Version classiqueVersion mobile

Petites Villes de Normandie

 | 
Bruno Sintic

Pièces justificatives

Texte intégral

1Dans la retranscription des documents, nous avons cherché à conserver dans toute la mesure du possible l’orthographe originale (majuscule après une virgule, par exemple, ou bien Pont Audemer sans trait d’union…). Cependant, pour faciliter la lecture et la compréhension, les noms propres ont été retranscrits avec majuscule, quelques accents et signes de ponctuation ont été rétablis quand le sens l’imposait. Les mots entre crochets sont des propositions de lecture : le mot nous est inconnu ou bien est presque illisible sur l’original.

Les institutions

1 – Privilèges de Louviers confirmés par Louis XI, 1467

2ORF, t. XVI, p. 567-570

3Loys, par la grâce de Dieu, roy de France, au bailly de Rouen, ou a son lieutenant, salut. L’umble supplication de nos bien-amez les bourgois, manants et habitans de notre ville et faulbourgs de Loviers avons receue, contenant que naguères en plaine assemblée générale de ladicte ville, et pour le repos et soulagement desdicts suppliants qui sont en la plupart simples gens mécaniques de l’estat de draperie et autres mestiers, et obvier aux charges et estourbiers qu’ils ont naguères portez et soubstenus par cy-devant, à l’occasion des assemblées générales qu’ilz a esconvenu et esconvient faire souventesfoiz en ladicte ville pour les choses y survenans, ils ayent, sobz notre bon plaisir et tous d’un accord, délibéré et esleu entre eulx douze notables hommes, bourgois, marchans et habitans en ladicte ville, ausquels appelés avec eulx les quatre principaux gouverneurs et aultres notables personnes de ladicte ville qu’ilz adviseront bon estre, et les deux conseillers, procureurs et receveur, qui sont à présent et seront pour le temps advenir en ladite ville de Loviers, et leur ont donné plain povoir et auctorité d’ores en avant de assembler devant justice, convenir, délibérer et conclure ensemble de et sur toutes les choses généralement et sans aucune réservation de et sur toutes les choses généralement, et sans aucune réservation qui pourront survenir en ladicte ville, touchant et regardant le faict de ladite communauté, voulans et accordans à toujours, et qu’il soit de telle valeur et vertu comme sa faict et passé avoit esté en plaine assemblée générale et par toute la communauté d’icelle ville, et ayant promis ne jamais contrevenir, voyant que ce soit leur grand repos et soulagement, et que par ce leurs dictes affaires povoient plus diligament et meurement et secrètement estre délibérée par lesdicts commis qu’ils n’avoient esté par cy-devant, mesmement que ainsi en estoit faict et usé es bonnes et notables villes prouchaines et circonvoisines dudict Loviers, comme les choses et autres sont plus à plain déclarées es lectres sur ce faictes, desquelles la teneur s’ensuit :

4À tous ceux qui ces présentes lettres verront ou orront, Jehan Saroul, escuyer, bailli de Loviers et de Gaillon, salut. Comme les bourgois, manants et habitants des paroisses Nostre Dame, Saint-Jehan et Saint-Germain de ladicte ville de Loviers, eussent, pour evicter à leur travail et affin que leurs négoces, querelles, choses et besongnes fussent mieux et plus seurement conduites, commis, ordonné, eslu et estably vingt quatre d’entre eulx bourgois et habitans, ausquelz ils eussent donné povoir et auctorité de leurs dictes besognes et choses régir et governer ; depuis laquelle exécucion et ordonnance, et bientost après icelle, la mortalité fut en ladicte ville, durant laquelle plusieurs d’iceulx déléguéz allèrent de vie à trespas, et des aultres, les ungs devenuz si vielz et antiques qu’ils n’y povoient entendre, et à ceste cause iceulx déléguez n’ont point usé dudit povoir, mais ont les affaires desdicts habitans esté régies et governées par leur consulz, procureur, receveur et gouverneur et par la délibération desdits habitans, qui a chascunes foiz que les affaires de ladite ville survenoient, estoient assemblez pour conclure ce qu’il estoit de faire, et ce qu’ilz ordonnoient avoit esté mis à exécution par iceulx leurs consulz et officiers, esquelles assemblées tous iceulx habitans ne se povoient bonnement comparer, obstans ce que les uns estoient lors absens et les autres occupez en leur nécessaires affaires, par quoy souventes foiz l’on ne pourvoyoit aisément aux affaires d’icelle ville, et a esté le bien d’icelle très fort retardé ; aussi que quant l’on faisoit icelles assemblées souventesfois estoit advenu que les aucuns desdits habitans estans en l’assemblée révéloient ce qui avoit esté conclud, quelles choses estoient et sont, au grand préjudice et dommaige des dits habitans ; et pour pourveoir ausdictes choses, et affin que pour le temps advenir il ne leur adviegne aucun dommage, à la requeste de leur procureur et gouverneurs d’icelle ville, nous eussions ordonné assemblée générale desdits habitants estre faicte à ce jourd’hui et les habitants desdites paroisses esté ajournés et convenus à y comparoir, ainsi qu’il est accoustumé de faire :

5Savoir faisons que aujourd’hui mardy 18e jour de may l’an mil CCCLVII en la cohue de Loviers devant nous bailly dessus nommé comparurent […]

6[suit la liste des 128 bourgeois participant à cette assemblée]

7tous bourgois manans et habitans des dites paroisses paroisses Nostre Dame, Saint-Jehan et Saint-Germain d’icelle ville de Loviers, et eulx faisans forts pour les autres paroissiens et habitants desdites ville et paroisses, en la présence desquelz leurdicts procureurs et gouverneurs leur firent dire et remonstrer les choses dessusdites et les inconvéniens qui estoient advenuz en icelle ville à ceste cause, et si leur fist faire ouverture des remèdes et provisions qui y povoient estre mises et données sur quoy ils eurent advis, et leur en fust par nous demandé les ungs après les autres ; et après plusieurs ouvertures et raisons par eulx allégués pour évicter à leur travail et inconvéniens qui leur peuvent advenir, considéré le governement qui est es autres villes voisines dudit lieu de Loviers, ilz tous, d’ung accord et consentemens, commydrent, nommèrent, ordonnèrent et eslurent Michault Guy, Jehan Baril, Pierre Nicole, Alexandre de Chauny, Robin le Bigre, Pierre le Carpentier, Simon Hellouyn, Georges le Prévost, Jehan le Tellier, Guillaume le Rat, Thomas Morelet, Thomas le Blanc, tous bourgoys manans et habitants d’icelle ville, ausquels appellés à eulx leurs consulz, procureur et receveur, et les 4 gouverneurs qui de présent sont ou qui pour le temps advenir seront en ladite ville, et mesmement les notables ou aultres telz personnages de ladicte ville qu’ils adviseront bon estre ou la plus grand part d’iceulx, lesdits habitants, tant pour eulx que en nom que dessus, donnèrent povoir, puissance et auctorité de régir, governer et pourveoir aux offices, governement et pollice de ladite ville, tant au faict des procès qui sont ou seront, es deniers communs ou des tailles, à l’audicion des comptes des receveurs présents, passé et advenir, clorre, affirmer que autres choses généralement quelconques au fait de ladite vicomté et des appendances et appartenances et faire autant en toutes choses comme se par tous lesdicts habitans estoient fait en plaine assemblée générale de la ville, sans aucune réserver et comme si en ces présentes ilz estoient escriptz et spécifier ; et aultre ilz accordèrent, vouldrent et consentirent que le povoir par eulx donné aux dessus nommé ait à toujours fermeté, sans ce qu’ilz le puissent révoquer ne empescher pour le temps advenir, et que s’ils décidoit auscun d’iceulx douze premiers déléguez, les autres ainsi commis avec lesdits habitans, y puissent commectre et ordonner d’autres gens à ce habiles et suffisans d’icelle ville, le tout selon le bon plaisir du roy notre seigneur avec ce lesdits habitants louèrent, ratiffièrent et eurent agréables tous et chascun les voyages, dons appointemens, impétracions et autres dons par cy devant avoient et ont esté faict et duz par les officiers et autres particulliers de ladite ville, tant en pourchassant leur droict du fornissement du grenier à sel de ladite ville que autrement, et les promisdrent tenir et accomplir comme se par toute ladite communauté ilz eussent esté faicts, diz, donnez ou promis et en garantir ceulx qui les auroient faicts, s’aucune chose leur en estoit demandée ores ne pour le temps advenir. Et à ce faire, iceulx douze délégués de bien et loyaument eulx gouverner firent serement en tel cas accoustumé, promectant lesdicts habitans, pour eulx, leurs hoirs, successeurs et ayans cause, tenir et avoir ferme et establi et agréable à toujours tout ce que par les dessus nommez ou pour la plus grande partie sera faict, dit et traictié, besoignié, promis et accordé es choses dessus dictes ou autres choses touchans le faict de ladite communauté, comme se par eulx estoit faict et sans jamais aller à l’encontre, sur l’obligation de tous les biens et de toute ladite communauté, meubles et héritages présens et advenir. En tesmoing de ce avons scellé ces présentes du grant scel aux choses dudict baillaige. Ce fust faict l’an et jour dessusdicts. Ainsi signé : R. Le Marchant

8Requérons nosdicts sujets icelles lettres dessus transcriptes leur estre par nous confermées. Et affin que les douze ainsi de nouvel constituez soyent plus enclins à vacquer et entendre dilligemment aux affaires et bien général de ladite ville, et pour aucunement subvenir à leurs peines et travaulx, voulons et nous plaist que chascun d’eulx puisse prendre et avoir chascun an, soixantes sols tournois, par manière de gage et pension, sur deniers de leurs aydes ayant cours en ladite ville, ores et pour le temps advenir, et avec ce, que se aucuns desdicts notables gens ainsi esleuz décédoient et ne peussent vacquer ausdites assemblées et affaires que les dessusdits eslus et commis desdits habitants puissent constituer et ordonner en leur lieu d’autres gens d’icelle ville, de bonne renommée, qui ayent semblable povoir et par faisant et serement devant justice de loyaument eulx governer et entendre, ayans agréable et confermant ; pour ce est-il que nous, désirans de notre povoir le repos de nosdicts subgets, attendus aussi le contenu esdites lectres ainsi passées et accordées en assemblée générale de ceste ville par lesdits habitants en grand nombre et tous d’un accord, ayans agréable et confermant en tant que mestier est, le contenu esdictes lettres, nous mandons, et pour ce que ladite ville de Loviers est assise en notre bailliage et ressort, consultons, que lesdictes lectres et le contenu d’icelles vous faictes garder, entériner et accomplir d’ores en avant, sans efreindre et oultre, faites payer pour les pensions desdits douze notables personnes et pour chascun d’eulx soixante solz t. par an sur les deniers desdites aydes, ayans cours sur lesdits habitans, comme dit est et dont leur receveur sera quicte par rapportant les présentes ou vidimus d’icelle, avec quittance souffisante ; car ainsi le voulons et nous plaist estre faict et ausdits suppliants l’avons octroyé et octroyons de grace espécial par ces présentes, nonobstans quelsconques lettres surreptices impétrées ou à impétrer à ce contraires. Donné à la Croix Saint Leuffroy le 26e jour de may l’an de grâce mil CCC soixante sept et de notre règne le sixième. Ainsi signés par le roy, les sires de Crussol, de Mauleun et de Beaurepaire et autres présens. L. Toustain.

24 janvier 1474

Monsieur l’évêque de Lisieux passa par ladite ville, pour 1 galon et 3 chopine d’ypocras à lui présentées

24 s. 6 d.

id.

à l’oublieur pour oublies présentées avec ledit ypocras

2 s. 6 d.

25 mars 1474

pour poisson envoyé et présenté par la ville à ung dîner auquel furent Mélaigne Hainffroy, Pierres Poitevin, Guillaume Chuffes, Guillaume le Bienvenu et le procureur de la ville avecque Olivier de Clichon lors capitaine et lieutenant soubz Monsieur de Saint-Pierre des gens d’armes qui estoient logiés en ceste dite ville pour luy recommander la ville et les habitants et les faire soublagier en ce qui seroit possible pour parties portées chez le capitaine et vicomte de Pont Audemer à ung soupper auquel furent souppant en son hostel Pierre Poitevin, Jehan le Merchier, Jaquet Lenfant, Guillaume le Bienvenu et autres de la ville à son partement à la cour le pénultième jour de juillet 1475 cest assavoir

à Jehan Cappelain, poissonnier, pour 2 brochets

12 s. 6 d.

à Cardin Piédelièvre, pour 2 solles et 1 carpe

10 s.

à Guillaume Postel, pour 7 pots de vin portés audit lieu

14 s.

total 37 s. 6 d.

12 août 1475

8 pots de vin payés à Jehan Pénart présentés à monsieur le Maréchal de Lohéac et aux fourriers du Roy lorsque celui-ci fut derrain à Honnefleu

14 s. 8 d.

14 août 1475

4 solles, 6 mulets, 2 barbeaux, 1 tanche, 2 pièces de mourue présentées à ung diner fait par les officiers qui avaient fait faire procession générale en ceste ville pour la paix du royaume

18 s. 6 d.

id.

2 galons de vin cléret pris chez Cardin Piédelièvre et présenté audit diner

3 s. 8 d.

2 – Remboursement des taverniers qui ont accueilli diverses réceptions municipales, 1475

9AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, 31 octobre 1475

3 – Désignation du procureur des habitants de Pont-Audemer, 1529

10AMPA, CRV, 1529-1530, fos 38-41

11À tous ceux qui ces présentes lettres verront ou orront, Guillaume Dumont garde du seel de la vicomté du Pont Autou et du Pont Audemer salut. Savoir faisons que ce jourd’huy cinquième jour de juillet mil cinq cent trente par Jehan Dumont et Guillaume Tonnel tabellions royaux jurés en siège de dudit Pont Audemer nous a esté temoigné et relaté par leur sermens ausquelz nous adjuxtons foy avons veu tenu et leu mot après autre une lettre escripte en parchemin saine et entière en seing seel et escripture, Desquelles la teneur ensuit :

12À tous ceulx qui ces présentes lettres verront ou orront, Jehan Ernoult escuier licencié en loix lieutenant en la vicomté du Pont Autou et Pont Audemer de noble et puissant seigneur Monsieur le bailly de Rouen salut. Savoir faisons que aujourduy vingt neuviesme jour d’aoust mil cinq cens vingt neuf en la cohue et prétoire du roi notre sire au Pont Audemer se sont comparus par devant nous maistre Jehan Beuzelin, maistre Jehan Percepié, Michel Tirel, Jehan Tirel, Sébastien le Carbonnier, Jehan Dumont, Maistre Jehan Desgeneteys, Jehan de Genouville le jeune, Jaques de Genouville, Guillaume Piédelièvre, Germain de L’espine, Robert Baudry, Ambroise Baudry, Loys Cauvyn, Guillaume Droué, Mahiet Duval, Pierre de la Barre, Jaques Coquembeque, Pierre Ysaac, Michel Courant, Guillaume Durant, Jehan Le Roy, Nicolas Degenouville, Olivier Lebeuf, Jehan Marie, Laurens le Maistre, Jehan Legras, Colin le Metays, maistre Jehan Dumont, Michel Dumont, Greffin le Barbier, Richard Hacoul, Richard Lemercier et Pierre Baynel, tous bourgois manans et habitans en la ville dudit Pont Audemer, Lesquels tant pour eux que pour les autres manans et habitans dudit Pont Audemer fisrent, nommèrent, constituèrent et establirent leur procureur général et certain messager especial cestassavoir Jehan de Genouville lainsné, bourgois dudit Pont Audemer et à icelui portant ces présentes donnèrent plain pouvoir puissance et auctorité de fonder, pour eulx, en toutes caulses querelles besognes négoces et affaire qu’ils ont et entendent avoir meuz et a mouvoir, tant en demandant comme en défendant, vers et à l’encontre de toutes personnes leurs parties adverses, donnant et octroyant lesdits constituans audit Genouville leur procureur portant cesdites présentes par soy et pour le tout plain pouvoir de eulx représenter, excuser, exomer en court, jugemens et dehors leurs causes et droits garder, soustenir et defendre en toutes courts et pardevant tous juges ou commissaires, tant en court d’église que séculière, de quelque povoir et auctorité qu’ils usent ou soient fondés, pléder plet ou ples mettre ou asseoir opposicions, faire toutes mainières de clameurs, tous adjournemens, arrestz, executions, délivrances de namps, eulx opposer en tous cas, prendre tous briefs, doléance et clameurs, le tout soustenir, conduire et mener a fyn ou y renoncer, si mestier est. Et généralement de faire en toutes choses touchans le fait stille et ordinaire de pléder ainsi que procureur deument constitué et établi peut et doit faire, et que lesdits constituans feroient et faire pourroient si présens y estoient en leurs personnes, Mesmes de substituer pour luy et en nom desdits habitans procureurs et substitus qui aient un tel et semblable povoir de procurer et besogner pour lesdits habitans, quant à ce que dessus est dit, comme a et aura [?] ledit Degenouville par ceste présence si présent en personne y estoit. Promettans lesdits constituans de leur bonne foy et sur obligations de tous leurs biens meubles et héritages présents et avenir, tous avoir agréable et establi tout ce que par ledit Degenouville leur procureur portant cesdites présentes sera fait, dit, plaidé, procuré et besogné es choses dessusdites circonstances et déppendances, Et en paier l’amende et jugie si mestier est et ils en enchieent en tesmoing desquelles choses avons seellé ces présentes de notre seel dont usons audit office […].

4 – Lettre de François Ier demandant une contribution à la ville de Pont-Audemer en raison des guerres, 1526

13AMPA, CRV, 1526, f° 15, feuille attachée au compte, avec signature du roi

14Chers et bien amez, vous avez clairement veu et congnu les trèsgrands urgens et insupportables affaires que nous jusques icy eubz et avons encores à supporter pour la deffence et conservation de notre royaume lequel nos ennemys continuellement menachent invader assaillir butyner et destruyre, à laquelle chose moyennant l’ayde de Dieu et le secours de nos bons et loyaulx subgets sommes délibérez remédier et pourvoir et combien que pour ce faire et résister à leurs entreprinses nous ayons faict tout ce que possible nous a esté d’amasser argent sans grandement fouller notre poure peuple et jusques a lever à oster la plus grant part des pencions, restraindre la despence de notre hostel et faire toutes autre choses que avons congnus estre nécessaire au bien de la deffence de notre dit royaulme et subgetz, touteffois il n’est possible que pensions encores mettre et donner bon ordre à nos dites affaires sans recourir à l’ayde de nosdits bons et loyaulx subgets manans et habitans es bonnes villes et lieux de notre royaulme ayans octroys et aydes de nous desquelz nous sommes contraintz pour cette foys et sans tirer la choze à conséquence prendre pour une année tant seullement la moitié desdites aydes et octroys à eulx donnéz et concédez et continuez par noz prédécesseurs Roys et nous qui est attendu l’importance de nosdites affaires et mesmement qu’il est question de la deffence de notre royaume et subgets la moindre chose que leur puissions demander et requérir sy vous prions à ceste cause et néanmoins mandons et enjoingnons très expressément que ayans regard à l’urgente nécessité de nosditsz affaires vous ayez à envoyer de quartier en quartyier es mains de notre amé et féal conseiller Maitre Pierres d’Apesteguy recepveur général de noz finances extraordinaires et parties casuelles la moitié desdites aydes et octroys que avez en votre ville durant une année tant seullement vous assurant que cest chose qui ne tirera plus avant que ladite année ny ne portera à l’advenir aucun préjudice ne dommage par quoy vous ny ferez faulte et se de tant que désirez les dites aydes et octroys vous estre continuez et entretenus car tel est notre plaisir, Donné à saint Germain en Laye le derrain jour de mars mil cinq cens vingt six avant Pasques.

15Françoys

16Robertet

La société urbaine

5 – Un jeune boucher de Pont-Audemer devient mercier, puis participe à un trafic de fausse monnaie

17Appauvrissement des populations urbaines en temps de guerre ; voyages lointains

18AN, JJ 192, 1461, no 32

19Charles par la grâce de Dieu roy de France, Savoir faisons à tous présens et à venir. Nous avons receue humble supplication des parens et amis charnels de Guillemet le Barbier, natif du Pont-Audemer, en Normandie détenu prisonnier es prison du chastel du Mans contenans que, durant la recouvrance que nous avons faite de notre pais et duchié de Normandie, ledit Barbier, qui pour lors demouroit avecque sa mère audit lieu du Pont Audemer délaissa et abandonna icellui lieu et sadite mère qui est poure femme veuve et aussi plusieurs ses frères et soeurs, par ce que leurs héritages comme maison et granges furent arses et brulées et tous leurs biens meubles perduz, et s’en alla tant despourvue et [desunne ?] de biens à Louviers, où pour lors étions, en entencion de gaigner ilec au métier de boucerie et ganterie dont il est du métier et ouvrer sa pauvre vie et suivy toujours notre ostel et armée estant audit pais ouvrant de son mestier et gaignant sa povre vie jusque à la totalle recouvrance de notredit pais de Normandie, Après laquelle pour ce qu’il avoit ung peu d’argent par lui amassé et gaigné durant icelle recouvrance, pour mieux soi avantaiger et fructiffier en fait de marchandise, se print à porter la balle ou tablete de mercerie par les foires et marchéz de notre dit pays de Normandie. Après laquelle pour ce qu’il avoit un peu d’argent se acompaigna d’un appelé Jehan Chabot pour lors demourans au Pont Audemer, lesquelz Chabot et le Barbier voyant que leur fait de marchandise se portait assez correctement et pour de mieulx en mieulx l’entretenir et multiplier furent ung jour entre autres meux et délibérés d’aller à Genesve et ailleurs au pais de Savoye quérir de la mercerie, En y alant auxquelz lieux ils rencontrèrent en la ville de Troies en Champaigne ung appelé Guillemin le Mareschal qui estoit natif dudit pais de Normandie, qu’il leur demanda ou ils aloient, À quoy ils respondirent que ilz aloient audit pais de Savoye achapter de la mercerie, et sur ce ledit Mareschal les questionna combien ils avoient d’argent pour faire leur emplecte lesquelz lui dirent que neuf escus ou environ, dont icellui Mareschal respondit que c’estoit bien pou et que à peine pour si petit d’argent emploier pourroit et prouffiter audit fait de mercerie, en leur disant qu’il savoit bien autre marchandise en quoy ils pourroient prouffiter plus largement, surquoy lesdits Chabot et le Barbier lui demandèrent et interronguèrent en laquelle marchandise et il leur dist en doubles et deniers et que s’ilz lui vouloient donner ung bon pot de vin qu’il les mèneroit au lieu ou ilz auroient quatre escus pour ung, mais icellui Mareschal leur dist que la cause pour laquelle l’on avoit si grand marché s’estoit qu’ilz se forgoient hors de notre royaume, en les attendans [?] que les doubles et deniers estoient bons et que sans dangier ne repréhension on les pouvoit mettre partout notre dit royaume. Et ennorta [exhorta ?] tellement lesdit Chabot et le Barbier par ses paroles qu’il les conduisy et mena en la ville de Hactelle [?] au pais de Liège, En laquelle cependant lesdits Chabot et le Barbier se portuèrent et en icelle ville ledit Mareschal ala quérir le marchant des dit doubles appelé Lion qu’il amena parler ausdit le Barbier et Chabot par l’introducion et advertissement dudit Mareschal ledit marchant leur demanda s’ilz vouloient acheter lesdits doubles et deniers, À quoy fut par eulx respondu que oy, mais que premièrement il les vouloit veoir, Et lors ledit marchant leur dist que le lendemain il leur en apporteroit, ce qu’il fist, Et quant lesdits Chabot et le Barbier les virent, lui demandèrent combien il en donneroit pour ung escu, lequel respondi que quatre escus pour ung, Et voyant iceux le Barbier et Chabot ledit grant marché que en faisoit ou vouloit faire ledit marchant pensèrent bien en eulx qu’ils n’estoient pas bons et qu’ils n’en pourroient bien faire leur proffit dirent qu’ilz n’en vouloient point, mais ledit Mareschal leur dist et jura qu’il n’y avoit poins de répréhension, et les leur feroit bons et mettroit et emploiroit pour eulx si mettre et emploier ne les pouvoit, Oye laquelle chose ledit le Barbier, qui comme dit est avoit tout perdu le sien, aiant grant voloir et désir de gaigner la vie de sesdits pauvres frères et sœurs, se condescendi et aussi ledit Chabot par l’introducion et enjointement dudit Mareschal qui, pour ledit cas a été exécuté en notre ville de Paris, a achaté desdits doubles et deniers faulx, desquelz plusieurs et diverses fois et d’autres espèces de monnoie tant noires et aussi de lyars dont il eut seulement une fois pour huit escus et partie desquelles voiant la decepcion qui estoient en iceulx getta en la rivière, il a esté quérir et achapter seul et en compagnie audit pais de Liège et ailleurs hors notre dit royaume et icelles apportées hors nostre dit royaume et vendues à plusieurs marchans d’icellui notre dit royaume qui savoient icelle estre faulces comme lui parce qu’il leur déclarait ladite faulceté avant qu’il les leur vendist, lesquelz y prenoient prouffit comme lui. Pour occasion duquel cas ledit le Barbier a puis naguères esté constitué prisonnier en nos prisons de Tours, desquelles il s’est eschappé rendu et mis en franchise en l’église de Saint Gacien de laquelle il est party pour secourir et ayder à sesdits pauvres mère frères et seurs qui sont soumis à mendier. Et depuis a esté prins et constitué prisonnier esdites prisons dudit chastel du Mans ou il est encores à présent détenu. Et doubte qu’on veuille contre lui pour ledit cas rigoureusement procéder se notre grâce et miséricorde ne lui estoit sur ce préalablement impartie […].

6 – Collecte de fonds auprès des habitants les plus aisés de Pont-Audemer pour équiper un navire destiné à faire la guerre aux Anglais, 1473-1475

20AMPA, CRV 1455-1481, PJ

21Le 6 avril 1473, la ville de Pont-Audemer reçoit une lettre de Louis XI expliquant que, pour résister aux Anglais, anciens ennemis, et aux nouveaux, il faut armer une flotte « pour grever et expulser nos ennemis par la mer ». Pour ce faire, le roi a besoin de l’aide de ses sujets :

[…] il faut contraindre à paier : à Louviers 150 l. t., à Pont-Audemer 200 l. t. pour avitailler la nef appelée la « Syméonne » en faisant mettre sus et imposer par manière d’emprunct sur les plus riches et apparents desdites villes qui mieux sauront le porter et fournir […].

22Les sommes recueillies sont consignées sur une quittance datée du 17 octobre 1475 :

Ensuivent les noms des personnes sur lesquels ont esté assises la somme de 200 livres t. ordonnées par le roy notre seigneur estres baillés prests par les habitans de Pont Audemer pour l’advitaillement d’un nasvire de guerre appelée « la Syméonne », laquelle somme de 200 livres a esté ordonnée estre remboursée et payée par Guillaume Fortin recepveur des aides de ladite ville des deniers de sa recepte ensuivant le contenu des lettres patentes et missives du roy notre seigneur et le mandement du lieutenant du bailli de Rouen attaché du vidimus desdites lettres patentes, lesquelles lettres et mesmes recepte desdites 200 livres ledit Fortin rend avecques ce présent roulle aussy les cédulles qui baillées avoient esté pour icelluy prest et quict des personnes qui avoient fait ledit prest ainsy qu’il s’ensuit Premièrement

Noms

Montant (en livres tournois)

Guillaume le Bienvenu

ainsy qu’il appert par quittance d’icelluy escripte le 27 jour d’avril 475 signée de son seing manuel, 5

Jacques Lenfant

20

Jehan Percepié

5

Cardin Piédelièvre

3

Jehan le Courvoisier

3

Binet de Genouville

3

Michel de Genouville

4

Colin de Genouville

4 l. 10 s.

Jaquet de Genouville

3

Colin Davrenches

10

Guillaume Postel

5

Jehan Haroul

5

Jehan le Bours

5

Jehan Auberée

5

Jehan Beaumesnil

7 l. 10 s.

Jehan Locquet

3

Guillaume le Fèvre

5

Thomas Godin

3

Colin Kardinel

3

Michaut et Colin Tallon

5

Guillaume du Goullet

3

Guillaume Duval

3

Guillaume Rouxel

3

Guillaume Maugars

3

Perrin le Monnier

3

Jehan Philippe

1 l. 10 s.

Jehan Varnier

1 l. 10 s.

Guillaume Droué

3

Jehannin Blanchet

5

Guillaume Dufay

3

Colin Sanxon

3

Colin Auberée

3

Veuve Guillaume Heuzé

3

Jehan Delabarre

4

Jehan Ladvise

3

Robin Brière

3

Jehan de Bailleul

3

Pierre Cardonnel

3

Jehan le Bienvenu

3

Cardin Bodin

3

Pierre le Merchier

3

Colin Néel

3

Robin Haroul

?

Jehan Nequetel

1 l. 10 s.

Jehan le Roy

6

Vincent Réault

4

Jehan du Foin

?

Jacquet le Myre

?

Somme toute 200 l. t.

7 – Succession d’Étienne Houe, avocat. Propriétés et biens d’un bourgeois et homme de loi de Neufchâtel

23ADSM, 2 E 14 1141, 1494-1495, f° 176

24du mercredi 13 jour de may l’an mil 495 devant guillaume havart et jehan darendel

25Furent présents nobles personnes Anthoine de Bourbel escuier, seigneur d’Esclavelles et damoiselle Robine Houe sa femme, fille et héritière en tiers de deffuncts Estienne Houe et damoiselle Robine sa feme, Mariete veusve de deffunct Colenet Miffaut et Guillaume le Sesne fils de Guillaume le Sesne et fils de deffuncte Perrete en son vivant fille des deffuncts, héritiers semblablement en tiers d’iceulx deffuncts, Lesquels, après ce que ladite Robine eut été deuement autorisée par sondit mary quant pour faire passer et accorder ce qui ensuit, Confessèrent avoir fait ensemble trois lotyes et partaiges des heritages et rentes qui furent et appartindrent ausdits deffuncts Houe, Lesquels lots et partages lesdits escuier et damoiselle comme puisné en ladite succession ont baillé et présenté auxdits le Sesne et Mariete Miffaut comme aisnés en icelle pour procéder à la choisie d’iceulx selon raison et la coutume du pays desquels lots la déclaration ensuit :

Premièrement qui aura le premier lot il aura les rentes cy après déclairées cestassavoir

50 s. de rente que doit chascun an Jehan Nicolas aux termes de Saint Jehan et Noel

item 30 s. t. de rente que doivent les hoirs Jehan Marques

item 60 s. de rente que doivent les hoirs Raoulin de Caux jouxte les lettres sur ce faites

item 50 s. de rente et un chappon que doit Jehan Levasseur en une partie

item 7 s. et 6 d. et une poulle que ledit Levasseur doit en une autre partie

it. 28 s. de rente que doit ledit Levasseur au lieu de Laurens Levasseur

it. 17 s. et une poulle que doit Vincent Lesesne

it. 2 s. de rente que doit Cardinot le Normand à cause de 2 acres de terre

it. 36 s. de rente deues en deux parties par Guillaume le Carpentier

it. 12 s. et une poulle que doit Jehan Hellebait

it. 12 s. de rente que doit Pierre Dupin à présent Anthoine Rat

it. 6 s. de rente que doit Colin Petit

it. 22 s. de rente que doit Jehan Marque

it. 40 s. de rente que doit Jehan Hassassin

it. 7 s. 9 d. et une poulle que doit Jehan Guillot

it. tel droit que lesdits héritiers ont soit en fons ou en rente en une masure assise audit lieu de Saint Germain qui est le chiefmoys de la wassourie qui fut anciennement à deffunct messire Jehan Enguerrand tenu du fief de Bracquemont en 5 pièces de terre [suivent la description et les confronts des terres de 2, 2, 7, 11, ½, et 2 acres]

it. 65 s. de rente que doit Roger Mauffes de Mainonval

it. 12 d. que doit Jehan Lepicart

it. 10 s. que doit Robin de Fréauville

it. 11 s. de rente que doit Jehan Letellier

it. 35 s. de rente que doit Jehan de la Garde

it. 18 s. que doit Jehan Grémont

it. 9 s. de rente du nombre de 22 s. que doit Martin Grémont dont il doit payer à l’ospital de Neufchâtel 13 s

it. 20 s. de rente que doit un nommé Reboursel

it. 50 s. de rente que doit Olivier le Bicheur pour certain héritage assis à Bonnerue

it. 8 livres s. t. de rentes racquitables par le double pris sur le fieu terre et seigneurie de Watierville qui fut et appartient messire Jehan Enguerrand en son vivant curé de Mantru et seigneur dudit fief ainsi qu’il est plus à plain porté par les lots et partages faits par Guillemin Morisset procureur de Jehan de Bourbel et maistre Jehan le Veneur prestre procureur de Thomassin le Veneur passés devant les tabellions de Neufchatel à la charge d’un chapeau de roses deus audit fief ou 12 d. t. d’amende pour ledit chapeau du au terme de Saint Jehan Baptiste

it. 60 s. que doit damoiselle Mariete Follet veuve de feu Guillaume le Veneur du nombre de 6 l. de rente que devoit ledit feu messire Jehan Enguerrand.

Ce premier lot chargé des droits et devoirs seigneuriaux et de sept livres 11 s. de rente deux journées de cheval cestassavoir au seigneur de Bracquemont 30 s. t. et lesdites deux journées de cheval

it. audit seigneur en une autre partie 12 d.

it. audit seigneur en une autre partie 22 s.

it. au bastard de Mailly 73 s.

it. au segneur de Haucourt 7 s.

it. au prieur et frère de l’hopital de Neufchatel 18 s. pour le reste de 35 s. dont ils prennent 13 s. sur Grémont.

Qui aura le second lot il aura les rentes et héritages cy après déclairés cestassavoir au Neufchatel

50 s. 6 d. que doit Pierre de Vaulx tant pour sa maison que pour le clos Choquet aux termes de Pasques et de Saint Michel par moitié

it. 5 s. que doit Pierre Aubinet au terme Saint Jehan

it. 8 l. 5 s. 6 d. moitié de 11 l. 5 s. que doit Guillaume Defrey et Michaut le Chevalier à prendre lesdits 8 l. 5 s. 6 d. sur ledit Defrey

it. 4 l. 10 s. que doit Roger Lepetit à cause de la maison qui fut Jehan Deu devant la roze

it. 40 s. que doit Andrieu Fruictier

it. 12 s. que doit Colin le Fevre dit Barbier

it. 7 s. 6 d. que doit Vincent Leclerc sur la maison assise a la rue de la Mote

it. 12 d. que doit Jehan de Paris au terme que deu est

it. 2 s. et 1 capon que doit Robinet Veillart de la rue du Pont

it. 15 s. que doit Colin Leblonc à cause d’un jardin assis à sainte Radegonde

it. 35 s. que doit ledit Leblonc à cause des [derches ?] au terme Saint Michel

it. 6 s. que doit Robinet Faurel à cause de Motin de la Mare

it. 26 s. que doit Michel Canu sur l’ostel qui fut Perrin Baudouyin

it. 3 s. 6 d. que doit messire Jehan de Bailleul prêtre sur sa maison assise près le petit moulin

it. 12 d. que doit Jehan Marmate assis sur sa maison à la rue Crapaudière

it. 6 s. que doit Pierre Commère sur la maison qui fut Cambresin assise devant son ostel

it. 3 s. 4 d. que doit Colin Godart sur sa maison à la rue Cauchoise it. 4 s. 6 d. que doit Pierre Bouglier à cause d’une maison assise derrière l’église Notre Dame

it. 4 s. 6 d. que doit Thomas le Monnier demourant à Saint Germain

it. 10 s. que doit messire Jehan Bougain à cause d’un jardin assis à la rue Crapaudière

it. 20 s. que doit noble homme Laurens de Chenevelle escuier, seigneur de Grosmesnil pour les héritages Toustain d’Esclavelles

it. 40 s. que doit Jehan de la Huille demourant à Rouxmesnil près de Dieppe

it. 20 s. que Perot Rogier de Saint Aubin doit par chacun an

it. 39 s. 6 d. que doit Philipot Hacquerel

it. 15 s. que doit messire Guillaume le Prévot prêtre

it. une demi acre de terre assise audit lieu de Saint Aubin

Ce présent lot chargé des rentes droits et devoirs seigneuriaux deulx au seigneur qu’il appartient

Qui aura le tiers lot il aura les héritages et rentes cy après déclarées, cestassavoir au Neufchatel

3 s. de rente que doit Guillot Digon sur sa maison où il demeure

it. 8 l. 5 s. 6 d. que doit Michault le Chevallier du nombre de 16 l. 11 s. assis sur les maisons où ledit Lechevallier demeure et Guillaume Defrey dit Mynault

it. 40 s. que doivent les hoirs Jehan Harenc et Mariete sa femme sur la maison du Lyon

it. 32 s. 6 d. que doivent lesdit hoirs Harenc sur ladite maison de devant

it. 13 s. 4 d. que doivent lesdits hoirs Harenc

it. 4 l. que doit Colin Lemercier cordonnier sur sa maison ou il demeure

it. 11 s. de rente que doibt Jehan Bridoul à cause de la maison des maillets

it. 41 s. t. de rente que doibt Jehan Baudouyn sur sa maison ou il demeure assise en la paroisse Saint Pierre

it. 21 s. t. de rente que doibt Jehannot Commère

it. 3 s. t. de rente que doibt Guignot Choppin sur sa maison ou il demeure

it. une pièce de terre contenant 3 acres et 3 vergées [confronts…]

it. une autre pièce de terre contenant 5 vergées [confronts…]

it. une autre pièce de terre contenant 5 vergées [confronts…]

it. une autre pièce de terre contenant 3 vergées [confronts… vers St Antoine]

it. une autre pièce de terre contenant une demi acre [confronts… vers Mortemer]

it. une autre pièce de terre contenant une demi acre [confronts…]

it. une autre demye acre de terre nommée le Camp au Bordel, d’un côté Colin Séree d’autre côté la rue du Bordel, d’un bout la rue tendante de la Porte Harache à Dieppe et d’autre bout le chemin qui maine de la Porte Cauchoise à Dieppe

it. une vergée et demi de pré […] d’un côté à la rivière […] d’un bout a la rue Cauchoise […]

it. une acre et demye que tient Thomas Fresnaye du nombre de trois acres dont Jehan le Veneur en prent acre et demye [confronts…]

it. trois vergées de pré assis à Saint Martin L’ortiai

it. acre et demye assis audit lieu de Saint Martin du nombre de trois acres dont monsieur de Grosmesnil en prent acre et demie À laquelle choisie a été procédé […] [suivent d’autres conditions : les puînés doivent 8 livres par an aux aînés… et ensemble ils prennent en charge « les procès pendant meus pour lesdits héritages tant à Neufchâtel qu’en la vicomté »].

8 – Un couple de bourgeois fonde deux messes et donne une rente foncière à la fabrique de Notre-Dame de Neufchâtel

26ADSM, 2 E 14 1146, Neufchâtel, 1503

27Du dimenche tiers jour de décembre 1503 devant Guillaume Hamard et Darendel

28Comme deffunct Nicolas le Normant en son vivant bourgois demourant en la paroisse de Notre Dame du Neufchâtel et Alizon Lecarpentier sa femme eussent voullu et ordonné en l’onneur et révérence de Dieu notre créateur, de sa glorieuse et très digne mère pour le salut de leurs ames et de leurs héritiers et successeurs parens et amys vivans et trespassés estre participans es prières bienfais et oraisons qui se font et feront en ladite église faire dire et célébrer en ladite église Notre Dame en la Chapelle de nouvel édiffiée en icelle église deux messes chacune sepmaine l’une au jour du vendredi qui sera dite de la passion et l’autre le jour du samedi qui sera dite de Notre Dame et ayder à dire lesquelles messes et assistera l’un des clercs de ladite église vestu de son sourplis et pour faire leschoses dessusdites eussent ledit deffunct et ladite Alison ordonner et bailler assiette au prouffit du trésor et fabrique de ladite église de quatorze livrestournois de rente foncière à prendre sur les rentes que ledit deffunct et ladite Alizon avoient en la ville et bourgage dudit Neufchâtel, Pour faire laquelle assiette et aussi avoir recognoissance des choses dessusdites et autres cy après déclarées ladite Alison et Jehan le Sergent et Marguerite sa femme seulle fille dudit deffunct et de ladite Alison et héritière dudit deffunct soient convenus avec les trésoriers et plusieurs paroissiens de la dite paroisse Notre Dame et sur ce soient demourés d’acord si comme l’en dit […] [suit le détails des rentes et des biens sur lesquels elles sont assises]

9 – Testament de Michel Desgenetes, bourgeois de Montivilliers, 1524

29ADSM, G R337

30In nomine domini amen. Je, Michel Desgenetes, de la paroisse Saincte Croix de Montivilliers, sainz de panser et entendement, considérant qu’il n’est riens plus certain que la mort et riens moins [certain ?] que l’heure d’icelle, voulant obvier aux périlz de ce monde mortel faiz et ordonne mon testament et deraine voulenté en la manière qui s’ensuit :

31Premièrement, je recommande mon âme à Dieu mon [père créateur], à la benoite Vierge Marie, à Monseigneur Sainct Michel [laugre ? lange ?…] et généralement à toute la court [celestielle] de paradis et mon corps estre mis en terre saincte dedans ladite église, c’est assavoir dedans la chapelle Sainct Nicollas et des biens que mon créateur m’a donnés en cedit monde […] prens la somme de cinq solz t. pour estre mis et employés en mais exxèques […] de saincte église et donné au trésor de ladite église cinq s. t. au luminaire de Notre Dame, à deux frairies d’icelles et à la frairie Notre dame de Gournay, à chascune d’icelles douze deniers, À Ysabeau fille de Guillaume […] mon manteau de drap [tennay ?], une vache et une bonne robe aux deux enfans de Guillaume […] à chascun une brebis au filz de Jehan Herouart ma jacquete et le résidu de touz mais biens estre partis selon la coustume et usaige du pays et sur ma part prendre les deniers pour […] ung voyage à Sainct Nicollas de Varengeville et le résidu de ma part estre mis et emploiés en biens fais par messire Robert Mérel dit Fréret prebstre, Robine veuve Jehan Lambert et Marguerite ma [fille ?], Lesquelz je prens pour mes exécuteurs ausquelz je donne puissance d’accroistre et non [diminuer ?] ce présent mien testament en révocant tous aultres testamens que pourraye avoir faict en [précédent ?] de cestuy, Lequel je vueil durer jusques à mon [rapel ?], en tesmoing de ce, J’ay requis ce présent testament estre scellé du seel de ladite paroisse et fut passé ce présent testament par devant monseigneur Richard Passavant, prebstre, vicaire de ladite paroisse le deuzième jour de juing mil cinq cens vingt quatre, présens Guillaume Bapausmes diacre, Jehan Castillon, Thomas L[enet ?] et Collete Rouet et autres, Témoing mon signe manuel cy mis l’an et jour dessusdit.

32Passavant

10 – Testament de Louis Auber, bourgeois d’Harfleur, 1526

33ADSM, G 5337

34In nomine domini amen. Je Louys Auber, escuier, seigneur de Gomerville, de la paroisse de Saint Martin de Harfleu, sain de pensée et de entendement, Considérant la certitude de la mort et la incertitude de l’heure d’ycelle, faitz et ordonne mon testament en la manière qui ensuit :

35Premièrement, Je recommande mon âme à mon dieu, père créateur, à la glorieuse Vierge Marie, à monseigneur Saint Martin mon patron, et à tous les sainctz et sainctes et mon corps à la sépulture de nostre saincte mère église et des biens les quieulx mon dieu m’a prestés et donnés en ceste vie mortelle, je prens la somme de vingt livres à estre emploiées à mes exeques [obsèques ?] et bienffaictz par mes exécuteurs les quieulz je prens Jehan Auber filz aisné et Nicolas Auber ausquelz je donne puissance de croistre et non pas diminuer, Je donne aulx quatre frairies de l’église paroisse de saint Martin de Harfleu Cest assavoir Notre Dame Saint Martin Saint Sébastien Sainct Crespin, à chacune d’icelles dix solz tournois, au trésor de l’église cent solz à Notre Dame de Gourné [Gournay] ung casuble et une aube de la valeur de 4 l. t., à l’ostel Dieu quatre livre tournois, à la madeleine de Rouen vingt solz, aux religions et quatre ordres mendians de Rouen à chacun deux solz six deniers, à l’église de Gomerville 5 s., Je donne à Louys Champion filleul et mon serviteur la somme de trente livres tournois, Je donne à dix filles poures à marier à chascune 40 s. t., à messire Richart Gohart mon chapelain ma robe courte de drap noir avecque la penne noire de ma robe de sarge, Item je donne quatre livres de rente racquitable par quarante livres tournois à payer toutefoys qu’il plaira aux habitans de la ville de Harfleu pour aider à avoir une maison à tenir les escolles par ce que lesdits habitans feront faire dire par le maistre d’escolle aux escoliers d’icelle ung de profundis après le salut, lequel est dit en ladite église de jour en jour, Item sera subget ledit maistre tous les jours à mydi devant que les enfans partent de l’escolle et par semblable au soir ung de profundis avec les oresons « Inclina » et « Fidelium », Item je donne ung solz de rente à ung homme d’église qui donnera chascun jour après ledit salut de l’eau bénite aus assistens de l’église par le congié du curé ou vicaire, Et le résidu de tous mes biens meubles, je les lesse à mon filz Jehan Auber et à mettre en bienffaictz pour le salut de mon âme et de mes amys trépassés, mes debtes payés, voulant que ce testament soyt vaillable, par lequel révocque tout aultre testament faict et passé par moy devant ce jour, Et affin que ce soyt choze ferme et stable pour le temps advenir, Je lay ainsy passé devant maistre Thomas Rose presbtre, mon curé, luy suppliant estre signe de mon signe, Et à plus grande confirmacion estre scellé du seau duquel ledit curé use en tel cas. Faict et passé par moy le quatrième jour de juing mil cinq cens vingt six, présens à ce messire Richart Gohart presbtre et noble homme Nicolas Raulin, seigneur d’Ausetot.

36Rose

11 – Un homme vieillissant donne ses biens à son gendre, lequel lui assurera vivre, couvert et funérailles

37ADSM, 2 E 14 1146, Neufchâtel, 1503

38du jeudi dernier jour de novembre 1503 devant Jehan Darendel tabellion

39Fut présent Jehan Régnier demourant en la paroisse Saint Pierre du Neufchâtel, lequel confessa soy estre rendu et donné et par ces présentes donne et rend avec tous ses biens meubles et héritages présens et advenir en quelconques lieu qu’ilz soient situéz et assis sans aucune chose en excepter à Bernard Pelle son beau filz demourant audit lieu qui présent estoit. Ce don faict moyennant et par ce que ledit Bernard Pelle qui sera tenu et se submist, promist et obliga nourrir gouverner et alimenter ledit Jehannot Regnier le demourant de sa vye et a luy trouver toutes ses nécessités comme de menger coucher et lever, Et quant il plaira à Dieu fère sa voulenté dudit Régnier ledit Pelle sera tenu le faire mettre en terre saincte et lui faire ses funérailles et obsèques bien et honnestement ainsi qu’il appartient à icellui Régnier […].

12 – Aide financière de la ville de Pont-Audemer à quelques étudiants

40Soutien à Jehan Delannoy, 1491.

41AMPA, CRV, 1491, f° 22

42À Maistre Jehan Delannoy, licencié en théologie, pour aider audit Delannoy à supporter et fournir aux frais, mises et dépenses qu’il lui convient faire pour acquérir la science et maîtrise de docteur en théologie en l’université de Paris en quoy il a l’intention de parvenir à l’aide de Notre Seigneur Jésus Christ et de ses amis ainsi qu’il a fait remontrer aux officiers et habitants […], pour ce 35 l. t.

43Soutien à frère Jehan Fabbri, 1520-1525.

44AMPA, CRV, 1520, f° 25

45[…] à Frère Jehan Fabbri, 12 l. 10 s. t. ordonnées par les officiers et conseillers de la ville pour continuer l’estude en la sainte théollogie à Paris et aquérir les degrés et privilèges de ladite université.

46AMPA, CRV, 1525, f° 39

47[…] à frère Nicole Coucy, sous prieur et procureur du couvent des Carmes de Pont Audemer, 30 l. t., pour subvenir à Frère Jehan Fabry de présent prieur dudit lieu des Carmes pour soy faire passer le degrey doctoral de la faculté de théologie à l’université de Paris.

48Fête de théologie de Marc Dufour, 1516

49AMPA, CRV, 1515, f° 34

50À mes très honorés seigneurs Messires les officiers conseillers bourgoys et habitans de Pont Audemer

51Supplient humblement votre humble et poure orateur frère Marc Dufour, religieux de l’ordre Notre Dame des Carmes, Comme il soit ainsy que luy et ses prédécesseurs soient de toute ancienneté de ceste ville du Pont Audemer et que passés sont vingt ans il a esté toujours étudiant en l’université de Caen et tellement qu’il est près de passer et faire sa feste de théologie, quelle choze il ne scauroit faire ne accomplir sans l’aide et omosne de vous mesdits seigneurs et autres gens de biens, Pour ce il vous plaira, en l’honneur de Dieu notre créateur et de sa très sacrée mère, subvenir au poure religieux et il sera à jamais tenu prier Dieu pour vous et accomplir vos nobles commandemens.

52Sous la requeste présentée par ledit Dufour religieux qui est natif de ceste ville du Pont Audemer dont déclaration est faite cy dessus, A esté ordonné et délibéré par les officiers du roy notre seigneur, conseillers et aucuns des bourgoys et habitans dudit Pont Audemer que Nicollas de Bailleul, receveur des deniers des aides de ceste dite ville présent, baillera et délivrera des deniers de sa dite recepte audit Dufour, religieux, la somme de 15 livres tournois pour luy aider à faire sa feste de théollogie. Et en rapportant ces présentes et quittances dudit relligieux lesdits 15 livres seront rabbatus audit receveur en l’audition des ses comptes par tout où il appartiendra, Fait le lundi 24ème jour de mars après Pasques mil cinq cens saize.

53Defréville, Dumont

54Dumoult, Bodin, Defréville, Degenouville, Dugoullet, Lefeuvre.

55[Au dos, reçu de Dufour, qui signe]

13 – Dépenses faites à l’occasion d’une peste : une ceinture de cire est déposée sous la statue de Saint-Sébastien, 1517

56AMPA, CRV, 1517-1518, f° 45, quittance attachée au compte

57Mises faictes par Nicolas de Bailleul, receveur des aides de la ville du Pont Audemer pour certaines mises par luy faites par le commandement des officiers du roy et conseillers de ladite ville dont la teneur ensuyt

58Premièrement

59A esté payé par ledit receveur à troys macons lesquels ont prins la mesure du tour de ladite ville affin de en faire un seaint de cire pour présenter devant Monseigneur Saint Sebastien................................................................................................................ 2 s. 6 d.

60en ficelle........................................................................................................................ 8 d.

61Item pour 49 l. 2 s cire neusve mise audit seaint à 6 s. 6 d. la livre vallent la somme de.................................................................................................................... 15 l. 19 s. 3 d.

62Item pour 14 l. et demi de mesche pour faire le [lumignon ?] dudit seaint........... 24 s.

63Item payé à Colin Léger, (mennuier ?) pour avoir fait le rouet auquel a été mis ledit seaint............................................................................................................................ 3 s.

64Item payé à un paintre lequel a paint ledit rouet..................................................... 18 d.

65Item payé à Guillaume de la Mare serrurier pour une aguille de fer garny de vireulle pour laquelle tourné et prend ledit rouet,................................................................... 3 s.

66Item audit de la Mare pour une fourchette de fer en laquelle se attache ledit seaint quant il brulle........................................................................................................................ 12 d.

67Item payé à Jehan Martel appoticaire pour sa paine sallaire et dépens d’avoir fait ledit seaint de cire............................................................................................................... 35 s.

68Item a esté payé aux maçons de Saint Ouen lesquels ont fait ung [entrevit ?] pour mectre l’ymage de Monseigneur Saint Sébastien et aussi pour avoir ataché la ficaille ou pend le dit seaint de cire........................................................................................................ 3 s.

69Item pour un cierge de 4 livres de cire présenté de par la communauté de ladite ville au gloryeux amy de Dieu monseigneur Saint Sébastien à 6 s. 8 d. la livre vallent.............................................................................................................. 31 s. 8 d.

70Item pour une messe solennelle céllébré au nom du glorieux amy de Dieu en laquelle ont assisté tous les gens d’église de la paroisse de Monseigneur Saint Ouen mesmement que les gens d’église de Notre Dame du Prey et pareillement tous les relligieux de Notre Dame des Carmes....................................................................................... 43 s.

71Item a été payé à Robert Dumont, conseiller en court laye pour la paine et sallaire d’avoir par trois fois plaidé aoudit ouvrir le procès devant lesdits manans et habitans du Pont Audemer d’une part et Jehan Le Nepveu controleur d’autre part, pour ce audit Dumont.................................................................................................................. 2 s. 6 d.

72[Suivent les signatures de Ernoult, Lefèvre, Dumont, Defréville, Dugoullet]

Le bâti urbain

14 – Devis de maçonnerie de Jehan Lesaige pour travaux à la tour Notre-Dame à Pont-Audemer, 1496

73AMPA, CRV, 1496, f° 9

74À Jehan Le Saige, maçon et tacheron en la fortification de la ville a esté paié par ledit receveur la somme de 30 l. t. pour avoir recouvrer des matières sur ce qui luy est ou pourra être deu à cause de l’œuvre de maçonnerie à lui adjugée et ordonnée estre faicte durant l’année de ce présent compte à la tour Notre Dame jouxte le devys dont la teneur est telle,

75Ensuit le devys des œuvres de maçonnerie nécessaires et ordonnez estre faictes ceste année advenir en la fortiffication de ceste ville du Pont Audemer par noble homme Guychart d’Albon seigneur de Saint André conseiller chambellan du roy notre seigneur son cappitaine de ladite ville et commis par ledit seigneur à fère faire ladite fortiffication, Et Guillaume bastart d’Albon son lieutenant par l’advis et délibération de Pierre Cardonel lieutenant audit Pont Audemer, Richart Bodin lieutenant général du Vicomte de ladite vicomté, Jehan le Bienvenu advocat du roy notre sire en icelle, Robert le Fort substitut du procureur du roy au bailliage de Rouen, des procureurs et conseillers de ladite ville et plusieurs bourgois et habitans d’icelle aux lieux et ainsy que cy après est déclaré

76Premièrement, il esconvient monter la maçonnerie de la tour Notre Dame joignant la porte de la rue du Sépulcre tout alentour d’icelle ainsi qu’elle est encommencée de la haulteur de trois piés, à prendre lesdis trois piés au dessus de la pierre qui fait le litel de l’huysserie de haut de ladite tour et de réparer ladite maçonnerie tout alentour tant en dedans que en dehors d’icelle, changer les trois cannonières du haut de ladite tour ainsy que sera ordonné par le cappitaine et y faire les huysseries pour les fermer et icelle voulter bien et deument, monter et conduire la cheminée et le degré ainsi qu’ils sont encommencez de telle haulteur qu’il sera requis et ordonné par lesdits cappitaine mettre et asseoir des corbeaux aux lieux ou seront assis les sommiers, faire les trous en dedans de ladite maçonnerie et les remplir et les repparoir suffisamment pour les estages de bas et de haut ou mestier en sera, aussy mettre asseoir et quérir les gons des huisseries et fenestres de ladite tour d’auprès le portail de la rue aux juifs d’aussi grand hauteur que estoit ladite huisserie au devant que le pavement fut fait audevant de ladite huisserie et auxi haulcer le mur et huisserie qui joingt au degré de l’entrée dudit boulevart pour ce que l’on passe par dessus ledit mur en dedans d’icelle et le haulcer jusqu’à la première fillière de la couverture de semblable matières qu’il est encommencé,

77Item, il esconvient fère un autre petit mur et une huisserie au pié dudit degré à prendre auprès d’une fenestre étant à la maçonnerie de ladite voulte en tirant au long dudit degré et jusques à l’uys de ladite voulte de la haulteur jusques au sommier qui joingt à la couverture de l’alaize du pié et demi ou environ et à icelle faire une fenêtre ou deux se mestier est aux lieux qui seront ordonnés par ledit cappitaine et à chacune d’icelle mettre un treillis de fer comme à celle de ladite voulte,

78Item, il esconvient faire une cheminée et trouver matières à ce nécessaires pour chauffer celui qui gardera la porte dudit boulevart et icelle asseoir au lieu qu’il sera ordonné par ledit cappitaine,

79Item, il esconvient monter la maçonnerie d’entour de la wys des degrés du grant portail de la rue aux Juifs jusque l’endroit des sommiers pour iceux planchers de bois que sera tenu faire celui qui aura la charpenterie ordonnée estre faite ladite année,

80Item, il esconvient voulter de pierre de taille et de tuf bien et deument le dedans d’une petite tour prochaine de la tour Saint Loys à l’endroit du jardin de Guillaume Fortin de la haulteur du premier étaige et maçonner audessus de ladite voulte pour dresser l’aire bien et deument et mestre et asseoir des corbeaux et réparer le haut de ladite maçonnerie ainsy qu’il appartient pour asseoir et porter la charpenterie ordonnée être faite à ladite tour et y faire chemynée et la place d’un petit degrey de boys au lieu qu’il sera ordonnée pour illec faire le guet quant mestier en sera,

81Item, il esconvient haulcer de bitail ung chemin ou allée de 15 à 16 piés de lay de la haulteur, et de la croppe du pavement de dessus le pont du fossey du boulevart neuf de l’archeveché en tirant selon le train des charettes jusques et selon la haulteur des terres qui sont à chemin devant l’ostel ou demeure Jehan de Laigle, maréchal, et le drecher par les bors de grosses bites et en parmy plus haut en façon de dos d’ane et de la haulteur des terres qui sont à l’endroit dudit hotel de Laigle, et même haulcer de bitail le cours de la fontaine qui descend de l’ostel des carmes apprendre depuis le droit de la barrière de la ville en tirant par dessous un périer et au travers du jardin Tuffey et drecher et aparfondir ledit cours tellement que ladite eau puisse entrer par l’entrée qui a été faite au mur d’entour le fossé dudit boulevart en dedans d’icelle fossé et une autre pareille allée ou chemyn pour les chevaux et charettes à prendre depuis ledit pont jusques à l’endroit de la place Jehan Le Fort du coté devers la rivière en tirant devers la Madelaine,

82Item, il esconvient fère 2 joues de mur es deux cotés du bout du pont dormant de devant l’église du Sépulcre pour soutenir les terres de la haulteur du plancher dudit pont et de laize de deux piés,

83Item, il esconvient maçonner le dessous des trefs qui portent la charpenterie et couverture du boulevart neuf depuis l’enrasement de la maçonnerie jusques au tref tout allentour dudit boulevart et pour faire lesdites œuvres celui auquel ils seront adjugez sera tenu trouver toutes matières à ce nécessaires et convenables, lesquelles œuvres sont à rabais de premier denier par Jehan Lesaige maçon à la somme de 300 l., lesquelles œuvres ont esté adjugez par Guillaume bastart d’Albon, lieutenant audit Pont Audemer de monseigneur de Saint André capitaine et comissaire de la fortification de ladite ville en la présence des officiers du roy notre sire audit Pont Audemer des conseillers et plusieurs bourgois et habitans de ladite ville le dymanche 23ème jour d’octobre 1496 après vespres en la cohue du roy notre sire audit Pont Audemer après les criées et solempnités de ce faites et recordez par Jehan de Courteraye et Jacquet Mazé sergens en ladite ville et maerie dudit Pont Audemer, ainsi qu’il est accoustumé faire en tel cas audit Jehan Lesaige maçon par la somme de 135 l. t. comme le plus rabaissant, en faisant laquelle adjudication a esté ordonné estre payé audit Lesaige ladite somme de 30 l. t. pour avoir et recouvrer matières pour ce faire après la [caution ?] par lui baillé de faire et accomplir lesdites œuvres ainsy qu’il est contenu es lettres d’adjudication données soubz le seel et signe manuel dudit lieutenant ledit 23è jour d’octobre audit an 1496, lesquelles œuvres ont esté faites et accomplies par ledit Lesaige et Robinet Hocqueton son pleige et icelles veues et visitées par Michel Gohier, maistre de l’œuvre de maçonnerie de l’église Saint Ouen audit Pont Audemer et Jehan Soullart maitre dudit mestier demourant audit Pont Audemer en la présence de Jehan Percepié et Melaigne Dumont, procureur des bourgeois et habitants de ladite ville Guillaume Costelley, Sanson Fortin, conseillers de ladite ville dudict receveur Guillaume Doguet et autres habitans d’icelle ville et icelles trouvé avoir esté bien et deument faictes et accomplies jouxte et selon le contenu dudit devys ainsi que lesdits ouvriers ont tesmoignés et rapportés en la présence desdits officiers devant Pierre Cardonnel lieutenant dudit Pont Audemer de Monseigneur le bailli de Rouen le premier jour de décembre 1497 comme il appert par les lettres dudit rapport donné dudit lieutenant ledit premier jour de décembre audit an 1497 avec lesdites lettres d’adjudication, En faisant laquelle visitation lesdits ouvriers avoient trouvé en la présence desdits officiers que ledit Lesaige et Hocqueton avoient fait de creue d’œuvre en ladite tour oultre le contenu en ledit devys une cheminée de pierre au dedans de la maçonnerie ancienne de ladite tour en l’estaige de bas d’icelle par l’ordonnance du cappitaine commissaire de ladite fortification et plusieurs officiers du roy et de ladite ville pour le bien et proffit d’icelle œuvre et de ladite ville, Et icelle cheminée édiffiée au dessoubz de celle qui estoit encommencée et pour ce faire comme avoit convenu rompre et degrader et abatre ladite chemynée estante a ladite tour encommencée à faire et mêmement la maçonnerie ancienne estant à l’endroit d’icelle chemynée depuis l’aire de bas du pié de ladite tour jusques en haut d’icelles pour conduire lesdits deux cheminées ensemble, Et pour ce faire et conduire ladite cheminée de bas jusques en hault avoit trouvé par lesdits maçons toutes les matières à ce nécessaires, Reservé le bois des manteaux et ensommiers que lesdits charpentiers ont trouvé, laquelle œuvre de la dite cheminée compris la paine et sallaire desdits maçons d’avoir desgradé ladite maçonnerie ancienne et ladite cheminée qui estoit encommencée pour icelles conduire et monter ensembles comme dit est, lesdits maistres avoient appréciés en la présence desdits officiers à la somme de 15 l. t. laquelle somme devoit estre payé audit ouvriers de creue d’œuvre le prix principal de ladite adjudication et que ladite somme de 15 l. t. en peut et doit appartenir par ladite creue comme il est contenu esdites lettres de visitation annexés esdites lettres d’adjudication le tout cy rendu avec la descharge desdits 30 l. paiez audit Lesage pour recouvrer des matières comme dit est, estant présent le 21e jour de novembre audit an 1496 au dos de laquelle la quittance dudit Lesaige d’iceulx 30 l. t. est escripte, pour ce 30 l. t.

15 – Devis de réparation d’un pont dormant à Pont-Audemer, 1488

84AMPA, CRV, 1488, f° 17

85À Perrenot Lebourg bourgoys dudit Pont Audemer a esté paié par ledit receveur la somme de 16 l. 10 s. t. à lui deubz pour sa paine despens et sallaire d’avoir fait faire les œuvres de maçonnerie et charpenterie en ung pont dormant joingnant la maison de Ellie de Moessy et Robinet Lanoisie jouxte le devis dont la teneur ensuit

86Cest le devys des œuvres de charpenterie et maçonnerie nécessaires et ordonnées estre faictes en ung pont dormant en ceste ville du Pont Audemer auprès et joinant les maisons de Ellie de Moessy et de Robinet Lanoisie

87Premièrement il esconvient mettre et asseoir quatre sommiers d’un pié de reffant et de la longueur qu’il esconvient pour et en lieu de quatre autres qui seront pourriz et aucuns d’iceulx sont rompus et cheux à l’eaue, Lesquels sommiers seront cambrés par le parmy pour mieulx passer les escaudes par dessoubz et abatues par les boutz devers les terres pour recueillir le pavey de la rue ainsi qu’il appartient et que l’œuvre le requiert,

88Item, il esconvient plancher ledit pont de gros solliveaux de la longueur du travers de la rue ou de meindre s’il est ordonné, d’un grant doult de reffant et demy pié ou environ avec les reilles et apuys à ce nécessaires et tellement que ce puisse porter les retraiz ordonnez faire audit lieu et est entendu que le vieil bois sera et demourra au proffit de la ville,

89Item, il esconvient repparer suffisamment édiffier à l’un des bouts dudit pont unes prynées telles et semblables de ceulx de derrière l’ostel Jehan Piédelièvre,

90Item, il esconvient repparer suffisamment édiffier les deux joes de tallu dudit pont de pierre de taille selon l’œuvre et matières dont il a esté autreffoys fait,

91Item, recoudre le plancher des ponts dormans de la rue aux Juifs et de celui d’auprès l’église du Sépulcre et y mettre du neuf plancher ce qu’il y esconviendra et sera tenu l’ouvrier a qui lesdits œuvres seront adjugées trouvez toutes matières à ce nécessaires avec paine et despens d’ouvriers […].

16 – Contrat entre un écuyer, Jehan Fallaize et un tuilier et maçon de Saint-Saëns, Guillaume Du Trou, pour des travaux de maçonnerie et charpente dans le manoir de l’écuyer, 1535

92ADSM, 2 E 93 14, Saint-Saëns, 18 juin 1535

93Guillaume du Trou, tieullier demourant à Saint Saëns, lequel asubjeti soumis obligé envers honorable homme Jehan Fallaize, escuier, l’un des varlets de la garde robbe du roy notre seigneur et verdier du Camp du Haut, de faire faire troys cheminées de fons en comble en une masse de brique aornées de jambages de bricques plombées à leur der [?] en une neuve maison appartenant audit Falaise assis au Vaudichon, mesmes faire blocquer et dresser icelle maison pied et demi plus haut qu’elle n’est sur ces faulx blocqs et icelle soller de blocs de maçonnerie bonne et suffisante, couvrir iicelle de tuille bonne et loialle à mestier, faire fère un mur de bonne blance pierre au bout vers Jehan Cahuyt depuis le bas jusque au boult du premier plancher au bout de laquelle maison et joignant ladite muraille, ledit Dutrou s’est asubjecty fère fère une cave dedans la coste et terre du bout de ladite maison de dixhuit pieds de longs et de douze pieds de large de blance pierre bien souffisamment voultée et du tout agrée avec un huys à huysserie à entrer de ladite maison en ladite cave et une huysserie à yssir d’icelle cave par dehors, mesmes fère plastrer toute ladite maison entre les collombes tant dehors que dedans, aux cotés et pignons d’icelles, bien suffisamment fère fère les planciers d’icelle maison en tant que est la terre et torquage et assiette de paller [palier ?], mesmes fère fère une wys et montée de bois pour monter aux chambres et graniers de ladite maison et pour laquelle fère en tant ce quelle consiste tant en marches vyz collombes et tout autre bois qui conviendra à fère icelle vys et montée, ledit Fallaize sera tenu trouver et quérir tout le bois dollé et scyé et prest, de mettre en œuvre lequel ouvrage et fourmeture dudit bois fera fère et rendre prest par ledit Du Trou, avec ce couvrir plastrer et soller icelle aux frais et despens d’icellui Du Trou, mesmes fère fère une souzelle [ sic] audit derrière de ladite maison depuis l’huys de derrière icelle maison jusque au bout d’icelle vers la vieille maison rendue fermée drécée et levée, moiennant que ledit fallaize luy trouvera tout le bois qu’il y conviendra, dollé, scyé et prest, de mettre en ouevre lequel ouvrage de souzelle ainsi levé, drécé et levé ledit Du Trou agréra de couverture plastre et blocage et sollaige et trouvera ledit Du Trou tout le clou qui conviendra et latter ladite maison vys et souzelle et ladite latte sera trouver par ledit fallaize, avec une fenestre englesque [?] à hauteur de vys et souzelles, mesmes fère fère les huis de ladite maison et fenestres de ladite maison de menuyserie encastillée sans ouvrage en moullure nulle synon au voulloir dudit Du Trou, pourveu touttefois que ledit Fallaize trouvera le bois de telle estoffe et essence qu’il y conviendra, dollé, syé et davantage, ledit Du Trou s’est asubjecti de reculler et mener la vieille maison dudit lieu jusques à ung tour d’eschelle d’icelle près l’héritage dudit Jehan de la Mare, dit Venise et à icelles ainsy menée redresser les cheminées de telle essence qu’ils sont et icelle reblocqué et soller bien et deuement comme il appartiendra, Laquelle vieille maison ledit Du Trou sera tenu couvrir de theulle bien et suffisamment et à icelle mettre bois neuf s’aulcun y en fault lequel luy sera bailler prest de mettre en ouvrage par ledit Fallaize de l’essence à ce convenable. Pourvu touttefois que le vieil bois, latte, et vieille couverture demourant audit Du Trou et à son prouffit. Ce fait au moyen de la somme de 150 livres et dont il eult et receult présent la somme de 50 livres et les autres cent auxdits terme de Noël et Penthecostes, le tout prochain venant par moitié plus tot ainsy que ledit ouvrage le requerra et quelle subregera avec ung bonnet tel qu’il plaira audit Fallaize. Et à ce tenir lesdites parties s’obligent biens. Présents Jehan du Four et Pierre Cahuyt.

94Fallaize [signe de sa main] Leduc.

17 – Un prêtre de Neufchâtel vend sa maison à un écuyer. Des travaux de maçonnerie ont été entrepris dans cette maison et ne sont pas encore achevés

95ADSM, 2 E 14 1139, 3 mars 1481

96Messire Nicole Godart prestre curé du Ronchay, de la paroisse de Notre Dame de Neufchatel, vend et transporte à Pierre du Marbrier, escuier, grenetier du Neufchatel une ou plusieurs masures assis à Saint Pierre de Neufchatel tenant d’un bout par devant la grand rue du bourg Saint Pierre d’autre bout la rue du Coisel […]. Ledit prêtre dit avoir fait marché avec Jehan Cossart, machon de fère et parfaire 4 chemynées et une chauffrie [?] de brique de fons en comble, c’est assavoir deux bas et deux haults dont le jambage de bois doit être de pierre dure taillée en une maison neuve que ledit prêtre a fait de nouvel construire sur le dit héritage au long de ladite grand rue par lequel marché ledit Cossart doit avoir, tant pour matières pain deniers dépense que autres choses, la somme de 25 livres tournois, sauf que ledit machon se le prend de la pierre estant sur le lieu pour emploier audit ouvrage sans dégrader de laquelle somme de 25 livres tournois ledit prestre disoit et affermoit avoir paié la somme de 8 livres tournois, iceluy prestre accorda que ledit acheteur puisse contraindre ledit machon à faire lesdites cheminées jouxte ledit marché et que icellui acheteur rabate audit ouvrier ladite somme de 8 livres tournois dont icelui prestre sera garant au cas que ledit machon voudroit dire qu’il n’aurait point receu ladite somme de 8 livres tournois et que ledit surplus ledit acheteur sera tenu paier audit machon en faisant ledit ouvrage, Et par ceste présente vendue et pour la sureté desdites ventes ledit acheteur sera tenu et promet faire parfaire et acheter ladite maison bien et deuement tant desdites cheminées torquage huisserie fenestres que aultres choses en telle manière que icelle maison soit bien et dûment accomplie. Et oultre, faire faire une autre maison sur ledit héritage du prix de 100 livres tournois, le tout dedans deux ans du jourd’hui. Et avec ce, accorda ledit prestre que ledit acheteur puisse contraindre les carpentiers qui ont fait ladite maison de faire en icelle maison de solliaulx enchevestrures manteaulx et corbeaulx desdites cheminées de l’essence dont ledit prestre a fait marché ausdit carpentiers, Lesquieulx solliaux, enchevestrures, manteaulx et corbeaux ledit prestre dit et aferma que ledit carpentiers sont tenus fournir à leurs despens Cest assavoir les solliaux et enchevestrures de bas de bois de quesne et ceulx de haut de blanc bois et lesdits manteaulx et corbeaulx tant de haut que de bas de bois de quesne. Et dont ledit prestre sera semblablement garant envers lesdits carpentiers […].

18 – Maisons à Saint-Saëns

97ADSM, Saint-Saëns, registre 1535-1539, 2 E 93, 17

98Maisons situées dans le centre, rue du Grand-Bourg

9916 octobre 1538

100Henry Ybert cardier demourant à Saint Saens a eu et a pour agréable à toujours pour lui et ses hoirs la fermeture de maison qu’a faite Michel Fauvel en faisant sa maison sur son héritage contigue et adjacente de la maison dudit Ybert, Laquelle maison faite par ledit Fauvel est enteramée et bastie aux posts pilliers et autres membres de fermeture de la maison dudit Ybert en la séparation desquelles deux maisons assis en la rue du Grand Bourg ledit Fauvel s’est submis faire un mur depuis terre jusqu’au premier plancher et banc de la maison dudit Ybert et entretenir et fère de terre et latte le résidu de l’entredeux desdites maisons jusques au feste d’icelle a toujours pour l’advenir et fère la couverture unye et galle [égale ?] desdites deux maisons a l’entredeux d’icelles, au moien de la somme de 45 sols que ledit Ybert en confesse avoir eulz et douze de douze sols auls [?] despense, Ybert s’est mis a content […].

101[Michel Fauvel signe]

102Location de l’étage ; aménagement d’un accès extérieur

10326 novembre 1538

104Jehan Lemonnier demourant à Saint Saen confessa avoir baillé par louage à maitre Pierre Amiray prebtre dudit lieu pour et durant la vie dudit Amiray à commencher du jour saint Andrieu prochain venant cest assavoir le haut de la maison dudit Amiray où on réside a présent, à prendre depuis le plancher de ladite maison jusques au hault d’icelle, la couverture de laquelle maison sera par eulx entretenue par moitié, Et à la chambre d’icelle maison fera ledit preneur une cheminée, depuis le bas d’icelle fera construire une montée par dehors ladite maison par la rue pour monter a ladite chambre, Au moien de la somme de quinze sols t. et une messe par chacun an qu’il preneur promets rendre et payer audit bailleur au jour saint Andrieu […].

19 – Dépenses pour travaux de couverture en plomb sur une tour de l’enceinte urbaine d’Harfleur. Éléments de décoration

105ADSM, 3 E 6 78, Harfleur, 1487,

106cité par Ernest Dumont et Alfred Léger, Histoire de la ville d’Harfleur, 1868

107À Lancelot Baube, plommier, la somme de 34 livres 5 sols t. pour 680 livres de plomb par lui mis en oeuvres tant en 4 tablez, ung espy, ung bouton, et deux heuzes que a deux fronteaux, trois penneaultz, ung lermier, une pomme, ung signe, deux pièces de clairevoye et de la chandegoute et soudure, le tout employé à la tour du Signe. Item audit Baube la somme de 12 sols 6 d. t. pour sa paine d’avoir doré et peint ledit signe et fourni l’or et peinture à ce nécessaire.

108[Une autre quittance la même année signale le même travail à la tour du Dragon, sur laquelle est placé un dragon, peint et doré.]

20 – Rétribution d’un bourgeois de Pont-Audemer pour avoir encadré les travaux de fortification. Description de la fonction de « ménagier »

109AMPA, CRV, 1514, f° 21, pièce attachée au folio

110À Guillaume Doguet, bourgois de Pont Audemer a été baillé la somme de 446 livres 8 sous 3 deniers qu’il a paiés pour le fait de son œuvre de la fortification de ladite ville ainsi qu’il appert par décharge… dont la teneur ensuit :

111Aujourd’hui 7e jour de janvier 1512 par nous Jehan Ernoult escuier, lieutenant en la vicomté du Pont-Audemer de Monsieur le bailli, présens honorables hommes Jehan de Fréville, avocat du roi, Guillaume Lenfant, Richard Percepié, Richard Loutrel, conseillers de la ville, Hesbert Néel, ancien conseiller et bourgois, ont été vus les parties de la mise et despense faite par Guillaume Doguet pour la fortification et les emparements des fossés de la ville tant pour le sallaire des manouvriers, matières, outils que autres choses à ce requis et nécessaires, ainsi que chargé et ordonner lui avoit été le 1er jour de mars 1511 derrain passé jusqu’au jour Saint Michel 1512 aussi derrain passé et montent la somme de 416 l. 8 s. obole t.

112Et par les quittances par lui baillées par lui reçus de Nicolas de Bailleul, receveur des deniers de la fortification et affaires de ladite ville pour estre emploié au paiement des choses dessusdites, veues et calculées en la présence dudit Doguet montent à la somme de 441 l. 4 s. t.

113Et il lui est deu pour ses gages de 152 journées et demi qu’il a vacqué en personne pour mettre et tenir en besogne les œuvriers et tacherons d’icelles œuvres à 2 s. 6 d. t. pour jour qui alors de sa commission lui furent ordonnés et accordés par la délibération et consentement de nous, le seigneur du Parc, lieutenant du capitaine et les autres officiers montent à la somme de 19 l. 1 s. 3 d. t.

114Et il lui est deu pour la vacquation pour plusieurs autres journées qu’il a vacqué à l’atrait et assemblement des matières du mur qu’il a convenu faire en derrière de l’ostel Guieffroy le Carbonnier et à l’avant mur de derrière l’ostel Guillaume Ferey et prins garde chacun jour sur les maçons et manouvriers leur avaient fait leur paiement et de tout fait registre et papier […]. Le tout mis devers ledit Nicolas de Bailleul, receveur, pour soi aider en la rendicion de ses comptes la somme de 11 l. t. Ainsy luy seroit dû à lui estre payé par lesdits receveurs la somme de 105 s. 3 d. t. laquelle somme est mandée audit receveur paier audit Doguet par sa quittance, qui est pour tout la somme de 446 l. 9 s. 3 d. […].

21 – Compte d’un ménagier

115AMPA, CRV, 1465-1481, PJ, 19 avril 1466

116Sommes délivrées aux personnes qui ont travaillé à la fortification selon le rapport d’Olivier Lefort, ménagier, pour 46 l. 10 s. t.

117à Pierre pillon, maçon, 10 l.

118Perrent Guéroult, maçon, 10 l.

119Drouyn Dubosc pour caux, 6 l. 10 s.

120Henry Mazé, pour caux, 60 s.

121Robin Lefort pour 44 bennels de caillou, 15 s.

122Jehan et Guieffroy de Hescamps sur 20 hudellées de sable et 69 bennelées de caillou et bitte, 40 s.

123Rogier Bouelle et Jehan Quesnoy pour 123 hudellées de caillou et de bitte, 40 s.

124Allain le Roux pour 90 hudellées de caillou et bitte, 20 s.

125Eliot Luce et Jehan Lenormant sur 4 escaudes de caillou 30 s.

126Robin Fouroult sur 4 escauldes de caillou et bitte, 30 s.

127Pierre Petit pour le pavement de l’œuvre du pont auprès de la Magdeleine, 30 s.

128Cardin Denner, 4 hudels de caillous et bitte, 20 s.

129Jehan Cornoys, caréeur pour pierre de taille du Hameau du Mont, 40 s.

130Jehan [Le com… ?] carreur pour pierre de taille à la carrière du hameau du Mont, 75 s.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search