Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'archéologie en Haute-Normandie, Bilan des connaissances

 | 
Florence Carré

5. Habitat

Florence Carré, Nolwenn Zaour et Yves-Marie Adrian

Texte intégral

5.1. Chefs-lieux de cités

1Les deux chefs-lieux de cités, Évreux et Rouen, ont fait l’objet d’un bilan historique concernant le haut Moyen Âge, dans un volume de la collection « topographie chrétienne des villes de la Gaule » publié par N. Gauthier en 1996 (voir aussi Gauthier 1989). Rouen est également présentée dans différents articles s’appuyant surtout sur les textes (Le Maho 1995a et b, 1996c, 2003a, 2006d) et dans un volume de la CAG (Carte archéologique de la Gaule) qui traite plus largement des découvertes archéologiques (Lequoy, Guillot 2004, p. 263-297 ; Le Maho 2004e). Les opérations qui ont permis de mettre au jour des témoins du haut Moyen Âge depuis 1990 sont en nombre limité (fig. 8).

5.1.1. Rouen

  • 1 Datation LY-9242, âge calibré entre 728 et 913 après J.-C.

2La ville du haut Moyen Âge, bien attestée par les sources écrites, est très partiellement illustrée par l’archéologie (fig. 9). Le castrum du Bas-Empire, élément structurant, est encore imparfaitement connu, en particulier au sud, côté Seine, où l’articulation avec d’éventuelles installations portuaires reste hypothétique. Son devenir au haut Moyen Âge est délicat à appréhender. En effet, il subit au nord une destruction de grande ampleur, observée en particulier sur le site des « Espaces du Palais », qui est postérieure à 728, d’après la datation radiocarbone d’une sépulture perturbée par la tranchée de sape du rempart1. Néanmoins, des vestiges de reconstruction pourraient se rattacher aux IXe ou Xe s. (Lequoy, Guillot 2004, p. 250). Seuls trois tronçons de voies ont été observés et la persistance du tracé du decumanus III antique est confirmée par l’organisation du cimetière de Saint-Sauveur-du-Marché (Lequoy, Guillot 2004, p. 65).

RO : structure responsable de RO’opération ; MUN : service archéologique municipal ; DEP : service archéologique départemental ; P : partiel.
Fig. 8 – Tableau récapitulatif des opérations réalisées depuis 1985 dans les chefs-lieux de cités et ayant concerné des vestiges du haut Moyen Âge.

Fig. 9 – Rouen (76) : localisation des découvertes anciennes et des interventions récentes (d’après Lequoy, Guillot 2004, D.A.O.B. Guillot).

  • 2 Les plus complètes : Le Maho 1992a et b, 1993b, 1994a, 2006a ; Niel, Le Maho 2004.

3Le groupe épiscopal a fait l’objet d’interventions dirigées par J. Le Maho entre 1986 et 1991, « Cour d’Albane » puis « Cour des Maçons ». Les résultats, quoique largement diffusés par des publications synthétiques2, sont encore attendus sous la forme plus complète d’un rapport ou d’une monographie. Une documentation plus précise apporterait une autre dimension à ces témoins exceptionnels, en particulier à la basilique de la fin du IVe ou du début du Ve s. remaniée à l’époque carolingienne, au cloître accolé au nord et à la résidence épiscopale (cf. 7.2 et 8). Les fouilles du « Palais de Justice » documentent la genèse d’une église plus modeste, Saint-Jean (cf. 7.2).

Fig. 10 – Évreux (27) : localisation des découvertes anciennes et des interventions récentes (D.A.O.B. Guillot).

4Les données concernant l’habitat des Ve-VIe s. sont quasiment absentes. Pour les IXe-Xe s., deux ilôts ont été observés aux abords de la cathédrale (Le Maho 2000c) et une occupation est suggérée sur deux autres sites intra-muros par des dépotoirs. Au « Lycée Camille Saint-Saens », des fosses de récupération des maçonneries des thermes antiques, un four à chaux comblé par un dépotoir de la première moitié du Xe s. ainsi que des latrines abandonnées vers la fin du Xe ou le début du XIe s. ont été fouillés ; leur contenu, riche en verreries (fig. 52) et petit mobilier, révèle la proximité d’un habitat privilégié et d’un artisanat du bois de cerf.

  • 3 Rue Jeanne d’Arc et place Foch. Information M.-C. Lequoy, rapport en cours.

5Dans le suburbium, une occupation est attestée dans le secteur touché par les travaux du métro-bus, en particulier au « Théatre des Arts » avec la découverte de mobilier, de fosses et d’un probable puits dont le comblement, particulièrement intéressant, recelait un seau en bois, un tonneau, des restes de poissons, d’insectes et de végétaux (Delestre dir. 1994, p. 24). Des trous de poteaux et des solins de la fin du IXe ou du Xe s. ont été mis au jour au « Puits Saint-André » (Lequoy, Guillot 2004, p. 278). Enfin, au « Palais de Justice », une trentaine de fosses ont été comblées entre le VIIe et le Xe s.3 et deux autres, peut-être attribuables au Xe s., témoignent d’une activité de tanneurs. La présence d’artisans est également perceptible au « Puits Saint-André » où des vestiges d’activité métallurgique, foyers trapézoïdaux, creusets, scories et parois d’argile cuite, attribués à la seconde moitié du Xe s. ont été étudiés (cf. 5.4.1 et fig. 39). Intra-muros, sur le chantier de la « Cour d’Albane », un four de bronzier de la première moitié du IXe s. est signalé (Le Maho 1994a, p. 21).

6La documentation sur les ensembles funéraires du haut Moyen Âge, autour de Saint-Ouen, Saint-Lô, Saint-Sauveur-du-Marché et de la cathédrale, est surtout ancienne. Les travaux de J. Le Maho sur les cimetières associés à la cathédrale n’ont livré que quelques sépultures antérieures au XIe s. Il en est de même des fouilles du « Palais de Justice » par lesquelles l’origine de l’église Saint-Jean et de son cimetière est précisée (cf. 7.2 ; Lequoy, Guillot 2004, p. 260, 275 et 291 ; Gallien 2004a et b).

7Le bilan est donc nuancé : les éléments structurants de la ville, castrum et voiries, sont mal documentés ; la topographie religieuse est surtout déduite des hypothèses liées à l’interprétation des textes (Le Maho 1996c, 2004e). Que dire de l’habitat ? Il est bien sûr tentant de penser que les niveaux du haut Moyen Âge, lorsqu’ils appartiennent à un habitat modeste, n’ont pas été identifiés dans les fouilles récentes car imbriqués dans les niveaux de terres noires où le mobilier antique peut être prédominant. Un changement de méthodes permettrait alors de les appréhender. Pourtant, les tests de fouille fine réalisés dans les terres noires des « Espace du Palais » par X. Peixoto n’ont pas apporté de renseignements décisifs. J. Le Maho propose une autre explication, celle d’un castrum réservé aux élites, où la proportion d’espaces non bâtis serait importante (2004e, p. 275). Quoi qu’il en soit, l’étude des terres noires reste d’actualité (Fondrillon 2009). Une thèse est aussi en cours à l’université Paris I, et l’étudiant est venu dans la région observer les niveaux mis au jour à Évreux, sur les fouilles du parking de l’Hôtel-de-Ville et à Arnières-sur-Iton (Borderie 2006). En dernier point, les données funéraires récentes appartiennent en majorité à des périodes tardives (VIIIe-Xe s.).

5.1.2. Évreux

8Deuxième agglomération de Haute-Normandie, Évreux présente une documentation encore plus lacunaire. Si le tracé du castrum du Bas-Empire est bien identifié, car il structure encore partiellement la ville actuelle (fig. 10), l’évolution du tracé des voies est en revanche inconnue. La connaissance de la topographie religieuse repose essentiellement sur quelques textes (Gauthier 1996). Il serait nécessaire d’identifier, d’étudier et de dater les tessons de céramique et de verre du haut Moyen Âge issus des découvertes anciennes et des fouilles récentes, puis de réaliser leur plan de répartition. Outre les tessons repérés dans les terres noires de la rue Joséphine, les seules traces d’occupation ont été mises au jour lors des fouilles du square G. Brassens (« Médiathèque ») : des bâtiments modestes, avec ateliers, sont installés le long du talus interne du castrum. Leur datation, basée sur la céramique, demande cependant à être actualisée.

Sond. : sondage ; diag. : diagnostic ; RO : structure responsable de l’opération ; UNIV : université ; DEP : service archéologique départemental ; MUN : service archéologique municipal.
Fig. 11 – Tableau récapitulatif des opérations ayant porté sur des vestiges du haut Moyen Âge dans d’anciennes agglomérations secondaires antiques.

Fig. 12 – Plan de l’occupation des Andelys (27), rue de l’Égalité, secteur nord (fin du VIIe -Xe s.) ; la concentration de structures de stockage, silos et cabanes excavées profondes et aménagées, est remarquable pour la région (F. Jimenez).

5.2. Agglomérations secondaires

9Parmi les agglomérations secondaires antiques, certaines changent de statut à compter du IVe s. En effet, alors qu’elles sont dotées durant l’Antiquité de monuments publics, ce sont, probablement dès le Moyen Âge et en tout cas actuellement, de simples villages (Pîtres, Arnières-sur-Iton…). Les témoins d’une occupation du haut Moyen Âge y sont rares. Néanmoins, quelques découvertes récentes peuvent être signalées (fig. 11). À Arnières-sur-Iton, des traces de fréquentation des VIIe-IXe s. ont été repérées lors d’un diagnostic en 2006, et le réaménagement d’une voie aux VIIIe-IXe s. a été mis en évidence durant la fouille de 2007. Au Vieil-Évreux, une fréquentation des ruines des thermes aux VIIe-VIIIe s. est également perceptible et près de l’église, une occupation stratifiée intégrant du mobilier du haut Moyen Âge a été observée lors d’une surveillance de travaux. À Eu, la récupération de matériaux est attestée sur l’ensemble de l’espace cultuel du grand sanctuaire du IVe au VIIIe s. au moins (Mantel, Dubois 2010, p. 184). À Pîtres, rue de la Ravine, un four domestique signale la proximité d’un habitat et près de l’église, un sarcophage trapézoïdal a été découvert.

10En revanche, d’autres sites demeurent au Moyen Âge des centres du pouvoir civil ou religieux et constituent un réseau de petites villes dont Louviers, Les Andelys, Vernon, Fécamp… (fig. 13). Les témoins du haut Moyen Âge ne sont pas pour autant plus nombreux, à l’image des chefs-lieux de cités ; l’occupation se traduit surtout par la présence de sépultures, fréquemment en sarcophages (récemment : Harfleur, Louviers). Souvent, plusieurs sites funéraires coexistent comme à Vernon ou Lillebonne. Les autres traces sont limitées : à Brionne, des fosses des IXe -XIe s. témoignent d’une occupation (Guillot, Deshayes 2010, p. 214) ; aux Andelys, rue de l’Égalité, la périphérie d’un habitat a été mise au jour au pied du coteau (fig. 12) ; à Fécamp, un bâtiment remarquable par ses fondations maçonnées précède l’occupation attribuée au monastère (Renoux et al. 1991, p. 127).

Fig. 13 – Cartographie des opérations ayant concerné des sites du haut Moyen Âge depuis 1970 en Haute-Normandie (N. Bolo, F. Carré).

11Il est bien difficile de cerner le type d’occupation pour cette période et de différencier les éventuels noyaux pré-urbains de la campagne environnante. L’étude du cimetière de la rue du Mûrier à Louviers apporte quelques arguments discriminants, comme l’origine antique de la nécropole, son extension, la proportion de sarcophages et une population favorisée pratiquant des activités diversifiées (Carré, Jimenez dir. 2008, p. 176-179). Aux Andelys, rue de l’Égalité, la densité des structures de stockage découvertes laisse entrevoir un statut particulier (fig. 12 ; Jimenez, Adrian à paraître). Aucun autre site n’apporte de donnée complémentaire pour cette problématique.

12Il reste donc un important travail à accomplir pour comprendre comment ces petites agglomérations ont vécu la transition entre l’Antiquité et le Moyen Âge. L’insuffisance de données s’explique par le faible développement de l’archéologie des agglomérations secondaires antiques dans la région ; les projets d’aménagement y sont relativement rares et peu sont soumis pour avis au service régional de l’archéologie, les zonages archéologiques ne concernant que quelques-uns de ces sites ; dans l’Eure, ce sont Brionne, Gisors, Louviers, Lyons-la-Forêt, Pîtres, Vernon, ainsi que les possibles vici de Pont-Audemer et Saint-Aubin-sur-Gaillon ; en Seine-Maritime, les villes de Fécamp et Harfleur sont également gérées par zonage. Le Vieil-Évreux et Eu sont suivis par des services de collectivités territoriales.

13Par commodité, les commentaires sur les différents sites évoqués dans ce chapitre sont développés dans les synthèses sur l’habitat rural (Les Andelys et Fécamp), le domaine funéraire (Louviers, Vernon, Pîtres) et les lieux de culte (Fécamp).

RO : structure responsable de l’opération ; DEP : service archéologique départemental ; MUN : service archéologique municipal.
Fig. 14 – Tableau récapitulatif des sites ruraux fréquentés au haut Moyen Âge, hors prospections du nord de la Seine-Maritime.

RO : structure responsable de l’opération ; UNIV : université ; DEP : service archéologique départemental ; P : partiel.
Fig. 15 – Tableau récapitulatif des occupations et habitats ruraux du haut Moyen Âge, les plus significatifs apparaissant sur fond vert.

5.3. Habitat rural

5.3.1. Données quantitatives

14Quatorze sites ruraux, dont au moins quatre dans l’environnement d’ex-agglomérations secondaires, présentent les traces d’une fréquentation au haut Moyen Âge (fig. 13, 14). Trente-huit autres, dont cinq liés à d’ex-agglomérations secondaires, témoignent d’une occupation et ont fait l’objet d’interventions depuis 1980 (fig. 13, 15). Notre inventaire regroupe des sites dont l’apport scientifique est réduit en raison du type d’intervention, comme les diagnostics et les fouilles portant sur une surface limitée, ou de la nature de l’occupation, parfois une simple fréquentation et dix-huit habitats plus significatifs, dont trois fouillés exhaustivement : Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, « Butte Saint-Cyr », Guichainville, « Saint-Laurent » et Saint-Vigor-d’Ymonville, « Les Sapinettes ».

15Sept diagnostics sont restés sans suite en dépit de résultats intéressants (Incarville, « Les Prés », 1995 ; Saint-Marcel, rue de Montigny, 1998-1999 ; Burey, « La Mare Robert » et « Les Longs Champs », 2000 ; Saint-André de l’Eure, « La Justice », 2002 ; Brionne, « La Côte de Valleville », 2002 ; Surtauville, « route d’Elbeuf », 2006). Les fouilles d’Aubevoye, « Le Chemin Vert », Honguemare-Guénouville, « Zac du Roumois », Gisors, « Les Longues Raies » et Isneauville, « Plaine de la Ronce 1 », sont achevées et en cours de traitement au moment de l’aboutissement de ce bilan. Une prescription de fouille est émise pour les sites de Guichainville, « La Grande Contrée » et Val-de-Reuil, « Le Chemin aux Errants ». Dans les prochaines années, l’habitat reconnu à Dangu, rue du Fond de l’Aunaie, devrait également faire l’objet de fouilles. La fouille programmée d’Aubevoye, « La Chartreuse » sera complétée par des opérations préventives car elle est localisée sur l’emprise d’une ZAC.

16Ces sites constitueront des jalons importants pour la connaissance de l’habitat du haut Moyen Âge de la région. Ceux de Guichainville, « La Grande Contrée » et Val-de-Reuil, « Le Chemin aux Errants », qui seront fouillés exhaustivement, complèteront la perception de deux terroirs déjà bien connus et pourront être mis en perspective avec les habitats fouillés dans les environs immédiats ; de plus, la densité et l’extension de l’occupation de Val-de-Reuil en font un site majeur, ainsi que la possibilité d’étudier le rapport avec les ruines antiques contiguës. Cette question sera également abordée lors de l’étude de l’habitat d’Aubevoye, « Le Chemin Vert » ainsi qu’à Isneauville, « Plaine de la Ronce 1 », qui présente, par son organisation atypique sur laquelle nous reviendrons, un intérêt qui sort du cadre régional.

  • 4 Il est difficile de savoir si l’occupation qui précède l’installation du palais ducal est de type r (...)

17À l’exception des opérations de Fécamp4 et de Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, conduites respectivement par une universitaire et par un membre du SRA, toutes les fouilles ont été menées par l’AFAN – INRAP. La majorité s’insère dans le cadre de l’archéologie préventive ; seul l’habitat d’Aubevoye, « La Chartreuse » a été ponctuellement abordé lors d’une fouille programmée portant sur l’occupation néolithique.

18Sur les 38 sites découverts, 30 sont localisés dans l’Eure (fig. 13, 15). Le corpus commence à être important autour d’Évreux avec sept sites, à Guichainville, Marcilly-la-Campagne, Chavigny-Bailleul et Parville, ainsi que dans la vallée de la Seine en amont de Rouen : Oissel, Tourville-la-Rivière, Poses, Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie et Aubevoye. On peut d’ailleurs ajouter à cette liste Léry, Les Andelys et Romilly-sur-Andelle, situés sur des affluents de la Seine, non loin de la confluence. La vallée de l’Epte commence à être docu mentée avec Guerny, Gisors et Dangu, ainsi que le pays d’Ouche où se trouvent Courbépine, Boisney et Brionne. Certains sites sont géographiquement isolés, comme Saint-Vigor d’Ymonville et Bolbec, sur les plateaux au nord de l’estuaire de la Seine, Fécamp ou encore Tôtes et Gonneville-sur-Scie dans le Pays de Caux.

19Tous ces habitats sont relativement éloignés des points de peuplement actuels, à l’exception de Léry, Guichainville, « La Grande Contrée » et des occupations liées à d’anciennes agglomérations secondaires telles Fécamp, Pîtres, Les Andelys et Arnières-sur-Iton.

Fig. 16 – Chronologie des habitats mis au jour (sur fond vert : les sites fouillés les plus significatifs).

20La documentation disponible est variable. Certains rapports n’ont pas été rendus : l’opération de Bolbec a donné lieu à un court rapport préliminaire et celle de Poses va être publiée sous forme de notice synthétique dans un ouvrage sur l’occupation du haut Moyen Âge dans le secteur du Vaudreuil (dir. F. Carré) ; la documentation concernant le site de Oissel est encore entre les mains du responsable d’opération et les autres rapports sont en cours de rédaction. Le contenu de ces rapports est parfois peu détaillé, les relevés de structures ne sont pas tous présents, ce qui est regrettable dans la mesure où ces documents sont actuellement les seuls disponibles pour accéder à une information précise.

  • 5 Renoux 1979a et b, 1980, 1982a et b, 1983,1987a et b, 1994 ; Collectif 1990a ; Périn, Feffer éd. 19 (...)
  • 6 Carré 1988, 1992, 1996a ; Carré, Guillon 1995 ; Carré et al. 2007 ; Carré et al. à paraître.
  • 7 Carpentier et al. 2004, 2005a et b ; Marcigny, Carpentier 2006 ; San Juan 2006.

21En effet, à l’exception de Fécamp (Renoux et al. 1991), aucun de ces sites n’a donné lieu à une monographie. Des articles synthétiques ou thématiques sont disponibles pour les fouilles de Fécamp5, de Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie6, de Guichainville, « Le Long Buisson »7, de Guerny (Léon, Adrian 2004), d’Aubevoye, « Tournebut » (Calderoni 2010), de Guichainville, « Saint-Laurent » (Roudié 2005, 2006a) et de Brionne, rue Lemarrois (Guillot, Deshayes 2010). D’autres sont en préparation pour les sites de Guichainville, « Saint-Laurent » (Roudié à paraître), de Saint-Vigor-d’Ymonville (Carpentier et al. à paraître) et des Andelys (Jimenez, Adrian à paraître), dans les actes du colloque de l’Association française d’archéologie mérovingienne de Caen, dont la parution est attendue, ainsi que pour Léry dans les actes des « journées d’études sur l’archéologie du village, archéologie dans le village », qui ont eu lieu à Saint-Germain-en-Laye en novembre 2007. La tabletterie de Guerny est publiée (Thuet 2003) et un article sur ce site est en voie d’achèvement.

5.3.2. Caractéristiques chronologiques du corpus

22Les habitats qui présentent une occupation strictement limitée au IVe s., comme Saint-Ouen-du-Breuil, ont été exclus de l’inventaire. Les cas d’occupation des IVe-Ve s. y ont en revanche été intégrés. Le Ve s. est bien représenté (fig. 16), avec une occupation très structurée à Poses, qui illustre peut-être une ferme (fig. 19) tandis qu’à Guichainville, « Le Long Buisson », l’organisation des bâtiments d’habitation, répartis autour d’une cour, se constitue probablement dès le IVe s. (fig. 21). Le Ve s. est plus difficile à cerner lorsque l’occupation se prolonge, comme à Tourville-la-Rivière, Marcilly-la-Campagne, Chavigny-Bailleul et Guichainville, « La Petite Dîme », sauf quand elle se cantonne, comme à Guerny et Guichainville, « Le Long Buisson », dans un secteur particulier. Sur plusieurs de ces sites, le VIe s. est juste perceptible, ainsi qu’à Parville et à Guichainville, « Saint-Laurent » et « Le Long Buisson ». Cette période, pour laquelle les structures demeurent peu nombreuses, est d’autant plus mal connue que le mobilier reste souvent pauvre. Une occupation du VIIe s. est attestée sur 29 sites, mais elle n’est réellement bien illustrée que sur 18 d’entre eux. Il en est de même pour le VIIIe s., avec 28 sites dont 15 bien documentés, le IXe s. avec 24 sites dont 12 significatifs et le Xe s. avec 19 sites dont seulement 8 véritablement utilisables. Quelques occupations de courte durée, à Saint-Vigor-d’Ymonville, Poses, Bolbec et Tôtes, facilitent la lecture de l’organisation spatiale.

23Une chronologie par siècle de ces habitats est en général proposée dans les rapports. Elle s’appuie étroitement sur les tessons de céramique, souvent peu nombreux, mis au jour dans les comblements d’abandon des structures. La présence éventuelle de mobilier résiduel, croissante lorsque l’occupation est longue, est rarement prise totalement en compte. Il est bien sûr possible que les structures soient rebouchées avec les niveaux détritiques les plus proches, probablement contemporains de leur utilisation. Le site des Andelys en fournit la preuve pour l’une des cabanes. Mais la discussion chronologique devrait préciser si possible les deux aspects : la certitude du terminus post quem fourni par le mobilier et les hypothèses formulées en fonction de l’ampleur et de l’homogénéité du lot. Par ailleurs, il semble vain d’essayer d’évaluer le temps passé entre l’utilisation de la structure et son comblement, car les fourchettes chronologiques dont nous disposons sont le plus souvent proches du siècle. Remarquons également que les présentations de plans par phases ne figurant pas les structures sans mobilier, souvent les plus nombreuses, ne sont pas pertinentes, les espaces vides ne correspondant pas systématiquement à une réalité. Enfin, lorsque toute la prudence requise est appliquée et que la documentation est proposée dans son intégralité, comme pour le site de Guichainville, « Saint-Laurent », force est de constater qu’une bonne partie de l’évolution chronologique du site nous échappe. Cette limite doit être acceptée au stade de l’étude où elle est perçue, les moyens disponibles pouvant alors être reportés sur d’autres aspects plus prometteurs.

5.3.3. Topographie, environnement

24Les habitats étudiés se répartissent entre fonds de vallées et plateaux, avec une très légère prédominance de ces derniers (fig. 13). En fonds de vallées, la proximité de paléochenaux comblés ou non semble privilégiée comme à Poses, Val-de-Reuil, Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, Incarville, Tourville-la-Rivière, Guerny et Dangu. Le paysage autour des sites est renseigné essentiellement par les études paléoenvironnementales, encore peu développées dans la région (fig. 17).

25Mis à part Fécamp (Renoux et al. 1991, p. 173), les études carpologiques concernent seulement quatre sites de la vallée de la Seine. Elles documentent, outre les plantes cultivées, le paysage arbustif, avec la présence d’arbres fruitiers sauvages et d’arbustes de haies à Guichainville, « Le Long Buisson » et Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie.

26Des données palynologiques sont disponibles pour trois sites. Les analyses effectuées pour Guichainville, « La Petite Dîme », ne fournissent qu’un petit nombre de taxons pour sept échantillons des IVe, Ve et VIe s., et l’indice de la présence d’un milieu humide à proximité (mare). Les huit échantillons de Bolbec, datés entre le milieu du VIIe s. et le VIIIe s., donnent l’image d’un milieu très ouvert, avec des traces de culture de céréales et de nombreuses graminées montrant probablement l’existence de prairies. Les prélèvements les plus intéressants de Guichainville, « Le Long Buisson », ont été effectués dans plusieurs mares. Leur calage chronologique, délicat, est utilisé pour proposer une évolution du paysage de proximité : les IVe-Ve s. semblent connaître une baisse de l’activité anthropique et une densification du couvert forestier qui s’accentue au Ve s. ; le haut Moyen Âge serait marqué par un assèchement progressif des mares et une réouverture du milieu, confirmée par les prélèvements effectués dans une minière des VIIe-VIIIe s. et une cave de la fin du IXe ou du début du Xe s. Le paysage des VIIe-VIIIe s. comporte un couvert forestier résiduel qui diminue de la fin du VIIIe s. au Xe s.

  • 8 De surcroît, trois lots provenant d’un four de l’atelier de potiers de La Londe ont fait l’objet d’ (...)

27L’anthracologie a été pratiquée seulement sur deux sites8. À Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie elle permet l’hypothèse d’une forêt d’approvisionnement en chêne et en hêtre plus touffue aux VIIe-VIIIe s., et éclaircie pour privilégier la pousse d’arbres choisis aux IXe-Xe s. (Carré et al. à paraître). À Guichainville, « Le Long Buisson », les métallurgistes se fournissent dans une forêt dense de type chênaie-hêtraie au faciès de lisière, de friche ou de lande, qui comporte également des arbustes dont des fruitiers sauvages. Quelques espèces indiquent l’existence de points humides.

Fig. 17 – Tableau récapitulatif des études paléo-environnementales menées sur les sites d’habitats ruraux.

28Les données concernant l’environnement des sites sont donc très limitées. En revanche, elles concordent avec les résultats obtenus par les prélèvements en tourbière (cf. 4.2).

5.3.4. Relations avec les occupations antérieures

29Ces habitats sont en majorité installés dans un paysage où la présence antique est notable : parcellaire, voies, villae sont encore perceptibles. L’installation de cimetières du haut Moyen Âge dans les ruines antiques est bien documentée, à la différence de celles d’occupations ou d’habitats (cf. 6.4.2.2). En effet, seules des traces de fréquentation sont attestées pour le moment dans les importants sanctuaires d’Eu et du Vieil-Évreux, sous la forme de récupération de matériaux. Deux autres sites fournissent des indices ténus ou curieux. Ainsi, la villa d’Aubevoye, « Le Chemin Vert », dégagée exhaustivement en 2009, présente quelques trous de poteaux attribuables aux VIIe -VIIIe s. Plus au nord, à Isneauville, une occupation atypique également mise au jour en 2009 est étroitement liée à un établissement antique. Un petit édifice résidentiel est construit au Haut-Empire. Sa cave, abandonnée au IIIe s., semble en ruine au IVe s., lorsque des bâtiments sont installés à proximité. Il est étonnant d’observer, encerclant l’édifice maçonné primitif, un fossé circulaire d’environ 50 m de diamètre dont la mise en œuvre est attribuable au haut Moyen Âge. En effet, il recoupe une fosse comblée au IVe s. et contient, dans les sédiments correspondant à la période de stabilisation progressive de ce creusement ouvert, du mobilier céramique du VIIe s. Pourtant, aucune fosse contemporaine n’est attestée et seuls quelques trous de poteaux, au nord-ouest du bâtiment antique, pourraient signaler une occupation bâtie, peut-être appuyée contre les ruines de celui-ci (fig. 18).

Fig. 18 – Isneauville – Saint-Martin-du-Vivier (76), « Plaine de la Ronce, zone A » : occupation du VIIe s. à l’emplacement d’une villa gallo-romaine (Y.-M. Adrian, D.A.O.S. Le Maho).

Fig. 19 – Poses (27), « La Plaine » : plan général de l’habitat ; l’occupation du Ve s. ne respecte pas l’orientation des enclos antiques, tandis que les structures des VIIe-VIIIe s. semblent s’y concentrer (D.A.O.T. Kubiack, d’après A. Boivin).

30Dans la région, à l’exception de ces deux exemples, aucun bâtiment domestique du haut Moyen Âge n’a été observé en fouille à l’emplacement d’un édifice antique. Pourtant, les prospections menées par É. Mantel et son équipe dans le nord de la Seine-Maritime montrent une fréquentation régulière de sites antiques au haut Moyen Âge. Néanmoins, les fouilles illustrent l’installation d’habitats dans des enclos liés à des villae, à Tourville-La-Rivière ou Poses (fig. 19, 20). Parfois, le parcellaire est réutilisé (cf. 5.3.6) ou encore perceptible dans le paysage, car il marque la limite de l’occupation, comme à Romilly-sur-Andelle. La présence de mobilier résiduel est observée et les quantités sont proportionnelles à la distance de l’établissement antique. Par exemple, la partie nord de l’habitat de Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie (VIIe-Xe s.), implantée sur un parcellaire gallo-romain, est riche en tessons antiques alors que la partie sud, plus éloignée, n’en fournit aucun.

31Les relations entre les occupations antique et alto-médiévale – les questions de continuité ou de déplacement – sont souvent difficiles à saisir. Pour ce type de problématique, il semble évident que seule l’étude de surfaces importantes, d’au moins 3 ha, peut apporter des hypothèses cohérentes. Il faut connaître l’emplacement de l’habitat antique et sa chronologie, ainsi que tout l’espace qui le sépare de l’habitat du haut Moyen Âge. Par exemple, le site de Guichainville, « Le Long Buisson », montre une réorganisation de l’espace bâti de la villa antique aux IVe-Ve s. Il met aussi en évidence l’absence de rapport structurant entre cette villa et l’occupation des VIe-Xe s., qui s’installe à distance des bâtiments antiques et tardo-antiques (fig. 21, 22).

5.3.5. Relation avec les occupations postérieures : l’histoire de nos villages

32La question de la dynamique de l’occupation des terroirs ruraux et surtout des formations des villages est toujours en chantier : les données sont encore pauvres au niveau national, principalement en raison des difficultés de gestion de ces sites (Carré et al. 2009).

33Deux ensembles hauts-normands apportent une vision plus globale d’un terroir, parce qu’ils ont fait l’objet d’aménagements étendus permettant d’accumuler les données au fil des opérations : le secteur de la boucle du Vaudreuil (Poses, Léry, Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie) et celui du sud d’Évreux. Le premier va prochainement faire l’objet d’une publication qui englobera également les découvertes funéraires afin de mettre en valeur les points communs et les divergences des occupations étudiées dans cette boucle de la Seine (dir. F. Carré). Le second, dans un contexte différent sur le plan géographique, puisqu’il s’agit de plateaux, et politique, car cette commune jouxte la ville d’Évreux, montre l’importance des occupations qui n’ont pas eu de suite et permet d’observer la succession des habitats au cours de l’Antiquité et du haut Moyen Âge (fig. 23). Le caractère multipolaire de l’habitat, constaté à Guichainville, n’est pas uniquement le fait du haut Moyen Âge. Ainsi, des secteurs d’habitats distincts des villages médiévaux sont illustrés par quelques sites occupés jusqu’au XIe s. : Honguemare-Guénouville, Chavigny-Bailleul, Saint-André-de-l’Eure, Dangu et Aubevoye, « La Chartreuse ».

Fig. 20 – Tourville-la-Rivière (76), « Les Terres du Gruchet » : l’organisation de l’habitat des Ve-VIIe s. ne semble pas tenir compte de l’enclos de la villa antique (D.A. O T. Kubiack d’après N. Millard).

34En Haute-Normandie, l’histoire des villages est actuellement documentée par des données extrêmement dispersées et ponctuelles. Jusqu’en 2008, les diagnostics effectués au cœur des villages étaient peu nombreux mais réguliers (entre 3 et 10 par an). Rarement positifs en ce qui concerne le haut Moyen Âge ou même le Moyen Âge, ils ont donné une image d’habitat peu dense. Les trois fouilles effectuées à Léry, Romilly-sur-Andelle et Aubevoye, « Tournebut », témoignent d’une occupation plus ou moins continue à partir des VIIe-VIIIe s. tandis qu’à Guichainville, « La Grande Contrée », elle ne semble pas se poursuivre après le Xe s. ; néanmoins cet habitat se développe dans une parcelle non diagnostiquée.

Fig. 21 – Guichainville (27), « Le Long Buisson » : un habitat des IVe-Ve s. s’installe dans l’enclos d’une villa antique désaffectée. Les bâtiments s’organisent en arc de cercle autour d’une cour (V. Carpentier, D.A.O.É. Gallouin).

35Remarquons que les petits villages médiévaux sont également très mal connus : leur emplacement est souvent déduit de ceux de l’église et des espaces bâtis du cadastre du XIXe s. ; les données archéologiques sont généralement réduites à la présence de fosses, parfois de bâti, observés lors de diagnostics ; ces derniers sont rarement suivis de fouilles car, en raison de la longue durée d’occupation, l’organisation des vestiges ne paraît pas suffisamment structurée pour justifier une intervention. La fouille d’Aubevoye, « Tournebut », témoigne toutefois de l’apport d’une telle étude à la compréhension de l’évolution d’un espace bâti villageois entre le IXe s. et nos jours (Calderoni 2010).

Fig. 22 – Guichainville (27), « Le Long Buisson » : l’occupation des VIe-Xe s. occupe un espace au sud-ouest de l’habitat des IVe-Ve s. et en dehors des enclos de la villa antique (V. Carpentier, D.A.O.É. Gallouin).

5.3.6. Organisation

36En préambule, soulignons que la réflexion sur l’organisation n’est vraiment possible que pour les sites fouillés sur une grande surface ; il suffit de morceler artificiellement l’un des rares sites connus intégralement pour s’en rendre compte. De plus, elle est limitée par les questions de chronologie (cf. 5.3.2). Enfin, seuls trois habitats ont été fouillés exhaustivement et offrent la possibilité d’une analyse de l’organisation générale. Celui de Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie se présente aux VIIe-VIIIe s. sous la forme d’une large bande de 300 m de long accueillant de probables unités d’habitation identifiées grâce aux vestiges de fossés antiques, aux cabanes localisées en haut de pente et aux puits installés en bas de pente. Cette bande s’élargit au nord pour entourer le cimetière et l’église (fig. 24), ce qui renforce l’image d’habitat groupé. L’impression générale est celle d’un village-rue, mais l’organisation est simplement adaptée à la topographie, en bordure de paléochenal. À Saint-Vigor-d’Ymonville (VIIe-VIIIe s.), une ou deux unités d’exploitation sont installées de part et d’autre d’un chemin et leur organisation interne est matérialisée par des fossés formant des enclos (fig. 25). L’ensemble occupe un espace d’environ 90 m sur 60. L’habitat de Guichainville, « Saint-Laurent », s’organise du VIe au début du VIIIe s. dans un espace d’environ 150 sur 130 m et accueille deux ou trois unités d’habitation plus ou moins séparées par des fossés (fig. 26). Les autres sites sont partiellement connus mais participent toutefois à la réflexion générale.

Fig. 23 – Opérations et sites de la période gallo-romaine et du haut Moyen Âge sur la commune de Guichainville, dans l’Eure (N. Bolo, F. Carré).

Fig. 24 – L’habitat de Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie (27), « La Butte Saint-Cyr » aux VIIe-IXe s. est caractérisé par cinq ou six unités d’exploitation réparties sur la pente de la basse terrasse de la Seine ; elles entourent au nord un cimetière doté d’une église (F. Carré, D.A.O.F. Jimenez).

37Certains habitats paraissent être complètement ouverts et ne tenir aucun compte du parcellaire préexistant : Tourville-la-Rivière (Ve-VIIe s. ; fig. 20), Poses (Ve s. ; fig. 19) et Parville (VIe-Xe s.). D’autres s’appuient sur un parcellaire antique en partie réutilisé ou visible, comme à Poses, où les structures des VIIe-VIIIe s. semblent cantonnées à l’intérieur des deux enclos antiques, mais aussi à Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie (VIIe-VIIIe s. ; fig. 24), Romilly-sur-Andelle (VIIe-XIe s.) et Guichainville, « La Petite Dîme » (IVe-milieu du VIIe s.). Sur ces deux derniers sites, des fossés antiques marquent même encore clairement des limites dans l’occupation du haut Moyen Âge. Parfois, le parcellaire antique, en partie respecté, est complété ou modifié (Guichainville, « Saint-Laurent » ; Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie).

38En revanche, d’autres habitats comportent une organisation parcellaire entièrement définie au haut Moyen Âge, qui se différencie de celle de l’Antiquité par des tracés beaucoup moins réguliers et souvent curvilignes. Les angles des enclos sont arrondis et des fossés se rejoignent « en entonnoirs ». Ces cas sont bien illustrés en Basse-Normandie et se retrouvent dans notre région à Saint-Vigor-d’Ymonville (VIIe-VIIIe s., fig. 25), Courbépine (VIIe-IXe s., fig. 27) ainsi que peut-être Douains (VIIe-Xe s., fig. 28). Il est possible que le parcellaire du site de Gonneville-sur-Scie, mis en place entre la fin du IIIe et le VIIe s., se rattache à un habitat de ce type. De même, les enclos mis au jour à Tôtes, « Bonnetot », pourraient être liés à l’occupation des VIIIe-IXe s. plutôt qu’à un hypothétique site protohistorique. Ce mode d’organisation est encore perceptible à Bouafles, « Les Mousseaux », aux XIe-XIIe s. (Carpentier 2006).

39Ces habitats structurés en parcelles sont plus faciles à analyser sur le plan spatial, mais ils s’avèrent rares dans la région. Leurs limites sont plus aisées à déterminer. Leurs axes de circulation internes, délimités par des fossés, sont le plus souvent lisibles, comme à Courbépine ou Saint-Vigor-d’Ymonville. Ce dernier site comporte au maximum deux unités d’exploitation tandis que celui de Courbépine, partiellement connu, en compte probablement au moins trois.

40Pour les autres, le raisonnement s’appuie sur les groupes de structures pouvant correspondre à des unités d’exploitation. Les espaces vides sont parfois considérés comme des séparations, alors qu’ils peuvent faire partie d’une unité. Ainsi, à Guerny, des activités diverses s’organisent autour d’une cour (fig. 29). Sur un même site, la densité des structures masque parfois l’organisation d’un secteur alors que les autres sont bien lisibles. Par exemple, à Guichainville, « Saint-Laurent », la zone nord-est est peu lisible alors qu’au sud-ouest, un ensemble de structures organisées autour d’une petite cour semble destiné à une activité de forge (fig. 26 et 38) ; à Douains, une unité constituée d’un bâtiment, d’un possible fond de cabane, d’un four et de deux greniers paraît très cohérente (fig. 28).

Fig. 25 – L’habitat de Saint-Vigor-d’Ymonville 76), (« Les Sapinettes », daté des VIIe-VIIIe s., présente une organisation très lisible en raison de la présence des fossés du parcellaire associé (V. Carpentier, D.A.O.É. Gallouin).

Fig. 26 – L’habitat de Guichainville (27), « Saint-Laurent », occupé du VIe s. au début du VIIIe s., présente un plan dont l’interprétation est rendue délicate par la superposition d’occupations antérieures (N. Roudié).

Fig. 27 – Le plan de l’habitat de Courbépine (27), « Le Poirier au Sueur », aux VIIe-Xe s. témoigne d’une organisation définie par un parcellaire contemporain (J. Tourneur).

41Des chemins sont de plus en plus fréquemment mis en évidence, et ceci est en partie lié à l’évolution du soin apporté aux décapages. Ils sont révélés par l’organisation parcellaire, comme à Courbépine ou Guichainville, « Le Long Buisson », mais aussi par des restes plus conséquents, parfois stratifiés, comme aux Andelys et à Guerny, Parville, Léry ou Honguemare-Guénouville, les deux derniers illustrant des chemins creux.

42Certains de ces habitats sont en étroite relation avec un cours d’eau : à Guerny des aménagements de berge, quai ou débarcadère et rampe d’accès empierrée, ont été étudiés (fig. 29).

43Les fouilles permettent dans quelques cas d’aborder les relations entre habitat et cimetière. Ce dernier se trouve au cœur de l’habitat des VIIe-VIIIe s. à Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie où il est rapidement doté d’une église (fig. 24) et probablement à Parville. À Romilly-sur-Andelle, aux abords du cimetière dont l’utilisation débute dans le courant du VIe s., les rares structures domestiques mises au jour ne permettent pas de documenter précisément l’implantation de l’habitat contemporain. À Poses, le nombre de défunts semble assez disproportionné par rapport à l’habitat qui n’est pas contigu à l’espace funéraire : on peut se demander s’ils sont vraiment liés. L’organisation spatiale du site de Chavigny-Bailleul est difficile à saisir en raison de l’emprise linéaire des fouilles ; le cimetière paraît excentré mais son environnement n’est connu que d’un côté (fig. 30). Par ailleurs, des inhumations isolées ou en petits groupes sont couramment pratiquées dans l’habitat (cf. 6.4.1).

Fig. 28 – Sur le plan de l’habitat de Douains (27), « Les Hauts Brûlés », occupé du VIIe au Xe s., une unité d’exploitation semble perceptible (M. Mohssine † et É. Mare).

Fig. 29 – Le plan de l’habitat de Guerny (27), « Le Bois Madame », occupé aux Ve-IXe s., illustre l’organisation de structures autour d’une cour (G. Léon).

Fig. 30 – À Chavigny-Bailleul (27), « La Mutrelle », un cimetière est installé au nord de l’habitat des Ve-XIe s. (G. Léon).

5.3.7. Structures archéologiques

44Les structures composant ces habitats, quel que soit leur contexte, sont souvent identiques : bâtiments sur poteaux de modules variés, cabanes excavées, fours, fosses, silos, puits et mares. Les sites de Saint-Vigor-d’Ymonville, Chavigny-Bailleul, Douains et Courbépine se distinguent par l’absence de fond de cabane et celui de Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie par celle de four et de grand bâtiment sur poteaux. Les seules constructions utilisant la pierre dans leurs fondations sont observées à Tourville-La-Rivière aux IVe-Ve s. (solins discontinus, fig. 31) et à Fécamp aux VIIIe-IXe s. (Renoux et al. 1991, p. 127). Ce dernier site fait figure d’exception : un bâtiment rectangulaire de 12,5 par 6,25 m comporte des fondations consistant en trois assises maçonnées et intègre deux foyers (phase II, période 1, bâtiment V) ; cet habitat pourrait avoir un statut particulier (privilégié ou monastique).

45Un rapide dépouillement des rapports montre que les édifices de plain-pied des IVe-Ve s. sont souvent plus évidents à caractériser que ceux de la période des VIe-Xe s., pour laquelle tout au plus une cinquantaine d’exemples comportant plus de quatre poteaux est disponible. Ces bâtiments sont interprétés selon leurs dimensions comme habitations, granges, annexes ou greniers. Lorsque leur surface est comprise entre 40 et 140 m2 (fig. 31), ils sont rarement aussitôt lisibles, surtout quand l’occupation est de longue durée : il faut alors extraire du nuage les trous de poteaux significatifs, comme à Guichainville, « Saint-Laurent », dans le secteur nord-est (fig. 26). De plus, leur datation ne repose en général que sur quelques tessons. Enfin, leur fonction reste souvent imprécise et les foyers associés avec certitude, permettant l’hypothèse d’habitations, sont peu nombreux, probablement parce qu’ils étaient superficiels ou externes. Les exemples appartiennent surtout aux IVe-Ve s., avec, à Guichainville, « Le Long Buisson », cinq bâtiments dotés d’un foyer central couvrant chacun entre 28 et 80 m2 (fig. 21 et 31) et, à Marcilly-la-Campagne, la construction 44, de 128 m2, abritant un four et sa fosse de travail (fig. 31). Un seul cas est attribué à la fin du VIIe ou au début du VIIIe s., le bâtiment 1A de Guichainville, « Saint-Laurent », d’une surface de 70 m2, avec un foyer légèrement désaxé (fig. 31). Deux autres, à Fécamp, sont datés des VIIIe-IXe (bâtiment XIII, Renoux et al. 1991, p. 127) et Xe s. (bâtiment VI, Renoux et al. 1991, p. 349).

46Certains édifices pourraient aussi servir d’étables. L’un d’eux, à Saint-Vigor-d’Ymonville, couvre 75 m2 et se distingue par ses aménagements, des rigoles peut-être destinées à évacuer le purin et qui suggèreraient la présence de bétail (fig. 25 et 31). Les techniques de construction sont parfois remarquables, comme celle du bâtiment 4 à deux nefs de Guichainville, « Saint-Laurent », recelant des tessons du VIIe s., dont les 75 m2 sont cernés par un grand nombre de poteaux (fig. 26 et 31) ; cette technique spécifique est aussi employée pour un bâtiment plus petit du même site (non daté). La construction B1 de Courbépine (fig. 31), de 36 m2, incluant des tessons du VIIe s., surprend par ses extrémités curvilignes, les comparaisons régionales appartenant surtout aux IXe-XIIe s. ; ces types de plans sont néanmoins connus par exemple en Charente-Maritime dès les VIIe-VIIIe s. (Gerber et al. 2010).

47Les petits bâtiments sur quatre ou six poteaux, interprétés comme des greniers, sont courants. Plus rares sont les soustraits à meule à poteau central comme ceux de Poses (fig. 31) ou Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie.

48Les bâtiments excavés sont maintenant bien documentés, même si leurs élévations et leurs fonctions restent souvent inconnues. Les cabanes, au nombre de poteaux varié, n’ont pas encore été inventoriées dans l’objectif d’une synthèse. Quelques bâtiments excavés sortent de l’ordinaire, par leurs dimensions, leurs aménagements ou leur mode de construction (fig. 32). Ainsi, trois d’entre eux ont une surface de plus de 20 m2 à Guerny et Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie ; sur ce site, la cabane 108 comporte des poteaux qui forment trois rangées serrées, possibles supports d’un grenier, et la cabane 107 une fosse-foyer centrale qui occupe un quart de l’espace, éventuellement destinée à une activité de fumage. Aux Andelys, il s’agit dans plusieurs cas de véritables caves, avec des sols aménagés, des cloisons et des parois à clayonnages (cabanes 104, 226, 105 et 122 ; Jimenez, Adrian à paraître).

Fig. 31 – Plans de bâtiments de plain-pied remarquables (d’après N. Millard, V. Hincker, N. Roudié, V. Carpentier, C. Marcigny, J. Tourneur et A. Boivin).

Fig. 32 – Plans de bâtiments excavés particuliers (d’après G. Léon, F. Carré et F. Jimenez).

Fig. 33 – Fours de l’habitat de Léry (27), « rue de Verdun » (N. Roudié). De haut en bas : succession de deux fours entre le milieu du VIIIe et la deuxième moitié du IXe s. (st. 818 et 819) ; four piriforme du IXe s. (st. 568/569) ; four à soles successives du Xe–début du XIe s. (st. 71).

49Les aménagements des puits sont assez bien illustrés. À Oissel et Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, certains comportent à leur base un rouet, assemblage de poutres soutenant un conduit de pierres sèches. À Léry, des blocs récupérés sur un bâtiment antique, peut-être un moulin, constituent la partie supérieure du conduit. Les mares, source unique d’approvisionnement en eau dans certains secteurs, ont été en particulier étudiées sur les sites de Guichainville « Saint-Laurent » et « Le Long Buisson ».

50Des foyers et des fours sont présents sur la majorité des sites. Les fours sont le plus souvent creusés en sape dans le limon et comportent une fosse de travail attenante. Leur typo-chronologie est affinée par l’échantillon de Léry, qui s’échelonne sur une longue durée et a fait l’objet de datations par analyses archéomagnétiques et14 C (fig. 5 et 33 ; Roudié, Warmé 2007).

51Certaines fosses sont spécifiques. Ainsi, des fosses quadrangulaires aux angles cantonnés de poteaux ont été mises au jour à Guichainville, « Saint-Laurent » et Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie. Interprétées parfois comme bases de pressoirs (Petit 2000), elles pourraient aussi constituer des silos à grain (Cornec dir. 2006). D’autres fosses remplies de débris de torchis cuit provenant de parois de fours semblent associées au traitement des céréales (Poses, Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie ; Carré et al. à paraître).

52La fonction et la nature de ces différents bâtiments ou structures restent souvent difficiles à appréhender et des analyses sont parfois effectuées dans ce but, comme l’étude micromorphologique menée par C. Camas dans les années 1993-1996 sur les sites de Guichainville, « La Petite Dîme » et de Gonneville-sur-Scie. Seul le rapport de ce dernier utilise les résultats, qui renseignent surtout sur des structures antiques. Leur apport concernant un four et un fossé du haut Moyen Âge est limité : l’analyse du comblement du fossé montre qu’il était ouvert, curé, puis comblé rapidement après le dernier curage. La micromorphologie de la stratigraphie du chemin creux de Léry (VIIe-XIIe s.) a également été étudiée par K. Fechner. Elle met en évidence aux VIIe-VIIIe s. une évolution de l’utilisation du chemin, alors recouvert d’un niveau riche en phosphates et présentant, dans les lames minces, des restes d’os digérés probablement issus de déjections porcines. L’abandon du chemin, attesté par son comblement aux IXe-Xe s., pourrait être précoce et débuter par un changement de fonction de cet espace, éventuellement lié au pacage des porcs. Ces données haut-normandes réduites permettent difficilement de juger de l’intérêt de la systématisation de cette discipline, également peu pratiquée dans les autres régions sur les sites du haut Moyen Âge. Il faut se tourner vers les travaux de nos collègues suisses pour la démonstration de son utilité (Federeci-Schenardi, Fellner 2004). Néanmoins, la micromorphologie renseigne surtout sur la mise en place des comblements lors de l’abandon mais peu sur l’utilisation proprement dite des structures, en particulier des fonds de cabanes ; de plus, les interprétations sont souvent multiples.

53La généralisation des prélèvements palynologiques dans les bâtiments excavés pourrait être intéressante. En effet, sur le site de Guichainville, « Le Long Buisson », leur étude a apporté des renseignements sur trois cabanes (deux de la fin du IVe-Ve s. ; une de la fin du VIIe-première moitié du VIIIe s.), avec l’hypothèse de la présence de litières ou de toitures effondrées – la différence ne peut malheureusement pas être établie – et la caractérisation des végétaux utilisés.

54Afin de déceler d’éventuels liens avec le bétail, des analyses de phosphates ont été pratiquées sur des échantillons provenant des bâtiments sur poteaux de Saint-Vigor-d’Ymonville ; les tests effectués par J.-C. Le Bannier (Laboratoire d’Anthropologie de l’université de Rennes, UMR 6566) se sont avérés négatifs, les terrains ayant été trop amendés. En revanche, à Guichainville, « Le Long Buisson », l’un des ensembles de bâtiments des IVe-Ve s. a fait l’objet d’une mesure des phosphores par le même laboratoire. Les résultats en sont surprenants car les concentrations sont proportionnelles aux quantités de déchets recueillis et le bâtiment le plus riche comporte un petit four domestique qui indique une fonction d’habitat. Il serait donc intéressant à l’avenir d’élargir le nombre de bâtiments analysés pour affiner l’interprétation.

5.3.8. Activités agricoles

55Les activités agricoles sont mal documentées en raison de la rareté des études paléoenvironnementales (fig. 17).

56L’inventaire des ensembles archéozoologiques du haut Moyen Âge n’a pas été effectué mais il est déjà possible de faire quelques remarques. Jusqu’en 2008, les modes de prélèvement sont restés superficiels, le tamisage des sédiments étant exceptionnel. Les informations concernant les petits animaux ou les poissons sont donc particulièrement rares. De plus, le substrat acide de certains sites, comme Honguemare-Guénouville, ne favorise pas la conservation osseuse. Malgré ces limites, le comptage et la détermination des espèces pratiqués pour les sites de Guichainville, « La Petite Dîme » et « Saint-Laurent », Les Andelys et Léry, montrent le potentiel de ces ensembles. Des études plus complètes ont été menées par P. Duchène pour le site de Fécamp, par J.-H. Yvinec pour Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, par S. Frère pour Guichainville, « Le Long Buisson » et par B. Clavel pour Aubevoye, « Tournebut ». Ce dernier site ne fournit malheureusement qu’un faible échantillon disparate et difficilement utilisable, tandis que celui du « Long Buisson » est limité, avec 290 restes pour les IVe-Ve s. et 321 pour les VIe-Xe s. En revanche, les résultats obtenus pour Fécamp (Renoux et al. 1991, p. 677-685), comme pour Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie (Carré et al. 2007 ; Carré et al. à paraître), illustrent parfaitement l’intérêt du travail de spécialistes. À Fécamp, la prépondérance du porc et la consommation d’animaux jeunes est constatée du VIIIe au début du XIe s., suggérant le caractère privilégié des occupants du lieu, dont le statut semble pourtant changer au fil du temps (habitat privilégié, occupation monastique, palais ducal). À Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, des particularismes sont révélés par rapport à d’autres sites des régions voisines : aux VIIe-VIIIe s., les caprinés occupent la deuxième place dans l’élevage, les bovins sont essentiellement destinés à la production de viande et les habitants consomment de jeunes animaux, fournissant de la viande de qualité. De plus, des différences alimentaires sont constatées au sein de l’habitat, dans le secteur de l’église. Les observations rapides effectuées sur la faune des Andelys montreraient aussi la prédominance inhabituelle des ovins et caprins (Jimenez, Adrian à paraître) qu’il serait intéressant de confirmer, J.-H. Yvinec ayant formulé l’hypothèse d’un profil spécifique aux habitats ruraux de fonds de vallées (Carré et al. à paraître).

57Les archéozoologues s’accordent pour déplorer l’absence cruelle de comparaisons régionales. Il conviendrait de mettre en place un programme d’inventaire et d’étude des ensembles mis au jour depuis 1985. Les travaux sont, à trois exceptions, restés superficiels et ne précisent ni les caractéristiques morphologiques, ni les âges d’abattage qui permettraient de connaître les choix d’élevage et de consommation des populations concernées. Le recrutement de spécialistes par les opérateurs devrait permettre de développer cette approche par une sensibilisation des responsables d’opération. Les futures opérations devraient privilégier le tamisage des sédiments, en particulier dans les secteurs de fond de vallée, où la part de l’exploitation du milieu naturel pour l’alimentation n’est pas définie, et où les espèces de poisson présentes dans les rivières restent peu documentées. De même, les techniques de découpe sont encore trop rarement abordées (Renoux et al. 1991, p. 679-680).

  • 9 Renoux et al. 1991, p. 173 : zone de rejet le long d’un bâtiment sur poteaux avec 50000 graines car (...)

58Les analyses carpologiques concernent seulement Fécamp9, trois habitats de la vallée de la Seine et un site du plateau au sud d’Évreux. Ainsi, les renseignements les plus complets sur les plantes cultivées proviennent :

  • pour les IVe-Ve s., d’une douzaine de structures de Guichainville, « Le Long Buisson »,

  • pour les VIe-VIIIe s. de trois structures peu riches de Léry,

  • pour les VIIIe-Xe s. de quatre fosses de Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie,

  • pour les IXe-Xe s., d’un niveau de Fécamp et de 13 structures de Léry,

  • pour les IXe-XIIe s., de cinq silos d’Aubevoye, « Tournebut », en cours d’analyse.

59Les pratiques culturales (saison de semis, hauteur de coupe, séchage des grains…) sont illustrées de manière très anecdotique. Le particularisme de Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie aux VIIIe-Xe s., avec la prédominance de l’orge au détriment du blé et seigle, à la différence de la région parisienne, ne trouve pas d’autre comparaison régionale que Fécamp (Carré et al. 2007 ; Carré et al. à paraître). En effet, à Léry, seigle et blé sont également majoritaires. L’étude de ce site confirme que les prélèvements issus des fours sont les plus représentatifs de l’alimentation, les comblements des silos étant moins riches et moins cohérents.

60Des données palynologiques sont disponibles pour trois sites. Les échantillons de Guichainville, « La Petite Dîme », sont très pauvres en pollens. Les huit prélèvements de Bolbec, datés entre le milieu du VIIe et le VIIIe s., indiquent des traces de culture de céréales et l’importance des graminées est probablement en rapport avec l’existence de prairies. Les données les plus complètes sont fournies par le site de Guichainville, « Le Long Buisson » ; les IVe -Ve s. semblent connaître une diminution de la culture des céréales, qui s’intensifie de nouveau progressivement du VIIe au Xe s. Le paysage des VIIe-VIIIe s. est dominé par un système prairial.

61L’anthracologie apporte des précisions sur une activité probablement liée au traitement des céréales, éventuellement le séchage, à Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie. Elle permet de distinguer l’approvisionnement en bois destiné aux cuissons culinaires de celui des autres activités, tant par les essences choisies que par le diamètre des bois brûlés, leur stade de séchage et le mode de combustion qu’ils ont subi (Carré et al. à paraître). À Guichainville, « Le Long Buisson », l’étude des charbons de bois montre l’utilisation prépondérante et logique de bois de chêne caducifolié de gros calibre dans les structures liées à la métallurgie, alors que les foyers domestiques recèlent des bois d’essences plus variées, parfois ramassés morts et de diamètres plus petits.

62Les outils documentent également les pratiques agricoles (cf. 5.5.2 et fig. 53). Par exemple, la faux permet une coupe au ras du sol et un stockage en gerbes, alors que la faucille sert à la coupe de l’épi. Ces deux pratiques semblent coexister à Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, comme témoignent deux dépôts, l’un attribuable au IXe s., l’autre dans le secteur occupé aux VIIIe-Xe s., comportant, le premier une faux et le deuxième également une faux ainsi que deux faucilles. Un soc d’araire associé à ce second dépôt illustre le mode de labour, comme le coutre découvert à Guichainville, « Le Long Buisson » dans une fosse comblée aux IXe-Xe s.

5.3.9. Bilan et perspectives

63L’archéologie de l’habitat rural n’a que trente ans et les premiers bilans nationaux sont plutôt positifs (Peytremann 2009). La Haute-Normandie s’est inscrite très tôt dans la dynamique de la recherche concernant ce thème. Le corpus d’habitats disponible est à présent relativement conséquent (18 sites). Il est toutefois mal réparti sur le plan géographique. Le nord de la Seine est peu concerné, ce qui s’explique peut-être plus par le nombre limité de projets d’aménagement ayant fait l’objet de diagnostics, comme les ZAC ou les carrières, que par la faible densité de l’habitat au haut Moyen Âge dans ce secteur, puisque la cartographie des sites funéraires semble en contradiction avec cette hypothèse (fig. 6).

64Dès les IVe-Ve s., les occupations fouillées sont presque toutes installées à l’écart des bâtiments des exploitations agricoles antiques, même si elles en utilisent les enclos ainsi que probablement les terres cultivables. En effet, il n’y a pas, dans la région, de témoin de construction domestique du haut Moyen Âge sur des bâtiments gallo-romains, à l’exception peut-être d’Isneauville et d’Aubevoye, « Le Chemin Vert ». Pourtant, les pars urbana de plus d’une dizaine de villae antiques ont fait l’objet d’interventions récentes. De même, les habitats découverts dans les villages actuels sont rares (2 cas). Les sites fouillés correspondent donc principalement, autant que l’on puisse en juger, à des habitats créés ex nihilo puis abandonnés au plus tard au début du Moyen Âge.

65Deux ensembles de fouilles permettent d’évoquer l’organisation des terroirs, dans la zone sud d’Évreux (Guichainville) et la boucle du Vaudreuil. Ce sont encore des puzzles qui devraient être complétés dans les années à venir et donner une idée de la succession ou de la coexistence des habitats au sein d’un micro-terroir.

66La majorité des sites ne sont pas fouillés exhaustivement, ce qui limite considérablement la réflexion et les interprétations sur l’organisation topographique de l’habitat, la continuité d’occupation ou les déplacements. Pour répondre à ces problématiques, on a eu tendance à favoriser les fouilles de grande ampleur. Les résultats sur Les Andelys montrent néanmoins qu’une opération de moins de 2 000 m2 peut faire apparaître des spécificités intéressantes, qui suggèrent la proximité d’un habitat particulier (agglomération ou habitat monastique). Les petites fouilles apportent donc aussi leur pierre à l’édifice, il suffit de les utiliser avec toute la prudence requise, en particulier sur le plan de la chronologie. Malgré tout, il est encore difficile de percevoir une organisation générale de l’habitat et des variantes territoriales et/ou chronologiques. La forme d’habitat qui prédomine semble associer des groupes de structures se succédant dans le temps, avec parfois une rotation spatiale, l’ensemble n’étant pas véritablement structuré par un parcellaire contemporain.

67Pour le moment, aucune évolution chronologique n’est nettement perceptible. Si l’on excepte le site de Saint-Ouen-du-Breuil, dont l’occupation est limitée au IVe s. (Gonzalez et al. 1998, 2006), sur les deux habitats les plus lisibles des IVe-Ve s., Poses et Guichainville, « Le Long Buisson », seul le second témoigne d’une organisation relativement structurée, avec des bâtiments en arc de cercle autour d’une cour ; en revanche, elle est mise en place au IVe s. Poses montre une répartition des éléments d’une unité d’habitation semblant aléatoire, comme dans les occupations postérieures. Il est pour le moment difficile de distinguer des changements entre le VIe et le Xe s., car l’échantillon du VIe s. est particulièrement restreint et les phasages chronologiques sont délicats à établir sur les sites longtemps occupés ; la seule différence notable est la présence ou non d’un parcellaire du haut Moyen Âge définissant chemins et enclos. Cette structuration n’est d’ailleurs pas encore interprétable : il peut s’agir d’une caractéristique locale liée à un type de terrain ou à un mode d’exploitation du sol (élevage, bocage ?) comme de l’apparition d’un modèle qui va se développer ensuite. La croissance des dimensions des bâtiments, comme la modification de la gestion des stocks et de la cuisson (fours collectifs) au cours des VIIIe-IXe s., constatée dans d’autres régions, n’apparaissent pas évidentes.

68Il reste encore délicat de hiérarchiser ces habitats : le nombre d’unités d’habitation (ou d’exploitation, cf. Peytremann 2006) nous échappe souvent en raison des difficultés pour établir la chronologie et analyser les plans. De plus, cette donnée est strictement le fruit d’une interprétation de l’archéologue et elle est donc très relative. Toutefois, certains sites apparaissent assez simples à caractériser, comme celui de Poses, qui ne comporte qu’une unité au Ve s., ou celui de Saint-Vigor-d’Ymonville, qui peut en intégrer une ou deux. Le plus conséquent est celui de Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, qui pourrait en compter plus de cinq et dont l’organisation groupée est soulignée par la présence d’un cimetière et d’une église au coeur de l’habitat (Carré, Guillon 1995).

69La richesse des occupants est également difficile à percevoir. Seuls trois sites présentent des spécificités qui signaleraient un niveau de vie plus élevé que les autres. Le bâtiment V de Fécamp, sur fondations maçonnées, associé à des déchets alimentaires abondants qui témoignent de la consommation de viande de qualité, est probablement occupé par une famille privilégiée, même si le petit mobilier découvert n’a rien d’exceptionnel. Au contraire, un niveau détritique riche en fragments de verreries et en mobilier métallique pourrait être mis en relation avec les bâtiments sur fondations de pierres observés à proximité de l’église funéraire de Notre-Dame-de-Bondeville (cf. 7.2). Enfin, aux Andelys, site qui se distingue déjà par le nombre et l’importance des structures de stockage, le mobilier est plus abondant qu’ailleurs et la métallurgie du cuivre est représentée. Les activités exercées, la nature et la quantité de mobilier sont donc des pistes à explorer dans la perspective d’une évaluation qualitative des habitats.

70Les éléments constitutifs de l’habitat demandent à être analysés dans une perspective régionale. Les sites sont à l’heure actuelle étudiés indépendamment et la multiplicité des intervenants ne favorise pas les comparaisons. Il serait par exemple intéressant de réaliser des synthèses thématiques sur le bâti ou la question du stockage, comme cela a été fait en Île-de-France (Gentili, Lefèvre dir. 2009), même si les données sont moins abondantes que dans cette région. Sur le terrain, micromorphologie, palynologie et phosphates pourraient être développés afin de mieux cerner la fonction, la morphologie et les transformations des structures.

71Les études paléoenvironnementales étant anecdotiques dans la région, un important travail reste à effectuer dans les prochaines années pour mieux comprendre le paysage où s’insère l’habitat ainsi que les activités agricoles exercées et les produits consommés ou transformés. Le coût de telles études a limité leur prescription et leurs enjeux étaient probablement mal évalués. On a aussi longtemps considéré le potentiel de certains sols régionaux comme nul, car ils ne favorisent pas la conservation de la faune et celle des pollens. Néanmoins ces derniers n’ont pas fait l’objet de vérifications systématiques.

ABC = métallurgie des alliages à base de cuivre ; HMA = haut Moyen Âge ; diag. = diagnostic ; prév. = fouille préventive ; prog. = fouille programmée.
Fig. 34 – Tableau récapitulatif des activités métallurgiques (N. Zaour).

72Ces études auront également leur part à prendre dans l’analyse et la hiérarchisation des sites : ainsi, le mode de consommation des animaux révèle des conditions alimentaires plus ou moins favorisées selon l’âge et la nature des animaux consommés. De même, la carpologie peut permettre d’observer la mise en pratique précoce de nouvelles techniques agricoles dans certains habitats, parce qu’ils ont un statut particulier (domaines royaux ou abbatiaux).

5.4. Activités artisanales

73Ce chapitre regroupe essentiellement des activités illustrées au sein des habitats ruraux (textile, tabletterie) ou en zone rurale (production céramique, métallurgie du fer). La métallurgie et la tabletterie sont également documentées en contexte urbain. La céramique apparaît dans trois chapitres, celui de l’artisanat, du mobilier puis des échanges.

5.4.1. Métallurgie10

  • 10 Nolwenn Zaour, INRAP Grand Ouest, UMR 5060, Laboratoire métallurgies et cultures.
  • 11 En Seine-Maritime : Fécamp, « palais Ducal ». Dans l’Eure : Parville ; Burey, « La Mare Robert » ; (...)
  • 12 En Seine-Maritime : Forges-les-Eaux – La-Ferté-Saint-Samson, « Le Flot ». Dans l’Eure : Tournedos-s (...)

74Sur 47 sites inventoriés, 26, dont 23 habitats ruraux, présentent les traces d’une activité métallurgique (fig. 34 et 35). Ils ont été abordés majoritairement dans le cadre de fouilles préventives (68 %) et plus rarement aperçus en diagnostics (25 %) ou analysés en fouilles programmées (6 %). L’essentiel de nos données provient des rapports de fouilles et de diagnostics. Pour quatre des 21 sites pour lesquels nous ne disposions d’aucune mention, une vérification directement sur les mobiliers confirme qu’aucune scorie ou déchet métallurgique n’a été recueilli. Pour les fouilles antérieures à 2003, il est possible que les scories n’aient pas été ramassées ou aient été triées. Pour huit autres sites11, les déchets métallurgiques mentionnés dans les rapports ont été réexaminés afin d’en préciser l’identification. Par ailleurs, les déchets de Léry, Guichainville, « Le Long Buisson » et Douains ont fait l’objet d’une étude macroscopique complète et ceux de huit autres sites d’une étude macroscopique partielle12. Des analyses microscopiques ont également été pratiquées sur les scories de Guichainville, « Le Long Buisson ».

75La chaîne opératoire de la métallurgie du fer comporte trois grandes étapes : l’acquisition et le traitement de la matière première, la réduction du minerai de fer et les travaux de post réduction (de la forge d’épuration à la forge d’élaboration). Au sein du corpus haut-normand, un seul site, Guichainville, « Le Long Buisson », semble illustrer toute la chaîne opératoire, de l’extraction à la forge. Un autre, sur la déviation de la R.D. 915, à Forges-les-Eaux – La Ferté-Saint-Samson, témoigne de la préparation du minerai de fer par grillage et peut-être de réduction. Dix sites présentent des activités de forge, et six associent forge et réduction. L’activité reste encore indéterminée dans dix cas pour lesquels des études complémentaires seraient nécessaires.

5.4.1.1 Extraction, préparation du minerai de fer et du charbon de bois

76Deux secteurs de la région procurent un minerai accessible par des creusements à ciel ouvert : celui de Forges-les-Eaux, dans le Pays de Bray et celui du plateau de Saint-André-de-l’Eure, au sud d’Évreux (fig. 35). Une fois extrait, le minerai de fer doit subir un certain nombre d’opérations avant d’être transformé en métal forgeable. Tout d’abord, il faut en baisser l’hygrométrie et le débarrasser de certains éléments, l’eau de constitution, le souffre et l’acide carbonique en particulier. Cette première opération, le grillage, s’effectue dans un simple foyer ouvert. Cette étape permet également de concasser le minerai plus facilement en granulés plus ou moins fins.

77Le site de Guichainville, « Le Long Buisson », a livré plusieurs possibles fosses d’extraction ainsi que des structures de charbonnage, ces dernières étant identifiées par l’aspect particulier du charbon qu’elles contiennent (Carpentier et al. 2005b, p. 292). Une fosse de grillage du minerai a également été recensée. De forme ovale, mesurant 1,16 m par 0,98 m pour une profondeur conservée de 0,06 m, elle est comblée de limon gris très charbonneux et de minerai grillé.

Fig. 35 – Cartographie des sites hauts-normands ayant fourni des vestiges d’activités métallurgiques (N. Zaour).

  • 13 Information orale W. Varin, analyses effectuées après la remise du rapport de diagnostic. Les analy (...)

78Des vestiges liés à la préparation du minerai ont également été reconnus lors du diagnostic de Forges-les-Eaux – La-Ferté-Saint-Samson, au lieu-dit « Le Flot ». Il a permis de mettre au jour 34 fosses ayant pu servir à la fabrication du charbon de bois et au grillage du minerai. Elles se présentent sous la forme de structures ovoïdes dont les dimensions varient entre 0,5 et 2,5 m pour une profondeur qui n’excède pas 0,40 m, et contiennent toutes du minerai grillé et du charbon de bois. Les datations par14 C des charbons de deux structures renvoient au haut Moyen Âge13.

5.4.1.2 Réduction du minerai de fer

79Pour obtenir du fer, il faut réduire le minerai. Au haut Moyen Âge, comme aux périodes antérieures, cette opération se déroule en milieu confiné, dans un bas fourneau où le minerai est mélangé à du charbon de bois dont le carbone sert à la fois d’agent réducteur et de combustible (fig. 36). Les oxydes de fer se transforment en métal au contact du monoxyde de carbone contenu dans les gaz de combustion. Le four possède une ouverture sommitale ou une cheminée par laquelle se fait l’introduction des charges de minerai et de combustible. On estime que sa hauteur se situe généralement entre 1 m et 1,50 m et qu’elle peut être en partie montée en pierre, recouverte de terre ou bien entièrement construite en terre. Pour activer la combustion par l’apport d’oxygène, des ouvertures sont ménagées à travers les parois. Le tirage forcé ou naturel peuvent être tous deux employés.

80Actuellement six ateliers sidérurgiques du haut Moyen Âge sont identifiés en Haute-Normandie, exclusivement dans l’Eure, à Burey, « Les Longs Champs », Chavigny-Bailleul, Douains et Guichainville, « Saint-Laurent », « Le Long Buisson » et « La Grande Contrée » (fig. 35). Ils ont tout d’abord été reconnus par la présence de déchets métallurgiques et non par celle de vestiges de foyer ou de fourneau de réduction.

Fig. 36 – Réduction du minerai de fer (clichés et D.A.O.N. Zaour).

Fig. 37 – Restes d’un possible bas fourneau à Guichainville (27), « Saint-Laurent » (N. Roudié).

81Les déchets découverts sur les sites de Douains et du « Long Buisson » à Guichainville, par le grand nombre de scories coulées associées à quelques scories de fond de four, semblent plutôt témoigner d’un système d’écoulement des scories à l’extérieur du four.

82Pour la période qui nous intéresse, aucun four n’a été retrouvé en bon état. Quelques structures font penser à des vestiges de bas fourneaux sur les sites de Douains et de Guichainville, « Saint-Laurent » (fig. 37) et « Le Long Buisson », mais elles sont bien trop arasées pour permettre une identification certaine. Il a tout de même été possible de noter des traces de rubéfaction sur les parois, sans pour autant arriver à déterminer où se situaient la ou les arrivées d’air. Les traces que laissent ces activités ne sont pas forcément très profondes ; il est donc indispensable, lorsque que l’on pressent une telle structure, de noter précisément les impacts thermiques sur les parois ainsi que la position des éventuelles scories qui peuvent indiquer la présence et l’orientation des éléments de ventilation. Le ramassage des parois, qu’elles soient scoriacées ou non, est aussi essentiel pour essayer de remonter le four.

5.4.1.3. Forge

83À la sortie du bas fourneau, le métallurgiste obtient une loupe de métal ou « éponge » qui contient du fer mais également divers déchets comme des scories et des charbons de bois (fig. 36). Avant de pouvoir travailler cette masse brute, il faut donc la nettoyer dans une forge d’épuration, par compactage et corroyage, pour arriver à la production d’un demi-produit de métal propre.

84La forge d’élaboration est encore une fois visible sur le terrain tout d’abord par la présence des déchets qu’elle engendre, qui sont bien souvent les seuls éléments découverts. Il s’agit de scories communément appelées culots de forge ou scories plano-convexes. Si celles-ci sont facilement reconnaissables, d’autres déchets moins évidents comme des parois de foyer, des scories informes et des rejets métalliques peuvent également indiquer cette étape du travail. Pour exemple, le site de Léry a livré près de 14 kg de déchets dont près de 12 kg de culots de forge. Le reste se compose de scories informes, de fragments de parois de foyer et d’éléments de ventilation. Lorsque ce type de mobilier commence à être découvert en si grand nombre, il peut alors être intéressant de se pencher sur les éléments microscopiques que l’on ne discerne pas au premier abord : les battitures. Ce sont des oxydes de fer de très petite taille qui se forment au contact de l’air sur la masse de métal travaillée et qui se détachent du bloc de fer lorsque celui-ci est martelé par le forgeron.

85De nombreux prélèvements de sédiments ont été réalisés à Léry. La recherche de battitures dans les refus de tamis par simple passage d’un aimant n’a révélé aucune répartition spatiale préférentielle ; en revanche, des éléments magnétiques sont présents dans 92 % des structures testées (71 sur 77), ce qui révèle un bruit de fond important de la présence régulière d’activités de forgeage sur ce site. Les résultats avec ce type de démarche sont plus intéressants sur le site de Guichainville, « Saint-Laurent », car la répartition des battitures indique nettement la zone où se trouvaient les forges au sein de l’habitat (fig. 38 ; Roudié à paraître).

86La majorité des sites n’a livré que les déchets de forge, mais quelques uns comportaient peut-être les structures correspondantes. Celles-ci ne peuvent pas toujours être attribuées de manière certaine à ces activités, en particulier lorque la recherche de battitures n’a pas été faite. Ainsi, à Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, le comblement d’une des rares cabanes dotée d’un foyer contenait un grand nombre de scories et celle-ci pourrait être une forge (st. 295, fig. 32). Malgré tout, hormis son foyer, rien ne la distingue des autres cabanes. Il n’en est pas de même des structures mises au jour sur le site du « Puits Saint-André » à Rouen : plusieurs foyers particuliers, rectangulaires, encadrés de poutres, sont associés à une bonne quantité de scories ainsi qu’à des fragments de parois scoriacées, des creusets et des traces d’oxyde de cuivre sur les sols (fig. 39). Une petite fosse tapissée de sable pourrait avoir accueilli un support d’enclume. Bien que la recherche des battitures n’ait pas été effectuée, ces structures très spécifiques peuvent se rattacher à la métallurgie du fer (forge) et/ou des alliages à base de cuivre. À Guichainville, « Le Long Buisson », quatre structures correspondraient à des foyers de forge avec leurs parois rubéfiées et en partie scoriacées à l’emplacement de l’arrivée d’air, leurs scories en calotte, leurs battitures et pour certaines des coulées de scories peut-être issues de l’épuration de l’éponge (fig. 40).

Fig. 38 – Répartition des déchets métallurgiques dans l’habitat de Guichainville (27), « Saint-Laurent » (N. Roudié).

Fig. 39 – Foyer lié à des activités métallurgiques (forge ?) à Rouen (76), « Puits Saint-André » (st. 2358). De forme trapézoïdale, d’une largeur de 0,8 m, il est délimité sur trois côtés par des poutres (cliché O. Biré).

Fig. 40 – Foyer d’épuration V0897 de Guichainville (27), « Le Long Buisson » (cliché N. Zaour, D.A.O.J.-M. Richard).

87Des études complémentaires sont nécessaires pour déterminer plus en détail l’activité de forge pratiquée. S’agit-il de forges d’épuration, d’élaboration, de finition ou de réparation ou bien toutes à la fois ? Des précisions peuvent être apportées par l’analyse métallographique. Il faut en premier lieu réaliser une analyse macroscopique des déchets lavés pour les inventorier, les identifier et les classer en créant une typologie interne au site. À partir de celle-ci, il est possible d’extraire quelques échantillons représentatifs pour réaliser des analyses microscopiques. Les éléments qui seront amenés à être découpés en vue de celles-ci doivent, avant toute intervention, être photographiés, dessinés et commentés.

88Les analyses archéométriques nous permettent dans un premier temps d’identifier avec plus de certitude à quelle partie de la chaîne opératoire la scorie se réfère. En effet, il n’est pas toujours aisé, par une simple observation macroscopique, de distinguer forge d’épuration et d’élaboration. Dans un deuxième temps, il est possible d’affiner l’identification et de repérer par exemple si les forgerons pratiquaient la soudure, le travail de métaux plats ou bien encore s’il s’agissait d’une forge de finition, etc. Les qualités du métal parfois encore présent au sein de la scorie peuvent aussi être caractérisées. Cet inventaire n’est qu’un bref aperçu du potentiel de ces analyses métallographiques qu’il faudrait généraliser sur tous les sites afin de pouvoir réellement en comparer les activités.

89Ce travail n’a été réalisé que pour les ateliers du « Long Buisson » à Guichainville (22 échantillons). L’analyse de scories difficiles à identifier a montré la présence de traces de minerai mal réduit ce qui suggère qu’elles sont issues d’une phase de réduction. Les activités de forge ont été attribuées à l’épuration et semblent indiquer qu’il n’y avait pas d’élaboration de produits finis sur place. En effet, tous les indices recueillis dans les scories contenant encore du fer métallique montreraient que ces forgerons travaillaient plutôt des masses de fer brutes. Ce constat paraît cohérent avec la quasi absence de battitures lamellaires qui signent généralement le travail de fer plat (fig. 41).

5.4.1.4. Métallurgie des alliages à base de cuivre (dits ABC)

90Cette activité métallurgique est bien moins représentée que celle du fer puisqu’elle n’a été identifiée que sur cinq sites dont Rouen, « Puits Saint André », deux probables agglomérations secondaires, Fécamp et Les Andelys, ainsi qu’en contexte rural à Marcilly-la-Campagne et Léry (fig. 34 et 35). Elle semble toujours liée à la métallurgie du fer car aucun site ne présente exclusivement des activités de bronzier.

91Quatre de ces sites ont livré des éléments de creuset et le cinquième a fourni une scorie contenant des billes d’alliage à base de cuivre. Des gouttelettes de ce matériau témoignent parfois de cette activité mais elles sont plus délicates à repérer et pourraient avoir été rangées avec l’instrumentum métallique non identifié.

92Aucune structure n’est reliée de manière certaine à cette activité. Elles sont peut-être plus difficiles à identifier parce qu’elles ne sont encore pas très bien connues. Il est ainsi tout à fait envisageable de travailler ce matériau dans un creuset déposé dans un simple foyer comme il semble possible d’utiliser un four plus complexe à sole perforée (Aranda et al. 2009 ; Thomas et al. à paraître).

5.4.1.5. Bilan

93Au terme de cette première analyse plusieurs constats s’imposent.

94L’augmentation de la fréquence des mentions de résidus métallurgiques depuis les années 2000 est directement à mettre en relation avec le développement de la paléométallurgie. La sensibilisation des responsables d’opération à cette discipline les a incités au ramassage exhaustif des scories, permettant de véritables études. La prédominance du département de l’Eure dans l’inventaire des vestiges métallurgiques provient certainement de l’état de la recherche : 35 des 46 opérations s’y sont déroulées (fig. 34 et 35).

  • 14 Ateliers protohistorique et antique de la déviation de Forges-les-Eaux (Varin W., rapport en cours) (...)
  • 15 Bas fourneaux à scories piégées à utilisations multiples datés de l’âge du fer à Guichainville, « S (...)

95Des deux secteurs de la région procurant un minerai accessible et exploité depuis l’âge du Fer, celui de Forges-les-Eaux14, et celui du plateau de Saint-André-de-l’Eure15, seul le second a fait l’objet d’un nombre important de fouilles. Il n’est donc pas étonnant d’y noter une forte concentration des déchets de réduction de minerai de fer, toujours associés, comme dans les périodes précédentes, à des déchets de forge.

96Le fait que ces activités métallurgiques n’aient été observées que sur la moitié des diagnostics (5/10) illustre leur caractère relativement discret. L’absence de déchet doit donc être relativisée en fonction du type d’opération. En effet, les scories sont souvent présentes, mais en petite quantité, notamment dans les habitats ruraux comme c’est le cas sur le site de Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, fouillé exhaustivement sur 6 hectares, qui n’en a fourni qu’un peu plus de 4 kg.

97Malgré tout, la majorité des sites a livré des déchets liés à l’activité métallurgique et surtout à la forge. Une quinzaine a fourni des scories actuellement stockées dans les dépôts de fouilles qui n’ont pas fait l’objet d’observations approfondies. De plus, à l’exception de celui de Guichainville, « Le Long Buisson », aucun corpus n’a été étudié de façon exhaustive, et l’identification des activités reste à effectuer. Dans ce but, la généralisation des études, avec la mise en place du protocole complet d’analyses incluant, comme au « Long Buisson », une étude anthracologique, est particulièrement souhaitable.

Fig. 41 – Coupe de scorie du site de Guichainville (27), « Le Long Buisson » et vue microscopique (25 x 50). Les replis dans le métal présentent une faible déformation à chaud, qui permet de supposer la formation de cette scorie dans un contexte de forge d’épuration (analyse P. Dillman).

98L’observation des structures ayant produit ces déchets reste primordiale. Elles sont plus difficiles à repérer bien que leur présence soit désormais certaine. Leur identification lors de la fouille, qui seule permet d’adapter la méthode d’analyse sur le terrain, est tributaire de la vigilance et des connaissances des responsables d’opération.

99Il reste un important travail à effectuer pour mieux appréhender les activités métallurgiques des sites de la région au haut Moyen Âge, tant sur les données disponibles que lors des fouilles à venir.

5.4.2. Production céramique16

  • 16 Yves-Marie Adrian, céramologue et responsable d’opération, INRAP Grand Ouest, UMR 7041 (équipe Gaul (...)

100Initiatrices d’une recherche régionale sur la céramique du haut Moyen Âge, les fouilles de l’atelier de potiers de La Londe ont exhumé plusieurs fours et des bâtiments utilitaires associés à une quantité très importante de poteries qui ont fourni une toute première référence pour le VIIIe s. (fig. 42 ; Roy 1992a et b, 1993a et b, 1994a et b, 1999 ; Adrian 1993 ; Adrian, Roy 1998). Elles ont aussi montré que ce site était très étendu (plusieurs hectares, dont l’essentiel reste à fouiller) et qu’il constituait à l’évidence un centre de production majeur en Neustrie pendant plusieurs siècles, par ailleurs impliqué dans un commerce trans-Manche.

101Néanmoins, depuis 1992, aucun atelier du haut Moyen Âge n’a été découvert dans la région alors que les sites de productions antiques sont de mieux en mieux documentés. La constitution d’un tessonnier et la mise en place d’un référentiel assez précis des pâtes-productions depuis une dizaine d’années constitue donc le principal axe de travail. Associé à la multiplication des études, il révèle la réalité de productions variées issues de différentes origines (locales, régionales ou importées). Certaines d’entre elles sont localisées plus ou moins précisément par la cartographie de leur découverte. Pour les VIe-VIIIe s., deux se distinguent particulièrement, tant du point de vue technique (pâtes très spécifiques) que typologique (formes assez particulières) ou encore géographique (étendue de leur diffusion respective). La première, référencée dans notre tessonier sous le numéro VII des productions régionales, n’est rencontrée qu’au sud de la Seine entre le milieu du VIe et le VIIe s. avec une concentration sur le plateau de Saint-André et à l’ouest de la Risle (fig. 13 et 43). La deuxième, référencée XIV dans notre tessonier, est en tout point très différente, chronologiquement décalée (mi VIIe-début VIIIe s.) et apparaît encore plus localisée, sa diffusion se limitant au secteur de la vallée de la Seine en amont de Rouen, où elle est attestée à Poses, Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, Romilly-sur-Andelle, Aubevoye et Saint-Marcel (fig. 13 et 43). À noter qu’il ne s’agit pour chacun de ces cas, que d’une petite partie des productions céramiques rencontrées, certaines étant trop peu diffusées ou pas assez spécifiques pour être cernées précisément tandis que d’autres sont à l’évidence extérieures à la région. Une bonne part de ces productions et de ces aspects quantitatifs et géographiques a été évoquée dans un article récent (Adrian 2006b).

Fig. 42 – Productions de l’atelier de potiers de La Londe (76), « Forêt » (clichés F. Dugué, musées départementaux de Seine-Maritime).

102Malgré ces acquis, de nombreuses incertitudes demeurent sur les productions régionales, notamment en raison de la très inégale répartition des sites : en effet, les références géographiques se concentrent dans la vallée de la Seine, en amont de Rouen, ainsi qu’autour d’Évreux. Si la coexistence de productions locales et de productions extérieures est un fait acquis, il apparaît cependant que la situation n’est pas la même d’un secteur à l’autre ainsi que d’une époque à l’autre. La fin du Ve et le VIe s. révèlent des phénomènes très différents de ce qui se passera plus tard, en particulier aux IXe-Xe s. où de manière générale le nombre d’ateliers en activité diminue.

Fig. 43 – Deux exemples de productions locales rencontrées sur les plateaux au sud de la Seine (milieu du VIe-VIIe s.), en haut de l’illustration, et dans la vallée de la Seine (VIIe-début VIIIe s.), en bas (D.A.O.S. Le Maho).

5.4.3. Cuir et textile

103Le travail du cuir n’est évoqué que par deux poinçons en fer découverts dans un comblement de cabane du IXe s., aux Andelys.

104L’activité textile a fait l’objet d’un mémoire de master très abouti (Séhier 2005). Quelques compléments peuvent être apportés. L’étude de la production de la matière première est étroitement dépendante de l’existence d’analyses paléoenvironnementales. Ainsi, l’archéozoologie illustre la part de la production de laine dans l’élevage des ovicapridés, par la détermination de l’âge d’abattage : à Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, des proportions équivalentes d’animaux utilisés pour la viande, le lait ou la laine sont observées (Carré et al. à paraître). Sur ce même site, comme à Guichainville, « Le Long Buisson », la carpologie met en évidence la culture du lin, mais il n’est pas possible de préciser s’il était utilisé pour l’huile, la pharmacopée ou le textile (Carré et al. à paraître).

105Les autres étapes de la production textile sont essentiellement attestées par les outils utilisés. Aux deux sites d’habitat inventoriés en Haute-Normandie qui présentent des forces, rattachées au traitement de la matière première, Poses et Guichainville, « La Petite Dîme » (Séhier 2005, I, p. 58), il est maintenant possible d’ajouter ceux des Andelys et de Guichainville, « Le Long Buisson ». Ce type d’outil se rencontre aussi en milieu funéraire, comme à Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie (S. 606) ou Poses (S. 249). Deux hachoirs, peut-être liés au travail du lin, proviennent de Guichainville, « Saint-Laurent » et du cimetière d’Hondouville, « C349 » (S. 109).

106Le filage est illustré par une fusaïole à Poses et deux à Guichainville, « La Petite Dîme » (Séhier 2005, I, p. 60). Des aménagements liés à l’installation de métiers à tisser sont rarement observés dans les fonds de cabanes, comme c’est le cas à Guichainville, « Le Long Buisson », dans la cabane M745 comblée dans la première moitié du Ve s. En revanche, un peson de tissage a été répertorié aux Andelys et une dizaine de poinçons sont connus, à Poses, Incarville, Marcilly-la-Campagne, Tourville-la-Rivière, Léry, Les Andelys et Guichainville, « La Petite Dîme » (Séhier 2005, I, p. 65). Aux aiguilles répertoriées à Marcilly-la-Campagne et Tourville-la-Rivière (Séhier 2005, I, p. 69) s’ajoutent aujourd’hui cinq fragments aux Andelys. Enfin, un lissoir en verre est signalé à Berville-sur-Mer.

5.4.4. Tabletterie

107Les objets en os sont présents, en petite quantité, sur tous les sites, sans qu’il soit possible de connaître leur lieu de production, à deux exceptions. À Guerny, le comblement d’un fond de cabane, daté du milieu du Ve s., a livré un grand nombre de pièces illustrant la production de peignes en bois de cerf (Thuet 2003). De même, les fouilles du « Lycée Camille Saint-Saens », à Rouen, fournissent des déchets de tabletterie sur bois de cerf de la première moitié du Xe s.

5.4.5. Bilan

108La documentation concernant l’artisanat est encore limitée et reste tributaire des aléas des découvertes et surtout de la mise en œuvre d’études spécialisées. Ainsi, la connaissance de la production métallurgique repose sur la caractérisation des mobiliers issus des fouilles passées, dont les scories sont encore dans les caisses des dépôts de fouille, mais aussi, et principalement, de la manière d’aborder et d’enregistrer les prochains sites fouillés. De même, l’approche de l’activité textile dépend étroitement des études paléo environnementales. Elle gagnerait à intégrer les produits finis, dont des fragments, majoritairement non étudiés, sont conservés sur les objets métalliques découverts dans les sépultures.

109Au-delà de la perception de l’organisation des productions nécessaires au quotidien, l’analyse de l’artisanat a probablement aussi un rôle à jouer dans la hiérarchisation des habitats ruraux et l’identification des agglomérations secondaires. En effet, les activités pratiquées peuvent conduire à identifier certains sites privilégiés.

5.5. Mobiliers

110Les données concernent surtout l’espace rural. Les sites urbains, en particulier Évreux, ont fourni peu de mobilier et celui-ci n’est parfois pas étudié (Rouen, « Palais de Justice »). Celui des fouilles de la Cathédrale de Rouen est documenté sur quelques points (Dufournier et al. 1998) et par une étude complète d’Y.-M. Adrian pour le secteur « Cour des Maçons ».

5.5. Vaisselle17

  • 17 Yves-Marie Adrian, céramologue et responsable d’opération, INRAP Grand Ouest, UMR 7041 (équipe Gaul (...)

111Si la céramique constitue naturellement le principal mobilier de toutes les occupations du haut Moyen Âge, les quantités découvertes sont cependant rarement importantes et les lots de plus de 1 500 restes sont exceptionnels (fig. 44) tandis que la fragmentation des poteries est souvent forte, occasionnant régulièrement des handicaps à toute étude détaillée. De manière générale, cette céramique présente des aspects parfois sensiblement différents d’un secteur à un autre : ceci s’exprime en premier lieu par les couleurs de pâtes, résultant elles-mêmes de modes de cuissons variables, mais aussi par certaines formes et surtout des décors, inégalement distribués et utilisés. Les données disponibles montrent que ces différences peuvent avoir des connotations particulières et qu’elles sont pour une part un héritage de l’Antiquité, dans la continuité des facies céramiques plus ou moins cloisonnés observés entre les Ier -IIe et IVe s. sur le territoire haut-normand (Adrian 2006c et à paraître). L’interprétation de ces phénomènes reste pourtant délicate car plusieurs facteurs peuvent s’additionner (capacités variables des ateliers, commerce et contrôle de celui-ci, etc.).

Site

Surface fouillée (m2)

Datation

Fécamp (76), palais ducal

500

3563

VIIIe-Xe s.

Les Andelys (27), rue de l’Égalité (agglomération secondaire)

1 900

2727

fin VIIe-Xe s.

Boisney (27), Le Lomboit

4 400

48

VIIe-VIIIe s.

Saint-Vigor-d’Ymonville (76), Les Sapinettes

7 000

70 env.

courant VIIe-VIIIe s.

Aubevoye (27), Tornebut

10 000

1094

VIIIe-XIIIe s

Oissel (76), L’Épine Jeannot

10 000

2635

VIIe-IXe s.

Romilly-sur-Andelle (27), Domaine Saint-Crespin

10 000

0

VIIe-VIIIe-XIe s.

Poses (27), La Plaine

12 000

480 env.

Ve puis VIIe-VIIIe s.

Léry (27), rue de Verdun

13 000

2606

VIIe-XIIe s.

Parville (27), La Mare Prétrel

22 136

836

VIe-Xe s.

Douains (27), Les Hauts-Brûlés

24 000

984

VIIe-Xe s.

Guerny (27), Le Bois Madame, RN14

24 000

404

Ve-IXe s.

Guichainville (27), La Petite Dîme

25 000

1051

IVe-milieu VIIe s.

Marcilly-la-Campagne (27), Les longs Champs

25 000

905

VIIe-IXe s.

Courbépine/Boissy-Lamberville (27), Le Poirier au Sueur

25 000

905

VIIe-IXe s.

Guichainville (27), Le Long Buisson

45 000

1044

IVe-Ve puis VIe-Xe s.

Honguemare-Guénouville (27), ZAC du Roumois, hameau du Pin, tranche 1

49 500

2000 env.

VIe-XIe s.

Guichainville (27), Saint-Laurent

50 000

1838

Tournedos-sur-Seine/Val-de-Reuil/Porte-Joie (27), Butte Saint-Cyr

60 000

1629

mi VIIe-Xe s.

NR : nombre de restes ; env. : environ.
Fig. 44 – Tableau récapitulatif des quantités de céramique rencontrées sur les habitats ruraux. Le nombre de restes n’est pas proportionnel à la surface fouillée
et fait apparaître le particularisme de certains sites.

Fig. 45 – Variété des formes et des décors de la céramique fine ou ornée entre la fin du Ve s. et la première moitié du VIe s. dans la région d’Évreux (D.A.O.S. Le Maho).

112Les informations sont actuellement inégales d’une période à l’autre. La première partie de l’époque mérovingienne est essentiellement documentée par la région d’Évreux qui concentre la plupart des sites des Ve, VIe et VIIe s. (Guichainville « La Petite Dîme », « Saint-Laurent » et « Le Long Buisson » ; Parville ; Chavigny-Bailleul ; Marcilly-La-Campagne). À l’inverse, la fin du VIIe s., les VIIIe, IXe et Xe s. sont mieux documentés dans la vallée de la Seine, en particulier grâce aux sites de Notre-Dame-de-Bondeville, Rouen, Oissel, Léry, Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, Aubevoye, « Tournebut » et « La Chartreuse », ainsi que Les Andelys. Le déséquilibre chronologique et géographique est donc important, d’autant que certains secteurs de la région restent des déserts dans la documentation comme l’actuel Pays de Caux ainsi que les marges des plateaux hauts-normands, la vallée de l’Eure et le Lieuvin (fig. 13).

113Malgré cela, un certain nombre de phénomènes ou de tendances se distinguent. Les Ve et VIe s., dont la transition commence à être connue, correspondent à une période de grande variété de formes et de productions ainsi que de décors (fig. 45 ; Adrian 2002 et 2006a). Il est manifeste que de nombreuses céramiques, peut-être la majorité, proviennent alors des territoires voisins et en particulier du nord-est (Picardie, nord et ouest de l’Île-de-France). L’un des traits les plus marquants de l’assemblage typologique de cette période est la forte proportion de poteries fines ou ornées de différents modèles, dont la part atteint souvent 40 % des vases au sein des dépotoirs. Leurs décors sont eux-mêmes variés, tant au niveau du style que de leur technique de réalisation (poinçons, molettes, pointes mousse : fig. 45). Cette diversité est particulièrement remarquable sur le site de Chavigny-Bailleul, au sud d’Évreux, où plus d’une trentaine de décors différents ont été recensés pour la fin du Ve et le VIe s. alors qu’il n’y en a qu’une dizaine pour la fin du VIe et tout le VIIe s. (fig. 46). De même, l’importance des poteries basses et ouvertes destinées à la cuisson et/ou la consommation se distingue par rapport aux époques ultérieures durant lesquelles ces modèles sont rares (fig. 47). Le dernier point remarquable des Ve-VIe s. est la forte proportion des productions à pâtes grossières ou granuleuses, dont une bonne part semble provenir du pourtour de l’Île-de-France, dont le Beauvaisis, en raison de leurs argiles spécifiques.

Fig. 46 – Diminution des formes et des décors de la céramique fine ou ornée après le milieu du VIe s. dans la région d’Évreux (D.A.O.S. Le Maho).

Fig. 47 – Variété des formes de la céramique commune entre la fin du Ve s. et la première moitié du VIIe s. dans la région d’Évreux (D.A.O.S. Le Maho).

Fig. 48 – Principales formes de céramiques fines ou ornées de la deuxième moitié du VIIe s. à la première moitié du VIIIe s. (D.A.O.S. Le Maho).

Fig. 49 – Principales formes de céramiques communes de la deuxième moitié du VIIe s. à la première moitié du VIIIe s. (D.A.O.S. Le Maho).

Fig. 50 – Principales formes de céramiques entre la fin du VIIIe s. et le IXe s. (D.A.O.S. Le Maho).

Fig. 51 – Principales formes de céramiques dans la vallée de la Seine au Xe s. (D.A.O.S. Le Maho).

114Au VIIe s., la situation évolue et laisse notamment apparaître une plus grande indépendance des productions supposées locales : les parentés avec les territoires voisins sont en effet moins fortes qu’auparavant, tant pour les formes que les décors, et ce bien que les approvisionnements extérieurs à la région persistent, en particulier pour la céramique commune (pâtes granuleuses), en quantités moindres toutefois. Par ailleurs, la céramique fine ou ornée est peu abondante et peu diversifiée.

115La fin du VIIe et le VIIIe s. (fig. 48 et 49) sont marqués dans le secteur d’Évreux et sans doute aussi sur une bonne partie des plateaux situés au sud de la Seine, par une nouvelle augmentation de la céramique fine qui retrouve des proportions élevées (30 à 40 % de la vaisselle d’usage courant). Parallèlement, un renouvellement complet des formes et des pâtes (fines ou communes) s’opère dans ce secteur géographique : celles-ci paraissent trouver leurs origines au sud-ouest, dans l’actuelle Basse-Normandie ou peut-être la Sarthe-Mayenne, comme en témoignent les nombreux parallèles avec ces territoires. L’une des expressions les plus manifestes de ces échanges est fournie par une pâte commune très particulière (entièrement grisâtre avec de fines inclusions blanches) à décors imprimés ondés également spécifiques (fig. 48). Elle est largement diffusée sur les plateaux au sud de la Seine, mais très peu dans la vallée elle-même, tout en étant fortement représentée dans la plaine de Caen (Hincker 2006), ainsi qu’en Ille-et-Vilaine (Cattedu dir. 2002) et à Jublains (inédit). Simultanément, les échanges avec le nord ou le nord-est, dont le Beauvaisis, semblent faibles ou abandonnés, rompant ainsi avec la situation antérieure.

116À la même époque, la vallée de la Seine révèle une toute autre évolution avec une diminution sensible du nombre de productions, parallèlement à l’émergence du « centre potier » installé dans le secteur de La Londe-Infreville (fig. 42 et 50). Caractérisée par des pâtes blanches plus ou moins fines, cette production ou ce groupe de productions prend en effet de plus en plus d’importance à partir du VIIIe s., au point de représenter la très grande majorité des poteries à Rouen et ses environs. En amont de Rouen, la situation est plus contrastée car plusieurs productions très différentes, tant par les couleurs (sombres) que par les granulométries (sableuses ou bien granuleuses) se rencontrent, dont les origines sont à rechercher cette fois du côté de l’ouest de l’Île-de-France ; les productions locales semblent curieusement insignifiantes.

117Aux VIIIe-IXe s., la vaisselle locale se compose à la fois de vases clairs, souvent presque blancs et de vases sombres (gris ou gris bleuté), créant ainsi un contraste visuel saisissant mais plus ou moins accentué suivant les secteurs géographiques (fig. 50). La prédominance des poteries à pâtes claires est manifeste dans la vallée de la Seine, bien que plus ou moins marquée suivant les endroits, ainsi que sans doute au nord de la Seine. La tendance est inverse sur les plateaux au sud du fleuve, largement dominés par les pâtes sombres. Cette situation peut être mise en relation avec celle des secteurs limitrophes, qu’ils soient bas-normands, bretons et mayennais ou encore chartrains, presque exclusivement concernés par les pâtes sombres. Pour autant, ceci n’explique pas les raisons de ces grandes différences techniques dont la persistance et la cohabitation ne sont pas sans étonner (contraintes techniques de production ?).

Fig. 52 – Principales formes de verreries représentées dans la région haut-normande (D.A.O.S. Le Maho, F. Carré).

118Si les couleurs peuvent complètement différer entre les VIIIe et Xe s., les formes révèlent en revanche une certaine uniformisation caractéristique de cette période : pots (oules) et cruches à larges lèvres rabattues sont presque exclusifs, complétés par quelques mortiers massifs et, de manière exceptionnelle, par quelques formes ouvertes plus ou moins basses (fig. 50). Le décor à la peinture semble apparaître plus tardivement qu’en Île-de-France, n’étant pas attesté avant le IXe s. où il reste d’ailleurs assez limité. Encore perceptible au Xe s. sur la plupart des sites de la vallée de la Seine (excepté à Rouen ou aux Andelys), la différence radicale de couleur des poteries (claires-sombres) va complètement disparaître à l’orée de l’an mil avec le développement des poteries en pâtes claires à bords en bandeaux et décors de peinture rouge et/ou de molettes à motifs losangiques (fig. 51). Là encore, l’interprétation de ces tendances, qui ne sont évidemment pas liées au hasard, reste pour l’instant délicate.

119Le dernier volet particulier à aborder concerne la céramique non tournée. Il est aujourd’hui manifeste que celle-ci est absente des pratiques régionales des Ve-VIe s. En effet, aucun site n’en a livré, y compris les séries funéraires récoltées au XIXe s. Seuls deux sites localisés sur la frange maritime de la région, Fécamp et Saint-Vigor-d’Ymonville, permettent d’envisager une utilisation ponctuelle de céramique modelée entre les VIIe et IXe s. Les très faibles quantités exhumées, en particulier à Saint-Vigor-d’Ymonville (Carpentier et al. à paraître), la forte fragmentation et pour certains cas, la possible confusion avec des restes de l’âge du Fer, constituent cependant de sérieux obstacles à toute interprétation. Si la connotation culturelle de cette pratique apparaît bien réelle dans les régions voisines comme la plaine de Caen, surtout lorsqu’elle est associée à d’autres indices comme le mobilier métallique, il faudra attendre quelques découvertes significatives avant de pouvoir se prononcer à l’échelon régional.

120La verrerie du haut Moyen Âge, rare en contexte funéraire, a fait paradoxalement son apparition dans le corpus régional avec la fouille des habitats mais elle reste évidemment toujours presque marginale au sein de la vaisselle découverte. Cependant, plusieurs fouilles, comme celle de Guichainville, « Saint-Laurent », ont montré que sa place ne devait pas être sous-estimée, y compris pour les occupations rurales modestes, en particulier au VIe s. Il s’agit visiblement d’un phénomène directement hérité de l’Antiquité tardive qui voit une banalisation de la verrerie utilisée au quotidien à partir du IVe s., comme l’ont montré un certain nombre d’études plus ou moins récentes portant sur le Bas-Empire (Adrian 2002 et 2006c).

121Dans le détail, le répertoire appartient globalement à ce qui est connu en Gaule du nord à la même époque (Feyeux 1995), tout en étant probablement moins varié : entre le VIe et une partie du VIIe s., il est largement dominé par les verreries élancées à bords évasés et apodes, souvent décorées de côtes et/ou de croix, parfois pourvues d’un simple bouton terminal, et dont l’affiliation aux gobelets ou « cornets » destinés à la boisson est manifeste (fig. 52). Les autres types sont très rares, telle l’unique verrerie quadripode découverte en contexte d’habitat rural, à Aubevoye, « La Chartreuse », ou bien un probable flacon décoré de guirlandes, provenant de Guichainville, « Saint-Laurent ». Il en est de même pour les formes sophistiquées comme les gobelets « à trompes », réservées à des fins funéraires assez exceptionnelles (sépulture de Londinières, en Seine-Maritime).

122Aux VIIe-VIIIe s., la verrerie se fait encore plus rare dans les habitats, comme dans les cimetières d’ailleurs. Parmi les quelques sites qui en ont livré, dont Guichainville, « Saint-Laurent » et les Andelys, seules les deux séries de Notre-Dame-de-Bondeville livrent des informations majeures (Adrian 2006b). Elles révèlent un répertoire profondément évolué, tant dans les formes, désormais toutes basses et plus simples, que l’aspect (couleurs du verre) ou encore les décors (mise en oeuvre de filets de couleur). Mais le caractère particulier du site de Notre-Dame-de-Bondeville, manifestement lié à une occupation aristocratique et religieuse, empêche de considérer cet exemple comme complètement représentatif et il faudra sans doute encore beaucoup d’années avant d’avoir une vision à peu près claire de la verrerie des VIIe-VIIIe s. Quant aux découvertes postérieures, elles se résument à un lot exceptionnel du Xe s. provenant de Rouen, « Lycée Camille Saint-Säens », associant coupes et verres à pied, et dont le rattachement à une occupation ecclésiastique semble vraisemblable. Cet unique exemple augure sur le plan typologique ce que sera la verrerie de table du Moyen Âge (verres à pied).

Site

Outil en métal

Autre matière

Parure, vêtement, accessoires de toilette

Aubevoye (27), Tournebut

1 clé, 5 couteaux,

2 pierres à aiguiser

1 plaque-boucle

Aubevoye (27), La Chartreuse, station d’épuration

1 fusaïole

1 peigne

Berville-sur-Mer (27), Clos Vesques

Chavigny-Bailleul (27), La Mutrelle

1 clé

1 lissoir en verre

Courbépine (27), Le Poirier au Sueur

1faucille, 1 gouge, 1 coin

1 applique

Guerny (27), Le Bois Madame

1 pointe (de flèche ?)

1 poinçon en os

1 épingle à polyèdre central, 1 pince à épiler, peignes

Guichainville (27), La Petite Dîme

6 couteaux, 1 force, 2 clés

3 poinçons en os, 2 fusaïoles

2 épingles à polyèdre central, 2 peignes, 1 pince à épiler

Guichainville (27), Saint-Laurent

8 couteaux, 1 compas, 1 gouge, 1 hachoir à lin

1 aiguille

1 fibule ansée symétrique, 1 épingle à polyèdre central, 1 épingle à tête polyédrique, 1 peigne

Guichainville (27), Le Long Buisson

6 couteaux, 1 force, 1 coutre, 1 scie, 2 clés, 1 fer de lance

1 fibule, 1 bague

Incarville (27), Les Prés

1 hache

2 poinçons en os

La Londe (76), Forêt

1 fibule ansée en fer

Léry (27), rue de Verdun

1 couteau, 1 pointe à douille, 1 clocheton, 4 aiguilles, 1 éperon

1 navette en os, 1 peson en céramique

1 fibule, 2 agrafes à double crochet, 1 plaque-boucle, 1 boucle, 2 peignes

Les Andelys (27), rue de l’Égalité

1 faucille, 1 force, 2 poinçons, 2 clés, 3 fiches à bélière, 9 couteaux

1 peson en calcaire, 1 poinçon en os, 5

1 fibule, 1 ardillon de boucle, 1 anneau, 5 peignes

Marcilly-la-Campagne (27), Les Longs Champs

1 clé

1 lissoir en pierre, 1 poinçon en bois de cerf

Notre-Dame-de-Bondeville (76), Manoir Gresland

agrafes à double crochet, spatule, 1 fibule quadrangulaire

Parville (27), La Mare Prétrel

1 fibule aviforme

Poses (27), La Plaine

1 force, 2 couteaux, 1 fiche à bélière

1 fusaïole, 1 lissoir

3 peignes

Romilly-sur-Andelle (27), Domaine Saint-Crespin

1 faucille

Saint-Vigor-d’Ymonville (76), Les Sapinettes

1 douille

Tournedos-sur-Seine/Val-de-Reuil/Porte-Joie (27), Butte Saint-Cyr

2 couteaux, 2 faux, 2 faucilles, 1 croc, 1 soc d’araire

3 fibules, 1 agrafe à double crochet

Tourville-la-Rivière (76), Les Terres du Gruchet

1 clé

1 poinçon en os, 1 aiguille

Fig. 53 – Tableau récapitulatif du petit mobilier et des outils découverts en contexte d’habitat rural.

5.5.2. Petit mobilier18

  • 18 Yves-Marie Adrian, céramologue et responsable d’opération, INRAP Grand Ouest, UMR 7041 (équipe Gaul (...)

123L’inventaire du mobilier consacré aux activités textiles a été réalisé dans le cadre d’un master (Séhier 2005) et complété dans ce bilan (cf. 5.4.3). Les outils ont également été répertoriés lors d’un travail universitaire publié (Reigniez 2002). L’équipement du cheval et du cavalier à partir du Xe s. est traité dans le cadre d’un autre master (Bignon 2009). Les autres objets n’ont pas suscité d’études particulières et se déclinent au fil des rapports d’opération. Ils ne sont pas très nombreux en contexte d’habitat rural, comme le montre un dépouillement rapide des rapports (fig. 53). Le travail reste à approfondir, en particulier pour les contextes urbains.

124Les outils autres que les couteaux se comptent sur les doigts de la main pour chaque site, bien que, depuis la synthèse de P. Reigniez, quelques-uns puissent être ajoutés au corpus. Néanmoins, presque toutes les fouilles ont livré des éléments métalliques relativement informes et non restaurés qui pourraient s’avérer être des outils. Quelques-uns sont présents en contexte funéraire. Ce sont des forces, un hachoir à lin (cf. 5.4.3), des clés ou des fiches à bélière qui ont la même fonction (Poses, Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, Louviers, Capelle-les-Grands...) et des éléments regroupés constituant des « trousse à outils » dans deux sépultures de Capelle-les-Grands (restauration en cours).

125Au sein de la centaine d’objets comptabilisés sur les sites d’habitat, les couteaux ou coutelas de différentes tailles, destinés sans doute à un usage essentiellement domestique, dominent largement (une quarantaine). Deux ciseaux ou gouges, à Courbépine et Guichainville, « Saint-Laurent », une scie à Guichainville, « Le Long Buisson » ainsi qu’un compas à Guichainville, « Saint-Laurent » et un burin aux Andelys, évoquent la menuiserie, voire la construction. Aux Andelys, deux poinçons métalliques pourraient illustrer le travail du cuir. Une douzaine d’outils seulement traduisent une activité agricole et/ou pastorale (cf. 5.3.8), sans doute en raison d’une récupération importante du métal. Seuls les exemplaires oubliés ou cachés nous seraient parvenus. En revanche, les clés ou les fiches à bélière sont relativement fréquentes (14 exemplaires). Une quinzaine d’objets, peignes, pinces à épiler ou épingles spatulées, sont destinés à la toilette.

126Les accessoires vestimentaires ne sont guère nombreux en contexte domestique, avec un peu plus d’une vingtaine d’objets pour l’ensemble de la région. Il s’agit essentiellement de fibules ansées ou bien d’agrafes à double crochet, auxquelles s’ajoutent quelques épingles-spatules à polyèdre, caractéristiques des VIIe-VIIIe. s. Une seule fibule aviforme, à Parville, évoque le VIe s., tandis qu’une rare fibule quadrangulaire à Notre-Dame-de-Bondeville paraît caractéristique du VIIIe s. Les éléments de ceinture, plaques-boucles d’Aubevoye, « Tournebut » et de Léry, sont exceptionnels.

127Une étude synthétique du petit mobilier serait possible, il est le plus souvent dessiné et le corpus commence à être conséquent. Ce travail devrait néanmoins être complété par la stabilisation, la radiographie et éventuellement la restauration des pièces en fer mises au jour avant 2003, actuellement stockées sans avoir véritablement fait l’objet d’un inventaire approfondi et d’une identification. L’un des enjeux d’une telle démarche est de fournir des éléments à l’étude comparative des habitats ruraux.

Notes

1 Datation LY-9242, âge calibré entre 728 et 913 après J.-C.

2 Les plus complètes : Le Maho 1992a et b, 1993b, 1994a, 2006a ; Niel, Le Maho 2004.

3 Rue Jeanne d’Arc et place Foch. Information M.-C. Lequoy, rapport en cours.

4 Il est difficile de savoir si l’occupation qui précède l’installation du palais ducal est de type rural, se rattache à une agglomération ou au monastère. Nous avons donc choisi de l’inclure dans ce chapitre.

5 Renoux 1979a et b, 1980, 1982a et b, 1983,1987a et b, 1994 ; Collectif 1990a ; Périn, Feffer éd. 1985, p. 411-415.

6 Carré 1988, 1992, 1996a ; Carré, Guillon 1995 ; Carré et al. 2007 ; Carré et al. à paraître.

7 Carpentier et al. 2004, 2005a et b ; Marcigny, Carpentier 2006 ; San Juan 2006.

8 De surcroît, trois lots provenant d’un four de l’atelier de potiers de La Londe ont fait l’objet d’une détermination des essences par Archéolabs et témoignent d’une utilisation privilégiée du hêtre (57,4 % des fragments) et du chêne (36,9 %).

9 Renoux et al. 1991, p. 173 : zone de rejet le long d’un bâtiment sur poteaux avec 50000 graines carbonisées en cours d’étude en 1991.

10 Nolwenn Zaour, INRAP Grand Ouest, UMR 5060, Laboratoire métallurgies et cultures.

11 En Seine-Maritime : Fécamp, « palais Ducal ». Dans l’Eure : Parville ; Burey, « La Mare Robert » ; Marcilly-la-Campagne ; Les Andelys ; Guichainville, « La Grande Contrée » ; Guerny ; Chavigny-Bailleul.

12 En Seine-Maritime : Forges-les-Eaux – La-Ferté-Saint-Samson, « Le Flot ». Dans l’Eure : Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie ; Aubevoye, « Tournebut » ; Isneauville ; Burey, « Les Longs Champs » ; Guichainville, « Saint-Laurent » ; Gisors ; Honguemare-Guenouville.

13 Information orale W. Varin, analyses effectuées après la remise du rapport de diagnostic. Les analyses des charbons de bois des structures 157 et 159 de la tranchée 40 donnent des datations calibrées comprises entre 670 et 780 après J.-C. à 93,5 % de probabilité et entre 680 et 870 après J.-C. à 95,4 % de probabilité.

14 Ateliers protohistorique et antique de la déviation de Forges-les-Eaux (Varin W., rapport en cours). Pour les périodes médiévale et moderne : haut fourneau et affinerie des XVe–XVIe s. du « Moulin de Glinet » à Beaussault-Compainville (cf. Bilans Scientifiques Régionaux-BSR-de 1992 à 1994 et 2003 à 2006), ferrier du XIVe s. au « Chemin du Flot » à Forges-les-Eaux – La-Ferté-Saint-Samson (cf. BSR de 2003 à 2006).

15 Bas fourneaux à scories piégées à utilisations multiples datés de l’âge du fer à Guichainville, « Saint-Laurent » et Chavigny-Bailleul, « La Mutrelle » (Honoré et al. 2007) ; importants déchets de réductions dans une fosse datée du Hallstatt D / La Tène ancienne à Parville, « Le Bois de Parville » (Lukas D., rapport en cours) ; Résidus et structures antiques à Heudebouville, « Ėcoparc 2 » (Lukas D., rapport en cours) ; nombreuses scories dans l’habitat antique fouillé à Évreux, square Georges Brassens.

16 Yves-Marie Adrian, céramologue et responsable d’opération, INRAP Grand Ouest, UMR 7041 (équipe Gaule, Nanterre).

17 Yves-Marie Adrian, céramologue et responsable d’opération, INRAP Grand Ouest, UMR 7041 (équipe Gaule, Nanterre).

18 Yves-Marie Adrian, céramologue et responsable d’opération, INRAP Grand Ouest, UMR 7041 (équipe Gaule, Nanterre), Florence Carré, conservateur en chef, SRA de Haute-Normandie.

Table des illustrations

Légende RO : structure responsable de RO’opération ; MUN : service archéologique municipal ; DEP : service archéologique départemental ; P : partiel.Fig. 8 – Tableau récapitulatif des opérations réalisées depuis 1985 dans les chefs-lieux de cités et ayant concerné des vestiges du haut Moyen Âge.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 9 – Rouen (76) : localisation des découvertes anciennes et des interventions récentes (d’après Lequoy, Guillot 2004, D.A.O.B. Guillot).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 10 – Évreux (27) : localisation des découvertes anciennes et des interventions récentes (D.A.O.B. Guillot).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Sond. : sondage ; diag. : diagnostic ; RO : structure responsable de l’opération ; UNIV : université ; DEP : service archéologique départemental ; MUN : service archéologique municipal.Fig. 11 – Tableau récapitulatif des opérations ayant porté sur des vestiges du haut Moyen Âge dans d’anciennes agglomérations secondaires antiques.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 12 – Plan de l’occupation des Andelys (27), rue de l’Égalité, secteur nord (fin du VIIe -Xe s.) ; la concentration de structures de stockage, silos et cabanes excavées profondes et aménagées, est remarquable pour la région (F. Jimenez).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 13 – Cartographie des opérations ayant concerné des sites du haut Moyen Âge depuis 1970 en Haute-Normandie (N. Bolo, F. Carré).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende RO : structure responsable de l’opération ; DEP : service archéologique départemental ; MUN : service archéologique municipal.Fig. 14 – Tableau récapitulatif des sites ruraux fréquentés au haut Moyen Âge, hors prospections du nord de la Seine-Maritime.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende RO : structure responsable de l’opération ; UNIV : université ; DEP : service archéologique départemental ; P : partiel.Fig. 15 – Tableau récapitulatif des occupations et habitats ruraux du haut Moyen Âge, les plus significatifs apparaissant sur fond vert.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Légende Fig. 16 – Chronologie des habitats mis au jour (sur fond vert : les sites fouillés les plus significatifs).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 17 – Tableau récapitulatif des études paléo-environnementales menées sur les sites d’habitats ruraux.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 18 – Isneauville – Saint-Martin-du-Vivier (76), « Plaine de la Ronce, zone A » : occupation du VIIe s. à l’emplacement d’une villa gallo-romaine (Y.-M. Adrian, D.A.O.S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 19 – Poses (27), « La Plaine » : plan général de l’habitat ; l’occupation du Ve s. ne respecte pas l’orientation des enclos antiques, tandis que les structures des VIIe-VIIIe s. semblent s’y concentrer (D.A.O.T. Kubiack, d’après A. Boivin).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 20 – Tourville-la-Rivière (76), « Les Terres du Gruchet » : l’organisation de l’habitat des Ve-VIIe s. ne semble pas tenir compte de l’enclos de la villa antique (D.A. O T. Kubiack d’après N. Millard).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 21 – Guichainville (27), « Le Long Buisson » : un habitat des IVe-Ve s. s’installe dans l’enclos d’une villa antique désaffectée. Les bâtiments s’organisent en arc de cercle autour d’une cour (V. Carpentier, D.A.O.É. Gallouin).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 22 – Guichainville (27), « Le Long Buisson » : l’occupation des VIe-Xe s. occupe un espace au sud-ouest de l’habitat des IVe-Ve s. et en dehors des enclos de la villa antique (V. Carpentier, D.A.O.É. Gallouin).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 23 – Opérations et sites de la période gallo-romaine et du haut Moyen Âge sur la commune de Guichainville, dans l’Eure (N. Bolo, F. Carré).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 24 – L’habitat de Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie (27), « La Butte Saint-Cyr » aux VIIe-IXe s. est caractérisé par cinq ou six unités d’exploitation réparties sur la pente de la basse terrasse de la Seine ; elles entourent au nord un cimetière doté d’une église (F. Carré, D.A.O.F. Jimenez).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 25 – L’habitat de Saint-Vigor-d’Ymonville 76), (« Les Sapinettes », daté des VIIe-VIIIe s., présente une organisation très lisible en raison de la présence des fossés du parcellaire associé (V. Carpentier, D.A.O.É. Gallouin).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 26 – L’habitat de Guichainville (27), « Saint-Laurent », occupé du VIe s. au début du VIIIe s., présente un plan dont l’interprétation est rendue délicate par la superposition d’occupations antérieures (N. Roudié).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 27 – Le plan de l’habitat de Courbépine (27), « Le Poirier au Sueur », aux VIIe-Xe s. témoigne d’une organisation définie par un parcellaire contemporain (J. Tourneur).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 28 – Sur le plan de l’habitat de Douains (27), « Les Hauts Brûlés », occupé du VIIe au Xe s., une unité d’exploitation semble perceptible (M. Mohssine † et É. Mare).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 29 – Le plan de l’habitat de Guerny (27), « Le Bois Madame », occupé aux Ve-IXe s., illustre l’organisation de structures autour d’une cour (G. Léon).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 30 – À Chavigny-Bailleul (27), « La Mutrelle », un cimetière est installé au nord de l’habitat des Ve-XIe s. (G. Léon).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 31 – Plans de bâtiments de plain-pied remarquables (d’après N. Millard, V. Hincker, N. Roudié, V. Carpentier, C. Marcigny, J. Tourneur et A. Boivin).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 32 – Plans de bâtiments excavés particuliers (d’après G. Léon, F. Carré et F. Jimenez).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 33 – Fours de l’habitat de Léry (27), « rue de Verdun » (N. Roudié). De haut en bas : succession de deux fours entre le milieu du VIIIe et la deuxième moitié du IXe s. (st. 818 et 819) ; four piriforme du IXe s. (st. 568/569) ; four à soles successives du Xe–début du XIe s. (st. 71).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende ABC = métallurgie des alliages à base de cuivre ; HMA = haut Moyen Âge ; diag. = diagnostic ; prév. = fouille préventive ; prog. = fouille programmée.Fig. 34 – Tableau récapitulatif des activités métallurgiques (N. Zaour).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende Fig. 35 – Cartographie des sites hauts-normands ayant fourni des vestiges d’activités métallurgiques (N. Zaour).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 36 – Réduction du minerai de fer (clichés et D.A.O.N. Zaour).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 37 – Restes d’un possible bas fourneau à Guichainville (27), « Saint-Laurent » (N. Roudié).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 38 – Répartition des déchets métallurgiques dans l’habitat de Guichainville (27), « Saint-Laurent » (N. Roudié).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 39 – Foyer lié à des activités métallurgiques (forge ?) à Rouen (76), « Puits Saint-André » (st. 2358). De forme trapézoïdale, d’une largeur de 0,8 m, il est délimité sur trois côtés par des poutres (cliché O. Biré).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 40 – Foyer d’épuration V0897 de Guichainville (27), « Le Long Buisson » (cliché N. Zaour, D.A.O.J.-M. Richard).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 41 – Coupe de scorie du site de Guichainville (27), « Le Long Buisson » et vue microscopique (25 x 50). Les replis dans le métal présentent une faible déformation à chaud, qui permet de supposer la formation de cette scorie dans un contexte de forge d’épuration (analyse P. Dillman).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 42 – Productions de l’atelier de potiers de La Londe (76), « Forêt » (clichés F. Dugué, musées départementaux de Seine-Maritime).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 43 – Deux exemples de productions locales rencontrées sur les plateaux au sud de la Seine (milieu du VIe-VIIe s.), en haut de l’illustration, et dans la vallée de la Seine (VIIe-début VIIIe s.), en bas (D.A.O.S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 45 – Variété des formes et des décors de la céramique fine ou ornée entre la fin du Ve s. et la première moitié du VIe s. dans la région d’Évreux (D.A.O.S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 46 – Diminution des formes et des décors de la céramique fine ou ornée après le milieu du VIe s. dans la région d’Évreux (D.A.O.S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 47 – Variété des formes de la céramique commune entre la fin du Ve s. et la première moitié du VIIe s. dans la région d’Évreux (D.A.O.S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Fig. 48 – Principales formes de céramiques fines ou ornées de la deuxième moitié du VIIe s. à la première moitié du VIIIe s. (D.A.O.S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 49 – Principales formes de céramiques communes de la deuxième moitié du VIIe s. à la première moitié du VIIIe s. (D.A.O.S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 50 – Principales formes de céramiques entre la fin du VIIIe s. et le IXe s. (D.A.O.S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 51 – Principales formes de céramiques dans la vallée de la Seine au Xe s. (D.A.O.S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 52 – Principales formes de verreries représentées dans la région haut-normande (D.A.O.S. Le Maho, F. Carré).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5108/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 276k

Auteurs

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540