Version classiqueVersion mobile

L'archéologie en Haute-Normandie, Bilan des connaissances

 | 
Florence Carré

7. Lieux de culte

Florence Carré

Texte intégral

7.1. Monastères

1D’après les sources écrites du haut Moyen Âge, la région, principalement la vallée de la Seine, est particulièrement riche en établisements monastiques (cf. travaux de J. Le Maho). En revanche, l’église Saint-Pierre de Jumièges est le seul édifice religieux partiellement conservé en élévation, avec les vestiges d’un avant-corps occidental et des deux premières travées du mur nord de la nef, attribués à la seconde moitié du VIIIe ou aux premières décennies du IXe s. (Le Maho 2002a, 2003b ; Le Maho, Morganstern 2005 ; Morganstern 2002).

2Les fouilles récentes portant sur des sites monastiques sont rares et limitées, l’identification de tels lieux reste d’ailleurs problématique. En effet, elle a été proposée dans cinq cas sans qu’aucune certitude ne soit possible. Ainsi, les fouilles effectuées par A. Renoux, à l’emplacement de la résidence des ducs de Normandie à Fécamp, sont localisées dans l’emprise de l’enclos monastique qui a laissé son empreinte dans le parcellaire actuel. Il est cependant délicat d’en déduire que les structures antérieures au Xe s. – des bâtiments sur fondations maçonnées, puis un édifice à absides et enfin une construction sur poteaux associée à un niveau de céréales brûlées – appartiennent au monastère carolingien (Renoux 1979b, 1983, 1987a et b, 1994 ; Renoux et al. 1991, p. 134 ; Périn, Feffer éd. 1985, p. 411-415). De même, le site des Andelys, rue de l’Égalité, est remarquable par le nombre et la dimension des structures liées au stockage, ce qui n’est peut-être pas sans rapport avec l’établissement de moniales se trouvant dans un environnement proche, à moins que ce particularisme ne soit lié à la présence d’une agglomération (fig. 12 ; Jimenez, Adrian à paraître).

3La relation des édifices de Notre-Dame-de-Bondeville, basilique et bâtiment oriental (fig. 80), avec un possible établissement monastique est aussi envisagée par rapprochement avec les sources écrites (Le Maho 2001). Les différents bâtiments qui précèdent le prieuré de Romilly-sur-Andelle pourraient également être abordés dans cette perspective.

4Enfin, la densité des sarcophages en plâtre mis au jour en 2008 dans le transept de l’abbatiale du XIIIe s. de Saint-Wandrille-Rançon permet de supposer la présence d’un édifice contemporain et constitue peut-être la première trace de l’abbaye de Fontenelle au haut Moyen Âge (fig. 76).

Fig. 76 – Sarcophages en plâtre mis au jour dans les ruines de l’église abbatiale de Fontenelle à Saint-Wandrille-Rançon (76) (cliché D. Pitte).

En blanc : bâtiments très hypothétiques ; RO : structure responsable de l’opération ; ASSO : association ; UNIV : université ; P : partiel.
Fig. 77 – Tableau récapitulatif des édifices funéraires ou religieux du haut Moyen Âge ayant donné lieu à une intervention depuis 1980 en Haute-Normandie.

Fig. 78 – Rouen (76), « Palais de Justice » : de la fontaine gallo-romaine à l’église Saint-Jean du XVe s. (M.-C. Lequoy, D.A.O.F. Carré).

7.2. Édifices religieux

7.2.1. Données quantitatives

5Il est à l’heure actuelle difficile d’évaluer le nombre d’édifices encore en élévation antérieurs à l’an mil. En effet, le seul ayant fait l’objet de datations radiocarbone est l’église Saint-Pierre de l’abbaye de Jumièges (Le Maho, Morganstern 2005). Depuis 1997, un bénévole recense les édifices attribuables aux environs de l’an mil d’après leurs caractéristiques architecturales, avec une démarche d’archéologie du bâti (Wasylyszyn 2006, 2008). Une cinquantaine d’édifices a ainsi fait l’objet de descriptifs et d’une caractérisation des matériaux utilisés. En 2010, le relevé en plan et en élévation des églises de Reuilly (27) et Villez-sous-Bailleul (27) a été entrepris et des datations radiocarbones de mortiers sont envisagées en 2011.

6Source complémentaire d’information, les découvertes archéologiques dans l’environnement immédiat des églises sont relativement nombreuses depuis 30 ans, en raison de travaux de drainage ou de rénovation des dallages intérieurs. En revanche, les interventions sont souvent des fouilles rapides qui portent rarement sur les églises primitives. Seules quelques sépultures du haut Moyen Âge évoquent alors la présence d’un éventuel lieu de culte, comme à Hondouville (fig. 67 ; Carré 2004) ou Saint-Pierre-la-Garenne.

7Malgré tout, le nombre d’édifices religieux du haut Moyen Âge s’est accru ces 20 dernières années (fig. 77). La qualité de la fouille et la finesse des études spatiales sont fondamentales car l’analyse de ces édifices rencontre des obstacles majeurs : la fragilité des vestiges ainsi que la rareté des indices permettant leur identification et leur datation (Catteddu et al. 2009).

8Les exemples d’Haudricourt, de Poses et de Gisay-la-Coudre illustrent bien la fugacité des traces et les incertitudes quant à l’existence et la fonction de bâtiments (cf. 6.4.2.6). Un espace vide au sein des tombes, une concentration des sépultures dans un espace rectangulaire, un réaménagement d’ouverture dans les maçonneries d’une villa antique sont sur ces sites autant de signes particulièrement ténus d’éventuelles constructions funéraires ou religieuses. Pour des structures atypiques, comme le bâtiment semi-enterré mis au jour à Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, la question d’un rôle cultuel, en parallèle à l’utilisation de l’église, ne reçoit pas de réponse (cf. 6.4.2.6). La région fournit sept ou huit édifices mieux documentés.

  • 1 Le Maho 1988, 1989c, 1992a et b, 1993b, 1994a et c, 1996b et d, 2006c.
  • 2 Renoux 1979b, 1983, 1987a, 1994 ; Renoux et al. 1991, p. 145 et ss. ; Périn, Feffer éd. 1985, p. 41 (...)

9En contexte urbain, les fouilles de J. Le Maho sur le groupe épiscopal de Rouen révèlent l’existence, dès la fin du IVe s., d’une basilique, modifiée vers le début du IXe s.1 À Rouen également, les fouilles de la station de métro « Palais de Justice » ont permis de mettre au jour une fontaine monumentale antique restaurée vers la fin du IIIe ou le début du IVe s. Son état durant la période mérovingienne est difficile à appréhender ; des reconstructions partielles de murs et réfections d’enduits restent non datées, faute de niveau de sol associé. Il semblerait que les voûtes du bâtiment aient été détruites avant l’installation de quatre sépultures dont deux sont datées par 14C entre 697 et 94730. Un remblai détritique contenant de la céramique du VIIIe s. les recouvre, puis un second groupe d’une vingtaine de tombes dont deux sont datées par 14C entre 795 et 991, précède la construction de la première chapelle. Cette dernière se superpose à l’édifice antique sur lequel viennent s’installer de nouvelles sépultures et constitue ensuite le chœur de l’église Saint-Jean édifiée au XIe s (fig. 78 ; Lequoy, Guillot 2004, p. 291). Un autre monument de Rouen, la crypte de l’église Saint-Gervais, pourrait présenter des vestiges antérieurs au XIe s. (Le Maho 1998a ; Lequoy, Guillot 2004, p. 289-290). Il serait utile de reprendre son étude afin de préciser la chronologie des différents remaniements. À Fécamp, probable agglomération antique, les deux bâtiments à absides successifs mis au jour lors des fouilles du palais ducal ont été considérés comme des chapelles liées au monastère fondé vers le milieu du VIIe s.2

  • 3 Le Maho 1994b, 1998a, 2001c, 2004d, 2006b ; Le Maho, Roy 1986 ; Le Maho, Wasylyszyn 1998.
  • 4 Langlois 2007, 2010 ; Langlois, Adrian 2004 ; Langlois, Gallien 2001 et 2006 ; Langlois, Le Maho 20 (...)

10En contexte rural, trois sites très différents ont été mis au jour : la chapelle de Saint-Martin-de-Boscherville, issue de la transformation d’un fanum3, l’importante basilique funéraire de Notre-Dame-de-Bondeville4 et la petite église sur poteaux de bois du village de Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie (Carré 1996a ; Bonnet 1997 ; Catteddu et al. 2009). À ce corpus, on peut ajouter les édifices à absides de Romilly-sur-Andelle, qui sont en cours d’étude (Jouneau et al. 2007) et l’église Saint-Pierre de Jumièges.

Fig. 79 – Plans schématiques des enclos, édifices funéraires ou religieux du haut Moyen Âge mis au jour en Haute-Normandie depuis 1973 (F. Carré d’après J. Le Maho, A. Renoux, É. Mantel, M.-C. Lequoy, D. Jouneau et J.-Y. Langlois).

7.2.2. Caractéristiques chronologiques du corpus

  • 5 ARC92/R1195C, 1988.

11La chronologie de ces édifices est relativement claire. À Rouen, la construction de la basilique du groupe épiscopal est attribuée à la fin IVe ou au début du Ve s. grâce au mobilier céramique associé. Sa destruction est placée par 14C entre 755 et 8705. Dans cette même ville, au « Palais de Justice », la première chapelle identifiée est établie entre l’extrême fin du VIIIe s. et le XIe s. Les bâtiments à absides de Fécamp seraient construits entre le début du VIIIe s. et la fin du IXe s. selon l’étude céramologique, mais cette datation devrait être actualisée en raison de l’évolution de la connaissance de ce mobilier.

  • 6 Identification J. Moesgaard, deniers au temple de Louis le Pieux, émis entre 822 et 840.
  • 7 Ly-12069 (95 % de confiance).

12À Notre-Dame-de-Bondeville, les « terres noires » recoupées par les fondations de l’église sont riches en mobilier de la seconde moitié du VIIe s. (Langlois, Adrian 2004) et les niveaux d’abandon fournissent des tessons du VIIIe s. ainsi qu’une fibule datée du VIIIe ou du début du IXe s. (Catteddu et al. 2009, p. 215-217). À Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, le bâtiment sur poteaux recoupe des sarcophages en plâtre ; une inhumation, également en sarcophage en plâtre, est installée contre le mur nord ; la construction se situe donc entre le milieu du VIIe s., moment où l’utilisation du cimetière débute d’après le mobilier métallique, et le milieu du VIIIe s. marqué par la fin de la fabrication des sarcophages en plâtre. Par la suite, un chœur pourvu d’une abside semi-circulaire est édifié dans le prolongement du bâtiment sur poteaux ; ses fondations intègrent un fragment de dalle percée de mégalithe dont l’extraction a nécessité le creusement d’une grande fosse ; sa phase terminale de comblement contient trois monnaies principalement en usage vers le milieu du IXe s.6 ; l’abside recoupe également une tombe datée entre 890 et 1020 (14C)7. Cette phase d’embellissement se place peut-être vers la fin du IXe ou le début du Xe s. L’édifice est totalement reconstruit après 1200, et détruit au plus tard à la fin du XIVe s. (Carré 1996a ; Catteddu et al. 2009, p. 213-215).

13Les vestiges de Saint-Martin-de-Boscherville sont plus délicats à dater : les restes du fanum semblent acquérir une fonction funéraire vers la fin du VIe s. au plus tôt, d’après le mobilier funéraire et les sarcophages en plâtre, mais l’adjonction d’une éventuelle abside et l’agrandissement de l’édicule en chapelle de plan rectangulaire, antérieurs au XIe s., n’ont pas d’ancrage chronologique plus précis (Le Maho 1998a ; Le Maho, Wasylyszyn 1998).

14Le phasage des édifices de Romilly-sur-Andelle est en cours et sera sans doute délicat, les niveaux de sols ou de destruction ayant disparu lors des modifications médiévales. L’utilisation de 14C pour dater une poutre et deux prélèvements de mortier de l’église Saint-Pierre de Jumièges est intéressante, elle étaye l’analyse historique et architecturale et confirme que l’édifice comporte des éléments antérieurs à 880 (Le Maho, Morganstern 2005).

7.2.3. Aspect des édifices

15Le corpus régional est particulièrement varié. Les plans des édifices sont encore difficiles à appréhender pour différentes raisons (fig. 79). Le chevet de la basilique de Rouen, la nef et la façade de celle de Notre-Dame-de-Bondeville, hors de l’emprise des fouilles, demeurent inconnus. L’état de conservation des vestiges permet seulement d’émettre l’hypothèse d’une abside à Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie et à Saint-Martin-de-Boscherville (Le Maho 1998a). À Romilly-sur-Andelle, des ruptures stratigraphiques interdisent toute certitude sur la contemporanéité des fragments de bâtiments, mais l’un des plus anciens semble doté d’une abside semi-circulaire. Le premier état de l’édifice mis au jour à Fécamp, dont la fonction religieuse est hypothétique (cf. p. 123), comporte aussi une abside semicirculaire, puis un choeur trilobé (Renoux et al. 1991, Le plan basilical est choisi à Rouen au IVe s., ce qui est classique (largeur : 15 m). Il caractérise aussi, dans la seconde moitié du VIIe s., l’église de Notre-Dame-de-Bondeville (largeur : 18 m), avec un chevet plat à trois chapelles (fig. 80). Avant le milieu du IXe s., la basilique du groupe épiscopal de Rouen est dotée d’un avant-corps et d’une coupole centrale. Pour les petites églises, un plan à nef unique est adopté (Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, Romilly-sur-Andelle, Saint-Martinde-Boscherville, Jumièges).

Fig. 80 – L’église de (76), « Manoir Gresland », de plan basilical, construite selon des techniques antiques, a accueilli de nombreux défunts issus d’un milieu privilégié (J.-Y. Langlois, D.A.O.M. Besnard).

16Une grande diversité est également constatée dans les techniques de construction et/ou de fondation. La basilique de Rouen, celle de Notre-Dame-de-Bondeville et les édicules de Fécamp sont dotés de fondations maçonnées. Celles des phases les plus anciennes de Romilly-sur-Andelle sont en pierres sèches ou liées au mortier. Celles de Saint-Martin-de-Boscherville ne sont pas documentées. L’église de Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie est structurée par six gros poteaux de bois (fig. 81). L’élévation de la majorité de ces édifices est inconnue, à l’exception de celle de Saint-Pierre de Jumièges et d’un pan de mur gouttereau incluant une ouverture, effondré en place, à Notre-Dame-de-Bondeville. La couverture de ces bâtiments était probablement en matériaux périssables, sauf peut-être celle de la basilique de Rouen vers les VIIe-VIIIe s., car des tuiles en plomb ont été mises au jour dans les niveaux de démolition.

17Quelques données nouvelles évoquent le décor de ces édifices, connu jusqu’à présent uniquement par les pièces sculptées ou moulées de Saint-Samson-de-la-Roque (Le Maho 2005) et des éléments dont la datation ne fait pas l’unanimité, le claveau en stuc peint de Caudebec-en-Caux (Le Maho 2004c) et les chapiteaux de Saint-Pierre de Jumièges (Baylé 1992, p. 42-55 ; Le Maho, Morganstern 2005, p. 110-111).

18Les sols de l’église de Notre-Dame-de-Bondeville, constitués de mortier de tuileau ou de mortier rose badigeonné en rouge, sont ornés, au niveau de l’autel principal, d’incrustations dessinant des losanges pointés. À Rouen, la basilique est dotée d’un sol de béton rose entre le milieu du VIIIe et le milieu du IXe s. À Fécamp, la première chapelle pourrait comporter un dallage en calcaire ; une base de colonnette y a aussi été découverte.

19Les murs de Saint-Pierre de Jumièges sont décorés, au-dessus des grandes arcades, de personnages peints et d’une série de faux occuli, médaillons accueillant des peintures de personnages en buste (Le Maho, Morganstern 2005, p. 110-112). Les murs de Notre-Dame-de-Bondeville semblent recouverts d’enduits blancs et de possibles décors sont suggérés par des fragments d’enduit rouge. Sur ce même site, des verres plats, découpés et colorés témoignent de la présence de vitraux (Langlois, Le Maho 2004 et 2005 ; Langlois 2010) et des tesselles de mosaïques incluant des feuilles d’or ont été mises au jour.

7.2.4. Identification de la fonction et du statut

  • 8 Information J. Le Maho. Cette structure a gêné la mise en place d’un sarcophage. La fosse contenait (...)

20Seul le site de Notre-Dame-de-Bondeville fournit des restes d’autels maçonnés (fig. 80). Néanmoins, à Saint-Martin-de-Boscherville, une petite fosse rectangulaire dans la partie est de la cella pourrait correspondre à l’enlèvement d’un bloc fiché dans le sol8. À Rouen, « Cour d’Albanne », la fonction cultuelle de l’édifice est déduite de la proximité avec la cathédrale ainsi que du plan basilical et de celui des aménagements carolingiens, comparables à ceux d’autres édifices religieux contemporains. Ailleurs, les arguments majeurs sont apportés par l’implantation des églises postérieures sur le bâtiment primitif et par l’association avec des sépultures.

  • 9 Renseignement S. Péchart, société Archéosphère.

21Le bâtiment sur poteaux de Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie surprend, quoique les diamètres des trous de pose, compris entre 0,9 et 1,3 m, soient sans commune mesure avec ceux des bâtiments domestiques du site qui dépassent rarement 0,5 m (fig. 81). Des comparaisons existent, à Saleux (Somme) et avec les églises mises au jour en Allemagne ou en Suisse (Bonnet 1997, Catteddu et al. 2009) ; des églises en bois sont également connues par les textes de Grégoire de Tours (Gauthier 1997) ou de Bède le Vénérable (Histoire ecclésiastique du peuple anglais). L’argument majeur est encore la reconstruction des XIIIe-XIVe s., qui se superpose strictement aux poteaux primitifs. Un site présentant les mêmes caractéristiques, tant dans le nombre et la taille des trous de poteaux que par la superposition avec l’église postérieure, a été mis au jour en 2009 à Sains-en-Gohelle dans le Pas-de-Calais9

22L’absence d’autel ne permet toutefois pas de certitude sur la fonction cultuelle : ainsi, les bâtiments primitifs de Rouen, « Palais de Justice » ou Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie pourraient être exclusivement funéraires, avant d’être transformés en églises.

Fig. 81 – À Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie (27), « Butte Saint-Cyr », un bâtiment sur poteaux précède, entre le milieu du VIIe s. et le milieu du VIIIe s., l’église Sainte-Cécile reconstruite aux XIIIe-XIVe s. (F. Carré, D.A.O.F. Jimenez ; clichés C. Billard, M. Guillon).

23L’édifice mis au jour à Fécamp est d’une interprétation encore plus complexe : les fondations maçonnées dessinent un plan à simple nef et abside semicirculaire ; les dimensions modestes, avec une nef de 5 x 8,25 m, rappellent les petites église rurales, mais l’absence d’autel, de sépulture et de sanctuaire postérieur au même emplacement est curieuse. L’édifice est ensuite doté d’un chœur trilobé, puis détruit. La fonction de chapelle est surtout déduite du plan mais aussi de la construction soignée, sur fondations maçonnées, avec un probable dallage de calcaire.

24Il est difficile de définir le statut de ces églises. Si par exemple la fonction de celle de Notre-Dame-de-Bondeville est nettement funéraire, il est impossible d’exclure le rattachement à un complexe monastique ou encore un rôle de sanctuaire associé à un habitat. Pour obtenir des réponses, il faudrait élargir la zone de fouille. Les édifices de Romilly-sur-Andelle, dont le plan reste pour le moment énigmatique, peuvent aussi être envisagés sous un angle monastique et/ou paroissial.

7.3. Bilan

25La principale richesse de ce corpus de bâtiments religieux et/ou funéraires du haut Moyen Âge repose sur la variété et le caractère encore exceptionnel de ces sites, au moins pour le nord de la France. Elle masque un peu l’ignorance dans laquelle nous nous trouvons. En effet, nous sommes encore loin de véritables présentations synthétiques et évolutives.

26L’une des causes de cette indigence est le faible développement de la gestion du patrimoine ecclésial dans la région. Ainsi, nous aurions beaucoup à faire pour l’information des élus, dont les projets de rénovation ne parviennent le plus souvent aux services de l’État que dans le cas de monuments inscrits ou classés. Parfois des chantiers, même quand ils sont encadrés par un architecte des Bâtiments de France, font l’objet de destructions importantes, comme celui de l’église de Saint-Pierre-la-Garenne, en 2000, où des décors de sols et des sarcophages ont été saccagés. Les découvertes fortuites d’Hondouville et de Nassandres (fig. 55 et 67) témoignent de la fréquence des problèmes liés au choix de tranchées de drainage externe, très destructrices sur le plan archéologique, alors que cette technique d’assainissement peu concluante est déjà abandonnée dans d’autres régions.

27Par ailleurs, les sites fouillés ne sont pas encore tout à fait exploitables dans le cadre de réflexions générales : ils n’ont fait l’objet que d’articles de synthèse qui ne proposent pas au lecteur une documentation suffisante pour étayer les propositions de plans ou de chronologie. Il est indispensable par exemple de disposer de plans détaillés, avec des relevés pierre à pierre ou des coupes de trous de poteaux, pour comprendre précisément les hypothèses de phasage proposées par les chercheurs ou pour mieux visualiser les techniques de construction. La relation entre sépultures et édifices n’est pas toujours assez documentée, alors que les tombes étayent souvent les hypothèses de phasage chronologique des bâtiments. La chronologie est rarement soutenue par la publication exhaustive du mobilier sur lequel elle repose.

28Il faut aussi poursuivre les fouilles, si possible dans un contexte programmé, plus favorable aux observations. Les derniers sites fouillés l’ont été en préventif et les difficultés ainsi que les limites de ces opérations ne seront pas sans en influencer les résultats. Néanmoins, il est crucial de saisir les opportunités des opérations préventives en prenant la mesure de l’importance d’un site, des questionnements généraux dans lesquels il s’insère, en trouvant les moyens d’améliorer la qualité des enregistrements et des rendus documentaires. Enfin, de nombreux édifices en élévation gagneraient à être soumis à des études d’archéologie du bâti couplées à des datations 14C des charbons issus des mortiers. Leurs caractères préromans seraient peut-être alors confirmés.

29Nous avons encore bien des pistes à suivre pour caractériser les évolutions chronologiques des techniques de construction et des plans, mais également pour comprendre le rôle liturgique de ces édifices, en particulier les églises rurales qui, si l’on se base sur les textes, ou encore sur les études plus avancées de nos collègues suisses, par exemple, sont probablement hiérarchisées et reflètent l’importance et le statut des communautés qu’elles desservent.

30Une réflexion élargie à l’échelle européenne est amorcée et les archéologues hauts-normands concernés ont été sollicités pour participer au projet CARE (Corpus Architecturae Religiosae Europeae) encadré en France par P. Chevalier et C. Sapin (2008). Débouchant peut-être sur une grille d’analyse commune et en tout cas sur une documentation normalisée permettant des comparaisons, ce projet est entre autre destiné à alimenter une base de données européenne accessible à tous, documentant tous les édifices religieux antérieurs à l’an mil.

Notes

1 Le Maho 1988, 1989c, 1992a et b, 1993b, 1994a et c, 1996b et d, 2006c.

2 Renoux 1979b, 1983, 1987a, 1994 ; Renoux et al. 1991, p. 145 et ss. ; Périn, Feffer éd. 1985, p. 411-415.

3 Le Maho 1994b, 1998a, 2001c, 2004d, 2006b ; Le Maho, Roy 1986 ; Le Maho, Wasylyszyn 1998.

4 Langlois 2007, 2010 ; Langlois, Adrian 2004 ; Langlois, Gallien 2001 et 2006 ; Langlois, Le Maho 2004 et 2005 ; Langlois et al. à paraître ; Le Maho 2001a ; Catteddu et al. 2009.

5 ARC92/R1195C, 1988.

6 Identification J. Moesgaard, deniers au temple de Louis le Pieux, émis entre 822 et 840.

7 Ly-12069 (95 % de confiance).

8 Information J. Le Maho. Cette structure a gêné la mise en place d’un sarcophage. La fosse contenait un fragment de plaque boucle et quelques ossements.

9 Renseignement S. Péchart, société Archéosphère.

Table des illustrations

Légende Fig. 76 – Sarcophages en plâtre mis au jour dans les ruines de l’église abbatiale de Fontenelle à Saint-Wandrille-Rançon (76) (cliché D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5110/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende En blanc : bâtiments très hypothétiques ; RO : structure responsable de l’opération ; ASSO : association ; UNIV : université ; P : partiel.Fig. 77 – Tableau récapitulatif des édifices funéraires ou religieux du haut Moyen Âge ayant donné lieu à une intervention depuis 1980 en Haute-Normandie.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5110/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 78 – Rouen (76), « Palais de Justice » : de la fontaine gallo-romaine à l’église Saint-Jean du XVe s. (M.-C. Lequoy, D.A.O.F. Carré).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5110/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 79 – Plans schématiques des enclos, édifices funéraires ou religieux du haut Moyen Âge mis au jour en Haute-Normandie depuis 1973 (F. Carré d’après J. Le Maho, A. Renoux, É. Mantel, M.-C. Lequoy, D. Jouneau et J.-Y. Langlois).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5110/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Fig. 80 – L’église de (76), « Manoir Gresland », de plan basilical, construite selon des techniques antiques, a accueilli de nombreux défunts issus d’un milieu privilégié (J.-Y. Langlois, D.A.O.M. Besnard).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5110/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Fig. 81 – À Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie (27), « Butte Saint-Cyr », un bâtiment sur poteaux précède, entre le milieu du VIIe s. et le milieu du VIIIe s., l’église Sainte-Cécile reconstruite aux XIIIe-XIVe s. (F. Carré, D.A.O.F. Jimenez ; clichés C. Billard, M. Guillon).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5110/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 661k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search