Version classiqueVersion mobile

L'archéologie en Haute-Normandie, Bilan des connaissances

 | 
Florence Carré

3. L’utilisation des textes : un exercice délicat

Florence Carré

Texte intégral

1Ce bilan, strictement archéologique, exclut volontairement le domaine des sources écrites. Il apparaît toutefois nécessaire de l’aborder par rapport à l’utilisation des textes par les archéologues ou des données de terrains par les spécialistes de l’écrit.

  • 1 On entend par boucle du Vaudreuil le territoire délimité par le large méandre de la Seine qui inclu (...)

2La thèse de L. Bourgeois (1995a) démontre la nécessité de l’exploitation conjointe des deux types de sources pour la réalisation de synthèses. Toutefois, les textes sont le plus souvent utilisés par les archéologues de manière ponctuelle et anecdotique, pour restituer le contexte historique, territorial et domanial d’une occupation, expliquer ou dater un événement, un changement de pratique ou justifier une interprétation. Par exemple, le site de Louviers est replacé dans le contexte des domaines royaux de la boucle du Vaudreuil1 (Carré, Jimenez dir. 2008, p. 18-20) ; les niveaux d’incendie et de construction du groupe épiscopal de Rouen sont rattachés à des épisodes historiques précis (Le Maho 1993b, 2000b) ; l’église découverte à Notre-Dame-de-Bondeville est reliée à la mention d’une création d’abbaye (Le Maho 2001a). La nature exceptionnelle de l’église en bois de Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie est aussi relativisée à l’aide des écrits de Grégoire de Tours (Bonnet 1997 ; Gauthier 1997).

3Un rapide examen de la manière d’intégrer aux études archéologiques les sources écrites suggère quelques remarques d’ordre méthodologique. L’utilisation des textes du haut Moyen Âge est délicate et exige une culture que peu d’archéologues possèdent (Treffort 2004). Faire appel à un spécialiste, qui replace la mention dans son contexte, est indispensable. Cela pourrait éviter l’utilisation répétée et à mauvais escient de sources écrites pour expliciter des phénomènes archéologiques. Ainsi, la réflexion sur la question de la réutilisation funéraire des mégalithes au haut Moyen Âge a longtemps été tributaire de l’utilisation de textes inadaptés et illustre bien les écueils ainsi que les limites de l’interprétation de ces sources (Billard et al. 1996 : Billard et al. dir. 2010, p. 349-350). Une autre question témoigne de ce problème : il est étonnant de constater que, malgré des études d’historiens des textes qui soulignent l’absence de consigne de l’Église par rapport au dépôt de mobilier dans les tombes (Treffort 1996, p. 73-74), on peut encore lire qu’elle a imposé l’abandon de cette pratique au VIIe s. L’utilisation de sources chronologiquement dispersées entre le haut Moyen Âge et la période moderne pour effectuer une synthèse sur l’occupation d’un territoire et les modes de gestion du sol au Moyen Âge est tout à fait contestable du point de vue méthodologique, surtout si l’on détaille les cultures pratiquées, dont on mesure, dans d’autres régions mieux documentées, les variations au cours de cette longue période de près de dix siècles (Collectif 2008, p. 153-155).

4À l’inverse, le spécialiste de l’écrit peut tomber dans le piège et chercher à identifier sur le terrain un épisode historique, sans certitude possible, étant donné l’ampleur des fourchettes chronologiques fournies par l’archéologie. De même, les hypothèses concernant la localisation ou l’identification de sites sur la base des textes ne constituent qu’une première étape de la recherche (Le Maho 2004b, 2008b), et doivent faire l’objet d’une nécessaire vérification archéologique. Elles présentent néanmoins l’intérêt d’attirer l’attention et la vigilance sur des secteurs sensibles.

5La collaboration entre spécialistes des sources écrites et archéologues permet seule la rigueur nécessaire à toute interprétation, ne serait-ce que parce qu’il est difficile de maîtriser conjointement les deux disciplines et leur bibliographie.

Notes

1 On entend par boucle du Vaudreuil le territoire délimité par le large méandre de la Seine qui inclue le village du Vaudreuil.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search