Version classiqueVersion mobile

L'archéologie en Haute-Normandie, Bilan des connaissances

 | 
Florence Carré

4. Organisation générale du paysage

Florence Carré

Texte intégral

Fig. 6 – Cartographie des sites du haut Moyen Âge d’après les données vérifiées de la carte archéologique de Haute-Normandie (N. Bolo, F. Carré).

4.1. Seine et Manche

1Le paysage de la Haute-Normandie est marqué par deux points forts : la présence de la Seine, axe central d’échange entre l’Île-de-France et la Manche, et une façade occidentale ouverte sur la mer (fig. 6). Dans le détail, la réalité du paysage du haut Moyen Âge nous échappe : quels étaient l’aspect et la position des côtes qui se sont depuis beaucoup érodées ? À quoi ressemblaient les estuaires de la Seine et de la Risle ? Quel était le tracé des rivières, quels étaient les paléochenaux actifs ? Quelles espèces peuplaient ces eaux ? Quelques réponses ponctuelles sont apportées par les études géologiques, la faune mise au jour sur les sites archéologiques ou les sources écrites, le plus souvent postérieures au XVIe s. Ces dernières nous rappellent par exemple que telle ville se trouvait en bord de mer ou que le mascaret, vague résultant de la marée montante, était perceptible sur la Seine jusqu’à Poses (Foussard dir. 2010, p. 4-6 ; Thélu 2005). Des données complémentaires sont attendues du programme de recherche CAPAVAL, qui concerne en partie la vallée de la Seine, de Poses au Havre. Mis en place fin 2008, il réunit une équipe pluri-institutionnelle (Ministère de la culture et de la communication, universités de Nanterre, Rouen et Rennes, INRAP).

  • 1 Observations des années 1960, documentation Carte archéologique.

2L’archéologie reste également muette sur l’anthropisation de ces zones géographiques. Ports, débarcadères, modes d’exploitation de la mer et du fleuve, difficultés de navigation, etc. sont par ailleurs faiblement documentés par les sources textuelles. Il semble hasardeux de se baser uniquement sur les toponymes (portus) pour en déduire les lieux d’accostage. Une confirmation par des observations de terrain, et surtout des prospections sub-aquatiques et des fouilles, est indispensable. Deux sites, localisés sur des affluents de la Seine, illustrent ces questions. À Guerny, des installations, possibles quais, ont été mises en évidence au bord d’un paléochenal de l’Epte. À Louviers, rue Saint-Germain, un lieu d’accostage est peut-être signalé par un niveau de terre noire s’étendant de part et d’autre d’une voie de berge antique. Les franchissements des cours d’eau sont essentiellement connus par des observations effectuées à Incarville sur un probable passage à gué de l’Eure1 ainsi que par un chemin conduisant à l’Iton à Arnières-sur-Iton (fig. 7) et par une voie sondée à proximité d’un franchissement de l’Austreberthe à Saint-Pierre-de-Varengeville, « Le Bas Aulnay, chemin de Saint-Paër ».

4.2. Archéologie du paysage

3Les études paléo-environnementales ont débuté en Haute-Normandie dès les années 1970 et ont connu une nouvelle dynamique avec le programme collectif de recherche (PCR) piloté par C. Billard entre 1999 et 2001, « Les paysages et les hommes en basse vallée de la Seine depuis 10 000 ans ». Elles s’appuient sur les carottages réalisés en tourbières, qui fournissent pollens et macro-restes végétaux dont la chronologie est calée par14 C. Elles concernent essentiellement les périodes anciennes, le Moyen Âge étant à peine évoqué. La thèse de D. Sebag (2002) comporte une synthèse des résultats des différentes recherches menées depuis les années 1970, en particulier celles de la palynologue M.-F. Huault, sur la basse vallée de la Seine, de la confluence de l’Austreberthe au marais Vernier.

4En 2006, les travaux de la déviation de Forgesles-Eaux ont généré d’autres prélèvements en tourbières qui permettent à D. Barbier-Pain de retracer les grandes lignes de l’évolution du paysage de l’est du Pays de Bray : le Bas-Empire est caractérisé par une déprise agricole, une reconquête forestière, une exploitation marquée de la zone humide et plus modeste de la hêtraie. À partir des VIIe-VIIIe s., le milieu connaît une ouverture maximale suite à l’exploitation massive du système forestier résiduel et de la zone humide. Dans la continuité de ce travail, le programme de recherche CAPAVAL doit donner une plus large part aux périodes historiques. Une compilation des données paléo-environnementales existantes, la cartographie des zones tourbeuses favorables aux prélèvements, des datations14 C hors sites dans les tourbières du pays de Bray et de la vallée de l’Andelle, ainsi que l’étude anthracologique de prélèvements réalisés sur différents sites du pays de Bray ont été programmées.

5Les informations concernant la vallée de la Seine, de l’Andelle et l’est du Pays de Bray devraient donc se multiplier dans les années à venir. Remarquons toutefois que de larges zones ne sont pas couvertes par ces études, en particulier les vallées de l’Iton, de l’Eure et de la Risle ainsi que l’ouest de la Seine-Maritime. Ces données générales devraient être complétées par les analyses carpologiques, anthracologiques et palynologiques effectuées sur les sites, qui renseignent surtout leur proximité immédiate. Elles sont malheureusement loin d’être systématiques (cf. 5.3.3 et fig. 17).

6Pour ce qui est des grands massifs forestiers régionaux, forêts de Bord, Lyons ou Brotonne, les renseignements sont encore succincts. Leur constitution ne semble pas intervenir avant la fin du IVe s., qui marque l’abandon de nombreuses villae répertoriées dans ces secteurs (Lequoy 2007). Probablement liées aux développements des aspects socio-politiques des chasses royales, ces forestes apparaissent régulièrement dans les textes dès la fin du VIIe s. (Barbier 1994, I, p. 298-305). Cependant, nos connaissances sur leurs caractéristiques, leur étendue et l’évolution de ces paramètres entre le Ve et le Xe s. sont très limitées (Barbier 1994, I, p. 318-324). Les études anthracologiques menées à Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie n’apportent que l’hypothèse d’un éclaircissement de la forêt de Bord, dont sont peut-être issus les bois brûlés, à partir de la deuxième moitié du VIIIe s., favorisant le développement de grands arbres (Carré et al. à paraître).

Fig. 7 – Voie mise au jour à Arnières-sur-Iton, rue du Chantier des Flotteurs. Un probable gué de l’Iton se trouve dans son prolongement, à droite du cliché. La surface de circulation marquée d’ornières est celle du Bas-Empire, la recharge attribuée au haut Moyen Âge, moins régulière, est visible dans la coupe au fond du sondage (cliché Y.-M. Adrian).

7Les modes d’occupation du sol sont aussi mal connus. Outre les deux grandes villes, Rouen et Évreux, un maillage d’agglomérations secondaires héritées de l’Antiquité existe probablement. Les critères d’identification définis par L. Bourgeois dans sa thèse de 1995 demanderaient à être confrontés avec de nouvelles données de terrain. Mais pour le moment, seule l’étude du site de Louviers apporte quelques hypothèses (Carré, Jimenez dir. 2008, p. 171-179) et la fouille d’un petit fragment d’habitat aux Andelys conduit à proposer un statut particulier pour ce site (Jimenez, Adrian à paraître).

8En secteur rural, le croisement des données de la carte archéologique (habitats et cimetières, fig. 6) donne l’impression d’une occupation plus intensive des vallées que des plateaux. La prudence s’impose néanmoins car cette carte peut fausser la vision de l’occupation du sol. Ainsi, le vide observé dans le pays de Caux est à relativiser, car ce terroir d’élevage en prairies ne favorise ni la prospection au sol, ni les clichés aériens et ce secteur ne donne pas lieu à de nombreuses opérations d’archéologie préventive. Néanmoins, les diagnostics réalisés lors de la construction de l’autoroute A29 et de la RN27, qui traversent ce secteur, donnent également l’impression d’une zone peu peuplée. De plus, Y.-M. Adrian constate une très faible représentation de la céramique entre le IIIe s. et le VIIe s., qui pourrait correspondre à une baisse significative de l’occupation de cet espace. Les seuls habitats du haut Moyen Âge connus, à Saint-Vigor-d’Ymonville, Tôtes et Bolbec, sont attribuables aux VIIe-IXe s. et marquent peut-être un repeuplement tardif du plateau de Caux (fig. 13 et 16).

9Au nord-est de la Seine-Maritime, les données des prospections au sol menées par É. Mantel et son équipe depuis plus de 20 ans modifient complètement notre perception de la densité d’occupation et démontrent parfaitement les limites de l’interprétation des zones vides observées sur la carte (fig. 6 et 13).

10Les vallées de la Seine et de ses affluents semblent très peuplées, ainsi que les plateaux au sud d’Évreux. Il faut cependant faire la part entre les nombreuses données recueillies dans ces terroirs, aujourd’hui très actifs économiquement, et la pénurie d’information pour des zones rurales où l’archéologie préventive n’intervient que très rarement.

11Le tableau chronologique (fig. 16) donne l’impression, à ce stade de la recherche, d’un nombre relativement régulier de nouvelles implantations d’habitats, peut-être simplement des glissements ou déplacements dans le terroir, au début des Ve, VIe et VIIIe s. puis d’une poussée au début du VIIe s. et d’un recul à partir du milieu du VIIIe s. Les abandons de sites semblent peu importants à la fin des Ve et VIe s. et plus nombreux à la fin des VIIe, VIIIe, IXe et Xe s. Il est cependant délicat de raisonner sur cette question car les données manquent sur les centres villageois, peu concernés pas les opérations archéologiques, mais aussi sur la succession ou la rotation des zones habitées autour des villages actuels.

12Les informations archéologiques concernant les axes de circulation routiers sont réduites, les interventions ne les abordant que rarement. La voie mise au jour rue Saint-Germain, à Louviers, reliant cette agglomération au Vaudreuil, semble avoir été utilisée de l’Antiquité au VIIe s. Une fréquentation au haut Moyen Âge de la voie antique menant de Rouen à Harfleur est attestée au niveau d’un franchissement de l’Austreberthe, à Saint-Pierre-de-Varengeville. Les habitats de Guerny et Bolbec pourraient être liés à la proximité d’une voie antique. D’autre part, les fouilles récentes fournissent un bon corpus de chemins dont les dimensions semblent plutôt indiquer un usage local (cf. 5.3.6).

13Ce bilan montre les immenses lacunes à combler. Il souligne aussi le caractère pour le moment fictif de la restitution de la phase haut médiévale de l’évolution du paysage cauchois qui a été récemment proposée, par manque de données, en particulier sur la densité et la nature de l’occupation humaine au haut Moyen Âge (Collectif 2008, p. 237).

Notes

1 Observations des années 1960, documentation Carte archéologique.

Table des illustrations

Légende Fig. 6 – Cartographie des sites du haut Moyen Âge d’après les données vérifiées de la carte archéologique de Haute-Normandie (N. Bolo, F. Carré).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5107/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Fig. 7 – Voie mise au jour à Arnières-sur-Iton, rue du Chantier des Flotteurs. Un probable gué de l’Iton se trouve dans son prolongement, à droite du cliché. La surface de circulation marquée d’ornières est celle du Bas-Empire, la recharge attribuée au haut Moyen Âge, moins régulière, est visible dans la coupe au fond du sondage (cliché Y.-M. Adrian).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5107/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 346k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search