Version classiqueVersion mobile

L'archéologie en Haute-Normandie, Bilan des connaissances

 | 
Florence Carré

1. Introduction

Florence Carré

Texte intégral

1.1. Préambule

  • 1 Je tiens à exprimer en particulier toute ma gratitude à L. Eloy-Epailly, É. Peytremann, É. Lorans, (...)

1Une première ébauche de ce bilan a été réalisée à l’aide des renseignements apportés par les publications et les rapports. Elle a été complétée grâce à la collaboration des acteurs de la recherche, en particulier des responsables d’opération et des spécialistes (fig. 90 et 91) qui ont patiemment répondu aux interrogations répétées, ont relu, complété et illustré le texte1. Qu’ils en soient remerciés, ainsi que leurs organismes de rattachement et tout particulièrement l’INRAP. Sans eux ce travail serait resté superficiel. Presque abouti en 2009, l’ouvrage a été partiellement réactualisé au printemps 2010.

  • 2 Par exemple à Criel-sur-Mer, où la tombe recelant des fibules témoignant d’échanges avec le sud de (...)

2Les bilans des connaissances, auparavant réalisés par le Conseil national de la recherche archéologique (CNRA), résultent d’une demande du ministère de la culture et de la communication en 2004. Les assises de l’archéologie, en 2003, annonçaient leur finalité : faciliter les choix des services de l’État en matière d’archéologie préventive. Dans le contexte des dernières années, où les prescriptions étaient limitées de manière draconienne et où des sites avérés ne faisaient parfois l’objet ni de diagnostic, ni de fouille, la démarche prenait toute sa signification. Il est désagréable de penser qu’elle pouvait être destinée à justifier, sous couvert d’une analyse scientifique, des choix liés à l’évolution de notre société, qui privilégierait de plus en plus le profit immédiat au détriment de l’attachement à ses racines. En voyant certaines traces du passé s’effacer, il est difficile d’oublier qu’un site aperçu en diagnostic peut, même s’il semble alors banal, révéler en fouille des richesses inattendues, apportant parfois des réponses à des problématiques restées en suspens. C’est particulièrement vrai pour le haut Moyen Âge, que ce soit en contexte d’habitat, sites discrets en diagnostic, ou en contexte funéraire, où la tombe significative se dissimule souvent au sein d’un vaste cimetière dont les autres sépultures sont parfois très mal conservées2. Dans cette perspective de choix, la réalisation d’un bilan pouvait apparaître comme un premier pas vers une destruction organisée de vestiges.

3Malgré tout, il est indispensable de se retourner sur le travail accompli, ne serait-ce que pour dégager les axes à développer ou à améliorer. L’archéologie programmée régionale concerne peu le haut Moyen Âge. L’archéologie préventive, liée aux implantations des aménagements, ne permet pas de choix véritables, mais offre l’opportunité, par la multiplication des opérations, de poursuivre des objectifs particuliers. Enfin, des travaux universitaires peuvent être encouragés par ce rapide tour d’horizon, pour explorer des domaines ou des collections oubliées et ouvrir de nouvelles perspectives.

1.2. Présentation du bilan

4Il ne s’agit pas de la première synthèse concernant le haut Moyen Âge en Haute-Normandie. Les deux introductions écrites par J. Le Maho pour les volumes de la CAG (Carte archéologique de la Gaule) des départements de l’Eure et de la Seine-Maritime sont très générales (Cliquet 1993 ; Rogeret 1997). En revanche, la thèse de L. Bourgeois (1995a) dresse un état détaillé de l’occupation du sol dans l’ouest parisien du Ve au Xe s., et concerne en particulier le département de l’Eure. Très complète, elle utilise autant les sources archéologiques que textuelles et aborde tous les aspects repris dans ce bilan, auquel elle a servi de référence. La majorité des questions posées restent d’actualité, malgré l’importance du nombre de découvertes archéologiques depuis 1995.

5Dans le domaine de l’archéologie funéraire, il faut également citer une présentation des découvertes effectuées au nord de la Seine-Maritime entre 1987 et 1993 (Mantel, Merleau 1998) et une rapide synthèse réalisée en 2000 (Delestre 2006). La céramique a fait l’objet de plusieurs articles publiés par Y.-M. Adrian (2002, 2004, 2006a, b et c).

6Ces différents travaux ont été largement utilisés pour ce bilan, même s’ils ont été conçus pour présenter des résultats ou un contexte plutôt que pour mettre en valeur les forces et les faiblesses de l’archéologie régionale.

7Dans un souci de cohérence, la période retenue dépasse largement les 10 ans fixés par le ministère. En effet, le corpus de sites est parfois si limité qu’on ne peut exclure des découvertes des années 1980 (églises rurales par exemple). Dans d’autres cas, un type de site n’a fait l’objet de fouilles qu’à partir des années 1985, et il serait ridicule de ne pas traiter les données dans leur intégralité (habitat rural). Enfin, une perspective plus large offre l’intérêt de réintégrer dans la recherche actuelle des sites dont la documentation est disponible et dont l’étude serait intéressante.

8L’ensemble des découvertes archéologiques concernant la période Ve-Xe s. est présenté par un auteur principal, dans une approche générale. En effet, les données ne se sont pas multipliées au point de nécessiter un spécialiste pour chaque thème ou période, et un traitement global favorise une vision synthétique propice à un bilan. Enfin, il semble dangereux à long terme de morceler la discipline au détriment d’une vision plus générale. Néanmoins, quelques études particulières ont été réalisées par des spécialistes dans un cadre prédéfini (vaisselle, métallurgie, monnaies, échanges, archéologie expérimentale).

9L’aspect historique n’a volontairement été abordé que sous la forme d’un questionnement sur l’utilisation des sources écrites par les archéologues. En effet, il ne s’agit pas d’une synthèse nécessitant une présentation du contexte historique mais d’un état des lieux archéologique. Les lecteurs qui souhaitent se documenter peuvent consulter les deux introductions aux CAG de l’Eure et de la Seine-Maritime, citées plus haut, et le catalogue de l’exposition « La Neustrie » (Rogeret 1997 ; Cliquet 1993 ; Périn, Feffer éd. 1985), ainsi que les nombreux articles de J. Le Maho sur des sites ou des domaines particuliers (bibliographie en ligne sur le site internet du CRAHM), les actes du colloque « La Neustrie » (Astma dir. 1989) ou un ouvrage proposé par l’université de Caen (Deniaux et al. 2002). Les questions concernant les subdivisions territoriales (pagi) au haut Moyen Âge sont traitées dans la thèse de L. Bourgeois pour une partie de l’Eure (1995a, I, p. 34-76) et dans une courte synthèse dressée récemment pour la Seine-Maritime (Mantel et al. 2006b, p. 41 et 46).

  • 3 Le terme cimetière est employé dans cet ouvrage dans le sens de lieu de sépulture communautaire (Tr (...)

10Le bilan est organisé thématiquement et développe en particulier cinq grands chapitres consacrés à l’habitat, le domaine funéraire, les lieux de culte, les lieux et expressions du pouvoir et les échanges. Habitats et cimetières3, pourtant étroitement liés dans une même problématique (occupation du sol, statut social de différentes populations...), sont traités séparément car les méthodes d’étude diffèrent. La ville et la campagne sont aussi distinguées quoique, du point de vue funéraire par exemple, une étude conjointe soit possible et nécessaire.

1.3. Historique des recherches

11La Haute-Normandie occupe dès le milieu du XIXe s. une place privilégiée dans l’archéologie funéraire du haut Moyen Âge, grâce à l’activité d’érudits tels que l’abbé Cochet, en Seine-Maritime, ou, une génération plus tard, Léon Coutil, dans l’Eure (Cochet 1857, 1866 ; Coutil 1893, 1897a, 1898, 1905, 1920, 1921, 1925, 1930). Des cimetières importants sont dégagés, comme à Envermeu en Seine-Maritime ou Muids, « Gare », dans l’Eure, leur mobilier est collecté et publié.

12À partir de la Première Guerre mondiale, des comptesrendus de découvertes paraissent régulièrement, mais les opérations de grande ampleur sont rares. Les fouilles de Tournedos-sur-Seine et de Lorleau sont à cet égard exceptionnelles (Divry 1924 et 1950 ; Dollfus 1962). À la différence des précédentes, elles sont accompagnées d’un enregistrement du mobilier par tombe, complété à Lorleau par des schémas des sépultures et à Tournedos-sur-Seine par un descriptif des caractères généraux de la tombe. En revanche, aucun plan de ce dernier site ne semble avoir été établi, alors que certains érudits en réalisaient déjà 60 ans auparavant (Le Métayer-Masselin, pour le site de Menneval, dans l’Eure).

  • 4 Les lieux-dits ne sont précisés dans le texte que lorsqu’il y a risque de confusion. En revanche, i (...)

13Les années 1970 à 1984 correspondent à un nouveau développement de l’archéologie. Les deux principales villes de la région, Rouen et Évreux, commencent à faire l’objet de recherches, mais les interventions de sauvetage portent essentiellement sur les sites religieux ou funéraires. En secteur rural, conjointement aux petites opérations réalisées dans l’urgence par des associations, un archéologue départemental ou des intervenants du ministère de la Culture (Muids, « Les Carreaux »4 ; Hondouville ; Blangy-sur-Bresle ; Saint-Pierre-en-Port ; Saint-Vaast-d’Équiqueville ; Sandouville), trois sites font l’objet de fouilles programmées ou de sauvetages sur plusieurs années, par une association, Archéo 27 (Gisay-la-Coudre), un archéologue départemental, J. Le Maho (Saint-Martin-de-Boscherville), et un archéologue rattaché au ministère de la Culture, G. Verron (Porte-Joie, « Fosse XIV »). Les méthodes de fouille ont alors évolué : nous disposons désormais de plans, de clichés et de descriptifs de tombes. Parallèlement, des travaux universitaires sont menés sur le mobilier (céramique : Pilet 1972 ; fibules et plaquesboucles, thèse soutenue en 1975 : Lorren 2001 ; objets en fer : Halbout et al. 1987).

14Les années 1980 voient la création des Directions des antiquités historiques et préhistoriques de Haute-Normandie. Un nouveau tournant est pris dans les années 1984-1990 avec le renforcement du personnel des Directions des antiquités qui deviennent en 1991 le service régional de l’archéologie (SRA), la mise en place d’une gestion des projets d’aménagement (sondages systématiques à partir d’1 ha en secteur rural, zonages dans les deux chefs-lieux de cités), les premières opérations financées par les aménageurs et le développement de l’AFAN (Association pour les fouilles archéologiques nationales), permettant un plus grand nombre d’interventions. Les premiers habitats ruraux du haut Moyen Âge sont mis au jour à partir de 1986. Entre 1990 et 2002, diagnostics et fouilles se multiplient, mais l’archéologie préventive reste dépendante des projets d’aménagements, comme le montre le diagramme d’activité, relativement irrégulier (fig. 1).

Fig. 1 – Nombre de fouilles préventives par an portant sur des sites du haut Moyen Âge depuis 1988 (à l’exclusion des terres noires et des traces de fréquentation).

15Depuis 2002, les diagnostics, auparavant réalisés par le SRA pour la majorité des projets portant sur des surfaces comprises entre 1 et 3 ha, sont confiés à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP) qui succède à l’AFAN. La difficulté que rencontre cet établissement public à faire face à ses missions, faute de personnel suffisant, amène dans notre région à réduire le nombre de prescriptions de diagnostic (fig. 2), voire de fouilles, privilégiant en particulier les superficies importantes et les sites complets. Cette situation s’améliore depuis 2007, avec la diminution du nombre de grands projets d’aménagement régionaux et la prise en charge de certains diagnostics par deux services de collectivités territoriales, la Mission archéologique départementale de l’Eure (MADE) et le Service municipal d’archéologie de la ville d’Eu (SMAVE). En raison de l’ouverture à la concurrence en 2004, trois fouilles portant sur des sites du haut Moyen Âge ont été réalisées par un autre opérateur que l’INRAP : Eu, « L’Orée du Bois », en 2007 (SMAVE), Gisors et Honguemare-Guénouville en 2009 (MADE).

Fig. 2 – Évolution des surfaces cumulées des prescriptions de diagnostics entre 2002 et 2009 (hors arrêtés modificatifs).

Notes

1 Je tiens à exprimer en particulier toute ma gratitude à L. Eloy-Epailly, É. Peytremann, É. Lorans, Y.-M. Adrian, N. Bolo, C. Chappet, C. Marcigny, T. Bonin, D. Jouneau, J. Le Maho, B. Guillot, M.-C. Lequoy et N. Wasylyszyn pour leurs relectures attentives et commentées.

2 Par exemple à Criel-sur-Mer, où la tombe recelant des fibules témoignant d’échanges avec le sud de l’Angleterre vers la fin du Ve s. ou le début du VIe s. se trouvait au sein d’un ensemble très bouleversé.

3 Le terme cimetière est employé dans cet ouvrage dans le sens de lieu de sépulture communautaire (Treffort 1996, p. 144).

4 Les lieux-dits ne sont précisés dans le texte que lorsqu’il y a risque de confusion. En revanche, ils sont toujours documentés dans les tableaux.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Nombre de fouilles préventives par an portant sur des sites du haut Moyen Âge depuis 1988 (à l’exclusion des terres noires et des traces de fréquentation).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5104/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 2 – Évolution des surfaces cumulées des prescriptions de diagnostics entre 2002 et 2009 (hors arrêtés modificatifs).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5104/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 97k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search