Version classiqueVersion mobile

L'archéologie en Haute-Normandie, Bilan des connaissances

 | 
Florence Carré

8. Lieux et expressions du pouvoir

Florence Carré

Texte intégral

1La volonté politique, la vie quotidienne ou encore les pratiques religieuses et funéraires des élites, sont illustrés par ces manifestations du pouvoir que constituent les ouvrages fortifiés, les résidences et palais, les monastères, les églises funéraires ou encore les sépultures privilégiées. La Haute-Normandie en fournit un nombre limité ayant fait l’objet d’investigations récentes.

2La thématique des ouvrages fortifiés a été abordée depuis le XIXe s., alimentée en particulier par la question des incursions vikings. Depuis une vingtaine d’années, la région témoigne d’un dynamisme important concernant les études castellologiques, mais ces travaux concernent peu les ouvrages fortifiés antérieurs au XIe s.

3Ainsi, aucune certitude n’est encore acquise quant à la localisation du pont fortifié de Pîtres (27) destiné à arrêter les vikings et largement cité par les textes contemporains. Les fouilles programmées de B. Dearden et D. Hill, de 1987 à 1994 à Igoville, « Le Fort » n’ont pas apporté de réponse précise à cette question (Hassall, Hill 1971 ; Dearden, Hill 1989), comme le soulignent les synthèses récentes de J. Le Maho (2003c et 2008b).

4Un seul élément défensif se rattachant très probablement à la période qui nous concerne est observable en élévation : le château d’Ivry-la-Bataille (27 ; fig. 13). Il aurait été érigé à la fin du Xe s. En 1987, une campagne de sondages et de relevés avait conclu à l’absence de niveau archéologique préservé sur le site et, de fait, était restée sans suite (Le Maho 1987a). Néanmoins, depuis 2007, des fouilles programmées pluriannuelles sous la direction de D. Pitte ont démontré le potentiel des vestiges, dont les niveaux primitifs, scellés par des remblais médiévaux, ne sont pas encore atteints (Pitte, Impey 2000 ; Pitte 2010).

5D’autres sites fortifiés aujourd’hui perceptibles par des reliefs dans le paysage, comme le Câtelier d’Eu (76), ont également attiré l’attention (Le Maho 1980b, 2004b), mais leur datation n’a pas été confirmée par des données archéologiques.

6Deux opérations programmées sur des emprises réduites, inférieures à 500 m2, documentent les habitats des élites. La première, à Fécamp, concerne l’une des résidences favorites des ducs de Normandie à partir du milieu du Xe s. L’état antérieur au début du XIe s. comporte un grand bâtiment en bois doté de foyers et d’un plancher (bâtiment VI) et un bâtiment sur fondations de pierre maçonnées (bâtiment I, Renoux et al. 1991, p. 347-349). Il est surprenant de constater que le petit mobilier issu de ce site n’a rien d’exceptionnel. Pourtant, les déchets alimentaires témoignent d’un niveau de vie supérieur à la moyenne par leur abondance, la consommation d’animaux jeunes, la prédominance du porc et la présence de gibier (Renoux et al. 1991, p. 677-685).

7La seconde opération est celle du palais des archevêques de Rouen, dont une partie, datée entre le milieu du VIIIe et le milieu du IXe s., a été dégagée au sud de la cathédrale, « Cour des Maçons ». Les constructions sont réalisées en petit appareil enduit, selon les techniques antiques. L’hypothèse d’une tour destinée aux archives, d’une hôtellerie et de galeries a été formulée sur la base des fragments de bâtiments mis au jour (Le Maho 1992a et b, 1993b, 1994a, 2001b, 2006a et c). Les éléments de décor architectural, mosaïques, carreaux de marbre, fragments de verrières peintes et inscrites, pourraient témoigner de la proximité de la salle de réception (Langlois, Le Maho 2004, 2005 ; Le Maho 1993a, 1996c, 1998b, 2010).

8Ces habitats exceptionnels exigeraient des approches complémentaires. En effet, les fouilles de Fécamp ont fait l’objet d’une étude détaillée dans le cadre d’une thèse et d’une monographie (Renoux 1987b, Renoux et al. 1991), mais les données seraient intéressantes à reprendre à la lumière des connaissances acquises depuis, en particulier en ce qui concerne la datation des céramiques. Les fouilles de Rouen n’ont pas fait l’objet d’un rapport et les informations sont disséminées dans des articles qui ne fournissent qu’une partie des documents étayant en particulier les propositions de datation. Néanmoins, la céramique et le petit mobilier du Bas-Empire et du haut Moyen Âge ont fait l’objet d’une étude par Y.-M. Adrian en 1997, dont il serait nécessaire de tirer des conclusions sur la culture matérielle de ces occupants privilégiés.

9Les abbayes, peu concernées par les interventions récentes, sont traitées dans le chapitre consacré aux lieux de culte (cf. 7.1). Parmi les cimetières récemment fouillés, les sites de Louviers, rue du Mûrier et de Longroy illustrent par quelques découvertes les pratiques funéraires des élites des Ve-VIe s. (cf. 6). Expression de celles de la fin du VIIe s à la fin du VIIIe s., l’imposante église funéraire de Notre-Dame-de-Bondeville, « Manoir Gresland », accueille des défunts dont l’étude biologique montre le caractère privilégié (fig. 80 ; cf. 6.9 et 7.2). Leur mode d’inhumation, sans mobilier, dans des sarcophages et des contenants en bois utilisés plusieurs fois, suggérant une volonté d’humilité dans la sépulture, témoigne peut-être de l’évolution de la pensée religieuse (Treffort 1996, p. 73).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search