Version classiqueVersion mobile

L'archéologie en Haute-Normandie, Bilan des connaissances

 | 
Florence Carré

6. Domaine funéraire

Florence Carré

Texte intégral

Fig. 54 – Cartographie des découvertes funéraires du haut Moyen Âge en Haute-Normandie (N. Bolo, F. Carré).

6.1. Données quantitatives

1La carte archéologique recense plus de 450 découvertes funéraires attribuables au haut Moyen Âge (fig. 54) ; une quarantaine concernent les chefs-lieux de cités ou d’anciennes agglomérations antiques, les autres sont rurales.

2Quarante-trois interventions ont été effectuées entre 1979 et 2009 sur des sépultures (fig. 55) : 2 par des associations ou des bénévoles (sauvetages surtout), 16 par le SRA (DAH avant 1992), 20 par l’AFAN ou l’INRAP, 3 par le CNRS et 2 par des services de collectivités (SMAVE, MADE). Quatre opérations ont été le fruit d’une collaboration entre le SRA et le CNRS, l’université ou l’INRAP. Les interventions associatives sont antérieures à 1986, tandis que celles du ministère (SRA ou correspondants) s’échelonnent entre 1981 et 2005, avec une forte activité entre 1986 et 1994, principalement dans le secteur de Louviers et dans le nord de la Seine-Maritime. L’activité de l’AFAN - INRAP est notable depuis 1994 et concerne 8 sites majeurs.

3La plupart des opérations sont localisées en secteur rural et les inhumations du haut Moyen Âge fouillées depuis 1979 dans les villes sont en nombre dérisoire. Ainsi, la thèse de C. Niel (2009), qui propose une étude d’anthropologie biologique et des pratiques funéraires des cimetières de la cathédrale de Rouen, « Cour d’Albane » et « Cour des Maçons », concerne principalement des ensembles postérieurs au Xe s.

  • 1 Le terme cimetière est employé dans cet ouvrage dans le sens de lieu de sépulture communautaire (Tr (...)
  • 2 Le cimetière de Porte-Joie, « Fosse XIV », a été intégré au tableau en raison de la reprise récente (...)

4Les fouilles portent sur plus de 90 tombes dans 14 cas, et entre 20 et 50 tombes dans 6 cas. Le corpus comporte 12 cimetières1 complets ou presque2, d’importance variable, qui couvrent la totalité de la période concernée : Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, Haudricourt, Fallencourt, Longroy, Poses, Capelle-les-Grands, Courbépine, Saint-Just, Eu, Isneauville, Honguemare-Guénouville et Aubevoye, « Le Chemin Vert ».

  • 3 Voir également Collectif 2002 ; Jimenez, Carré 2002 ; Jimenez et al. 2007, 2009 ; Carré et al. 2010
  • 4 Le Maho 1980a, 1989b, 1994b, 1998a, 2006b ; Le Maho, Roy 1986 ; Le Maho, Wasylyszyn 1998.
  • 5 Carré 1988, 1992, 1996a et b ; Carré, Guillon 1995, 1998, à paraître ; Guillon 1990, 1991, 1993, 19 (...)
  • 6 Collectif 2000a ; Langlois 2007 ; Langlois, Adrian 2004 ; Langlois, Gallien 2001, 2006, à paraître.

5Ces opérations ont, sauf exception, donné lieu à un rapport. Quelques-unes, antérieures à 2004, sont encore en phase post-fouille, pour différentes raisons : mobilier en cours de restauration, reprise de l’étude par un tiers ou manque de moyens. Les publications détaillées sont rares (fig. 55) : les seules monographies sont celles d’Haudricourt et de Louviers (Mantel et al. 1994 ; Carré, Jimenez dir., 20083). Les sites de Saint-Martin-de-Boscherville4, Criel-sur-Mer, Longroy, Villy-sur-Yères, Fallencourt (Mantel, Merleau 1998), Tournedos – Val-de-Reuil – Porte-Joie5, Romilly-sur-Andelle (Jouneau et al. 2007, Jouneau dir., à paraître) et Notre-Dame-de-Bondeville6 ont fait l’objet d’articles synthétiques. Un autre concernant le cimetière de Capelle-les-Grands est en attente d’édition (Jego et al. à paraître). Enfin, un ouvrage en cours de réalisation (F. Carré dir.) présentera exhaustivement les fouilles du secteur de Louviers antérieures à 1970 (reprise des archives et des collections des musées) ainsi que celles d’Hondouville, de Porte-Joie, « Fosse XIV », Tourville-la-Rivière, Val-de-Reuil, « Beausoleil 3 », et Léry ; les cimetières de Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie et Poses, qui nécessitent leur propre monographie, y feront seulement l’objet d’une notice détaillée. Deux masters portant sur les sites de Gisay-la-Coudre et Poses sont en cours à l’université de Rouen (Drieu 2010).

Fond blanc : sondages, sauvetages urgents, diagnostics, sépultures isolées ; fond vert : fouilles de cimetières ; en gras : sites fouillés exhaustivement ; RO : structure responsable de l’opération ; DAH : Direction des antiquités historiques ; ASSO : association ; UNIV : université ; Nbre : nombre.
Fig. 55 – Tableau récapitulatif des fouilles de sépultures ou de cimetières du haut Moyen Âge depuis 1980.

6.2. Données qualitatives et méthodologiques

6Les sites présentent des états de conservation très variables, en raison de leur arasement (Eu ou Capelle-les-Grands), de la disparition des os dans certains sédiments acides (Capelle-les-Grands, Parville) ou de l’importance des pillages (Criel-sur-Mer). Les tombes mises au jour lors de diagnostics sont souvent très abîmées au décapage en raison de l’effet de surprise. Le potentiel documentaire des sites et la manière d’aborder la fouille, l’enregistrement et l’étude sont bien sûr étroitement liés à cet état de conservation.

7La documentation disponible est de qualité disparate (fig. 56). Pour les fouilles du XIXe s., des différences sont déjà notables selon les chercheurs, mais la plupart du temps, le mobilier est collecté sans noter les associations d’objets qui ne sont connues que pour quelques sépultures. Les plans sont rares et les pratiques funéraires sont faiblement documentées. Entre le début du XXe s. et les années 1970, quelques interventions montrent une prise de conscience de l’importance de l’enregistrement, avec des descriptions tombe par tombe et parfois un plan : ce sont par exemple les fouilles de Tournedos-sur-Seine (environ 90 sépultures ; Divry 1924 et 1950) ou celles de Lorleau (59 tombes ; Lucas, Dollfus 1926 ; Dollfus 1962). Les fouilles de Porte-Joie, « Fosse XIV », de 1969 à 1971 et celles de Gisay-la-Coudre, de 1975 à 1986, marquent un tournant : le plan général et l’enregistrement tombe par tombe, avec relevé de la sépulture et photos, sont désormais systématiques.

8Une nouvelle démarche est mise en œuvre à partir de 1986 pour certains grands ensembles funéraires : l’anthropologie dite « de terrain », selon des méthodes proposées par H. Duday, est expérimentée sur le site de Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie (Guillon 1990, 1991, 1995, 1997, 2004), puis ceux de Poses, Longroy, Louviers et Romilly-sur-Andelle. Un enregistrement spécifique est appliqué : relevé au 1/5e et/ou photographies strictement verticales, prises des cotes de profondeur de la majorité des os et identification des faces d’apparition. Il est destiné à permettre une meilleure interprétation des modes d’inhumation, en particulier des contenants et des aménagements périssables. Parallèlement, des cimetières parfois conséquents sont étudiés plus sommairement, en l’absence de spécialiste sur le terrain, faute de moyens, de disponibilité ou d’intérêt, comme ceux de Guerny, Chavigny-Bailleul, Villy-sur-Yères et Hondouville. L’inégalité de la documentation est donc importante.

9Elle existe aussi au sein du groupe de sites où l’anthropologie de terrain a été pratiquée. Elle témoigne des tâtonnements de mise en place de la méthode comme à Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie et Poses. Sur le premier site, les cotes de profondeur ont été prises sur les os alors que le niveau sous les os est le plus pertinent ; l’enregistrement, très complet, est non interprétatif et demande un investissement très important a posteriori ; de plus, la priorité a été donnée aux os au détriment de la reconnaissance des effets de parois dans le sédiment ; sur le second site, l’enregistrement photographique a été seul utilisé, mais l’absence de repère de redressement et d’enregistrement complet des fosses limitent le raisonnement sur la relation entre le squelette et le bord de la fosse ou du contenant. Encore actuellement, la méthode d’enregistrement n’est pas normalisée et dépend directement du responsable d’opération. La photographie verticale n’est systématique que depuis quelques années ; les repères pour recaler les clichés manquent encore parfois ; les cotes de profondeur des os peuvent être mesurées à l’aide d’un niveau de chantier qui n’aura pas la précision d’un niveau à eau léger ; elles sont aussi quelquefois prises sur les os ; les coupes au niveau des jambes, qui renseignent sur les contenants périssables, en particulier sur les modes d’effondrement, sont rarement pratiquées.

10L’enregistrement pointilleux des os fait parfois oublier l’intérêt de celui du mobilier. Pourtant, il est aussi important pour la lecture des pratiques funéraires que pour la mise en place de la chronologie ou l’évaluation de l’importance sociale du défunt : une ceinture déposée enroulée, à la taille, n’a pas la même signification que si elle est portée. La localisation précise de l’objet est donc indispensable, et elle n’est souvent réalisée qu’en plan, alors que l’orientation et la face d’apparition sont primordiales.

Fond blanc : sondages, sauvetages urgents, diagnostics, sépultures isolées ; fond vert : fouilles de cimetières ; en gras : sites fouillés exhaustivement.
Fig. 56 – Tableau récapitulatif des modes d’enregistrement des sépultures.

11La disparité des informations est donc constatée dans le domaine des pratiques funéraires, en particulier pour l’étude des aménagements périssables et celle du mobilier.

12Elle est d’ailleurs perceptible lors de la consultation des rapports. Certains sont assez incomplets : par exemple, ceux de Saint-Martin-de-Boscherville abordent peu les sépultures (aucun catalogue, aucune synthèse sur les pratiques funéraires) ; ceux de Rouen, « Palais de Justice » et « Puits-Saint-André » sont très synthétiques et ne fournissent pas les données brutes concernant les modes d’inhumation : le catalogue des sépultures précise uniquement les éléments chronologiques et biologiques. De même, un catalogue des 41 sépultures de Notre-Dame-de-Bondeville, avec la documentation graphique associée, serait vraiment précieux. Dans beaucoup de cas, les petits ensembles et les tombes isolées sont également mal documentés (photographies de biais, pas de relevé, pas d’enregistrement précis). On fait souvent appel à l’anthropologue a posteriori pour une rapide étude biologique.

13La place accordée aux études post-fouille est variable. Le traitement des squelettes peut se limiter à un simple lavage, donner lieu à une détermination rapide de l’âge et du sexe, proposer une analyse paléodémographique, morphologique et sanitaire (Haudricourt, Louviers, Notre-Dame-de-Bondeville) et, plus rarement, répertorier les caractères discrets (Poses) (fig. 57). Sur quelques sites, l’état des os ne permet aucune étude (Capelle-les-Grands et Parville). Les intervenants sont nombreux : Faculté de médecine de Caen (Gisay-la-Coudre), J. Blondiaux (Haudricourt), étudiants de L. Buchet ou de M. Guillon (Fallencourt, Longroy), M. Guillon et son équipe (Porte-Joie, Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, Val-de-Reuil, Romilly-sur-Andelle, Aubevoye, « La Chartreuse »), V. Gallien (Rouen, « Palais de Justice », Notre-Dame-de-Bondeville, Courbépine et Louviers), L. Bonnabel (Poses), M. Texier (Isneauville, Saint-Just) et S. Pluton (Chavigny-Bailleul, Dangu et Guichainville, « Saint-Laurent »). Le retour à l’os pour compléter les données ou les datations est le plus souvent possible car les collections ont été conservées, à l’exception de celle de Gisay-la-Coudre qui a en partie disparu. Les os sont correctement stockés au dépôt du SRA à Canteleu (ou, pour Saint-Martin-de-Boscherville, dans un bâtiment du muséum d’histoire naturelle de Rouen).

Fond blanc : sondages, sauvetages urgents ; fond vert : fouilles de cimetières ; en gras : sites fouillés exhaustivement ; Nbre : nombre ; Anthrop. : anthropologie ; Morph. : morphologie ; sanit. : sanitaire ; Caract. : caractères.
Fig. 57 – Tableau récapitulatif des études d’anthropologie biologique réalisées sur les principaux ensembles funéraires.

14Le traitement du mobilier est aussi très disparate (fig. 58). Ces dernières années, un effort conséquent a été fait par le SRA pour résorber le problème des sites fouillés avant 1995, principalement pour le secteur du Vaudreuil, dans le cadre d’un projet de publication (fig. 59). Ainsi, le mobilier provenant de Porte-Joie, « Fosse XIV », de Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, « Butte-Saint-Cyr » et de Poses a été restauré. La mairie d’Hondouville a pris en charge les objets de la parcelle C349 et le SRA ceux de la parcelle C354. En revanche, les sites de Villy-sur-Yères, Criel-sur-mer, Fallencourt et Longroy sont très partiellement traités, et les armes et couteaux, sauf les pièces exceptionnelles, sont déjà en majorité trop corrodés pour être conservés.

15Jusqu’en 2002, le recours à un restaurateur professionnel n’était pas systématique. Les objets en alliage cuivreux étaient encore parfois nettoyés par un fouilleur comme ceux de Capelle-les-Grands. Depuis 2002, les opérateurs des fouilles ont l’obligation de stabiliser le mobilier, mais la question de la restauration reste posée. Sans elle, la publication des sites sera incomplète, tant les identifications sur radios sont aléatoires ; les problèmes concernent principalement le mobilier inhabituel et les petits instruments (pinces à épiler, instruments de toilette, outils). Les études techniques sont également impossibles sans restauration, ainsi que les observations concernant les matériaux organiques, entre autres les cuirs et les textiles. Les objets intéressants de Capelle-les-Grands – conglomérat d’outils, plaque-boucle en fer recouverte de tôle d’argent de type wisigothique (fig. 86) – devraient impérativement être restaurés. Le mobilier en fer de Romilly-sur-Andelle, en particulier certaines garnitures de ceinture damasquinées, a en revanche trop souffert de la corrosion pour justifier une restauration.

16En France, les restaurateurs travaillent souvent a posteriori, sur des prélèvements en motte, des objets situés dans l’espace (prélèvement sur un support orienté) voire détachés de tout repère spatial (prélèvement en sac). Les laboratoires privilégient le prélèvement en motte, plus favorable à l’étude des matières organiques et donnent volontiers des conseils pratiques, mais ils n’ont pas toujours un spécialiste des textiles, cuirs ou végétaux prêt à intervenir avant le traitement des objets. Quelques collaborations de ce type sont toutefois notables, avec le laboratoire de restauration du musée d’archéologie nationale (MAN, Le Forestier et al. 2009), le laboratoire d’analyse des métaux (LAM) est nécessaire de conserver les traces observées en place sur l’objet, tant qu’un spécialiste n’en a pas fait l’étude, cette dernière étant facilitée si l’objet n’a pas encore été traité. Un fragment de textile dans lequel une fibule est piquée a plus d’intérêt qu’un morceau détaché de l’objet et dont on ne connaîtra jamais la fonction, par exemple fixer un vêtement, fermer un sac ou bien un linceul. La publication du site de Louviers montre les résultats que l’on peut obtenir grâce à ce choix (Carré, Jimenez dir., 2008, p. 83-99).

Fond blanc : sondages, sauvetages urgents ; fond vert : fouilles de cimetières ; en gras : sites fouillés exhaustivement ; Sép. : sépulture ; env. environ ; all. : alliage.
Fig. 58 – Tableau récapitulatif des études réalisées sur le mobilier des sites funéraires.

17L’analyse complète du mobilier, avec des dessins précis, l’identification des objets et la proposition de comparaisons, est achevée pour les sites d’Haudricourt et de Louviers. Pour 12 autres, elle est en cours, parfois depuis de nombreuses années, et repose essentiellement sur l’activité d’É. Mantel et F. Carré. Elle est conduite par R. Colleter pour Romilly-sur-Andelle.

18Comme nous venons de le souligner, l’étude des restes organiques est rare, à l’exception de Louviers où, pour la première fois dans la région, une démarche plus complète a été mise en place lors de la préparation de la publication. Les traces de bois ont été analysées par W. Tegel, en particulier pour déterminer les essences utilisées pour fabriquer les contenants cloués. Le restaurateur, B. Bell, a soigneusement identifié les traces de cuir et une spécialiste des textiles, A. Rast-Eicher, a travaillé sur les restes minéralisés par l’oxydation. Les résultats sont particulièrement intéressants. L’utilisation privilégiée d’une essence de bois, le peuplier, indique la préparation de matériaux destinés à la fabrication de contenants funéraires plutôt que des réutilisations opportunistes de planches. Les différents textiles documentent les couches vestimentaires, la richesse de la sépulture (fragment de soie), mais aussi les pratiques funéraires. Ces éléments prendraient encore de la valeur s’ils pouvaient être confrontés avec d’autres données régionales mais les comparaisons demeurent limitées, même sur le plan national. Un test effectué par A. Rast-Eicher sur les textiles préservés sur des objets de Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie montre le potentiel des collections anciennes lorsque les traces organiques ont été préservées à la restauration. Il y aurait matière à des études complémentaires. Pour le site de Romilly-sur-Andelle, fouillé récemment, les identifications des bois des manches des couteaux et des armes ainsi que des textiles sont prévues.

19

Fig. 59 – Tableau récapitulatif des investissements de la DRAC Haute-Normandie par année pour l’étude et la restauration du mobilier du haut Moyen Âge en euros (M. Legris).

Fig. 60 – Répartition chronologique des principaux sites funéraires fouillés depuis 1970.

Nbre : nombre ; sép. : sépulture.
Fig. 61 – Tableau récapitulatif des sépultures isolées découvertes en habitat.

6.3. Caractéristiques chronologiques du corpus

20La chronologie des sites funéraires était jusqu’à présent basée essentiellement sur le mobilier associé aux sépultures. La méthode des permutations matricielles mise en place par R. Legoux a été appliquée en Haute-Normandie uniquement aux sites d’Haudricourt et de Fallencourt ; elle aide à comprendre l’évolution chrono-topographique du cimetière (Legoux 1994). Pour Louviers et Capelle-Les-Grands, la datation du mobilier métallique est basée sur la chronologie proposée pour les régions entre Manche et Lorraine grâce à ce procédé (Legoux et al. 2004). La céramique est toujours traitée indépendamment, sa datation s’appuyant désormais aussi sur les études réalisées pour les habitats, où les associations de formes et de productions permettent d’affiner les propositions.

21Pour les inhumations sans caractère spécifique et dépourvues d’objet, la chronologie relative et les datations 14 C restent les seules possibilités (fig. 3 et 61). L’utilisation des cotes de profondeur du fond de la fosse comme argument chronologique n’est absolument pas fiable, comme cela a été observé lors des fouilles du cimetière de Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie. Toutefois, en milieu urbain, l’apport de remblais peut constituer un repère chronologique. Employé presque systématiquement pour les sépultures isolées découvertes en habitat (6 cas, fig. 61), le 14C est aussi utilisé en contexte urbain pour caler un phasage (Rouen, « Palais de Justice ») ou pour de petits cimetières ruraux tel celui de Courbépine. Depuis 2004, il est testé sur les grands ensembles de Louviers et Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, comportant des tombes à mobilier, dans le but de valider la typo-chronologie des sépultures ou à Poses pour situer le moment d’abandon du cimetière. Les fourchettes obtenues sont importantes, mais les renseignements apportés par les termini renouvellent parfois la lecture des sites : à Louviers, par exemple, une tombe datée entre 238 et 417 témoigne d’une occupation du cimetière au moins dès le début du Ve s., alors que le mobilier donnait une impression plus tardive. Dans la région, aucune datation 14C n’a encore porté sur une tombe à mobilier. Cette démarche, qui contribuera peut-être à ajuster, par les termini, la chronologie de Legoux, Périn et Vallet (Legoux et al. 2004), va être tentée en 2009/2010 par le SRA pour quelques tombes riches de Louviers, Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, Haudricourt et Longroy.

22Les fouilles réalisées depuis 1980 ne couvrent pas de manière homogène la période considérée (fig. 60). Les phases anciennes, du dernier tiers du Ve au premier tiers du VIe s. (phases PM et MA1 de Legoux et al. 2004), ne sont représentées que sur trois sites, et l’échantillon de tombes disponibles est très limité, avec au plus une vingtaine d’individus en tout. Les phases centrales de la période, de 520 au début du VIIe s. (phases MA2 et MA3 de Legoux et al. 2004), sont illustrées par une dizaine de sites, tandis que les phases récentes, qui concernent tout le VIIe et le début du VIIIe s. (phases MR de Legoux et al. 2004), sont documentées par une vingtaine de sites dont les importants cimetières de Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, Chavigny-Bailleul, Notre-Dame-de-Bondeville, Saint-Martin-de-Boscherville, Romilly-sur-Andelle et Poses. Les VIIIe -Xe s. sont évoqués sur les sites de Poses, Rouen, « Palais de Justice » et « Cour d’Albane », Saint-Martin-de-Boscherville, Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, Courbépine et Romilly-sur-Andelle. En l’absence de typo-chronologie calée par 14C, ces tombes sont souvent difficiles à distinguer des sépultures des XIe-XIIe s., attestées sur les sites de Rouen, « Palais de Justice », Saint-Martin-de-Boscherville, Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, Courbépine et Romilly-sur-Andelle.

6.4. Organisation des sites funéraires

6.4.1. Sépultures dispersées en habitat

23Les sépultures dispersées sur les sites d’habitat ont fait l’objet, ces dernières années, de quelques réflexions, car leur fréquence et leur signification intrigue (Treffort 2004 ; Pecqueur 2003 ; Peytremann 2003 ; Blaizot 2006). La région en fournit plus de vingt cas et les datations 14C permettent maintenant d’effectuer un tri (fig. 61). En effet, certains n’appartiennent pas au haut Moyen Âge. À Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, l’un est daté de La Tène tandis qu’à Chavigny-Bailleul, deux appartiennent aux XIe-XIIe s. La pratique dure longtemps comme en témoigne une inhumation mise au jour à Guichainville, « La Petite Dîme », datée entre 1130 et 1368, et une autre à Aubevoye, « Tournebut », accompagnée de mobilier du début du XVIIe s.

24Comme nous l’avons vu précédemment, ces sépultures n’étaient pas attendues et ont parfois été abîmées au décapage ; elles ont rarement été enregistrées avec le même soin que celles des cimetières, où la présence d’un anthropologue est plus fréquente. Cet état de chose tendrait à s’améliorer car l’expérience des responsables et des techniciens croît et le nombre d’anthropologues disponible à l’INRAP aussi. Les autres structures font plus difficilement face à ces découvertes. Pourtant, une étude détaillée de ces cas permettra sans doute de mettre en évidence le particularisme des pratiques funéraires, ou son absence, comme en Île-de-France (Pecqueur 2003).

25Quelques exemples méritent d’être présentés rapidement comme celui des sépultures de Guerny, datées des VIIe-XIe s., qui sont placées dans le comblement d’un fossé qui borde un chemin contemporain de l’habitat (fig. 29). Le lien avec un chemin est en effet relativement fréquent. À Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, deux des tombes isolées sont installées au cœur de l’habitat (fig. 24) et comportent un mobilier similaire, constitué de deux mordants de ceinture triangulaires en fer et d’un ou deux couteaux, qui les apparente chronologiquement et socialement. Un autre individu est jeté dans le comblement d’un puits avec des détritus (faune). À Tourville-la-Rivière (fig. 20), une petite fosse cantonnée de quatre trous de poteaux installée au milieu des structures d’habitat semble avoir une signification particulière : elle contient une cruche dont la panse a été cassée pour y introduire des cendres (pas d’os), un fossile d’oursin, un peigne, un fragment d’aiguille en os déposé sous l’extrémité d’un bois de cerf scié, de la faune, des tessons et une épiphyse de vertèbre immature non fossilisée appartenant à un grand mammifère marin. Ce type de dépôt fait penser à une structure funéraire, et l’hypothèse d’un cénotaphe a été avancée. Le mobilier le date de la seconde moitié du Ve s.

6.4.2. Cimetières

6.4.2.1 Topographie

26Il n’y a pas de synthèse régionale sur les choix d’implantation topographiques des sites funéraires, de même que pour les habitats. Dans le nord de la Seine-Maritime, les sites fouillés récemment sont tous sur un coteau, en situation de rupture de pente. Dans le secteur de Louviers, ils sont en fond de vallée de la Seine, de l’Eure ou de l’Andelle. Les découvertes récentes comprennent aussi quatre sites de plateau, Honguemare-Guenouville, Isneauville, Capelle-les-Grands et Chavigny-Bailleul.

6.4.2.2 Relations avec les occupations antérieures

27Les cimetières du haut Moyen Âge sont parfois installés sur des occupations antérieures. La recherche régionale propose à ce sujet deux synthèses. L’une traite de la réutilisation funéraire des monuments mégalithiques, de ses modalités et de son interprétation d’après trois exemples du secteur du Vaudreuil, Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, « La Butte-Saint-Cyr », Porte-Joie, « Fosse XIV » et Val-de-Reuil, « Beausoleil 3 » (fig. 62).

Fig. 62 – Réoccupations funéraires de mégalithes aux VIIe-VIIIe s. : les exemples de Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie (27), « Butte-Saint-Cyr », Porte-Joie (27), « Fosse XIV » et Val-de-Reuil (27), « Beausoleil » (F. Carré, C. Billard).

Fig. 63 – Isneauville (76), « Plaine de la Ronce », zone C : cimetière du haut Moyen Âge installé sur les vestiges d’une villa antique (Y.-M. Adrian, D.A.O.S. Le Maho).

Fig. 64 – Eu (76) « L’Orée du Bois » : installation d’un petit groupe de sépultures des VIe-VIIe s. au cœur d’un système d’enclos antérieur (S. Devillers ; D.A.O.A. Bourgois).

28À la suite d’un article plus général (Billard et al. 1996), une monographie détaille les éléments conduisant à des interprétations (Billard et al. dir., à paraître). La seconde synthèse, développée dans trois articles qui se recoupent, étudie le réemploi funéraire des édifices antiques en Normandie en analysant en particulier l’exemple du fanum de Saint-Martin-de-Boscherville (Le Maho 1994b, 2004d et 2006b). Le phénomène, appréhendé également par les fouilles de Gisay-la-Coudre, est aussi documenté par deux opérations en cours d’étude présentant des tombes installées sur les vestiges de villae : Aubevoye, « Le Chemin Vert » et Isneauville. Elles permettront peut-être une meilleure compréhension du phénomène : la question de l’état de l’édifice antique au moment du creusement des tombes est en effet importante pour l’interprétation (possibilité de chapelle ou de memoria). Ainsi, à Isneauville, une seule sépulture recoupe un mur antique, suggérant une possible remise en état d’une partie du bâtiment (fig. 63).

29Plus discrète, l’influence d’éléments parcellaires antérieurs sur la topographie funéraire du haut Moyen Âge est néanmoins observée à Eu, où les tombes des VIe-VIIe s. sont organisées le long d’un fossé d’enclos de l’âge du fer (fig. 64), à Saint-Just, où le fossé d’un chemin probablement gallo-romain marque aussi la limite du petit cimetière et à Capelle-les-Grands, entre le Ve et le VIIIe s., où les tombes semblent être installées dans l’emprise d’un des enclos du parcellaire antique (fig. 65). Quelques sépultures seulement se superposent aux fossés, ce qui indique le comblement de ces derniers, mais la conservation probable de marqueurs parcellaires qui leur sont liés, talus ou haies.

Fig. 65 – Cimetière de Capelle-les-Grands (27), « Les Terres Noires » (Ve-VIIIe s.) : organisation des tombes au sein d’un enclos gallo-romain (L. Jego, F. Carré).

6.4.2.3 Relations avec les habitats contemporains

30L’environnement des sites est encore trop rarement documenté. La présence d’un habitat à proximité du cimetière n’est souvent suggérée que par quelques structures en périphérie du décapage, comme un grenier à Haudricourt et des fours, des silos et un fond de cabane à Romilly-sur-Andelle. Dans quatre cas seulement, l’emprise de la fouille a permis de connaître la physionomie de l’habitat associé au cimetière (Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, Poses, Chavigny-Bailleul, Parville). De plus, même si habitats et cimetières semblent topographiquement liés, la prudence s’impose pour associer étroitement habitants et défunts : une population peut ne pas être exhaustivement inhumée dans le cimetière voisin, qui peut aussi accueillir des individus ayant habité ailleurs. Dans d’autres régions, des fouilles de grande ampleur ont montré la multiplicité des sites funéraires et des sites d’habitat dans un micro-terroir, la complexité de leur organisation et la difficulté à établir des correspondances (exemple de Serris, en Île-de-France, Catteddu et al. 2009, p. 219).

Fig. 66 – Cimetière de Poses (27), « La Plaine » (VIIe-VIIIe s.) : organisation des tombes à l’intérieur d’un enclos disparu qui s’affranchit totalement du parcellaire antique (B. Penna †, D.A.O.F. Jimenez).

6.4.2.4 Limites des cimetières

31Le dynamisme de l’archéologie funéraire régionale depuis 1985 est perceptible lorsque l’on aborde cette question. Le corpus témoigne d’une certaine variété.

32Deux cimetières sont installés sur des enclos antiques, mais les choix sont différents : alors qu’à Capelle-les-Grands, l’enclos antérieur semble marquer la limite du cimetière (fig. 65), à Poses, en revanche, entre le VIIe et le IXe s., l’emprise des tombes montre la présence d’une clôture qui s’affranchit complètement des orientations du parcellaire antique et pourrait comporter deux états (fig. 66).

33L’organisation des tombes du petit cimetière d’Haudricourt entre le milieu du VIe s. et le début du VIIIe s. suggère l’absence de limites matérialisées (Mantel et al. 1994), tandis qu’à Fallencourt, entre le milieu du VIe s. et le début du VIIIe s., les structures funéraires occupent un espace rectangulaire indiquant, comme à Poses, la présence d’un enclos ; il pourrait avoir été aggrandi ou abandonné à la fin de l’utilisation du cimetière (Mantel, Merleau 1998, p. 240-241). À Longroy (fin du IVe-début du VIIIe s.), la configuration linéaire du plan est peut-être liée à des limites parcellaires (Mantel et al. 2006a, p. 115-116). À Villy-sur-Yères, il semble borné par deux chemins convergents (Mantel, Merleau 1998, p. 236-238).

6.4.2.5 Organisation des tombes, marquage, paysage du cimetière

34La majorité des cimetières présente une organisation en rangées plus ou moins régulières de fosses majoritairement orientées ouest-est, où apparaissent parfois nettement des regroupements qui pourraient être familiaux. À partir du milieu du VIIe s., une intensification de l’utilisation de l’espace funéraire est souvent observée. Elle se traduit par des recoupements plus nombreux et des réutilisations de contenants ou de fosses observés à Haudricourt, Poses, Louviers, Notre-Dame-de-Bondeville (Langlois, Gallien à paraître), Honguemare-Guénouville etc. Seul le site de Notre-Dame-de-Bondeville fournit des éléments concernant le marquage des tombes au sol par une stèle, un couvercle de sarcophage décoré ou des plate-tombes (Collectif 2000a ; Langlois, Gallien 2001, 2006 ; Langlois 2007). Ailleurs, quelques trous de poteaux peuvent être interprétés dans ce sens. En revanche, la signalisation de certaines inhumations sur une longue durée est prouvée à Louviers, par l’existence de pillages médiévaux dans les limites des fosses et par l’installation de tombes autour d’une sépulture privilégiée établie plus de 150 ans auparavant (Carré, Jimenez dir., 2008, p. 165-166).

35Des cheminements sont parfois suggérés par la position des fosses, comme à Saint-Martin-de-Boscherville (accès à la chapelle, Le Maho 1998a) ou à Capelle-les-Grands (fig. 65 ; Jego et al. à paraître). Les autres espaces non occupés évoquent la présence d’arbres, de places ou d’éventuels bâtiments (Haudricourt). Le paysage du cimetière n’est pas encore suffisamment traité : tout au plus transparaît-il dans les analyses carpologiques et anthracologiques de Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, où des arbustes de jardins, vergers ou broussailles sont perçus dans les environs du cimetière (Carré et al. 2007 complété par Carré et al. à paraître). Il faudrait prévoir à l’avenir des études palynologiques et carpologiques d’échantillons provenant de sépultures, ne serait-ce que pour tester les possibilités, au moins dans le cas des occupations de courte durée, pour lesquelles les sédiments risquent d’être moins brassés.

6.4.2.6 Édifices associés

36Les sépultures sont loin d’être associées systématiquement à des édifices (religieux et/ou funéraires) et ce jusqu’au Moyen Âge. Si ce phénomène est délicat à mettre en évidence en milieu urbain, où la fouille exhaustive d’un espace funéraire est rare, il est en revanche bien illustré en secteur rural : les cimetières de Fallencourt, Longroy et Capelle-les-Grands, dont l’occupation se termine au cours du VIIIe s., sont dépourvus de bâtiment. Encore aux Xe-XIIe s., à Courbépine, 22 sépultures sont installées « en plein champ » (fig. 27).

  • 7 De plus, il n’a pas servi au stockage de grains, d’après un test négatif effectué dans les niveaux (...)

37Néanmoins, très souvent, des bâtiments sont découverts au sein des cimetières. Ils suscitent de nombreuses questions en rapport avec leurs fonctions, parfois très incertaines : la proximité de structures d’habitat peut rendre l’interprétation délicate. Ainsi, à Romilly-sur-Andelle, la fonction d’un grand fond de cabane comblé aux IXe-Xe s. est discutée : son orientation, sa position dans l’angle nord-ouest du cimetière des Xe-XIIe s. et sa taille importante semblent le lier à l’espace funéraire plus qu’au secteur domestique, mais aucune certitude n’est possible. À Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, les fonds de cabanes et les trous de poteaux de l’habitat des VIIe -VIIIe s. sont recouverts par l’occupation funéraire postérieure. Il en est de même d’un bâtiment semi-enterré, de plan presque carré, antérieur à 668, d’après la datation radiocarbone d’une sépulture installée sur les remblais de la fosse d’installation. Il se distingue des structures domestiques par son plan et sa technique de construction7 et semble conditionner l’organisation de la zone funéraire du milieu du VIIe s. au Xe s. L’établissement de sépultures le long de ses murs et la présence en son centre de fosses contenant des os humains le lient à l’espace funéraire (fig. 62 ; Carré 1996a ; Catteddu et al. 2009). Ces os, scellés par un plancher carbonisé en place, sont datés avec 95 % de confiance entre 798 et 985 après J.-C. Le bâtiment est donc encore utilisé à la fin du VIIIe s. et en fonction lors de la construction de l’édifice sur poteaux identifié comme une église.

38Les indices sur lesquels repose l’hypothèse de l’existence d’un édifice funéraire ou cultuel sont parfois légers et peuvent être les mêmes que ceux d’une clôture : sur deux sites, il s’agit uniquement de la répartition des inhumations ; ainsi, à Haudricourt, le plan révèle un espace vide rectangulaire (Mantel et al. 1994), tandis qu’à Poses, le cimetière présente un secteur marqué par une accumulation de tombes qui laisse entrevoir la présence d’une limite ou d’une petite construction à abside rectangulaire dont il ne subsisterait aucune trace (fig. 66 et 79).

39Dans le cas des cimetières implantés sur des bâtiments antiques, la question de la restauration ou de la conservation de pièces couvertes, pouvant servir de monument funéraire ou de chapelle, reste souvent posée. Des éléments ténus le suggèrent à Gisay-la-Coudre avec le possible réaménagement d’une ouverture d’une des pièces de la villa (Collectif 1990a, p. 130) ainsi qu’à Isneauville, où l’on envisage la restauration partielle d’un petit bâtiment résidentiel (fig. 63). À Hondouville, la présence d’un imposant bâtiment antique servant de fondation à la nef de l’église médiévale et accueillant des inhumations en sarcophages laisse entrevoir un phénomène proche (fig. 67 ; Carré 2004). Lorsqu’une église succède aux premières traces observées, l’hypothèse concernant la fonction liturgique et/ou funéraire des édifices est étayée, comme à Rouen, « Palais de Justice » et Saint-Martin-de-Boscherville (cf. 7.2).

Fig. 67 – Église Saint-Saturnin d’Hondouville (27) : les murs de la nef actuelle reposent sur des fondations antiques ; le bâtiment gallo-romain accueille des sarcophages du haut Moyen Âge (F. Carré).

40Les sites de Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, Romilly-sur-Andelle et Notre-Dame-de-Bondeville ont permis l’étude du rapport entre cimetière et bâtiment religieux. Ces derniers sont traités dans le chapitre qui suit sur les lieux de culte.

41Pour conclure, la région propose donc un corpus varié de bâtiments associés à des cimetières et permet d’évoquer la majeure partie des problématiques nationales concernant ce thème.

6.5. Anthropologie biologique : bilan et perspectives

42Lorsque l’archéologue met en place une étude d’anthropologie biologique des sépultures qu’il a mises au jour, il est en droit de s’interroger sur les choix d’études et les résultats attendus : c’est une pratique relativement longue et coûteuse. Pour la plupart, nous souhaitons des renseignements sur les conditions de vie, les activités et donc le statut social de la population. Il faut pour cela croiser les données paléodémographiques (âge au décès), morphologiques (taille) et sanitaires (alimentation, activités, carences). Nous nous interrogeons également sur le fonctionnement de la communauté, sur les éventuels apports de populations exogènes à travers les données morphologiques. Nous abordons aussi la question de la gestion de l’espace funéraire et nous allons alors nous appuyer sur la paléodémographie, l’étude des caractères discrets et éventuellement les analyses ADN pour identifier des secteurs réservés à certains individus ou l’existence de regroupements familiaux.

43Bien entendu, les résultats obtenus dans les deux premiers domaines ne sont vraiment fiables que si la chronologie des tombes l’est aussi et ils ne seront validés que par comparaison avec d’autres sites. Ces dernières sont entravées, en Haute-Normandie, par le nombre d’études non rendues ou très partielles mais également par la multiplication des intervenants, dont les méthodes de mesures ou les critères d’évaluation ne sont pas toujours identiques : par exemple, la prise en compte de l’arthrose pour identifier les parties du corps les plus sollicitées n’est pas toujours couplée à l’enregistrement des développements osseux à l’attache des muscles les plus mobilisés (enthésopathies).

44En dépit de ces limites, les données régionales apportent déjà des résultats (fig. 57). Elles mettent par exemple en évidence une aggravation des conditions de vie de la population inhumée dans le cimetière de Saint-Jean à Rouen, « Palais de Justice », entre le IXe et le XIIe s. (Gallien 2004a et b) ; elles montrent le statut privilégié des inhumés de Notre-Dame-de-Bondeville qui pratiquent probablement intensivement l’équitation et ont une stature ainsi qu’une longévité remarquables (Langlois, Gallien 2006) ; elles documentent les conditions de vie favorables des habitants de Louviers et permettent d’identifier un petit groupe particulier (Carré, Jimenez dir., p. 43-59) ; elles caractérisent la population d’Haudricourt, qui présente des séquelles des travaux ruraux ou artisanaux différentes selon le sexe, qui suggèrent des travaux agricoles ou forestiers pour les hommes et domestiques pour les femmes (Mantel et al. 1994, p. 210).

45Renseignant sur l’alimentation et sur sa composante carnée, l’étude du collagène est encore peu pratiquée, mais semble prometteuse. Elle est actuellement testée sur le site antique d’Évreux, rue de la Libération (responsable d’opération : S. Pluton ; analyses É. Herrscher, laboratoire CNRS Marseille). Son coût est limité et seule une phalange est détruite par individu. Pour le haut Moyen Âge régional, il serait intéressant d’engager ces analyses sur un échantillon provenant de sites contemporains dont les pratiques funéraires et/ou le contexte sont très différents. Par exemple, dans le secteur du Vaudreuil, quatre sites fournissent des sépultures de la seconde moitié du VIIe s. accompagnées de mobilier ; Louviers, constitue probablement un noyau pré-urbain ; à Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie et Romilly-sur-Andelle, les cimetières, comportant de nombreux sarcophages, sont organisés autour d’une église ; à Poses, église et sarcophages sont absents. Les dissemblances portent-elles aussi sur les habitudes alimentaires ?

46La réflexion sur les groupes familiaux est encore en cours. Les caractères discrets, qui se transmettent plus ou moins génétiquement (les spécialistes en discutent encore pour certains d’entre eux), ne peuvent être étudiés que si les squelettes, les crânes en particulier, sont en bon état. Leur enregistrement a été réalisé à Poses, sans être suivi d’une véritable exploitation des données, ainsi qu’à Louviers et Notre-Dame-de-Bondeville, mais le corpus est trop limité pour un traitement statistique. Alors que les possibilités de cet axe de recherche ne sont pas encore validées, avec les mêmes objectifs, des analyses ADN sont parfois envisagées, mais leur coût est important et le protocole de prélèvement et de conservation fort contraignant (Romilly-sur-Andelle). Que choisir ? Est-il raisonnable d’investir dans cette problématique sachant que la famille comporte des éléments acquis par alliance, qui n’ont pas de lien génétique avec les autres ? De plus, au haut Moyen Âge, elle peut accueillir des « clients » et donc englober d’autres familles « satellites » autour de celle d’un homme important. Leur regroupement funéraire est possible mais le lien entre tous nous échappera.

47En guise de bilan, on peut souligner que la diversité des intervenants ne favorise pas les comparaisons entre ensembles et qu’il reste à effectuer un travail d’harmonisation des travaux avec des objectifs communs. La force de la région réside dans la conservation des ensembles fouillés, dont l’étude peut être complétée ou actualisée. La présence d’un nombre important d’anthropologues de l’INRAP travaillant en Haute-Normandie (M. Guillon, S. Pluton, V. Gallien, M. Texier, R. Colleter et A. Thomann) devrait favoriser les échanges, la mise en place d’une démarche collective et fournir un atout, plutôt que constituer un handicap.

6.6. Typo-chronologie des sépultures

48La typo-chronologie des sépultures repose essentiellement sur l’aménagement de la tombe et le dépôt de mobilier. En effet, les acquis des dernières années au niveau national montrent nettement que, en ce qui concerne le haut Moyen Âge, la position du corps, et en particulier des membres supérieurs, apporte rarement des éléments significatifs, y compris au sein d’un même site.

49Deux synthèses sur l’architecture de la tombe sont disponibles. La première concerne l’Ouest parisien et englobe une partie de l’Eure (Bourgeois 1995a, p. 274-286) ; elle est encore tout à fait d’actualité pour ce qui est des sarcophages, mais maintenant caduque pour les aménagements en bois, pour lesquels les données se sont multipliées. La seconde chrono-typologie proposée pour la Normandie est lacunaire (Pilet 1996), s’étant appuyée sur un nombre limité de sites hauts-normands et n’ayant intégré ni les données des fouilles du XIXe s., ni celles de certains cimetières mis au jour entre 1986 et 1994 (Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, Haudricourt ou Poses). Ces travaux pourraient être étoffés et complétés car de nouveaux types de sépultures sont maintenant documentés.

6.6.1. Position des corps

50La position des corps est relativement répétitive, en décubitus dosal, avec les membres supérieurs le plus souvent en extension ou proches de l’extension, les mains se trouvant très rarement au-dessus de la ceinture, sauf peut-être à Romilly-sur-Andelle. Les membres inférieurs sont eux aussi généralement en extension, jambes plus ou moins convergentes. Quelques cas particuliers s’écartent de ce schéma.

51Ainsi, à Haudricourt, la sépulture 1 est déposée en décubitus latéral, jambes repliées en position fœtale. Le mobilier associé, dont une plaque-boucle en fer triangulaire à trois bossettes, ne laisse aucun doute sur sa datation. À Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, l’individu 1402 est placé sur le ventre, avec une boucle de ceinture et une monnaie du IXe s. L’interprétation de ces sépultures atypiques reste délicate (Treffort 2004).

6.6.2. Des inhumations en pleine terre ?

52Ce mode d’inhumation a souvent été proposé par défaut, lorsqu’aucun élément ne paraissait disponible pour évoquer autre chose. Le développement des études taphonomiques permet maintenant d’autres hypothèses. Toutefois, la simple déduction de l’espace de décomposition ne suffit pas à clore la réflexion : les indices taphonomiques d’une décomposition en espace colmaté ne témoignent pas forcément d’une inhumation en pleine terre. Par exemple, à Poses, la perméabilité de certains contenants a provoqué des effets de colmatage rapide ; en revanche, les contenants demeurent lisibles à travers les effets de paroi rectilignes de part et d’autre des corps, marqués par des alignements d’os et le maintien de certains en équilibre.

Fond vert : sites ayant fourni des sarcophages ; fond blanc : sites majeurs où l’absence de sarcophage est constatée ; en gras : fouilles exhaustives ; Nbre : nombre ; sarco. : sarcophage.
Fig. 68 – Tableau récapitulatif des sites comportant des sarcophages et caractéristiques du corpus.

53Paradoxalement, l’inhumation en pleine terre est difficile à prouver et il n’existe pas d’exemple régional certain avant le Xe s. Lorsque les indices osseux manquent, les fosses sont vastes et à fond bien plat, y compris à la tête et aux pieds, comme celles qui accueillent un contenant en bois. À Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, du VIIe au IXe s., les tombes semblent comporter majoritairement un contenant et c’est au cours du Xe s., sans doute vers la fin de ce siècle, que la physionomie des fosses change : le fond n’est plus plat mais creusé en cuvette. La morphologie de la fosse peut servir d’indicateur sur le mode d’ensevelissement : elle est parfois incompatible avec un coffrage ou un cercueil (fosse anthropomorphe), tout en permettant la présence d’un couvercle.

6.6.3. Sarcophages

54Une première approche de ce type de contenant a été présentée au colloque de l’Association française d’archéologie mérovingienne de Bordeaux en 2009 sous la forme d’une étude comparative des deux Normandies (Hincker, Carré à paraître). Basée sur un dépouillement provisoire de la documentation, du moins pour la Haute-Normandie, elle définit un cadre typo-chronologique, met en évidence un certain nombre de phénomènes et propose des interprétations. Les paragraphes qui suivent résument très succinctement ce travail qui sera complété par un article sur les sarcophages de Romilly-sur-Andelle (Jouneau dir., à paraître).

55Les sarcophages régionaux peuvent se ranger dans deux grandes catégories morphologiques (fig. 68 et 69). La première associe les exemplaires façonnés dans des blocs antiques remployés et a récemment été observée à Louviers, pour la deuxième moitié du Ve s. et la première moitié du VIe s. (Carré, Jimenez dir., 2008, p. 62-65). La seconde regroupe les sarcophages trapézoïdaux en une ou plusieurs parties, à couvercle peu épais, en pierre locale, importée (calcaires lutéciens) ou en plâtre, qui se diffusent à partir du dernier tiers du VIe s., sont particulièrement fréquents dans la deuxième moitié du VIIe s. et se raréfient voire disparaissent dans la seconde moitié du VIIIe s. Cette catégorie est bien illustrée par les fouilles récentes du secteur de la vallée de la Seine, à Saint-Martin-de-Boscherville, Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, Louviers, Notre-Dame-de-Bondeville et Romilly-sur-Andelle.

56La principale problématique concernant les sarcophages taillés dans des blocs de remploi est celle de l’origine des pierres, pour le moment hypothétique en l’absence de site de récupération connu.

57Les sarcophages trapézoïdaux offrent d’autres pistes de recherche. Un inventaire et une étude pétrographique des exemplaires en matériaux locaux conservés dans les musées ou dont des échantillons ont été prélevés lors de fouilles récentes permettraient de confirmer leur diffusion locale. Les productions en matériaux importés, calcaires lutéciens et plâtre, demanderaient une étude élargie aux régions d’origine, afin de mieux cerner les modes de fabrication et de diffusion.

58Les aménagements en plâtre, matériau provenant de la région parisienne, sont présents sur une soixantaine de sites, dont huit fouilles récentes (fig. 68 et 70). À la différence de l’Île-de-France, où ils semblent plus précoces, ils ne sont actuellement attestés en Haute-Normandie qu’à partir du dernier quart du VIe s. Les mises en oeuvre de ce matériau sont variées et complexes. Certains aménagements sont de véritables sarcophages, probablement transportés (Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie), tandis que d’autres sont moulés dans l’excavation, les uns contre les autres (Saint-Wandrille-Rançon ; fig. 76). Parfois, les parois de la fosse sont simplement tapissée de plâtre (Romilly-sur-Andelle). L’identification du mode de fabrication reste au cœur des préoccupations de nos collègues d’Île-de-France, auprès desquels il faudra nécessairement se tourner pour définir les grilles d’analyse des futures découvertes. Des décors, quelquefois illustrés dans les comptes-rendus du XIXe s., sont présents à Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie (fig. 69). Leur filiation avec les motifs de la région parisienne reste à réaliser ; la recherche de décors similaires documenterait les circuits de circulation des moules et des modèles, comme le montre le travail réalisé par T. Leroy pour Paris et ses environs (2001).

Fig. 69 – Principaux types de sarcophages représentés en Haute-Normandie (clichés F. Jimenez pour Louviers (27), J.-Y. Langlois pour Notre-Dame-de-Bondeville (76), T. Leboucher pour Saint-Samson-de-la-Roque (27) ; D.A.O.F. Carré).

59Les fouilles effectuées depuis 1970 mettent en évidence plusieurs phénomènes que confirment les découvertes anciennes. La répartition des sarcophages témoigne du mode de distribution des importations, essentiellement par voies fluviales (fig. 70), mais aussi de l’inégalité de cette distribution. Ainsi, les importations semblent concerner essentiellement la Seine, ses affluents, les côtes de la Manche au nord de la Seine et les fleuves côtiers. De plus, dans le nord-ouest de la Seine-Maritime et le sud de l’Eure, ces contenants sont en petit nombre ou absents (fig. 68 et 71). La présence d’un grand nombre de sarcophages est principalement le fait des cimetières d’anciennes agglomérations antiques (Louviers, Vernon) et/ou associés à une église (Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, Saint-Martin-de-Boscherville, Notre-Dame-de-Bondeville, Romilly-sur-Andelle, Hondouville). Enfin, certains cimetières, pourtant proches, comme Poses et Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, diffèrent par l’absence ou la présence en nombre important de ce type de contenant.

60Ces premiers résultats demandent à être étayés par des études complémentaires : le corpus peut être détaillé et étoffé par des dépouillements plus approfondis ; le retour aux sarcophages conservés dans les musées, jardins ou églises n’a été que partiel. Les données sont encore pauvres pour connaître les provenances des matériaux qui nous apporteraient des précisions sur les circuits commerciaux, mais aussi des hypothèses sur le coût de ces contenants et sur la signification sociale de ce choix funéraire.

Fig. 70 – Carte de répartition des sites hauts-normands présentant des sarcophages du haut Moyen Âge et des matériaux utilisés (F. Carré).

61Lors des fouilles futures, dans l’objectif de définir des productions et de leur attribuer une localisation, en raison de l’impossibilité de conserver tous les sarcophages, il est crucial d’en effectuer des relevés précis, une couverture photographique détaillée pour enregistrer les traces d’outils et un prélèvement pour de futures analyses pétrographiques. Enfin, les inscriptions ou graffiti découverts à l’intérieur ou à l’extérieur de ces contenants sont encore rares et il serait souhaitable de réaliser un nettoyage exhaustif soigné en fin de fouille à titre de vérification.

6.6.4. Cuves maçonnées

62Des cuves en pierre maçonnées sont signalées à Rouen, « Palais de Justice » dans la première moitié du Xe s. Sur d’autres sites, comme Rouen, « Cour des Maçons », ou Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, elles sont datées des XIe-XIIe s. (Niel, Le Maho 2004 ; Niel 1994, 2008, 2009).

Fig. 71 – Cartographie des découvertes funéraires du haut Moyen Âge en Haute-Normandie, avec et sans sarcophages ; les secteurs géographiques où la diffusion des sarcophages est faible ou inexistante apparaissent en grisé (N. Bolo, F. Carré).

6.6.5. Aménagements en bois

63Dans la région, aucun aménagement funéraire en bois du haut Moyen Âge n’est conservé. Les indices sont donc limités aux éléments d’assemblage, aux traces de bois et aux effets produits sur les squelettes et le mobilier (taphonomie). Les pièces métalliques d’assemblage sont rares, avec seulement trois cas de cornières attestés à Notre-Dame-de-Bondeville et à Longroy ainsi qu’un aménagement cloué accueillant un nourrisson à Haudricourt (S. 16, Mantel et al. 1994, p. 219). Ailleurs, la présence de clous demeure exceptionnelle et ponctuelle, à l’exception des contenants internes de Louviers et de Capelle-les-Grands, qui peuvent être des lits, des brancards ou des cercueils (Carré, Jimenez dir., 2008, p. 72-76 ; Jego et al. à paraître). Ces clous sont toujours fins et de petite taille, s’opposant ainsi à ceux des aménagements de l’Antiquité tardive, longs, massifs et nombreux. Les calages lithiques sont fréquents sur tous les sites, mais il est parfois difficile de distinguer un remplissage caillouteux autour d’un contenant et le calage des planches d’un coffrage.

Fig. 72 – Exemples de contenants en bois illustrant la diversité des morphologies et des modes d’assemblage (D.A.O S. Le Maho, F. Jimenez, F. Carré et D. Lukas).

64Les traces de bois sont fréquentes mais ne sont pas systématiques et la documentation est alors uniquement apportée par l’étude taphonomique (fig. 72, S1592 ; voir par exemple Guy dir., 1998). Elle permet de définir l’existence et la morphologie de l’aménagement. Il est souvent délicat de différencier les cercueils, éléments mobiles qui servent au transport du défunt, des coffrages, installés dans la fosse avant le dépôt du corps. L’aménagement peut aussi être limité à de simples planches de couvercle, de fond ou de côté (Blaizot 2008). Les vestiges de couvercles sont très rares : un exemplaire en bâtière est attesté à Notre-Dame-de-Bondeville (Langlois, Gallien 2001, p. 39). En revanche, l’étude taphonomique donne des informations sur la perméabilité du contenant, donc probablement sur sa qualité et sur la démarche des vivants, qui ont pu souhaiter protéger longtemps le corps ou montrer la richesse du défunt et de sa famille par un aménagement solide. La réalisation de coupes au niveau des membres inférieurs préalablement à la fouille permet, outre de repérer un contenant peu visible et d’identifier les pillages, de mieux comprendre les phénomènes d’effondrement des couvercles (Carré, Jimenez dir., 2008, p. 68-71).

65Les données sont majoritairement fournies par cinq cimetières ; les autres sont peu documentés en raison de leur état de conservation ou des faiblesses de l’enregistrement et de l’étude ; Romilly-sur-Andelle, Isneauville, Honguemare-Guénouville et Aubevoye, « Le Chemin Vert », sont en cours de traitement. Le corpus, qui commence à être conséquent, témoigne de la variété des types.

66Le site de Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie (milieu du VIIe-XIVe s.) fournit quelques exemples de contenants larges ou étroits, rectangulaires ou trapézoïdaux, mais la rareté des traces de bois ou des effets de paroi dans le sédiment limite les conclusions à celles de l’étude taphonomique, elles-mêmes restreintes pour la phase la plus ancienne par l’état des os (fig. 72, S1592).

67L’étude de Poses (milieu du VIIe-IXe s.) montre la présence de contenants étroits et perméables, colmatés progressivement, et de contenants rectangulaires ou trapézoïdaux utilisés comme des caveaux pour accueillir des inhumations successives (Bonnabel 1998). Ce mode de fonctionnement des contenants en bois, réouverts comme des sarcophages en pierre, est également attesté à Honguemare-Guénouville, Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie et Notre-Dame-de-Bondeville (milieu du VIIe-VIIIe s. ; fig. 73 ; Langlois, Gallien à paraître).

68À Capelle-les-Grands (milieu du Ve-VIIIe s.), les os ont disparu et seules les traces de bois renseignent sur les aménagements, caractérisés par des planches débordantes indiquant de probables coffrages, des traverses supportant des planches de fond ou des cales destinées à recevoir un cercueil, des planches de biais signalant des effondrements ou des pillages et un coffrage contenant un élément mobile cloué (fig. 72 ; Jego et al. à paraître). Des traces arrondies à la tête et aux pieds suggèrent la possibilité de cercueils monoxyles (fig. 72, S1025).

Fig. 73 – Contenant en bois réutilisé à plusieurs reprises à Notre-Dame-de-Bondeville (76), « Manoir Gresland » (cliché J.-Y. Langlois).

  • 8 Deux coffrages étroits ont été mis au jour lors des terrassements de 2010 et ne sont pas publiés.

69L’échantillon de Louviers (Ve-VIIIe s.) est riche et bien documenté. Les coffrages, identifiés par les calages et des planches débordantes, qu’ils soient rectangulaires ou trapézoïdaux, sont présents durant toute la période d’utilisation (fig. 72, S318 et 609). Rarement étroits au point de contraindre le corps8, ils conservent longtemps un espace vide et contiennent parfois, uniquement durant les premières phases, un élément cloué ou chevillé (fig. 72, S307 ; Carré, Jimenez dir., 2008, p. 68-75).

70Aucune vaste chambre funéraire comparable à celles de l’est de la France n’a été mise au jour. La coexistence des plans trapézoïdaux et rectangulaires, pour des contenants étroits ou larges, est bien attestée. Les données concernant d’autres aménagements, comme les couvercles sur fosse à banquettes, sont limitées et le traitement du site de Romilly-sur-Andelle promet des perspectives intéressantes sur ce point. Le premier rapport, qui traite de 42 tombes, en présente quelques exemples. Il concerne néanmoins des sépultures tardives (fin Xe-XIIe s.).

71Les aménagements en bois ont fait l’objet d’une table-ronde à Auxerre en 2009 et les actes, qui paraîtront en 2011, offriront à la fois un bilan méthodologique s’appuyant sur des exemples haut-normands (Carré à paraître) et une série d’études de cas parmi lesquels les sites de Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie et Notre-Dame-de-Bondeville sont représentés (Carré, Guillon à paraître ; Langlois, Gallien à paraître).

6.7. Autres aménagements ou dépôts périssables

72Comme nous l’avons vu, la documentation concernant cette question est limitée sur le territoire national pour le haut Moyen Âge, alors que nos collègues suisses et allemands ont déjà largement travaillé sur ce sujet (textiles, dépôts végétaux). Néanmoins, les études taphonomiques menées en France permettent d’aller plus loin dans l’approche des restes organiques mal conservés : leur présence induit parfois des mouvements osseux au cours de la décomposition.

73Dans un premier temps, la recherche régionale a porté essentiellement sur la mise en évidence de coussins céphaliques par les bascules de crânes, par exemple sur le site de Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, puis d’autres indices ont été considérés significatifs, en particulier le maintien du crâne en composante antérieure, en équilibre instable, alors que la décomposition en espace vide est attestée et que le crâne est éloigné de la paroi du contenant. Ce type de raisonnement permet de proposer un nombre important de coussins céphaliques pour les sépultures de Louviers (Carré, Jimenez dir., 2008, p. 81-82).

74Sur ce site, des éléments disparus, dépôt végétal ou coussin, ont également été mis en évidence au niveau des membres inférieurs, par une position particulière des tibias et des os des pieds (Carré, Jimenez dir., 2008, p. 92-93). Les exemples peuvent être multipliés. Les anomalies taphonomiques, croisées avec l’étude des restes organiques piégés dans la corrosion des objets métalliques, apportent à Louviers de nombreuses hypothèses sur les aménagements, dépôts, accessoires vestimentaires ou vêtements disparus (Carré, Jimenez dir., 2008, p. 81-100). Au niveau national, ce type d’approche est loin d’être généralisé et les publications sont encore relativement rares. Il serait souhaitable d’enrichir le corpus d’études de cas pour étayer par comparaison les hypothèses formulées.

75Les études palynologiques en milieu sépulcral sont encore rares en France et n’ont jusqu’à présent jamais été entreprises en Haute-Normandie ; pourtant, cette démarche apporte des résultats particulièrement intéressants sur les végétaux déposés en offrande ou destinés au traitement du corps (exemple de Saint-Victor de Marseille, Boyer dir., 1987). Elle est actuel le ment développée dans le cadre d’une thèse du Laboratoire d’archéologie médiévale méditerranéenne de l’université d’Aix-en-Provence et l’étudiant est prêt à se déplacer dans le cas de sépultures exceptionnelles (Corbineau 2008, 2009).

6.8. Mobilier

6.8.1. Position

76Il n’existe aucune synthèse régionale concernant la position des dépôts. Les objets liés à la parure ou l’habillement sont en général placés en position d’utilisation, mais un enregistrement précis et des études approfondies montrent qu’il peut s’agir d’un leurre : à Louviers par exemple, une ceinture en textile est roulée autour de la boucle et déposée à la taille de l’individu (fig. 74). Dans quelques cas répartis entre le milieu du Ve et le VIIIe s., le dépôt des accessoires vestimentaires est immédiatement lisible : les trois éléments métalliques d’une ceinture sont alignés le long du corps à Val-de-Reuil, « Beausoleil 3 », la boucle est placée sous le crâne à Louviers (S. 160), à la tête ou aux pieds à Fallencourt (Mantel, Merleau 1998, p. 242) ou encore est repliée sous sa plaque à Poses et Romilly-sur-Andelle (fig. 74). Pour alimenter la réflexion autour de cette problématique à l’aide de données fiables, en particulier pour évaluer les proportions d’accessoires déposés et portés, il est nécessaire d’effectuer à l’avenir un enregistrement spatial rigoureux des objets en notant leur position par rapport aux os mais aussi leur face d’apparition et leur orientation.

6.8.2. Études

77Le mobilier des fouilles anciennes, particulièrement riche, est bien connu par les publications de l’abbé Cochet et de L. Coutil. Une documentation sélective est également présente dans les CAG (Cliquet 1993 ; Rogeret 1997 ; Lequoy, Guillot 2004). Deux études thématiques sont disponibles, l’une sur les fibules et les plaques-boucles de Normandie documentées avant 1983 (Lorren 2001), l’autre, incluant les découvertes récentes, sur les fibules ansées symétriques (Truc 1996, 1998). Une troisième est en cours sur les sépultures de porteurs d’armes sous forme d’un master (Wailliez 2009). Le mobilier haut normand est souvent utilisé pour des comparaisons ou des études synthétiques (Suzuki 2008, Soulat 2009), malheureusement parfois sans retour systématique à l’examen direct de l’objet (Bierbrauer 1997 ; Ebel-Zepezauer 2000).

78Dans le secteur du Vaudreuil, les sites de Muids, « Gare », Saint-Pierre-du-Vauvray et Tournedos-sur-Seine, dont les collections sont conservées aux musées d’Évreux, de Rouen, de Louviers et, pour une moindre part, de Saint-Germain-en-Laye, ont été réétudiées par F. Carré et Y.-M. Adrian. La documentation graphique permettra d’aller plus loin dans les comparaisons, par exemple pour des objets comme la fibule de type wisigothique de Saint-Pierre-du-Vauvray, jusqu’à présent connue par des clichés ou croquis peu lisibles (fig. 86), ou encore pour toutes les céramiques, dont les pâtes, les formes et les décors sont maintenant inventoriés. Un important travail reste à accomplir pour les autres cimetières de la région, afin de disposer de données plus complètes, par exemple sur l’identification de l’origine des céramiques, le sens d’ouverture des ardillons des fibules, la pratique du dépôt d’objets réparés ou hors d’usage...

79L’étude du mobilier issu des fouilles récentes, achevée pour seulement deux sites, Haudricourt et Louviers, est freinée par les possibilités de restauration. Un effort est fait dans ce sens (cf. 6.2) et depuis peu, la confrontation est possible entre les datations fournies par les céramiques de Poses, déjà publiées (Adrian 2006b), et les objets métalliques. Les garnitures de ceinture sont en cours d’étude dans le cadre d’un master (Drieu 2010).

80Des perspectives intéressantes sont apportées par la multiplication des fouilles concernant des sépultures de la seconde moitié du VIIe et du début du VIIIe s. : les sites de Gisay-la-Coudre, Boscherville, Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, Poses, Romilly, Chavigny-Bailleul et Fallencourt fournissent un corpus d’objets qui pourrait peut-être permettre d’affiner la typo-chronologie proposée par Legoux, Périn et Vallet (2004) pour cette période.

6.9. Le cimetière : un reflet de la société ?

81L’approche très technique et de plus en plus détaillée des sépultures ne doit pas faire oublier les objectifs plus généraux assignés à leur étude : comprendre la place de ces populations dans la société et/ou l’évolution de la perception de la mort (Treffort 2010).

Fig. 74 – Exemples de dépôts de pièces d’habillement en contact ou non avec le défunt, parfois en position fonctionnelle comme dans la sépulture 198 de Louviers (D.A.O.S. Le Maho, F. Jimenez et F. Carré pour Louviers (27), C. Billard pour Porte-Joie (27), M. Drieu pour Poses (27)).

82S’il est délicat d’appréhender la hiérarchie des habitats, celle des cimetières est également difficile à saisir. Le nombre de sépultures n’apporte pas une lecture directe de la taille de la communauté. Ainsi, de petits groupes de tombes qui semblent isolés, à Val-de-Reuil, « Beausoleil 3 » et Porte-Joie, « Fosse XIV », sont probablement liés à l’habitat groupé de Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie (fig. 62 et 75). Cette donnée, perceptible en raison de l’importante surface étudiée (90 ha), nous aurait échappé lors d’investigations plus restreintes. La taille limitée d’un ensemble funéraire ne permet donc pas de déduire l’existence à proximité d’une ferme ou d’un hameau. De même, l’importance d’un cimetière ne reflète pas forcément celle de l’habitat associé, car le choix d’inhumation peut provenir d’un élément autre que la proximité, comme la volonté d’inhumer dans l’environnement d’un sanctuaire. Ce cas de figure est envisageable à Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie où l’importance du nombre de sarcophages s’accorde mal avec le caractère modeste de l’habitat groupé ; le recrutement funéraire a pu concerner d’autres communautés (fig. 24 et 62). Enfin, à Louviers, la question de l’existence d’une petite agglomération a été posée à travers des données exclusivement funéraires. Il s’est avéré que le nombre de tombes n’était pas le facteur déterminant car le cimetière rural de Muids, « Gare », proche et contemporain, a aussi eu un développement très important. La proportion de sarcophages semble en revanche significative.

83Le mobilier paraît apporter des éléments concrets pour déterminer la richesse des communautés qui inhument. La classification établie par R. Christlein pour l’ouest et le sud de l’Allemagne et la grille de lecture proposée par P. Périn peuvent en partie être appliquées dans nos régions (Christlein 1973 ; Périn 1998). Ainsi, les matériaux utilisés, le nombre d’objets déposés, leur type et leur origine sont autant d’indicateurs économiques, de même que l’architecture de la tombe. La lecture de la richesse d’une tombe par les objets associés s’applique sans équivoque jusqu’au début du VIIe s. En revanche, elle devient délicate pour les VIIe -VIIIe s., période de transition durant laquelle certaines tombes sont encore accompagnées de mobilier ostentatoire alors que se diffuse un mode de pensée religieuse différent qui va aboutir à l’abandon du dépôt d’objets au cours du VIIIe s. (Treffort 1996, p. 179-186). Les élites sont très concernées par cette évolution qu’elles ont généré et que leurs sépultures peuvent déjà refléter. Le site de Notre-Dame-de-Bondeville en témoignerait : une population privilégiée, composée majoritairement d’individus de grande stature, d’une étonnante longévité, pratiquant des activités spécifiques et surtout inhumant dans une église monumentale de plan basilical, dépose ses défunts quasiment sans mobilier dans la seconde moitié du VIIe s. (Langlois, Gallien 2001, 2006). Il faut donc garder à l’esprit, lors de l’étude de sites funéraires de cette période, que dans un cimetière donné, des sépultures de personnalités peuvent passer totalement inaperçues à l’archéologue, qui ne va observer que les dépôts ou les aménagements particuliers, comme les sarcophages. Le site de Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie en fournit un exemple : vers le milieu du VIIe s., deux tombes riches sont installées à l’intérieur d’un mégalithe qui borne l’espace funéraire. Parallèlement, une série d’inhumations sans mobilier se succèdent dans l’antichambre du dolmen, montrant que cet espace est privilégié. Or, dans deux petits cimetières du même terroir, également établis sur des sépultures collectives néolithiques (Val-de-Reuil, « Beausoleil 3 » ; Porte-Joie, « Fosse XIV »), on constate la présence de riche mobilier d’accompagnement pour les individus placés vers l’entrée des mégalithes (fig. 62 ; Billard et al. dir., à paraître). Il y a donc probablement eu ici deux démarches contemporaines différentes, l’une dans la continuité du siècle précédant, l’autre plus marquée par le concept de la vacuité du faste funéraire.

84D’autres phénomènes constatés durant cette période peuvent également être liés aux mutations religieuses. Si l’utilisation de contenants en bois, en pierre ou en plâtre est généralisée jusque dans la première moitié du VIIIe s., elle prend au cours du VIIe s. une forme différente : ces contenants, y compris en bois, sont fréquemment réouverts et réoccupés, parfois à plusieurs reprises (fig. 73). La « concentration » des corps peut bien sûr s’expliquer par une conscience accrue de la famille ou encore par le manque de place disponible. Elle peut aussi provenir de l’importance grandissante de la prière pour le salut du défunt. Le regroupement facilite l’installation des sépultures au plus près des lieux de prière, comme les églises ou les sépultures privilégiées.

6.10. Bilan et perspectives

85Le bilan est bien sûr positif : la quantité et la qualité des données archéologiques n’a rien à voir avec ce dont nous disposions il y a vingt ans. Une trentaine de sépultures isolées en habitat ont été étudiées. Douze cimetières ont été presque exhaustivement fouillés et neuf autres ont connu des interventions importantes. En revanche, les périodes, les secteurs géographiques et les différents types de sites sont inégalement couverts par l’information. En effet, les sépultures du Ve s. et du début du VIe s. et celles des IXe-Xe s. sont encore mal connues ; les données concernant le centre et l’ouest de la Seine-Maritime, et l’entre Risle et Iton dans l’Eure sont inexistantes ; les opérations dans les deux chefs-lieux et les agglomérations secondaires sont limitées. Malgré cela, il y a matière à réflexion.

Fig. 75 – Organisation des espaces funéraires en périphérie de l’habitat de Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie (27) aux VIIe-VIIIe s., sur les 90 ha diagnostiqués ou fouillés (F. Carré).

86Ainsi, le corpus de découvertes funéraires régional contribue à la problématique des sépultures isolées en habitat en montrant la longue durée de cette pratique, de la protohistoire au XVIIe s.

87Il comporte également plusieurs cimetières dont l’intérêt dépasse le cadre strictement régional (Longroy, Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, Notre-Dame-de-Bondeville, Louviers et Romilly-sur-Andelle). Il offre la possibilité d’étudier les phénomènes de réutilisation de sites antérieurs, mégalithes, fana et villae. Il permet aussi de s’interroger sur l’importance de ces marqueurs anciens dans le paysage.

88Deux secteurs disposent de données suffisantes pour susciter une démarche comparative, celui du Vaudreuil et le nord-est de la Seine-Maritime. Quatre cimetières sont étudiés conjointement avec un habitat, ce qui élargit la perspective à d’autres questionnements comme la hiérarchisation des sites ou le mode de recrutement. Les cimetières fouillés exhaustivement ouvrent des perspectives sur l’organisation de l’espace, limites, cheminements, organisation des tombes et marquages au sol. Les opérations récentes montrent aussi la variété des édifices associés aux cimetières.

89Sur le plan de l’anthropologie biologique, la majorité des ensembles a fait l’objet d’une étude paléodémographique qui fournit des données directement utilisables et relativement homogènes pour ce qui est de l’âge des enfants et du sexe des adultes, ainsi que des interprétations qui ne font pas toujours l’unanimité, concernant l’âge des adultes et le calcul de la mortalité. L’étude de l’état sanitaire des populations n’est pas généralisée et la disparité des choix, des méthodes et des intervenants reste un frein aux recherches comparatives. L’observation des caractères discrets dans le but d’identifier des groupes familiaux demeure anecdotique (Poses).

90Les pratiques funéraires sont de mieux en mieux documentées. La typo-chronologie des sépultures peut être actualisée, grâce à la richesse des données nouvelles, en particulier sur les sarcophages et les aménagements en bois. Elle fait apparaître une relative diversité, parallèlement à l’absence de certains types attestés dans d’autres régions, comme les cercueils monoxyles ou les grandes chambres funéraires. Des études thématiques sont maintenant possibles, par exemple celle de l’architecture des tombes de bébés et d’enfants (types, répartition et signification).

91L’étude du mobilier dépend des possibilités de restauration. Les objets sont systématiquement dessinés depuis peu, néanmoins les études approfondies restent rares. Les dépôts des cimetières de Longroy, Fallencourt, Villy-sur-Yères et Poses sont en cours d’étude mais manquent de moyens en raison du contexte ancien d’intervention. Quelques ensembles exceptionnels ont été mis au jour et l’échantillon de mobilier du VIIe s. est important. Des approches thématiques sont envisageables, par exemple sur la position des dépôts ou sur un type d’objet, comme les plaques-boucles damasquinées (typo-chronologie, technique, mise en évidence de productions).

92L’étude des matières organiques n’en est qu’à ses débuts, mais le site de Louviers en montre les résultats prometteurs.

93Enfin, le corpus de cimetières utilisés durant le VIIe s. est suffisamment diversifié et important pour proposer des pistes de réflexion sur les mutations qui marquent cette période, en particulier sur l’évolution du traitement des défunts et son lien avec l’évolution religieuse contemporaine.

Notes

1 Le terme cimetière est employé dans cet ouvrage dans le sens de lieu de sépulture communautaire (Treffort 1996, p. 144).

2 Le cimetière de Porte-Joie, « Fosse XIV », a été intégré au tableau en raison de la reprise récente de l’étude mais n’est pas compté parmi les fouilles postérieures à 1979.

3 Voir également Collectif 2002 ; Jimenez, Carré 2002 ; Jimenez et al. 2007, 2009 ; Carré et al. 2010.

4 Le Maho 1980a, 1989b, 1994b, 1998a, 2006b ; Le Maho, Roy 1986 ; Le Maho, Wasylyszyn 1998.

5 Carré 1988, 1992, 1996a et b ; Carré, Guillon 1995, 1998, à paraître ; Guillon 1990, 1991, 1993, 1995, 1997, 2004.

6 Collectif 2000a ; Langlois 2007 ; Langlois, Adrian 2004 ; Langlois, Gallien 2001, 2006, à paraître.

7 De plus, il n’a pas servi au stockage de grains, d’après un test négatif effectué dans les niveaux au contact du plancher.

8 Deux coffrages étroits ont été mis au jour lors des terrassements de 2010 et ne sont pas publiés.

Table des illustrations

Légende Fig. 54 – Cartographie des découvertes funéraires du haut Moyen Âge en Haute-Normandie (N. Bolo, F. Carré).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5109/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende Fond blanc : sondages, sauvetages urgents, diagnostics, sépultures isolées ; fond vert : fouilles de cimetières ; en gras : sites fouillés exhaustivement ; RO : structure responsable de l’opération ; DAH : Direction des antiquités historiques ; ASSO : association ; UNIV : université ; Nbre : nombre.Fig. 55 – Tableau récapitulatif des fouilles de sépultures ou de cimetières du haut Moyen Âge depuis 1980.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5109/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Légende Fond blanc : sondages, sauvetages urgents, diagnostics, sépultures isolées ; fond vert : fouilles de cimetières ; en gras : sites fouillés exhaustivement.Fig. 56 – Tableau récapitulatif des modes d’enregistrement des sépultures.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5109/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Légende Fond blanc : sondages, sauvetages urgents ; fond vert : fouilles de cimetières ; en gras : sites fouillés exhaustivement ; Nbre : nombre ; Anthrop. : anthropologie ; Morph. : morphologie ; sanit. : sanitaire ; Caract. : caractères.Fig. 57 – Tableau récapitulatif des études d’anthropologie biologique réalisées sur les principaux ensembles funéraires.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5109/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende Fond blanc : sondages, sauvetages urgents ; fond vert : fouilles de cimetières ; en gras : sites fouillés exhaustivement ; Sép. : sépulture ; env. environ ; all. : alliage.Fig. 58 – Tableau récapitulatif des études réalisées sur le mobilier des sites funéraires.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5109/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Fig. 59 – Tableau récapitulatif des investissements de la DRAC Haute-Normandie par année pour l’étude et la restauration du mobilier du haut Moyen Âge en euros (M. Legris).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5109/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 60 – Répartition chronologique des principaux sites funéraires fouillés depuis 1970.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5109/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Nbre : nombre ; sép. : sépulture.Fig. 61 – Tableau récapitulatif des sépultures isolées découvertes en habitat.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5109/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 62 – Réoccupations funéraires de mégalithes aux VIIe-VIIIe s. : les exemples de Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie (27), « Butte-Saint-Cyr », Porte-Joie (27), « Fosse XIV » et Val-de-Reuil (27), « Beausoleil » (F. Carré, C. Billard).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5109/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Légende Fig. 63 – Isneauville (76), « Plaine de la Ronce », zone C : cimetière du haut Moyen Âge installé sur les vestiges d’une villa antique (Y.-M. Adrian, D.A.O.S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5109/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 64 – Eu (76) « L’Orée du Bois » : installation d’un petit groupe de sépultures des VIe-VIIe s. au cœur d’un système d’enclos antérieur (S. Devillers ; D.A.O.A. Bourgois).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5109/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 65 – Cimetière de Capelle-les-Grands (27), « Les Terres Noires » (Ve-VIIIe s.) : organisation des tombes au sein d’un enclos gallo-romain (L. Jego, F. Carré).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5109/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Fig. 66 – Cimetière de Poses (27), « La Plaine » (VIIe-VIIIe s.) : organisation des tombes à l’intérieur d’un enclos disparu qui s’affranchit totalement du parcellaire antique (B. Penna †, D.A.O.F. Jimenez).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5109/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Fig. 67 – Église Saint-Saturnin d’Hondouville (27) : les murs de la nef actuelle reposent sur des fondations antiques ; le bâtiment gallo-romain accueille des sarcophages du haut Moyen Âge (F. Carré).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5109/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fond vert : sites ayant fourni des sarcophages ; fond blanc : sites majeurs où l’absence de sarcophage est constatée ; en gras : fouilles exhaustives ; Nbre : nombre ; sarco. : sarcophage.Fig. 68 – Tableau récapitulatif des sites comportant des sarcophages et caractéristiques du corpus.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5109/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende Fig. 69 – Principaux types de sarcophages représentés en Haute-Normandie (clichés F. Jimenez pour Louviers (27), J.-Y. Langlois pour Notre-Dame-de-Bondeville (76), T. Leboucher pour Saint-Samson-de-la-Roque (27) ; D.A.O.F. Carré).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5109/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Légende Fig. 70 – Carte de répartition des sites hauts-normands présentant des sarcophages du haut Moyen Âge et des matériaux utilisés (F. Carré).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5109/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Fig. 71 – Cartographie des découvertes funéraires du haut Moyen Âge en Haute-Normandie, avec et sans sarcophages ; les secteurs géographiques où la diffusion des sarcophages est faible ou inexistante apparaissent en grisé (N. Bolo, F. Carré).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5109/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Fig. 72 – Exemples de contenants en bois illustrant la diversité des morphologies et des modes d’assemblage (D.A.O S. Le Maho, F. Jimenez, F. Carré et D. Lukas).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5109/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende Fig. 73 – Contenant en bois réutilisé à plusieurs reprises à Notre-Dame-de-Bondeville (76), « Manoir Gresland » (cliché J.-Y. Langlois).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5109/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 74 – Exemples de dépôts de pièces d’habillement en contact ou non avec le défunt, parfois en position fonctionnelle comme dans la sépulture 198 de Louviers (D.A.O.S. Le Maho, F. Jimenez et F. Carré pour Louviers (27), C. Billard pour Porte-Joie (27), M. Drieu pour Poses (27)).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5109/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Légende Fig. 75 – Organisation des espaces funéraires en périphérie de l’habitat de Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie (27) aux VIIe-VIIIe s., sur les 90 ha diagnostiqués ou fouillés (F. Carré).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5109/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 414k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search