins importants, probablement en raison de l’essor de plusieurs productions locales ou régionales comme celle de « type VII », installée quelque part sur l’un des plateaux au sud de la Seine (fig. 43). Pourtant, la situation n’est à l’évidence pas uniforme, car les plateaux révèlent des tendances sensiblement différentes de la vallée de la Seine, où les productions apparaissent moins variées alors qu’elles semblent particulièrement nombreuses au sud du fleuve. Or, les échanges entre les plateaux et la vallée de la Seine paraissent limités en ce qui concerne la céramique.

Fig. 85 – Aperçu des productions céramiques importées en Haute-Normandie entre le VIe et le Xe s. (D.A.O.S. Le Maho et Y.-M. Adrian).

22La fin du VIIe puis le VIIIe s. se distinguent par un renouvellement complet des formes et des pâtes (fines ou communes) dans le secteur d’Évreux, démontrant un changement des sources d’approvisionnement. Certaines trouvent probablement cette fois leurs origines au sud-ouest du territoire, dans l’actuelle Basse-Normandie ou peut-être la Mayenne, comme en témoignent les nombreux parallèles avec ces territoires. L’une des expressions les plus manifestes de ces échanges est fournie par une pâte commune très particulière, définie sous le « type XI » des productions répertoriées dans la région, régulièrement rehaussée de décors imprimés également spécifiques (fig. 48, partie supérieure). Cette dernière est en effet largement diffusée sur les plateaux au sud de la Seine mais pratiquement pas dans la vallée elle-même, tout en étant fortement représentée dans la plaine de Caen (Hincker 2006) ainsi qu’en Ille-et-Vilaine (Cattedu 2002) et à Jublains (inédit). Simultanément, les échanges avec le nord ou le nord-est (dont le Beauvaisis) semblent abandonnés, rompant ainsi avec la situation antérieure. À la même époque, la basse vallée de la Seine est déjà majoritairement approvisionnée par le « centre potier » du secteur de La Londe-Infreville dont la ou les productions se développent à partir du VIIIe s., tant en quantité qu’en diffusion. On la retrouve en effet abondamment jusqu’en Angleterre. Pourtant, si le monopole de La Londe est particulièrement fort à Rouen et dans ses environs immédiats, la situation est plus mitigée en amont de Rouen. En effet, diverses productions, sombres et sableuses (ou bien granuleuses), se rencontrent de façon plus significative ; leurs origines sont vraisemblablement à rechercher du côté de l’ouest de l’Île-de-France où plusieurs ateliers sont connus et supposés (Hurard 2006 ; Goustard 2009).

23Aux IXe-Xe s., le fort contraste se manifestant dans les pâtes et les techniques de fabrication (pâtes sombres ou pâtes claires ; décors peints ou non) d’un secteur à l’autre, met en évidence une sorte de cloisonnement dans la production et la diffusion des céramiques locales ou régionales, ainsi que sans doute, des produits importés depuis certaines régions voisines. Ainsi les productions à pâte blanche de La Londe alimentent essentiellement la vallée de la Seine, et en particulier Rouen, mais ne pénètrent quasiment pas sur les plateaux au sud de la Seine, sur l’un desquels l’atelier est pourtant installé. Pareillement, les approvisionnements réguliers en provenance de l’Île-de-France ou du Beauvaisis, en particulier les céramiques peintes et polies ou les productions peintes du Beauvaisis, restent cantonnés aux secteurs septentrionaux de la Seine, et plus faiblement dans la vallée elle-même, sans trouver de débouchés plus au sud. Ces cloisonnements des échanges entre des territoires voisins apparaissent d’autant plus significatifs qu’ils vont totalement disparaître aux alentours de l’an mil, avec le développement généralisé des poteries blanches à bandeaux et à décors « flammulés » et de molettes à losanges.

9.2.3. Mobilier funéraire

24Le petit mobilier, essentiellement funéraire, renseigne sur les échanges avec les régions voisines mais aussi avec le secteur rhénan, l’Angleterre, l’Espagne et la Méditerranée. La question est abordée régulièrement dans des ouvrages de synthèse qui inventorient les exemples haut-normands (Bierbrauer 1997, Susuki 2008, Soulat 2009...) ou des articles traitant de points précis (Welch 2001, Périn 1992...). Une approche a également été proposée par C. Lorren à travers l’étude des fibules et plaques-boucles de Normandie (2001, p. 406-425). Il s’agit d’une thèse de 1976 publiée tardivement mais dont seule la bibliographie a été actualisée en 1983. De nouvelles données sont donc disponibles. Les compléments apportés par les opérations récentes vont être évoqués chronologiquement.

25Deux paires de fibules recueillies à Louviers témoignent de liens, déjà constatés par celle de Saint-Pierre-du-Vauvray (Lorren 2001, p. 45-46), avec le secteur du Rhin moyen durant la seconde moitié du Ve s. (fig. 86 ; Carré, Jimenez dir., 2008, p. 118-119, S. 162 et 163). Des relations avec les zones ostrogothiques du sud de la Russie sont aussi suggérées au début du VIe s. par la morphologie d’une paire de fibules de Longroy (fig. 86, Mantel, Merleau 1998, p. 244, S. 13).

26La fin du Ve s. et le début du VIe s. sont marqués par la présence de deux plaques-boucles rectangulaires en fer décorées de cabochons, de type wisigothique, peut-être originaires d’Espagne, découvertes à Louviers et Capelle-les-Grands (fig. 86 ; Carré, Jimenez dir., 2008, p. 133-136, S. 118 ; Jego et al. à paraître, S. 1003). Les cimetières présentant des sépultures de cette période ne sont pas très nombreux dans la région et il est remarquable qu’ils recèlent souvent une tombe accompagnée d’un dépôt de ce type (fouilles anciennes de Muids, « Gare », et d’Envermeu, Lorren 2001, pl. XVII, 4 et 5).

Fig. 86 – Objets funéraires de provenance lointaine mis au jour lors de fouilles, réétudiés ou restaurés depuis 1986 (D.A.O.F. Carré, F. Jimenez et S. Le Maho pour Louviers (27), F. Carré pour Porte-Joie (27), É. Mantel pour Criel-sur-Mer (76) et Longroy (76) ; clichés D. Bagault, C2RMF et D. Pitte pour Louviers (27), P. Moitrel pour Hondouville (27)).

27L’étude de la plaque-boucle de la tombe 118 de Louviers montre aussi l’utilisation de grenats provenant d’Inde (Carré, Jimenez dir., 2008, p. 133-135). La tombe contient également deux grosses fibules discoïdes de type et de technique méditerranéens (idem, p. 120-126), un fragment de soie probablement tissée en Égypte (idem, p. 88-90) et deux fibules cupelliformes, classiques dans le sud de l’Angleterre (idem, p. 126-128). Cette association d’objets (fig. 86) est pour le moment unique sur le territoire franc. Une fibule cupelliforme a également été découverte à Criel-sur-Mer (Mantel, Merleau 1998, S. 161), signalant que la région haut-normande échangeait, comme le secteur bas-normand ou picard, avec le sud de l’Angleterre (Soulat 2009).

28Ces liens se prolongent d’ailleurs au cours du VIe s., comme l’illustre une autre fibule de Criel-sur-Mer (Lorren 2001, p. 62-64). Durant ce siècle, des échanges avec les régions voisines sont documentés entre autres par des plaques-boucles en alliage cuivreux décorées d’un masque humain crucifère, productions connues du nord-ouest du Bassin parisien entre 560 et 610 (Périn et al. 1985, p. 364-365). Elles sont représentées dans les collections des musées de Rouen et d’Évreux (Lorren 2001, p. 231-243) et récemment à Louviers (Carré, Jimenez dir., 2008, p. 144, S. 196).

29Au VIIe s., la plaque-boucle de la tombe 171 de Louviers témoigne de la circulation de modèles ou d’objets provenant d’Espagne (Carré, Jimenez dir., 2008, p. 141-144). Une petite plaque-boucle avec contre plaque d’un type très rare, découverte à Porte-Joie, « Fosse XIV », restaurée en 2007, évoque également cette influence (fig. 86, S. 5).

30À Hondouville, une plaque-boucle datée de la fin du VIIe ou du VIIIe s., à plaque longue et étroite (fig. 86, S. 1 ; type Bern-Solothurn), comporte un décor damasquiné animalier inédit qui trouve une unique comparaison à Sion-sous-le-Scex (Suisse ; Antonini et al. 2002).

9.3. Échanges de populations

31Aucun caractère spécifique, comme des déformations crâniales, n’a été observé au sein des populations étudiées en Haute-Normandie. De même, rien ne distingue particulièrement les individus mis au jour sur l’Île Sainte-Catherine à Tourville-la-Rivière des autres squelettes régionaux, et seule leur datation radiocarbone entre 680 et 880 (Houdin 1989), permet d’envisager un lien avec le séjour des Vikings sur l’Île d’Oscelle attesté par les textes entre 855 et 861. Les informations sur les déplacements de population proviennent donc exclusivement, en ce qui concerne l’archéologie, du mobilier mis au jour.

9.3.1. Mobilier funéraire

32Les fibules, les plaques-boucles ainsi que certaines armes de provenance lointaine (Rhénanie, Angleterre, Espagne) ont souvent été considérés comme des révélateurs de la circulation de populations plutôt que d’échanges commerciaux, sur la base de comparaisons ethnologiques (Kazansky, Périn 2008). La Haute-Normandie en fournit un certain nombre de cas parmi les découvertes anciennes (Envermeu, Muids « Gare », etc.) mais aussi récentes (Louviers, Longroy, Criel-sur-Mer). Le chapitre qui précède montre que ces objets spécifiques appartiennent surtout à une période charnière, entre le milieu du Ve et le milieu du VIe s.

33La réflexion sur ces questions d’interprétation ethnique du mobilier funéraire est à poursuivre sur le plan national. Au niveau régional, un travail synthétique prenant en compte l’ensemble de la documentation ainsi que les interprétations sur les origines et les datations, serait le bienvenu.

9.3.2. Mobilier viking4

  • 4 Jens-Christian Moesgaard, Musée national du Danemark.

34La rareté des vestiges archéologiques témoignant de la présence des Vikings est surprenante, quand on sait que ce sont les Scandinaves qui ont donné leur nom à la Normandie. J. Le Maho a proposé de voir dans les traces d’incendies à la Cathédrale de Rouen et à Jumièges le résultat des destructions vikings, ce qui est tout à fait plausible mais difficile à prouver de manière formelle (Le Maho 1994a, 2002b). Les découvertes d’objets vikings sont peu nombreuses et seuls une épée, deux marteaux de Thor (Périn 2002 ; Callais 2010 ; Moesgaard 2011) et un petit trésor monétaire (Cardon et al. 2008) se sont ajoutés au maigre inventaire ancien (Périn 1990).

35A. Nissen-Jaubert a tenté d’expliquer ce paradoxe. Elle souligne d’une part que, pour beaucoup d’objets, tels les ustensiles en fer, il est extrêmement difficile d’établir une éventuelle origine scandinave en l’absence de décor spécifique. D’autre part, ce qui est peut-être le plus significatif, elle attire l’attention sur l’assimilation rapide des Vikings au sein de la société franque. Les deux cultures étaient tellement différentes qu’un phénomène de fusion n’était pas possible, contrairement à ce qui se passa en Angleterre. En effet, les racines communes des Anglo-Saxons et des Vikings ont favorisé des influences culturelles réciproques, pérennisant les traits culturels des immigrants scandinaves outre-Manche (Nissen-Jaubert 2005).

9.4. Bilan

36Aucune synthèse régionale n’a été réalisée sur la vaste question des échanges, les données n’étant examinées que par catégories de vestiges. Il semble pourtant, d’après la présentation rapide qui précède, y avoir matière à réflexion. La Haute-Normandie pourrait fournir ainsi une documentation actualisée et concrète pour les travaux portant sur des territoires plus larges (par exemple Lebecq 1983, 1989).

37La grande lacune documentaire concerne les infrastructures, ce qui n’est pas propre au haut Moyen Âge. Il serait judicieux d’établir un état des lieux des grandes voies romaines connues dans la région, sous la forme d’un programme de sondages implantés dans des secteurs où les niveaux récents ont été protégés par l’apport de colluvions. Une étude d’archives concernant le réseau fluvial permettrait d’en cerner un peu mieux le potentiel et d’envisager un programme de fouilles subaquatiques, dans l’objectif de localiser des embarcadères ou d’autres aménagements.

Notes

1 Sur le plan archéologique bien sûr. Sur le plan historique, voir Musset 1969 et Le Maho 2004e.

2 Jens-Christian Moesgaard, Musée national du Danemark.

3 Yves-Marie Adrian, INRAP Grand Ouest, UMR 7041 (équipe Gaule, Nanterre).

4 Jens-Christian Moesgaard, Musée national du Danemark.

Table des illustrations

Légende Fig. 82 – Tableau récapitulatif des découvertes de trésors en Haute-Normandie, publiées, hors sépultures (chaque trésor comporte quelques monnaies à plusieurs milliers).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5112/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 83 – Tableau récapitulatif des découvertes isolées de monnaies en Haute-Normandie, publiées, hors sépultures (en nombre de monnaies).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5112/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Nbre : nombre ; sép. : sépulture.Fig. 84 – Tableau récapitulatif du nombre de sépultures contenant une ou plusieurs monnaies en Haute-Normandie, d’après les publications.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5112/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 85 – Aperçu des productions céramiques importées en Haute-Normandie entre le VIe et le Xe s. (D.A.O.S. Le Maho et Y.-M. Adrian).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5112/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Légende Fig. 86 – Objets funéraires de provenance lointaine mis au jour lors de fouilles, réétudiés ou restaurés depuis 1986 (D.A.O.F. Carré, F. Jimenez et S. Le Maho pour Louviers (27), F. Carré pour Porte-Joie (27), É. Mantel pour Criel-sur-Mer (76) et Longroy (76) ; clichés D. Bagault, C2RMF et D. Pitte pour Louviers (27), P. Moitrel pour Hondouville (27)).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5112/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 727k

Auteurs

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search