Version classiqueVersion mobile

L'archéologie en Haute-Normandie, Bilan des connaissances

 | 
Florence Carré

2. La chronologie : une progression exceptionnelle

Florence Carré, Yves-Marie Adrian et Jens-Christian Moesgaard

Texte intégral

1Sur le plan de la chronologie, base de toute étude, les acquis des 15 dernières années sont exceptionnels. Pourtant, la difficulté était grande, en particulier pour la datation des occupations rurales, étant donné la rareté du mobilier, même céramique, et l’absence de référence.

2En effet, jusqu’en 1986, la céramique du haut Moyen Âge n’était connue que par les vases funéraires, de types peu diversifiés et souvent mal datés. La fouille des habitats a permis de dépasser ce cadre. La dynamique de la recherche des céramologues français est illustrée par les actes du colloque d’Outreau en 1992 (Collectif 1993) puis ceux du colloque de Caen en 2004 (Hincker, Husi 2006). Dans toutes les régions, malgré la pénurie de céramique par rapport à la période antique, un développement chronologique est peu à peu dégagé ; en Haute-Normandie, nous nous appuyons essentiellement sur les travaux d’Y.-M. Adrian (INRAP). Si la chronologie établie reste parfois encore large, en particulier pour les VIIIe-Xe s., elle est maintenant calée sur des bases de plus en plus solides par des ensembles clos conséquents ou caractéristiques, des comparaisons étayées, l’identification de productions bien datées et les datations absolues de certains contextes par d’autres méthodes. Malgré la multiplication des opérations, un seul site de production est étudié dans la région, l’atelier de La Londe, partiellement reconnu lors de fouilles programmées dans les années 1990. Son activité est centrée sur le VIIIe s. (Roy 1992a et b, 1993a, b et c, 1994a et b, 1999 ; Adrian 1993, 1994a et b ; Adrian, Roy 1998). Grâce à un travail de compilation des données, notamment géographiques, d’autres productions locales ou régionales ont pu être mises en évidence. Certaines s’avèrent ponctuelles et fournissent des repères chronologiques appréciables.

3La verrerie a également fait l’objet de travaux récents. La thèse d’Y. Feyeux et la typo-chronologie établie en collaboration avec P. Périn (Périn 1995 ; Feyeux 2003), fournissent maintenant des outils confortables pour la caractérisation des petits ensembles régionaux qui se sont multipliés (cf. 5.5.1).

4Le mobilier métallique, disponible en quantité sur les sites funéraires, a très tôt fait l’objet d’études typochronologiques (Périn 1980). Depuis 1975, R. Legoux et P. Périn ont analysé des ensembles funéraires par permutations matricielles. Cette méthode, tout à fait pertinente si elle s’appuie sur des ensembles provenant d’un dépôt simultané avéré, ne tient pas compte de la possibilité de l’association d’objets de générations antérieures, pourtant régulièrement constatée (par exemple Carré, Jimenez dir. 2008, p. 161-162). Dans la région, cette méthode a été appliquée aux sites d’Haudricourt (Legoux 1994) et Fallencourt. S’appuyant sur l’ensemble des résultats obtenus, R. Legoux, P. Périn et F. Vallet ont publié en 2004 la « chronologie normalisée du mobilier funéraire mérovingien entre Manche et Lorraine ». D’un usage pratique, cet ouvrage permet de connaître rapidement l’attribution d’un objet à une phase donnée ; le passage à la chronologie absolue, basé sur la datation de tombes-références par les monnaies, est encore modifiable. En revanche, l’évolution typologique du mobilier semble fiable et elle est compatible avec les travaux allemands et suisses. Cette publication est utilisée en Haute-Normandie pour la majorité des sites, faute d’éléments suffisants pour établir des typochronologies propres à chacun. En revanche, elle n’est pas assez détaillée pour les VIIe-VIIIe s., pour lesquels les cimetières hauts-normands en cours d’étude fourniront peut-être des jalons appréciables. Elle pourrait également profiter du développement des datations 14C, qui fournissent des terminus précis, mais les tombes dotées de mobilier sont rarement concernées. En guise de test, quelques tombes régionales importantes vont faire l’objet de datations. Cette typo-chronologie trouve bien sûr ses limites avec l’abandon du dépôt de mobilier dans les sépultures au début du VIIIe s. La fouille d’habitats prendra le relais, mais à longue échéance : le mobilier métallique y reste rare (fig. 53), souvent antérieur au début du VIIIe s. et dans un état de conservation qui pourrait indiquer une longue durée d’utilisation.

Fig. 3 – Datations par analyses effectuées sur les sites du haut Moyen Âge de Haute-Normandie.

5Les méthodes de datation absolue sont maintenant régulièrement employées dans notre région, quoique leur coût restreigne encore leur nombre (fig. 3). Sépultures et charbons de bois de structures particulières sont datés par 14C. La chronologie des cimetières de Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie, Poses ou Romillysur-Andelle par exemple, s’appuie sur des mesures radiocarbones, tout comme celle des mortiers de l’église Saint-Pierre de Jumièges. Il est néanmoins nécessaire de relativiser les résultats en raison des problèmes liés au calibrage et parce que les datations obtenues ne tiennent pas compte de la longue durée d’utilisation des bois, en particulier des éléments architecturaux, qui peuvent être remployés plusieurs fois voire recyclés par combustion (Van Strydonck et al. 1999 ; Colardelle et al. 1999).

6L’investissement financier de la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) est important, et permet la poursuite des études sur des fouilles anciennes, comme celles de Tournedos-sur-Seine – Porte-Joie ou Poses, pour lesquelles 48 analyses ont été financées (fig. 4). Depuis 1995, les datations sont en général comprises dans les budgets d’opérations pour les fouilles menées par l’AFAN puis l’INRAP.

7Fours et structures de combustion sont depuis peu presque systématiquement datés par archéomagnétisme (fig. 3). Le calage chronologique des courbes de référence a été établi par I. Bucur en 1994 sur la base de structures archéologiques datées par 14C et par le mobilier associé. La croissance importante de l’échantillon pour le haut Moyen Âge permet maintenant une réactualisation (Warmé 2005, 2009 ; Genevey et al. 2009). Quelques remarques sont apportées par l’expérience régionale : cette méthode donne parfois une datation plus large que la céramique (Guichainville, « La Petite Dîme ») ; à Léry, sa confrontation avec la datation de la céramique et des 14C, mise en place par N. Roudié et N. Warmé, relativise un peu les résultats (fig. 5 ; Roudié, Warmé 2007) ; comme le 14C, elle connaît des échecs ponctuels (site d’Aubevoye, « Tournebut ») mais est particulièrement intéressante lorsque le nombre de fours est élevé. Les orientations magnétiques fournissent alors matière à une chronologie relative des structures, indépendante des autres méthodes d’approche chronologique.

8La dendrochronologie, en partie faute de matière, ne concerne que deux aménagements de puits, mais devrait être systématiquement tentée en raison de sa bonne fiabilité (fig. 3).

9L’apport de la numismatique est limité, du fait de la rareté des monnaies découvertes en fouilles (cf. 9.1). Pourtant, la connaissance de la chronologie des émissions monétaires a beaucoup évolué grâce à la magistrale synthèse publiée par P. Grierson et M. Blackburn (1986). Hormis quelques études ponctuelles, la chronologie des séries mérovingiennes reste toutefois très schématique (monnaies pseudo-impériales vers 500-575 ; monétaires vers 575-675 ; proto-deniers vers 675-750), ne permettant pas, dans bien des cas, de dater une monnaie précisément à l’intérieur d’un siècle. Des études détaillées restent un besoin urgent et l’excellent travail de B. Leroy (2008) sur la Bretagne montre le chemin à suivre. La chronologie des monnaies carolingiennes antérieures à 864 se trouve désormais établie sur une base sûre grâce aux recherches de siècle Coupland, qui traite également la question, primordiale pour les archéologues, de la durée de circulation des pièces (Coupland 1988, 1990, 1991, 2005, 2007, cf. Garipzanov 2005). En ce qui concerne les débuts du monnayage ducal normand, notre connaissance a largement progressé, notamment par l’étude du trésor de Fécamp par F. Dumas (1971). Sa synthèse de 1979 rend caduques les ouvrages de référence antérieurs (Dumas 1979). Elle a été complétée ultérieurement (Dumas, Pilet-Lemière 1989 ; Moesgaard 2007b).

Fig. 4 – Investissement de la DRAC pour les datations depuis 1997.

Fig. 5 – Schéma comparatif des résultats obtenus par trois méthodes de datation pour les fours de Léry (27) (N. Roudié).

Table des illustrations

Légende Fig. 3 – Datations par analyses effectuées sur les sites du haut Moyen Âge de Haute-Normandie.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5105/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 4 – Investissement de la DRAC pour les datations depuis 1997.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5105/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 5 – Schéma comparatif des résultats obtenus par trois méthodes de datation pour les fours de Léry (27) (N. Roudié).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5105/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 113k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search